Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Un organisme d’entraide clandestin populaire : Solidarité, Croix Rouge du front de l’indépendance

José Gotovitch

Texte intégral

« Il est dans la nature même de l’occupation de hêtre pas un événement, ou de ne l’être que le premier jour. On ne l’a pas choisie, on n’est pas libre d’y mettre fin ».

1Cette réflexion de Félicien Marceau qui choisit alors le camp opposé donne à mes yeux une juste évaluation qui confère plus de poids encore au choix fait de transformer ce « non-événement » en événement par le fait même de résister.

2Mais quand une femme ou un homme franchit le pas de rompre l’inactivité protectrice ou cette pâle indifférence, connotée souvent d’égoïsme, il ou elle se retrouve dans la clandestinité, hors la loi et plus esseulée encore car emmuré par la peur, les peurs permanentes de la chute, de l’arrestation. Car désormais, chaque élément de sa survie - logement, papiers, nourriture - est suspendu à la chaîne dont il est à la fois l’aboutissement, la justification, la raison d’être : la solidarité d’une collectivité, fortuite ou organisée.

3Et l’action est certainement la seule échappatoire à l’angoisse. Mais toute guerre, a souligné Arthur Koestler dans Un testament espagnol, se compose de 10 % d’action seulement et de 90 % de souffrance passive, à plus forte raison la guerre clandestine. En résistance, l’héroïsme ne se conjugue pas au quotidien. D’autant que le père de famille, l’époux, l’épouse, le fils ou la fille multiplie son angoisse par la question obsédante : que deviendra-il, que deviendra-t-elle, si je tombe ? C’est dire qu’au cœur de la vie du clandestin, le terme solidarité est un vocable doté d’une signification vitale, pour lui-même et pour tous ceux qui lui sont chers.

4C’est plus prosaïquement une nécessité élémentaire pour toute organisation de résistance. Aussi est-ce sans imagination particulière qu’en même temps qu’il plongeait définitivement dans la clandestinité et subissait aussitôt la répression allemande, le Parti communiste mit concurremment sur pied une structure d’aide aux victimes de celle-ci qu’il baptisa Solidarité.

5Dans ce bref survol de son activité, nous voudrions tenter de mesurer l’adhésion de la population à son action et en comprendre les ressorts. Car dès le départ, en effet, l’organisation entendit concerner l’ensemble de la population, constituer un instrument de sa mobilisation en même temps qu’en tirer sa subsistance.

L’organisation

  • 1 José Gotovitch, « Introduction à l’histoire de la déportation : le convoi du 22 septembre 1941 », (...)
  • 2 José Gotovitch, Les “organisations de masse” de l’Internationale Communiste en Belgique, Première (...)
  • 3 Archives du PCB, clandestinité, Carcob, et Archives de Solidarité, Front de l’Indépendance (versée (...)

6C’est la vague d’arrestations de l’opération Sonnewende, le 22 juin 1941, qui crée l’urgence de venir en aide aux familles des victimes. Besoins importants dès le départ comme l’indique le fait que sur les 255 déportés du premier convoi de concentrationnaires emmenés de Belgique le 21 septembre, 165 ont été arrêtés ces jours-là1. Une tradition existe dans le PCB, basée que les riches expériences du Secours ouvrier et du Secours Rouge, que l’occupation a cependant anéantis2. Aussi, cette première Solidarité, désignée très vite comme « SOL », n’est qu’un secteur spécifique de la trésorerie du PC, secteur tenu très méticuleusement au sommet : la trésorerie centrale du PCB distingue très clairement SOL, soutien au PCB et cotisations des membres3. Le chemin parcouru sera celui d’une autonomisation de plus en plus marquée de SOL. Quand se constitue le Front de l’Indépendance, le PC l’institue au sein de celui-ci comme une organisation fondatrice distincte qui se pare d’ailleurs de l’appellation « Croix Rouge du Front de l’Indépendance ». SOL s’inscrit donc bien dans la stratégie communiste de construction frontiste, le PC en assumant, par nécessité initialement, politiquement ensuite, une tutelle constante. Il continue à récolter en son sein le soutien financier et matériel, ses militants sont les initiateurs des comités SOL. Mais les directives aux dirigeants fédéraux sont claires : il faut veiller à constituer des comités distincts, actifs, largement ouverts aux non communistes, pour assurer des rentrées plus abondantes, mais surtout pour rendre plus effective la politique de front.

7Et dans certaines régions, la réussite est effective et parfois paradoxale. En avril 1944, le responsable bruxellois est à la fois fier et inquiet de son bilan : à Bruxelles et en Brabant wallon, se sont constitués 43 comités SOL (23 à Bruxelles et 20 dans le Brabant Wallon). Mais le PC n’est présent que dans 21 de ceux-ci !

8Cette présence réellement imposante sur le terrain s’exprime par l’existence de journaux clandestins spécifiques. Ils jouent un rôle essentiel. Ils garantissent effet le sérieux de la chaîne de récolte et protègent contre d’éventuels escrocs car les versements y sont soigneusement répertoriés. Mais aussi, par les dédicaces significatives qui accompagnent les dons, ils témoignent de la diversité sociale, idéologique et linguistique des donateurs. Ils témoignent également par leur nombre et leur chronologie de la présence effective de l’organisation dans le pays.

9Le schéma ci après permet, en effet, de lire des débuts balbutiants en 1942, le démarrage dans le premier semestre de 1943 qui couvre l’ensemble du pays, le sommet atteint au tournant de 1943-1944 avec 27 titres, et l’éparpillement à partir du débarquement, d’autres tâches accaparant manifestement militants et population.

  • 4 Maxime Steinberg, L'Etoile et le fusil, La traque des Juifs 1942-1943, Vie Ouvrière, Bruxelles, 19 (...)

10Tributaire des documents conservés, le plus ancien état des lieux nous vient de Flandres pour novembre 1941. Sept comités régionaux SOL sont signalés, dont ceux d’Anvers, Gand, Alost. Le montant récolté entre juillet et novembre varie mensuellement entre 4 000 et 6 000 francs. De juin à décembre, 30 000 francs ont été réunis, alors que le soutien au parti plafonne à 12 000 francs et le montant des cotisations atteint 4000 francs. C’est dire que la solidarité avec les victimes l’emporte sur le soutien partisan. En tête vient Anvers avec près de 15 000 francs rassemblés dont l’essentiel découle de deux sources bien identifiées : la MOI (main-d’œuvre immigrée) en clair les communistes juifs, nombreux et remarquablement organisés dans la métropole avant le déclenchement de la persécution systématique4, et par ailleurs les intellectuels, dont le milieu enseignant fournit la part principale. Signalons qu’à Charleroi, initialement, les Juifs de la MOI assureront également une part importante des récoltes de fonds.

11L’année 1942 voit croître et le nombre des familles soutenues et les sommes collectées. Toujours en Flandres, en mai 1942, 70000 francs récoltés dont Anvers assume 47 000 francs. C’est aussi dans la métropole que se constitue un réel comité pluraliste, comportant un socialiste, et bénéficiant d’importants donateurs libéraux. Les rapports conservés de ce comité exemplaire permettent de mesurer et de qualifier les soutiens octroyés.

12Ainsi, pour février 1942 :

  • 30 familles soutenues, le coût s’élève à 11 000 F par mois,
  • 20 femmes aidées ; chacune reçoit 100 francs par mois
  • 1 envoi est effectué en préventorium
  • 1 000 francs mensuels sont consacrés aux envois destinés aux prisonniers en plus des dons en nature,
  • 400 timbres de pain sont distribués mensuellement ainsi que 150 de viande.

13De plus SOL fournit des adresses pour des repas à prendre dans une famille et des possibilités pour 2 ou 3 nuitées occasionnelles. Pour ce faire, le comité repose sur 25 « activistes » et touche ainsi 850 personnes.

14Par comparaison, Alost prend alors en charge 3 illégaux et récolte 1 050 francs par mois.

  • 5 Vlaamsche Kommunistische Partij

15Ainsi, à différentes échelles, le démarrage de 1942 est manifeste et les résultats peuvent sembler fructueux. Ils sont et seront le résultat d’efforts qui ne vont pas se relâcher. Les directives de SOL qui, désormais, irriguent l’organisation, pêchent par répétition ; elles sont rendues nécessaires par une valse soutenue des cadres qui, comme dans tout l’appareil clandestin, fluctuent énormément en fonction des arrestations mais aussi des mutations. Selon les régions, les fonctions remplies ou plus réellement attribuées à SOL par le PCB peuvent varier. Ainsi en mars 1942, la directive 216 émanant du VKP5 rend Sol responsable pour les logements des illégaux ainsi que de leur entretien : en clair dans cette vision, SOL joue un rôle plus axé sur l’appareil clandestin que le soutien aux victimes.

16Les définitions fluctuent donc encore quelque peu, mais des thèmes récurrents apparaissent.

171. Sortir du cadre du PC à la fois en ce qui concerne les récoltants et les comités. Il s’agit de s’adresser à toutes les couches de la population

18Ainsi à Tournai, le comité précise bien aux « Chers compatriotes » :

« Nous savons qu’il n’est pas donné à tous de participer à la guerre contre le nazi et ses collaborateurs comme le font les partisans et les réfractaires, les illégaux, mais tous vous pouvez contribuer au soutien financier de cette vaillante armée de la résistance.

Ouvriers, employés, fonctionnaires, bourgeois industriels commerçants, cultivateurs qui êtes encore au milieu de votre famille, qui mangez à la table familiale, couchez dans un bon lit, pensé (sic) à ces femmes à ces enfants qui, depuis des mois, pour certains des années, n’ont plus la moindre nouvelle du mari ou du papa que la Gestapo est venue arrêter... ».

19Soutenir Sol est donc participer à la guerre :

« Solidarité est, à présent, plus que jamais un organisme de combat au même titre que tous les autres. Ses cadres ont acquis une expérience de l’illégalité qui lui confère une importance que beaucoup envient... ».

20Même si ces lignes, signées d’un comité régional du Front de l’Indépendance, reflètent plus un objectif qu’une réalité, c’est ainsi que se pense désormais l’organisation. Et cette guerre chacun peut la faire. C’est ce qu’explique un tract borain :

« Vous versez chaque semaine à un collecteur de SOL. Pourquoi ne deviendriez-vous pas un collecteur à votre tour ? Dans votre bureau, atelier, à votre pause, votre école, formez un petit comité pour augmenter vos contacts... ».

21Caractéristique, également, de cette volonté d’entraîner toutes les couches de la population dans cette action patriotique, est l’emploi, dans les textes, de notions emphatiques en majuscules :

22Héroïsme, Souffrance, Patriotisme, Courage, Devoir. Les « cendres de Claes » battent fréquemment sur les poitrines...

  • 6 Richtlijnen 209, (s) « Jan », sd, Carcob : « une pratique sectaire de rester entre nous ».

232. Sortir du cadre du PC, c’est également combattre un certain sectarisme de l’aide, une tendance dénoncée comme une « sectarische praktijk van « onder-ons » te blijven »6. Les directives le martèlent : Sol aide toutes les victimes de la répression, sans aucune distinction de quelque titre que ce soit. Et de préciser aussi bien les catholiques que les anglophiles. De plus, les exigences sont formelles : une directive dénonce le fait que certains comités ajustent leur aide à la hauteur de leurs rentrées. Ce n’est pas admissible : 20 francs par épouse et 10 par enfant sont le strict minimum quotidien. Cet engagement à soutenir toutes les victimes est une antienne répétée tant en interne que dans les tracts et journaux diffusés.

  • 7 Trace du travers qui précède : une circulaire aux directions fédérales du PC insiste sur l’importa (...)

24L’année 1942 connaît également deux mobilisations spécifiques. La déportation des travailleurs en Allemagne, décrétée en octobre, entraîne la demande (mais est-elle assurée ?) de verser immédiatement 250 francs aux familles par prisonnier afin de leur permettre de les envoyer à l’intéressé. Le déclenchement des rafles et de la déportation des Juifs entraîne également une série d’appels pressants de la direction nationale aux responsables de SOL afin de déployer et d’organiser la solidarité principalement en direction des enfants afin de les placer, de procurer aux hébergeurs argent et timbres. Manifestement, il s’agit d’initiatives qui démarrent avant que la structure CDJ les relaie de la manière remarquable que l’on sait. On ignore donc leurs suites réelles.7

  • 8 Ceux-ci sont rétribués entre 1000 et 1800 frs mensuels selon un barème des responsabilités. Archiv (...)

25Le tournant de l’année 1943-1944 marque un réel changement d’échelle dans l’activité de l’organisation. Les besoins ont crû avec l’explosion du nombre d’emprisonnés, de déportés, de fusillés. En même temps, malgré les difficultés de survivre au quotidien, la misère réelle qui étreint une bonne partie de la population, l’apport de celle-ci va croître massivement, indiquant bien l’évolution de l’état d’esprit aux composantes multiples sur lesquelles nous revenons ci-après. Ainsi les souvenirs d’un responsable concordent bien avec les comptes retrouvés. Souvent les chiffres accrochent la mémoire mieux que les noms et les dates ! Sur le plan de Bruxelles, les besoins s’élèvent à 500 000 francs belges de l’époque (salaire moyen 1500 francs/mois) pour les familles arrêtées. Sur cette somme, le PC apporte mensuellement, via ses sections bruxelloises 70 000 F, somme équivalente mais distincte de celle qu’il doit trouver pour rétribuer ses cadres clandestins au nombre, à cette époque, d’une cinquantaine8. C’est donc en dehors de ses rangs que SOL a recruté entre 800 à 900 donateurs qui lui permettent d’assurer, 800 francs pour un chef de famille, 600 par adulte isolé et 400 par enfant. Par comparaison, à prendre avec précaution, le Fonds Truffaut Delbrouck, organisme liégeois socialiste de solidarité récolte pour les mêmes objectifs, en janvier 1944, 102 800 francs. Face à cette souscription populaire clandestine, le gouvernement de Londres assure via le réseau Socrate, pour Liège uniquement, près de 24 millions pour les réfractaires. Nul doute qu’une certaine surenchère du soutien puisse intervenir parfois chez certains comme arme de recrutement.

Les moyens, l'efficacité, les résultats

Qui ?

  • 9 Andrée Rueff, biographie dans José Gotovitch, Du Rouge au tricolore, Bruxelles, 1992, p. 557.

26Qui sont les militants spécifiquement SOL ? qui sont les donateurs ? Vu la multiplicité des tâches assumées par les militants clandestins dans leur « carrière » illégale, vu le caractère « effacé » des tâches accomplies dans le cadre de SOL par rapport à d’autres responsabilités plus « exposées » ou glorifiantes, l’identification précise est difficile. Une caractéristique est évidente et relève bien de la répartition sexuée des tâches dont la résistance reproduit les poncifs : il y a beaucoup de femmes dans la structure. Ainsi à Bruxelles, issue de l’Hôpital Saint Pierre où fonctionne une cellule active du PC, c’est une infirmière visiteuse, non-membre du PC au départ, qui devient successivement responsable fédérale de SOL avant d’assumer en finale la responsabilité nationale9.

  • 10 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province (...)
  • 11 À Bruxelles, le grand négociant en vins et alcools Fourcroy est un donateur important et régulier (...)

27On en sait plus sur le Hainaut grâce au travail gigantesque et minutieux de Fabrice Maerten10 qui relève des enseignants, des médecins, des négociants, des policiers et quelques industriels11. Dans le Hainaut toujours, la présence libérale est effective et quelques rares comités régionaux connaissent une dominante socialiste. La présence chrétienne soulève un problème à contours moraux ou idéologiques. En effet, un des grands thèmes du message de SOL est : « Pas d’aumônes ! ».

« Confondre de nos jours « devoir » et « charité » c’est une de ces confusions de l’entendement qu’on peut espérer guérissable. Car nulle victime de la guerre ne demande l’aumône, et cela, c’est ce qu’aucun Belge... n’a le doit d’ignorer. Ne doivent pas tendre la main ceux-là dont tous les biens soufflés par les bombes ne sont plus qu’un souvenir douloureux... ». Pour ceux-là c’est aux autorités publiques qu’incombe la charge d’assistance. « Les appels à la charité publique à ce propos ne servent qu’à une propagande intéressée autant qu’ignoble de l’occupant...

  • 12 Solidarité, Région brabançonne, sn.

Ne doivent pas tendre la main ces femmes et ces enfants dont le seul soutien depuis des mois... leur fut enlevé par un ennemi implacable... Morts ou déportés pour l’indépendance de leur pays, hommes fiers et libres, ils sont sauvés l’honneur de tous... »12.

28La solidarité est bien un combat. Ceci n’empêche pas la présence de chrétiens, en particulier protestants, dans les rangs du Front de l’indépendance et de Sol, en Hainaut.

Moyens

29Les moyens utilisés pour procéder, avec une telle efficacité, à cette véritable collecte populaire relèvent essentiellement de la réception directe d’argent mais aussi à la confection, à la mise en circulation et la vente de documents dont les thèmes récurrents sont la représentation des victimes et la célébration des combattants, résistants belges et grands leaders étrangers (de Gaulle, Churchill, Staline.) Il s’agit très souvent de photos vendues à des prix divers, variant le plus souvent de 1 à 5 francs. Mais soulignons que la détention de celles-ci est compromettante et dès lors l’achat signifie un engagement de ceux qui en font l’acquisition.

Campagnes

30SOL saisit aussi certaines occasions spécifiques pour lancer des « campagnes ». Ainsi pour la Saint Nicolas, ou bien encore une tombola de Pâques pour laquelle elle annonce de « nombreux lots », le prix du billet étant de 10 francs, ce qui implique un lien suivi entre militants et donateurs. Noël ne saurait manquer au tableau. Chaque occasion est bonne pour relever les carences dont souffrent ceux qui sont privés d’un être cher et pour appeler à compenser. On se pose par contre la question de savoir si la suggestion d’organiser des fêtes sous des prétextes divers et sous couverture d’organisations officielles a bien été suivie d’effets. L’une d’elle était prévue pour septembre 1944. Dessins humoristiques, particulièrement caricatures de l’ennemi et de ses collaborateurs, concours de pronostics sur la fin de la guerre font aussi partie du lot : l’imagination ne manque pas pour entretenir les liens entre population et familles de résistants et de victimes.

Nature des dons ?

  • 13 « Les attentats à main armée », La Solidarité, septembre 1943.

31Les relevés minutieux des versements sont clairement explicités et conseillés dans une condamnation des attentats contre les propriétés privées : « Le vrai patriote ne fait pas de chantage, il vous laisse libre du montant de votre don ou de la quantité de marchandises que vous pouvez donner. De plus, chaque donateur a le droit de réclamer l’insertion dans le journal « Solidarité » de ce qu’il a daigné verser. Réclamez donc au commencement du mois à votre collecteur la preuve de la remise de ce don... »13. Et paraissent même des corrections par souci de vérité : « lire VP 705 au lieu de 405 ». Mais ces listes expriment encore bien autre chose.

32Elles nous permettent en effet de déterminer la hauteur des versements qui courent de 5 à 1 000 francs, avec une multitude de dons fort réduits émanant de milieux les plus populaires. Ils distinguent également des collecteurs particulièrement actifs.

33À travers les dédicaces, les mentions imprimées permettent de discerner l’engagement idéologique ou sentimental des donateurs et parfois aussi l’origine sociale. Ce court florilège est révélateur.

34Ainsi les dons en nature :

SOL Liège : « deux fermiers de Boncelles 100 kg de froment »... anonymes : « 1 veston, 1 gilet, des pantoufles », 11 kg de pommes de terre, 100 kg de pommes de terre ; un pain blanc, 2 kg de beurre...

SOL Ath Tournai (juillet 1943) : « 2 barboteuses, 1 gilet de laine, 200 gr de laine, 1 costume garçonnet... », « Possibilité de placer deux enfants »

35Dans ce registre : « trois bébés à naître dont deux pères sont décédés et le troisième en prison. SOL doit constituer une corbeille de linge, de lainage, pour chaque bébé. Offrez-vous pour coudre et tricoter, offrez une brique de savon pour le premier bain... ».

36La diversité idéologique transparaît avec cependant une dominante évidente : « 1000 francs pour que l’URSS triomphe ; pour un buste de Lénine à Liège 100 francs ; en écoutant Londres 10 francs, tous les joueurs de carte 255 francs ; vivement la fin 1000 francs ; pour que le débarquement se fasse avant la chute des feuilles 500 francs. ». Mais aussi, dans Solidariteit, (Louvain Malines) : « Pour Dieu et la Patrie, 200 francs » (octobre 1943) et, plus étonnant encore : « Vive le Roi, 100 francs » (décembre 1943).

Une véritable entreprise sociale

37Nous constatons donc concrètement que l’année 1943 est bien l’année d’un décollage sensible dans la solidarité de la population envers les victimes, corollaire d’un engagement de plus en plus décisif dans l’opposition à sa politique. Une résistance citoyenne, faite de gestes quotidiens, mais significatifs. De son côté SOL dépasse le rôle de collecteur-distributeur en opérant des enquêtes qui témoignent de la réalité de la misère qui atteint les familles qu’il s’agit d’aider, développant son rôle de « Croix Rouge du FI » en se muant en véritable organisation d’assistance sociale.

38Quelques fiches publiées dans son organe central rendent plus concrètes les difficultés vécues autrement qu’en termes généraux :

« Enquête n° 618. Jean L., imprimeur né en 1909, combattant de 40, arrêté en janvier 1942, libéré après 5 mois, arrêté à nouveau en novembre 1943 et fusillé en février 1944. Sa veuve, 33 ans sans profession à la charge d’un fils de 8 ans, tuberculeux, placé au Sana et une fillette de 3 ans et demi, bien portante. Ressources nulles, la seule aide venant des parents de la jeune femme eux-mêmes très éprouvés. Charges considérables, appartement, frais de Sana... (28 février 1944).

Enquête N° 509. Famille particulièrement éprouvée. Les deux frères D., dessinateurs fusillés en même temps en février 1944 après un séjour à Breendonk. La veuve Marcel D. est atteinte d’une grave dépression nerveuse, incapable de travail. Elle a une fillette de 15 ans et un petit garçon de 6 ans, tous deux heureusement bien portants. Pour subvenir à l’entretien du ménage, elle a été obligée d’emprunter depuis l’arrestation de son mari (juillet 1943) près de 10 000 F (12/3/44).

Enquête 683. Roger D., instituteur, 30 ans, combattant de 40, prisonnier de guerre, arrêté en nov. 1942, interné à Saint Gilles, déporté en Allemagne, sans nouvelles depuis lors. Son épouse, 25 ans, a la charge de deux filles de 3 et 2 ans. L’aîné est une enfant débile. Mme D. jouit, comme ressources, d’une pension mensuelle de 300 F et d’une allocation familiale de 300 F également. Manque de chaussures, de chaussettes ; pas de draps, de couvertures, d'essuie-mains. Femme très courageuse, très travailleuse, très propre. A été obligée, pour vivre, d’emprunter près de 6 000 F (12/5/44).

Enquête 597. Jos VC., ingénieur commercial né en 1908, combattant de 40, arrêté en avril 1943, interné à Saint Gilles puis Breendonck. Ses parents apprirent son exécution par avis officiel. Sa veuve est atteinte de péritonite chronique. Traitement extrêmement coûteux. Mme VC. à la charge de sa mère et dispose, comme seules ressources, d’une aide confidentielle de 910 F versés mensuellement (16/2/44) ».

39Ces cas présentés sans commentaires ni misérabilisme traduisent sobrement des situations tragiques qui justifient le soutien sollicité. Ils montrent par ailleurs le travail de base mené par SOL.

Conclusions

40De cette première approche du mouvement Solidarité., nous pouvons dégager quelques traits significatifs de cette organisation peu ou pas étudiée.

41En premier lieu, la durée ainsi que l’importance des sommes récoltées indiquent une réelle adhésion aux objectifs affichés et traduisent une conscience partagée des effets de la répression. Il est possible de parler d’une véritable solidarité populaire dont les contours dépassent de loin les noyaux initiaux et conforment le caractère de masse du Front de l’Indépendance dont SOL se réclame. On peut affirmer que les frontières idéologiques sont partiellement franchies. Souvent même, et sans doute le plus souvent, celles-ci ne sont d’ailleurs pas perçues.

42Outil à la fois psychologique et politique, le don, si minime soit-il, engage le donateur et l’intègre moralement à la résistance. Il s’agit bien d’une participation au combat. En même temps, l’aide effective est capitale même si les coups de force des Partisans armés apportent le complément indispensable pour pallier les manques.

43Enfin, il faut bien faire une distinction entre les destinataires de l’aide du Gouvernement de Londres via le réseau Socrate, les réfractaires qui posent un acte effectif de refus des ordres de l’ennemi en se préservant du Travail Obligatoire, et les bénéficiaires de SOL, qui figurent déjà au nombre des victimes directes et indirectes de l’occupant. Ces derniers sont pris en charge par la population occupée elle-même.

44La libération approchant, SOL se prépare à jouer le rôle effectif de Croix Rouge dans les combats : postes de secours, médecins mobilisés, centres d’accueil pour sinistrés blessés. La rapidité de l’avancée alliée rendit ces préparatifs inutiles. Aussi immédiatement, Solidarité se mue en un organisme d’entraide, destiné principalement aux enfants, accueillant dans ses colonies et homes des enfants de résistants, souvent orphelins de père ou mère, ou des deux.

45Mais très peu de temps après, la guerre froide rattrape l’organisation et la ramène à ses origines. Solidarité agit alors comme une organisation de défense, héritière du Secours Rouge international et précurseur d’un Amnesty international de gauche. Ce sont ses avocats qui intervinrent fréquemment dans les procès montés contre des résistants, mais aussi en défense des victimes de la répression patronale. Elle avait réendossé ses habits des débuts de la guerre en s’identifiant à un organisme de secours communiste. Elle perdit peu à peu ses raisons d’être.

46Il est intéressant de dresser le bilan de l’organisation en termes de mémoire : en effet peu de récits, peu de militants mis en avant pour cette action spécifique dans la mémoire de la résistance, y compris communiste. En effet c’est la mémoire héroïsante qui a dominé : Partisans armés, prisonniers politiques. Mais aussi le drame des enfants juifs et l’extraordinaire activité du CDJ qui en sauva des milliers. Ces mémoires-là ont effacé ce combat peu approprié au récit, un combat « sans histoire », sans hauts faits, et pourtant aussi dangereux que les autres.

47Et pourtant l’activité de SOL fut un révélateur profond, concret, quasi chiffré, des sentiments d’une partie importante de la population, de la réalité du vécu quotidien et de l’esprit résistant.

Notes

1 José Gotovitch, « Introduction à l’histoire de la déportation : le convoi du 22 septembre 1941 », dans Cahiers d'Histoire de la deuxième guerre mondiale, Bruxelles, I, 1967, p. 95-126

2 José Gotovitch, Les “organisations de masse” de l’Internationale Communiste en Belgique, Première approche, Fondation Jules Humbert-Droz, La Chaux de Fonds, 1991, p. 205-212.

3 Archives du PCB, clandestinité, Carcob, et Archives de Solidarité, Front de l’Indépendance (versées aujourd’hui au CEGES, non classées).

4 Maxime Steinberg, L'Etoile et le fusil, La traque des Juifs 1942-1943, Vie Ouvrière, Bruxelles, 1986.

5 Vlaamsche Kommunistische Partij

6 Richtlijnen 209, (s) « Jan », sd, Carcob : « une pratique sectaire de rester entre nous ».

7 Trace du travers qui précède : une circulaire aux directions fédérales du PC insiste sur l’importance du sauvetage des enfants juifs réclamée par SOL, en acceptant que bien entendu le sauvetage des enfants « de nos camarades juifs » soit une priorité, mais en insistant pour l’étendre bien au-delà des rangs du parti. Circulaire no 5, Nieuwe reeks, (s) « Pieter », Carcob.

8 Ceux-ci sont rétribués entre 1000 et 1800 frs mensuels selon un barème des responsabilités. Archives Leplat, Carcob.

9 Andrée Rueff, biographie dans José Gotovitch, Du Rouge au tricolore, Bruxelles, 1992, p. 557.

10 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la seconde guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), Mons, 1999.

11 À Bruxelles, le grand négociant en vins et alcools Fourcroy est un donateur important et régulier de SOL.

12 Solidarité, Région brabançonne, sn.

13 « Les attentats à main armée », La Solidarité, septembre 1943.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540