Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Témoignage

Geneviève Delerive

Texte intégral

Quelles sont vos activités de résistance pendant la guerre ?

1A la demande des parents, nous avons été associés à leurs activités durant l’occupation. Entre autres, il me souvient avoir porté un revolver que M. Vankemmel, le pharmacien, avait mis dans une boîte de médicaments. J’étais à vélo, et voyant des Allemands qui contrôlaient, j’ai fait un long détour pour arriver à destination sans encombre.

2Une fois, j’ai escorté un « radio » envoyé de Londres qui devait correspondre avec ses supérieurs. Comme notre maison, avec son toit en zinc ne permettait pas la liaison, je l’ai emmené dans trois maisons différentes. Deux... avaient aussi une toiture de zinc ; dans la troisième, le propriétaire a eu peur et a refusé parce que son domicile était situé à quelques mètres du « Soldatenheim ». Nous avons trouvé un refuge chez notre charcutier à qui Maman passait régulièrement La Voix du Nord clandestine, et j’ai assisté à l’émission avant de ramener le radio chez nous.

Que savez-vous du financement de ces activités ?

3Par parachutage. Un jour, il a été intercepté. Il fallait à tout prix que les bénéficiaires (réfractaires, conjoints de prisonniers politiques, aviateurs hébergés) fussent servis. Maman a demandé l’aide de divers industriels locaux. L’un d’entre eux a refusé sa participation ; j’ai réussi à rapporter les sommes convenues. Je me souviens avoir été beaucoup plus impressionnée par l’accueil de l’un d’eux, buvant le café avec son épouse, dans un salon qui m’a semblé gigantesque, que par l’argent que j’avais dans ma poche.

4Ce sont toutes ces petites actions qui ont compté dans notre jeunesse : visites aux Juifs hébergés pas loin de chez nous, aux aviateurs à Frelinghem ou à Armentières pour une partie de cartes ou un simple bonjour qui comptait autant que l’aide matérielle qui accompagnait.

Auteur

Née en 1927, elle est la fille de Robert Pouille, industriel à Armentières, un des responsables du journal clandestin La Voix du Nord.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540