Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et Documents

Jugement du Tribunal militaire allemand de Lille

Texte intégral

1En juin 1940, les soldats anglais Graham et Gedde, prisonniers de guerre, s’évadèrent au cours de leur transport en Belgique. En octobre, ils parvinrent à Hem près de Lille, et y restèrent quelques jours chez Madame Reversez, déjà condamnée par le tribunal militaire. Ils furent ensuite conduits par l’intermédiaire d’une femme chez l’accusé Desagher qui s’adressa à l’accusée Newman et lui demanda si elle pouvait héberger les Anglais. L’accusée Newman accepta. Desagher conduisit chez elle les deux soldats après qu’ils eurent passé quelques heures chez lui. L’accusée Newman logea et nourrit les deux Anglais pendant trois mois. Comme en décembre 1940, deux Anglais furent capturés près de l’habitation de la femme Newman, Graham et Gedde prièrent Desagher de leur trouver un autre refuge. Desagher s’adressa à nouveau à la femme qui lui avait amené les deux Anglais. Celle-ci avait fait, entre-temps, la connaissance de Corbe au cours d’une visite à l’hôpital et lui avait demandé s’il connaissait un refuge pour des soldats anglais. Corbe s’adressa à l’une de ses connaissances, l’accusée Adrienne Guillemant. Celle-ci envoya son mari s’informer auprès d’un camarade de travail, l’accusé Vaneste. Sur les demandes insistantes des époux Guillemant, les accusés Léon et Germaine Vaneste se déclarèrent prêts à prendre les deux Anglais. Les deux Anglais Graham et Gedde étaient entre-temps arrivés à Ronchin à l’habitation de l’intermédiaire de Desagher. Sur la demande de l’accusée Adrienne Guillemant, les accusés René Guillemant, Léon Vaneste et Corbe allèrent à Ronchin chercher les Anglais, non seulement deux mais quatre soldats anglais.

2Deux Anglais furent remis par la femme Guillemant à Corbe qui les hébergea une nuit dans son habitation. Ils quittèrent la demeure Corbe le jour suivant, donnant pour motif qu’ils allaient chercher à parvenir en Angleterre. Ils revinrent pourtant chez Corbe qui ne les reprit pas mais les envoya chez Vaneste qui les accueillit. Les Anglais Graham et Gedde furent d’abord amenés dans l’habitation des époux Guillemant. De là, l’accusé Vaneste les prit et les amena chez lui. Ils furent, pendant trois mois, logés et nourris par les époux Vaneste. Puis les Anglais changèrent de résidence parce qu’ils craignaient d’être arrêtés. Quelque temps plus tard, ils furent capturés dans la demeure de la femme Reversez déjà condamnée par le tribunal militaire. Pendant ces trois mois, la femme Guillemant prit soin à ce que les Anglais fussent bien soignés et en sécurité. Elle leur procura à chacun une fausse carte d’identité établie par un employé de police de ses connaissances. Elle les invita chez elle, le plus souvent en l’absence de son mari, et leur fit fête. Plus tard, elle leur fit faire la connaissance de l’institutrice Cécile Hermey qui les visita chez Vaneste et leur proposa un moyen, de retourner en Angleterre. Mais les Anglais n’acceptèrent pas. Ils finirent par quitter l’habitation des époux Vaneste parce qu’ils ne s’y sentent plus très bien. Ils furent plus tard conduits à Marseille par Cécile Hermey.

3L’accusée Claire Pluquet a invité plusieurs fois les Anglais Graham et Gedde à venir manger chez elle. L’accusée Jeanne Élie, la soeur de l’accusée Pluquet, vint aussi à ces invitations. L’accusée Adrienne Guillemant a en outre fourni un refuge à un Anglais nommé French et à sa femme, une Française.

4Le compte rendu est basé sur les aveux des accusés et les procès-verbaux des interrogatoires du soldat anglais Graham le 19/10/1943, de la femme Reversez le 25/10/1943 et de l’institutrice Cécile Hermey le 26/11/1943. Les accusés ont tous reconnu les faits. Les Anglais Graham et Gedde avaient parfaitement abandonné leur intention primitive de se rendre en France non occupée, puisque, selon les dires de Cécile Hermey, ils n’ont pas accepté sa proposition et qu’ils sont restés dans les environs de Lille jusqu’à leur arrestation en septembre 1941, soit plus d’un an selon les dires de la femme Reversez. À l’égard également des deux autres Anglais, il n’y a pas de preuves que les accusés savaient qu’ils favorisaient leur retour en Angleterre ou qu’ils se soient livrés pour cela à une activité condamnée.

5Ils furent, il est vrai, amenés à Marseille par Cécile Hermey, plus tard. Mais ils n’ont pas fait connaître leurs intentions aux accusés Vaneste chez lesquels ils habitèrent pendant une semaine ; ils ne leur en firent part qu’au cours de leur séjour chez eux. Les accusés Vaneste déclarent qu’ils ont regretté leur obligeance après les avoir recueillis et qu’ils ont été contents d’en être débarrassés. De même les Anglais ne se seraient pas sentis particulièrement à l’aise chez eux et auraient écrit une lettre à Cécile Hermey. Celle-ci serait venue et aurait déclaré après un entretien avec les Anglais que ceux-ci auraient bien voulu changer d’abri. Cécile Hermey confirme que les Anglais l’ont priée de les amener ailleurs. De cela, on doit conclure que les époux Vaneste, quoiqu’ayant voulu héberger les Anglais Graham et Gedde pendant trois mois, ne le voulaient pas pour ceux qui voulaient fuir en Angleterre.

6L’accusé Corbe a déclaré que les deux Anglais qui ont passé une nuit chez lui, lui avaient annoncé, avant leur départ, qu’ils voulaient se rendre en Angleterre. Lui non plus n’avait pas connaissance, en accueillant les Anglais, de leur intention de se rendre en Angleterre. Quand ils revinrent le voir, après avoir été refusés par Vaneste, il refusa de les accueillir, toujours selon ses déclarations. On ne peut pas refuser cela. On ne peut pas fournir la preuve de son intention d’aider les Anglais à retourner en Angleterre.

7De tout cela, il résulte que les accusés sont coupables d’aide à l’ennemi selon le paragraphe 9/IB/RSTGB. Les époux Guillemant ont porté assistance à quatre ressortissants de l’armée anglaise. La femme Guillemant a, en plus, aidé un cinquième Anglais. Les époux Vaneste ont hébergé deux Anglais pendant une semaine et deux autres pendant trois mois. L’accusé Desagher a porté assistance deux fois à deux Anglais en leur trouvant un refuge. L’accusé Corbe a hébergé deux Anglais pendant une nuit. Les accusées Pluquet et Elie n’ont pas révélé immédiatement quelles avaient connaissance du séjour de deux Anglais. Les époux Guillemant et Vaneste, la femme Newman, Desagher et Corbe tombent sous le coup de l’article 1 de l’ordonnance du 24 août 1940 de l’Oberfeldkommandant de Lille, et les accusés Pluquet et Élie sous le coup de l’article 2 de la même ordonnance.

8Pour l’octroi des peines, il faut reconnaître comme circonstances atténuantes qu’aucun des accusés n’a plus eu de conduite répréhensible après ces faits remontant à 1940-1941 et qu’ils ont tous fait des aveux complets.

9Pour la femme Pluquet, on doit avoir égard à ce que, d’après les renseignements de la GFP, elle a grandement contribué à l’éclaircissement des faits par sa prise de position sincère.

10L’accusée Guillemant a été, par son action, l’esprit dirigeant d’une activité particulièrement importante. C’est une personne extrêmement énergique et elle donne l’impression d’être intellectuellement très supérieure à son mari ; il semble que celui-ci subit fortement son influence. C’est elle qui lui a proposé d’aller trouver son camarade Vaneste pour l’hébergement des Anglais et qui, par son influence, a amené les époux Vaneste à les prendre. C’est elle également qui s’est occupée de leur fournir des fausses cartes d’identité et a assuré leur bien être. Si elle n’a pas elle-même logé chez elle des Anglais, cela ne peut lui servir de circonstance atténuante car elle a manifestement laissé la charge à d’autres pour avoir les mains libres pour diriger ses affaires. Cécile Hermey reconnaît que la femme Guillemant a été un des principales personnes qui dirigeaient la mise à l’abri des Anglais. Contre elle est rendue une sentence de trois ans de travaux forcés.

11L’accusé René Guillemant s’est strictement borné, et encore sous l’influence de sa femme, à ramener les Anglais de Ronchin et à les cacher chez Vaneste. Il n’y a pas de preuves qu’il ait eu connaissance des autres actes de sa femme. Il est condamné à un an et six mois de prison.

12Pour les époux Vaneste, il faut prendre en considération qu’ils ont logé en tout quatre Anglais dont deux pendant très longtemps. Contre Léon Vaneste est rendue une sentence de deux ans et six mois de travaux forcés et contre l’accusée Germaine Vaneste, eu égard à sa conduite déjà mentionnée au cours de l’enquête, une sentence de deux ans et trois mois de travaux forcés.

13La femme Newman, pareillement, a hébergé deux Anglais pendant très longtemps. Quelle ait été la femme d’un citoyen anglais ne peut lui servir de circonstance atténuante. Pourtant, on doit tenir compte de son âge pour l’attribution de la peine. Elle est condamnée à deux ans de travaux forcés.

14L’accusé Desagher n’est intervenu que deux fois. Il est condamné à une peine de prison d’un an et six mois.

15De même, Corbe qui n’a strictement qu’hébergé deux Anglais pendant une nuit, est condamné à un an et six mois de prison.

16Contre les accusées Pluquet et Élie qui se sont bornés à inviter les deux Anglais par sympathie et pour les distraire, ne sont également nécessaires que des peines de prison. Elles donnèrent, pendant l’instruction, l’impression de ne pas se rendre compte de la gravité de leurs actes et de prendre les choses à la légère. Elles sont condamnées à un an de prison pour leur mettre devant les yeux le caractère sérieux de leur action.

17Sur ces peines, doivent être retirés aux accusés Guillemant, Newman et Desagher, chacun quatre mois, aux accusés René Guillemant et Corbe, chacun trois mois et deux semaines, aux époux Vaneste, chacun trois semaines, représentant la durée de la détention préventive pendant le cours de l’instruction vu qu’ils n’ont pas encouru eux-mêmes la durée de cette détention.

18Copie de la traduction d’un jugement allemand.

19Fonds Diligent, Médiathèque André Diligent, Roubaix.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540