Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Les réseaux belges et leurs finances 1940-1944

Emmanuel Debruyne et Adeline Remy

Texte intégral

1Les épopées et les martyrologes évoquant la résistance font parfois oublier que son histoire est autant tissée de soucis quotidiens que de bravoure et de drames. Le problème du financement est un de ceux-ci. Il est d’autant plus volontiers éludé que l’argent cadre mal avec les représentations de l’héroïsme. Associé à l’espionnage, il achève de rendre cette activité un peu trouble totalement suspecte. Mis en relation avec l’évasion, il démystifie les nobles discours d’humanité, de solidarité, de liberté et de pacifisme, tenus pendant et après la guerre, par les agents du réseau Comète. Pourtant, la préoccupation financière a bel et bien été au cœur de l’activité résistante, et notamment des services de renseignements et des lignes d’évasion.

  • 1 Voir à ce sujet E. Debruyne, La guerre secrète des espions belges. 1940-1944, Bruxelles, 2008.
  • 2 L’étude du financement de la résistance n’est pas une approche totalement nouvelle : il convient d (...)
  • 3 Dossier Londres : Historique, rapport Waucquez, correspondance A. De Jongh-légation de Lisbonne, ra (...)
  • 4 Les secteurs de Bruxelles et de Paris ont, probablement, été en possession de carnets de ce genre, (...)
  • 5 Il couvre une période s’étendant d’octobre 1941 à la fin juin 1944. Nous constatons une nette diff (...)

2Notre étude essaiera de donner un aperçu de la problématique de l’argent dans la vie et les activités des services de renseignements1 et des lignes d’évasion belges (à travers le cas du réseau Comète)2. Une telle étude se heurte à des difficultés parfois insurmontables. Par définition, les manipulations financières d’une organisation secrète se doivent d’être aussi discrètes que l’ensemble de ses activités. La production et la conservation de documents comptables par celle-ci s’en font cruellement ressentir. Heureusement, les réseaux de renseignements, s’ils conservent peu, transmettent beaucoup, et les courriers envoyés à Londres sont souvent accompagnés de notes de service faisant écho aux préoccupations de leurs dirigeants. De telles notes ont également été retrouvées pour Comète3. Nous avons, en outre, eu la grande chance de retrouver le carnet de comptes de cette ligne, tenu par sa créatrice, Andrée de Jongh, avant son arrestation en janvier 1943, puis par d’autres dirigeants. Bien que ce carnet aborde l’organisation générale de Comète, il est surtout représentatif des activités du secteur Sud, le Pays Basque4. Unique survivant, ce carnet, tenu en francs français, est une source primordiale car 1) il est géré par la créatrice et chef du réseau ; 2) les remboursements de Londres y sont signalés ; 3) il recouvre la toute la durée de la guerre5. S’ajoutent à ces sources émanant de la résistance même, des documents comptables de l’administration de la Sûreté de l’État (le service secret du gouvernement belge en exil), nécessaires à la bonne gestion de ses ressources humaines et budgétaires. Enfin, quelques témoignages oraux ou écrits nous ont permis de mieux comprendre l’utilisation de l’argent par les agents, ainsi que l’idée qu’ils se faisaient de sa place dans leur travail.

3Au travers d’une comparaison constante entre les deux activités résistantes abordées, cette étude commencera par poser la question des besoins financiers d’un réseau de renseignements ou d’évasion. S’agit-il de rétribuer les agents pour leur activité, ou les dépenses auxquelles un réseau doit faire face sont-elles d’un autre ordre ? Nous étudierons ensuite la manière dont la Sûreté de l’État procède pour procurer l’argent dont les résistants ont besoin. Parallèlement, nous analyserons le travail réalisé par le MI-9, le service secret britannique en charge de l’exfiltration, pour financer Comète. Dans les deux cas, il s’agira non seulement de préciser les méthodes employées pour acheminer ce financement, mais également de définir la forme concrète que prend celui-ci. Nous verrons que les difficultés rencontrées par l’approvisionnement financier ne faciliteront pas les rapports entre les agents travaillant sur le terrain et leurs employeurs londoniens, voire entre la Sûreté belge et ses homologues britanniques. Nous verrons donc comment ces difficultés entraîneront la recherche de moyens de financement sur le terrain pour compléter ou suppléer aux deniers de Londres. Enfin, nous terminerons cette étude en tentant d’évaluer l’ampleur des montants brassés dans cette entreprise.

Les besoins d’un réseau

4Avant toute chose, il nous faut cerner en quoi peuvent consister les besoins d’un réseau. Le fait que la plupart des agents travaillent bénévolement n’empêche pas la résistance d’engloutir des sommes assez importantes de par ses frais de fonctionnement, d’autant que beaucoup de réseaux entendent bien remplir une fonction d’aide sociale envers ceux que l’action clandestine a pu plonger dans la détresse.

Les frais de fonctionnement du renseignement

  • 6 Un agent de Zéro signale même à une date inconnue qu’il ne peut s’en procurer à moins de 1 200 fra (...)

5L’activité d’un réseau d’espionnage nécessite l’achat et l’entretien de matériel, mais aussi le remboursement des nombreuses petites dépenses et frais de déplacement des agents. Des sommes importantes sont ainsi investies en tickets de transports en commun. L’utilisation intensive de la bicyclette peut à son tour générer des dépenses plus importantes qu’on ne l’imaginerait : du fait de la pénurie de caoutchouc, un pneu neuf se vend en 1944 à plus de 1 000 francs belges6 !

  • 7 Rapport sur le service Wim, par William Ugeux, 4 août 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûr (...)

6En règle générale, l’achat de matériel de pointe revient à l’état-major du réseau, qui en est également le principal utilisateur. Une partie de ce matériel peut être fournie par Londres, mais les difficultés d’acheminement rendent parfois son achat sur place plus aisé. Il en va ainsi de l’outillage de reproduction photographique nécessaire au filmage du courrier. À défaut de matériel adéquat, le service peut sous-traiter cette opération à un photographe professionnel, mais cela nécessite une relation de confiance poussée et entraîne de toute façon des frais importants. La prise de clichés de qualité par les agents de terrain peut aussi conduire le service à acheter des appareils photographiques de haute précision, comme de coûteux appareils de marque Leica, considérés comme la quintessence du genre. Une dépense de 38 000 ou 45 000 francs français aurait été faite en France pour l’achat d’un Leica pour le réseau Wm7.

  • 8 Interview de Flore Docq (née de Ygartua), par Jean Vanwelkenhuyzen, 16 mars 1971.

7La location de locaux, le plus souvent un petit appartement pour le rassemblement et la confection du courrier, peut également entraîner des frais importants et réguliers pour l’état-major d’un réseau. Il en va de même pour l’obtention ou la fabrication de faux documents officiels, notamment les papiers d’identité ou, pendant les deux dernières années de l’occupation, les exemptions pour le travail obligatoire. Il arrive aussi que de petites sommes soient employées pour offrir quelques « extras » à des agents méritants. Les états-majors des services demandent souvent énormément aux agents travaillant directement pour eux, en temps comme en énergie. Une des manières de compenser cette sollicitation soutenue est d’offrir un bon repas, une bonne bouteille ou quelque denrée de qualité, telle qu’on n’en trouve plus qu’au marché noir. Ces avantages sont la plupart du temps plus symboliques que réels. Pourtant, certains chefs, comme Maxime Vanpraag8, qui dirige Zéro en 1943-1944, rechignent à dépenser une partie de leurs fonds de cette manière, estimant que l’argent du service ne doit être utilisé qu’à son fonctionnement stricto sensu, oubliant peut-être un peu vite que le « carburant » d’un réseau réside avant tout dans le moral de ses agents.

  • 9 E. Verhoeyen, « Le Service de Renseignements Marc (1942-1944) », dans Cahiers d'Histoire de la Sec (...)

8La corruption est assez rarement employée. Pour des raisons de sécurité, les réseaux sont réticents à en faire usage, d’autant qu'elle peut drainer des sommes considérables. Cependant, elle constitue parfois le seul moyen de se procurer certains renseignements sensibles. Il est aussi parfois nécessaire d’y avoir recours pour atténuer les peines d’agents inculpés ou faire traîner leur procès. Les chefs de réseaux se sentant souvent responsables du sort de leurs agents, ce type d’opération leur tient à cœur. Malheureusement, leurs finances ne leur permettent pas toujours de les mener à bien. Ils sont donc contraints de supplier Londres de fournir à cette fin un financement supplémentaire. Hélas, pour des raisons fonctionnelles inhérentes aux difficultés de financement des réseaux ou par méfiance vis-à-vis de ce genre de pratiques, qui peuvent tourner au guet-apens, la Sûreté ne donne pas toujours suite à leurs demandes. Les refus ou les retards en ce domaine sont parfois à l’origine de violentes polémiques, les responsables de la résistance ayant l’impression que la vie de leurs hommes est méprisée par leurs supérieurs londoniens. C’est ainsi qu’en décembre 1943, Max Londot, chef de Marc, a besoin d’un crédit supplémentaire pour faire traîner en longueur le procès (ou peut-être faire libérer) une de ses agents9. Il demande la somme à Londres, qui lui renvoie deux réponses contradictoires, dont un refus sous prétexte qu’il s’agit d’un traquenard. Londot, furieux, présente sa démission à Londres, ainsi que celle de ses principaux adjoints. Cette crise de confiance est en fin de compte surmontée, mais elle illustre bien les tensions que la question du financement peut provoquer.

Les dépenses d’une ligne d’évasion

  • 10 Pour l’histoire de Comète, voir les ouvrages suivants : C. Jouan, Comète. Histoire d’une ligne d’ (...)
  • 11 C. Jouan, Comète : Histoire d’une ligne d’évasion, p. VIII. & p. 188-193. ; Livre de comptes, dan (...)
  • 12 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294.
  • 13 Interviews d’Aline Dumont et d’Élisabeth Liégeois par Adeline Remy, 5 mars 2005 et 15 janvier 2005

9Avant de nous pencher sur les besoins d’une ligne d’évasion, rappelons brièvement en quoi consiste une telle organisation, à travers l’exemple de Comète10. La ligne Comète est créée en août 1941 par Andrée De Jongh, jeune femme issue de la moyenne bourgeoisie bruxelloise, portée par la ferveur de ses idéaux. L’objectif de la ligne est de sauver prioritairement les aviateurs de la Royal Air Force et de les rapatrier en Grande-Bretagne afin qu’ils reprennent le combat. La logistique, l’administration et le financement de Comète ont requis la participation de plus ou moins 2000 personnes de nationalité belge, française et espagnole. Les premiers convois ont débuté dès la mi-juin 1941 et se sont arrêtés en juin 1944. Au total, 288 aviateurs ont été rapatriés par la ligne, sans parler des 500 autres qui sont restés cachés chez l’habitant ou qui ont été pris en charge par Marathon, une mission faisant directement suite à Comète11. Notons que Comète est la seule ligne d’évasion à avoir disposé d’une infrastructure complète allant de la frontière belgo-hollandaise au Pays Basque espagnol. Elle est d’ailleurs divisée géographiquement en trois « secteurs » : Bruxelles, Paris, Bayonne. Ce troisième secteur constitue la dernière étape de l’évasion avec la traversée des Pyrénées jusqu’à Bilbao. A l’instar d’autres formes de résistance, l’aide à l’évasion doit tirer parti du jeu des apparences, ses agents entretenant l’image d’honnêtes citoyens aspirant à une vie tranquille ou de dociles femmes au foyer. Pour loger un aviateur en sécurité, l’hébergeur doit maintenir, aux yeux du voisinage, son activité professionnelle et ses habitudes. Le guide convoie les « colis », c’est-à-dire les personnes convoyées, sous couvert d’une profession exigeant des déplacements réguliers, mais, sauf situations exceptionnelles, entre très rarement dans la clandestinité. Par contre, à l’inverse d’un service de renseignements, une ligne d’évasion a rarement besoin de matériel de pointe. Les frais sont plutôt de l’ordre des dépenses quotidiennes d’un ménage, mais en plus grosses quantités12. L’évasion d’une personne débute par l’hébergement chez l’habitant, ce qui implique de nourrir, vêtir et soigner cette personne, à une époque où la population souffre de l’occupation et, plus particulièrement, du rationnement. D’après les témoignages d’anciens résistants, un hébergeur belge devait compter environ 30 francs belges (soit 48 francs français) en 1943, par jour par aviateur, en plus de ses propres dépenses13.

  • 14 Les dépenses vestimentaires font l’objet de notes sur presque chaque page du carnet. Nous avons re (...)

10Pour habiller les colis réceptionnés, des solutions, il n’y en a pas pléthore. Il faut soit donner des vêtements personnels, soit en acheter au marché noir et les payer au prix fort. Le vestimentaire constitue une dépense régulière et, en cette période de guerre, très onéreuse. Étonnement détaillé, le carnet de comptes nous dévoile quelques exemples de ces achats clandestins, naturellement notés « vêtements hommes », ou détaillés à travers toute une gamme du « prêt-à-porter » : espadrilles, écharpes, souliers, bérets basques, chaussettes, bas, laine, chemises, blousons, imperméables, tissus14. Pour faire face à l’usure et aux déchirures entraînées par la traversée des Pyrénées, la réparation de certains vêtements est indispensable. Enfin, les comptes informent que la transformation physique de certains aviateurs au type trop anglo-saxon, pour l’époque et la région, ne pouvait être optimale qu’après une teinture des cheveux. Andrée De Jongh, persona non grata en Belgique et dans le Nord de la France, doit elle aussi passer de blonde à brune dès 1941...

  • 15 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et du 16 octobre 1940 « Sera puni de mort celui qui donnera (...)
  • 16 Voir le 1re paragraphe des frais de fonctionnement des services de renseignement, p. 3. Le carnet (...)
  • 17 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294.
  • 18 Citons notamment : René Pirart, professeur à l’école des Arts et Métiers de Bruxelles et Freddy De (...)
  • 19 3e Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, n° 292., p. 6-8. (...)

11Pour rapatrier les hommes en Grande-Bretagne, la ligne essaie de trouver des solutions sûres, pratiques, faciles et peu coûteuses. L’Allemagne, consciente de la valeur d’un aviateur, en raison de la durée et du coût de sa formation met tout en œuvre pour démanteler la moindre ligne d’évasion15. La foule offrant parfois la meilleure des protections, les transports les plus utilisés sont le tramway, le métro, le train, le bus. Toutefois, la ligne recourt aussi à la bicyclette et la voiture, qui offrent davantage de liberté, mais impliquent également d’autres types de frais, d’essence ou de réparation, particulièrement élevés en cette période de guerre16. Comète doit d’ailleurs aussi fournir aux aviateurs des papiers d’identités. Venant de Bruxelles, un homme est porteur de cartes d’identité belge, du Nord de la France et de la zone pyrénéenne interdite, avec certificat de domiciliation depuis minimum 3 mois, obligatoire pour pénétrer dans cette zone. Chacune de ces cartes est accompagnée d’une carte de travail assortie. Les papiers portent le cachet de validation et les timbres d’affranchissement nécessaires. Concrètement, pour la réalisation de ces faux-papiers, le secteur belge dépend davantage du « sens patriotique » ou de la vénalité des employés administratifs qui fournissent et complètent les documents. Côté français, le travail est plus aisé. Les cartes s’achètent vierges en vente libre dans les tabacs et librairies. La mairie, par la suite, complète, enregistre et appose un timbre de 13 à 15 francs. Des achats de pellicules figurent dans le cahier de comptes, ainsi que l’acquisition de papiers timbrés, de cartes d’identités vierges et de timbres17. Quant aux cachets, ils sont le plus souvent imités par quelques résistants ayant la main artistique18. Des copies de tampons et de cachets ont également été confectionnées par les services britanniques sur la base de versions transmises par Comète19.

  • 20 À partir de 1942, la villa de Saint-Maur, dans les environs de Paris est effectivement bien louée (...)

12À côté de ces dépenses quotidiennes au profit des alliés, les dirigeants de Comète ont à gérer le logement de certains résistants, notamment les agents recherchés. Clandestins mais pas encore « brûlés » dans leur zone d’activité, ils sont cachés et logés par le réseau. Dans les trois secteurs, le réseau loue des appartements et des maisons, qui engloutissent des sommes importantes. Far exemple, le 30 avril 1942, le secteur sud envoie une somme de 3 900 francs français pour trois mois de location à Paris20.

  • 21 Voir en exemples les dates suivantes : 10/11/41 (bouteille d’Armagnac), 25/12/41 (argent de poche (...)
  • 22 Ces achats se faisaient au marché noir, à 100-130 francs français le paquet, via les garçons de ca (...)

13Enfin, il est intéressant d’attirer l’attention sur quelques dépenses a priori curieuses, mais qui ont pour objectif de remonter le moral des aviateurs et des résistants. Le carnet montre que des cadeaux sont offerts aux aviateurs et entre agents lors des fêtes de Noël ou des anniversaires. S’accorder des moments de plaisir, des denrées rares (chocolat, alcool, etc.) adoucit pour un bref instant la dureté de la guerre et surtout, entretient le sentiment d’humanité, moteur de la ligne d’évasion. De l’argent de poche est même laissé aux aviateurs afin qu’ils achètent des « souvenirs »21. Des cigarettes et des livres (parfois en anglais) sont également achetés pour occuper les aviateurs contraints à rester cloîtrés chez leurs hébergeurs et qu’il convient d’occuper plutôt que de courir le risque de le laisser flâner à l’extérieur22.

  • 23 Dans d’autres notes, il est question de suppléments pour les chemins de fer, de pourboires accordé (...)
  • 24 « Lettre du 26/06/1942, note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement belge de Lon (...)
  • 25 Interview de Janine De Greet par Adeline Remy, 2 février 2005. Elsie Maréchal mentionne dans un en (...)

14Les comptes de Comète attestent très clairement d’un recours régulier à la corruption, entendue comme le versement d’une coquette somme d’argent à un individu qui a rendu service à la ligne sans désir de s’y engager, mais par opportunisme financier. Des sommes régulières sont versées à des « collaborateurs » sous l’intitulé de « pourboire ». Ainsi, entre décembre 1941 et décembre 1942, nous dénombrons treize fois cette mention. Par exemple, le 18 juillet 1942 garde la trace du versement d’une grosse somme d’argent pour bénéficier d’un compartiment vide dans le train : Andrée De Jongh préfère payer le prix fort pour être en 1re classe et ne pas être dérangée, que de s’installer dans la cohue de la 3e classe23. La corruption est aussi le seul moyen de se procurer certains documents ou tampons officiels, mais aussi des renseignements sur les services allemands chargés d’infiltrer les lignes d’évasion. Néanmoins, les plus importantes traces de corruption dans l’histoire de Comète concernent les tentatives de sauvetage des agents arrêtés. Malgré son caractère extrêmement coûteux et dangereux en raison des risques de « guet-apens », les exemples de cette pratique ne manquent pas. Les archives de la Sûreté, dont une lettre du 26 juin 1942 entre Andrée De Jongh et la légation belge de Lisbonne, nous apprennent qu’une somme d’un million de francs belges a été envoyée pour faciliter l’évasion de deux agents Comète et du neveu du Premier ministre Pierlot, tous les trois arrêtés en 194224. De même, Frédéric De Jongh aurait également demandé la somme d’un million de francs belges aux Britanniques pour sauver sa fille, Andrée, arrêtée en janvier 1943. Dans les deux cas, la somme a été versée. La première fut effectivement utilisée pour la libération des prisonniers, une libération qui échouera. La seconde fut remise à Frédéric De Jongh à Paris en 1943, qui fut arrêté peu de temps après, en possession de l’argent25.

Des agents rétribués ?

  • 26 E. Debruyne, « Patriotes désintéressés ou espions vénaux ? Agents et argent en Belgique et en Fran (...)

15D’une manière générale, les agents de renseignements belges ne sont pas rétribués. Cette situation tranche avec celle de leurs prédécesseurs de la Grande Guerre, qui pour la plupart recevaient un salaire impliquant un travail régulier, ou bénéficiaient d’un système de prime en fonction des missions qui leur étaient confiées26. Pour la majorité d’entre eux, il ne s’agissait pas d’une forme de mercenariat. Le patriotisme demeurait leur principal mobile, mais les conditions économiques catastrophiques de la première occupation impliquaient que s’ils voulaient consacrer leur temps et leur énergie au renseignement plutôt qu’à la recherche de moyens de subsistance, les agents, à l’exception d’une minorité aisée, avaient besoin d’un revenu de substitution. Or, les représentations de cette première expérience, charriées pendant l’entre-deux-guerres par les cérémonies commémoratives et la littérature patriotique, oblitèrent cette dimension au profit de l’image d’un engagement totalement désintéressé. Dès lors, rares sont ceux qui envisagent en 1940 que la lutte clandestine puisse se concevoir comme une profession rétribuée. Au contraire, la vénalité est associée aux « mauvais espions », c’est-à-dire aux individus peu fiables et aux agents de l’adversaire.

  • 27 Des sommes importantes sont englouties dans les tickets de transports en commun. L’utilisation int (...)
  • 28 F. Debreyne, Naguère, ma guerre, Ohain, 2000, p. 84-85.

16Dans un premier temps, les réseaux peuvent se permettre de fonctionner avec des sommes très réduites, nombre de pionniers assumant les menus frais impliqués par leurs activités. La multiplication à la longue de ces petites dépenses et l’augmentation du coût de la vie entraînent la généralisation du remboursement des frais de fonctionnement, comme ceux liés aux déplacements, qui peuvent rapidement devenir exorbitants pour les agents de liaison27. Les pratiques comptables qui en découlent choquent au départ bien des agents, mais les nécessités de la guerre secrète les conduiront à réviser leur jugement. Fernand Debreyne, agent de Marc, écrira à ce propos : « J’avoue que dans [...] la candeur de mes 21 ans, ces notes de frais et surtout le système dont elles témoignaient m’avaient au premier instant paru, romantiquement, faire injure au dévouement et au désintéressement des centaines de bénévoles qui composaient l’essentiel des effectifs du Service ». Il lui faudra un certain temps pour accepter cet état de fait, incompatible avec sa « morale de jardin d’enfants » et son « système de valeur infantile », où l’idéal était de tout donner sans rien recevoir28.

  • 29 J. Gotovitch, « Quelques aspects de la vie quotidienne d’un clandestin », dans 1940-1945. La vie q (...)
  • 30 Ces prix ne cessent de monter sous l’Occupation, avant de se stabiliser vers janvier 1943, à un ni (...)
  • 31 F. Debreyne, Naguère, ma guerre, Ohain, 2000, p. 84-85 (inédit).

17En outre, la répression conduit un nombre croissant d’individus se sentant menacés à rompre avec la vie officielle pour prendre le couvert de la clandestinité. Les parachutés sont dans la même situation, qui les exclut du circuit économique classique : ils ne disposent plus de leur emploi et, privés de timbres de ravitaillement, ne peuvent s’approvisionner sur le marché légal. Il leur faut faire leurs achats au marché noir, au moyen du « salaire » que leur verse le réseau29. Les seules dépenses alimentaires sont lourdes, à cause des prix du marché clandestin, plusieurs fois plus élevés que l’officiel30. Il reste possible de se procurer ou de fabriquer de faux timbres de ravitaillement, mais cela entraîne à nouveau des frais importants. Par ailleurs, quelques agents sont impliqués dans une mission réclamant un investissement complet de leur temps de travail, et par conséquent l’abandon de leur source de revenu normale. Ils continuent à évoluer dans le monde officiel, mais subvertissent leur vie professionnelle au profit de l’espionnage. C’est le cas d’agents de Marc travaillant dans la zone interdite de la côte, qui se font payer l’équivalent d’un salaire normal par le service31. Ils parcourent la région sous le couvert d’activités « licites mais fausses » qui leur servent de couverture et leur permettent de se consacrer à temps plein à l’espionnage.

  • 32 Un « chef de province » gagne 5 000 francs par mois, un chef de secteur, 3000, et un courrier, 200 (...)
  • 33 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 149.

18Dans de rares cas, l’espionnage est une activité rétribuée en soi, l’argent ne constituant plus un moyen, mais un stimulant, voire une fin. Le seul réseau fonctionnant selon ce système est apparemment Beaver, du moins dans sa version initiale. Fondé en décembre 1941 par l’agent parachutiste Wladimir Van Damme, Beaver connaît un développement très rapide, peut-être grâce au traitement accordé à ses recrues32. Un mois après son parachutage, Van Damme a déjà dépensé les 300 000 francs qui lui ont été confiés et demande un million supplémentaire33. Cette demande démesurée a sans doute entamé le crédit que Londres lui accordait. L’aventure tourne rapidement court : dès février 1942, Van Damme et une dizaine de ses principaux agents sont arrêtés.

  • 34 A. Delsemme, Souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, s.l., 1992, p. 11 (inédit).
  • 35 Note de service, 27 janvier 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 191.
  • 36 Interview d’André Monseu par Emmanuel Debruyne, 29 novembre 2001.
  • 37 Interview de Maurice Royaux, par Jean Dujardin, s.d.
  • 38 Pour mettre fin aux malentendus qui peuvent naître de la distribution, certains services demandent (...)

19 Beaver est toutefois un cas à part : à de rares exceptions près, la dissociation du patriotisme et de la vénalité est pratiquement généralisée, dans les faits comme dans les esprits. Armand Delsemme, chef de secteur de Marc, résume bien cette conception : « Rembourser de menus frais, c’est bien, mais le désintéressement financier des patriotes est le plus sûr garant de leur bonne foi »34. Comme beaucoup d’autres, il se détourne des personnes soupçonnées de vénalité. Cependant, la détérioration des conditions économiques entraîne une évolution de cette conception. Comme le note le chef de Marc-France, « l’agent non rétribué doit avant tout exécuter le travail qui lui permet de vivre... donc les renseignements même de grande valeur passe [sic] après le nécessaire... »35. Il envisage donc un système de primes pour les renseignements cruciaux, afin de motiver ses collaborateurs. Le financement est parfois au centre de polémiques entre un secteur, qui se plaint d’être sous-financé et de ne pas pouvoir rembourser ses agents, et la direction du service. Dans quelques cas extrêmes, le mécontentement est tel que le secteur claque la porte et essaie de se raccrocher à un réseau moins chiche. Ferrand perd de cette manière une de ses meilleures sections, qui passe à Athos36. Il est paradoxal de constater que, après avoir été dénigré, l’argent finit par être perçu comme un gage de sérieux, parce qu’il signifie souvent une liaison avec la Grande-Bretagne. C’est ainsi que coupé de Marc en 1942, Maurice Royaux refuse dans un premier temps de reprendre contact parce que le réseau n’a pas les moyens d’alimenter financièrement son secteur. Pour lui, s’« ils n’ont pas d’argent, c’est qu’ils n’ont pas de contact »37. A l’inverse, un état-major associe volontiers le financement qu’il accorde à un secteur à son rendement. Un chef de service est toujours réticent à alimenter un groupe peu intéressant alors que ses finances sont limitées et que de plus efficaces sont aussi dans le besoin38.

  • 39 Interview d’Andrée Dumon par Adeline Remy, 22 octobre 2004.
  • 40 Interview de Janine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005.
  • 41 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.
  • 42 Idem ; « Rapport sur l’organisation Comète faite par Waucquez-Brichamart ; le 3/01/1942 », Dossier (...)
  • 43 Interview d’Andrée De Jongh par Adeline Remy, 16 novembre 2004. Sous les intitulés « Guide », « Pa (...)

20Les agents de Comète ne sont pas non plus rétribués. L’aide à l’évasion est un engagement personnel ou familial, bénévole et patriotique, indépendant de l’appartenance sociale39. De nombreux hébergeurs, considérés comme de « petites gens », ont pleinement assumé leur rôle sans jamais réclamer de remboursement après la guerre. Inversement, des résistants fortunés, ayant prêté beaucoup d’argent, ont exigé d’être remboursés après 194540. Il n’y a donc aucune règle en la matière, même si le prêt sous-entend par nature un remboursement. Cependant, dans un autre registre, la survie dans la clandestinité requiert une rétribution. En marge du circuit économique classique, le résistant clandestin a souvent dû abandonner son travail. Il est donc tributaire d’un « salaire » que lui verse la ligne pour vivre et mener à bien ses activités. Le carnet de comptes confirme à plusieurs reprises l’envoi de « mensualités » ou de « payes » à différents agents à Paris ou à Bruxelles41. Avec une relative certitude, il est possible d’affirmer que ce sont les Basques français et espagnols qui sont principalement rémunérés. Sur un total de 54 Basques travaillant pour Comète entre 1941 et 1944, 25 sont rémunérés. Ces passeurs sont payés entre 15 et 30 000 francs français selon les fluctuations de la guerre et le nombre de personnes à passer42, mais il faut aussi compter les fermes relais qui accueillent résistants et aviateurs le temps d’une pause, ainsi que quelques médecins. Des motivations antifascistes sont, sans doute, à la base de l’engagement de certains, mais la contrebande de métier est aussi dans la tradition basque. Dans cette optique, être guide pour une organisation clandestine permet d’arrondir les fins de mois43.

Une caisse sociale

21Le sentiment de responsabilité des chefs de réseaux vis-à-vis de leurs agents peut aussi s’exprimer par la création d’une « caisse sociale » qui a pour but de venir en aide aux proches d’agents emprisonnés ou décédés. En effet, beaucoup d’agents sont chefs de famille : en tant que tels, leur engagement est au cœur d’un débat sur la compatibilité ou non de ce rôle avec celui de résistant. La question se pose pour beaucoup d’agents (réels ou potentiels) de savoir qui, de la patrie ou de la famille, a la priorité dans leur échelle de valeur. Une manière de s’engager pour l’une sans risquer de laisser l’autre dans le besoin est de s’assurer qu’en cas d’accident, le réseau assurera un soutien substantiel aux familles dans la détresse, en attendant que l’État prenne le relais à la Libération.

  • 44 Note de service, par Cinq et Jendel, 28 septembre 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté (...)
  • 45 Note de service de Marc, 1943-1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 393. (...)

22Généralement, plus un réseau est ancien, plus le budget consacré à sa caisse de soutien est important. Ainsi, Tégal consacre déjà pendant l’été 1943 environ 17 % de son budget à l’aide aux familles des agents arrêtés. Le cas de Marc est encore plus frappant. En effet, le réseau est créé très tôt et se développe sans cesse, malgré de nombreuses vagues d’arrestations, qu’il parvient chaque fois à surmonter. En septembre 1942, sur un budget mensuel de 132 700 francs, 28 %, sont consacrés au soutien des familles44 Deux mois plus tard, le réseau alloue 40 % de ses 175 000 francs à sa caisse sociale ! Cette somme ne cesse de progresser jusqu’à la fin de l’occupation, sa part relative étant elle aussi en constante augmentation jusqu’en avril-mai 194445.

Graphique 1 ; Évolution du budget du service Marc

Graphique 1 ; Évolution du budget du service Marc
  • 46 Voir les Dossiers personnels A.R.A provenant des Archives de la Sûreté de l’État de Londres, entre (...)

23Bien sûr, l’entretien de cette caisse sociale n’est pas nécessaire à la survie d’un réseau, mais bien des chefs de services la considèrent comme une obligation morale. Il ne faut d’ailleurs pas sous-estimer l’impact positif que peut avoir l’existence d’une telle caisse sur les agents : le fait de savoir que l’on se souciera de sa famille en cas de disparition est à même de renforcer la relation de confiance qui les unit au service en même temps quelle allège leurs préoccupations concernant l’avenir de leurs proches. La caisse de soutien peut donc raffermir le moral des agents, et par conséquent leur implication dans les activités du service. À notre connaissance, il n’existe aucune caisse sociale pour Comète. Cette absence peut paraître déroutante quand on connaît la nature humanitaire de la ligne, d’autant que les nombreux rapports établis par les agents à la liquidation du réseau attestent du sentiment de responsabilité des différents chefs vis-à-vis d’eux46.

Le financement de Londres

  • 47 Historique du service « Martiny-Daumerie », n.d, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté del’État, (...)
  • 48 Lettre de Lepage à Pierlot, 19 janvier 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, (...)
  • 49 À l’exception peut-être d’un mystérieux parachutage de diamants de mars 1944. Signalons que l’offi (...)

24La première année d’occupation de la Belgique est caractérisée par la faiblesse des contacts entre les premiers groupes de résistants et la Grande-Bretagne. De même à Londres, les initiatives des Britanniques et des Belges sont lancées en ordre dispersé. Ainsi, les Britanniques soutiennent les premiers pas du réseau de renseignements Martiny-Daumerie en confiant plusieurs centaines de milliers de francs aux agents parachutés à son profit47. L’accord du 12 août 1941 entre le premier ministre Hubert Pierlot et Sir Stewart Menzies, chef du Secret Intelligence Service, le service de renseignements britannique, jette les bases d’une coopération renforcée. Un des termes de cet accord prévoit que le financement des réseaux belges soit assuré par la Sûreté. Le financement britannique est donc censé disparaître à ce moment. Or, en janvier 1942, Lepage signale à Pierlot que les Britanniques ont remis de l’argent à plusieurs agents, sans motif déclaré48. Il se demande quelles en sont les raisons réelles et craint que cela n’engendre de l’indiscipline. Le renforcement de la coopération belgo-britannique dans le domaine du renseignement a sans doute évité que ce genre d’incident ne se reproduise par la suite49. Par contre, en matière d’évasion, la balle reste principalement dans le camp britannique, comme nous le verrons dans le cas de Comète.

Les différents modes de financement du renseignement

  • 50 Interview de Raoul Derivière, par Henri Fassbender, 17 juillet 1974 ; CEGES, AA 1333, Archives de (...)
  • 51 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.Début 1943, les Britanniques (...)
  • 52 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 393. S’y ajoutent des pesetas pour financer le (...)

25Une grande partie du financement est opérée depuis Lisbonne. L’antenne de la Sûreté, y fait l’acquisition de devises - principalement des francs belges, mais aussi des francs français et, plus tard, des dollars - pour les expédier aux réseaux via le service de liaison Sabot, établi en Zone Nono50. Cette politique constitue une excellente affaire, puisque les francs belges ne valent pratiquement plus rien à l’étranger du fait de l’occupation du pays. Rachetés par le gouvernement en exil pour une somme dérisoire, ils sont renvoyés en Belgique, où ils reprennent toute leur valeur51. Cependant, dès 1942, la Sûreté éprouve des difficultés à se procurer des francs belges, à cause de la diminution de la masse monétaire belge disponible dans les pays neutres ou alliés. Une partie du financement va donc s’effectuer au moyen d’autres devises. Lisbonne complète ses envois de francs belges à Sabot par des coupures suisses ou françaises, pour l’alimentation des réseaux belges en France, et, à partir de la fin de l’été 1942, par un nombre croissant de dollars52.

  • 53 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 10.
  • 54 Peut-être ces billets ont-ils été prélevés sur le stock destiné à être fourni aux troupes britanni (...)
  • 55 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.
  • 56 Délocalisée en France au moment de l’Invasion, la Banque nationale est de retour en Belgique dès l (...)
  • 57 Le réseau BB mentionne durant l’été qu’il a reçu de tels billets, mais croit comprendre qu’ils ne (...)
  • 58 Interview de Paul Lebrun par Jean Dujardin et Daniel Vercauteren, 2 décembre 1971.

26Des achats de devises belges pour financer la résistance ont encore lieu en 1943 et 194453, mais ils sont loin de suffire. Les autorités belges auraient entrepris en 1943 la fabrication de « faux » billets pour contourner cette difficulté54. Nous n’avons pas retrouvé d’archives relatives à la production de ces billets, mais des témoignages oraux, confirmés par les notes de service de plusieurs réseaux, évoquent cette étrange opération de falsification par un État de sa propre monnaie. Il en ressort que des coupures de 500 francs belges produites en Grande-Bretagne ont été parachutées en 1943 à Zéro, chargé de leur distribution, et ce à au moins deux reprises. La première opération a lieu avant l’été 1943 et concerne sans doute un montant de 125 000 francs. Albert Hachez, alors chef de Zéro, refuse de les utiliser et les fait enterrer55. En effet, ces billets n'ont pas suivi la totalité du processus de mise en circulation. Si la Banque nationale56 s’en était aperçue, elle aurait mené une enquête, un risque inacceptable pour le réseau. Peut-être Maxime Van Praag, successeur de Hachez, les a-t-il quand même fournis à des réseaux en difficulté57. La seconde opération, qui concerne une somme de 250 000 francs, a lieu avant l’hiver suivant et sert en grande partie à refinancer Tégal. D’après Paul Lebrun, un des cadres de Tégal, l’ordre arrive de Londres de ne pas les dépenser58. Le problème de ces billets est que leur numéro d’émission est en avance sur celui de ceux qui continuent à être imprimés à Bruxelles. Tégal se résigne à son tour à cacher ces dangereux billets plutôt qu’à les utiliser.

  • 59 Ainsi, si l’on analyse la composition des fonds emportés par les agents parachutés sur le continen (...)
  • 60 Ces pourcentages sont obtenus sur base des données trouvées dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sû (...)
  • 61 Sur base des mêmes données, mais sans devoir recourir à la conversion, on peut exprimer la même év (...)
  • 62 Rapport no 57 de Muret, 1er octobre 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no (...)
  • 63 Note de service, 8 mars 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 254.
  • 64 Nous avons pu rassembler un corpus de 27 données chiffrées, retrouvées dans les notes de services (...)
  • 65 F. Baudhuin, L’économie belge sous l’occupation. 1940-1944, Bruxelles, 1945, p. 191.
  • 66 On pourrait émettre l’hypothèse que ces différences sont uniquement dues aux possibilités de chang (...)
  • 67 La déportation des Juifs, commencée en août 1942, a sans doute dans un premier temps très fortemen (...)
  • 68 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.
  • 69 Zéro signale la chose au gouvernement de Londres dès octobre 1943 en mentionnant la circulation en (...)

27Suite à la raréfaction du franc belge sur les marchés internationaux, sa part dans le financement des réseaux est donc en constante diminution, alors que les sommes infiltrées ont tendance à augmenter59. S’il représente durant les huit premiers mois de 1942,69 % de la valeur des sommes remises aux agents en partance pour le continent, et en 1943, 59 %, cette part n’est plus que de 5 % en 194460. À l’inverse, celle du dollar passe de 9 % de la valeur totale du financement en 1942 à 22 % en 1943, et à 86 % en 194461. L’envoi massif de dollars à Sabot commence en août 1942. Son chef, Bouriez, doit en organiser le change. Étant donné la capacité d’absorption du marché, il demande à Lisbonne de ne pas lui envoyer plus que l’équivalent en dollars de 5 millions de francs62. Par la suite, les opérations de change sont réalisées par les réseaux eux-mêmes, en général dans les cafés proches de la Bourse de Bruxelles, où la vie spéculative continue malgré l’occupation. Ces opérations ne sont pas sans risque : les agents chargés du change doivent autant se garder des arnaques que des rafles allemandes. Zéro se fait ainsi tromper à plusieurs reprises ; début 1943, la trahison d’un changeur entraîne la perte de 7 000 dollars, l’agent chargé de l’opération s’en tirant lui-même de justesse. Du coup, le réseau, qui se passerait volontiers de telles aventures, demande à Londres de lui envoyer de préférence des francs belges plutôt que des dollars63. Les tribulations du cours clandestin du billet vert au cours des mois suivants ne feront que renforcer les réticences de Zéro et des autres réseaux à son égard. Grâce aux indications fournies par les réseaux, l’évolution de la valeur du dollar sur le marché noir a pu être reconstituée64. Au début de l’Occupation, le dollar s’échange contre 30 francs belges65. Il ne cesse par la suite de connaître un mouvement haussier. Cette tendance enregistre son apogée fin 1942, avec un dollar pour 140 francs. Il s’ensuit une période assez stable au cours des premiers mois de 1943, caractérisée par un taux de change favorable à la devise américaine. Pour les réseaux belges, le financement en dollars, en pleine expansion, est alors une véritable aubaine. Elle ne dure guère : la chute s’amorce au printemps 1943. À la mi-août, le billet vert touche le fond : Marc l’échange à ce moment pour 63 francs. Le manque à gagner est énorme. Heureusement, dès la fin du mois, Marc signale une reprise, premier acte de plusieurs mois de turbulences, au cours desquels les réseaux se débrouillent avec des taux de change variant de 70 à 93 francs belges66. Cependant, la tendance revient à la hausse, si bien qu’au printemps 1944, le dollar repasse le seuil symbolique des 100 francs belges et continue à monter jusqu’à la Libération. Les finances des réseaux s’en trouvent soulagées. L’écroulement du cours en 1943 est vraisemblablement lié à une baisse de la demande, sans doute consécutive à des événements tels que l’occupation du Midi de la France et la déportation des Juifs67. Il est peut-être aussi lié à une augmentation de l’offre, du fait même de l’introduction de plus en plus importante de dollars pour alimenter la résistance. Alors qu’au cours des huit premiers mois de 1942, 23 600 dollars sont expédiés aux réseaux belges, les envois montent à près de 280 000 dollars pour l’ensemble de l’année 1943. Le modeste marché belge des changes clandestin doit absorber ces arrivages, ce qui entraîne une série de dépréciations. Le phénomène n’échappe pas aux chefs de services : conscients qu’un arrivage trop massif peut entraîner une brusque dévaluation, les chefs des deux principaux réseaux belges, Zéro et Marc, s’arrangent pour ne pas vendre leurs dollars en même temps68. Par la suite, la perspective d’une libération prochaine entraîne à l’inverse une augmentation du cours. Non seulement le dollar s’annonce comme la monnaie du vainqueur, mais la conversion en devises étrangères des sommes gagnées sous l’occupation permettrait aux « profiteurs de guerre » de contourner les mesures monétaires et fiscales annoncées par le gouvernement en mai 1944, mais colportées par la rumeur dès la fin de l’année précédente69.

  • 70 L’idée traverse en tous cas l’esprit de certains acteurs de terrain : BB signale durant l’été 1943 (...)
  • 71 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11. Ces chiffres sont en contradiction avec ce (...)
  • 72 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.
  • 73 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 238.
  • 74 Pourtant, il est mentionné que des diamants sont présents dans un parachutage destiné aux services (...)

28Il n’est pas exclu que la baisse du dollar ait décidé la Sûreté à tenter le financement des réseaux par l’envoi de diamants70. Les pierres précieuses ont l’avantage d’être facilement transportables et de pouvoir être revendues à Bruxelles pour une valeur nettement supérieure à celle de leur achat à Londres. Dès juin 1943, la Sûreté achète son premier lot. Quelques 1176 pierres précieuses sont acquises avant le mois d’octobre suivant, pour un montant total de 30 000 £, soit près de 3,7 millions de francs belges71. Le recours à cette nouvelle méthode restera limité à quatre parachutages, tous effectués durant les derniers mois de 194372. Le premier envoi, à titre d’essai, le 15 juillet 1943, n’est pas destiné au renseignement. La deuxième expédition est par contre prévue pour être parachutée au réseau Clarence. Les 554 diamants sont perdus avec l’avion qui les transportait dans le cadre de la mission Playbill, le 20 octobre 1943. Cependant, un lot de 195 pierres est parachuté pratiquement au même moment avec le radio « Speed », qui le remet quelques jours plus tard à Clarence. Le réseau parvient à en obtenir la modique somme de 3,3 millions de francs73. Enfin, 388 diamants sont encore fournis début novembre aux réseaux, qui les convertissent en 2,7 millions de francs belges. Au total, l’opération est largement bénéficiaire. Malgré les pertes de Playbill, les gains enregistrés (6 millions de francs) dépassent largement l’investissement financier initial de la Sûreté (3,7 millions). Pourtant, l’acquisition ultérieure de près de 500 diamants par la Sûreté restera sans suite, peut-être du fait de la remontée du dollar sur le marché clandestin ou pour des questions de sécurité74.

  • 75 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.
  • 76 A. Jooris, Souvenirs de la guerre 1940-1945, s.l., 1986, p. 127-128 (inédit). La somme est versée (...)
  • 77 CEGES, AA 1333 Archives de la Sûreté de l’État, no 11.
  • 78 Dans un premier temps, de Launoit demande que Galopin, c’est-à-dire la Société générale, finance l (...)
  • 79 History Sheet de Walthère Dewé, 8 janvier 1945, dans CEGES, Archives du service Clarence, AA 1099, (...)
  • 80 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.

29La fourniture de bons du trésor est une autre alternative. Les réseaux doivent alors trouver un bailleur de fonds pour échanger les bons reçus contre une somme équivalente. La question cruciale est celle du crédit (dans les deux sens du terme) que ces bailleurs accorderont aux bons, et dont dépendra le succès de l’opération. L’issue heureuse d’une telle démarche est donc liée à la confiance que le bailleur accordera au document, à son porteur et au gouvernement en exil. Le premier mandat du trésor destiné à financer la résistance est émis le 27 janvier 1942. Ces deux millions ne sont initialement pas destinés au renseignement, mais à l’aide aux familles des militaires des forces belges de Grande-Bretagne75. Le radio Bruaux, parachuté dans la nuit du 2 au 3 mars 1942, le remet à Zéro. Quelques mois plus tard, plutôt que de l’utiliser comme prévu, Zéro le remet au réseau Bayard, qui en tire vers février 1943 un financement d’un peu plus d’1,9 million d’un de ses agents, Eugène Charpentier, avocat hutois de mèche avec la banque Borsu76. Bayard garde un demimillion et remet la somme restante, soit environ 1,42 million, à BB. Entre-temps, un deuxième bon est émis le 22 mai 1942, pour une valeur de 4 millions. Il est emporté quelques jours plus tard par l’avocat Nicolas Monami, qui saute sur la Belgique dans la nuit du 24 au 25 mai 1942. La somme est en majeure partie destinée à l’Armée de la Libération, un mouvement de résistance, mais 500 000 francs doivent être remis à Clarence77. Le bon sera honoré par le financier Paul de Launoit78. Clarence reçoit vraisemblablement sa part, qui constituerait son premier financement par la Sûreté79. Les bons suivants sont émis en 1944, à l’occasion d’une grande opération de financement de la résistance, au moyen de 30 mandats de 500 000 francs, dont 12 sont censés être remis aux réseaux de renseignement80. Cependant, nous n’avons pas retrouvé de trace de leur réception par ces derniers. Seule certitude : 15 de ces mandats ont été encaissés par le service Socrate, pour le financement de l’aide aux réfractaires.

L’acheminement des fonds destinés au renseignement

  • 81 Sur les 191 millions de francs belges mis à disposition de la résistance entre de décembre 1943 à (...)

30L’acheminement discret d’importantes sommes d’argent (ou de leurs alternatives) ne va pas de soi, et dépend en grande partie des liaisons entre la Belgique et la Grande-Bretagne. Au fur et à mesure que se nouent les contacts avec les territoires occupés, les besoins financiers de la Sûreté se développent. Dès 1942, le budget annuel de la Sûreté est de 286 000 £, soit 35 millions de francs belges. Toutefois, le soutien à la résistance ne représente qu’une partie de ses dépenses, qui couvrent aussi des domaines très différents allant de l’aide aux évadés de Belgique arrivés en Grande-Bretagne, aux colis destinés aux prisonniers de Miranda, en passant par le fonctionnement des antennes en pays neutres. Celle de Lisbonne absorbe seule près de la moitié de ce budget, à cause des nombreux évadés qui transitent par elle et, plus encore, de ses achats de devises destinées à être expédiées en Belgique. Le financement du renseignement, - à ce moment la forme de combat clandestin la plus active avec l’aide à l’évasion-, occupe une grande part du montant consacré au soutien de la résistance. Or, à partir de la fin 1943, ce budget explose avec le soutien massif accordé à la résistance armée et, plus encore, à l’aide aux réfractaires. De ce fait, les sommes allouées aux services de renseignements ne forment plus en 1944 qu’une enveloppe mineure de l’énorme budget consacré à la résistance81. L’acheminement des fonds n’en reste pas moins problématique.

  • 82 H. Bernard, août 1940-Avril 42, s.l., 1983, p. 18-19 (inédit).
  • 83 Le service reçoit à cette occasion 225 000 francs français (La Sûreté de l’État Belge, (par Hervé (...)
  • 84 Lettre de Lepage à Pierlot, 28 avril 1942, dans AGR, Archives du cabinet du Premier ministre à Lon (...)
  • 85 J. Dujardin, « Le Service ’Luc’, été 41-été 42. Aspects des problèmes de commandement et de liaiso (...)
  • 86 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 112. Ainsi, en février 1942, Sabot prend la re (...)

31La première méthode d’infiltration de valeurs consiste à expédier l’argent depuis Lisbonne via les lignes terrestres, à travers la péninsule ibérique et la France. Cet argent est réceptionné dans un premier temps par les services de liaison installés en Zone Nono, qui se chargent de le distribuer aux réseaux auxquels ils sont connectés. Le contrôle de ces flux financiers est au cœur des tensions régnant entre les services belges en France, chacun considérant le financement comme une forme de légitimité. Dès avant l’arrivée de ces capitaux, Benoît apporte une aide financière aux réseaux de Belgique grâce à ses revenus propres. C’est ainsi que dès février 1941, Luc, qui deviendra plus tard Marc, reçoit une enveloppe de 10 000 francs82. Le réseau reçoit encore 25 000 francs en mai et 35 000 en juin, mais ces sommes sont peut-être déjà prélevées sur les premiers fonds envoyés par Lisbonne, que Benoît reçoit à la même époque83. Jusqu’au départ de Doyen en mars 1942, Benoit reçoit de Lisbonne 1 723 561 francs belges et 362 900 francs français84, au moyen desquels il est censé alimenter les réseaux belges. Ce soutien est avéré pour Luc85 et probable pour Tégal. En 1942, le principal intermédiaire dans le financement des réseaux devient Sabot86. Son chef, Bouriez, se constitue une réserve de plusieurs millions de francs belges, mais rechigne à accorder des sommes importantes aux services. L’objectif n’est pas de les mettre dans l’embarras, mais de restreindre leur marge de liberté financière pour mieux les contrôler. Au cours des derniers mois de 1942, la création du PCB (Poste de Commandement belge) conduit à une nouvelle répartition des tâches. Sabot n’alimente plus que les quelques réseaux qui lui sont attachés, les autres dépendant désormais du PCB. Or, les sommes fournies sont désormais insuffisantes, notamment pour Marc. Il devient nécessaire de compléter l’acheminement par voie terrestre par une seconde méthode, les parachutages.

  • 87 E. Verhoeyen, « Le Service de Renseignements Marc (1942-1944) », dans Cahiers d’Histoire de la Sec (...)
  • 88 Une note de service de Zéro laisse entendre que l’avion se serait écrasé en France, à Ronchin, prè (...)
  • 89 Répartition des fonds expédiés de Londres du 1er septembre 1943 au 1er janvier 1944, dans CEGES, AA (...)

32D’une manière générale, les agents parachutés emportent avec eux une somme d’argent. Une partie de celle-ci doit servir à leur propre mission ou au réseau auquel ils seront attachés, le reste étant destiné à d’autres services. Un des premiers apports financiers importants reçu par voie aérienne est une somme de 100 000 francs belges remise à Luc par le parachutiste Jean Cassart fin 1941, en principe destinée au sabotage. En 1942, l’arrivée d’argent spécifiquement prévu pour le renseignement grâce aux agents parachutistes devient régulière. Ainsi, Londot, qui prend bientôt la tête de Marc, arrive dans la nuit du 23 au 24 juin avec 200 000 francs belges pour le réseau87. Les services les plus importants profitent donc des deux voies d’acheminement complémentaires : la voie terrestre n’est pas rapide et peut dépendre du bon vouloir des services belges en France, mais elle est relativement régulière, tandis que les agents parachutistes, lorsqu’ils arrivent à destination, apportent des sommes plus importantes qui permettent de constituer des réserves. Afin de combiner rapidité et régularité, les parachutages d’agents sont complétés en 1943 par des envois théoriquement mensuels de containers emportant notamment de fortes sommes. Zéro, Clarence et, en 1944, Marc, en assurent la réception, puis distribuent le contenu à qui de droit. Par exemple, Marc reçoit 300 000 francs belges et 2 000 dollars de Zéro en mai 1943, suite à l’arrivée d’un container, et 1 million de francs belges au mois de septembre suivant. Malgré les précautions qui les entourent, ces parachutages de containers ne sont pas d’une fiabilité absolue. Le 20 octobre 1943, l’opération Playbill, qui doit fournir de très importantes sommes aux réseaux, à une époque où bon nombre d’entre eux sont dans le besoin, tourne à la catastrophe. L’avion de la RAF s’écrase avant d’avoir pu mener à bien sa mission88 : 3 millions de francs belges, 40 000 dollars et plusieurs centaines de diamants (pour une valeur de 9142 £) sont perdus. Pour les réseaux belges, c’est un véritable désastre : 56 % de leur dotation envoyée par voie aérienne pour le dernier quadrimestre 1943 se volatilisent en un coup89.

33Cet échec tombe d’autant plus mal qu’il succède, de quelques mois, à l’écroulement du billet vert et qu’il arrive à une époque où les dépenses des réseaux ne cessent d’augmenter, en particulier celles qui concernent l’aide aux familles des agents arrêtés. Durant la seconde moitié de 1943, plusieurs réseaux sont proches de la banqueroute. Ainsi, BB, qui ne parvient à tenir la route que grâce à des emprunts, écrit en août 1943 dans une note de service :

  • 90 Note de service, par Emmanuel Jooris, [28 août 1943], dans CEGES, Archives de la Sûreté de l’État, (...)

« J’espère que Londres comprendra enfin, que la vie d’un agent clandestin, chef d’un service de renseignements, donne suffisamment de tracas et de soucis, pour qu’il ne faille pas encore y ajouter le souci d’argent ‘nerf de la guerre’ ici encore plus qu’à Londres »90.

34On retrouve semblables témoignages au même moment dans les notes de Bayard et de Tégal. Après un redressement de leur situation à la fin de l’été, tous deux connaissent de nouvelles difficultés dans les mois suivants. En novembre, Paul Collard, qui vient de prendre la tête de Tégal, écrit une lettre cinglante à la Sûreté :

  • 91 Gédéon se plaint, [novembre 1943], dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 227.

« Il nous reste en caisse de quoi vivre un tout petit mois de trois semaines, en laissant du retard à droite à gauche, en demandant à nos lignes de patienter, etc. Vous rendez-vous compte que ces questions d’argent nous empoisonnent l’existence ? Nous devons hésiter à monter de nouvelles lignes, à accroître notre personnel : nous sommes forcés de calculer et de lésiner. Nous voudrions être larges avec les familles de nos fusillés (16 il y a quelques semaines), avec celles de nos hommes en prison ou condamnés (près de 10 condamnations à mort il y a un mois), avec nos hommes planqués. Au lieu de cela, nous devons être radins avec tous. [...] Ne trouvez-vous pas que nous devrions être largement à l’abri des ennuis d’argent ? Que nous ne devrions pas attendre avec impatience et énervement, de lune en lune, des arrivages de fonds toujours remis et qui, lorsqu’ils nous arrivent, sont déjà consommés, de sorte que nous devons aussitôt recommencer les emprunts ? »91.

35Aux difficultés que ces problèmes engendrent s’ajoute donc une amertume grandissante à l’égard de Londres, tenu pour responsable de la situation. Toutefois, la situation, pénible pour bien des réseaux, ne l’est pas nécessairement pour tous, ou pas au même moment, ce qui permet une certaine solidarité. De cette manière, Tégal peut compter sur d’importantes avances de Mill et de Zéro durant l’été 1943. L’entraide n’empêche pas pour autant les jalousies, certains réseaux s’estimant victimes de discriminations de la part de Londres. Ainsi, le 1er novembre 1943, Boucle écrit :

  • 92 Note de service, 1er novembre 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 154.

« Je commence donc le mois de novembre avec zéro franc, zéro centime et sans la moindre réserve, alors que certain service (pour ne pas dire certains services) nage dans l’abondance, chose que je ne demande certes pas »92.

36 Bayard se sentant tout aussi lésé, écrit à Londres en juillet 1944 :

  • 93 Note de service, 31 juillet 1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/15.

« Une situation inégale est faite aux divers services de renseignements ; Et pourtant, ces services travaillent tous pour un même idéal, il ne devrait pas y avoir de différence injuste de traitement entre eux. Et cependant, nous avons acquis la certitude que cette rivalité existait en fait (les simples agents de renseignements s’en rendent eux-mêmes bien comptes [sic], ce qui fait toujours très mauvais effet) et la faute en est imputable aux dirigeants de Londres eux-mêmes. L’argent est le nerf de la guerre et c’est de ce point de vue-là que notre service a toujours été défavorisé vis-à-vis de certains autres. [...] Ce n’est pas d’hier que nous connaissons l’état d’infériorité dans lequel nous avons été maintenus »93.

37Ce sentiment d’injustice reste la plupart du temps sans conséquence dans les relations entre réseaux, mais il vient s’ajouter aux griefs que bien des responsables de terrain nourrissent vis-à-vis de leurs interlocuteurs londoniens.

  • 94 H. Bernard, Un géant de la résistance. Walthère Dewé, Bruxelles, 1971, p. 175.

38Il faut signaler que de rares services bénéficient d’opérations de compensation. Il s’agit d’obtenir une avance de fonds d’une personne en Belgique, en échange du versement d’une somme équivalente sur un compte à l’étranger. De telles opérations auraient été effectuées entre Lisbonne et la Belgique, mais nous n’en avons pas retrouvé de traces écrites. Ce qui est par contre certain, c’est que certains prêts seront convertis en compensations grâce au raffermissement des contacts avec Londres. C’est le cas des dettes contractées par Clarence en 1942 qui, suite à l’arrivée d’un de ses responsables en Grande-Bretagne, sont compensées par un versement sur un compte ouvert auprès d’une banque londonienne94.

  • 95 Tégal possède ainsi un compte que l’industriel Paul Lebrun ouvre auprès d’un banquier avec lequel (...)
  • 96 E. Debruyne, C'était Tégal. Un service de renseignements en Belgique occupée, p. 71 et 79.

39Notons enfin qu’il ne suffit pas de réceptionner l’argent ; encore faut-il le conserver, dans une planque ou, plus rarement, auprès d’une institution financière discrète95, et le faire circuler sans attirer l’attention. Le transport de sommes importantes est dangereux. En cas d’interpellation, la découverte sur un particulier de plusieurs dizaines ou centaines de milliers de francs, parfois en devises, le rend plus que suspect aux yeux des policiers. L’histoire des réseaux est émaillée de cas d’agents arrêtés en possession de sommes considérables, comme Hauman, chef de Tégal, appréhendé le 29 septembre 1943, alors qu’il porte sur lui un récent arrivage d’argent à destination de son réseau et de Mill, qui perdent de la sorte un demi-million96.

Le financement de Comète ou la quête du partenaire idéal

  • 97 A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 23-25 ; O. de Vasselot, Tombés du ciel, 23-26. ; Col (...)

40Au début de la guerre, l’aide à l’évasion apparaît spontanément, avant même que ne s’établissent les premiers contacts avec Londres. Au hasard d’une rencontre fortuite ou grâce à la détermination de quelques individus, certains de ces actes spontanés débouchent sur la création de véritables réseaux, nécessitant dès lors un financement. L’histoire de Comète est marquée par une rapide collaboration avec les services secrets britanniques. Sans doute n’y aurait-il jamais eu de contacts entre l’embryonnaire Comète et le MI-9 sans l’insolente ténacité d’un groupe de jeunes résistants, prêts à tout pour sauver quelques soldats alliés. Après un premier échec, qui déboucha sur l’arrestation à la fois des « colis » et d’un de ses complices, Andrée De Jongh décide d’emmener elle-même les aviateurs restants en Espagne, afin de les remettre directement au consulat britannique de Bilbao. C’est ainsi qu’en août 1941, la future première dirigeante belge de réseau entre en contact avec le représentant local du MI-9, Michaël Creswell. Suite à d’âpres négociations, durant lesquelles l’intégrité et la véracité des propos de la jeune femme ont été jaugés, les deux partis s’accordent sur une alliance officieuse, qui tient jusqu’en juin 1944. Il est décidé que le gouvernement britannique remboursera entièrement l’évasion de chaque aviateur, de son sauvetage en territoire occupé à son arrivée à Bilbao. Le remboursement englobe les frais de ravitaillement et de transport, la confection des faux-papiers d’identité et des documents officiels, l’achat et la réparation de vêtements civils adaptés, les éventuels « pourboires » garantissant la sécurité des colis, et la rémunération des guides basques et des passeurs frontaliers. En contrepartie, Andrée De Jongh exige une indépendance totale d’organisation et de gestion de son réseau, n’acceptant des Britanniques que le remboursement des frais exposés97. Une indépendance que, nous le verrons plus loin, met en porte-à-faux une observation attentive de l’emprise financière britannique sur Comète.

  • 98 Selon les données fournies par la Banque de France, une livre sterling correspondait à 176,62 anci (...)
  • 99 C’est le cas des agents Henri Decat et André Dave, parachutés en Belgique en janvier 1943 ; de Cha (...)
  • 100 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 371 et 374-376. ; Interview d’Andrée De Jongh par Adeline Re (...)

41Pourtant, les liens qui unissent la ligne d’évasion au MI-9 ne s’expliquent pas uniquement par la détermination des résistants. En effet, dès le début du conflit, le gouvernement de Sa Majesté fait de la création de réseaux d’évasion une de ses priorités. Il est aisé d’en comprendre les raisons : la formation d’un pilote de bombardier coûte à l’économie britannique 10 000 £, celle d’un pilote de chasse plus de 15 000 £, et la formation des sept membres d’équipage d’un bombardier Lancaster 23 000 £98. Des dépenses astronomiques qui n’incluent pas le coût des appareils et du matériel. En outre, l’existence de lignes d’évasion maintient l’espoir d’être secouru en cas d’accident. Elles deviennent une aide morale essentielle pour tous les membres de la Royal Air Force. Un espoir pour lequel l’Angleterre est prête à payer le prix fort. C’est pourquoi, malgré l’accord de coopération entre les services secrets britanniques et belges, le MI-9 insiste, dès septembre 1942, pour contrôler et financer lui-même les lignes d’évasion, à raison de 75 %, ce qui se traduit par l’envoi de nombreux agents en territoire occupé pour y organiser de nouvelles lignes d’évasion99. Mais Comète reste, aux yeux de tous, la ligne la plus sûre. Contrairement à certains de leurs confrères, ses agents conservent tout au long de la guerre la réputation de livrer leurs « colis » en un temps record (une moyenne de trois à quatre jours), en leur évitant un passage au tristement célèbre camp de Miranda de Ebro100.

  • 101 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294 ; Rapport rédigé par (...)
  • 102 Voir : 01/02/42, 06/01/44 et l’année 1943, dans Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de (...)

42L’analyse du cahier de comptes nous renseigne sur la manière dont procède le MI-9 pour financer Comète. Les Anglais remboursent en pesetas après réception des hommes à Bilbao. Comète doit donc avancer l’argent pour chaque évacuation, lequel est donné en mains propres au guide du réseau qui accompagne les « colis », jusqu’au point de contact avec Michaël Creswell. La somme versée étant souvent de 15 000 pesetas pour deux ou trois aviateurs, le calcul est facile : l’évasion d’un aviateur coûte en moyenne 5 000 à 7 500 pesetas. Les traces de paiement sont très régulières dans le carnet. Elles sont intitulées « Bilbao », « reçu consul. » ou « CA », abréviation de « consulat anglais ». En tenant compte du nombre irrégulier de pilotes arrivant dans les mailles du réseau, nous dénombrons deux à quatre remboursements par mois de 1941 à 1942, suivis d’une forte augmentation en 1943, due à la rapidité de l’évasion101. Pour être fonctionnelle en France et en Belgique, Comète change l’argent en francs, sans doute clandestinement. Le manque de précision des documents conservés ne permet pas d’élucider cette étape essentielle du financement. Un nombre limité de notes fait allusion à ce type de transaction en des termes suivants : « change argent », « commission sur change » ou « emporté Paris pour change »102. Nonobstant l’insuffisance d’informations, il est essentiel d’insister sur l’importance de l’échange des devises. La monnaie des pays occupés ayant connu une dévaluation considérable, la différence entre pesetas et francs français est énorme. Les dirigeants du réseau en sont bien conscients puisqu’ils mentionnent à côté de chaque remboursement la valeur du taux de change. Voici un exemple d’annotation :

Le 29 septembre 1942

Dépenses

Rentrées

Reçu consul 15 000 pts (6.50)

97 500 francs français

  • 103 Voir : 01/02/42, 06/01/44 et l’année 1943, dans Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de (...)

43Grâce aux données récoltées dans le carnet, nous avons une idée, certes partielle, du cours clandestin pratiqué dans la région du Pays Basque. En 1941, le taux de change entre les pesetas et le franc français est de 4,3 (une pesetas valant 4 francs français et 30 centimes), pour passer à un taux de 13 en décembre 1942 ! Par contre, le taux de change entre les francs français et belge reste identique de 1941 à 1942 avec la valeur de 1,6103.

  • 104 Voir le 25/12/41, les remboursements de deux Belges : Messieurs Van Daele (7 000 francs français) (...)

44Malgré le remboursement britannique, la question financière reste une charge pesante pour les dirigeants de Comète, car les Alliés ne sont pas les seuls à devoir bénéficier d’une évacuation rapide. Le gouvernement belge envoie régulièrement des agents en mission, qui passent également par les lignes d’évasion pour retourner à Londres. L’issue de secours est identique pour les résistants brûlés. Or, selon les termes du contrat avec les Britanniques, les agents brûlés de Comète sont aux frais du réseau, tandis que les civils belges paient eux-mêmes leur évasion. Le carnet confirme cet arrangement. Le nom des civils belges voulant passer en Angleterre est inscrit à côté de la somme payée par eux. Tout comme pour le remboursement du MI-9, il semblerait qu’ils ne versent la somme qu’à leur arrivée au Secteur Sud. L’absence de carnets de comptes pour les deux secteurs septentrionaux ne permet pas de vérifier cette hypothèse104.

  • 105 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 373-374 ; Rapport rédigé par Waucquez, Gérard, dans CEGES, A (...)
  • 106 La section Évasion est dirigée par le commandant Vandermies jusqu’en octobre 1942, puis par le maj (...)
  • 107 Rapport sur les premiers contacts entre Comète et le gouvernement belge à Londres, dans CEGES, AA 1 (...)
  • 108 Gérard Waucquez dément l’information et s’excuse du malentendu dans son rapport d’activité ARA, fa (...)
  • 109 Rapport d'activité de M. Waucquez Gérard, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no (...)
  • 110 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 373-374. ; E. Verhoeyen, La ligne d’évasion Comète, p. 166-1 (...)

45Durant toute l’occupation, les relations entre Comète et les services secrets belges sont relativement tendues et ne débouchent jamais sur une collaboration durable. L’accord entre le réseau Comète et le MI-9 est à l’origine du problème avec la Sûreté. En effet, celle-ci n’est informée de l’existence de Comète qu’au début 1942, ce qui sous-entend que les Britanniques ont omis de l’en informer. Cet « oubli » est révélateur d’une certaine tendance des services britanniques, et dans ce cas-ci du MI-9, de mener des opérations, en zones occupées, avec des agents belges, à l’insu, et parfois contre, la volonté de la Sûreté de l’État. Dans le domaine de l’évasion, les Britanniques tiennent à gérer eux-mêmes les opérations, sans impliquer d’aucune façon les services belges ou un minimum par simple « courtoisie « diplomatique105. En apprenant l’existence de Comète, le gouvernement belge de Londres souhaite la rattacher à ses services. Il crée une section « Évasion » au sein de la Sûreté106. Dès ce moment, la section Évasion va vainement essayer de prendre le contrôle de Comète. Cette mission est confiée à Gérard Waucquez, neveu du ministre Pierlot, qui avait été auparavant évacué par la ligne. C’est lui qui avait informé la Sûreté de la création de Comète107, dont il se serait d’ailleurs présenté comme cofondateur. Par cette affirmation mensongère, Waucquez s’est réservé le droit de prendre personnellement des engagements au nom de Comète108. Dans son rapport, il insiste sur les difficultés énormes de trouver les fonds nécessaires pour couvrir les frais de voyage. Il informe du remboursement anglais, mais demande aux services belges d’accorder un crédit exceptionnel pour couvrir le voyage des Belges voulant rejoindre l’Angleterre, ainsi qu’un crédit particulier pour l’entretien (habillement et nourriture) des sujets britanniques à Bruxelles109. En mars 1942, Waucquez est investi d’une mission très large auprès des réseaux belges, la mission Baldrick, dont certaines directives concernent Comète : instaurer un contrôle d’identité des pilotes de la RAF ; organiser le départ de Belges jugés intéressants par les réseaux ou demandés par ces derniers ; suggérer à Andrée De Jongh de rester en permanence à Bayonne et d’éviter les déplacements ; prévenir les responsables de Comète de l’envoi d’un opérateur radio pour garder contact avec le gouvernement belge ; et créer une ligne secondaire pour les agents belges, passant par San Sebastian, puis le Portugal. En échange de quoi, Comète reçoit la somme de 100 000 francs belges pour couvrir ses frais. La conséquence de cette mission est une réorganisation complète du réseau. Celui-ci ne se charge plus prioritairement de sauver des sujets alliés, mais se retrouve réservé à 50 % pour la RAF et à 50 % pour les Belges. Les archives sont explicites : la Sûreté met tout en œuvre pour mettre la main sur le réseau. Au point qu’il est demandé aux dirigeants de Comète de fournir un plan de l’organisation, afin de s’assurer de son bon fonctionnement, et d’engager des agents devant correspondre à leurs exigences, sous peine de perdre le soutien belge. Si De Jongh et ses adjoints acceptent l’aide financière, ils refusent catégoriquement de céder sur l’indépendance de Comète. En plus des 100 000 francs prévus, Waucquez propose à Andrée De Jongh et à son père, chef du secteur de Bruxelles en 1941 et de Paris en 1942, de leur verser un « traitement mensuel », respectivement de 3000 et 7000 francs belges. Cette proposition met un terme à l’entente déjà peu cordiale qui régnait alors. Peu de temps après, le 6 mai 1942, Gérard Waucquez est arrêté110.

  • 111 Un montant qui ne figure pas dans le carnet de compte. Note sur les rapports de la ligne Comète av (...)
  • 112 Les paiements sont notés « SS », pour San Sébastian, ou « consulat belge ». Livre de comptes, dans (...)
  • 113 Les contacts sont abandonnés dès juillet, mais des traces de paiements provenant de San Sébastian (...)
  • 114 Correspondances DD/Délégation de Lisbonne & Note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouver (...)

46Malgré ce mauvais départ, une collaboration s’organise entre Comète et l’antenne de la Sûreté à Lisbonne au sujet d’une ligne bis évacuant uniquement les Belges. Les évacuations sont remboursées chaque mois par le gouvernement en exil, au prix d’environ 10 000 francs par tête. Par le biais de cette seconde ligne, les sujets belges sont remis au consulat belge de San Sébastian, qui se charge de leur transfert jusqu’à Lisbonne. En gage de confiance, la Sûreté verse le 7 janvier 1942 un montant de 50 000 francs belges comme mise de fonds, mais exige de Comète de lui transmettre une comptabilité mensuelle111. Quelques-uns des versements sont repris dans le carnet de compte, mais la totalité n’y figure pas112. Cette ligne bis cesse toutefois son activité au mois de juin 1942, à la demande de Comète qui estime que cela met en danger le fonctionnement général du réseau. Les Britanniques acceptent alors de prendre en charge un agent belge pour trois aviateurs alliés. À partir de juin-juillet 1942, les contacts entre Comète et les services belges sont définitivement abandonnés113. En plus du remboursement des évasions belges, la Sûreté de l’État a transmis un montant de 1 470 000 francs belges entre janvier et juin 1942. Cette somme comprend les 50 000 francs de mise de fonds et les 100 000 francs donnés par Waucquez en avril 1942. Le restant est composé de 320 000 francs remis au secteur de Bruxelles par Waucquez père, et d’un million de francs envoyés à Andrée De Jongh par le gouvernement belge en juin 1942, ces deux dernières sommes devant être utilisées pour assurer le sauvetage de trois agents arrêtés, dont Gérard Waucquez, ce qui confirme l’usage de la corruption par Comète114.

  • 115 1400FF (12/09/1942), 1072FF (19/09/1942), 600FF (29/09/1942) : Livre de comptes, dans CEGES, AA 13 (...)

47Notons qu’aucune trace de dollars ou de diamants ne figure dans le carnet de comptes, les archives de la Sûreté ou les témoignages des anciens de Comète. Cependant, il faut remarquer qu’à plusieurs reprises, l’agent chargé de la comptabilité évoque la rentrée de petites sommes d’argent données à la ligne par les aviateurs115. Effectivement, les pilotes de la RAF reçoivent avant leur mission un « kit » d’argent de poche qui reprend les devises des pays à survoler, en prévision d’un accident. Nous ignorons si ces dons étaient effectués d’initiative ou obéissaient à des ordres reçus.

  • 116 Voir le 20/10/42 : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.
  • 117 Voir les dates suivantes : 02/11/41, 15/04/42, 30/04/42, 30/05/42, 01/07/42, 19/11/42 : Livre de c (...)

48Qu’en est-il de la répartition de l’argent entre les trois secteurs ? La logique voudrait que le secteur Sud finance les deux autres, puisqu’il reçoit directement l’argent de Londres. Or, il conviendrait mieux de parler d’une circulation d’argent à double sens. En effet, Bayonne envoie très régulièrement des sommes d’argent vers le Nord, que ce soit pour l’organisation d’une nouvelle équipe, les mensualités de certains résistants ou la location des appartements et des maisons. Ainsi, le 20 octobre 1942, le baron Greindl – alias « Nemo » – reçoit 50 000 francs belges pour l’organisation du secteur bruxellois, ainsi que 100 000 francs « pour les Belges »116. Or, d’autres transferts démontrent que Bruxelles et Paris transmettent aussi de l’argent vers Bayonne. Une série d’annotations dans la colonne des rentrées d’argent révèlent l’activité financière de l’ensemble du réseau. Chaque montant mentionné dans le carnet de comptes est associé à une inscription du type « reçu Bruxelles » ou « reçu Paris », la valeur de ces transferts oscillant entre 1 000 et 40 000 francs français117. Cette circulation à double sens s’explique par les différents modes de financement utilisés. Outre l’aide financière britannique, le réseau dispose aussi de bailleurs de fonds chargés de prêter au réseau en fonction de ses besoins. Quelques résistants fortunés font également don à Comète d’une partie de leur capital, comme nous le verrons plus loin.

  • 118 Interviews d’Aline Dumon, et d’Amanda Stassart par Adeline Rémy, 5 mars 2005 et 17 novembre 2004.

49Reste la question de la circulation d’aussi grosses sommes d’argent, parfois en devises étrangères, sans éveiller les soupçons. Les agents constituent le vecteur le plus simple et le plus rapide : l’argent circule de secteur en secteur dans les bagages des résistants, d’où le nombre important d’arrestations de personnes porteuses de grosses sommes. Triste hasard ou espionnage réussi, les services secrets allemands en deviennent alors les heureux propriétaires118.

L’autofinancement

50De 1943 à la Libération, les arrivages pécuniaires permettent aux réseaux de renseignements de maintenir une activité soutenue et, malgré les difficultés, d’éviter la banqueroute. Le financement londonien n’en est pas moins souvent tardif ou insuffisant. Les résistants sont alors contraints de recourir à des expédients s’ils veulent éviter d’interrompre leurs activités. Malgré le soutien permanent du MI-9, Comète a aussi ponctuellement recours l’autofinancement pour combler les trous dans la caisse du réseau.

Les emprunts

  • 119 Comptes du service BB depuis juillet 1942jusqu’au 1er mai 1943, 6 août 1943, dans CEGES, AA 1333, A (...)
  • 120 G. Hofmans, « Het probleem van de ekonomische kollaboratie. De houding van de Groep de Launoit tij (...)
  • 121 Attestation de Jean Moens pour le baron de Launoit, 27 février 1950, dans CEGES, AA 628, Papiers d (...)
  • 122 On trouvera beaucoup d’informations sur ces remboursements dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûr (...)

51La souscription d’emprunts est pratique courante, la plupart du temps de quelques dizaines de milliers de francs, voire de plus de 100 000 francs. Ainsi, un document de BB relatif à son budget en 1942-1943 permet d’évaluer que 20 % de ses fonds (soit 550 000 francs) proviennent de trois emprunts successifs119. De telles opérations ont lieu dès le début de l’occupation, avant les arrivages de Londres. Quelques services éclosent dans un milieu social ou professionnel où l’argent ne manque pas, ce qui aide à trouver les fonds nécessaires à leur développement. Zéro, né dans les locaux de la Brufina, le holding de la Banque de Bruxelles, en est un bel exemple. Le baron de Launoit, qui a la haute main sur la Brufina et bien d’autres sociétés, conclut d’une main des affaires avec l’Occupant, et tend discrètement de l’autre des fonds pour alimenter la résistance120. Zéro est le premier bénéficiaire de ces « largesses » : sur le million de francs belges dépensé par le réseau au cours de sa première année d’existence, les trois-quarts sont fournis par de Launoit121. Notons que certains emprunts sont transformés en opérations de compensation. Cependant, toutes les dettes contractées ne peuvent pas bénéficier de cette procédure tardive (essentiellement 1943-1944), qui nécessite de disposer de communications fiables et d’un important capital de confiance. Dans les nombreux autres cas, la Sûreté mènera enquête après la guerre en vue de procéder aux éventuels remboursements122.

  • 123 Historique, période août 1941-juin 1943 : Description de la fonction de bailleur de fond, dans CEGE (...)
  • 124 Verhulst, arrivé à Londres, est mis à la disposition de la Sûreté de l’État. Halot continue de s’e (...)
  • 125 Historique, période août 1941-juin 1943 : Description de la fonction de bailleur de fonds, dans CEG (...)

52 Comète dispose, dans son organisation, de plusieurs bailleurs de fonds, dont la fonction consiste à avancer de l’argent à la ligne. Ces avances répondent aux besoins du réseau, mais aussi aux disponibilités financières du bailleur, dont le capital n’est pas un puits sans fond en cette période de troubles. Avancer de l’argent induit, pour les bénéficiaires, de rembourser la somme reçue, avec ou sans intérêts, conformément à l’accord établi123. Le réseau Comète fait appel aux bailleurs de fonds principalement durant ses premières années d’activités. À l’époque, les secteurs se mettent en place et les Britanniques n’acceptent pas encore de prendre en charge les Belges à évacuer. Toutefois, cette pratique subsiste après 1943. Grâce aux archives de la Sûreté de l’État, nous connaissons l’identité de certains d’entre eux. Une lettre d’Andrée De Jongh, datée du 19 mars 1942 et adressée à l’antenne de Lisbonne, annonce l’évacuation de Roger Verhulst, qui a donné à Comète sa première mise de fonds avec l’aide de son beau-père William Halot124. Un certain Paul Henrijean, directeur d’une compagnie d’assurances, prête également à Comète. Dès 1941, le baron Dony accepte de financer régulièrement la ligne. Henri Michelli fait de même en 1942. Ce dernier avait déjà donné 50 000 francs belges à Wladimir Van Damme, fondateur du service Beaver, et il attendait de se faire rembourser par les services belges. Cette double implication atteste du manque d’étanchéité entre les réseaux. Au cours de l’année 1943, le comte Antoine d’Ursel prête environ 20 000 francs belges à Comète, tandis que Fernando Radelet avance un total de 84 000 francs belges. Ces derniers attendent également un remboursement pendant ou après la guerre125.

  • 126 Historique, période août 1941-juin 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 2 (...)

53La fonction de bailleur de fonds est interpellante : devons-nous inclure cette activité dans la catégorie des résistants « vénaux », en ce sens que l’argent placé dans la résistance constituerait une forme de placement ? La réponse nous semble négative : l’argent reste essentiel au bon fonctionnement et ne diminue en rien le risque encouru. Le danger est présent et identique pour toutes les personnes aidant, d’une quelconque façon, un soldat allié. De plus, les bailleurs de fonds ne se limitent souvent pas à cette unique fonction, mais cumulent un autre emploi dans le réseau. Pour exemples, le baron Dony fournit ravitaillement et vêtements civils pour le secteur de Bruxelles dès 1941. Henri Michelli est l’adjoint de Frédéric De Jongh à Bruxelles et lui succède en 1942. Fernando Radelet est chef d’hébergement et guide principal dans Bruxelles en 1943. Le comte d’Ursel, malgré son engagement dans le renseignement (chez Clarence), accepte de prendre la tête du secteur de Bruxelles en 1943126.

  • 127 Interviews de Janine De Greef, d’Aline Dumon, et d’Amanda Stassart par Adeline Rémy, 2 février 200 (...)

54Enfin, il ne faut pas oublier que la ligne Comète est née et s’est développée dans un milieu social et professionnel où l’argent abonde. Les agents sont majoritairement issus de la moyenne et de la haute bourgeoisie urbaine. On compte également 27 agents du réseau dans les rangs de la noblesse. Ce milieu aisé est une aide précieuse pour l’organisation, qui peut compter sur son appui pour alimenter régulièrement ses caisses127.

Les combines

  • 128 H. Navarre, Le service de renseignements. 1871-1944, Paris, 1978.
  • 129 E. Verhoeyen, « Au service de la France », dans Jours de Guerre, no 11-12-13, Bruxelles, 1997, p.  (...)
  • 130 CEGES, AA 1333, Archives de la sûreté de l’État, no 225.

55Certains réseaux belges se procurent aussi des fonds auprès de services étrangers. Dans le climat ambigu de la France de Vichy, des responsables des services secrets français jouent double-jeu128. Ils emploient des agents en Belgique129 ou sont en rapport avec des réseaux belges, comme Benoît. Sans doute ces groupes bénéficient-ils d’un soutien financier de leur part. Il peut aussi arriver que des réseaux de la France libre alimentent certains de leurs homologues belges, comme le réseau anversois Stockmans, qui bénéficie en décembre 1941, d’un demi-million de francs fournis par le réseau Confrérie Notre-Dame130.

  • 131 La Sûreté de l'État Belge, (par Hervé Doyen), n.d., dans CEGES, AA 1311, Archives du Haut-commissar (...)

56 Benoît dispose d’un mode de financement très particulier. Ses fondateurs, des officiers belges travaillant pour les dépôts de matériel militaire belge dans le Midi, détournent une partie de ce matériel131. Les pièces vendues, en général à des organismes de la France de Vichy, échappent aux Allemands à qui elles auraient dû être remises et alimentent une caisse secrète destinée à financer les évasions du personnel militaire belge vers le Congo ou la Grande-Bretagne. Une partie de ce fonds est aussi utilisée début 1941 pour alimenter quelques initiatives en Belgique occupée, comme Luc et Tégal.

  • 132 Interview de Janine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005. ; J.-C. Jimenez, En passant par la (...)

57 Comète s’est également distingué dans le domaine des « astuces et combines », permettant de se procurer nourriture, vêtements ou papiers d’identité en ne dépensant qu’un minimum d’argent, au prix d’un peu d’imagination et de beaucoup de culot. Nous nous limiterons à trois exemples représentatifs. Le premier nous ramène au Pays Basque en 1941. Un agent de Comète, Fernand De Greef (époux de la chef du secteur Sud, Elvire De Greef), est réquisitionné comme interprète (en raison de ses connaissances linguistiques) au Bureau des Troupes d’Occupation, chargé de gérer les exigences allemandes dans la région de Bayonne. Ayant réussi à gagner la confiance des Allemands, il communique à la ligne, jusqu’en 1944, tous les changements de cachets, documents et attestations officielles pour la zone pyrénéenne, tout en volant des modèles pour la production clandestine de Comète. De plus, il profite de sa situation privilégiée pour se procurer incognito une double série de tickets de ravitaillement. Une initiative qui aide et soulage les hébergeurs de la région132.

  • 133 Interview d’Elsic Maréchal par Adeline Rémy, 28 octobre 2004. ; O. de Vasselot, Tombés du ciel, p. (...)

58À la mi-1942, le secteur de Bruxelles est géré par le baron Greindl, alias « Nemo », directeur de la Cantine suédoise, une institution de la Croix Rouge située à Bruxelles et chargée de distribuer des repas et des vêtements aux enfants démunis. Sous ce couvert, il prélève un quota de tickets de ravitaillement pour Comète, ainsi que du linge et des couvertures. Précisons que la fondatrice de cette institution, Madame Scherling, est une amie intime du général von Falkenhausen, en charge de l’occupation de la Belgique et du Nord de la France. Une amitié qui offre la meilleure des couvertures à Comète133.

  • 134 3e Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292 ; P. Nyss (...)

59Le dernier exemple se situe à Paris en 1943. L’achat de vêtements devenant de plus en plus coûteux au marché noir, le chef de secteur Jacques Legrelle met en place un système de recyclage de vêtements. Pour y arriver, il se constitue une réserve de vêtements suivant la mode des régions, stockés dans un magasin clandestin. De Bruxelles à Paris, les aviateurs portent des vêtements à la mode du Nord. Arrivés à Paris, ils enfilent bérets basques, chemises de sport et espadrilles, tandis que leurs vêtements du Nord sont renvoyés à Bruxelles dans les bagages des agents pour le prochain convoi. Arrivés en Espagne, les vêtements adaptés au Sud de la France sont eux-mêmes renvoyés à Paris. Ce système, très simple, évite des dépenses inutiles134.

En marge de la légalité

  • 135 B. Ducarme, Le financement de la résistance armée en Belgique, 1940-1944.
  • 136 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 265. Les archives de la Sûreté laissent entend (...)
  • 137 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 265.
  • 138 Historique du service ‘Athos’, 25 janvier 1948, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'Éta (...)
  • 139 M.-L. Leyens, A travers tout, Loncin, s.d.
  • 140 Interview de Maurice Blavier, par Jean Dujardin et Daniel Vercauteren, 13 septembre 1971.

60La résistance armée a recours à des « prélèvements », particulièrement dans des bureaux de postes135. Les cambriolages et les coups de main armés contre des collaborateurs constituent aussi une forme d’autofinancement de la résistance. En principe, ces méthodes ne s’inscrivent pas dans le modus operandi du renseignement, ce qui n’a pas empêché certains réseaux d’en tirer profit, principalement du fait de l’interpénétration des activités résistantes. Le cas le plus manifeste est celui d’Athos, dont les « groupes de choc » effectuent des « perquisitions » pécuniaires dans des bureaux de postes ou chez des particuliers (collaborateurs, sauf erreur...)136. Ces groupes de choc seront au cœur d’une polémique opposant Athos à Zéro, qui le chapeaute pendant une partie de la guerre. Athos se plaint du manque de moyens financiers fournis par Zéro137. A l’inverse, Zéro reproche à Athos l’existence et les méthodes des groupes de choc, et bride de ce fait son financement138. En somme, c’est un peu la question « de l’œuf et de la poule » (mais pas celle aux œufs d’or, en l’occurrence). Ce genre d’opération est encore pratiqué par quelques autres groupes revendiquant leur autonomie et mêlant différents types d’activités, tels que le Corps-Franc Marilou139 ou le groupe Franck et Deprez140.

Combien ?

61Il est particulièrement ardu de déterminer quel a été le budget d’un service de renseignements. Il faut d’ailleurs s’entendre sur les mots et veiller à séparer trois réalités qui ne se recouvrent pas complètement, à savoir le budget des réseaux eux-mêmes, le budget consacré par Londres au soutien des réseaux, et le budget total consacré par l’État à ceux-ci et à leurs agents, y compris après la fin de l’occupation.

Les réseaux de renseignements

62Le manque de sources ne permet pas, en général, de reconstituer en détail le budget des réseaux, bien que certains, comme Marc, aient tenu une véritable comptabilité. Il est cependant possible de les classer en quatre catégories :

  • La première est constituée des services restés à l’état embryonnaire, typiques des années 1940 et 1941. Ils se débrouillent avec ce qu’ils peuvent et tiennent avec un très petit budget.
  • Les services qui parviennent à entrer en contact avec Londres, ou qui sont fondés par un agent parachutiste mandaté par la Sûreté et le SIS, constituent la deuxième catégorie. Grâce à leur connexion, ils reçoivent régulièrement une allocation financière, qui leur permet de prendre de l’ampleur. Ils fonctionnent avec quelques dizaines de milliers de francs par mois, voire plus d’une centaine de milliers comme Tégal ou BB en 1943.
  • Les services les plus réussis, à l’image de Zéro ou de Marc, constituent la troisième catégorie. Formés en général assez tôt, ils sont parvenus à se développer jusqu’à la Libération, notamment grâce à leurs liaisons de qualité, qui leur permettent de recevoir un financement quasi continu. En 1943 et 1944, leur budget mensuel est de plusieurs centaines de milliers de francs141, dont une partie est consacrée à leur service social.
  • La quatrième catégorie est constituée de services plus petits, qui se sont raccrochés aux précédents, comme Athos à Zéro, tout en conservant une large autonomie. Leur dépendance est surtout sensible au niveau du financement, qui peut être de quelques dizaines de milliers de francs par mois.

Graphique 2 : Évolution du budget mensuel de quelques services de renseignements

Graphique 2 : Évolution du budget mensuel de quelques services de renseignements
  • 142 Pour la première moitié de 1941, la Sûreté reçoit un budget trimestriel de 625 £, soit 77 000 fran (...)
  • 143 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 11.

63Les sommes engagées par le gouvernement pour financer les réseaux ne correspondent pas nécessairement aux montants reçus. L’argent peut être perdu en chemin - comme à l’occasion de l’opération Playbill - ou prendre de la valeur à l’arrivée – comme les diamants sur le marché noir -. Le budget de la Sûreté de l’État, au départ extrêmement réduit, ne cesse d’enfler jusqu’à la fin de la guerre142, mais la part attribuée au renseignement n’est pas facile à circonscrire. Une série de documents synthétise les sommes attribuées aux envois par voie aérienne143. En 1942, le budget mensuel moyen consacré au renseignement par cette méthode peut être évalué à environ un million de francs. Les chiffres de 1943 sont plus précis : l’équivalent de 39 millions de francs est envoyé aux réseaux, soit une moyenne mensuelle de 3,25 millions. En 1944, le renseignement bénéficie de l’envoi d’un peu plus de 32 millions de francs, soit un financement mensuel de 3,6 millions en prenant en compte le mois de septembre. Le montant total de ces envois doit approcher 85 ou 90 millions de francs, auquel il convient d’ajouter les sommes infiltrées depuis Lisbonne. Celles-ci s’élèvent certainement à plusieurs centaines de milliers de francs par mois dès 1942, et approchent sans doute le demi-million en 1943. Les sommes introduites pendant l’occupation par la Sûreté à destination des réseaux de renseignements ont sans doute atteint la centaine de millions de francs.

  • 144 Le seul service Clarence a accumulé 13 millions de dettes en janvier 1944 (CEGES, AA 1311, Archive (...)

64Ces envois sont loin de recouvrir les dépenses auxquelles l’État belge doit faire face suite à l’existence des réseaux de renseignements. En effet, une fois le pays libéré, leurs emprunts devront être remboursés, soit probablement plusieurs dizaines de millions de francs belges144. Il n’est pas déraisonnable d’imaginer qu’en comptant ces emprunts, les réseaux ont coûté en tout dans les 150 millions. S’y ajoutera après la guerre le soutien financier de l’État aux agents emprisonnés, déportés ou invalides du fait de leur activité, ainsi qu’aux ayant-droits des agents exécutés ou morts en déportation. Enfin, le statut d’Agent de Renseignements et d’Action (ARA) justifiera le paiement de salaires et de pensions, et ce jusqu’à nos jours. Les quatre années de lutte des réseaux ont donc entraîné des dépenses dépassant de loin les seules sommes avancées pour financer la guerre secrète dans le cadre de la contribution belge à l’effort de guerre allié.

Comète

  • 145 À ce sujet, au cours de la brève collaboration entre Comète et la Sûreté de l’État Andrée De Jongh (...)
  • 146 Selon le témoignage de Jeanine De Greef, c’est vraisemblablement Andrée De Jongh qui tenait les co (...)

65Le budget d’une ligne d’évasion est aussi laborieux à reconstituer que celui d’un réseau de renseignements. Celui de Comète recouvre également trois réalités. La première et la plus conséquente est le budget consacré par le MI-9 à la ligne. Vient ensuite celui de la Sûreté de l’État pour la courte période de 1942, mais aussi pour l’après-guerre (remboursements, pensions d’invalidité, allocations liées au statut d’ARA, etc.), pour laquelle nous avons peu de données. Enfin, le budget que la ligne Comète a pu développer grâce aux remboursements, aux collaborations, aux dons et aux emprunts contractés intra-muros. Outre la difficulté d’appréhender l’ensemble de ces réalités, il faut garder à l’esprit que tenir une comptabilité précise en temps de guerre relevait de l’impossible. De nombreuses dépenses et rentrées d’argent ne figurent pas dans ce fameux carnet de comptes : oubli, manque de temps, sécurité, autant de raisons justifiant une inévitable imprécision145. Cependant, grâce à ce carnet, il est possible de fournir quelques données chiffrées pour les années 1941 et 1942, moyennant évidemment une marge d’erreur. Toutefois, alors que la personne chargée de tenir à jour les comptes du réseau de 1941 à 1942 a adopté un style simple et clair permettant une analyse relativement approfondie du carnet, il paraît évident que cette activité passe dans d’autres mains en janvier 1943. L’organisation des comptes change, les données sont davantage codées et limitées146.

66En se basant sur les informations fournies par le cahier de comptes, nous arrivons à un total de 197 982,95 francs français de dépenses pour les trois mois d’activités détaillées de 1941 (d’octobre à décembre). Face à ces dépenses, l’ensemble des rentrées s’élève à 239 098 francs français pour la même période. Le réseau est donc bénéficiaire au début de son action, ce qui atteste sans doute d’une bonne gestion. Pour l’année complète de 1942, les dépenses atteignent le montant de 2 414 803,13 francs français pour une rentrée annuelle de 2 618 117 francs français. La marge bénéficiaire subsiste donc, mais les dépenses ont largement augmenté. En effet, une extrapolation à partir des données de la fin 1941 nous donne un montant annuel de 791 931,80 francs français, soit une somme nettement inférieure à celle de 1942 et qui atteste de la constante augmentation des frais et des besoins au cours de la guerre. Rappelons par ailleurs que le cahier de comptes reflète principalement les dépenses du secteur Sud. Même si les envois d’argent vers Bruxelles et Paris y sont comptabilisés, nous ne connaissons pas les dépenses exactes de ces deux autres secteurs. Ceci implique que l’ensemble des dépenses de Comète, les trois secteurs confondus, devait être considérable. Enfin, il conviendrait d’ajouter à ces sommes les pertes subies par le réseau, à l’occasion de dépenses sans résultat positif ou des saisies opérées par les Allemands sur des agents arrêtés porteurs de sommes plus ou moins importantes.

Graphique 3 : Tableau des comptes de Comète (oct. 41 - déc. 42)

Graphique 3 : Tableau des comptes de Comète (oct. 41 - déc. 42)
  • 147 Liste établie et actualisée par l’Amicale Comète « Comète Kinship Belgium » http://www.cometeline. (...)
  • 148 Précisons que la totalité de ce budget n’est pas mentionnée dans le carnet de comptes. Il semblera (...)

67Examinons maintenant le budget de la Sûreté de l’État, pour la période entre janvier et juillet 1942. Selon la liste établie par l’amicale Comète des personnes évacuées par le réseau, 17 Belges sont répertoriés pour cette période147 Nous savons que le gouvernement belge remboursait l’évacuation de civils pour environ 10 000 francs belges par tête. L’addition des traces de remboursements belges annotées dans le cahier de comptes durant la courte collaboration belgo-belge atteint 205 312,50 francs belges pour 17 personnes, soit 12 077,20 francs par évadé. Or, la Sûreté a également envoyé 1 470 000 francs belges à Comète afin de sauver des agents arrêtés et en tant que mise de fond. En gardant à l’esprit la possibilité de pertes lors des transferts, la Sûreté s’est accordé un budget « Comète » de 1 675 312,50 francs belges sur sept mois148.

  • 149 Liste établie et actualisée par l’Amicale Comète « Comète Kinship Belgium » : http://www.cometelin (...)

68Enfin, qu’en est-il du budget alloué par le MI-9 ? Il est aisé de faire l’addition des nombreux remboursements opérés par le consulat britannique. En 1941, l’apport britannique s’élève à 118 048 francs, pour le sauvetage d’environ 14 aviateurs de la RAF, soit un peu moins de 50 % des rentrées. Pour 1942, le remboursement anglais atteint 2 173 655 francs français pour 69 aviateurs sauvés, soit un peu plus de 70 % des rentrées. Sachant que 1943 est l’année de tous les records pour Comète avec 167 évasions et que, malgré les nombreuses arrestations subies, 38 aviateurs sont encore sauvés en 1944, les dépenses et les rentrées de la ligne n’ont pu qu’augmenter au cours des deux dernières années de guerre149.

Conclusion

69Bien que peu présent dans une mémoire résistante surtout préoccupée de magnifier le désintéressement, l’argent n’en est pas moins au cœur des préoccupations qui animent un réseau. S’il est possible de s’en procurer en pays occupé, la plupart du temps en comptant sur le soutien de quelques bonnes volontés, l’apport régulier de sommes importantes par le gouvernement en exil ou par les services secrets alliés s’avère bientôt indispensable. En effet, les besoins grandissent au cours de la guerre. La vénalité est un phénomène mineur, mais malgré le bénévolat, les coûts de fonctionnement ne cessent d’enfler du fait de l’augmentation des prix et du développement des services, mais aussi des pertes, qui entraînent la mise en place de fonds d’aide sociale. Les réseaux belges et la Sûreté s’activent à profiter des liaisons qu’ils parviennent à établir par voie terrestre et aérienne pour assurer l’approvisionnement financier de la résistance. Du fait de la raréfaction du franc belge sur le marché international, ce financement nécessite le recours à d’autres valeurs, au premier rang desquelles le dollar finit par s’imposer. Mais, à son tour, le change sur le marché noir pose de nouveaux problèmes aux réseaux, tout comme la conservation et la circulation d’importantes sommes d’argent.

70L’argent, qui est un moyen de maintenir et de développer les activités résistantes, devient de ce fait un enjeu des relations entre les différents acteurs de la lutte clandestine. À tous les niveaux, tant à l’intérieur d’un réseau que dans ses relations avec Londres ou avec ses pairs, la circulation financière va à la fois être dépendante et constitutive du degré de confiance qui s’établit entre partenaires de la guerre secrète. Le financement de Comète illustre les tensions qui peuvent naître à cette occasion : alors que la ligne d’évasion cherche à maintenir son autonomie, la Sûreté et le MI-9 essaient de contrôler son activité. Les Britanniques y parviennent finalement en la finançant, au détriment du gouvernement belge, qui se sent dupé. Ces tensions entre Comète, la Sûreté et le MI-9 sont représentatives des enjeux politiques agissant dans les coulisses de la guerre. Une telle dynamique semble bien souvent aux antipodes des valeurs attachées à la résistance. Force est pourtant de constater que l’argent, au départ dénigré, acquiert progressivement une importance telle quelle est à même de saper ou de raffermir le moral des acteurs de terrain, lequel constitue en dernière analyse le moteur ultime de l’engagement de ces volontaires de l’action clandestine que sont les résistants.

  • 150 Le coût de production unitaire d’un bombardier quadrimoteur américain était d’environ 2 à 300 000 (...)
  • 151 Voir à ce sujet : E. Debruyne, « Espions contre Radars », dans Bulletin d'information du Centre Li (...)

71Nous ne pouvons terminer cet article sans soulever la question de l’utilité de consacrer cet argent aux réseaux de renseignements et d’évasion. L’engloutissement d’une grosse centaine de millions de francs belges dans les premiers a-t-elle constitué un investissement rentable en termes d’effort de guerre ? S’il n’est pas possible de répondre avec une quantification précise à cette question, il ne nous semble pas aberrant de formuler cet investissement en d’autres termes afin de mieux apprécier ce qu’il représente. On peut évaluer qu’une grosse centaine de millions de francs belges équivaut à peu près au coût de production d’un escadron d’une douzaine de forteresses volantes150. Or, il est établi qu’à plusieurs reprises, les renseignements ramenés de Belgique ont eu un impact réel sur l’élaboration des opérations aériennes alliées au-dessus de l’Europe occupée151. Si cet impact a permis de sauver ne fut-ce qu’une douzaine de quadrimoteurs alliés (sans compter leurs équipages) sur les milliers d’avions engagés, alors on peut estimer que ce travail a été rentable. On peut cependant déjà avancer que, ces réseaux ayant apporté leur contribution dans bien d’autres domaines que la guerre aérienne (comme la préparation du rétablissement économique de la Belgique), le soutien qui leur a été apporté a dû constituer, en termes strictement financiers, une bonne affaire.

72Les mêmes questions se posent pour Comète : fallait-il dépenser des sommes aussi extravagantes pour alimenter un réseau chargé de sauver des soldats, tout en acceptant de mettre d’autres êtres humains en danger permanent ? Au point de vue uniquement financier, si, pour l’année 1942, on divise les dépenses du réseau, soit 2 414 803,13 francs français, par les 69 aviateurs évacués, nous obtenons un coût unitaire de 31 502,24 francs. Cette année-là, les Britanniques ont remboursé à la ligne 2 173 655 francs français. Or, l’entraînement de 69 nouveaux aviateurs, si l’on considère que la formation d’un pilote tournait autour des 10 000 £, serait revenu à 690 000 £, soit 121 867 800 francs français. Nous en concluons que, grâce à Comète, le gouvernement britannique a fait un bénéfice de 677 693 £ au profit de la guerre, soit un gain 50 fois supérieur à l’investissement initial.

73Les sommes investies dans ces deux domaines de la guerre secrète semblent donc, en termes strictement financiers, largement rentabilisées. Cependant, la question de l’efficacité des réseaux de renseignements nécessite évidemment bien plus que ces quelques considérations. Elle implique notamment de prendre en compte la somme considérable de souffrances et de sacrifices qu’ont impliquée ces deux activités. Plus de 1 500 agents de renseignements belges ont ainsi perdu la vie du fait de leur engagement résistant, soit environ 1 mort pour cent pages d’informations arrivées à bon port. Dans le cas de Comète, 800 agents ont été arrêtés, parmi lesquels 155 ont perdu la vie, pour 288 aviateurs évacués jusqu’en Angleterre. Le prix humain de chaque aviateur sauvé revient donc à 2,7 résistants arrêtés et 0,5 tués. Cette arithmétique froide nous rappelle que, malgré le rôle important joué par l’argent, la résistance ne peut être assimilée à une opération commerciale. Elle ouvre également sur un débat plus vaste, moins évident qu’il n’y paraît et sans doute aussi éthique qu’historique, sur le bilan du phénomène résistant.

Notes

1 Voir à ce sujet E. Debruyne, La guerre secrète des espions belges. 1940-1944, Bruxelles, 2008.

2 L’étude du financement de la résistance n’est pas une approche totalement nouvelle : il convient de mentionner le travail pionnier effectué il y a quarante ans par Bernard Ducarme au sujet du financement de la résistance armée en Belgique. B. Ducarme, Le financement de la résistance armée en Belgique, 1940-1944, Bruxelles, 1968 (mémoire de licence ERM). Etienne Verhoeyen a également essayé plus récemment de cerner ce que pouvait être le budget d’un réseau de renseignements dans le cadre d’une étude consacrée au service Marc. E. Verhoeyen, « Le Service de Renseignements Marc (1942-1944) », in Cahiers d'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 1991, no 14, p. 6-60 et 1992, no 15, p. 117-160.

3 Dossier Londres : Historique, rapport Waucquez, correspondance A. De Jongh-légation de Lisbonne, rapports Comète-Londres, ordres de mission, rapports des agents de Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

4 Les secteurs de Bruxelles et de Paris ont, probablement, été en possession de carnets de ce genre, mais il n’en reste malheureusement aucune trace. Livre de comptes et de passages tenu par Comète au relais de Bayonne, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294 ; Interview de Jeanine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005.

5 Il couvre une période s’étendant d’octobre 1941 à la fin juin 1944. Nous constatons une nette différence de gestion du carnet de comptes entre 1941-1942 et 1943-1944. La première partie est aisément compréhensible à l’inverse de la seconde, plus laconique. C’est pourquoi, nous disposons de davantage d’exemples et de chiffres concrets pour les deux premières années de guerre.

6 Un agent de Zéro signale même à une date inconnue qu’il ne peut s’en procurer à moins de 1 200 francs. Note Identification, s.d, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 259.

7 Rapport sur le service Wim, par William Ugeux, 4 août 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 246 et Rapport 24, 9 février 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 246.

8 Interview de Flore Docq (née de Ygartua), par Jean Vanwelkenhuyzen, 16 mars 1971.

9 E. Verhoeyen, « Le Service de Renseignements Marc (1942-1944) », dans Cahiers d'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 1992, no 15, p. 146-147 ; Interview de Henri Desaedeleer, par Jean Dujardin, 8 août 1974.

10 Pour l’histoire de Comète, voir les ouvrages suivants : C. Jouan, Comète. Histoire d’une ligne d’évasion, Fumes, 1948 ; Col. Remy, La ligne de démarcation : Réseau Comète, 3 vols., Paris, 1966 ; E. Verhoeyen, « La ligne d’évasion Comète (août 1941-février 1943) », dans Jours de Guerre, no 11-12-13, 1997, p. 161-179. ; O. DE Vasselot, Tombés du ciel. Histoire d’une ligne d’évasion, Paris, 2005. Voir aussi trois mémoires de l’École Royale militaire, année académique 1968-1969 : A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, depuis sa création jusqu’au 15janvier 1943. ; P. Nyssens, La ligne d’évasion Comète : 1943 ; G. Defesche, La ligne d’évasion Comète-Marathon 1944.

11 C. Jouan, Comète : Histoire d’une ligne d’évasion, p. VIII. & p. 188-193. ; Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 108-113. ; Liste établie et actualisée par l’Amicale Comète : Comète Kinship Belgium : http://www.cometeline.org/cometaviateurpasse.html

12 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294.

13 Interviews d’Aline Dumont et d’Élisabeth Liégeois par Adeline Remy, 5 mars 2005 et 15 janvier 2005.

14 Les dépenses vestimentaires font l’objet de notes sur presque chaque page du carnet. Nous avons retrouvé des dépenses de réparations de vêtements, entre autres, aux dates suivantes : 18/11/41 et 25/12/41. Concernant les teintures, les inscriptions « coiffeur » ou « teinture » sont reprises aux dates du 8/12/41, 27/03/42, 01/04/42, 20/04/42, dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294 ; 3e Mission Legrelle Jacques, alias Lewis. Rapport sur les activités de l'agent Legrelle (05/1943-17/01/1944), p. 5. & Rapport sur l’organisation Comète faite par Waucquez Brichamart, le 03/01/42, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

15 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et du 16 octobre 1940 « Sera puni de mort celui qui donnera asile, logement ou vivres à un soldat de l’armée anglaise... », dans Livre d’Or de la résistance belge, Bruxelles, [1948], p. 206-207.

16 Voir le 1re paragraphe des frais de fonctionnement des services de renseignement, p. 3. Le carnet de compte fait mention du coût de l’essence avec une relative régularité entre les mois de septembre et décembre 1942 (29/09/42, 5/10/42, 15/10/42, 19/10/42, 06/12/42, 20/12/42, 26/12/42), dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

17 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294.

18 Citons notamment : René Pirart, professeur à l’école des Arts et Métiers de Bruxelles et Freddy De Greef, fils de la chef du secteur Sud, Elvire De Greef.

19 3e Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, n° 292., p. 6-8. ; P. Nyssens, Ligne d’évasion « Comète », 1968-1969, p. 52. ; Interview d’Andrée Dumon par Adeline Remy, 22 octobre 2004.

20 À partir de 1942, la villa de Saint-Maur, dans les environs de Paris est effectivement bien louée par l’agent Elvire Morelle, dans : C. Jouan, Comète, 1948, p. 38-39. ; Col. Remy, Réseau Comète, 1966, vol. 1, p. 251-253. Le secteur de Paris a loué, entre mai 1943 et janvier 1944, quatre appartements et cinq chambres chez des particuliers. Voir les dates du 30/04/42, 01/06/42,20/06/42, 07/08/42, dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; 3e Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292, p. 3.

21 Voir en exemples les dates suivantes : 10/11/41 (bouteille d’Armagnac), 25/12/41 (argent de poche hommes), 15/01/42 (cadeaux Nouvel An), 17/08/42 (bagues, souvenirs), 22/08/42 (souvenirs hommes), dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. À quel moment ce shopping touristique se fait-il ? Lors de leur escale dans le secteur sud, malgré le danger de leur présence pour les personnes impliquées dans le réseau ? Sous quelles conditions se fait-il ? D’où provient l’argent donné aux aviateurs ? Des fonds de Comète, de dons personnels, ou des quelques devises dont étaient porteurs les aviateurs au moment de leur mission ? Le carnet ne permet pas de répondre à ces questions.

22 Ces achats se faisaient au marché noir, à 100-130 francs français le paquet, via les garçons de café, les seuls à pouvoir fournir du tabac en d’aussi grande quantité. Voir en exemples : 18/11/41 (lecture), 30/04/42 (tabac), 18/07/42 (cigarettes), 12/09/42 (livre anglais), dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; 3‘ Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292, p. 5.

23 Dans d’autres notes, il est question de suppléments pour les chemins de fer, de pourboires accordés aux porteurs de lettres ou encore d’une augmentation octroyée au guide ayant dû gérer une traversée difficile. Du 18/12/41 au 20/12/42, dans : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; Interview d’Andrée Dumon par Adeline Remy, 22 octobre 2004.

24 « Lettre du 26/06/1942, note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement belge de Londres (février-juillet 1942) », Dossier Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

25 Interview de Janine De Greet par Adeline Remy, 2 février 2005. Elsie Maréchal mentionne dans un entretien un autre cas : l’existence d’une somme d’argent récoltée en novembre 1942 pour sauver Suzanne Wittek, fille aînée de la famille De Jongh. Interview d’Elsie Maréchal par Adeline Remy, 28 octobre 2004.

26 E. Debruyne, « Patriotes désintéressés ou espions vénaux ? Agents et argent en Belgique et en France occupées. 1914-1918 », dans Guerres mondiales et conflits contemporains, no 232, octobre-novembre 2008, p. 25-45. Au sujet des agents de renseignements de la Première Guerre mondiale, nous renvoyons de manière plus générale à L. Van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, Bruxelles, 2004.

27 Des sommes importantes sont englouties dans les tickets de transports en commun. L’utilisation intensive de la bicyclette génère aussi des frais conséquents, notamment du fait de la pénurie de caoutchouc entraînée par la guerre. En 1944, remplacer un pneu de vélo est devenu un véritable luxe, un pneu neuf se vendant alors plus de 1000 francs belges. Note Identification, s.d., dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 259.

28 F. Debreyne, Naguère, ma guerre, Ohain, 2000, p. 84-85.

29 J. Gotovitch, « Quelques aspects de la vie quotidienne d’un clandestin », dans 1940-1945. La vie quotidienne en Belgique, Bruxelles, 1984, p. 230.

30 Ces prix ne cessent de monter sous l’Occupation, avant de se stabiliser vers janvier 1943, à un niveau très élevé. P. Scholliers, « L’appauvrissement organisé : les prix, les salaires et le pouvoir d’achat sous l’occupation », dans 1940-1945. La vie quotidienne en Belgique, Bruxelles, 1984, p. 112.

31 F. Debreyne, Naguère, ma guerre, Ohain, 2000, p. 84-85 (inédit).

32 Un « chef de province » gagne 5 000 francs par mois, un chef de secteur, 3000, et un courrier, 2000, auxquels s’ajoutent des primes pour les missions difficiles (Conc. Duchâteau, Lucien, n.d., dans Dossier Joseph Desomberg, CEGES, Archives de la Sûreté de l’État, dossiers personnels). Afin de se faire une idée de l’importance de ces sommes, le lecteur voudra bien considérer que, d’après l’évolution de l’index des prix à la consommation, 1 franc belge de 1940 équivaut à 0,53 euro en 2003. Cette information nous a très aimablement été communiquée par courriel le 25 novembre 2003 par la Banque nationale de Belgique.

33 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 149.

34 A. Delsemme, Souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, s.l., 1992, p. 11 (inédit).

35 Note de service, 27 janvier 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 191.

36 Interview d’André Monseu par Emmanuel Debruyne, 29 novembre 2001.

37 Interview de Maurice Royaux, par Jean Dujardin, s.d.

38 Pour mettre fin aux malentendus qui peuvent naître de la distribution, certains services demandent à leurs secteurs de justifier leur budget. C’est le cas dès 1943 de Luc-Marc, qui demande à ses chefs de secteurs de présenter leurs comptes à chaque fin de mois (Note de service À tous les chefs de groupe, n.d., dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 186).

39 Interview d’Andrée Dumon par Adeline Remy, 22 octobre 2004.

40 Interview de Janine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005.

41 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

42 Idem ; « Rapport sur l’organisation Comète faite par Waucquez-Brichamart ; le 3/01/1942 », Dossier Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292 ; Historique d’août 1941 à juin 1943, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293, p. 4.

43 Interview d’Andrée De Jongh par Adeline Remy, 16 novembre 2004. Sous les intitulés « Guide », « Passeur », « Passage Espagne », Livres de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; E. Verhoeyen, « La ligne d’évasion Comète (août 1941-février 1943) », p. 165. ; J.-C. Jimenez de Aberasturi, En passant par la Bidassoa. Le réseau Comète au pays Basque (1941-1944), Anglet, 1995, p. 64-72.

44 Note de service, par Cinq et Jendel, 28 septembre 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 186. Voir graphique 1. Notons que sur ce graphique, l’absence de valeur n’indique pas une valeur nulle, mais bien des données lacunaires pour la période concernée.

45 Note de service de Marc, 1943-1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 393. Ainsi, en novembre 1943, pas moins de 135 personnes ou familles bénéficient du soutien du service Marc, pour un montant total de 300 000 francs.

46 Voir les Dossiers personnels A.R.A provenant des Archives de la Sûreté de l’État de Londres, entreposées au Ceges (Bruxelles). Une lettre d’Andrée De Jongh à la Sûreté demande cependant en avril 1942 une somme de 100 000 francs belges pour l’aide aux agents en danger, sans qu’il soit pour autant question d’aide financière aux familles des résistants arrêtés : « Note à Monsieur André, no 6 AM-MJG & Note no 7 du 25 avril 1942 », Dossier Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

47 Historique du service « Martiny-Daumerie », n.d, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté del’État, no 198 ; Dossiers Émile Hingot et Gaston Poplimont, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, dossiers personnels.

48 Lettre de Lepage à Pierlot, 19 janvier 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 1.

49 À l’exception peut-être d’un mystérieux parachutage de diamants de mars 1944. Signalons que l’officier écossais Ian Garrow, établi à Marseille, remet une petite somme à ABC début 1941 (Dossier Lucien Leclercq, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État). Peut-être Benoît a-t-il aussi bénéficié d’un financement de Ian Garrow, qui est impliqué dans la création de la célèbre ligne d’évasion Pat O’Leary ?

50 Interview de Raoul Derivière, par Henri Fassbender, 17 juillet 1974 ; CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 10.

51 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.Début 1943, les Britanniques prennent en charge eux-mêmes, via la Banque d’Angleterre, l’achat de devises, afin de coordonner les efforts et d'éviter que ces opérations ne perturbent le marché des devises. Les Belges adressent alors leurs commandes à la Banque d’Angleterre (Interview du baron Fernand Lepage, 20 juin 1983, dans CEGES, AA 1450, Archives de l’émission Jours de Guerre, no 300).

52 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 393. S’y ajoutent des pesetas pour financer le passage vers et à travers l’Espagne, ainsi que quelques livres sterling, marks et escudos.

53 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 10.

54 Peut-être ces billets ont-ils été prélevés sur le stock destiné à être fourni aux troupes britanniques et américaines en vue de l’occupation de la Belgique ? Ce stock, dont l’élaboration remonte précisément aux premiers mois de l’année 1943, devait initialement s’élever à 600 millions de francs belges (J.-F. Crombois, Camille Gutt. 1940-1945. Les finances et la guerre, Bruxelles, 2000, p. 477-479). On retrouve la trace de ces opérations dans plusieurs notes de Zéro de fin 1943 et début 1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 259. Un rapport de Pierre Vandermies laisse sous-entendre que William Ugeux, alors chef du PCB et ancien chef de Zéro, aurait été en contact fin 1942 avec Alexandre Galopin, pour échanger avec celui-ci des billets n’ayant pas encore été mis en circulation (Rapport no 15, par Pierre Vandermies, 1er janvier 1943, dans CEGES, AA 884, Archives William Ugeux, no 539).

55 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.

56 Délocalisée en France au moment de l’Invasion, la Banque nationale est de retour en Belgique dès le 10 juillet 1940. Bien que privée de son or, elle reprend l’émission de billets sous l’occupation. Notons qu’il ne faut pas la confondre avec la Banque d’Émission, initialement prévue pour cette tâche en cas de délocalisation de la Banque nationale, mais rapidement détournée par l'Allemagne en vue de la mise en coupe réglée de l’économie belge (E. Verhoeyen, La Belgique occupée. De l'an 40 à la Libération, Bruxelles, 1994, p. 122-123).

57 Le réseau BB mentionne durant l’été qu’il a reçu de tels billets, mais croit comprendre qu’ils ne seront valables qu’après la guerre. Il s’arrange donc pour les échanger contre des billets en circulation. Notes de service de BB, (été 1943), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/1.

58 Interview de Paul Lebrun par Jean Dujardin et Daniel Vercauteren, 2 décembre 1971.

59 Ainsi, si l’on analyse la composition des fonds emportés par les agents parachutés sur le continent, on constate que ceux-ci n’emportent plus de francs belges après le 1er trimestre 1944, et ce, tant pour les services de renseignements que pour les autres formes de résistance. Cependant, des francs belges sont manifestement encore fournis par le SIS durant l’été à l’occasion de parachutages (CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 25).

60 Ces pourcentages sont obtenus sur base des données trouvées dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 11. Les montants totaux sont obtenus en convertissant les devises étrangères en francs belges sur la base des taux suivants : 1 $ pour 30,5FB, 1 £ pour 123FB, 1FS pour 30 FB et 1FF pour 0,67FB. Nous n’avons pas pris en compte dans ces montants les bons du trésor, qui s’apparentent en quelque sorte à des prêts.

61 Sur base des mêmes données, mais sans devoir recourir à la conversion, on peut exprimer la même évolution en constatant qu’en 1942, pour chaque dollar envoyé, 233 FB l’accompagnent. L’année suivante, on ne compte plus que 83 FB pour chaque dollar, tandis qu’en 1944, moins de deux francs belges accompagnent chaque billet vert.

62 Rapport no 57 de Muret, 1er octobre 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 393.

63 Note de service, 8 mars 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 254.

64 Nous avons pu rassembler un corpus de 27 données chiffrées, retrouvées dans les notes de services de sept services différents, sur une période courant de septembre 1942 à août 1944.

65 F. Baudhuin, L’économie belge sous l’occupation. 1940-1944, Bruxelles, 1945, p. 191.

66 On pourrait émettre l’hypothèse que ces différences sont uniquement dues aux possibilités de change des différents réseaux, mais le service Janvier effectue un relevé systématique du 22 septembre au 22 octobre, qui confirme ce phénomène (Renseignements financiers, [fin octobre 1943], dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 178).

67 La déportation des Juifs, commencée en août 1942, a sans doute dans un premier temps très fortement stimulé la demande en gonflant le nombre de candidats à l’évasion. Le flot s’est ensuite tari quelques mois plus tard avec la disparition des principaux intéressés. L’occupation de la zone sud en novembre 1942 ayant pour effet de diminuer considérablement les chances de quitter les territoires sous contrôle allemand a pu à son tour raréfier la demande.

68 Interview d’Albert Hachez par Jean Van Welkenhuyzen, 21 novembre 1970.

69 Zéro signale la chose au gouvernement de Londres dès octobre 1943 en mentionnant la circulation en Belgique de tracts à ce propos (Note de service, 4 octobre 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 254). Les faveurs des acquéreurs vont cependant davantage à la livre sterling, les dollars suscitant davantage de méfiance à cause des contrefaçons (F. Baudhuin, L’économie belge sous l’occupation. 1940-1944, p. 346).

70 L’idée traverse en tous cas l’esprit de certains acteurs de terrain : BB signale durant l’été 1943 que, suite à la dévaluation du dollar, le réseau est disposé à être financé en diamants (Notes de service de BB, 28 août 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/1).

71 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11. Ces chiffres sont en contradiction avec ceux avancés par la Sûreté à Bernard Ducarme dans les années soixante, et sont pratiquement dix fois plus importants (B. Ducarme, Le financement de la résistance armée en Belgique, 1940-1944, p. 15). Durant la guerre, le taux de change entre la livre sterling et le franc dans les comptes du gouvernement est fixé à 123,5 FB pour 1 £ à partir d’octobre 1940 (J.-F. Crombois, Camille Gutt. 1940-1945. Les finances et la guerre, Bruxelles, 2000, p. 223).

72 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.

73 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 238.

74 Pourtant, il est mentionné que des diamants sont présents dans un parachutage destiné aux services de renseignements dans la nuit du 4 au 5 mars 1944. Ceci soulève la question d’un financement parallèle par les services secrets britanniques (List of equipments and stores sent by SIS to agents dans Belgium, 1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 25).

75 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.

76 A. Jooris, Souvenirs de la guerre 1940-1945, s.l., 1986, p. 127-128 (inédit). La somme est versée à la condition de faire passer à la BBC le message « La montagne est en mouvement », pour authentifier le document. Ce sera chose faite début février 1943 (CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 22bis).

77 CEGES, AA 1333 Archives de la Sûreté de l’État, no 11.

78 Dans un premier temps, de Launoit demande que Galopin, c’est-à-dire la Société générale, finance la moitié. Suite au refus de celui-ci, de Launoit avance finalement l’entièreté de la somme. Sans doute ce bon circule-t-il encore par la suite, puisqu’il sera encaissé quelques jours après la Libération par la Société générale de Belgique.

79 History Sheet de Walthère Dewé, 8 janvier 1945, dans CEGES, Archives du service Clarence, AA 1099, no 4.

80 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 11.

81 Sur les 191 millions de francs belges mis à disposition de la résistance entre de décembre 1943 à juillet 1944, la moitié sert à financer Socrate, souvent par la couverture d’emprunts.

82 H. Bernard, août 1940-Avril 42, s.l., 1983, p. 18-19 (inédit).

83 Le service reçoit à cette occasion 225 000 francs français (La Sûreté de l’État Belge, (par Hervé Doyen), n.d, dans CEGES, AA 1311, Archives du Haut-commissariat à la Sécurité de l’État, B-9).

84 Lettre de Lepage à Pierlot, 28 avril 1942, dans AGR, Archives du cabinet du Premier ministre à Londres, no 824. La même lettre mentionne que Benoît aurait également reçu 2 millions de francs français des services de Vichy et 20 000 francs français des Britanniques.

85 J. Dujardin, « Le Service ’Luc’, été 41-été 42. Aspects des problèmes de commandement et de liaison », dans Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale., 1980, no 6, p. 47, note 59.264 000 francs belges lui sont envoyés avant février 1942.

86 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 112. Ainsi, en février 1942, Sabot prend la relève de Benoît pour le financement de Luc, qui reçoit une dotation mensuelle de 40 000 francs (Rapport 18 de Sabot, 15 février 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 393). Il atteindra en août 1980000 francs (Rapport Muret no 53 du 3/9/1942, par Pierre Bouriez, 25 septembre 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 112).

87 E. Verhoeyen, « Le Service de Renseignements Marc (1942-1944) », dans Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 1992, no 15, p. 144-147.

88 Une note de service de Zéro laisse entendre que l’avion se serait écrasé en France, à Ronchin, près de Tournai (Note de service, 12 novembre 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 254).

89 Répartition des fonds expédiés de Londres du 1er septembre 1943 au 1er janvier 1944, dans CEGES, AA 1311, Archives du Haut-commissariat à la Sécurité de l’État, B-2, Dossier no 2/V/b.

90 Note de service, par Emmanuel Jooris, [28 août 1943], dans CEGES, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/1.

91 Gédéon se plaint, [novembre 1943], dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 227.

92 Note de service, 1er novembre 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 154.

93 Note de service, 31 juillet 1944, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/15.

94 H. Bernard, Un géant de la résistance. Walthère Dewé, Bruxelles, 1971, p. 175.

95 Tégal possède ainsi un compte que l’industriel Paul Lebrun ouvre auprès d’un banquier avec lequel il a l’habitude de traiter (E. Debruyne, C'était Tégal. Un service de renseignements en Belgique occupée, Bruxelles, 2003, p. 70).

96 E. Debruyne, C'était Tégal. Un service de renseignements en Belgique occupée, p. 71 et 79.

97 A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 23-25 ; O. de Vasselot, Tombés du ciel, 23-26. ; Col. Remy, Réseau Comète, vol. 1, p. 68-73. ; E. Verhoeyen, La ligne d’évasion Comète, p. 164. ; J-M. Vanderbeken, Le rôle desfemmes dans les réseaux de Résistance, Comète, Zéro et Partisans armés, 1940-1944. Louvain-la-Neuve, 1987 (mémoire de licence en histoire, UCL), p. 95-103. ; Comète : Historique : période août 1941 à juin 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293, p. 4.

98 Selon les données fournies par la Banque de France, une livre sterling correspondait à 176,62 anciens francs français de 1940 à 1943, à 180,52 en 1944 et à 223,33 en 1945. Les cours moyens annuels à Paris des principales devises européennes sont donnés à partir des informations dont dispose la Banque de France, mais cette dernière n’en garantit pas l’exactitude.

99 C’est le cas des agents Henri Decat et André Dave, parachutés en Belgique en janvier 1943 ; de Charles Guelette et Maurice Kiek en juillet 1943 ; du capitaine aviateur Dominique Potier, parachuté en France en juillet 1943, à l’origine de la ligne « Possum » ; de Georges d’Oultremont, Jean de Blommaert et Albert Lemaître chargés d’organiser des évacuations aériennes et maritimes ; et enfin la création de la mission Marathon par Jean de Blommaert, Daniel Ancia et Gaston Mathijs. Voir : E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 375-376 ; Dossier Londres : rapports des agents de Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 292.

100 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 371 et 374-376. ; Interview d’Andrée De Jongh par Adeline Remy, 16 novembre 2004.

101 Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294 ; Rapport rédigé par M. Waucquez Gérard et dit Rapport Brichamart, du 3 janvier 1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293.

102 Voir : 01/02/42, 06/01/44 et l’année 1943, dans Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

103 Voir : 01/02/42, 06/01/44 et l’année 1943, dans Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

104 Voir le 25/12/41, les remboursements de deux Belges : Messieurs Van Daele (7 000 francs français) et Piersé (19 000 francs français), dans Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

105 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 373-374 ; Rapport rédigé par Waucquez, Gérard, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293.

106 La section Évasion est dirigée par le commandant Vandermies jusqu’en octobre 1942, puis par le major Delloye jusqu’en octobre 1945.

107 Rapport sur les premiers contacts entre Comète et le gouvernement belge à Londres, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 292.

108 Gérard Waucquez dément l’information et s’excuse du malentendu dans son rapport d’activité ARA, fait le 28 février 1947. Rapport d’activité de M. Waucquez Gérard, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293.

109 Rapport d'activité de M. Waucquez Gérard, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293.

110 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 373-374. ; E. Verhoeyen, La ligne d’évasion Comète, p. 166-170. ; A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 50-52. ; Historique : période août 1941 à juin 1943, p. 13-17 ; Rapport sur le 1re contact entre Comète et le gouvernement belge à Londres., « Notes no 2 à 5 du 31/12/1941 au 04/04/42 et note no 15 du 25/04/42 », Correspondance Andrée De Jongh/Légation de Lisbonne ; Note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement Belge de Londres (février-juillet 42), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292-293.

111 Un montant qui ne figure pas dans le carnet de compte. Note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement belge de Londres février-juillet 42), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292. ; Historique : période août 1941 à juin 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293, p. 13-31 ; E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 373-374.

112 Les paiements sont notés « SS », pour San Sébastian, ou « consulat belge ». Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294. ; Correspondances DD/Délégation de Lisbonne & Note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement belge de Londres février-juillet 1942), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

113 Les contacts sont abandonnés dès juillet, mais des traces de paiements provenant de San Sébastian figurent encore dans le cahier de comptes pour le mois d’août 1942. E. Verhoeyen, La ligne d’évasion Comète, 1997, p. 169-170. ; Rapport rédigé en juillet 1943 sur l’organisation Dédée par M. Delloye ; Historique : période août 1941 à juin 1943, p. 17-31. ; Note d’Andrée De Jongh sur les rapports de Comète avec le gouvernement belge », in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293. ; Lettres d’Andrée De Jongh à la légation de Lisbonne : Note du 17/06/42, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

114 Correspondances DD/Délégation de Lisbonne & Note sur les rapports de la ligne Comète avec le gouvernement belge de Londres (février-juillet 1942), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292.

115 1400FF (12/09/1942), 1072FF (19/09/1942), 600FF (29/09/1942) : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294 ; Interviews d’Henriette Hanotte et d’Aline Dumon par Adeline Rémy, 4 novembre 2004 et 5 mars 2005.

116 Voir le 20/10/42 : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 294.

117 Voir les dates suivantes : 02/11/41, 15/04/42, 30/04/42, 30/05/42, 01/07/42, 19/11/42 : Livre de comptes, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 294.

118 Interviews d’Aline Dumon, et d’Amanda Stassart par Adeline Rémy, 5 mars 2005 et 17 novembre 2004.

119 Comptes du service BB depuis juillet 1942jusqu’au 1er mai 1943, 6 août 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 143/1.

120 G. Hofmans, « Het probleem van de ekonomische kollaboratie. De houding van de Groep de Launoit tijdens de tweede wereldoorlog », dans Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 1992, no 15, p. 5-52. La position de Launoit est loin d’être évidente à définir, si bien qu’après la guerre la justice belge elle-même ne le condamnera pas comme collaborateur économique (E. Verhoeyen, « Les grands industriels belges entre collaboration et résistance : le moindre mal », dans Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, no 10, 1986, p. 92-95).

121 Attestation de Jean Moens pour le baron de Launoit, 27 février 1950, dans CEGES, AA 628, Papiers de Launoit, no 20. Luc-Marc et Clarence, grand consommateur de prêts, bénéficient aussi du soutien financier du baron.

122 On trouvera beaucoup d’informations sur ces remboursements dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 12.

123 Historique, période août 1941-juin 1943 : Description de la fonction de bailleur de fond, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293, p. 12.

124 Verhulst, arrivé à Londres, est mis à la disposition de la Sûreté de l’État. Halot continue de s’engager dans d’autres activités résistantes, dont le renseignement, jusqu’à son arrestation en 1942.

125 Historique, période août 1941-juin 1943 : Description de la fonction de bailleur de fonds, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293, p. 12. ; Correspondance DD/Délégation de Lisbonne : Lettre d’Andrée De Jongh du 19/03/1942, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292. ; Rapports d'activités des dirigeants : Henri Michelli (Annexe XIV) & Fernando Radelet (Annexe XXVI), in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293 ; A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 31-35.

126 Historique, période août 1941-juin 1943, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 293 ; Historique de juin 1943 à la libération, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 295.

127 Interviews de Janine De Greef, d’Aline Dumon, et d’Amanda Stassart par Adeline Rémy, 2 février 2005, 5 mars 2005 et 17 novembre 2004. ; E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 371 ; M.-P. d'udekem, Pour le Roi et la patrie. La noblesse belge dans la résistance, Bruxelles, 2002, p. 105.

128 H. Navarre, Le service de renseignements. 1871-1944, Paris, 1978.

129 E. Verhoeyen, « Au service de la France », dans Jours de Guerre, no 11-12-13, Bruxelles, 1997, p. 180-197.

130 CEGES, AA 1333, Archives de la sûreté de l’État, no 225.

131 La Sûreté de l'État Belge, (par Hervé Doyen), n.d., dans CEGES, AA 1311, Archives du Haut-commissariat à la Sécurité de l’État, B-9.

132 Interview de Janine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005. ; J.-C. Jimenez, En passant par la Bidassoa, p. 21-23.

133 Interview d’Elsic Maréchal par Adeline Rémy, 28 octobre 2004. ; O. de Vasselot, Tombés du ciel, p. 45-47. ; C. Jouan, Comète, p. 43-44. ; A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, p. 64-65. ; Col. Remy, Réseau Comète, vol. 1, p. 279-281.

134 3e Mission Legrelle Jacques, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292 ; P. Nyssens, Ligne d'évasion « Comète » – Année 1943, p. 48-53. ; O. de Vasselot, Tombés du ciel, p. 111-113. ; C. Jouan, Comète, p. 110-113.

135 B. Ducarme, Le financement de la résistance armée en Belgique, 1940-1944.

136 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 265. Les archives de la Sûreté laissent entendre que certains de ces coups de main n’étaient pas tout à fait clairs, et que d’importantes sommes d’argent auraient disparu dans la nature.

137 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 265.

138 Historique du service ‘Athos’, 25 janvier 1948, dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 264.

139 M.-L. Leyens, A travers tout, Loncin, s.d.

140 Interview de Maurice Blavier, par Jean Dujardin et Daniel Vercauteren, 13 septembre 1971.

141 Nous avons rassemblé dans le graphique 2 les données (lacunaires) que nous avons retrouvées au sujet du budget mensuel des services Bayard, Luc-Marc, Mill et Zéro.

142 Pour la première moitié de 1941, la Sûreté reçoit un budget trimestriel de 625 £, soit 77 000 francs. Trois ans plus tard, les seules sommes mises à disposition des différents organismes de résistance entre le1 er décembre 1943 et le 31 juillet 1944 s’élèvent à 191 millions de francs belges (CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 8).

143 CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l'État, no 11.

144 Le seul service Clarence a accumulé 13 millions de dettes en janvier 1944 (CEGES, AA 1311, Archives du Haut-commissariat à la Sécurité de l’État, B-2, dossier no 2/V/b).

145 À ce sujet, au cours de la brève collaboration entre Comète et la Sûreté de l’État Andrée De Jongh tente d’expliquer dans un courrier de mars 1942 qu’il est irréalisable de fournir le détail complet de la comptabilité du réseau, comme le lui demandent les services belges. Correspondance DD/Délégation de Lisbonne (Note no 3 du 7/02/1942, Annexe III & Lettre du 19/03/1942, Annexe IV), dans CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, no 292. L’existence même de ce carnet a de quoi en surprendre plus d’un. On imagine trop bien le danger permanent que représentent ces quelques feuilles, si par malheur elles tombaient aux mains des Allemands... Sans parler des 288 noms et adresses des aviateurs de la Royal Air Force que Comète note minutieusement sur chaque page du carnet.

146 Selon le témoignage de Jeanine De Greef, c’est vraisemblablement Andrée De Jongh qui tenait les comptes de Comète jusqu’à son arrestation le 15 janvier 1943. Elvire De Greef prendra alors la relève. Interview de Jeanine De Greef par Adeline Remy, 2 février 2005.

147 Liste établie et actualisée par l’Amicale Comète « Comète Kinship Belgium » http://www.cometeline.org/cometaviateurpasse.html.

148 Précisons que la totalité de ce budget n’est pas mentionnée dans le carnet de comptes. Il semblerait que seuls les remboursements ont fait l’objet d’une annotation explicite.

149 Liste établie et actualisée par l’Amicale Comète « Comète Kinship Belgium » : http://www.cometeline.org/cometaviateurpasse.html.

150 Le coût de production unitaire d’un bombardier quadrimoteur américain était d’environ 2 à 300 000 $ (soit 8 à 12 millions de francs belges), selon l’année (les coûts unitaires diminuent au fur et à mesure que s’accroît la production) et le modèle (le B-24 est plus onéreux que le B-17). Cette évaluation se base sur le tableau Average unit cost of airplanes authorized, by principal model : fiscal years 1939-1945, un document de l’Air Technical Service Command, Budget and Finance Office de la défense américaine, mis en ligne à l’adresse internet suivante : http://www.au.af.mil/au/afhra/wwwroot/aafsd/aafsd_pdf/t082.pdf.

151 Voir à ce sujet : E. Debruyne, « Espions contre Radars », dans Bulletin d'information du Centre Liégeois d’Histoire et d'Archéologie Militaires, t. VIII, no 3, septembre-décembre 2001, p. 5-16.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 ; Évolution du budget du service Marc
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Graphique 2 : Évolution du budget mensuel de quelques services de renseignements
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 3 : Tableau des comptes de Comète (oct. 41 - déc. 42)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteurs

Chargé de recherches FRS-FNRS et aspirante FNRS

Chargé de recherches FRS-FNRS et aspirante FNRS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540