Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Première partie : économie et société

L’économie du Nord-Pas-de-Calais en 1958

Jean-François Eck

Texte intégral

  • 1 Citons les ouvrages classiques d’Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Paris, Ec (...)

1L’année 1958 représente un tournant majeur pour l’économie française. On y assiste à de profondes réformes qui forment un ensemble cohérent, et sont prises par les gouvernements successifs de manière continue, malgré la rupture que constitue, sur le plan politique, le retour au pouvoir du général de Gaulle. Il s’agit à travers elles de résorber la poussée inflationniste, de faire du franc une monnaie librement convertible pour les non-résidents, de stimuler les exportations et, à travers elles, la croissance, de placer enfin l’économie en état de supporter la prochaine ouverture du Marché Commun, par l’abolition de la quasi-totalité des contingents à l’égard des pays industrialisés et la première baisse du tarif douanier entre les Six prévue par le traité de Rome. Les enjeux que comportent ces échéances, les chances qui en résultent pour l’économie nationale, à l’aube du troisième plan de développement économique et social, prévu pour la période 1958-1961, sont bien connus1.

2Nous n’y reviendrons pas, sauf pour constater qu’ils forment avec la situation du Nord-Pas-de-Calais un contraste abrupt. Tandis que l’ensemble de la France s’apprête à connaître une mue décisive qui la fait pénétrer au cœur même de la modernisation des Trente Glorieuses, la région entame au contraire un déclin relatif. Le vieillissement et l’insuffisante diversification de ses structures industrielles qui continuent à reposer sur les trois piliers traditionnels que sont le charbon, le textile et la métallurgie lourde, susciteront bientôt des difficultés croissantes, rendant à la fois inéluctable et délicate sa reconversion.

  • 2 Jacqueline Beaujeu-Garnier, préface à l’Atlas du Nord de la France, Paris, Berger-Levrault, 1961, (...)

3Point n’est besoin aujourd’hui, grâce aux facilités du regard rétrospectif, d’une grande perspicacité pour faire ressortir ce décalage entre les situations économiques nationale et locale. Les observateurs contemporains n’en avaient guère conscience. Beaucoup parmi eux, et non des moindres, estimaient encore, au début des années 1960, qu’« à condition de trouver les aménagements absolument indispensables, |...] suffisamment modérés pour ne pas se heurter à des résistances trop acharnées, [mais] assez énergiques pour engendrer un dynamisme fécond [...], le Nord [saurait] conserver sa place, au tout premier rang de l’économie française »2. Cette citation pourrait être rapprochée de beaucoup d’autres textes, en un facile florilège.

  • 3 Serge Dormard, L’économie du Nord-Pas-de-Calais. Histoire et bilan d’un demi-siècle de transformat (...)
  • 4 Didier Paris, La mutation inachevée, Paris, L’Harmattan, 1993, 365 p.

4On peut y voir aussi une incitation à l’humilité. Le tableau que nous proposons ici n’a qu’une valeur toute relative. Il ne s’appuie d’ailleurs pas sur des recherches personnelles originales, mais seulement sur les travaux déjà réalisés, en particulier par les économistes, au premier rang desquels il convient de citer Serge Dormard3 et les géographes, notamment Didier Paris4. Il tient compte aussi des nombreux travaux réalisés par les étudiants de Lille 3, à partir des fonds conservés aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix et aux Archives départementales du Nord, dont certains mis récemment à la disposition des chercheurs, comme ceux de la Mission économique régionale qui renouvellent notre connaissance de la vision des responsables, tant au niveau de la fonction publique que des organisations professionnelles ou encore du monde universitaire.

5En 1958, trois traits, de nature structurelle, caractérisent la situation économique locale : la puissance de la base productive ; la médiocrité des indicateurs démographiques et sociaux ; l’amorce d’un déclin relatif dans l’économie nationale.

  • 5 Nicolas Delbaere, L’économie laitière dans le Nord-Pas-de-Calais : de l’âge rural à l'âge des marq (...)

6En 1958, la puissance productive du Nord-Pas-de-Calais impressionne encore. La région demeure essentielle dans toutes sortes de domaines. Dans l’agriculture, à laquelle une communication est consacrée, ce qui nous dispense de plus longs développements, contentons-nous de relever la massivité des récoltes, l’excellence des rendements pour toutes sortes de cultures végétales, l’importance de l’élevage, stimulé par la présence de grands groupes agro-alimentaires orientés vers les produits frais, qui connaît alors une véritable révolution dont une thèse récente a montré l’ampleur et les enjeux5.

  • 6 INSEE, Population et économie de la région du Nord (Annuaire statistique rétrospectif), Lille, 196 (...)

7Dans l’industrie, la proportion des établissements qui emploient plus de 10 salariés est significativement plus élevée que dans le reste de la France, traduisant une concentration technique poussée, forte surtout dans le département du Nord (15,5 %), un peu moins importante dans le Pas-de-Calais (11 %), mais qui se situe néanmoins nettement au-dessus de la moyenne nationale (9 %)6. Loin de l’image d’une industrie vieillotte, demeurée immuablement fidèle à des formules héritées de la première industrialisation, il convient d’insister sur le fait que les grandes spécialisations traditionnelles – charbonnages, industrie textile, métallurgie lourde – font encore preuve de dynamisme et de modernité.

  • 7 INSEE, Population et économie de la région du Nord (...), op. cit., p. 311 ; Claude Nistri et Rola (...)
  • 8 Lucie Daumont, Les usines chimiques de Mazingarbe de 1968 à 1980, mémoire de maîtrise, Lille 3, di (...)

8Dans les charbonnages, les dirigeants des Houillères de bassin du Nord-Pas-de-Calais ont pris la décision, dès les lendemains de la nationalisation, de regrouper l’extraction sur les sièges les plus rentables et de fermer ceux qui ne procuraient que de médiocres résultats, souvent situés à l’ouest et au centre du bassin, dans les groupes d’Auchel-Bruay, Béthune, Lens-Liévin et Hénin-Liétard. Des 109 puits existant en 1946, seuls 66 subsistent en 1958. Il en est résulté d’appréciables conséquences sur la productivité. Dans l’abattage, les haveuses mécaniques sur longues tailles remplacent les marteaux-piqueurs pneumatiques individuels. Dans le transport, les couloirs oscillants et les convoyeurs deviennent d’usage général. En conséquence, de 1950 à 1958, le rendement, par ouvrier du fond et par poste, a progressé de 35,4 %, en huit ans seulement, alors que, durant toute la période 1913-1938, les compagnies privées n’avaient obtenu qu’une progression de 16,5 %7. De plus, durant les années 1950, les débouchés du charbon se diversifient. De nombreuses firmes, fondées par Charbonnages de France, souvent associés avec d’autres groupes énergétiques et chimiques, permettent de valoriser la production à travers des produits dérivés. Ammonia produit à Wingles de l’acide nitrique et des nitrates. Ethylène-Plastique et Ethyl-Synthèse lancent à Mazingarbe la fabrication de polyéthylène et de styrène, complétant ainsi le pôle carbochimique qu’avait mis en place la Société des Mines de Lens au début des années 1920, pour y procéder à la première synthèse de l’ammoniac réalisée en France à partir de l’hydrogène issu des gaz de fours8.

  • 9 Serge Dormard, L'économie du Nord-Pas-de-Calais..op. cit., p. 92.

9La sidérurgie fait des efforts de modernisation plus spectaculaires encore. En témoignent, d’une part l’installation en 1950 à Denain d’un train de laminage à chaud financé sur fonds Marshall qui avait amené, dès 1948, Forges et aciéries du Nord et de l’Est et Denain-Anzin à constituer ensemble Usinor, d’autre part la décision prise en 1956 d’implanter à Dunkerque un complexe sidérurgique moderne, alimenté en minerai de fer et charbon importés, à l’image des usines littorales qui se multiplient sur les façades maritimes des principaux pays industrialisés. En 1958, les travaux sont en cours. Ce nouveau complexe, qui sera mis à feu en 1962, doit former la pièce maîtresse d’une activité sidérurgique qui, paradoxalement, était restée relativement peu développée dans le Nord. Elle disposait pourtant des ressources locales en charbon à coke et, pour ses approvisionnements en minerai de fer lorrain, de la voie ferrée Valenciennes-Thionville, première grande ligne de transport marchandises à avoir bénéficié de l’électrification, là aussi sur fonds Marshall, mise sous tension en 1955. Désormais, il convient d’adosser la production sidérurgique nordiste, non plus aux ressources nationales, mais aux importations, essentiellement des États-Unis pour le charbon, du Brésil et d’Australie pour le minerai de fer. Là aussi, l’ampleur de l’effet modernisateur est considérable. À Dunkerque, la productivité est très supérieure à la moyenne française, voire européenne : en 1971, elle atteint 574 tonnes d’acier par ouvrier et par an, contre 214 dans l’ensemble de la France, 239 en Allemagne fédérale, 276 au Luxembourg9.

  • 10 Audrey Demory, Le Peignage Amédée et sesfiliales à l’étranger, de lafin du XIXe siècle aux années (...)

10Troisième grand pilier de l’économie régionale, les industries textiles restent durant les années 1950 le premier secteur d’emploi avec, au recensement de 1954, 23,2 % des salariés de l’industrie, une part relative largement supérieure à celle des charbonnages (19,7 %) et de la production et transformation des métaux (17,8 %). Géographiquement et financièrement, elles sont très concentrées. Sur le plan spatial, la spécialisation des grands foyers que sont Roubaix et Tourcoing pour la laine, Lille pour le coton, Armentières pour le lin, Dunkerque pour le jute reste forte, même si, depuis longtemps, beaucoup d’entreprises travaillent simultanément plusieurs fibres à la fois. Sur le plan financier, des opérations de rachats et fusions successives ont renforcé les grands groupes familiaux. Plusieurs, à l’image des Mulliez ou des Prouvost, ont d’ores et déjà transféré une partie de leurs actifs dans la grande distribution, la presse, le négoce. Là encore, la situation à la fin des années 1950 témoigne de leurs capacités d’adaptation. Ils n’hésitent pas, en outre, à se délocaliser à l’étranger. Significative est à cet égard l’évolution d’un groupe lainier comme le Peignage Amédée qui transfère après 1945 vers la Caroline du Nord ses usines de Nouvelle-Angleterre fondées à la fin du XIXe siècle et poursuit ses implantations dans d’autres contrées riches en main-d’œuvre ou en matière première comme la Colombie, l’Espagne, l’Afrique du Sud. Au contraire, le groupe cotonnier Coisne & Lambert, sis à Armentières, choisit pour se délocaliser les anciens territoires coloniaux en voie d’accéder à l’indépendance. Associé à des firmes alsaciennes, il s’établit au Sénégal, au Maroc, en Tunisie, puis revend ses avoirs à des intérêts locaux et se reconvertit vers la distribution, dans un tout autre domaine, celui du matériel électrique et électronique professionnel10.

11En cette fin des années 1950, la puissance économique du Nord-Pas-de-Calais reste nettement ancrée dans les activités productives. Au recensement de 1954, tandis que l’industrie (énergie et BTP compris) triomphe, avec 54,8 % des actifs, le secteur primaire n’occupe que 12,5 % des ceux-ci et le secteur tertiaire qui n’en emploie que 32,7 % est sous représenté par rapport à son niveau du reste de la France (38,5 %). Le Nord-Pas-de-Calais occupe pourtant une situation de carrefour avec les régions limitrophes. Ses ports maritimes, ses voies navigables, son réseau ferroviaire et routier sont animés d’un intense trafic, tant de voyageurs que de marchandises. On constate néanmoins que, durant la décennie, celui-ci n’a que très faiblement progressé et a même, en ce qui concerne les voies navigables, régressé. De même, la distribution commerciale, marquée par la pléthore des très petits établissements n’occupant aucun salarié (68 % du total, contre 60 % pour l’ensemble de la France) ne se transforme guère. Enfin la sous-administration sévit. Bref, la puissance productive repose pour l’essentiel sur l’industrie, et plus particulièrement sur deux branches, l’extraction charbonnière et l’industrie textile, qui totalisent, rappelons-le, un peu plus de la moitié des emplois secondaires et près du quart des emplois totaux. Il s’agit là d’une situation qui représente à la fois un héritage de la puissance passée, mais aussi une source de difficultés pour l’avenir.

  • 11 Henri Deligny, Le Nord demain, Paris, Gamma-Presse, coll. Promo, 1964, p. 26.
  • 12 Marcel Gillet, « Introduction générale » à La qualité de la vie dans la région Nord-Pas-de-Calais (...)
  • 13 William Arthur Lewis, La théorie de la croissance économique, Paris, Payot, 1963,455 p. (trad. d’u (...)
  • 14 Félix-Paul Codaccioni, De l’inégalité sociale dans une grande ville industrielle. Le drame de Lill (...)

12Formant avec cette puissance productive un abrupt contraste, on constate en 1958 les très médiocres performances du Nord-Pas-de-Calais en matière d’indicateurs démographiques et sociaux qui, à la différence des tonnes de blé, de sucre, de charbon ou d’acier, mesurent le niveau de vie des populations et le bien-être dont elles jouissent. Plusieurs ouvrages y insistent, dont certains datés du début des années 1960. C’est le cas, par exemple, de la brochure d’un journaliste de La Voix du Nord, Henri Deligny, qui, en 1964, juge « inacceptable » qu’une région « dont on pouvait croire qu'elle contribuait au progrès et au bien-être se classe parmi les plus mal loties de France : un parc automobile proportionnellement inférieur à celui de la Creuse ; la dernière région pour la consommation de fruits et légumes verts ; un confort des logements urbains situant les deux départements dans le peloton de queue ; une mortalité infantile les reléguant au 37e rang ; le plus faible pourcentage de bacheliers, d’étudiants, de médecins, de pharmaciens, de dentistes »11. Les universitaires procèdent aux mêmes constatations et en tirent de semblables appréciations. Par exemple, préfaçant les actes d’un colloque intitulé La qualité de la vie dans la région Nord-Pas-de-Calais au XXe siècle, Marcel Gillet ne manque pas de souligner que « de 1919 et même de 1945 à nos jours, le progrès social dans la région Nord-Pas-de-Calais n’[a] pas été à la mesure de l'effort et de la croissance économique ». Et d’annoncer, en des termes rares sous une plume d’universitaire : « Nous sommes parvenus à un stade de développement où la qualité de la vie, dans la région, doit être encore amendée. Sinon, la vague de fond des frustrations accumulées depuis trop de décennies se mettrait à déferler »12. Pour caractériser le phénomène, il popularise à propos du Nord-Pas-de-Calais la notion de « croissance sans développement », empruntée aux ouvrages qui décrivent la situation du Tiers Monde13. De même encore, consacrant sa thèse à la société lilloise au XIXe siècle, Félix-Paul Codaccioni voit s’y nouer un véritable « drame », annonciateur de la situation qui, selon lui, perdure un siècle plus tard14.

  • 15 INSEE, Population et économie de la région du Nord op.cit., p. 444-446. Tous les chiffres sont ceu (...)
  • 16 Voir à ce sujet Jean-Noël Jeanneney (dir.), L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio (...)

13Tout confirme la sévérité de tels constats, dont la répétition même souligne la permanence des maux mis en lumière. En 1958, le Nord et le Pas-de-Calais se classent, à de rares exceptions près, dans le dernier quintile des 90 départements français, avec des rangs extrêmement bas pour toutes sortes d’indicateurs : l’état sanitaire (respectivement, 88e et 87e pour la mortalité infantile, 47e et 88e pour le nombre d’habitants par médecin) ; le confort des logements urbains (74e et 87e pour la présence simultanée d’une installation sanitaire, de WC et de chauffage central, 79e et 90e pour le téléphone) ; le niveau d’instruction (72e et 89e pour la proportion de jeunes possédant un diplôme supérieur au certificat d’études primaires) ; l’équipement des ménages en biens durables (75e et 85e pour les automobiles) ; la progression des revenus (78e et 81e pour la croissance des salaires de 1951 à 1957) ; le niveau d’épargne (78e et 87e pour les avoirs en caisses d’épargne par habitant)15. On ne relève que quelques rares domaines où cette infériorité n’apparaît pas. C’est le cas, paradoxalement, du nombre de postes de radio et, plus encore, de télévisions par foyer qui situe le Nord et le Pas-de-Calais aux 8e et 25e rangs pour la radio, aux 1er et 5e rangs pour la télévision. Sans doute, en ce qui concerne la télévision, est-ce dû au fait que la région lilloise a été la première de province à être équipée en émetteurs et studios16. Par contre, bien évidemment, c’est en grande partie à la médiocrité du niveau de vie qu’il convient d’attribuer la persistance du tabagisme (14e et 8e rangs en 1956) et le grand nombre de débits de boisson (2e et 3e rangs).

  • 17 Serge Dormard, L'économie du Nord-Pas-de-Calais…, op. cit., p. 35.

14Il y a bien là un immense décalage avec la puissance productive, tout droit hérité du XIXe siècle, une source d’affaiblissement pour l’avenir aussi, car les habitants, constatant la médiocrité de leurs conditions de vie, sont tentés d’aller en chercher de meilleures ailleurs. C’est l’une des raisons qui expliquent l’apparition d’un solde migratoire négatif qui, d’une période intercensitaire à l’autre, tend à se creuser : 2 500 départs annuels nets de 1954 à 1962, puis 8 000 de 1962 à 1968, 17 000 de 1968 à 1975. Dès la fin des années 1950, le phénomène qui concerne en majorité de jeunes travailleurs, prive l’économie régionale d’une main-d’œuvre dont les branches « modernes », comme la construction mécanique et électrique, la fabrication de véhicules de transport, l’industrie chimique et parachimique, manquent cruellement. Ce n’est d’ailleurs pas la misère qui fait fuir les habitants. Si l’on ajoute aux salaires nets après impôts les revenus de transfert, notamment les prestations familiales et sociales, on constate que le revenu global des salariés, au milieu des années 1950, est à peine inférieur à la moyenne nationale : l’écart est de 3,6 % pour le Nord, de 5 % pour le Pas-de-Calais17. Ce sont plutôt d’autres raisons qui expliquent les départs : la tendance, déjà soulignée, à la stagnation des salaires, la médiocrité des conditions de vie, la faiblesse des offres d’emploi, surtout pour les jeunes filles, vu l’insuffisante tertiairisation. Par une sorte de choc en retour, les contre-performances en matière sociale affaiblissent l’économie régionale et freinent sa croissance. Du côté de l’offre, les entreprises manquent de main-d’œuvre qualifiée. Du côté de la demande, le marché intérieur demeure étroit et peu dynamique, notamment en ce qui concerne les biens d’équipement des ménages. Ainsi les insuffisances démographiques et sociales ne sont pas seulement l’occasion, pour beaucoup d’observateurs, de dénoncer un scandale moral, dans une région qui reste le deuxième pôle productif français. Elles forment aussi et surtout, pour l’avenir, une grave menace, car les perspectives de croissance semblent réduites et l’économie régionale se condamner elle-même à un progressif étiolement.

  • 18 Citons notamment Éric Kocher-Marboeuf, Le patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charle (...)
  • 19 Voir sur ce point les travaux d’Odette Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation. U (...)

15La place du Nord-Pas-de-Calais dans l’économie nationale entame en effet, dès la fin des années 1950, un déclin annonciateur des crises futures. Sa part dans le produit intérieur brut français ne progresse plus. Deuxième pôle économique, derrière la région parisienne, avec en 1951 9,4 % du total, il n’en représente plus que 7,8 % en 1959, puis passe à la troisième place en 1970, avec 6,5 %, derrière la région Rhône-Alpes. Le déclin relatif est évidemment lié à l’insuffisante diversification du tissu économique régional. Polarisé vers les activités d’amont (extraction charbonnière, sidérurgie, filature de la laine et du coton), celui-ci est atteint directement par les difficultés qui assaillent ces branches. L’extraction charbonnière, après avoir plafonné à 29 millions de tonnes de 1952 à 1960, chiffre déjà inférieur aux 32 millions de tonnes réalisées en 1939, décline rapidement au début des années 1960, lorsque commence à se manifester la crise qui frappe la plupart des bassins d’Europe occidentale, du fait de la concurrence des hydrocarbures et de la meilleure compétitivité des charbons importés. Le plan Jeanneney, déclenché en 1960, dont les circonstances d’élaboration et la portée sont aujourd’hui bien connues grâce aux travaux de plusieurs historiens18, rend inéluctable un recul que la politique de concentration des Houillères de bassin du Nord-Pas-de-Calais avait anticipé, en supprimant en moyenne 10 000 emplois par an durant les années 1950. Les industries textiles ne parviennent plus à préserver leurs débouchés sur le marché intérieur, de plus en plus pénétré par des importations en provenance d’Europe méridionale (Italie, Espagne, Portugal, Grèce) et d’Asie (Hong Kong, Inde, Pakistan), du fait de l’abaissement des barrières douanières consécutif à l’entrée en vigueur du traité de Rome et aux négociations commerciales multilatérales au sein du GATT. Comme, parallèlement, les exportations s’effondrent sur les anciens marchés coloniaux d’Asie et d’Afrique, du fait de l’accès aux indépendances, le recul du chiffre d’affaires est profond. Point d’étonnement à constater que les groupes textiles nordistes eux-mêmes, en optant pour la délocalisation des fabrications, sont responsables de la contraction des emplois dans la région. Enfin, s’agissant de la sidérurgie, les retombées de l’ouverture du pôle dunkerquois s’avèrent décevantes. Il s’affirme certes comme l’un des premiers, sinon le premier du pays. Mais il condamne du même coup au déclin les centres de l’intérieur, notamment ceux du Valenciennois et de la vallée de la Sambre, car, contrairement aux espoirs initiaux, aucune complémentarité véritable avec le pôle dunkerquois ne parvient à se mettre en place, malgré la spectaculaire mise à grand gabarit du canal Dunkerque-Valenciennes19.

  • 20 CERES, Population et main-d’œuvre dans les départements du Nord et du Pas-deCalais, 2e cahier, sep (...)
  • 21 Françoise Florent, La reconversion du bassin minier et les chambres de commerce et d’industrie de (...)

16Une telle évolution aurait pu susciter chez les responsables une vigoureuse mobilisation autour d’efforts continus pour redresser la situation et reconvertir l’économie nordiste. Le moins que l’on puisse dire est que l’on ne les voit guère se manifester au début des années 1960. Le fait est d’autant plus étonnant que, dès 1953, avait été fondé, sous l’impulsion du recteur Guy Debeyre et de l’industriel roubaisien du textile Bertrand Motte, le Comité d’études régional économique et social (CERES), préfiguration de la future Commission de développement économique régionale (CODER). À peine postérieure à celle qui avait amené les milieux dirigeants bretons à se regrouper autour du CELIB (Comité d’études et de liaison des intérêts bretons) lancé par René Pleven en 1950, une telle initiative laissait bien augurer du dynamisme nordiste. De fait, le CERES a publié des études sur l’économie régionale, parfois commandées à des universitaires réputés, et servi ainsi de vecteur à une prise de conscience20. Mais, pour des raisons liées en partie à l’attitude des milieux patronaux, notamment consulaires, face à la reconversion21, cette prise de conscience précoce n’est pas parvenue à déboucher sur une capacité d’influence sur le pouvoir parisien, en une période où, faut-il le rappeler, l’absence de décentralisation continuait à tout faire dépendre du niveau central.

  • 22 Patrice Caro, Olivier Dard et Jean-Claude Daumas (dir.), La politique d'aménagement du territoire  (...)

17Durant ces années, ne sont donc prises que de rares mesures, insuffisantes, semble-t-il, pour pallier les effets ravageurs d’une spécialisation régionale devenue inadaptée. En 1955, deux zones nordistes sont admises parmi celles recevant de l’État la prime spéciale d’équipement qui rembourse au maximum 20 % des dépenses d’investissement des entreprises désireuses de s’y installer : Béthune, à l’ouest du bassin minier, Avesnes-sur-Helpe, dans l’ancien foyer textile de Fourmies. Il s’y ajoute en 1959 Calais devenu, comme les deux précédentes, « zone spéciale de conversion ». L’apparition, dans le vocabulaire administratif, de ce terme, alors employé de préférence à celui de « reconversion », ne signifie malheureusement pas que l’État ait pris la mesure des problèmes spécifiques à la région du Nord-Pas-de-Calais. On le sait à travers les travaux consacrés par plusieurs historiens à la planification et à l’aménagement du territoire, notamment Olivier Dard22. En ce début des années 1960 qui voit la naissance de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), les hauts fonctionnaires qui sont en charge de ces dossiers tardent à comprendre l’ampleur des premiers symptômes de désindustrialisation, dans des régions de plus en plus vastes du territoire français, et la nécessité d’une politique de reconversion, car elle cadre mal avec leurs schémas de pensée, forgés autour de l’idée selon laquelle la croissance industrielle revêt nécessairement un caractère bénéfique et dynamisant. Il en résulte une relative passivité face à l’inadaptation de plus en plus flagrante des structures industrielles régionales.

  • 23 Voir sa description dans le rapport d’un inspecteur de la Direction des études économiques et fina (...)

18Le Nord-Pas-de-Calais manque ainsi des occasions qui lui auraient peut-être permis de valoriser ses atouts et d’implanter des activités industrielles nouvelles ou disparues de la région depuis longtemps. C’est le cas de la construction automobile. Celle-ci n’est pas dépourvue de passé dans le Nord, puisque Peugeot avait ouvert au début du siècle à Fives-Lille une usine de montage qui était restée active jusqu’à la Première Guerre mondiale23. Or, jusqu’à la fin des années 1960, la construction automobile reste quasiment absente de la région où elle emploie moins de 3 500 personnes. Il est d’ailleurs caractéristique d’observer que, lorsqu’en 1961 le groupe américain Firestone choisit Béthune pour implanter en France une importante usine de pneumatiques, cette décision s’explique uniquement par les avantages d’une situation centrale dans l’espace de l’Europe du Nord-Ouest, et en aucune manière par une complémentarité quelconque avec des constructeurs automobiles alors totalement absents de la région.

  • 24 INSEE, Population et économie de la région du Nord (...), op. cit., p. 5.

19Il en est de même du raffinage pétrolier. Malgré la présence d’une raffinerie de pétrole installée à Dunkerque depuis 1945 et possédée par le groupe BP-France, la production d’hydrocarbures qui en résulte est insuffisante pour amorcer une diversification de l’approvisionnement énergétique régional et lui permettre d’échapper au quasi-monopole des combustibles solides. La contraction progressive de leur extraction entraîne automatiquement une sensible baisse de l’importance relative du Nord-Pas-de-Calais dans le bilan énergétique national. Alors qu’en 1938 la région contribuait pour près de la moitié à la production d’énergie française (46 %), sa part est tombée à un peu plus du quart en 1958 (27 %)24. De plus on constate là aussi qu’il n’existe aucune complémentarité entre le raffinage pétrolier à Dunkerque et l’industrie chimique régionale qui en reste au stade, important mais limité pour l’avenir, de la valorisation des dérivés de la houille. Il en résulte un contraste sensible avec le dynamisme que manifestent durant cette période tous les foyers qui se consacrent à la pétrochimie. En ce domaine, se manifeste à nouveau la tendance générale à l’inadaptation de la structure économique régionale.

20S’il faut conclure cette brève présentation de la situation de l’économie régionale en 1958, c’est indéniablement par un bilan en demi-teinte où les aspects négatifs l’emportent sur les traits positifs. Certes le Nord-Pas-de-Calais s’est modernisé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il demeure une région puissante, la deuxième de France par ses capacités productives. Mais les transformations qui y sont survenues ont suivi une voie moins radicale que dans le reste du pays, de sorte que l’on a pu éviter, provisoirement, de remettre le passé en cause. Il en résulte une situation qui place l’économie régionale en porte à faux avec le reste du territoire français. À l’heure où s’affirment, depuis le milieu des années 1950, les « vingt décisives » qui entraînent jusqu’en 1975 l’économie nationale dans la voie d’une expansion accélérée et d’une ouverture résolue au monde moderne, le Nord-Pas-de-Calais, perdant son image ancienne de « région-pilote », devient peu à peu le symbole d’un espace économique vieilli, ayant grand besoin d’engager enfin sa reconversion.

Notes

1 Citons les ouvrages classiques d’Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Paris, Economisa, 1987, 447 p., d’André Gueslin, L'économie ouverte 1948-1990, Paris, La Découverte, coll. Repères, 1989,128 p., et le colloque publié par l’Institut Charles de Gaulle, 1958. La faillite ou le miracle. Le plan de Gaulle-Rueff, Paris, Économica, 1986, 194 p.

2 Jacqueline Beaujeu-Garnier, préface à l’Atlas du Nord de la France, Paris, Berger-Levrault, 1961, 106 p.

3 Serge Dormard, L’économie du Nord-Pas-de-Calais. Histoire et bilan d’un demi-siècle de transformations, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, 315 p.

4 Didier Paris, La mutation inachevée, Paris, L’Harmattan, 1993, 365 p.

5 Nicolas Delbaere, L’économie laitière dans le Nord-Pas-de-Calais : de l’âge rural à l'âge des marques, thèse, Lille 3, dir. J.-F. Eck, 2007, 1062 p.

6 INSEE, Population et économie de la région du Nord (Annuaire statistique rétrospectif), Lille, 1960, p. 298.

7 INSEE, Population et économie de la région du Nord (...), op. cit., p. 311 ; Claude Nistri et Roland Prêcheur, La région du Nord/Nord-Est, Paris, PUF, coll. France de demain, 2e éd. 1965, p. 86.

8 Lucie Daumont, Les usines chimiques de Mazingarbe de 1968 à 1980, mémoire de maîtrise, Lille 3, dir. E. Chadeau, 1997, 216 p.

9 Serge Dormard, L'économie du Nord-Pas-de-Calais..op. cit., p. 92.

10 Audrey Demory, Le Peignage Amédée et sesfiliales à l’étranger, de lafin du XIXe siècle aux années 1980, mémoire de maîtrise, Lille 3, dir. J.-F. Eck, 2002,151 p. ; Michel Rachline, Coisne & Lambert, histoire d’une association familiale et industrielle 1867-1992, Paris, Sonepar-Albin Michel communication, 1992, p. 29-31.

11 Henri Deligny, Le Nord demain, Paris, Gamma-Presse, coll. Promo, 1964, p. 26.

12 Marcel Gillet, « Introduction générale » à La qualité de la vie dans la région Nord-Pas-de-Calais au XXe siècle, Université de Lille 3, Éditions universitaires, 1975, 258 p., cit. p. 23.

13 William Arthur Lewis, La théorie de la croissance économique, Paris, Payot, 1963,455 p. (trad. d’un ouvrage publié en anglais en 1955).

14 Félix-Paul Codaccioni, De l’inégalité sociale dans une grande ville industrielle. Le drame de Lille 1850-1914, Lille, Presses de l’Université de Lille, 1976, 444 p.

15 INSEE, Population et économie de la région du Nord op.cit., p. 444-446. Tous les chiffres sont ceux de 1958, à l’exception du degré de confort des logements urbains et du niveau d’instruction (1954) et des dépôts en caisses d’épargne (1956).

16 Voir à ce sujet Jean-Noël Jeanneney (dir.), L’écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, Hachette, coll. Pluriel, 2001, notice « Les émetteurs de télévision », p. 240-242.

17 Serge Dormard, L'économie du Nord-Pas-de-Calais…, op. cit., p. 35.

18 Citons notamment Éric Kocher-Marboeuf, Le patricien et le Général. Jean-Marcel Jeanneney et Charles de Gaulle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003, 1209 p.

19 Voir sur ce point les travaux d’Odette Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation. Un siècle dans le Valenciennois, Paris, Presses de la Fondation des sciences politiques, 1984, 401 p. ; Trith Saint-Léger ; du premier âge industriel à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002, 368 p.

20 CERES, Population et main-d’œuvre dans les départements du Nord et du Pas-deCalais, 2e cahier, septembre 1954 ; id, Inventaire des productions charbonnières et sidérurgiques dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, 4e cahier, juillet 1955 ; Jacques Lecaillon, Les industries textiles dans le Nord-Pas-de-Calais. Structures et perspectives, Lille, CERES, 1958, 120 p.

21 Françoise Florent, La reconversion du bassin minier et les chambres de commerce et d’industrie de Béthune-Lens, Douai et Valenciennes 1945-1983, thèse Lille 3, dir. J.-P. Hirsch, 2001 ; Willy Jendrowiak, Entre conversion et reconversion : le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais (1960-1990), mémoire de master, Université d’Artois, dir. D. Varaschin, 2005 ; François Duriez, La chambre de commerce et d’industrie de Roubaix face à la reconversion industrielle entre 1947 et 1967, mémoire de master, Lille 3, dir. J.-F. Eck, 2007,109 p..-

22 Patrice Caro, Olivier Dard et Jean-Claude Daumas (dir.), La politique d'aménagement du territoire : racines, logiques et résultats, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, 360 p.

23 Voir sa description dans le rapport d’un inspecteur de la Direction des études économiques et financières du Crédit Lyonnais, reproduit dans L’industrie automobile 1905-1971, études présentées par Jean-Louis Loubet, Genève, Droz, 1999, p. 45-56.

24 INSEE, Population et économie de la région du Nord (...), op. cit., p. 5.

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540