Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Le quotidien du Résistant : entre improvisation et expédients – Synthèse de témoignages filmés

Odile Louage

Texte intégral

1Depuis 2002, le Musée de la Résistance a procédé à l’interview de membres de réseaux ou de mouvements de la région interdite. Ces entretiens ont été filmés et les bandes déposées dans les locaux du musée.

  • 1 Les archives du Musée de la Résistance de Bondues sont consultables sur rendez-vous.

2Nés pour la plupart dans les années vingt, ces hommes et ces femmes appartiennent à des familles de Résistants et peuvent évoquer, non seulement ce qu’ils ont vécu et ce qu’ont vécu leurs parents. Ils appartiennent à diverses organisations de la zone rattachée1 : Alliance, Zéro-France, Ali-France, FTPF, WO, POWN, OCM ou La Voix du Nord.

3Il n’a pas été question ni de quantifier ni d’équilibrer la part de chacune de ces organisations ; la liste peut être considérée comme aléatoire. Il s’agit de témoignages permettant de saisir la vie quotidienne, les difficultés rencontrées, et les solutions qui ont été trouvées par chacun pour mener à bien sa mission. À l’écoute de ces témoins, il a paru possible de reconstituer de manière vivante ce qu’a été le quotidien du Résistant, de découvrir les moyens qui lui ont permis de faire face, dans une période marquée par la pénurie, les entraves à la circulation, et la présence policière.

4Certes le corpus est un peu « maigre ». Les exemples retenus sont ceux de résistants domiciliés dans l’agglomération lilloise. Par ailleurs les témoignages, un demi-siècle après les événements, sont inévitablement filtrés par une mémoire sélective.

5Beaucoup de ces Résistants ont pris des notes, ont écrit leur parcours personnel ou celui de leurs parents. Ce complément d’informations permet de conforter les témoignages, nécessairement trop brefs, de mieux illustrer ce qu’a été la vie quotidienne. Mais le témoignage est utilisé prioritairement pour élaborer cette synthèse.

6Quelles observations en retirer ?

Les Résistants conservent une vie de famille

7Les Jeunes nés dans les années vingt ont un engagement souvent personnel mais ils sont influencés par leur milieu familial

  • 2 Maurice Vandekerkhove, Souvenirs de guerre, 2004, Musée de Bondues.
  • 3 Interview du 10.09.2002.
  • 4 Interview du 30.05.2005.
  • 5 Interview du 20.06.2002.
  • 6 Interview du 29.03.2003.
  • 7 Interview du 12.09.2002.
  • 8 Interview du 17.03.2006.

8Maurice Vandekerkhove2, né en 1919, comme Jacques Rousseau,3 né en 1925, ont des parents belges qui ont connu la guerre de 14 et qui ont participé à la Résistance, pour l’un comme dessinateur au journal L'Oiseau de France ou rédacteur à la Libre Belgique. Paul Cousin4 né en 1921, Georges François5 né en 1922, Jacques Desbonnet6 né en 1923, comme Jean Soudan7, ont des parents qui restent en retrait. Ils sont certes très hostiles à l’occupation allemande ; ils sont complices mais prudents. Helena Backiel-Jedrzejewska8, née en 1923 est recrutée par le POWN parce que son père est très connu dans la communauté polonaise pour ses engagements consulaires. Les enfants savent qu’ils peuvent compter sur eux. Ils trouvent dans le milieu familial une aide financière, un soutien logistique, matériel et affectif.

  • 9 Interview du 26.09.2002 et Jacques Yves Mulliez, Nous avions Vingt ans, en cours de rédaction.
  • 10 Interview du 28.06.2002.
  • 11 François Carlier et Jean Soudan, Jean Soudan, Flossenbourg matricule 43400, un lycéen roubaisien d (...)

9Jacques Yves Mulliez9, né en 1917, officier en mission de renseignement dans le Nord pour le compte du 2° bureau de Vichy, est hébergé chez sa sœur, et son beau-frère notaire à Roubaix. Georges Delepaut10 né en 1923, devient clandestin en décembre 1943, il peut alors compter aussi sur l’aide de sa sœur. C’est parce qu’il essaie de se réfugier dans sa famille, que Jean Soudan11, responsable d’un groupe de 50 résistants OCM, est arrêté en avril 1944.

  • 12 Édouard Pick-Herbaut, Le devoir de Mémoire, Louis, Suzanne et Andrée Herbaux, 1995, 34 p.

10Parfois ces jeunes sont à l’origine de l’engagement de leurs parents. Édouard Pick, raconte l’histoire de sa femme, Andrée Herbaux12, épousée après son retour de déportation. À 18 ans elle entend et prend en sténo le discours du 18 juin ; elle le diffuse. Après une rencontre avec Mircea elle fait entrer ses parents dans le réseau Alliance. Elle aura le surnom de « fauvette ». C’est par elle que l’abbé Bonpain, à la suite d’une confession, est recruté par Louis Herbaux et participe au groupe de Dunkerque.

La Résistance se fait donc en famille

11Les couples apparaissent solides et solidaires dans leur engagement, même si, compte tenu des valeurs de l’époque la femme reste parfois en retrait.

  • 13 Jean Pouille, Vae Victis, tome II : Résistance et déportation, 2004, à compte d’auteur.
  • 14 Interview de Geneviève Delerive-Pouille le 26.02.2007.

12Robert Pouille et son épouse13 ont neuf enfants et mènent une vraie vie de famille dans la grande maison de la rue Jean Jaurès à Armentières. Leur fille Geneviève14 raconte comment leur père s’occupe des enfants, joue avec eux, invente des activités. Sa femme très occupée par les nombreux enfants en bas âge, n’en est pas moins une aide précieuse pour les activités de son mari. Elle héberge chez elle des aviateurs alliés ; l’un deux est opéré par un médecin ami, le docteur Potier, à leur domicile. Elle demande à sa femme de ménage, dont le fils est prisonnier, d’héberger des clandestins Elle s’occupe de fournir des vivres au couple de Juifs réfugiés dans une maison voisine en compagnie de leurs deux enfants de septembre 1942 à la Libération. Elle héberge même Madame Petithory à la suite du démantèlement de l’État-major de Voix du Nord, alors même que son mari a été arrêté en 1943.

  • 15 Interview du 16.12.2003 et Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, 74 p. de texte 224 p. de documen (...)
  • 16 Edgar d’Hallendre, La Résistance à La Madeleine, 29 p.

13Eugène et Lucienne d’Hallendre15 habitent La Madeleine. Très tôt entré en Résistance, ce cheminot basé à Arras, demande à sa femme de l’aider à coordonner le réseau d’évasion déstabilisé par l’arrestation de François Duprez16. Elle ne cache pas les hommes chez elle, mais aide les hôtesses à réunir vivres et vêtements. Elle tape tous les rapports de son mari. C’est chez elle que se tient la réunion des responsables OCM avec Passy en avril 1943.

  • 17 Interview de Jacqueline Thibaut-Legrand le 5.12.2006.
  • 18 Interview du 18.11.2002.
  • 19 Dossier Action 40, musée de Bondues et Interview de M. Vandekerkhove.
  • 20 Dossier Action 40, musée de Bondues et Interview de M. Vandekerkhove.
  • 21 Interview d’Esther Brun, 2002.
  • 22 Interview d’Yvonne Abbas, 2002.

14On pourrait évoquer les Legrand17 rue du Soudan à Tourcoing, les Graux18, les Pieters19, les Chevalier20 à Roubaix, mais aussi Esther et Léon Brun21 de Harnes, Yvonne et Florent Debels22 à La Madeleine. Esther et Yvonne partagent les convictions communistes de leurs maris et poursuivent leur combat après leur arrestation ou leur condamnation à mort. Elles sont par la suite arrêtées et déportées.

15C’est dans leur famille que les Résistants trouvent les ressources logistiques nécessaires à leur activité. Dans le cadre des réseaux d'évasion l’hébergement ne donne lieu à aucune rétribution. De plus l’arrivée des fugitifs n’est jamais programmée, il faut donc s’adapter constamment : trouver des moyens pour suppléer au manque de tickets d’alimentation, des vêtements, des solutions d’hébergement, sachant que l’hôte ne reste que quelques jours et passe de main en main...

  • 23 Interview du 27.06.2007.
  • 24 Archives d’Hallendre.

16On recourt donc à la production domestique. Jenny Delmas-Marsalet23, femme de médecin et mère de quatre enfants, élève des lapins dans sa cour ; cela lui permet d’apporter un peu de nourriture à sa voisine d’Étaimpuis chez laquelle son mari (alias Judex) a caché un aviateur. Rosine Witton24, fait des confitures avec les aviateurs quelle héberge, pour les occuper certes, mais aussi parce que c’est une façon de varier les menus et d’utiliser les fruits.

  • 25 Interview d’Yves Graux, son neveu, le 18.11.2002.
  • 26 Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, op. cit.

17Suzanne Derache25, qui héberge, à Roubaix, Paul Joly puis Gérard Raisin, a recours à des complicités locales. Bien implantée dans son quartier, elle se ravitaille chez des commerçants compréhensifs... et sûrs. Valentine Ployart26 leur donne les vêtements de son mari prisonnier

18Toute cette génération de femmes a appris à cuisiner et à coudre ; elles sont capables de retailler et de mettre aux mesures des fugitifs les vêtements civils usagés.

  • 27 Interview de Marie-Thérèse Vandorpe-Géré, sa fille, le 22.09.2006.

19Les maisons servent aussi à cacher les documents, de boîtes aux lettres, de lieux de réunions, d’ateliers clandestins. Emma Géré27 abrite le QG de La Voix du Nord à Fives ; dans un lieu assez retiré et discret sont tirés les numéros 14 à 30 du journal clandestin... jusqu’à ce qu’une remarque de l’agent relevant les compteurs d’électricité et s’étonnant d’une consommation excessive, oblige à déménager les machines.

L'engagement des enfants dans le combat de leurs parents : un fait troublant

  • 28 Interview de Marie-Thérèse Vandorpe-Géré, le 22.09.2006.

20Marie Thérèse Géré28 née en 1926, orpheline de père, est totalement avertie des activités de sa mère recrutée par Jules Noutour. Au cours d’au moins 7 réunions des responsables de La Voix du Nord qui se tiennent chemin des Alouettes, entre le 20 septembre 1941 et le 15 avril 1942, elle fait le guet dans la rue ; elle a vu Jules Noutour apporter la ronéo et participe au pliage et à l’empilement des feuilles. Elle sait qu’il cherche à placer des aviateurs chez des voisins, mais aucun ne réside chemin des Alouettes.

  • 29 Jean Pouille, Vae Victis, op. cit.
  • 30 Interview de Geneviève Delerive-Pouille, le 26.02.2007.

21Les trois aînés de la famille Pouille29 : Marie-Paule née en 1927, Geneviève30 née en 1929 et Jean né en 1930 sont mis au courant des activités de leurs parents. Jean est chargé de faire le ravitaillement et effectue de longues courses à travers la campagne pour nourrir, non seulement la famille, mais aussi les fugitifs qu’ils ont pris en charge. Les enfants servent d’agents de liaison, connaissent les adresses des autres résistants d’Armentières. Lors de l’arrestation de Robert Pouille, le 13 décembre 1943, les filles vont immédiatement alerter les membres du réseau.

  • 31 Interview du 18.11.2002 et archives Zéro-France, Musée de Bondues.

22Yves Graux31, né en 1930, transporte des fonds pour Zéro-France dans son cartable d’écolier. Il fait changer des dollars en francs chez l’agent de change Émile Meerschaert de Roubaix. Lors de l’arrestation de Paul Joly en juillet 1943, il aide à déménager le grenier de sa tante Suzanne Derache, transporte et cache dans une chapelle de la centrale des œuvres de Roubaix, les appareils de microfilms. Il dessine les plans de repérage et les fanions des régiments allemands sur les rapports de renseignements que tape à la machine Geneviève Liebert.

  • 32 Interview de Jacqueline Thibaut-Legrand, le 5.12.2006.

23Jacqueline Legrand32, née en 1928 et Andrée, son aînée, n’ont pas accès au dernier étage de leur maison rue du Soudan à Tourcoing où s'est installé, en janvier 1944 le radio Gérald alias Lucien Gaudfroy. Elles sont chargées de surveiller les environs pendant les émissions et de signaler immédiatement les voitures radio goniométriques allemandes. La jeune Jacqueline, âgée de 16 ans, sert d’agent de liaison ; elle est autorisée par ses parents à suivre Gérald, comme agent de liaison en Seine et Marne. Le poste opérateur est alors occupé par Conrad, aidé par Andrée.

Vie professionnelle et activités de Résistance

24Les Résistants travaillent dans des activités variées ; ils savent utiliser les compétences, les particularités et les prérogatives de leur profession.

Ils utilisent les compétences et les particularités de leur profession

Les compétences linguistiques

  • 33 F. Carlier et J. Soudan, Jean Soudan, Flossenbourg, op. cit.

25Jean Soudan33, né en 1923, est un élève de baccalauréat littéraire au lycée Gambetta de Tourcoing ; il a déjà participé à des petits journaux de classe patriotes et subversifs. Il est recruté par Roger van de Velde, 23 ans, du réseau Centurie à cause de sa bonne connaissance de l’allemand. Il passe les concours de la SNCF qui recherche des interprètes français pour le réseau Nord. Le 18 août 1942, il réussit le concours d’inter prète-téléphoniste-graphiteur. Il est affecté au dépôt de locomotive de Tourcoing à 5,79 francs de l’heure, 38 heures par semaine. Il traduit tous les documents allemands, établit les tableaux de marche des convois, positionne les locomotives en fonction des trajets à effectuer. Par des rapports quotidiens, il transmet des informations précieuses sur la fréquence et la composition des convois. Il donne une réponse la plus lente possible aux demandes de la Reichbahnkommandatur.

26Il démissionne de la SNCF, en novembre 1942 pour reprendre ses études, puis entre dans l’OCM.

Les possibilités de déplacement

  • 34 Interview de Jacques Desbonnet le 26.03.2003.

27Jean Desbonnet34, né en 1923, accompagne à partir de mai 1941 le capitaine Salomé dans ses campagnes de déminage. Celui-ci est en effet directeur du service de déminage pour le Nord Pas de Calais, l’Aisne, et la Somme. Ils se déplacent dans toute la zone interdite, et ont accès à la zone côtière. Ils peuvent prendre des relevés topographiques repérer des emplacements stratégiques, prendre des photos.

  • 35 Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, op. cit.

28Eugène d’Hallendre35 et son adjoint Lucien Delassus, grâce à leur fonction au service des voies et voiries de la SNCF, peuvent circuler très facilement à travers les deux départements

  • 36 Interview du 5.07.2004.

29Georges Marc, père de Raymonde Marc-Fleurquin36, habite Toufflers, à proximité de la frontière ; il est recruté par Joseph Dubar et utilise son métier de douanier pour servir dans le réseau Ali-France. Après son arrestation en décembre 1941, sa fille, née en 1923, reprend sa fonction et pendant dix-huit mois reçoit et convoie les évadés venus de Belgique vers Paris et parfois même jusqu’en zone sud. Elle réalise un voyage par semaine.

  • 37 Interview du 27.06.2007.
  • 38 Dossier Action 40, Musée de Bondues.

30Jenny Delmas-Marsalet37 rejoint son mari dans le Nord en juin 1942. Installée à Etaimpuis, elle franchit facilement la frontière pour rejoindre le cabinet médical de son mari installé à Wattrelos. Celui-ci a pris la succession de Paul Joly et travaille aussi avec WO. Elle explique que les médecins pouvaient mettre au service de la Résistance leurs prérogatives professionnelles : téléphone, voiture, cabinet médical où peuvent se réunir les gens. Ce n’est pas pour rien que c’est chez le docteur Guislain38 qu’est arrêté tout l’état-major de La Voix de la Nation, en mai 1942.

Ils sont responsables dans leur entreprise à des niveaux différents certes, et ont donc un l'autorité nécessaire pour prendre des décisions

  • 39 Archives d’Hallendre.

31Jean Dordain39, né en 1902, est directeur d’un grand magasin de vêtements d’Arras « Paris-Vêtements » De la mi-1942 à mi-1943, il fournit à d’Hallendre plus de 30 jeux de vêtements pour les pilotes qui sont pris en charge par Rosine Witton.

« Ma profession (confectionneur) m’aidait beaucoup pour la fourniture de vêtements aux pilotes en détresse... De 1942 à juillet 1943, j’ai personnellement convoyé, hébergé, habillé, 32 pilotes anglo-américains, canadiens, ou néo-zélandais, parmi lesquels Maurice Wilson le fils du généralissime anglais ».

32Les artisans utilisent le système D, de la débrouille, des relations, du troc...

Dorénavant, quand mon père (qui dirige une menuiserie) travaillera pour une entreprise, un artisan, un cultivateur, un commerçant... sa première préoccupation sera, avant de discuter il pourra obtenir sans ticket, selon Jean Soudan, alors lycéen.

  • 40 Jean Pouille, Vae Victis, op. cit.

33Robert Pouille40, industriel en mécanique d’Armentières, assure la réparation du matériel agricole des cultivateurs de la région. Il demande à ses clients, un paiement en nature, en produits alimentaires nécessaires pour entretenir non seulement sa nombreuse famille, mais également les pilotes recueillis.

  • 41 Archives d’Hallendre

34Eugène d’Hallendre41 réussit à se procurer du papier pour La Voix du Nord. Il a réalisé des travaux sur l’embranchement ferré de la papeterie Béghin à Corbehem. Il demande un règlement en nature et obtient des stocks de papier. Le transport est assuré par draisine par d’Hallendre et Delassus, en trois voyages, jusqu’à Arras et stocké après transport par camion, chez Fernand Lobbedez, ancien maire d’Arras. Ensuite c’est le propriétaire d’un atelier de réparations de moteurs de Lille qui assure l’approvisionnement du journal clandestin en papier. Il a également facilité le transport de soldats alliés évadés.

Ils activent leurs réseaux de relations

  • 42 Interview d’Yves Graux.

35Suzanne Derache42 est employée au Crédit Commercial de France, à Roubaix. Elle tient le guichet « Titres et coupons » et a dans sa clientèle, des commerçants, des artisans, des membres des classes moyennes. Son réseau de relations - privilégiées car elle a une bonne connaissance du patrimoine de ses clients - lui permet de demander des services.

  • 43 Archives Zéro-France.

36Elle connaît également les agents de change et notamment Émile Meerschaert, à Roubaix. Il est complice, sans être actif. Il échange les dollars tout neufs, transportés dans le cartable de son neveu Yves, envoyés par Londres à Gérard Raisin43, en francs usagés ; cette opération est interdite. Aucun papier n’est signé, juste une consigne adressée au jeune garçon « tu retiens bien le taux de change ! ».

Les Résistants bénéficient de soutiens extérieurs, mais qui varient suivant l'époque et selon le type d’activité

37On pourrait retenir trois exemples

La fabrication de faux papiers

38Au début de l’occupation, les Résistants font preuve d’ingéniosité et de débrouillardise.

  • 44 Dossier de liquidation d’Action 40.

39Jean Chevallier44, né en 1896, est imprimeur à Roubaix ; il est sollicité par les résistants de La Vraie France ; il augmente ses « bouillons » (chutes d’impression) pour se procurer la matière première nécessaire à la fabrication des cartes.

40Pour imprimer celles-ci Maurice Vandekerkhove, recruté par Jeanne Huyghe, sage femme et distributrice de Les Petites ailes, essaie d’acheter du matériel et des produits de reproduction chez deux droguistes différents, pour brouiller les pistes. Et parce qu’il est novice en la matière il acquiert un manuel professionnel de photomécanique de reproduction. Tout cela ne servira pas. M. Gunther, graveur, réalise des reproductions très professionnelles.

41Jeanne Huyghe se rend dans les bureaux des policiers ou des conseillers municipaux de ses relations, pour trouver des cachets et des tampons.

  • 45 Brendan Murphy, Turncoat, the strange case of british traitor, sergeant Harole Cole, London, Mac D (...)

42Pour le passage de la Somme, à l’initiative notamment de l’abbé Carpentier45, les fugitifs empruntent les ausweiss des ouvriers qui traversent le pont, et après le passage les rendent à leurs passeurs. Les documents serviront pour une autre traversée.

43Puis les fonctionnaires sont sollicités.

  • 46 Jean Soudan, Un lycéen roubaisien dans la tourmente, op. cit.

44Jean Soudan46 en novembre 1943, responsable du secteur Roubaix sud pour l’OCM, réussit à obtenir de « vrais faux papiers » fournis par le commissaire de police Boutemy du 2° arrondissement de Roubaix

  • 47 Georges Delepaut, Mon histoire de résistant, 2001, 17 p. et 14 documents.

45Après la mise en place du STO en février 1943, la demande de faux papiers augmente considérablement. Georges Delepaut47, responsable FTPF, a un contact avec un brigadier de police de Roubaix, qui glisse les « vrais faux papiers » dans la pile destinée à la signature. Le commissaire soupçonneux, demande de joindre le dossier correspondant. Georges Delepaut lui intime l’ordre de signer toutes les cartes, sans réserves, sous peine de sanctions après guerre, au nom de la Résistance.

  • 48 Chanoine Detrez, Quand Lille avaitfaim, Lille, SILIC, 1945. Félicien Hautcoeur, ancien secrétaire (...)

46Cette activité est largement relayée dans toutes les administrations. Comme à l’Hôtel de ville de Lille dont le secrétaire général est Félicien Hautcoeur48.

  • 49 Interview du 19.09.2002.

47La Libération approche, le nombre de clandestins augmente considérablement C’est alors que se développent les coups de main contre les mairies : Jacques Rousseau49, évoque la faible résistance des agents publics.

Les sabotages

48Dans l’été 1940, ce sont des actes individuels qui ne nécessitent aucun matériel.

  • 50 Jean Soudan, Un lycéen roubaisien dans la tourmente, op. cit.

49Jean Soudan50, alors réfugié à Calais, sabote les véhicules britanniques abandonnés, en enlevant les têtes de delco qu’il jette dans les égouts. Il sabote aussi les instruments d’optique de 24 blindés cuirassés, rendus inaptes au tir. Il place des pastilles incendiaires au phosphore récupérées dans un camion britannique ce qui lui permet d’incendier 3 voitures allemandes.

  • 51 Interview et Mémoires.

50Maurice Vandekerkhove51, embauché dans un garage provisoire à Roubaix, remplit les batteries des véhicules allemands avec de la limaille de poussière d’acier provenant de la lime des ajusteurs.

  • 52 Interview du 26.03.2003.

51Jacques Desbonnet52 déplace les panneaux indicateurs allemands, répand des clous sur la chaussée, verse de l’acide sur les pneus des camions, ou coupe des câbles téléphoniques.

  • 53 Interview et Mon histoire de Résistant, op. cit.

52Georges Delepaut53 est affecté au dépôt de locomotives de Tourcoing. Il intervient sur les locomotives en provoquant des avaries : boîtes chaudes ou pertes d’embiellage de distribution de vapeur. L’intérêt de ces interventions est de bloquer les locomotives en pleine voie, et donc de retarder les convois.

53Pour les opérations plus lourdes, il est nécessaire de disposer de matériel professionnel. WO fournit le matériel grâce aux parachutages à partir d’avril 1943. L’attaque du dépôt de locomotives de Tourcoing, est réalisée dans la nuit du 20 au 21 décembre 1943, par les FTP. Georges Delepaut, accompagné de 4 agents WO, dispose de charges explosives, de crayons à temps. Ils sabotent ainsi 11 locomotives, 9 machines outils, et 2 vérins de levage.

54En l’absence de parachutage, de la dynamite et des détonateurs électriques parviennent avec parcimonie des Mines, mais il faut inventer les systèmes de mise à feu instantanée ou à retardement. Les saboteurs utilisent alors de vieilles boîtes de conserve trafiquées grâce à leur connaissance en mécanique

55« Jacques » cheminot originaire du dépôt de locomotives d’Hirson, devient l’adjoint de Georges Delepaut. Ils réalisent des opérations de sabotage sans explosifs ; avec leurs hommes, ils provoquent le déraillement des trains en trafiquent les voies. Ils réussissent même avec l’équipe du wagon de secours à envoyer au ballast la grue appelée pour le relevage du matériel en présence des Allemands, de la Police et de la gendarmerie et des chefs de la SNCF.

La presse clandestine

  • 54 Henri Duprez, 1940-1944, même combat dans l'ombre et la lumière, La pensée universelle, 1979, 280  (...)
  • 55 Dossier de liquidation d’Action 40.

56On sait à quel point elle a été précoce dans la région. L’homme libre, de Jean Lebas, puis La quatrième République, Les Petites Ailes de Jacques Yves Mulliez La Vraie France d’Henri Duprez54, La Voix de la Nation de Nelly Devienne55, sans compter tous les titres communistes.

  • 56 Interview de 2002.

57La publication de Les Petites Ailes est une idée de J.Y Mulliez pour souder son équipe de renseignements, reprenant par là l’exemple de L’Oiseau de France au cours de la guerre de 14-18. J.Y Mulliez dispose de sa solde de lieutenant, d’un ordre de mission du 2° bureau de Vichy et probablement des fonds secrets. Il collecte des sommes auprès des industriels de ses relations. Georges Leconte56, né en 1920, recruté chez les scouts comme M. Vandekerkhove, imprime et diffuse les 13 numéros du journal clandestin. Il utilise les matériels des Jésuites et ne semble pas avoir des difficultés particulières, sauf peut-être au niveau des rédacteurs... !

58Par Edgar d’Hallendre, il a été possible d’accéder également aux archives de son père, qui ont été pendant toute la guerre, conservées et mises à l’abri chez une famille amie.

  • 57 Archives Eugène d’Hallendre et Voix du Nord.

59La publication de La Voix du Nord57 s’appuie essentiellement sur le recours à des souscriptions selon, ce qu’indiquent témoins et journal :

« La distribution de la Voix du Nord est gratuite. Quelques amis nous ont fait remettre leur participation aux frais qu’entraînait la publication de notre bulletin, nous les remercions ; leur collaboration nous permettra d’augmenter l’importance de notre tirage.

Mais nous sommes certains que tous comprendrons notre désir ; toutes les précautions doivent être prises pour éviter que cette action de Français ne se transforme pas en affaire. La Voix du Nord ne peut devenir une marchandise de commerce... ».

60Ou encore :

« Toutes ces souscriptions si diverses et qui parviennent de tant de côtés différents avec un dévouement incessant et toute la discrétion nécessaire, permettent de répondre à ceux qui demandent : « mais par qui est faite La Voix du Nord ? » Elle est faite par tous nos concitoyens qui se dressent fièrement devant l’ennemi, et qui gardent inébranlable leur confiance dans la victoire... »

61En septembre 1942, lors de l’arrestation de Natalis Dumez, les souscriptions relevées se montent à plus de 135 000 francs. Selon lui les sommes recueillies suffisaient à couvrir les frais d’impression du journal.

  • 58 Etienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord Pas de Calais dans la main allemande, La Voix du Nord, (...)

62À partir de l’arrivée à Lille de Jean Pierre Deshayes58 le 12 janvier 1943, le problème de l’argent ne se pose plus de la même façon. Il arrive avec une somme de 100 000,00 frs Le but est désormais de transformer le journal en Mouvement et de préparer la lutte armée.

63Entre-temps, la rencontre entre Van Wolput et Jean Moulin, le 10 décembre 1942, change aussi la donne. Il obtient une somme de 50 000,00 frs par mois qui sera portée ensuite à 100 000,00 frs puis 150 000,00 frs, l’argent transite par Libé-Nord, et par les Chèques postaux de Lille.

64Il s’agit désormais, en plus de visées politiques, de subvenir aux besoins de toutes les activités clandestines. Certains dénoncent même, l’argent qui corrompt, qui fait perdre l’indépendance du journal, qui favorise les ambitions personnelles...

Conclusion

65Cet ensemble de témoignages sur la vie clandestine permet de proposer trois conclusions partielles :

66Une Résistance quotidienne, humble et obstinée

67Beaucoup d’amateurisme, d’inexpérience et d’imprudence

68Une foi inébranlable dans leur mission, malgré la fragilité des structures mises à mal par les vagues d’arrestation.

« Ces détails ont pu vous donner un léger aperçu des trésors d’ingéniosité, de sang-froid, de courage tranquille de hardiesse qu’il a fallu déployer pour mener à bonne fin un seul de ces voyages où la vie d’une vingtaine de personnes était à la merci du moindre incident d’une route aussi longue et périlleuse ».

  • 59 Henri DUPREZ, 1940-1945, Combat, dans l'ombre et la lumière, Pensée universelle 1979.
  • 60 Édouard Pieters est arrêté les 15 avril 1941 et fusillé le 21 avril 1942 pour « hébergement et act (...)
  • 61 Marcelle Pieters-Reynaud est arrêtée le 21 octobre 1941 et déportée en août 1942 ; elle meurt en d (...)

69Allocution d'Henri Duprez59, le 19 octobre 1946 lors des cérémonies en l'honneur d’Édouard Pieters60, et de sa femme Marcelle Reynaud61.

70Les témoignages donnés sur le journal de La Voix du Nord doivent être confrontés avec les documents écrits laissés par des dizaines d’acteurs. Voir à ce sujet, le texte de Robert Vandenbussche.

Notes

1 Les archives du Musée de la Résistance de Bondues sont consultables sur rendez-vous.

2 Maurice Vandekerkhove, Souvenirs de guerre, 2004, Musée de Bondues.

3 Interview du 10.09.2002.

4 Interview du 30.05.2005.

5 Interview du 20.06.2002.

6 Interview du 29.03.2003.

7 Interview du 12.09.2002.

8 Interview du 17.03.2006.

9 Interview du 26.09.2002 et Jacques Yves Mulliez, Nous avions Vingt ans, en cours de rédaction.

10 Interview du 28.06.2002.

11 François Carlier et Jean Soudan, Jean Soudan, Flossenbourg matricule 43400, un lycéen roubaisien dans la tourmente, 2004,147 p.

12 Édouard Pick-Herbaut, Le devoir de Mémoire, Louis, Suzanne et Andrée Herbaux, 1995, 34 p.

13 Jean Pouille, Vae Victis, tome II : Résistance et déportation, 2004, à compte d’auteur.

14 Interview de Geneviève Delerive-Pouille le 26.02.2007.

15 Interview du 16.12.2003 et Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, 74 p. de texte 224 p. de documents.

16 Edgar d’Hallendre, La Résistance à La Madeleine, 29 p.

17 Interview de Jacqueline Thibaut-Legrand le 5.12.2006.

18 Interview du 18.11.2002.

19 Dossier Action 40, musée de Bondues et Interview de M. Vandekerkhove.

20 Dossier Action 40, musée de Bondues et Interview de M. Vandekerkhove.

21 Interview d’Esther Brun, 2002.

22 Interview d’Yvonne Abbas, 2002.

23 Interview du 27.06.2007.

24 Archives d’Hallendre.

25 Interview d’Yves Graux, son neveu, le 18.11.2002.

26 Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, op. cit.

27 Interview de Marie-Thérèse Vandorpe-Géré, sa fille, le 22.09.2006.

28 Interview de Marie-Thérèse Vandorpe-Géré, le 22.09.2006.

29 Jean Pouille, Vae Victis, op. cit.

30 Interview de Geneviève Delerive-Pouille, le 26.02.2007.

31 Interview du 18.11.2002 et archives Zéro-France, Musée de Bondues.

32 Interview de Jacqueline Thibaut-Legrand, le 5.12.2006.

33 F. Carlier et J. Soudan, Jean Soudan, Flossenbourg, op. cit.

34 Interview de Jacques Desbonnet le 26.03.2003.

35 Edgar d’Hallendre, Eugène d’Hallendre, op. cit.

36 Interview du 5.07.2004.

37 Interview du 27.06.2007.

38 Dossier Action 40, Musée de Bondues.

39 Archives d’Hallendre.

40 Jean Pouille, Vae Victis, op. cit.

41 Archives d’Hallendre

42 Interview d’Yves Graux.

43 Archives Zéro-France.

44 Dossier de liquidation d’Action 40.

45 Brendan Murphy, Turncoat, the strange case of british traitor, sergeant Harole Cole, London, Mac Donald and c°, 1987.

46 Jean Soudan, Un lycéen roubaisien dans la tourmente, op. cit.

47 Georges Delepaut, Mon histoire de résistant, 2001, 17 p. et 14 documents.

48 Chanoine Detrez, Quand Lille avaitfaim, Lille, SILIC, 1945. Félicien Hautcoeur, ancien secrétaire général de la ville de Lille a reçu à titre posthume la Médaille des Justes parmi les Nations, décernée par l’Institut Yad Vashem de Jérusalem, le 24 septembre 2008, parvis des Justes à Lille.

49 Interview du 19.09.2002.

50 Jean Soudan, Un lycéen roubaisien dans la tourmente, op. cit.

51 Interview et Mémoires.

52 Interview du 26.03.2003.

53 Interview et Mon histoire de Résistant, op. cit.

54 Henri Duprez, 1940-1944, même combat dans l'ombre et la lumière, La pensée universelle, 1979, 280 p.

55 Dossier de liquidation d’Action 40.

56 Interview de 2002.

57 Archives Eugène d’Hallendre et Voix du Nord.

58 Etienne Dejonghe et Yves Le Maner, Le Nord Pas de Calais dans la main allemande, La Voix du Nord, 2000.

59 Henri DUPREZ, 1940-1945, Combat, dans l'ombre et la lumière, Pensée universelle 1979.

60 Édouard Pieters est arrêté les 15 avril 1941 et fusillé le 21 avril 1942 pour « hébergement et actions en faveur d’Anglais et aide apportée à l’évasion de personnes civiles parties en zone non-occupée et pour falsification grave de pièces officielles ».

61 Marcelle Pieters-Reynaud est arrêtée le 21 octobre 1941 et déportée en août 1942 ; elle meurt en déportation le 20 avril 1945.

Auteur

Musée de la Résistance de Bondues

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540