Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Nord-Pas-de-Calais en 1958

 | 
Philippe Roger

Introduction

Philippe Roger

Texte intégral

  • 1 Les différentes analyses possibles de la crise de mai 1958 sont présentées par René Rémond dans Le (...)
  • 2 Mais combien de complots pour le 13 mai ?
  • 3 Il y a cependant une exception : Philippe Buton, « L’opinion publique en 1958 selon les rapports d (...)

1Les études consacrées à l’année 1958 ne manquent bien sûr pas. De nombreuses hypothèses ont évidemment été avancées afin d’essayer de comprendre les événements1. Il est bien entendu possible de mettre l’accent sur le rôle des hommes et de souligner la multiplicité des intrigues (des complots ?)2 qui conduisent au changement de régime. Mais ce type d’interprétation, qui se focalise sur les agissements de groupes plus ou moins restreints, n’est-il pas une facilité ? En effet, on sait que bien peu de complots ont jamais abouti et il reste encore, lorsqu’ils sont couronnés de succès, à expliquer leur réussite. Cela pose évidemment de nouvelles questions et conduit nécessairement, dans le cas qui nous intéresse, à rechercher les mécanismes qui sont susceptibles d’expliquer les événements de mai 1958. La Quatrième République n’est-elle pas tout simplement morte de son inaptitude à vivre et à accompagner la croissance économique et les changements sociaux ? Le 13 mai 1958, dans ces conditions, serait avant tout l’occasion pour une France en plein renouveau d’établir un régime plus stable, plus efficace, plus respecté. La Quatrième République était-elle cependant à ce point dépourvue d’atouts ? Le régime politique italien, par certains côtés si proche de celui de la France, a après tout tenu bien plus longtemps et n’a pas empêché le miracle économique. Mais il est vrai que l’Italie n’a pas dû combattre de longues années en Indochine puis en Algérie. Il convient aussi de se méfier des explications qui peuvent facilement devenir téléologiques : puisque la Quatrième République est tombée, cet événement n’était-il pas inscrit dans la nécessité (ce que l’on aurait naguère appelé le sens de l’histoire) ? Il suffit en conséquence d’en retrouver a posteriori les signes avant-coureurs, qui ne manquent naturellement pas. Mais cela, en définitive, ne prouve peut-être pas grand-chose : d’autres signes n’auraient pas davantage fait défaut si le régime en place avait perduré et il aurait sans doute été possible de démontrer (peut-être même facilement) le caractère somme toute inévitable de la survie de la Quatrième République. Reste enfin la part de la contingence (hasards, erreurs humaines), que l’on ne saurait tout à fait négliger : après tout, il n’était vraisemblablement pas impossible à Paris de parvenir à un compromis avec les hommes d’Alger. Les événements du 13 mai n’auraient été dans ce cas qu’une péripétie, même si, de toute façon, l’indépendance de l’Algérie était à terme pratiquement inéluctable (mais ce n’était peut-être pas le cas du retour du général de Gaulle). Quelles que soient les explications qui sont privilégiées, elles insistent cependant d’abord sur le changement de régime et les événements sont donc, dans l’immense majorité des cas, essentiellement analysés à l’échelle nationale, c’est-à-dire, en pratique, parisienne. Les origines de la crise expliquent par ailleurs que l’attention se soit bien plus portée sur la situation de l’Algérie que sur celle de la province, qui est généralement un peu oubliée3.

2Cette lacune est à l’origine des journées d’études que j’ai organisées le 13 et le 22 mai 2008 à Villeneuve d’Ascq, dans le cadre de l’université Charles de Gaulle-Lille 3, avec le soutien de l’IRHiS. Il est curieux de constater que le cinquantenaire de la Cinquième République est passé assez largement inaperçu. Alors même, que l’on débattait d’une éventuelle usure du régime, que l’on évoquait parfois une Sixième République et que des réformes malgré tout relativement importantes avaient modifié le fonctionnement des institutions, les médias ont surtout insisté sur le quarantième anniversaire de mai 1968 qui a largement occulté toute autre commémoration. Sans doute cette différence de traitement est-elle révélatrice des centres d’intérêt médiatiques (et peut-être mériterait-elle également une étude). Elle n’en reste pas moins passablement étrange. Faut-il y voir un signe de la mort du gaullisme historique ? On peut aussi remarquer que la fondation Charles de Gaulle avait organisé en octobre 1998 un important colloque sur l’avènement de la Cinquième République. Le jubilé se célébrerait-il désormais au bout de quarante ans ? Cette durée sensiblement raccourcie présente évidemment l’avantage de rendre plus probable la participation d’un certain nombre de témoins importants.

3En 1958, la France est en quelque sorte à mi-chemin des Trente Glorieuses. Cette expression a-t-elle cependant un sens pour les deux départements de la France septentrionale ? Ayant eu l’occasion de lire la plupart des rapports mensuels adressés pendant les années 1950 par Georges Phalempin, qui est alors le quasi inamovible préfet du Pas-de-Calais, au ministre de l’Intérieur, j’ai pu constater que ce haut fonctionnaire manifeste précocement (en fait dès le début des années 1950) d’assez vives inquiétudes sur l’avenir du Bassin minier et, plus largement, du département. À des degrés divers, la même préoccupation se retrouve chez un certain nombre d’hommes politiques locaux, en particulier pendant cette période au MRP et à droite. Le Nord n’est sans doute pas dans une situation fondamentalement différente. C’est l’ensemble de la région qui semble toujours condamnée à perpétuer le modèle hérité du dix-neuvième siècle d’une « croissance sans développement ». C’est justement en 1958 que Roland Nistri peut affirmer que « le Nord a progressé vers l’avenir à reculons ». La communication de Jean-François Eck, spécialiste d’histoire économique, dont les travaux portent sur les rapports économiques franco-allemands, la multinationalisation des entreprises françaises, mais aussi la reconversion des bassins charbonniers, montre bien pourquoi le Nord de la France, même s’il conserve encore à la fin des années 1950 une évidente puissance productive, n’en apparaît pas moins condamné au déclin, alors même que la croissance économique ne s’est pas accompagnée dans le passé d’un véritable progrès social et que presque tous les indicateurs sociaux situent le Nord et le Pas-de-Calais parmi les moins avancés des départements français.

4Si aucun démographe ne participait aux journées de mai 2008 (mais il est vrai que l’évolution de la population du Nord-Pas-de-Calais est connue grâce aux écrits de Pierre-Jean Thumerelle), Gabriel Garçon, mathématicien de formation et auteur d’une thèse sur les catholiques polonais en France de 1919 à 1949, a évoqué à cette occasion les Polonais du Nord dans les années 1950. Il n’a pas pu, malheureusement, nous fournir le texte de son intervention qui a été très riche : il a rappelé que l’histoire des Polonais du Nord a été étudiée de manière approfondie jusqu’en 1939, mais beaucoup moins pour la période suivante. Il a décrit l’évolution démographique de cette population (retours en Pologne, en particulier entre 1946 et 1948, naturalisations, mariages mixtes), ses positions politiques assez complexes marquées dans les années 1950 par l’élimination de la tendance communiste, ses problèmes culturels (avec en particulier la question de l’enseignement de la langue polonaise), sa vie religieuse active. Gabriel Garçon a conclu en posant la question, qui n’est pas propre aux Polonais, de l’intégration, dont il a montré la relative complexité : en 1958, les jeunes issus de l’immigration polonaise participent de plus en plus à la vie française (ne serait-ce que par le biais de l’école), mais, simultanément, les Polonais maintiennent leur tissu associatif, leur engagement catholique et leur art de vivre. Cette communauté apparaît donc en quelque sorte suspendue dans l’espace-temps, immergée dans la société française sans y être encore totalement.

5Le tableau, que Marie-Christine Allart, spécialiste de l’histoire agricole et auteur d’un livre consacré à l’évolution de l’agriculture en Artois dans la seconde moitié du vingtième siècle, dresse des campagnes septentrionales ressemble beaucoup à celui que Jean-François Eck fait de l’économie nordiste dans son ensemble : si le Nord et le Pas-de-Calais savent, après la Seconde Guerre mondiale, reconstruire et moderniser leur agriculture, plaçant la région, dont la superficie est pourtant assez modeste, dans les premiers rangs pour nombre de productions, l’innovation semble, à la fin des années 1950 et dans les années 1960, se déplacer vers d’autres régions. Le constat n’est une nouvelle fois pas fondamentalement différent avec l’exemple des Cartonneries de Gondardennes développé par Ludovic Laloux. Auteur d’ouvrages d’histoire du christianisme au XXe siècle, Ludovic Laloux s’intéresse en effet aussi à l’évolution économique et sociale du Nord de la France. Si l’entreprise étudiée réussit (non sans difficultés) sa reconstruction, la fin des années 1950 révèle aussi les limites atteintes par la modernisation qui paraissent difficilement dépassables mais qui menacent la compétitivité future des cartonneries (et, en fait, au-delà de cet exemple particulier, de pans entiers de l’industrie régionale).

6Le logement, et en particulier bien sûr celui des catégories populaires, constitue l’un des maux anciens et jamais entièrement résolus des deux départements de la France du Nord. Ce problème, traditionnellement grave, se pose naturellement de manière particulièrement dramatique après le Second Conflit mondial, qui a en grande partie détruit les villes du littoral et provoqué des dégâts considérables dans l’ensemble de la région. Thibault Tellier, dont les travaux associent histoire politique et histoire urbaine de la France contemporaine, rappelle que cette question n’est pas réglée en 1958, mais que cette année voit l’État central donner une nouvelle impulsion en matière de politique du logement et d’aménagement du territoire. L’enseignement peut lui aussi, en cette fin des années 1950, constituer l’une des grandes faiblesses du Nord. Dans ce domaine, l’accès aux sources apparaît assez étrangement malaisé et peu d’études abordent cette période. Le texte de Philippe Marchand, qui a consacré ses recherches à l’histoire de l’éducation et de l’enseignement dans France du Nord aux Temps modernes et à l’époque contemporaine, comble cette lacune et évoque les difficultés que connaissent les différents degrés d’enseignement. Il souligne en particulier la pénurie d’enseignants qualifiés dont souffrent les établissements scolaires de la région. Il précise cependant que des transformations affectent le primaire, le secondaire et le supérieur, à la veille des grandes réformes qui marquent les premières années de la Cinquième République.

7La communication de Catherine Masson, qui a publié en 2001 une biographie du cardinal Liénart, évêque de Lille de 1928 à 1968, révèle que l’année 1958 est également intéressante du point de vue religieux : les travaux de sociologie religieuse qui sont alors à la mode démontrent la vitalité spirituelle que conserve le diocèse, mais le texte de Catherine Masson analyse aussi les tensions qui parcourent le catholicisme nordiste et contribuent certainement à préparer son affaiblissement ultérieur. Dans le domaine sportif en revanche, aucune crise n’est en vue et l’engouement des Nordistes ne se dément pas. Olivier Chovaux, qui étudie l’histoire et la pratique du spectacle sportif et qui a consacré un livre, paru en 2001, à l’enracinement du football dans le Pas-de-Calais à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, montre que la vitalité des pratiques sportives tend à se confirmer et même à s’amplifier dans les départements septentrionaux. La période est en fait un nouvel âge d’or pendant lequel le sport confirme son importance dans la culture de masse.

8Si 1958 est donc loin d’être une date vide de sens pour l’économie, la société et les sensibilités nordistes, il n’en est pas moins évident que cette année est d’abord marquée par un tournant politique national. Le changement de régime ne peut pas manquer d’avoir des conséquences sur les forces politiques régionales. Celles-ci ne sont pas toutes étudiées dans ce volume. Il convient de citer ici l’intervention de Robert Vandenbussche, professeur émérite à l’université de Lille 3, qui évoque la fédération socialiste du Nord en 1958. Ce texte doit paraître dans un autre volume du CEGES qui sera consacré au socialisme et complétera de ce fait utilement le contenu du présent ouvrage. Bruno Béthouart, spécialiste de la démocratie chrétienne et de l’histoire régionale, montre quant à lui que les fédérations du Nord et du Pas-de-Calais du MRP sont, à l’image de tout le parti, en déclin pendant les années 1950, mais que l’année 1958 est marquée par un net sursaut. Jusqu’en 1962, le MRP connaît une certaine renaissance, qui constitue en quelque sorte son été de la Saint-Martin, mais qui est en fait éphémère, puisqu’il est ensuite, dans une large mesure, victime de ses contradictions internes. La situation du PCF apparaît, dans une certaine mesure, comme symétrique de celle de la démocratie chrétienne. Les communistes subissent en effet un double échec électoral, mais cette « année terrible » est suivie dès 1959 par un certain redressement. Serge Curinier, qui étudie en particulier l’histoire des communistes français, s’interroge sur le sens que peut, dans ces conditions, revêtir l’année 1958 : est-ce une crise que le parti surmonte finalement assez vite et plutôt bien ou faut-il au contraire l’interpréter comme la première étape d’un déclin structurel du communisme français qui ne devait toutefois se révéler pleinement qu’au début des années 1980 ? Jean-Marc Guislin, qui s’intéresse à l’histoire politique et administrative, aux assemblées locales et au personnel politique des dix-neuvième et vingtième siècles, souligne en tout cas que les élections législatives de novembre 1958 provoquent un important renouvellement du personnel politique régional. Fait rare dans des départements où le socialisme est depuis longtemps une force politique essentielle (et même souvent dominante) et où le communisme est puissant, la droite l’emporte nettement sur la gauche.

9Pareil résultat illustre bien l’importance de l’événement. L’étude de l’économie ou de la société et l’analyse des évolutions que connaissent les forces politiques ne doivent en effet naturellement pas faire oublier que le 13 mai est d’abord un événement. Je me suis efforcé, dans ma communication, d’analyser quelles réactions il avait pu susciter dans l’opinion du Pas-de-Calais. À la lecture des rapports officiels, la Quatrième République ne paraît pas, au printemps 1958, sur le point de s’effondrer et la lassitude croissante suscitée par le conflit algérien ne semble pas devoir prendre dans un avenir immédiat une forme politique. La population du Pas-de-Calais ne rejette en fait pas vraiment le régime en place, mais elle n’est certainement pas prête à risquer la guerre civile pour le défendre. Elle accueille donc dans sa grande majorité avec soulagement l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle qui permet d’écarter le risque majeur, celui de la guerre civile. L’étude de Marc Coppin, qui enseigne au lycée Sophie Berthelot de Calais et achève, sous la direction de Bruno Béthouart, une thèse sur La côte d’Opale en guerre d’Algérie (1954-1962) est incontestablement très originale. Portant sur les arrondissements littoraux du Nord et du Pas-de-Calais, elle démontre elle aussi qu’un certain attentisme règne en 1958 et que l’opinion, dans l’ensemble, accorde sa confiance à l’ancien chef de la France libre. La situation est toute différente en 1961. Confrontées au putsch, les populations du littoral ont alors le sentiment que la République court un réel danger et elles apportent clairement leur soutien au pouvoir en place.

10Albert Châtelet semble a priori nous éloigner beaucoup des départements septentrionaux. Mais Jean-François Condette, spécialiste de l’histoire de l’enseignement à l’époque contemporaine, qui consacre une partie de ses travaux aux élites culturelles de l’État, à leurs caractéristiques et à leurs combats culturels, rappelle que ce personnage, qui, en 1958, se présente à l’élection présidentielle contre le général de Gaulle, est né en Artois et qu’il a passé toute sa jeunesse dans la région. Ce volume est enfin utilement complété par le témoignage d’Yves-Marie Hilaire. Longtemps membre du corps enseignant de l’université Charles de Gaulle-Lille 3, avant tout connu pour ses travaux d’histoire religieuse (on se contentera de citer ici Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras), il a également été un acteur de la vie politique et syndicale locale. Il rappelle ici comment la guerre d’Algérie fut vécue à Lille dans les milieux étudiants et enseignants.

11Un premier bilan de ces journées d’études révèle un certain nombre de pistes qui s’ouvrent à la recherche. Il apparaît évident que la deuxième reconstruction du Nord-Pas-de-Calais mériterait, à l’instar de ce qui a déjà été effectué pour la première (lors du colloque d’Arras de novembre 2000), une étude approfondie qui combinerait les approches architecturales, économiques, politiques, sociales et urbanistiques. Ce pourrait être l’objet d’autres rencontres organisées par les différentes universités de cette région. Un des regrets que laissent ces journées d’études est d’ailleurs l’absence d’intervention consacrée à la situation précise d’une ou de plusieurs grandes villes de la région en 1958. Peut-être faut-il y voir la nécessité de relancer ce type d’approche monographique qui fut un temps très à la mode ?

12Les communications d’histoire économique ont rappelé la puissance que la région conserve en 1958, tout en montrant les signes annonciateurs de son profond recul ultérieur. Ce sujet, qui, même aujourd’hui, reste d’actualité (l’affaiblissement économique relatif de la région ne semble pas s’être véritablement interrompu) devrait, lui aussi, être à nouveau abordé, ne serait-ce que pour tenter de mieux répondre à une question capitale : pourquoi une région malgré tout pourvue d’atouts non négligeables n’a-t-elle pas su enrayer un déclin souvent vertigineux ?

13Les différentes interventions révèlent aussi à quel point la période abordée (la fin des années 1950 et le début des années 1960) peut représenter un tournant dans des domaines aussi variés que l’enseignement, les pratiques religieuses ou le sport, ce qui appelle certainement là aussi de nouvelles recherches. La lecture du texte de Philippe Marchand montre par exemple quel serait l’intérêt pour les Nordistes d’une biographie du grand recteur que fut Guy Debeyre.

  • 4 J’ai essayé de le montrer dans un texte disponible sur le site HAL-CNRS : « Les enjeux département (...)
  • 5 Corinne Krajewski, Le Rassemblement du Peuple Français dans le Nord (1947-1953), Villeneuve d’Ascq (...)

14Les rapports entre vie politique locale et événements nationaux ont bien sûr été largement abordés, mais l’on peut penser que ce sujet est encore très loin d’être épuisé. Sans doute faut-il se pencher à nouveau sur faction des conseils municipaux et généraux de la Quatrième République et des années 1960. A l’interface des événements nationaux et locaux, ce sont d’excellents révélateurs des enjeux d’une époque et des changements en cours4. Les forces politiques et syndicales restent, elles aussi, imparfaitement connues : il conviendrait par exemple de revenir sur les transformations de la CFTC, de FO ou de la CGT dans la région pendant la Quatrième République ou sur l’impact local, qui n’a pas été négligeable, du dorgérisme renaissant et du poujadisme. Si le gaullisme a été étudié dans le département du Nord5 il ne serait par ailleurs pas nécessairement dépourvu d’intérêt d’essayer de comprendre l’évolution de cette force politique dans le Pas-de-Calais pendant la Quatrième République et pendant les premières années du régime suivant (ne serait-ce que pour mieux expliquer les différences entre les deux départements septentrionaux).

15Il reste donc, de toute évidence, un travail considérable à accomplir pour mieux mettre en lumière les transformations décisives intervenues dans la région pendant les années 1950 et 1960.

Notes

1 Les différentes analyses possibles de la crise de mai 1958 sont présentées par René Rémond dans Le retour de De Gaulle, Bruxelles, éditions complexe, 1987, 213 p.

2 Mais combien de complots pour le 13 mai ?

3 Il y a cependant une exception : Philippe Buton, « L’opinion publique en 1958 selon les rapports des préfets » dans Fondation Charles de Gaulle, L’avènement de la Ve République Entre nouveauté et tradition, Paris, Armand Colin, 1999, 384 p.

4 J’ai essayé de le montrer dans un texte disponible sur le site HAL-CNRS : « Les enjeux départementaux des questions de politique nationale et internationale : l’exemple des débats du conseil général du Pas-de-Calais de 1945 à 1958 ».

5 Corinne Krajewski, Le Rassemblement du Peuple Français dans le Nord (1947-1953), Villeneuve d’Ascq, Université de Lille 3, 1984, 208 p. Voir aussi Corinne Desfachelle-Krajewski, « L’action des élus RPF à Lille », dans Fondation Charles de Gaulle, De Gaulle et le RPF, Paris, Armand Colin, 1998, p. 483-494.

Auteur

Université de Lille 3 - UMR CNRS - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540