Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Le mouvement catholique dans le Nord-Pas-de-Calais : milieu de vie et d’action clandestines sous l’Occupation

Bruno Béthouart

Texte intégral

  • 1 André Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Lille Flandres, t. 4, (...)

1Dans une résistance, évaluée à 5 % de la population, le mouvement catholique n’a pas le monopole de l’engagement. Il suffit d’évoquer l’action des protestants comme Eva Durrleman, fille d’un pasteur évangéliste de la mission Mac All ; elle incarne cette profusion d’activité d’entraide et de résistance qui ont sauvé des vies humaines1. L’Eglise catholique est, à cette époque, revendiquée en appartenance par plus des ¾ de la population et le mouvement catholique représente l’un des éléments les plus dynamiques de sa réalité d’alors. Il est donc impliqué directement ou indirectement dans des sollicitations, des actions ponctuelles, ou périodiques. Cette résistance nécessite en effet une infrastructure de base que certaines institutions ecclésiales peuvent mettre à disposition avec ou sans le consentement de la hiérarchie selon les situations.

2Dans le Nord-Pas-de-Calais, l’Église représente indéniablement, depuis des siècles, un milieu de vie structuré et actif. Il a donc été plus ou moins concerné soit dans ses structures matérielles telles que les presbytères, les couvents, les églises, les lieux de permanence, soit dans ses institutions et tout particulièrement les mouvements d’action catholique et la CFTC. Les Églises diocésaines d’Arras, Lille et Cambrai bénéficient en effet de conditions favorables puisque l’occupant, en zone occupée, a dû supporter le maintien de ses structures et de son activité spécifique ; chaque composante ecclésiale se trouve, pour partie, à des degrés variables et selon les périodes, soit au coeur d’une partie de la résistance clandestine soit en relation avec des résistants enfouis dans la clandestinité.

Accommodements ou résistance ?

L’action catholique toujours présente

  • 2 Eugène Descamps, Militer, une vie pour en engagement collectif, Paris, Fayard, 1971, p. 32.

3Ce maintien de l’activité apostolique représente certes un risque de compromission par rapport à l’occupant mais également un levier d’autonomie. Dans le diocèse de Lille, le témoignage d’Eugène Descamps2, futur fondateur de la CFDT, est révélateur : né à Lomme, jociste à 14 ans, il se souvient :

« On a recommencé doucement au cours de l’hiver 1940, dans la fédération [JOC] de Lille-Ouest à tenir quelques réunions : des réunions limitées, cinq à dix gars [...] Nous étions dans une situation confuse : d’une part les Allemands ne pouvaient pas interdire des réunions qui se faisaient dans un patronage, dans un lieu de culte. Une réunion de jeunes après la messe, de quoi discutent-ils ? Peut-être du sermon du curé, ou d’autre chose ? Les premières réunions se tenaient ainsi. Autant que je me rappelle, nous étions plus connectés sur Bruxelles que sur Lille. L’organisation s’est restructurée progressivement, sans grande liaison avec Paris ».

  • 3 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras : réunion du 16 février 1941 : USIC (Union soci (...)

4Dans le diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer, les secrétariats sociaux sont relancés au début de l’année 1941 dans une large union regroupant CFTC, USIC, JOC, LOC3. Le secrétariat social de Lens tient sa première réunion le 16 février 1941 : Albert Révillion fait un rapport :

« Dans les transformations considérables tant du point de vue civique que social qui s’annoncent dans notre pays, le secrétariat social est appelé à jouer un grand rôle. Les nouvelles institutions qui nous seront données ne serviront l’ordre social-chrétien que dans la mesure où elles seront animées de la doctrine sociale-chrétienne. Pour amener à la doctrine chrétienne une diffusion de plus en plus grande, il faut des hommes formés et informés. C’est à cette tâche que le secrétariat social doit s’atteler. Dans ce but, les dirigeants d’Arras ont décidé de proposer aux secrétariats sociaux du département tout un programme ».

  • 4 Archives de Jules Catoire : procès-verbal de la réunion de la commission administrative du 20 nove (...)

5Les fonctions s’orientent dans trois directions : office de documentation, foyer d’action et centre d’enseignement4.

Le syndicalisme chrétien continue de s’affirmer

  • 5 Nord social no 607, juin-juillet 1946.
  • 6 Nord social, no 589, octobre 1944.

6Dans le Nord, dès le début de juillet 1940, l’Union départementale Nord reprend ses permanences. En 1941, l’UD intervient avec d’autres organisations et obtient la prime d’un franc qui est instaurée. Puis, sous l’influence de l’action ouvrière, ce sont les arrêtés préfectoraux de 1942 puis les arrêtés ministériels de 1943, qui améliorent les salaires et les allocations familiales5. Les syndicats libres refusent leur concours aux Commissions régionale et départementale de main-d’oeuvre, à la Conférence nationale des Commissions départementales présidée par un vichyssois, Lafaye. À Halluin, des réunions mensuelles de cercles d’études rassemblent une centaine de syndiqués et quelques-uns vont à l’École normale ouvrière. Sur le plan professionnel, le Syndicat libre (CFTC) fait appliquer les salaires fixés par voie de convention collective dans le textile, l’ameublement, le bâtiment, la métallurgie. La classification des postes de travail et les tarifs sont finalement obtenus en vertu de l’arrêté ministériel du 10 mars 1944 ; une dizaine d’accords sont signés sous la présidence des inspecteurs du travail. Le SL réclame des compléments de salaires, salue l’institution d’une allocation-logement, participe aux études en vue d’une organisation rationnelle de l’apprentissage, dans des commissions professionnelles, pour améliorer les conditions matérielles de la famille ouvrière6.

  • 7 Nord social, no 610, octobre 1946.
  • 8 Nord social, no 642, septembre 1949.

7Henri Pauwels, leader du syndicalisme chrétien belge, rencontre, pendant l’occupation, en 1942, Gaston Tessier, secrétaire général de la CFTC, dissoute depuis 1940, à la Bourse du Travail des Syndicats libres de Lille à l’occasion des trente années de service de Charlemagne Broutin en qualité de secrétaire permanent. En cette circonstance, Henri Pauwels adjure les syndiqués de « rester, coûte que coûte fidèles à leur idéal » et affirme que « le syndicalisme chrétien refleurira après la tourmente. « Déjà nous travaillons en Belgique à la renaissance mais nous aurons besoin pour reconstruire le monde que les syndicats chrétiens soient puissants en France. Aussi nous, Belges, nous comptons sur vous »7. Le syndicat libre de Roubaix-Tourcoing continue notamment grâce « une femme dont l’énergie souriante et la vaillance ne reculent devant aucune difficulté » : Marie-Thérèse Fauvarque. Elle supplée les permanents absents, mobilisés ou prisonniers. Elle reprend l’activité syndicale et bientôt Robert Payen vient la rejoindre8.

8Dans le Pas-de-Calais, Louis Delaby, le 26 juillet 1940, renoue le contact avec Jules Catoire, alors aux armées, par courrier :

« J’ai vu plusieurs fois Mgr Hoguet, Eugène [Dupuis] et Mlle Amoureux qui vont très bien. Il n’y a plus personne au 21 de la rue Saint-Michel. A Lens ça va, la Centrale est intacte [...] Toute la famille est en bonne santé mais nous avons encore été éprouvés cruellement ; notre cher Alfred a été tué par le bombardement du 19 mai. Nous espérons vous revoir sous peu et conservons confiance dans l’avenir ».

  • 9 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.
  • 10 Archives de Jean Sauty.

9Quelques jours plus tard, le 3 août, il vient de recevoir un courrier de Jules Catoire et le tient au courant de la situation syndicale : « Nos militants sont en général revenus et en bonne santé. Alfred Crépel, Pierre Honoré, Louis Villain, René Patte attendent et espèrent »9. Un autre responsable, Joseph Sauty, veuf qui vient de se remarier, a dû, du fait des circonstances, trouver des ressources pour faire vivre sa famille : il s’est installé à Hornaing dans la ferme familiale de sa seconde épouse. Dans un courrier daté du 19 janvier 1942, il prend position10 :

« J’ai appris que vous avez décidé de repartir. Je pense que nous ne pouvions faire autrement. En effet Vichy ne sait trop que faire, chaque jour nous apporte la preuve que quelque chose ne ‘colle pas’ ». Il interroge Jules Catoire : « Quoi de neuf mon cher Jules ? n’avez-vous pas d’intuition sur l’application de notre fameuse ‘Charte du Travail’ : je pense que les événements se chargeront de mettre ses auteurs hors d’état de nuire avant quelle n’ait fait trop de mal. Si quelque fait nouveau se produit, ne manquez pas de me tenir au courant, quand on voit une lettre qui arrive, c’est un événement. Dans la région tout est mort : je n’entends plus parler de rien ».

La CFTC : milieu de vie et d’action

10Les syndicalistes chrétiens vont progressivement se rallier à une opposition de plus en plus nette au régime vichyste. L’entrée en résistance se fait par le biais d’une série de causes qui s’additionnent. Le refus de la défaite en est la première expression : des syndicalistes se mettent à l’écoute de la radio de Londres dès les premiers temps. La mémoire de l’occupation allemande de la Grande Guerre pour la population ouvrière du Nord, pour le bassin minier et la région d’Arras qui sont occupés, marque encore les esprits : la haine des boches est réelle. L’antinazisme et l’anticommunisme sont clairement revendiqués par le pape Pie XI et développés dans les colonnes du Nord Social. Cependant la raison essentielle qui pousse les syndicalistes à la résistance est le refus de la Charte du Travail malgré les appels quelle contient à la collaboration des classes qui fait partie des piliers de la conception proposée par le Plan de la CFTC.

Des lieux d’expression du refus

  • 11 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.
  • 12 Bruno Béthouart, Un siècle de combat syndical. L’histoire de la CFTC-CFDT du Nord-Pas-de-Calais. 1 (...)

11Le premier et le plus naturel lieu d’accueil est le siège du Syndicat libre. L’union locale de Roubaix abrite le comité de liaison des organisations syndicales chrétiennes : Robert Vansieleghem, entré à l’Union locale de Roubaix en 1937, est nommé secrétaire du bureau de cet organe national secret de liaison. Il comprend une quinzaine de membres dont cinq du Nord : Georges Torcq, François Decornet, Charlemagne Broutin, Albert Myngers accompagnent Robert Vansieleghem ; Jules Catoire représente le Pas-de-Calais11. La Centrale de Lens, rue Diderot, accueille les exemplaires des cahiers du Témoignage chrétien qui arrivent dans les camions du Secours national. En effet en juin 1943, un militant du Nord, Marcel Vanhove, natif de Saint-Pol-sur-Mer, cheminot militant jociste et CFTC réfugié à Toulouse, devient le responsable de la diffusion pour la zone Nord. Il rencontre René Théry, Jules Leclercq, Marcel Hénaux et Jules Catoire qui, aidé par Joseph Sauty, Louis Delaby et Joseph Martin, est responsable de la diffusion dans le Pas-de-Calais. Robert Claeys, arrageois secrétaire du syndicat de la Métallurgie CFTC, assure la liaison avec la CGT et le PC12.

  • 13 Selon le liquidateur Jules Catoire. Archives de Jules Catoire.
  • 14 Interview de Bernard Catoire le 22.12.1992.

12Au 21 de la rue Saint-Michel à Arras se trouve le siège de l’UD et de l’UL d’Arras. Valentine Amoureux assure le secrétariat depuis décembre 1936 d’abord de l’Union locale puis de l’union départementale CFTC. Elle est chargée de la gestion du fichier, de la diffusion du Nord Social, des contacts avec les collecteurs, de la préparation des réunions. Collaboratrice principale de Jules Catoire, le secrétaire de l’UD, elle demeure fidèle à son poste pendant le printemps 1940 et accueille les responsables CFTC à leur retour durant l’été dramatique. Membre du réseau Témoignage chrétien, elle « a en toutes circonstances assuré liaison, boîtes aux lettres, réception et distribution de tracts et journaux »13. Paul Sénéchal, dans un courrier de l’Yonne en date du 20 décembre 1954 se souvient de TC reçu « au nom de Camboulive inconnu à Arras et que je portais au 21 rue Saint-Michel ». En juin 1944, Bernard et son père Jules Catoire sont tous les deux recherchés par la Gestapo ; la CFTC a évacué la rue Saint-Michel pour venir chez les Bénédictines près du cours Mahaut d’Artois car le siège est trop près de la gare d’Arras, du fait des bombardements : trois pièces sont fournies le long de la rue des Chariottes : « tout d’un coup », raconte Bernard Catoire, « je vois un ouvrier de l’usine d’application électrique qui se trouve sur le bord du canal qui vient en vélo et me dit : ‘Saint-Nicolas est barré, les boches sont àt’maison, il faut que tu foutes le camp ». Son père, Jules Catoire, de retour, prend conseil auprès de Mgr Quéval, directeur des oeuvres qui dispose d’un bureau chez les bénédictines : « il ne faut pas rester là ». Jules Catoire est envoyé dans les combles de la maison des religieuses et Bernard part chez la secrétaire du syndicat, Valentine Amoureux, qui habite dans le quartier Saint-Géry où il reste toute la nuit14. Quelques jours plus tard, Bernard Catoire est accueilli à l’UL de Béthune, place Marmottan. Il couche dans la chambre de l’aumônier : « c’était une vieille bâtisse, quand j'étais tout seul, j’avais un peu de peine pour m’endormir. J’étais toujours bien accueilli, les gens n’avaient pas peur ».

  • 15 Robert Vandenbussche, « Opinions et attitudes de chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale », R (...)
  • 16 Interview de Bernard Catoire, 22.12.1992.

13Les presbytères dans les mines sont également des lieux de refuge pour les résistants15. Parmi ceux qui sont cités par des syndicalistes résistants figurent ceux de Lens et celui de Noeux-les-mines. C’est ainsi que Bernard Catoire, en juin 1944, dans son périple clandestin, s’arrête chez le curé de Noeux, l’abbé Caulier, dans la paroisse Sainte-Barbe. Il y reste plusieurs nuits avant de partir « droite et de gauche »16.

  • 17 Interview de Paul Verneyras, 4.03.1993.
  • 18 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

14Les militants CFTC n’hésitent pas à offrir le gîte aux pourchassés. Au domicile parisien de Paul Verneyras, délégué départemental de l’UD CFTC de l’Aube,17 en novembre et décembre 1940, des syndicalistes de sensibilité socialiste mais aussi démocrate chrétienne autour de Gaston Tessier constituent un « Comité d’études économiques et syndicales » qui permet la création du mouvement « Libération Nord ». Plusieurs réunions s’y déroulent. André Lardier de Rouvroy, militant CFTC représentant des mineurs de Drocourt, rappelle dans un courrier du 17 septembre 1954 à Jules Catoire sa première réunion clandestine en juin 1940, à Arras chez Jean Haniquaut : « nous étions 7, tu venais de quitter la Bretagne avec une autre croix, celle de la Lorraine ». Il évoque les autres lieux de rencontre : Lens, Hénin, et à Arras, les Bénédictines et à Rouvroy chez Gaston Payen18.

15Albert Révillion, architecte, militant du PDP, reçoit Jules Catoire en vue d’une réunion du Comité départemental de Libération dont il est membre dès sa création en novembre 1943. Jules Catoire passe la nuit dans cette maison qui est l’une de ses planques habituelles. Il se prépare le lendemain à partir pour le siège de la caisse de secours de Liévin, lieu de la rencontre des délégués du CDL. Avant de partir, Albert Revillion lui donne des feuilles de tabac séché emballées dans un morceau de papier journal. Jules Catoire dépose ce tabac dans une des deux sacoches de son sac qu’il glisse sur le cadre de son vélo alors que dans l’autre poche se trouvent tous les documents relatifs à la rencontre du CDL. La réunion terminée, Jules Catoire prend la direction de sa planque du soir, à Ruitz. Entre Lorette et Ablin, il se trouve devant une patrouille allemande qui l’intercepte : « vous chef bandit, vous chef bandit » [...] « Instinctivement j’ouvre ma serviette, il voit le tabac :

  • 19 Interview de Jules Catoire, 19.07.1985.

‘Good’. Je n’ai jamais rien donné aux Allemands sauf ce jour-là. J’ai pris tout le tabac et je lui ai donné, il m’a redonné un autre coup-de-poing et il m’a dit : ‘Raoust’. Après l’église d’Ablin, en tournant sur Ruitz, j’ai trouvé un coin tranquille et j’ai respiré, parce que ce sont de durs moments. Si j’avais été arrêté avec les papiers que j’avais, c’était la déportation ou le mur de la Citadelle »19.

Des actions au sein et en dehors du cadre syndical

  • 20 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

16La première tâche consiste à soutenir le moral des militants en se réunissant. Dans une lettre du 1er juillet 1942, Louis Delaby se réjouit des 17 inscriptions à une récollection : « Je pense que nous aurons une très bonne récollection ; tous les amis la désiraient. Le petit mot qui accompagne leur adhésion est significatif, c’est bon signe pour la reprise prochaine ? » Il fait état de son projet d’aller en pèlerinage de reconnaissance à Notre-Dame de Montmartre : « J’ai commencé à étudier la carte de la route de Paris. Quel rêve ? »20. Dans une circulaire du SL de Lens, le 18 mars 1943, une journée d’amitié des membres du Syndicat libre des mineurs est programmée à la centrale le dimanche 4 avril suivant. Elle débute par une messe à la chapelle des SL à la mémoire des militants et syndiqués défunts puis une conférence porte sur « la situation et la position du Syndicalisme chrétien en France et dans le Pas-de-Calais, et la situation particulière du bassin minier. » Après le repas où il faut apporter seulement le pain et le sucre, l’après-midi est consacré à une information professionnelle et documentaire, aux contacts avec les mouvements spécialisés, notamment la JOC et la LOC, ainsi qu’au projet de pèlerinage au Sacré-Coeur. Dans cette action de soutien psychologique, une institution, le Mouvement ouvrier chrétien, qui date d’avant 1939, tient une place particulière dans le Pas-de-Calais. À Lens, le 18 avril 1943, elle permet à tous les présents de disposer d’informations sur l’état du syndicalisme en France et dans le département par Jules Catoire, sur la situation dans le bassin minier par Louis Delaby qui prend aussi en charge une séquence « renseignements » avant que Jules Catoire ne développe un exposé sur le MOC et que Louis Delaby n’intervienne à nouveau sur le projet du pèlerinage. La conclusion est confiée à Joseph Sauty.

  • 21 Interview de Louis Beugniez le 20.02.1978.

17Une autre action s’avère indispensable pour les résistants : le service de faux papiers pour les clandestins. Louis Beugniez dans sa mairie de Noyelles-Godault, permanent CFTC, maire de Noyelles-Godault, pratique la technique du détournement des cartes de ravitaillement pour les réfugiés, évadés et déportés. Il assure des fausses cartes d’identité en fonction de la demande. Lors des contrôles, « on sen tire par la violence ». Ainsi un commissaire de police venu pour « questionner » un de ses administrés, est-il mis hors de son bureau en lui disant que la maison commune n’est pas un lieu de torture. La preuve de la réalité résistante de son action se manifeste dans le contact avec un « terroriste » qui possède un papier où sont inscrits les noms des communes avec une croix devant chaque nom sauf celui de Noyelles-Godault où il y a une croix et un zéro : « cela voulait dire que partout, sauf là, on pouvait voler des cartes de ravitaillement car, là, les cartes étaient déjà volées »21.

  • 22 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, coll. Histoire, 1996, (...)

18Contre la charte du travail, l’opposition se construit par degrés successifs. Il s’agit d’abord de s’opposer à la disparition des confédérations rendue effective par le décret du 9 novembre 1940. Le 15 novembre, « le Manifeste des douze » signé par neuf cégétistes et trois syndicalistes chrétiens, Maurice Bouladoux, Gaston Tessier et Jules Zirnheld, dénonce les mesures prises par Vichy. Dès le 17 novembre 1940, dans un manifeste du Syndicat libre des mineurs CFTC, Louis Delaby constate avec amertume que « ce que les adversaires de la vraie liberté syndicale, ce que les ennemis jurés ou non avoués du Syndicalisme chrétien n’avaient pas réussi à faire en 20 ans, un Gouvernement né de nos malheurs, le réalise en un tournemain ». Il réagit donc en affirmant que « pas plus que la répression des patrons avant la guerre, la dictature cégétiste en 1936 n’avaient eu raison de la ténacité des syndicalistes chrétiens, ceux-ci ne s’inclineront pas devant le Diktat de Vichy ! ». Cette réaction rappelle 1936 : la défense de la liberté syndicale contre une tentative de monopole22.

  • 23 Ibidem, p. 141.

19La loi du 4 octobre 1941 instituant la Charte du Travail modifie profondément les structures syndicales : un syndicat unique est créé, tant au plan de chaque entreprise qu’au niveau local, régional et national. Désormais patrons et ouvriers sont rassemblés dans des organismes communs pour gérer les conflits professionnels et sociaux. L’article 73 précise que les membres des bureaux syndicaux sont désignés par l’administration. Le 16 novembre 1941, à la réunion organisée par Jules Mennelet, responsable national CFTC, se retrouvent aux côtés de Gaston Tessier, Georges Torcq, Charlemagne Broutin et Jules Catoire dans le choix du refus de collaborer ; une partie des délégués derrière Jean Pérès, tout en étant également opposée au texte, veut tenter l’expérience d’une participation aux rouages. La position de l’Union départementale du Pas-de-Calais, à partir du début décembre 1941, devient plus nettement hostile à toute participation que celle du Nord. Les responsables lillois jouent à certains moments la carte de l’attentisme comme le précise une circulaire confidentielle envoyée le 5 décembre 1941 aux permanents des unions locales : « il n’y a pas lieu de devancer l’application de la loi [...] Si des syndiqués libres étaient pressentis par leur patron pour entrer dans ces comités d’entreprise, qu’ils demandent à réfléchir, évitent de se prononcer tout de suite et consultent leur syndicat ». L’espoir d’amendement du texte entretenu par les propos du cardinal incitant notamment Charlemagne Broutin à retarder l’échéance23.

  • 24 Louis Delaby, La trouée, Liévin, Imprimerie l’Artésienne, 1977, p. 135.

20L’occasion d’affirmer clairement la position de l’UD du Pas-de-Calais se présente lors de la venue du secrétaire d’Etat à la Production industrielle, François Lehideux dans la région le 13 février 1942. Louis Delaby rappelle les raisons du refus des syndiqués chrétiens de participer à la charte du Travail. Le ministre lui répond que « le Maréchal est décidé à briser toutes les chapelles ». Louis Delaby réplique : « Monsieur le ministre, il y a une chose que vous ne briserez jamais, c’est l’idéal que nous servons et que nous saurons défendre »24. Finalement à l’issue d’échanges de vue et de rencontres des responsables de la région du Nord le 13 septembre 1942, l’identité de vues est retrouvée autour d’un refus catégorique de participation à tout organisme prévu par la loi. Cette position de fermeté l’emporte à Paris : l’intransigeance des Nordistes, tout particulièrement de Jules Catoire et de ses amis, a permis à Gaston Tessier d’emporter la décision. L’attitude du SLM est d’autant plus nette que les syndicalistes sont déçus par l’attitude de Mgr Dutoit, influencé par son vicaire Edmond Maréchal ; celui-ci prend parti en faveur de la collaboration, du STO, et dénonce les résistants gaullistes, posant ainsi un cas de conscience pour les militants démocrates chrétiens. Le soutien absolu de Mgr Hoguet qui meurt le jeudi 12 novembre 1942 et celui du père Piat équilibrent la balance.

  • 25 Nord Social, no 602, décembre 1945.
  • 26 Nord Social, no 589, octobre 1944.

21Les syndicalistes participent également à la résistance. Dans le Nord, Jean Delvallez est décapité à Berlin le 23 novembre 1944 : ce syndicaliste cheminot est membre du Réseau Nord, du mouvement Voix du Nord25. De même, des syndicalistes de Pérenchies s’engagent dans cet organisme de résistance. Certains tombent au champ d’honneur : « Notre ami Maurice Simono, 43 ans, 5 enfants, du SL des employés, lieutenant dans Voix de Nord à Halluin, tué le 2 septembre dans une embuscade allemande »26. Joseph Mailly, comptable aux Établissements Thiéry, manufacture de confection à Cambrai, est contacté par Jules Leclercq : il distribue alors des tracts, sert de relais et travaille avec des passeurs. Il est en relation avec « Libé-Nord ». René Stéphan, cadre aux établissements Cail de Denain, diffuse Témoignage Chrétien dans son secteur. Dans le Pas-de-Calais, Charles Vandamme s’engage dans la résistance aux côtés de Jules Catoire, participe à des actions de nuit pour le parachutage, à des réunions. Ayant échappé à la grande rafle qui décapite la résistance arrageoise en octobre 1943, il est arrêté le 23 décembre à 5 heures du matin. Prévenu la veille par ses amis, il préfère rester à son domicile pour sauvegarder la vie de sa femme et de ses enfants. Côme Chevalier, mineur de fond à Dourges, membre du SLM à Noyelles-Godault, est adjudant dans les FFI avec ses deux enfants. Il tombe dans une embuscade tendue par une unité combattante de 150 soldats allemands sur la route entre Hénin-Liétard et Noyelles-Godault. Dans la résistance politique, les Résistants d’inspiration chrétienne (RIC), originalité de la région Nord qui crée « un pré MRP » à la Libération, opèrent un rassemblement des courants chrétiens autour de Jean Catrice et Jules Defaux dans le Nord et Jules Catoire dans le Pas-de-Calais : il s’agit de parler d’une seule voix, pour être présent face aux autres forces politiques et surtout les communistes.

22La clandestinité offre des situations périlleuses pour ceux qui, comme Bernard Catoire et son père Jules doivent la subir. Après avoir échappé à quelques situations dangereuses et avoir vécu en semi-clandestinité dès la fin de l’année 1943 à cause de ses responsabilités au CDL, Jules Catoire fait avec son fils Bernard l’objet en juin 1944 d’une recherche de la part de la police allemande. Jules Catoire reconnaît que la guerre des polices allemandes lui a sauvé la vie : « lorsqu’une police a des renseignements, elle ne tient pas à les communiquer, elle veut en tirer profit elle-même ». Dans le cas précis, la Gestapo de Lille voulant prendre directement un « gros poisson », vient rue Saint-Michel à l’ancienne adresse et trouve porte close. Les policiers se précipitent à Saint-Nicolas-les-Arras pour interroger « Maman Jeanne », l’épouse du résistant. Celle-ci n’ayant pas fourni les renseignements attendus est emmenée pendant 48 heures puis relâchée. Pour trouver Jules Catoire et son fils, la Gestapo de Lille est retournée prendre des renseignements à la Feldkommandantur d’Arras qui lui donne la nouvelle adresse. La précipitation de la perquisition a été salutaire pour les deux résistants. Jules Catoire est accueilli au presbytère de la paroisse Sainte-Barbe, chez l’abbé Caulier qu’il connaît depuis de nombreuses années :

« il était 6 heures du matin, je sonne, c’est la vieille bonne qui ouvre : - qui êtes-vous ? - Dartois [nom de résistance de Jules Catoire]-je vais prévenir monsieur le curé - L’abbé Caulier arrive - c’est toi, qu’est-ce qui se passe ? - J’ai les boches à mes trousses - Ah il n’y a que cela ! te fais pas de mauvais sang. J’ai deux chambres l’une occupée par des officiers boches, tu vas être tranquille, tu ne crains rien puisqu’ils sont là, te montres pas trop, ne fais pas trop de bruit - Il a camouflé ma bicyclette dans l’église, puis je suis monté dans la chambre. Il m’a montré une bouteille de genièvre, j’ai bu quelques bonnes rasades pour reprendre mes sens, pour pouvoir respirer, et m’organiser en conséquence ».

23Jules Catoire y reste deux nuits puis comme le dit son fils, « il est parti comme moi de droite et de gauche ». La vie clandestine qu’ils mènent de juin à août 1944, et même depuis plus longtemps pour le père en semi-clandestinité, est faite de déplacements incessants, de longues veilles, de nuits courtes et d’une inquiétude permanente ; « j’ai circulé dans le bassin minier, avec la peur de me faire arrêter, on ne pense à rien, on arrive à dormir par la fatigue, par la tension ».

24Leurs principales planques se situent dans des presbytères du bassin minier, dans l’appartement de l’aumônier missionnaire du travail au siège de la CFTC, rue Marmottan à Béthune, à la centrale du syndicat libre des Mineurs de Lens, dans la maison d’Albert Revillion, militant démocrate chrétien de Lens, les locaux de la JOC à Lille, la maison de Jean Catrice, ancien président de l’ACJF à Roubaix. Les Allemands cherchent partout dans le département la trace des deux fuyards :

« Papa a failli être repris en descendant du tramway à Lille. Il descend à une station, je crois qu’il ne devait pas descendre là mais il y avait quelqu’un dans le tram qui devait lui sembler curieux, comme il descendait, un policier montait qui avait la photo de Jules Catoire en main, Papa s’en est aperçu tout de suite, le policier n’a pas fait la correspondance mais il a eu le temps de voir que c’était sa photo ».

25Jules Catoire, recherché par la police allemande, partage le sort de ces résistants errants qui vivent jour après jour une situation d’attente et d’espérance. Son fils Bernard évoque cette période délicate :

« La vie clandestine est une vie particulière, qui n’est pas commode sur le plan de la santé, de la nourriture, il faut avoir ses planques, ses endroits. Nous avions conscience du risque, mais il faut tenir compte de l’ambiance du moment, de l’âge qu’on avait, c’était plus raisonné de la part de mon père, il a eu peur pour moi ».

26Bernard Catoire fait plusieurs fois des transports d’armes pour les donner à des jeunes, du Front National ou des FTP. La cavale des deux Catoire dure trois mois. Ils trouvent chez des proches ou des amis l’hospitalité qui rassure et sécurise quelques instants. Mais une des règles de base est la méfiance systématique ; « j’étais en vélo, vous m’auriez dit bonjour, j’auraifait comme si je ne vous voyais pas ». Jules Catoire cherche toujours durant sa clandestinité « à ne mettre au courant que le moins de personnes possible ». En dehors de la crainte d’être arrêté et de compromettre ainsi ceux qui prennent le risque de les héberger, les clandestins connaissent des difficultés notamment pour le ravitaillement.

« Un clandestin n’a pas de ticket pour la nourriture, pour avoir de nouveaux pneus. Les Allemands étaient malins mais nous on se débrouillait pas mal. À Beuvry, en pleine nuit, des amis ont saccagé et volé la mairie de connivence avec le secrétaire de mairie, qui a reçu de bons coups de poing en mettant tout par terre sans dessus-dessous et après avoir pris les tickets, la mairie a justifié que les feuilles de ravitaillement avaient été volées ».

27L’une des plus grandes souffrances dans une telle situation est de se forcer à ne pas revenir chez les siens : « j’ai été pendant 10 mois sans rentrer à la maison, je venais à Saint-Laurent Blangy aux portes d’Arras mais c’est tout » se souvient Jules Catoire. Il est évident qu’à la Libération, avec une telle « carte de visite », Jules Catoire ne fait aucun complexe vis-à-vis de qui que ce soit : « nous avons pu jouer un rôle important, je ne conteste à personne son rôle dans la Résistance mais je n’accepte pas qu’on conteste notre action dans la Résistance, tout cela à cause des camarades que nous avions ».

Le mouvement catholique : milieu de vie et d’action

28Plus large que le syndicalisme chrétien dans son recrutement et dans ses objectifs, le mouvement catholique rassemble toutes les composantes de l’action catholique de l’enfance, de l’adolescence et de l’âge adulte : il est le lieu de formation et d’épanouissement d’un type de chrétien, le militant, façonné par les encycliques pontificales de Léon XIII à Pie XII.

Des lieux d’accueil

29La déclinaison des différents lieux-ressources pour les résistants revêt un caractère arbitraire dans son classement : les outils de résistance étant rares, ils sont utilisés à de multiples usages ecclésiaux et/ou résistants. Ces lieux de clandestinité sont très aléatoires dans leur durée et leur pertinence : une arrestation ou un changement de responsable peut faire disparaître un réseau, une fonction résistante.

  • 27 Eugène Descamps, op. cit., p. 34.

30Il convient de distinguer, au préalable, une réelle différence d’attitude entre le mouvement catholique dans le diocèse d’Arras et dans celui de Lille durant le temps de l’Occupation. Le cardinal Liénart souhaite un « loyalisme sans inféodation » et veut éviter l’opposition frontale. Cette attitude entraîne une certaine retenue qu’il transmet à ses fidèles. Comme le précise Eugène Descamps27 :

« À l’égard des Allemands, son attitude était celle de l’ancien combattant, très digne, à l’égard de l’autorité occupante, et de l’évêque, représentant de l’Église. De ce point de vue, sans orgueil, sans vanité, mais comme chef de l’Église de ce diocèse, il savait être ferme vis-à-vis des occupants [...] D’autre part, l’ancien combattant de Verdun restait très attaché à Pétain. Il y avait, chez lui, une attitude ferme à l’égard de l’occupant et de la sympathie pour la personne du vainqueur de Verdun, et dans le prolongement de cet état desprit, un a priori favorable à certaines mesures de Vichy ».

31Le futur fondateur de la CFDT cite l’exemple de la Charte du travail : « le cardinal Liénart et un certain nombre de prêtres estimaient certainement, de façon discrète, que les syndicalistes chrétiens n’étaient peut-être pas suffisamment réalistes, car il y avait dans la Charte des choses ‘intéressantes’ ». Mgr Dutoit, évêque d’Arras, est plus nettement favorable à un respect des autorités en place. Il va même jusqu’à approuver la politique de collaboration. Cette prise de position entraîne des oppositions plus nettes, plus tranchées de la part de certains proches de l’évêque comme Mgr Hoguet et d’hommes du mouvement catholique comme Jules Catoire. Le mouvement ouvrier chrétien a pignon sur rue dans le diocèse d’Arras alors que, dans le Nord, le cardinal refuse toute organisation à Robert Vansieleghem qui l’a demandé. Le cardinal craint de perdre son autorité sur les militants d’action catholique qui risquent d’être « saisis » par les résistants. L’interdiction dans le Nord n’a pas permis aux forces chrétiennes de se rencontrer et de préparer la sortie de guerre.

  • 28 Ibidem, p. 39.

32Le principal point de rassemblement et d’hébergement en temps ordinaire et durant la guerre à Lille pour le mouvement catholique est le siège de la JOC. Celui-ci est fréquenté également par les résistants. La JOC devient, surtout en zone occupée, un milieu où la Résistance peut bénéficier de complicités notamment à partir de 1942. Eugène Descamps28 ayant refusé le STO, en février 1943, a quitté le domicile familial et va se réfugier à chez des militants ou des aumôniers de l’agglomération lilloise mais aussi à la JOC de Lille, « où existe un foyer de jeunes travailleurs dont quelques chambres sont laissées disponibles pour les amis de passage ou en difficulté. Quand je couche à Lille, c’est parfois à côté de Jules Catoire, de la CFTC, que nous accueillons de temps en temps. Il est recherché dans le Pas-de-Calais et quand cela va trop mal, il vient à Lille où nous l’hébergeons ». Dès le début 1943, Eugène Descamps noue des contacts avec Robert Vansieleghem, et Jules Catoire.

« Cette période dans une certaine mesure, m’a fait accéder à la vie adulte. J’avais vingt ans. Débats avec ces hommes de 40 ans, syndicalistes, refusant la charte du travail et qui en plus organisaient une résistance syndicale, avec tous les risques que cela comportait. Nous eûmes ensemble de longues discussions sur les problèmes de fond : le rôle du syndicalisme dans la nation, la liberté syndicale, les motifs du refus du syndicalisme unique de la Charte du Travail. Nous parlions de l’avant-guerre et des exigences à avoir à la Libération ».

  • 29 Marc Sueur, « Des chrétiens dans la Résistance : l’exemple de « La Voix du Nord », Revue du Nord, (...)
  • 30 Témoignage de M. Levy, « Eglises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas- (...)
  • 31 Jonathan Wicke, Les Justes duNord-Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise, Boulogne, Université du Litt (...)

33Des institutions religieuses accueillent aussi les résistants. Soeur Marie-Emmanuelle, supérieure de la clinique Saint-Raphaël de Lille permet à un officier anglais, le lieutenant Jimmy Langlay de s’échapper grâce à l’abbé Welch qui le soigne dans son presbytère d’Ascq alors qu’il héberge un sous-officier allemand29. L’orphelinat Notre-Dame à Loos met aussi ses locaux à la disposition de l’abbé Vancourt30. Le patronage du Buisson de l’abbé Stahl est un lieu d’accueil d’enfants juifs. Ce titulaire d’un doctorat de droit à la Faculté de Paris, avocat au barreau de Lille de 1914 à 1954, décide d’entrer au séminaire diocésain et devient prêtre en 1933 : il s’engage dans le service de l’enfance délinquante, devient le directeur de trois orphelinats et prend en charge des enfants moralement abandonnés dans le Nord. Il recueille ainsi 10 750 enfants mineurs de 1919 à 1947. Au « patronage du Buisson », quelques enfants juifs sont hébergés dans les familles des voisins de ceux qui ont été déportés31. Dans la « maison des enfants moralement abandonnés » de Marcq-en-Baroeul correspondant à ce patronage du Buisson et ses annexes de Bouvines et de Loos-les-Lille, une quarantaine d’enfants sont cachés après la rafle de septembre 1942. Aux Facultés catholiques, René Théry prend contact avec des enseignants pour diffuser et gérer le réseau des propagandistes de Témoignage Chrétien en lien avec Marcel Vanhove.

  • 32 Marc Sueur, Revue du Nord, op. cit., p. 631.
  • 33 Danielle Delmaire et Yves-Marie Hilaire, « Chrétiens et Juifs dans le Nord-Pas-de-Calais pendant l (...)
  • 34 Ibidem

34Des presbytères remplissent une fonction d’asile, de refuge. En effet des prêtres du Nord sont déportés ou exécutés comme l’abbé Bonpain pour avoir abrité des prisonniers alliés en fuite : est-ce par souci de mettre en pratique la mission traditionnelle d’asile de l’Église ? Au contraire se montrent-ils patriotes en distrayant de l’ennemi un adversaire redoutable ? Loin de s’opposer, ces attitudes peuvent se rejoindre32. Dans la région lilloise, le pasteur Nick, l’abbé Oscar Rousseau, vicaire à Mons-en-Baroeul, accueillent des juifs pourchassés33. Des prêtres sont plus attirés par les réseaux OCM et La Voix du Nord, et par les filières d’évasion : « pour moi la résistance ce n’était pas le fait de tuer des Allemands mais de sauver les autres... dut-on y périr »34. Frère Robert Desmoutiers, libéré des obligations militaires, parvient à rejoindre son poste de vicaire à Roubaix et à reprendre son apostolat populaire « mais l’âme française ne se résigne guère à l’humiliation de la défaite : elle regimbe sous l’aiguillon ». Il recueille des réfractaires et les cache, fournit les renseignements pour s’affilier aux organisations clandestines chargées de les grouper, les défendre, faciliter leur évasion, recueillir des indications pour l’état-major allié. Rendu suspect à la Gestapo, surveillé, alerté à deux reprises d’une perquisition imminente dans le couvent, il est arrêté le 12 mai, comme « terroriste », conduit à la prison de Loos, condamné à 13 mois de prison par le Conseil de guerre. Il meurt à Bergen-Belsen fin mars 1945. L’abbé Émile Descarpentries, licencié en philosophie, aumônier du travail dans le Valenciennois, fait partie des gaullistes de la première heure : il cache et fait évader des soldats alliés perdus.

35Dans le Pas-de-Calais, deux prêtres sont condamnés à mort pour avoir « hébergé des soldats anglais et favorisé leurs activités » : Georges Haudiquet, curé de Beussent et Édouard Regnier, curé de Conchy-sur-Canche. Ce dernier est emprisonné au Cherche-midi et condamné à mort le 7 mars 1941. Sa peine est commuée en détention à perpétuité après l’intervention du cardinal Suhard. Édouard Regnier réussit à s’évader au cours de son transfert en Allemagne. Auguste Haverlant, à Festubert, et Henri Platel, à Sallaumines annoncent publiquement, dès 1940, qu’on ne sonnerait plus les cloches « en signe de deuil » jusqu’à la fin de la guerre. Ils sont repérés par Jules Catoire pour que leurs presbytères servent de lieux d’asile. Des prêtres, des religieux entrent dans des réseaux de renseignements ou des filières d’évasion en faveur de soldats anglais ou de jeunes français voulant rejoindre la France libre, dans des réseaux de résistance comme OCM, La Voix du Nord, les FTP. Certains ecclésiastiques n’en parlent pas : l’un d'eux a brûlé sa carte à la Libération « quand il a vu sortir de partout des FFI qui n’étaient que des résistants du lendemain ». Parmi les plus connus figurent Georges Lorent à Sains, Julien Berteloot à Hauteville, Paul Beun à Locon et Béthune, Louis Davault à Gouy-en-Artois, Adrien Regnier à Conchy-sur-Canche, René Damide à Crecques, Aimé Vanhove à Lens no 4, Augustin Deron à Verchocq.

  • 35 André Caudron, « Être séminariste sous l’Occupation en Zone interdite », Memor, no 17, juin 1993, (...)

36Certains séminaires offrent des planques pour les résistants. Au grand séminaire de Cambrai, l’abbé Henri Jenny, futur archevêque, offre l’hébergement de même que le Séminaire académique de Lille est utilisé par un petit noyau de professeurs gaullistes de la Faculté libre de droit parmi lesquels se trouve René Théry responsable régional de la diffusion de Témoignage Chrétien35. Le chanoine Wailly à Cambrai procure à des séminaristes des cartes falsifiées pour ne pas aller au STO. Le chanoine Duthoit, au Grand séminaire de Lille, rappelle à ses séminaristes qu’ils peuvent faire le STO mais également s’en dispenser. Il leur indique « un tuyau » : pour obtenir que le mot « inapte » figure sur la feuille administrative, il faut aller voir « de ma part, M. Camerlinck », professeur au collège des Dunes à Dunkerque, puis employé de mairie à Lille, détaché au bureau de la rue Lepelletier, qui tient lieu de Kommandantur.

  • 36 Robert Vandenbussche, op. cit., p. 541.
  • 37 Hans Umbreit, « Les services d’occupation allemands et les églises chrétiennes en France », Revue (...)

37La traditionnelle hospitalité des couvents et maisons religieuses est mise à contribution durant les hostilités36. Pour les autorités nazies, le bas clergé et le personnel enseignant des écoles catholiques sont considérés comme « [les] ennemis les plus dangereux »37. Aux yeux de la Gestapo, les membres des ordres religieux semblent être les plus suspects, puisqu’ils étaient soupçonnés de fournir des informations aux services de renseignement alliés. L’abbé Paul Masure, devenu aumônier de l’Association Fénelon, a fait connaissance du Monastère des oiseaux, pensionnat très coté de 200 jeunes filles sous la direction des chanoinesses de Saint-Augustin. Il porte aide et offre l’asile aux réfractaires, aux hommes traqués, aux aviateurs parachutés : « C’est comme en Allemagne, après les Juifs, viendra le tour des catholiques. Combien d’entre nous auront-ils le courage de rendre leur témoignage ? ». Au début de 1942, la Gestapo apprend que ces indésirables ont été accueillis au couvent des Oiseaux. Le 10 mars, le monastère est cerné, la Mère supérieure reçoit l’acte d’accusation selon lequel le monastère aurait accueilli des parachutistes, caché des armes et des réfractaires. Après perquisition, l’aumônier se déclare seul responsable et il est emmené rue des Saussaies à la prison de Fresnes et mis au secret avant d’être déporté en Pologne.

  • 38 Jonathan Wicke, op. cit., p. 75.

38Certains n’hésitent pas à mettre à disposition leur domicile particulier. L’abbé Vancourt, professeur des Facultés catholiques, entre en relation avec des protestants, notamment le pasteur Fabre de Lille, dans le cadre de ses activités résistantes ; il observe à ce propos que « la finalité de son action répondait à la nôtre ». Avec sa nièce et gouvernante Raymonde Lombarde, il cache plusieurs juifs dans sa « sainte maison », de Lille38. Ses anciens élèves savent plus tard qu’il recueille des Juifs à son domicile pendant une bonne partie de l’Occupation. Lors de la création du rassemblement des Résistants d’inspiration chrétienne, ceux-ci se retrouvent chez Antoine Breda à Roubaix. Jules Defaux, président pour le Nord, a déjà accueilli chez lui, à plusieurs reprises, des réunions du CDL. Ce comité a également été hébergé chez la responsable CFTC Maria Engster directrice de l’école de la Ruche à Lille. Jean Catrice, futur député MRP du Nord, accueille chez lui le délégué de la France Combattante dans le Nord, Francis-Louis Closon.

Des actions contrastées

39Dès le départ, une hostilité spontanée se manifeste dans le milieu de l’action catholique :

  • 39 Eugène Descamps, op. cit., p. 32.

« De la Résistance, nous ne connaissions que quelques papiers, qui nous parvenaient de temps en temps. Des papiers ronéotypés, faits par des militaires, des jeunes, quelques militants syndicalistes, mais sans liaison entre eux : France d’Abord, Combat, n’importe quel titre, des tracts ronéotypés en cinquante exemplaires. Fin 1940, on a commencé à parler un peu de de Gaulle. On ne savait même pas très bien écrire son nom »39.

40Il s’agit aussi de préserver les institutions ecclésiales : geste naturel d’autodéfense mais aussi d’opposition devant certaines mesures du régime. Lors d’une réunion du 22 mars 1942 à Arras, le Secrétariat social, unanime, proteste contre toute étatisation des associations familiales : « le rôle de l’État est d’aider, de coordonner non de se substituer ou de fusionner ». Cette critique rejoint l’argumentaire utilisé contre la Charte du Travail.

  • 40 Archives de Jules Catoire. Billet du 22 mars 1942.

41L’accueil des réfugiés fait partie des priorités : les organisations chrétiennes durant la débâcle de mai-juin 1940 assurent des fonctions de suppléance ; elles prennent en charge des évacués, organisent diverses collectes. Suite à une réunion du secrétariat social d’Arras en mars 194240, après l’exposé de l’avocat Philippe Gerber sur la pénible situation des réfugiés, il est décidé de les repérer pour constituer avec eux une association. D’autre part, les évacués de la côte sont pris en charge à Arras du 15 janvier au 23 mars 1942 : 99 d’Outreau, 77 de Boulogne, 59 du Portel soit 235. Durant l’été 1942, la JEC met en place 200 centres d’accueil de militants au lieu de 80 avant - guerre. Fernande Arfaut, permanente jociste avant-guerre, participe à des collectes pour les prisonniers et les réfugiés. La JOC s’implique également dans la solidarité envers les prisonniers, des réfractaires au STO mais aussi des sinistrés à Dunkerque, Boulogne, Calais, Lille. En tant que président de la fédération JOC Lille-Ouest, Eugène Descamps organise la collecte après les bombardements de Lomme puis de Fives-Lille en mobilisant des centaines de jeunes ouvriers, de scouts, de jocistes qui apportaient du ravitaillement. Un affrontement survient lorsque la préfecture exige que tout passe par le Secours national au nom de la loi :

  • 41 Eugène Descamps, op. cit., p. 43.

« Votre loi est ce qu'elle est. Pour moi, il y a une loi qui lui est supérieure, celle que Dieu m’a enseignée. Il faut que je m’occupe des autres, que je me préoccupe de leur sort, et le meilleur moyen est de faire ce que je fais vite et bien, et non de nous mouler dans le Secours National. Le service que vous pouvez nous rendre, c’est de faire délivrer aux responsables des laissez-passer pour les zones sinistrées ». Finalement, le fonctionnaire de la Préfecture a laissé faire. Il grognait, car, quand nous récoltions 100 000 F ; eux ne récoltaient que 10 000 F »41.

  • 42 Archives de Germaine Lorge. Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.
  • 43 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 129.

42Suzanne Capet, originaire de Saint-Martin Boulogne, infirmière de la Croix-Rouge, se montre d’un courage à toute épreuve lors des bombardements du Portel et lors des combats de la Libération. Elle prend en charge l’évacuation des vieillards et des enfants vers Luxeuil, Pau, le département de la Nièvre en février 1944. Ayant été décorée de la Croix de guerre en 1947, elle reçoit également la Légion d’honneur, ainsi que la médaille Florence Nightingale en 1984, distinction rarissime accordée aux infirmières qui ont fait preuve d’héroïsme en temps de guerre42. Françoise Charlet est chargée de l’aide aux prisonniers sans famille par le comité local d’Haubourdin. Dès l’année 1940, son mari se retrouve en captivité. Elle décide de seconder son frère qui, refusant de partir au STO, entre en résistance dans le groupe de son vicaire, l’abbé Prévost, rattaché à l’OFACM, l’Organisation franco-anglaise du capitaine Michel. À la suite de la mort de son frère dans un combat contre l’occupant le 29 août 1944, Françoise Charlet reçoit la visite de la Gestapo qui perquisitionne en vain son habitation43.

  • 44 Interview de l’abbé Deroo, 4. 01.1993.

43Une autre action mérite d’être soulignée malgré son apparente ambiguïté : le sauvetage de vies grâce à des contacts chez l’occupant. Le père Deroo se fait le défenseur de personnes condamnées à mort. Le hasard veut qu’il fasse connaissance personnellement, lors de vacances de Pâques passées à Gravelines, en 1941, dans le cadre d’un ministère, du major Schmidt, ancien professeur à Tübingen : « si vous avez besoin d’un service, n’hésitez jamais, ma porte vous est ouverte ». Or le maire d’Hazebrouck a été arrêté par la Gestapo pour propos trop libres devant un officier. Un cousin vient avec le frère du maire et son avocat : « nous sommes partis immédiatement à Lille, il n’était pas là, j’avais préparé un exposé écrit, j’ai demandé à le transmettre au major, celui-ci m’a répondu le lendemain et le maire a été libéré »44.

Les actions clandestines

  • 45 Marc Sueur, op. cit., p. 631.
  • 46 Pierre Baudelicque, Histoire d’Étaples, Saint-Jossse, Imprimerie du Moulin, 1996, p. 300.
  • 47 Aurélie Rangognio, « Saint-Omer sous le poids de l’Occupation », Mémoires de guerre du Pas-de-Cala (...)

44Plus classiques, sont les participations à des réseaux d’évasion ou d’évacuation. Des prêtres sont en contact avec La Voix du Nord naissante pour assurer le départ des soldats qui refusent la captivité. L’abbé Masai, aumônier militaire de l’armée belge, à Tournai, incite les prisonniers en route vers l’Allemagne à s’évader. L’abbé Carpentier d’Abbeville coopère à une filière destinée à aider au passage de la Somme et à mener les soldats en zone non occupée. Il est arrêté le 8 décembre 1941 alors qu’il s’apprête à faire franchir la Somme à un nouveau groupe45. L’abbé George Haudiquet, curé de Beussent, est fusillé avec la famille Chevalier le 14 mai 1942 à Arras, « pour avoir hébergé des soldats anglais et favorisé leurs activités » ; il a récupéré, entre autres, un pilote de la RAF le 16 août 1941.46 La témérité de l’abbé Courquin, curé de la paroisse Saint-Denis à Saint-Omer fait l’objet d’un commentaire de Pierre Corvisier, dans son journal du 23 mai 1941 : « le curé de Saint-Denis est trop patriote. Il se permet en chaire de dire trop ce qu’il pense, si ça continue, il va se faire coffrer ; c’est lui qui s’occupe de faire passer des gens en France libre ». Il est en effet membre, dès mai 1940, d’un petit groupe qui sert de filière d’évasion aux Britanniques traqués en compagnie de Désiré Didry, décapité à la prison de Dortmund en juin 1943. Lors de ses funérailles, l’abbé Courquin rappelle que « l’amour de la patrie est presque aussi naturel à l’homme que l’amour de ses parents comme dans le pays où nous sommes nés, dans la société dont nous sommes les membres, nous retrouvions les deux êtres dont nous tenons le sang »47. René Bonpain organise le passage d’hommes vers la zone libre vers la clandestinité par refus des réquisitions de main-d’œuvre : à partir de Lens, deux fois par semaine, ils sont transportés dans des camions à double fond. Il participe au réseau Zéro-France fondé à Roubaix en juin 1942, à l’initiative des services du gouvernement belge de Londres qui veulent assurer pour le Nord-Pas-de-Calais le passage de concitoyens, ou d’aviateurs alliés.

  • 48 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 214. La Voix du Nord, 7.03.1981.

45Marie Duriez et Arthur Duriez, employé à la Manufacture des tabacs de Lille et militant du Parti démocrate populaire durant l’entre-deux-guerres participent activement à cette activité clandestine. Domiciliés à Lezennes, ils sont impliqués, dès juin 1940, dans une filière clandestine d’évacuation de soldats français et alliés vers la zone libre. Ils sont également actifs dans le mouvement de résistance La Voix du Nord en hébergeant à leur domicile l’un des deux fondateurs, l’ancien maire de Bailleul, membre de la Jeune République de Marc Sangnier, Natalis Dumez. Ils recueillent des armes et la machine à ronéotyper qui imprime les numéros 31 à 38 du journal clandestin. En contact avec les responsables syndicalistes du secteur minier, ils leur transmettent les exemplaires du journal clandestin en vue d’une diffusion individuelle48.

  • 49 Danielle Delmaire, Yves-Marie Hilaire, op. cit, p. 447, 454. Témoignage de Louis Huyghe, ibidem, p (...)
  • 50 Ibidem, p. 454-459.

46L’accueil est quelquefois multiconfessionnel. Jean Bernard, nom de guerre d’Albert Prouvost, catholique convaincu, qui aide le maire socialiste de Roubaix, Victor Provo, à soustraire des réfractaires aux recherches des Allemands, collabore étroitement dans la résistance avec deux protestants. Les uns et les autres s’unissent pour cacher des juifs. De son côté le chanoine Raymond Vancourt, professeur des Facultés catholiques, entre en relation également avec des protestants, notamment le pasteur Fabre de Lille, dans le cadre de ses activités résistantes ; il observe à ce propos que « la finalité de son action répondait à la nôtre ». Ce titulaire de la médaille des Justes aide Louis Huyghe à recruter pour un réseau dont il est le fondateur. En lien avec le pasteur Nick, l’abbé Oscar Rousseau, vicaire à Mons-en-Baroeul, cache des enfants juifs et reçoit également la médaille des Justes49. Une autre personnalité pratique l’entente interconfessionnelle. L’abbé Robert Stahl œuvre avec Léon Léser, le pasteur Nick et rencontre régulièrement le cardinal Liénart qui est au courant de ses activités. Il bénéficie d’un réseau de sociabilité et de refuges religieux pour dissimuler ces enfants et du concours tacite de certains policiers qui recommandent à des parents juifs de placer leur enfant sous sa protection50.

  • 51 Une des originalités du MOC dans le diocèse d’Arras est la forte synergie entre la JOC et la CFTC (...)
  • 52 Eugène Descamps, op. cit., p. 37.
  • 53 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 101.

47Dans la presse de résistance, la diffusion des Cahiers du Témoignage chrétien est organisée dans chaque département. Jules Catoire, le coordinateur, est aidé par son réseau de syndicalistes pour le Pas-de-Calais. Sur la place d’Arras comme dans le bassin houiller, des syndicalistes diffusent cette feuille de résistance chrétienne. Les cahiers s’attachent à justifier sur le plan théorique le refus de la Charte du Travail ; ils sont des outils de réflexion, des références dans les réunions des chrétiens de la LOC, puis du MPF ou du Mouvement Ouvrier chrétien51 : « nous avions les Cahiers de Témoignage chrétien qui nous parvenaient de temps à autre, par parquets de cinquante ou cent, qu’il fallait distribuer discrètement, rapidement » rappelle Eugène Descamps52. Le mouvement La Voix du Nord est dirigé par un fidèle du parti démocrate populaire, Natalis Dumez et un socialiste, Jules Noutour. Dès septembre 1940, une filière d'évasion est mise en place puis une feuille va aboutir au journal La Voix du Nord tiré à 900 exemplaires puis à 400053.

  • 54 Archives diocésaines d’Arras.
  • 55 André Caudron, « Démocrates chrétiens de la région du Nord dans la Résistance », Revue du Nord, no(...)
  • 56 Alain Cherrier, « Un exemple de résistance chrétienne, l’abbé Émile Descarpentries et le Denaisis, (...)

48L’engagement dans la résistance concerne enfin des prêtres et des laïcs. Dans le clergé, à côté de ceux qui sont plus attirés par les réseaux et mouvements de l’OCM et de La Voix du Nord, d’autres, plus rares, s’intègrent aux FTP. L’abbé Lorent, curé de Sains-en-Gohelle en fait partie à la Libération après avoir été à l'OCM et au Front national où se retrouvent également Aimé Vanhove et Bernard Carpentier. L’action de l’abbé Aimé Fiquet est également spectaculaire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est considéré comme un « résistant acharné ». Recruté par l'OCM en 1943 pour le secteur Étaples-Le Touquet, il fournit des renseignements militaires, offre l’hébergement à des responsables OCM locaux, Germain, Pecceu, et Fourrier. Il reçoit des dépôts d’armes au presbytère, gère le recrutement du groupe OCM local et la participation aux combats de la Libération. Il détient dans son presbytère un poste émetteur de radio54. L’abbé Henri Jenny est responsable de La Voix du Nord pour le secteur de Cambrai55 alors que son frère cadet Jean Jenny diffuse Témoignage chrétien dans l’arrondissement d’Avesnes. L’abbé Émile Descarpentries cache et fait évader des soldats alliés. Avec comme nom de code « Denise », il s’engage dans le réseau Kleber qui fournit des renseignements à Londres, et recrute dans la JOC des résistants pour son groupe affilié à l’OCM56. Ce gaulliste intransigeant n’est pas toujours bien vu par ses confrères.

  • 57 André Caudron, « Démocrates chrétiens de la région du Nord dans la Résistance », op. cit, p. 614-6 (...)

49Des jeunes militants d’action catholique se lancent également dans la résistance au sein de la zone occupée. Le groupe des Jeunes Patriotes est fondé le 5 juin 1940 par des jocistes du Dunkerquois autour de Michel Hochard : ils ont pour but de récupérer le matériel de guerre abandonné par le corps expéditionnaire anglais et l’armée française. Au début 1941, sous la direction de René Deconninck, président fédéral JOC de Dunkerque, le mouvement s’étend dans le Pas-de-Calais à Saint-Omer, Calais ; il compte alors 500 membres actifs pour la région. En 1941-1942, les actions s’orientent vers la diffusion de tracts, le renseignement surtout d’ordre militaire sur la zone côtière de Calais, Boulogne, Berck, qualifiée de zone rouge. Joseph Simon, jociste, futur responsable syndicaliste, y travaille pour le réseau anglais French Occupation. À partir de 1943, la mise en place du STO accélère l’implication des militants du mouvement catholique en faveur des réfractaires. Dans le souci de l’éviter au plus grand nombre, Michel Hochard, nommé délégué du comité anti-déportation, en lien avec le CNR, pour la région Nord, met en place un service de faux papiers, de cartes de ravitaillement. Fin juillet 1944, plus de 10 000 jeunes auraient évité le STO dans les cinq départements du Nord. En octobre 1943, Michel Hochard devient le responsable pour la région nord des « Jeunes Chrétiens combattants », organisation nouvellement instituée selon le souhait de Georges Bidault président du CNR57 :

50Joseph Martin d’Auray, militant du PDP, alias capitaine Ficquot, commandant du secteur « La Voix du Nord » de Courrières dans les mines du Pas-de-Calais, se trouve à la tête de 600 hommes. Parmi eux des démocrates chrétiens ont été recrutés dans les communes environnantes. Son épouse, Thérèse Martin d’Auray, aide efficacement son mari dans la résistance comme agent de liaison chargée du transport d’armes ou de munitions. Le 26 juillet 1944, elle est aux côtés de son mari lors de l’attaque et de la destruction de l’écluse de Don-Sainghin. Elle fait partie du comité régional d’initiative du rassemblement des Résistants d'Inspiration Chrétienne créé en juin 1944. Lors des combats de la libération, elle prend en charge, à partir du 1er septembre, l’intendance des FFI chargée de servir près de 700 rations par jour.

Conclusion

51S’il est évident que le mouvement catholique dans son ensemble ne représente pas un élément constitutif ni de la clandestinité ni de la résistance à l’occupant, les positions prises, notamment dans le Pas-de-Calais, ont contribué à lui donner une orientation d’abord méfiante puis franchement hostile à l’occupant. Le caractère dominant de ce monde en plein essor dans les années trente tient à sa grande variété : il est constitué de composantes ecclésiales telles que la JOC, la JIC, la JEC mais aussi des associations familiales dont les locaux appartiennent aux associations diocésaines. Les syndicalistes chrétiens disposent d’immeubles qui leur sont propres. Cette diversité en fait sa force mais également sa faiblesse. Il s’agit toujours, dans ces presbytères, ces locaux syndicaux, ces couvents d’actions ponctuelles, souvent non organisées, toujours minoritaires. Des personnalités ont choisi de résister : ils s’engagent dans un combat de défense de l’Église, de leur mouvement ou de leur syndicat chrétien, mais aussi par réflexe patriotique. Ainsi apparaissent des figures de prêtres résistants comme les abbés Bonpain, Lorent, Fiquet. D’autres, comme l’abbé Stahl, ont sauvé au péril de leur vie et des établissements où ils se trouvent, des enfants juifs. Les laïcs ne sont pas en reste : ce sont surtout de jeunes jocistes qui suivent l’exemple de militants syndicalistes chrétiens comme Jules Catoire, Louis Delaby dans le Pas-de-Calais, Robert Vansieleghem dans le Nord. Ils utilisent leurs milieux de vie pour cacher des évadés, des résistants, établir des réseaux ou se sont eux-mêmes engagés, quelquefois au péril de leur vie, dans une action au nom de la défense d’une certaine conception de l’homme en lien direct avec les valeurs évangéliques.

Notes

1 André Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Lille Flandres, t. 4, Paris, Beauchesne, Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, 1990, p. 214-215.

2 Eugène Descamps, Militer, une vie pour en engagement collectif, Paris, Fayard, 1971, p. 32.

3 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras : réunion du 16 février 1941 : USIC (Union sociale d’ingénieurs)

4 Archives de Jules Catoire : procès-verbal de la réunion de la commission administrative du 20 novembre 1943.

5 Nord social no 607, juin-juillet 1946.

6 Nord social, no 589, octobre 1944.

7 Nord social, no 610, octobre 1946.

8 Nord social, no 642, septembre 1949.

9 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

10 Archives de Jean Sauty.

11 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

12 Bruno Béthouart, Un siècle de combat syndical. L’histoire de la CFTC-CFDT du Nord-Pas-de-Calais. 1893-1998, Lille, ARHOS, 2007, p. 41.

13 Selon le liquidateur Jules Catoire. Archives de Jules Catoire.

14 Interview de Bernard Catoire le 22.12.1992.

15 Robert Vandenbussche, « Opinions et attitudes de chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, no 238, juillet-septembre 1978, p. 541.

16 Interview de Bernard Catoire, 22.12.1992.

17 Interview de Paul Verneyras, 4.03.1993.

18 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

19 Interview de Jules Catoire, 19.07.1985.

20 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

21 Interview de Louis Beugniez le 20.02.1978.

22 Bruno Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, coll. Histoire, 1996, p. 102-103.

23 Ibidem, p. 141.

24 Louis Delaby, La trouée, Liévin, Imprimerie l’Artésienne, 1977, p. 135.

25 Nord Social, no 602, décembre 1945.

26 Nord Social, no 589, octobre 1944.

27 Eugène Descamps, op. cit., p. 34.

28 Ibidem, p. 39.

29 Marc Sueur, « Des chrétiens dans la Résistance : l’exemple de « La Voix du Nord », Revue du Nord, no 238, juillet-septembre 1978, p. 630.

30 Témoignage de M. Levy, « Eglises et chrétiens pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Nord-Pas-de-Calais, Revue du Nord, no 237, avril-juin 1978, p. 459.

31 Jonathan Wicke, Les Justes duNord-Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise, Boulogne, Université du Littoral Côte d’Opale, 2001, p. 73.

32 Marc Sueur, Revue du Nord, op. cit., p. 631.

33 Danielle Delmaire et Yves-Marie Hilaire, « Chrétiens et Juifs dans le Nord-Pas-de-Calais pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, no 237, avril-juin 1978, p. 454.

34 Ibidem

35 André Caudron, « Être séminariste sous l’Occupation en Zone interdite », Memor, no 17, juin 1993, p. 36-37.

36 Robert Vandenbussche, op. cit., p. 541.

37 Hans Umbreit, « Les services d’occupation allemands et les églises chrétiennes en France », Revue du Nord, no 237, avril-juin 1978, p. 306.

38 Jonathan Wicke, op. cit., p. 75.

39 Eugène Descamps, op. cit., p. 32.

40 Archives de Jules Catoire. Billet du 22 mars 1942.

41 Eugène Descamps, op. cit., p. 43.

42 Archives de Germaine Lorge. Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.

43 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 129.

44 Interview de l’abbé Deroo, 4. 01.1993.

45 Marc Sueur, op. cit., p. 631.

46 Pierre Baudelicque, Histoire d’Étaples, Saint-Jossse, Imprimerie du Moulin, 1996, p. 300.

47 Aurélie Rangognio, « Saint-Omer sous le poids de l’Occupation », Mémoires de guerre du Pas-de-Calais-XXe siècle, Comité d’Histoire du Haut-Pays, t. 15, année 2003, p. 69, 78.

48 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 214. La Voix du Nord, 7.03.1981.

49 Danielle Delmaire, Yves-Marie Hilaire, op. cit, p. 447, 454. Témoignage de Louis Huyghe, ibidem, p. 687.

50 Ibidem, p. 454-459.

51 Une des originalités du MOC dans le diocèse d’Arras est la forte synergie entre la JOC et la CFTC grâce notamment au père Joseph Hébert, aumônier de la JOC, mort au champ d’honneur en avril 1940 et dont le souvenir est régulièrement rappelé durant l’occupation.

52 Eugène Descamps, op. cit., p. 37.

53 André Caudron, Dictionnaire biographique, op. cit., p. 101.

54 Archives diocésaines d’Arras.

55 André Caudron, « Démocrates chrétiens de la région du Nord dans la Résistance », Revue du Nord, no 238, juillet-septembre 1978, p. 593.

56 Alain Cherrier, « Un exemple de résistance chrétienne, l’abbé Émile Descarpentries et le Denaisis, d’après le témoignage de M. Albert Brice, pharmacien, membre de La Voix du Nord », Revue du Nord, no 238, juillet-septembre 1978, p. 695-697.

57 André Caudron, « Démocrates chrétiens de la région du Nord dans la Résistance », op. cit, p. 614-618.

Auteur

Université du Littoral

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540