Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Première partie : économie et société

Le chant du cygne de l'agriculture du Nord-Pas-de-Calais ?

Marie-Christine Allart

Texte intégral

1L’année 1958 n’a guère laissé de souvenirs dans le monde agricole ; elle n’est pas marquée par de grandes lois professionnelles ni par de grandes manifestations comme celles de 1955, mais cette année charnière dans le domaine politique et apparemment calme dans le monde agricole permet de dresser un bilan de la reconstruction de l’après-guerre et ce, avant les grands changements qu’apportent les lois d’orientation agricole du début des années soixante, au moment d’une rupture de politique économique agricole, au moment de la mise en place du marché commun.

  • 1 Par exemple, le livre de Serge Dormard qui porte sur la région ne traite pas de ce secteur économi (...)

2Il est d’autant plus intéressant de faire cette étude pour l’agriculture et les agriculteurs du Nord-Pas-de-Calais qu’ils disparaissent souvent derrière l’industrie1. Les pourcentages de la population agricole, respectivement 8 % de la population du Nord et 14 % de celle du Pas-de-Calais contre 24 % en France, sont certes faibles mais l’importance des effectifs agricoles n'est pas en rapport avec l’importance de l’agriculture régionale qui occupe alors les premières places. Il s’agit donc de voir quels atouts et quelles faiblesses recèle la région au seuil de la mise en place de l’agriculture productiviste.

3En 1958, la reconstruction est achevée, l’agriculture régionale a su panser les plaies de la guerre tout en se modernisant. Cela lui permet donc dans les années cinquante d’occuper une place de premier plan au niveau national. Néanmoins, elle rencontre des difficultés ; en dehors des questions nationales sur lesquelles les agriculteurs prennent position, elle est confrontée à des problèmes spécifiques.

Meurtrie, la région se relève et se modernise

  • 2 Ces archives proviennent de la Direction départementale de Reconstruction, du Ministère de la Reco (...)
  • 3 En 1955, l’exploitation agricole devient l’unité statistique observée directement ce qui nécessite (...)

4Il est encore assez difficile d’étudier la période de la reconstruction car le classement des dommages de guerre est en cours depuis septembre 20062 ; d’autre part, les statistiques ne sont pas toujours fiables car, dans les enquêtes communales de printemps et d’automne, la sous-estimation chronique est un moyen pour les agriculteurs de se soustraire aux réquisitions qui persistent jusqu’en 1949. Il n’y a pas de recensement général agricole - RGA - avant 1955, le précédent datant de 1929. La collecte et l’exploitation de ses données ne sont pas toujours aisées3.

  • 4 À titre de comparaison, dans les années quatre-vingt, le pourcentage est tombé à 0,5 %.
  • 5 Archives Départementales du Pas-de-Calais, 1W23387/7.

5En 1945, l’annuaire de la statistique agricole de l’année présentait une situation peu avantageuse du Pas-de-Calais, même si la situation départementale était estimée se situer dans la moyenne nationale. Les 40 000 exploitations se révélaient peu équipées d’ailleurs aucune ne possédait une moissonneuse-batteuse et le contrôle laitier n’existait pas. Quant à l’étude des dommages de guerre, elle montre un matériel très rudimentaire avec des listes de bêches, serpes, fourches, colliers de labour, brouettes, semoirs, bascules, herses en bois... Plus de 20 % des exploitations du Pas-de-Calais étaient touchées par la tuberculose4 Et si l’on s’en tient au discours du président de la Chambre d’Agriculture à la Libération, il pense qu’il faut « mettre à la tête des préoccupations l’élevage qui a fait connaître le département dans le monde, l’élevage du cheval boulonnais qui doit retrouver son succès d’antan »5.

  • 6 AD du Pas-de-Calais : V88W1596

6Dès 1950, la reconstruction est considérée comme achevée. La tâche accomplie a été importante car en 1945, la région était dévastée avec la partie ouest plus touchée que la partie est. L’agriculture avait souffert des années d’occupation. Les raisons en étaient le pacage de chevaux allemands, les tranchées, les rampes de lancement, les champs de tir et les champs de manœuvres, la défense côtière, les champs et camps d’aviation avec par exemple les aérodromes de Bapaume-Grévillers, Merville, Lestrem, Calonne-sur-la-Lys, Nuncq, Vitry-en-Artois... Il fallait compter également avec les bombardements. Et à cela s’ajoutaient lors du passage des troupes, en 1944 comme en 1940, du pillage et des destructions de biens ou de récoltes ainsi que des réquisitions. Les agriculteurs ont obtenu l’indemnisation de leurs dommages de guerre ; elle était prévue pour le cheptel vif, le matériel agricole, les récoltes, les approvisionnements, les dommages au sol. Mais la procédure a pris du temps. Par exemple, un agriculteur sinistré en 1940 par des engins incendiaires, qui a rendu son dossier en 1946, réclame encore en 1954 : « j’ai besoin de toucher mes dommages de guerre pour ma subsistance et pour me permettre de reconstituer ces objets perdus. » Dans son cas, l’expertise est faite en 1954 et l’argent versé en 19566. Il lui a donc fallu seize ans d’attente. Certes, des affaires sont encore traitées jusqu’en 1962 mais elles apparaissent plus litigieuses car des agriculteurs essaient d’obtenir la prise en charge, par exemple, de frais de bornage. Donc, en 1958, le processus d’indemnisation peut être considéré comme terminé.

7Parallèlement, depuis la Libération, des travaux importants ont été faits pour remettre les terres en état. Les champs ont été remis à niveau, et sur les 11 % des terres aménagées, gagnées sur l’eau, avec l’aide des Services à la Reconstruction, les sections de Wateringues, les Syndicats de Dessèchement ou d’Assainissement de la Vallée de la Scarpe, du sud est du bassin de la Lys, du bas pays de Béthune, de l’estuaire de l’Authie, de la Canche... ont remis en état les canaux, ont entrepris des travaux de recalibrage, de redressement... Ainsi, dans le Pas-de-Calais, 82 815 hectares ont été regagnés. Le territoire agricole de la région a donc progressé et couvre désormais 1 130 700 hectares. Dans le domaine de la production, le rattrapage est effectué. Par exemple, dès 1949, il est acquis pour la production de blé et en 1952, la production de lait dépasse légèrement le niveau atteint avant la guerre.

  • 7 AD du Pas-de-Calais, 1W23323/2, 8 septembre 1944.
  • 8 AD du Pas-de-Calais, 1W23323/2.

8Les agriculteurs n’ont pas ménagé leurs efforts. Ils se sont sentis investis d’une mission. Dès le 8 septembre 1944, le Syndicat régional avait mis l’accent sur le rôle essentiel de l’agriculture et insistait sur « le devoir de produire », sur les « gros efforts à faire pour produire » ; falloir et devoir étaient le letimotiv des discours. Les dirigeants agricoles régionaux considéraient que puisque la revendication de leurs droits pour la reconstitution des exploitations avait été reconnue, en contrepartie des devoirs leur incombaient. Ceux-ci pouvaient se résumer dans une formule : assurer le ravitaillement de la France7. Le syndicat argumentait pour motiver les agriculteurs en leur expliquant que s’ils se montraient à la hauteur de cette tâche difficile qui soulageait la misère des Français, ils seraient mis à l’honneur et que cela permettrait ensuite aux organisations syndicales d’être plus fortes et de travailler pour le plus grand bien de tous les agriculteurs.8

9Or, à la différence de la situation qui prévalait après la Grande Guerre, la logique de la reconstitution pour le monde rural et agricole fut celle de la modernisation choisie et non pas celle de l’équipement par nécessité. Le plan de modernisation et d’équipement (1947-1953) a donné le ton en visant la modernisation des exploitations par la motorisation. Face à cette situation, la volonté modernisatrice de l’État était relayée par la Direction des Services Agricoles, la DSA, qui dès 1952 se lança dans la vulgarisation avec des essais, des brochures, des conférences avec films, des démonstrations commentées comme à Saint-Pol-sur-Ternoise alors que la vulgarisation se met en place officiellement plus tardivement avec le décret du 11 avril 1958.

  • 9 Dans le Pas-de-Calais, l’Union des Syndicats agricoles organisation républicaine créée en 1897 s’o (...)
  • 10 Un CETA rassemble une dizaine d’exploitants désireux de mettre en commun leur expérience, de faire (...)
  • 11 Le journal d’abord régional laissa la place à deux journaux départementaux avant de redevenir régi (...)

10La formation professionnelle continue y est plus développée que dans le reste du pays du fait de la concurrence de deux organisations syndicales depuis le XIXe siècle.9 Par exemple, l’essor de l’enseignement ménager agricole correspond aux nécessités du terrain car, dans une région d’exploitation familiale, la fermière contribue dans une large mesure à la bonne marche de l’exploitation. Des conseillers agricoles jouent déjà un rôle important notamment dans des CETA, des Centres d’Études Techniques Agricoles. Il en existe trois dans le Pas-de-Calais et quatre dans le Nord10 ainsi que des villages-témoins et des zones-pilotes mises en place par l’Association Générale des Producteurs de Blé, l’AGPB. La masse des agriculteurs poursuit également sa formation par des voies traditionnelles telles la presse professionnelle avec ses deux journaux Le Syndicat Agricole et L’Agriculture du Pas-de-Calais et Horizon 5911 qui martèlent les innovations, les nouveaux comportements à adopter.

  • 12 AD du Pas-de-Calais, E 153.

11Thèmes traités régulièrement dans Le Syndicat agricole de 1945 au début des années soixante12 :

Culture

Élevage

Motorisation
Conflit tracteur-cheval
Cours de mécanique
Mécanisation de la culture des betteraves
Analyses de terre

Traite mécanique
Conflit traite mécanique et manuelle
Contrôle laitier
Propreté du lait
Assainissement des étables
Insémination
Alimentation rationnelle

12Avec la JAC, la Jeunesse Agricole Catholique, souffle également un vent de modernité dans les campagnes. Le mouvement organise des sessions, des stages de formation et sa pédagogie engage à l’action. Elle touche environ 2 000 jeunes dans le diocèse d’Arras dans les années cinquante.

13Le manque de main-d’œuvre dont souffre la région depuis la Libération constitue aussi un puissant facteur de modernisation. Après avoir d’abord utilisé des prisonniers puis des ouvriers immigrés belges et polonais, beaucoup d’agriculteurs ont opté pour la mécanisation car les ouvriers agricoles étaient tentés par les hauts salaires que proposait l’industrie. Cependant, nulle part un manque aigu de main-d’œuvre n’est signalé, le transfert s’opère progressivement. Le problème est certes plus prononcé pour la culture betteravière qui nécessite des ouvriers saisonniers, majoritairement une main-d’œuvre masculine composée de Belges ; cela explique la mise au point et l’adoption d’arracheurs-décolleteurs-débardeurs de betteraves.

14Les agriculteurs semblent favorables au remembrement car le morcellement des parcelles représente un obstacle à la modernisation. Ils s’arrangent même entre eux, à l’amiable, pour regrouper des parcelles. Cependant en ce domaine, les résultats restent faibles par manque de crédit et de personnel qualifié.

15Mais face à cette volonté modernisatrice, l’esprit routinier, principal frein des années d’après-guerre, prévaut et de nombreux articles stigmatisent le manque d’ouverture sur l’extérieur des agriculteurs alors que l’intérêt du pays impose la modernisation. Cela tient au manque de formation initiale des agriculteurs qui a peu retenu l’attention et la retient toujours peu en 1958. D’ailleurs, dans les recensements agricoles, notamment celui de 1955, la formation des agriculteurs est passée sous silence. Il n’y a guère que la JAC qui mène une grande enquête en 1957 sur ce thème. Or la cohabitation des générations est très répandue. De nombreux jeunes n’ont pas pu moderniser leur exploitation à cause de leurs parents ou de leurs beaux-parents qui vivaient sous le même toit. Les « vieux » étaient hostiles à tout changement qui supposait le recours à l’emprunt et il était déshonorant de ne pouvoir s’autofinancer. Il n’était d’ailleurs pas rare qu’un jeune d’une quarantaine d’années, père de famille, reçoive encore « son dimanche » des mains de ses parents. L’ancienne génération tenait toujours les rênes de l’exploitation.

  • 13 À partir des années soixante-dix apparaît une classification des agriculteurs qui s’affine progres (...)

16De plus, les Services agricoles et les organisations professionnelles s’opposent sur la conception de la diffusion des nouvelles pratiques. Pour les Services agricoles, la vulgarisation doit s’adresser à tous les agriculteurs et par exemple un foyer de progrès rural est mis en place à Hucqueliers, dans la région la moins évoluée du département du Pas-de-Calais où deux techniciens sillonnent le canton. Pour les professionnels, une élite doit entraîner la masse, idée que les organisations professionnelles vont imposer avec la mise en place de la cogestion. Déjà pointe l’évaluation des agriculteurs en fonction de leur aptitude à adopter les changements, les nouveautés techniques.13

Une région d’importance

  • 14 AD du Pas-de-Calais, 1er février 1958.

17Malgré ces obstacles, cette reconstruction modernisatrice permet à l’agriculture régionale de se placer dans les premiers rangs au niveau national. D’ailleurs, en 1958, le président de la Chambre d’Agriculture du Nord affirme lors d’une séance des assemblées économiques régionales que « l’importance de la première région économique sur le plan industriel fait souvent oublier son importance agricole »14 En effet, nonobstant une industrialisation intense, la région se classe parmi les premières régions agricoles de France. L’agriculture régionale par ses récoltes et ses progrès techniques peut être comparée à l’agriculture belge ou à celle des pays nordiques comme les Pays-Bas ou le Danemark, les modèles de l’époque.

18Aux dires de la DSA, l’outillage régional est désormais satisfaisant et en constante progression. Il est acquis que chaque exploitation, en ce qui concerne le matériel de culture, possède les instruments les plus nécessaires à savoir charrue à brabant double, rouleau, herse extirpateur, moissonneuse-lieuse, même si les semoirs, les distributeurs d’engrais sont moins répandus. Le parc de moissonneuses-batteuses s’est développé pour passer de 475 en 1954 à 769 au milieu de l’année 1957. La motorisation fut la grande aventure de l’après-guerre et la fin des années cinquante celle de l’investissement maximal en matériel. Le tracteur, symbole de l’entrée dans la modernité, ne cesse de se répandre dans les campagnes. En 1929, la région n’en recèle que 751, en 1950 elle en compte 5 680 et à la fin de l’année 1956, avec 11 313 tracteurs, 50 % du territoire agricole et 25 % des exploitants sont motorisés. Ce sont les exploitations les plus grandes ainsi que les moyennes qui se sont équipées et non les petites exploitations familiales qui sont très nombreuses. Elles ont été séduites par les tracteurs de la marque Fergusson car ce constructeur a su proposer des petits tracteurs de 25 CV environ qui correspondaient aux besoins d’une région d’exploitations de taille moyenne. En ce qui concerne les machines d’intérieur de ferme, chaque exploitation possède une écrémeuse, une baratte, un tarare mais les batteuses demeurent rares. Pour les trayeuses, l’évolution est nette puisque leur nombre passe de 339 en 1929 à 2 100 dès 1952.

  • 15 4 fois et demie plus qu’en France dans le Nord et 3 fois et demie dans le Pas-de-Calais.

19Les techniques employées ont évolué. Le recours aux semences sélectionnées s’est imposé, l’amélioration des races s’est diffusée avec l’ouverture d’un centre d’insémination en 1948. Le succès rapide de l’insémination artificielle s’explique par le fait qu'elle séduit la majorité des agriculteurs car seules les grandes exploitations pouvaient se permettre d’élever un taureau. La production laitière est élevée : 2 300 litres par an contre 1 500 dans le Finistère. Les agriculteurs font une utilisation massive d’engrais, 4 fois plus qu’en France15. Ce considérable accroissement depuis la guerre, associé à une pratique d’assolements intensifs avec des combinaisons souples et complexes pour concilier les exigences du sol et la demande des consommateurs permet l’obtention de rendements exceptionnels. Le rendement de la betterave a nettement progressé passant de 270 quintaux/ha avant la guerre à 352 quintaux/ha. Quant à celui du blé, il s’élève à 27 quintaux/ha contre 17 pour la France.

20Les agriculteurs ont fait preuve d’adaptation. Par exemple, dans le Ternois, l’élevage a progressé suite à l’abandon de la culture des terres médiocres et en réponse à une forte demande de produits laitiers et de viande provenant du bassin minier. Dans la région, l’élevage chevalin n’a cessé de régresser de même que l’élevage ovin car la production de laine n’est plus rentable et l’engrais remplace la fumure.

21L’avance technique de cette agriculture intensive permet au Nord-Pas-de-Calais de fournir des fractions importantes de la production nationale sur un territoire exigu ne représentant que 2,2 % de l’ensemble national et le place dans les premiers rangs pour nombre de productions.

L’importance des productions régionales

Production

% de la production nationale

Betteraves

23 %

Pommes de terre

9 %

Pois

55 %

Houblon

22 %

Lin

19 %

Haricot

19 %

Chicorée

90 %

Blé

8 %

22Et pourtant, il ne faudrait pas assimiler la région aux régions de grandes cultures car, même si un mouvement de concentration est amorcé, ces résultats proviennent de nombreuses familles paysannes œuvrant sur 67 558 exploitations d’une superficie moyenne de 15 hectares.

Principaux chiffres de l’agriculture régionale (Nord et Pas-de-Calais/France)

Nord

Pas-de-Calais

France

Superficie agricole cultivée

457 400

556 700

33 460 000

Superficie moyenne des exploitations

15

15,6

14,8

Nombre d'exploitations

28 905

38 653

2 260 000

Superficie des exploitations en fermage en %

70,8

75,1

Exploitations utilisant un tracteur en %

30,37

29,56

28,28

Tonnes d’engrais à l’ha

0,540

0,457

0,134

Rendement du blé en qx/ha

29

26

17,8

Production annuelle moyenne/vache en litres

3 160

2 800

1 737

  • 16 René Fruit, L’agriculture dans la région du Nord, Nord et Pas-de-Calais, CERES, Lille, 1958, 306 p

23Cependant, cette primauté régionale semble menacée. Les services de la DSA s’inquiètent pour l’avenir. Dans une région évoluée, les futurs progrès ne peuvent être obtenus qu’au prix d’efforts accrus et il n’existe plus de grand thème de propagande qui permettrait d’améliorer la production rapidement, mais plutôt un ensemble de petites améliorations à mettre en place. Mais, pour soutenir la comparaison avec les Pays-Bas et le Danemark, il faudrait continuer à moderniser. Il conviendrait d’augmenter la productivité pour diminuer les coûts ce qui implique davantage de connaissances techniques et suscite des réserves quant à leur diffusion. La deuxième source d’inquiétude porte sur l’orientation de la production. En effet, comme la région est surtout en avance sur le plan de la production végétale, dans des secteurs où les débouchés risquent de se réduire en fonction de l’évolution de la consommation et quelle est peu favorisée dans les secteurs en expansion comme l’élevage avec la production de viande bovine, il faudrait orienter la production vers de nouveaux objectifs afin de mettre en adéquation la production et la consommation. Le CERES, le Comité d’Expansion Économique du Nord et du Pas-de-Calais, publie d’ailleurs en 1958 un de ses cahiers consacré à l’agriculture et établit ce constat de réussite actuelle doublée d’une crainte pour l’avenir.16

  • 17 À 9 km de Cambrai se situe la ferme de Gabriel de Guillebone, un des pionniers de la modernisation

24Malgré cela, la prépondérance de la région est bien réelle et reconnue. En janvier 1958, c’est à Arras que les délégués de la Confédération européenne d’Agriculture tiennent leur première réunion française et travaillent sur les productions, les possibilités d’importation et d’exportation. En septembre 1958, lors d’une journée consacrée à la motoculture sur le domaine de la ferme-sucrerie d’études de Boistrancourt-Carnières17, le Ministre de l’Agriculture se déplace pour assister au ballet d’une centaine de tracteurs qui présentent sur une vingtaine d’hectares une mise au point sur les dernières nouveautés du salon de Strasbourg notamment sur la manutention mécanique du fumier.

25Les agriculteurs de la région sont bien représentés au niveau national dans les organisations professionnelles que ce soit dans le bureau de la FNSEA, au Conseil économique...

26Lorsque de Gaulle, président du conseil, reçoit les présidents de la FNSEA, de l’APCA et de l’AGPB le 21 juin 1958 car le gouvernement souhaite des précisions sur la situation agricole, il reçoit deux nordistes : M. Dalle du Comité permanent général de l’APCA, président de la Confédération Générale des Coopératives agricoles, de la Fédération Agricole de même que M. Deleau, président de l’AGPB, l’Assemblée Générale des Producteurs de Blé en France. Jean Deleau (1906-1987) est une grande figure du monde agricole régional. Originaire de Mons-en-Ternois, licencié en droit, ingénieur agronome, il a repris l’importante exploitation familiale. Président de la Société d’agriculture de Saint-Pol, il a dirigé de nombreuses organisations professionnelles agricoles nationales, européennes et internationales. Outre la présidence de l’AGPB, ce président de la Chambre d’Agriculture du Pas-de-Calais est aussi président de la Fédération Internationale des Producteurs agricoles et vice-président de la FNSEA. Il remet d’ailleurs une note au Général de Gaulle car il refuse la mesure d’abattement sur le prix du blé et précise que « le sacrifice sera subi pas accepté »

27Émile Durieux, agriculteur à Bertincourt, sénateur, président du Conseil général de 1954 à 1966 est aussi membre du conseil d’administration de la Confédération Générale Betteravière et vice-président de la Commission de l’Agriculture au Conseil de la République. En 1957, il entend « réhabiliter la production betteravière ». Fernand Vangraefshepe président de la Chambre d’Agriculture du Nord, membre du Conseil économique, a un mandat de vice-président de la FNSEA. Maurice Herent, le vice-président de la Chambre d’Agriculture du Nord, est nommé président de la CGB, la Confédération Générale des Planteurs de Betteraves, à la fin de l’année 1958.

  • 18 Archives diocésaines, 1K 4/23, 1958-1960.
  • 19 Par exemple à Gonnehem dans la tranche d'âge des 14-30 ans sur 116 garçons, seulement 36 appartien (...)

28En revanche, la population agricole revêt une importance moindre que dans le reste de la France et elle diminue. Elle représente environ 32 % de la population rurale pour le Nord et 42 % pour le Pas-de-Calais alors qu'elle se situe autour de 55 % pour la France. Et si selon un bilan de l’Action catholique rurale dans le diocèse d’Arras18, les villages ne changent pas tellement d’aspect, toujours est-il qu’une distinction nouvelle est prise en compte par ceux qui travaillent dans le milieu agricole ; il faut désormais distinguer le rural et l’agricole, un agricole en perte de vitesse et c’est ce que font par exemple les animateurs de la JAC.19

Face aux problèmes

29Chez les agriculteurs qui ont tout lieu d’être satisfaits des progrès accomplis le mécontentement gronde.

  • 20 AD du Pas-de-Calais, E 153/10, juin 1958.

30Un problème régional retient leur attention, celui de l’installation. Comme la propriété est très morcelée et que les 3/5e du sol sont entre les mains de propriétaires non exploitants, l’importance du fermage est considérable. Or les agriculteurs souffrent de l’exiguïté de leurs terres, de l’agrandissement des villes, de la fécondité de leurs foyers ce qui favorise l’aggravation de la demande et par conséquent la surenchère des reprises et des fermages. Les parents rencontrent de grandes difficultés pour installer leurs enfants. Lorsqu’une ferme est à louer, huit à dix candidats se présentent. Les deux départements, classés « zone de départ », ont enregistré un mouvement vers le sud de 286 ménages soit celle d’environ 1500 personnes entre 1949 et 1955. D’ailleurs les syndicats d’émigration rurale de la région organisent des voyages d’études dans le sud-ouest. En 1958, lors d’un circuit qui les conduit dans le Lot et Garonne, le Tarn et Garonne, la Haute-Garonne et le Gers, des agriculteurs visitent seize fermes dont les propriétaires sont originaires de la région. Locataires devenus propriétaires, ils témoignent des bienfaits de l’exode comme ce fermier exproprié par les mines à Flines-les-Raches qui est parti s’installer dans l’Aveyron : « Pour le prix de 5 millions pour reprendre une exploitation de 10 à 15 ha en fermage, ici on trouve et on peut devenir propriétaire de 20 à 30 ha voire plus. »20.

  • 21 AD du Pas-de-Calais, 1MI 431/1. Versements de M. Coutières, directeur des Services agricoles.
  • 22 Archives diocésaines d’Arras, 1K4/23, L’action catholique rurale 1958-1960.

31Parallèlement, et cela peut apparaître contradictoire, le directeur des Services agricoles du Pas-de-Calais s’inquiète de l’état d’esprit des agriculteurs. « Beaucoup de cultivateurs s’opposent résolument à ce que leur fils et surtout leurs filles pratiquent un métier qu’ils estiment misérable, et décrié, sans aucun avenir ». C’est un thème récurrent dans la correspondance échangée en 195921. Il faut donc empêcher les agriculteurs de quitter la terre. En fait, l’agriculture perd son vivier car les bons élèves poursuivent leurs études. Les parents financent les études de l’un et favorisent la reprise de l’autre qui doit travailler le plus vite possible. « Le jeune agriculteur est donc celui qui ne veut plus entendre parler de l’école »22 ce qui risque d’entraver la modernisation à l’avenir.

  • 23 Il est vrai que Pierre Leclercq, dorgériste, fut le 2e président de la CGB de 1942 à 1955.
  • 24 1W19843 Rapport du préfet, directeur des RG sur Dorgères envoyé au préfet du Pas-de-Calais 30 nove (...)

32En outre, l’agriculture et les agriculteurs s’estiment incompris par le gouvernement ; un mécontentement latent concerne les prix. Dans le cadre de marchés réglementés pour la plupart et d’une forte intervention des Pouvoirs Publics, dès 1955, une opposition violente des agriculteurs avait commencé. L’indexation avait été supprimée et les agriculteurs craignaient que la fixation de leurs prix ne tiennent plus compte des coûts de production. Ils n’appréciaient pas non plus les articles de l’Express qui parlait des exigences absurdes du lobby des céréaliers et des betteraviers. Dans ce climat d’insatisfaction, le dorgérisme s’était implanté dans la région avec une série de conférences mises en place en février et mars 1955. « ... dans le Nord-Pas-de-Calais, M. Dorgères qui est subventionné par les « betteraviers »23 compte un certain nombre de fidèles » pouvait-on lire dans la presse régionale. « L’état d’esprit actuel de la paysannerie est sans aucun doute propice à l’éclosion d’agitateurs de tendances plus ou moins fascistes ».24 Sur 23 départements touchés par le dorgérisme, la région est classée comme zone dont certains secteurs sont soumis à l’influence dorgériste. D’ailleurs, deux candidats dorgéristes se présentent aux élections législatives de 1956 : M. d’Hollander à Beaumetz-les-Loges et M. Stoclin à Ardres. Dorgères lui-même est interpellé au sujet d’une manifestation paysanne organisée à Arras le 23 février 1957. Mais un décret de 1957 qui pose le principe de prix objectifs à atteindre pour 1961 à partir desquels on détermine les prix des campagnes calme la situation. Cependant les agriculteurs réclament toujours une baisse des prix des moyens de production pour rendre l’agriculture française compétitive car ils ont perdu des marchés, notamment le marché du sucre en Indochine, en Tunisie, au Maroc. Ils sont aussi très mécontents de leur situation par rapport à l’industrie et considèrent que « l’agriculture est la bête de somme de la civilisation industrielle » avec une distorsion entre les prix agricoles et les prix industriels, un coût élevé de la production agricole, des avantages accordés à l’industrie aux dépens de l’agriculture. Sur ce, à la foire de Lille, Guy Mollet a annoncé 250 millions de francs d’économies avec notamment une amputation du tiers du budget de détaxation de l’agriculture.

33De plus, alors qu’ils viennent d’affronter la reconstruction et se mesurent dorénavant à la modernisation, au niveau national, le rapport Rueff et Armand dresse un tableau sans complaisance de l’état de l’agriculture, tableau qui a un impact dans les médias et l’opinion. Il stigmatise le retard de l’agriculture, obstacle à la croissance française, et pointe les prix agricoles comme facteurs d’inflation. Les agriculteurs réagissent vivement par voie de presse.

  • 25 3 mai 1958, M. Demarescaux, président des Syndicats d’Exploitants du Nord, fait le point sur les p (...)
  • 26 3 mai 1958, discours du nouveau président du Cercle agricole, Pierre Lambert, agriculteur à Clairm (...)

34Un problème plus secondaire les conduit à se heurter au gouvernement, celui de l’assurance-maladie et de l’assurance vieillesse. Les représentants des agriculteurs de la région se prononcent dans leur grande majorité contre l’établissement d’un système d’assurances sociales obligatoires des exploitants et plus encore contre l’institution d’un organisme unique et étatisé au profit de prétendus principes de solidarité. Ils rejettent un État providence25. À cet égard, le discours du président du cercle agricole est révélateur de leur état d’esprit : « Le cultivateur dépense raisonnablement : ayant hérité des économies de ses parents, ne peut-il plus se payer lui-même une visite du docteur et quelques médicaments ? Faut-il pour s’occuper de sa santé, créer de nouvelles caisses qui apporteront une charge écrasante aux trésoriers paysans. Quand il sera vieux, n’aura-t-il pas assez travaillé et économisé pour ne rien réclamer à personne et vivre librement. »26

  • 27 L’Agriculture du Pas-de-Calais ne mentionne que deux fois la guerre d’Algérie. En 1958 le journal (...)

35Cependant, le monde agricole soutient le gouvernement. Même si le secret du vote rend périlleuse toute mise en relation d’un comportement électoral et d’une catégorie socio-professionnelle, il apparaît que les agriculteurs soutiennent fermement la politique gouvernementale qu’ils combattent violemment par l’action professionnelle. L’étude des journaux professionnels régionaux montre ce soutien. Alors que des agriculteurs combattent en Algérie, aucun article ne traite véritablement ce sujet.27 En revanche, le soutien à de Gaulle est affirmé dès son retour au pouvoir. Les articles soulignent que c’est une chance de l’avoir, qu’il sera désormais possible de discuter. Cependant, il est précisé que ce soutien n’est pas inconditionnel et que cela ne les empêchera pas de se battre.

  • 28 Il deviendra président du Comité consultatif « Céréales » de Bruxelles.

36Les espoirs placés dans la CEE sont immenses et Deleau se pose en Européen convaincu28. Les articles sont nombreux dans la presse agricole régionale et L’Agriculture lui consacre même deux pages complètes. « L’agriculture a sa place et devrait y trouver sa plus belle chance ». La profession n’entend pas être laissée en dehors des négociations du Marché Commun et il lui apparaît indispensable d’associer des représentants qualifiés pour les discussions qui se mettent en place.

  • 29 Archives diocésaines d’Arras 1K 4/23.

37En mars 1955, M. Dalle président de la Fédération agricole affirmait que « les cultivateurs de la région Nord-Pas-de-Calais ont toujours été à l’avant-garde. Ils transforment leur exploitation selon les nécessités... mais ils resteront toujours en bonne position en raison de la science avec laquelle ils cultivent ». Et il est vrai que la primauté de l’agriculture régionale est due entre autres facteurs au fait que l’agriculture a atteint un degré élevé de modernisation. L’année 1958 constitue donc une année d’apogée pour les résultats agricoles mais les craintes énoncées vont se révéler réelles. En 1961, le directeur de la DSA s’inquiète du déclin relatif du département du Pas-de-Calais et préconise d’agir avec urgence sur la vulgarisation29. Les faiblesses évoquées par le CERES se concrétisent et l’agriculture régionale perd sa place de leader ; l’innovation est ailleurs désormais.

38La fin des années cinquante est donc bien une époque charnière pour l’agriculture régionale, un chant du cygne... provisoire. La région, à 1ère productiviste, n’a pas suivi le développement spectaculaire des Pays de la Loire, de la Picardie, de la Champagne et surtout de l’Ouest qui put s’enorgueillir de son « modèle breton ».

Notes

1 Par exemple, le livre de Serge Dormard qui porte sur la région ne traite pas de ce secteur économique. Cf. L’économie du Nord-Pas-de-Calais, Histoire et bilan d’un demi-siècle de transformations, Ed. Les Presses Universitaires du Septentrion, Lille, 2001, 315 p.

2 Ces archives proviennent de la Direction départementale de Reconstruction, du Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, des Associations syndicales de Reconstruction. En ce qui concerne le Pas-de-Calais, elles occupent 2 km linéaires ; aux 103 localités qui ont été retenues et forment un échantillon de référence valable pour tous les versements sériels s’ajoutent six communes choisies arbitrairement car les communes de référence proviennent de l’ouest du département, la partie la plus touchée.

3 En 1955, l’exploitation agricole devient l’unité statistique observée directement ce qui nécessite l’établissement d’un fichier des exploitants. Les résultats publiés de 1957 à 1961 recèlent des erreurs car les questionnaires sont importants et les enquêteurs mal formés. En ce qui concerne le Pas-de-Calais, le RGA de 1955 n’est plus à la DDA dont le service archives-statistiques est fermé. Il n’est pas aux AD du Pas-de-Calais mais les données peuvent être fournies via le site Agreste.

4 À titre de comparaison, dans les années quatre-vingt, le pourcentage est tombé à 0,5 %.

5 Archives Départementales du Pas-de-Calais, 1W23387/7.

6 AD du Pas-de-Calais : V88W1596

7 AD du Pas-de-Calais, 1W23323/2, 8 septembre 1944.

8 AD du Pas-de-Calais, 1W23323/2.

9 Dans le Pas-de-Calais, l’Union des Syndicats agricoles organisation républicaine créée en 1897 s’oppose à la Fédération agricole du Pas-de-Calais, organisation catholique née en 1919. Pour la formation, les premiers s’appuient sur les professeurs d’agriculteurs, les instituteurs alors que les seconds utilisent les missionnaires agricoles, les prêtres et membres de la JAC.

10 Un CETA rassemble une dizaine d’exploitants désireux de mettre en commun leur expérience, de faire progresser rapidement les méthodes scientifiques de production. Leur nombre progresse rapidement de 1955 à 1961 dans la région comme en France.

11 Le journal d’abord régional laissa la place à deux journaux départementaux avant de redevenir régional.

12 AD du Pas-de-Calais, E 153.

13 À partir des années soixante-dix apparaît une classification des agriculteurs qui s’affine progressivement, par exemple, ceux qui combattent avec le réfléchi et le fonceur et ceux qui subissent avec le trimeur et le dépassé.

14 AD du Pas-de-Calais, 1er février 1958.

15 4 fois et demie plus qu’en France dans le Nord et 3 fois et demie dans le Pas-de-Calais.

16 René Fruit, L’agriculture dans la région du Nord, Nord et Pas-de-Calais, CERES, Lille, 1958, 306 p.

17 À 9 km de Cambrai se situe la ferme de Gabriel de Guillebone, un des pionniers de la modernisation.

18 Archives diocésaines, 1K 4/23, 1958-1960.

19 Par exemple à Gonnehem dans la tranche d'âge des 14-30 ans sur 116 garçons, seulement 36 appartiennent au milieu agricole et sur 106 filles, 39 ; 51 filles quittent le village chaque jour. À Mont Bernanchon, 26 garçons sur 68 sont issus de l’agriculture ; à Ecques, 17 filles sur 40 et à Wittes, 6 filles sur 18 viennent du monde agricole.

20 AD du Pas-de-Calais, E 153/10, juin 1958.

21 AD du Pas-de-Calais, 1MI 431/1. Versements de M. Coutières, directeur des Services agricoles.

22 Archives diocésaines d’Arras, 1K4/23, L’action catholique rurale 1958-1960.

23 Il est vrai que Pierre Leclercq, dorgériste, fut le 2e président de la CGB de 1942 à 1955.

24 1W19843 Rapport du préfet, directeur des RG sur Dorgères envoyé au préfet du Pas-de-Calais 30 novembre 1955.

25 3 mai 1958, M. Demarescaux, président des Syndicats d’Exploitants du Nord, fait le point sur les problèmes agricoles dans La Voix agricole.

26 3 mai 1958, discours du nouveau président du Cercle agricole, Pierre Lambert, agriculteur à Clairmarais.

27 L’Agriculture du Pas-de-Calais ne mentionne que deux fois la guerre d’Algérie. En 1958 le journal reproduit une motion de la FNSEZ qui affirme son soutien au gouvernement et en 1960, il pose la question de la main-d’œuvre et de permissions agricoles.

28 Il deviendra président du Comité consultatif « Céréales » de Bruxelles.

29 Archives diocésaines d’Arras 1K 4/23.

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540