Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

La Résistance de solidarité. Une forme de Résistance révélée par la répression

L’exemple du département du Nord

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Lévy, avec la collaboration de Dominique Veillon, Mémoires d’un Franc-Tireur, Itinérair (...)

« La famille Deschamps-Guillermet s’est montrée exceptionnelle, j’ai été accueilli chez eux sans réserve. Je me souviendrai toujours du repas de Noël auquel j’ai assisté ce 25 décembre et malgré mes réserves : n’était-il pas imprudent de me faire connaître à toute la famille ? Mais j’aurais peiné et déçu mes hôtes alors... Le déjeuner réunit la famille au grand complet [...] Outre moi-même, la maison des Guillermet hébergeait une Sarroise, juive réfugiée : Marthe Lazard, qui était donc présente. Le repas fut superbe, car les malades que soignait Juliette Guillermet avec compétence et dévouement la réglaient souvent en victuailles. Avec le recul, on peut penser que c’était de la folie, mais l’atmosphère était tellement chaleureuse ! »1

  • 2 Jean-Pierre Lévy mentionne par ailleurs que c’est Henri Deschamps qui lui avait offert l’hospitalit (...)
  • 3 Définition donnée par le Robert 1, Dictionnaire alphabétique et analogique de la languefrançaise, é (...)

1Ce que révèle le témoignage de Jean-Pierre Levy, chef du mouvement Franc-Tireur, sur un moment de son itinéraire résistant n’est pas exceptionnel. Nombreux sont les responsables d’organisations qui ont fait état du soutien qu’ils ont trouvé auprès d’individus, eux-mêmes engagés, ou non, en Résistance. Tous insistent sur le risque inhérent à cette confrontation, risque consenti de manière inégale dans le cas cité : aux « réserves » initiales du résistant réticent à se « faire connaître » s’oppose l’accueil « sans réserve » d’une famille d’adoption. La rencontre entre le résistant isolé, le clandestin, et le corps social - représenté ici par le microcosme familial ouvert à la misère des temps2 -, apparaît tout à la fois fragile et forte, fondée sur une dynamique d’échange : le risque communément consenti trempe la solidarité résistante. C’est cette solidarité, éprouvée par le risque accepté, tout à la fois suscitée et sanctionnée par la répression, que la communication se propose d’approcher, en reprenant l’expression de « résistance de solidarité ». La définition usuelle du terme « solidarité », qui recouvre « la relation entre personnes ayant conscience d’une communauté d’intérêts, qui entraîne, pour les unes, l’obligation de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance »3, peut en guider l’élaboration. Elle incite à replacer l’individu au cœur de l’analyse de la société résistante, à mettre l’accent sur la motivation qui fonde cette résistance - la cause du refus de l’occupant -, et à concevoir l’existence de degrés dans le soutien apporté.

  • 4 François Bedarida, « L’Histoire de la Résistance. Lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième (...)

2Si l’existence d’une solidarité apportée à la Résistance par la société occupée ne fait pas question, ce phénomène essentiel à la Résistance n’est toujours pas clairement identifié par l’appareil conceptuel en usage dans la communauté historienne. Pourtant, la définition de la Résistance a singulièrement évolué, de nouveaux concepts épousant l’élargissement de son contour. Dans une mise au point fondatrice, François Bédarida a en particulier mis en évidence, aux côtés de la résistance armée et de la résistance civile, une résistance humanitaire, qui se définit précisément par les valeurs morales qui la portent et la solidarité à l’égard des éprouvés et des persécutés qui en fonde l’action4. L’utilisation d’une expression nouvelle, celle de « résistance de solidarité », résulte d’un choix, celui d’une distanciation à l’égard du concept d’humanitaire. La solidarité dont nous souhaitons retrouver les modalités, et dont l’expression « résistance de solidarité » postule l’appartenance au domaine de la Résistance dans sa diversité, est celle qui s’exprime - par des actes certes similaires à ceux qui composent la résistance humanitaire - à l’égard de la cause de la Résistance par l’entremise du soutien apporté à ses membres. Elle se distingue donc de la résistance humanitaire par son champ - plus restreint - comme par sa motivation. Elle se comprendra donc ici comme le soutien organisé et inorganisé à la cause et à l’esprit de la Résistance, et donc dans une volonté de refus construit de la présence occupante.

  • 5 Voir à ce sujet Sarah Gensburger, « Les figures du Juste et du résistant et l’évolution de la mémoi (...)
  • 6 En 2007-2008, le sujet proposé pour le Concours de la Résistance et de la Déportation a été le suiv (...)

3La promotion de la figure du Juste, qui tend à concurrencer celle du Résistant dans la mémoire historique de l’occupation5 et consacre la solidarité comme valeur supérieure et exemplaire, comme l’intérêt manifeste porté de nos jours aux actions de sauvetage au cours du second conflit6 signalent à quel point le sujet choisi pour cette intervention est en prise avec la demande sociale. En nous arrêtant dans un premier temps sur les enjeux de ce choix, nous chercherons à montrer que s’il est dans l’air du temps, l’intérêt manifesté ici pour une forme spécifique de résistance, la résistance dans l’ombre de la Résistance, celle du soutien le plus humble à la lutte engagée, s’inscrit dans la continuité d’une recherche largement développée interrogeant le lien unissant Résistance et société. Nous montrerons ensuite que cette solidarité à l’égard de la cause de la Résistance est posée sans ambiguïté aucune par l’occupant comme une composante de la résistance qui lui est opposée. Enfin, une incursion dans les archives de la répression, posée ici comme le révélateur essentiel de cette forme de résistance, nous permettra de dresser un portrait plus précis de cette « résistance de solidarité » par laquelle l’individu s’agrège à la société résistante.

La résistance de solidarité : les enjeux d’une notion

  • 7 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Editions Robert Laffont, 2 (...)
  • 8 Autour du thème « La Résistance et les Français », six colloques ont été organisés sous l’égide de (...)

4Dans l’avant-propos ouvrant le Dictionnaire historique de la Résistance paru en 2006, le Conseil scientifique ayant présidé à l’ouvrage affirme avec force son attachement à une vision de la Résistance comme processus social. Contre une image simplificatrice de la Résistance assimilée à une minorité isolée dans le pays, les auteurs affirment qu’« Elle [la Résistance] n’a pu exister, vivre et se développer que dans la dynamique des liens tissés dans et avec la société française »7. Ce postulat trouve son fondement dans le travail d’historicisation de la Résistance initié dans les années 90 par une nouvelle génération d’historiens8. Il semble retrouver le lien de solidarité noué entre résistants et corps social, entre Résistance et société, dont les témoignages de résistants se faisaient l'écho.

  • 9 François Marcot, « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche scientifique », dans Jac (...)
  • 10 Michel Boivin, Jean Quellien, « La Résistance en Basse-Normandie : Définition et sociologie », dans (...)

5L’émergence de nouveaux concepts a accompagné ce travail de démystification de la Résistance, dont les différentes dimensions ont été éclairées. Aux côtés de la résistance armée, seule retenue par la mémoire collective de la Résistance, a été mise à nu une résistance civile, qui ne se définit pas seulement négativement comme la résistance non armée mais comme le substrat dans lequel la résistance armée s’enracine. La résistance humanitaire, qui tient de la résistance civile, en a été distinguée pour désigner l’aide apportée aux juifs et aux victimes de la répression. Modalités (quels actes ?) et ressorts de Faction résistante (pourquoi et pour quoi faire ?) autorisent l’établissement de cette typologie des différentes formes de Résistance. Cette reconnaissance de la pluralité de la Résistance, qui envisage la Résistance dans sa relation avec la société (en particulier par la réflexion qui entoure la notion de résistance civile), échoue cependant à interroger pleinement cette relation dans sa dynamique et donc à éclairer les ramifications existant entre la Résistance organisée et le corps social, entre la Résistance organisée et la « société souterraine » chère à Jacques Sémelin. La vision structurelle proposée par François Marcot, juxtaposant un espace-centre : la Résistance-organisation (groupant tous ceux qui militent au sein des formations constituées), et un espace plus diffus : celui de la Résistance-mouvement (soit la nébuleuse de ceux qui apportent leur soutien à la Résistance), relève pour partie le défi représenté par la conceptualisation d’une réalité mouvante9. Il en est de même de la représentation pyramidale de la Résistance proposée par Michel Boivin et Jean Quellien, distinguant plusieurs strates en fonction du degré d’implication10.

  • 11 François Marcot, op.cit., p. 255
  • 12 Jacques Semelin, article « résistance civile », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historiqu (...)

6Néanmoins, ces modélisations de la Résistance, qui permettent de penser son inscription dans la société et soutiennent le projet d’une vision globale de la Résistance, semblent prisonnières de représentations selon lesquelles la Résistance organisée serait seule à l’origine des liens tissés avec le corps social. La solidarité à l’égard de la Résistance apportée par les différents groupes sociaux serait perçue comme une réponse à une sollicitation : la Résistance-mouvement groupe, selon François Marcot, « ceux qui apportent leur soutien à la Résistance quand celle-ci en a besoin »11. Or, c’est une dynamique inverse sur laquelle insiste la description faite par Jacques Sémelin d’une « société indépendante » dans laquelle se développe « un état d’esprit de subversion sociale », véritable « matrice désobéissante » dans laquelle vont naître les comportements résistants12.

7Ce qui précède atteste la richesse et la difficulté du projet de mise en évidence des relations entre la Résistance et les Français, entre les Français et la Résistance. La Résistance n’est, du moins pendant les premières années de l’occupation, ni un pôle politique contestataire clairement identifié représentant une alternative évidente, ni même surtout un objet extérieur à la société française par rapport auquel elle serait amenée, dans sa diversité, à se positionner. La fluidité même du phénomène, son absence de visibilité comme de lisibilité immédiate, son extrême dispersion en autant d’individus, en somme son caractère diffus dans lequel celui qui résiste est partie intégrante d’une dynamique qui le dépasse mais qu’il contribue à créer, tout concourt à la difficulté à saisir tant la société résistante que les relations qui existent entre le projet résistant identifié et les acteurs sociaux.

  • 13 Germaine Tillion, « Première résistance en zone occupée », Esprit, numéro spécial « Les vies de Ger (...)

8Le projet d’une approche par les marges, autant du point de vue conceptuel – puisque l’expression « résistance de solidarité » est absente de l’outillage conceptuel en usage dans la communauté historienne - que du point de vue structurel - étudier la « résistance de solidarité consiste à appréhender la Résistance par son action la plus marginale a priori, nous semble avoir un intérêt heuristique. Partir à la recherche de la solidarité exprimée par des individus de manière volontaire, isolément ou non, à l’égard de la Résistance, c’est chercher à éclairer la résistance qui autorise la Résistance et donc interroger le lien tissé entre Résistance et société dans une dynamique interactive. C’est par ailleurs réhabiliter, dans l’analyse de la société résistante, la dimension individuelle. C’est chercher à mettre en évidence les réseaux de solidarité qui ont permis la constitution de la « toile d’araignée » chère à Germaine Tillion13. C’est enfin tenter une approche de la Résistance qui ignore résolument le primat de la Résistance organisée, pour tenter d’en éclairer les soutiens. Or, si la mention de la solidarité dont ils ont été l’objet émaille les récits de nombreux résistants ayant écrit leurs mémoires, les acteurs de cette solidarité, comme les ressorts de leur soutien à la Résistance - ou pour le moins aux résistants -, restent peu connus.

9Dans cette rencontre entre le résistant et la société, entre Résistance et corps social, la répression représente un point nodal. En premier lieu parce que c’est elle qui donne sa valeur au risque consenti par le clandestin qui se découvre comme par celui qui lui porte assistance. Le risque pris et consenti pour autrui, dans le cadre d’une solidarité spontanée ou sollicitée, représente précisément le franchissement de la frontière entre société des individus et Résistance, que l’occupant aurait souhaité étrangère au corps social. En effet, l’ordre de l’occupant exclut non seulement toute opposition mais attend de la société occupée quelle participe solidairement à l’instauration de son ordre, en particulier en ne composant pas avec la Résistance. Les sources de la répression font donc une large place aux comportements, éminemment délictuels aux yeux de l’occupant, de solidarité avec la cause résistante. La répression met en péril permanent la constitution du filet résistant dont elle s’obstine à rompre les mailles. La répression est donc un moment et un point nodal dans la constitution, dans l’évolution, dans la recréation d’une société résistante. C’est donc par le biais de la répression, qu’il est envisagé ici de partir à la recherche des interrelations entre la Résistance et la société des individus.

La répression, ferment de solidarité à la cause résistante

  • 14 Les notions de fonctionnalité et d’intentionnalité sont établies par François Marcot.

10La répression endurée par la communauté résistante impose que l’organisation résistante soit en mesure de répondre à la répression ou de la prévenir. Elle cherche à protéger ses membres (les abriter, les soustraire à l’occupant), ce qui suppose d’intensifier les relations avec le corps social non résistant, seul à même d’offrir cette protection. La Résistance recherche donc la mise à disposition de l’organisation d’individus qui conservent une activité légale et sont peu enclins à susciter la curiosité des forces d’occupation. La sollicitation peut s’adresser à des groupes sociaux spécifiques (comme les paysans) ou à des individus distingués par leur statut social ou marital : ainsi en milieu urbain, la respectabilité supposée du couple installé est un gage de moindre risque pour l’organisation. Dans le département du Nord, la rencontre entre la fonctionnalité (la sollicitation par la Résistance de certains groupes pour répondre à ses besoins) et l’intentionnalité (l’adhésion de certains groupes ou individus à la cause de la Résistance) est précoce14. En effet, la répression orchestrée par la législation répressive mise en place, dès l’été 40, par l’OFK 670 crée rapidement la nécessité d’une solidarité, dont la spontanéité du soutien apporté aux soldats anglais restés sur le territoire et stigmatisés par l’occupant comme des fauteurs de troubles atteste la vigueur immédiate. Cette conjonction porte les conditions du développement précoce d’une « résistance de solidarité ».

  • 15 Nous suivons le raisonnement proposé par Jacques Sémelin, dans son analyse du rapport de force sans (...)

11Cette dynamique de soutien, ou cette bonne réactivité potentielle à la sollicitation, est par ailleurs encouragée par la répression. La répression est en effet elle-même vecteur de solidarité, au sens où la Résistance, dans son action à destination des indécis, utilise la relation de la répression endurée par ses membres pour susciter la solidarité à l’égard de son action. Comme le montre Jacques Sémelin en interrogeant la « force des faibles »15, une dimension essentielle du combat résistant vise en effet à « médiatiser » l’affrontement entre le pouvoir dominant (celui des forces d’occupation) et l’opposition, pour susciter la constitution d’un troisième acteur, qui appuiera la cause résistante. Dans cette prise à partie de l’opinion, la relation de la répression endurée joue un rôle majeur. L’évocation de la répression subie par les résistants, conjointement à celle des exactions commises par l’occupant en particulier à l’encontre des civils, doit participer de son refus. Parallèlement, la publicité autour du sacrifice accepté volontairement par les résistants doit susciter la solidarité, en brisant les mécanismes de passivité de la population et en autorisant éventuellement l’affirmation de sujets résistants.

  • 16 Dès le 10 mars 1944, le sous-préfet de Douai accompagne l’envoi de la fiche de renseignements régle (...)
  • 17 L’université Libre signale dans son numéro 94 du 1er mai 1944 que la Gestapo vient de rajouter à la (...)
  • 18 Une de La Pensée Française, organe des intellectuels du Front National en lutte pour la Libération (...)

12La mise en récit de l’assassinat de Suzanne Blin-Lanoy, enseignante communiste, résistante au sein du Front National, décédée le 7 mars 1944 des suites des tortures infligées à la prison de Douai alors qu’elle était enceinte, illustre de manière exemplaire l’importance capitale du lien entre répression et solidarité, comme le rôle de la médiatisation. Pour les forces d’occupation, il est impossible d’admettre la réalité des faits et la mise à mort est passée sous silence, puis présentée comme un suicide aux membres de sa famille comme aux responsables de l’administration française16. Au déni de l’occupant répond le récit de mort accablant relaté par les forces résistantes. Deux mois après l’assassinat de Suzanne Blin, l’événement est connu tant des milieux résistants intellectuels auxquels la résistante appartenait (l’assassinat est relaté dans l’Université Libre17 et dans La pensée française)18 que plus généralement des milieux résistants, communistes ou non. L’hommage rendu à la résistante, la description des violences subies, doivent servir la glorification de la cause résistante :

  • 19 « Hommage à Suzanne Lanoy », La Pensée Française, avril-mai 1944, p. 1., reproduit par Jean-Marie F (...)

« Toutes les menaces restèrent vaines, toutes les promesses, tous les chantages, devant le magnifique courage d’une femme... comprenant quelle ne parlerait jamais, les bandits hitlériens la livrèrent au bourreau. [...] Elle est morte dans l’ombre d’un cachot, morte dans les tortures et les abominables souffrances de la chair martyrisée. Mais elle est morte sans que le corps trahisse l’esprit. Et le bourreau s’est acharné sur elle, redoublant ses coups, multipliant ses supplices dans sa rage fermée à toute la grandeur de l’héroïsme [...] »19.

13Par-delà la sensibilisation des masses au sort des résistantes, le parti communiste met cette information au service d’un appel à la mobilisation :

  • 20 Tract non daté, diffusé par la région du Pas-de-Calais du Parti Communiste Français, reproduit dans (...)

« Vous tremblez déjà boches assassins. Le Parti Communiste Français, votre ennemi n° 1 est à nouveau en deuil. Mais les communistes, vous le savez, ne portent pas le deuil en pleurant. MAIS EN LUTTANT TOUJOURS PLUS ACTIVEMENT POUR LA LIBÉRATION DE LA FRANCE. L’ASSASSINAT DE SUZANNE BLIN CRIE VENGEANCE. C’est pourquoi la Région communiste du Pas-de-Calais lance à cette occasion un grand appel à Faction [...]20.

  • 21 Guillaume Piketty, article « Torture », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la (...)

14Le phénomène n’est ni nouveau, ni spécifique au parti communiste, et la violence subie par les victimes résistantes est l’objet, par le truchement de la presse clandestine ou de la BBC, d’une instrumentalisation destinée à mobiliser les Français contre un ennemi sans honneur21.

15L’instrumentalisation doit forcer la solidarité et son effet n’est pas négligeable, comme le constate simplement Roger Pannequin relativement au décès de Suzanne Blin-Lanoy :

  • 22 Roger Pannequin, Ami, si tu tombes, Babel, 2000, p. 312

« L’annonce de sa mort dans la presse clandestine gagna de nouvelles couches de la population à la cause résistante. Les Allemands « correkt » (sic) se montraient sous leur vrai visage de tueurs de femmes »22.

La solidarité dans le regard de l’occupant

16L’articulation entre répression et développement d’une « résistance de solidarité » ne se réduit pas au rôle roboratif éventuel de la répression comme à la dynamique fonctionnelle quelle génère. La solidarité est au cœur du système de représentations de l’occupant et, partant, de son système répressif.

17Pour l’occupant en effet, il n’est pas de développement de l’action résistante, au sens d’opposition à son ordre, sans complicité de la société. La tradition militaire allemande est fortement imprégnée d’un imaginaire dans lequel la figure du franc-tireur joue un rôle central. Cette figure, née pendant la guerre de 1870, a été réactivée lors de l’invasion de la Belgique en 1914 et elle domine encore largement les esprits en 1940. Elle signifie que le civil est un combattant de l’ombre en puissance, prenant les armes avec traîtrise contre l’armée ennemie. Cette construction largement irrationnelle, qui joue pleinement en France occupée à partir de 1941, imprime déjà sa marque à la présence allemande dans la zone rattachée au commandement de Bruxelles dès l’invasion. Le premier acte officiel du général Niehoff, commandant de l’OFK 670, le 11 juin 1940, est une proclamation faisant part de la fermeté avec laquelle seront jugés les actes de résistance, qui témoigne de la prégnance de la figure du franc-tireur :

  • 23 Proclamation à la population lilloise, 11 juin 1940, émanant du commandant de l’OFK 670, Verkuendun (...)

« Tout meurtrier, pilleur ou franc-tireur sera également puni de mort ». Toute résistance passive et toute sorte de sabotage seront considérés comme des actes hostiles envers les ressortissants allemands et punis sévèrement »23.

  • 24 Ordonnance concernant les actes de sabotage et de pillage, Lille, le 21 juin 1940, VBK/ObfK 15 juil (...)

18La hantise du franc-tireur conduit à envisager un rapport occupant-occupé fondé sur une adhésion totale et manifeste de la population à l’ordre occupant et engendre une législation répressive solidarisant la population avec la nécessité du maintien de l’ordre. La tradition juridique allemande, qui fait une large part à l’idée de responsabilité collective - à l’inverse de la tradition juridique romaine et anglo-saxonne selon laquelle un individu ne peut être tenu pour responsable que de ses propres faits -, va d’ailleurs dans ce sens. Cela signifie en clair que le groupe social auquel appartient le résistant, ou dans lequel a été commis le délit, est posé comme solidairement responsable de l’acte commis. C’est mettre la solidarité - au sens usuel du terme, soit l’assistance ou la complicité - au cœur des représentations que l’occupant a de la Résistance. Cette solidarité supposée dans l’action implique une solidarité juridique, la population étant solidairement responsable des délits commis. L’ordonnance du 21 juin 1940, édictée par le général Niehoff, inscrit dans la loi le principe de la nécessité pour la population de répondre des actes commis. Selon son article 3, « la commune de la scène du crime, ainsi que celle de la résidence du coupable, répondront par leurs habitants aux dommages causés par les actes cités dans les § 1 et 2 »24, soit des actes de sabotage (industriel ou des moyens de communication), de résistance passive, ou de pillage. Ainsi, dans le regard de l’occupant, l’évidence de l’inscription de la Résistance dans la société impose non seulement d’en proscrire les membres posés comme « terroristes » mais aussi de frapper le cercle résistant auxquelles ils appartiennent, de même que les autres cercles de solidarité qui l’entourent, la famille constituant le premier. L’arrestation des proches - l’épouse en particulier est arrêtée en lieu et place de son conjoint - s’inscrit ainsi dans une volonté de pression et d’éradication de la Résistance par rupture des liens de solidarité qui la soutiennent.

  • 25 Traduction adoptée dans le texte français de l’ordonnance pour l’expression « Angehöriger der engli (...)
  • 26 Décret concernant l’attitude à prendre envers des militaires anglais dispersés, Lille, le 14 juille (...)
  • 27 Ibid.,
  • 28 Une comparaison des chronologies de la répression dans le ressort de l'OFK670 d’une part, du Militä (...)
  • 29 Étienne Dejonghe, Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, La Voix du No (...)
  • 30 Décret pour empêcher les actes hostiles contre les forces armées allemandes, 24 août 1940, op. cit,

19La législation pionnière, mise en place par l’OFK 670 pour lutter contre la présence des soldats anglais restés sur le territoire des départements septentrionaux, illustre de manière exemplaire cette vision solidarisant l’opposition à la présence occupante et le terreau social dans lequel elle prend corps. Son évocation présente un double intérêt : en premier lieu, cette législation, précocement développée et redondante, constitue un modèle, qui sera repris ensuite dans la lutte contre l’opposition résistante au sens strict. D’ailleurs dans le regard de l’occupant, la présence anglaise est assimilée à une forme de résistance, le soldat anglais incarnant dès l’été 40 la figure de l’ennemi de l’intérieur. L’une des ordonnances répressives, englobant soldats anglais et français, utilise l’expression de « militant de l’armée anglaise ou française »25, qui renvoie au registre de l’engagement politique comme à l’imaginaire du partisan. La représentation du soldat ennemi comme agent potentiel d’une résistance armée à l’occupant s’accompagne du soupçon immédiat de complicité émanant de la société occupée. Aussi, l’un des premiers textes législatifs élaborés par le général Niehoff, en date du 14 juillet 1940, concerne « l’attitude à prendre envers les militaires anglais dispersés »26. Destiné à prévenir toute forme de solidarité à l’encontre de ces soldats, le décret invite à leur signalement et annonce des sanctions prohibitives (peine de travaux forcés ou peine de mort) à l’encontre de toute forme de soutien, qu’il s’agisse d’« abriter et de nourrir des militaires anglais, ou de leur procurer des habits civils, ou de les aider par une manière quelconque »27. La persistance, en dépit de cette législation répressive pionnière28, du soutien apporté aux soldats - émanant d’individus isolés mais aussi de petits groupes qui se mettent en place, à l’instar du groupe Dubar de Roubaix dont les principaux artisans, Joseph Dubar et Paul Joly, organisent l’hébergement et l’évacuation des fugitifs29-, conduit le commandement militaire, en charge des départements septentrionaux, à légiférer à nouveau. Le décret pris le 24 août 1940, « pour empêcher les actes hostiles contre les forces armées allemandes »30, réaffirme l’interdit pesant sur les manifestations de solidarité à l’encontre des militaires anglais, en en étendant le champ. En effet, non seulement l’assistance directe (par le biais de l’hébergement par exemple) mais aussi l’assistance indirecte (par la non-dénonciation) sont répréhensibles et passibles des peines prévues, soit la peine capitale ou les travaux forcés.

  • 31 Ibid.

« Certains soldats anglais et français en vêtements non militaires séjournent dans les territoires occupés, aux fins de commettre des actes contre la sécurité des forces armées allemandes. [...] Quiconque favorisera ces intentions néfastes par des actes ou omissions quelconques se rendra complice et exposera ses concitoyens à des mesures de répression impitoyables »31.

20Postulant l’intention délictuelle des ennemis de l’intérieur, le propos liminaire du décret affirme clairement le caractère délictuel de la solidarité exprimée à l’endroit de ceux qu’il pose comme des étrangers au corps social idéel. En outre, il fait état des cercles de solidarité impliqués (du point de vue de l’occupant) par l’engagement résistant, distinguant une solidarité active, celle des soutiens à l’intention résistante et plus généralement le cercle des proches (soit les témoins en capacité de dénoncer), et une solidarité subie, celle des autres membres de la communauté, impliqués malgré eux. Dans la logique répressive allemande, il ne peut y avoir autonomie dans l’action. Cette conception tend à convaincre la société occupée de la nécessité de répondre, par l’éviction, à ce danger dans laquelle le résistant la place. Elle pose toute forme de résistance comme une rupture obligée des solidarités reliant les membres de la communauté. Mais dans le même temps, et de manière ambivalente, en appelant de ses vœux l’éradication du milieu résistant du corps social, elle en signale l’enracinement et souligne la « résistance de solidarité » dont il bénéficie.

Répression et mise en lumière de la résistance de solidarité

  • 32 Le registre des condamnations prononcées par les tribunaux militaires allemands de Belgique et du n (...)
  • 33 Gaël Eismann, La politique de maintien de l'ordre et de la sécurité conduite par le Militärbefehlsh (...)
  • 34 Au total, les archives départementales permettent de retrouver la trace de 72 condamnations prononc (...)

21Ce qui précède signale à quel point le recours aux sources de la répression semble pertinent pour approcher la « résistance de solidarité ». À l’échelon départemental, les sources disponibles n’autorisent qu’une approche incomplète du poids de cette forme de résistance dans la répression judiciaire32. À titre indicatif cependant, on peut noter que le poids des condamnations pour assistance portée aux soldats anglais semble nettement supérieur dans la zone rattachée à celui qu’il occupe dans la zone sous autorité du MBF. Seuls 35 individus sont en effet jugés pour ce motif (aide à ressortissant ennemi), entre le mois de février 1941 et le mois de mai 1944, par les tribunaux du MBF33, alors que pour le seul département du Nord, nous avons retrouvé la trace de 18 jugements34.

  • 35 Ce fichier est conservé aux Archives Départementales du Nord sous les cotes 1W 1838 à 1860.

22Lacunaires pour ce qui concerne les jugements prononcés par les tribunaux militaires allemands, les sources conservées aux archives départementales sont beaucoup plus riches pour ce qui concerne les arrestations opérées par les forces occupantes. Le préfet du Nord, face à l’intensification de la répression mise en œuvre par les forces d’occupation, a en effet cherché à être tenu informé de toutes les arrestations opérées. Aussi, il a fait procéder à l’établissement d’un fichier des arrestations35. Les informations livrées par ce fichier portent sur l’identité du prévenu (nom, date et lieu de naissance, nationalité), sa situation matrimoniale et familiale (situation de famille, nombre d’enfants), sa situation professionnelle, les conditions de son arrestation (date et lieu, forces ayant opéré cette arrestation, destination du prévenu, motifs de l’arrestation), et enfin la situation financière de la famille. Le fichier recense près de 6 000 individus arrêtés pour l’essentiel dans le département du Nord. Il convient cependant d’en marquer les limites. Émanant d’autorités différentes (gendarmeries, mairies, commissariats de police, mais aussi, parfois, de supérieurs hiérarchiques pour les fonctionnaires arrêtés), les fiches sont inégalement renseignées, et en particulier l’exposé des motifs d’arrestation est souvent absent. Surtout, la date de création du fichier (à compter de novembre 1941) nous prive de renseignements complets sur l’activité répressive déployée antérieurement à cette date par les forces d’occupation, en particulier dans le cadre de la lutte contre le soutien apporté aux soldats anglais, dont nous avons pourtant souligné le caractère essentiel pour approcher la « résistance de solidarité ».

23L’exploitation de ce fichier repose sur le dépouillement exhaustif des fiches concernant les individus appréhendés de sexe féminin et sur un sondage au 1/10e des individus de sexe masculin, de manière à constituer un corpus masculin de poids équivalent au corpus féminin. Au total, le dépouillement porte ainsi sur un ensemble de plus de 1250 individus des deux sexes. Néanmoins, les lacunes soulignées relativement au motif d’arrestation - ignoré ou renseigné de manière insuffisante pour l’exploitation - expliquent que le corpus final soit de moindre ampleur : plus de 450 individus féminins, près de 500 hommes appréhendés. Il faut donc souligner l’importance du poids de l’inconnu - la raison de l’arrestation échappe aux autorités françaises dans plus d’un cas sur cinq ! -, et la disparité hommes/femmes qu’il révèle, puisque le sort des femmes est plus fréquemment ignoré (dans 29 % des cas) que celui des hommes (dans 20 % des cas), traduction d’une moindre lisibilité de l’engagement féminin.

  • 36 Au total, le poids relatif des femmes dans les personnes arrêtées par les forces d’occupation, de l (...)
  • 37 Voir en particulier Metchild Gilzmer, Christine Levisse-Touze, Stefan Martens, Les femmes dans la R (...)

24L’introduction de la variable du genre permet la prise en compte de cette différence des sexes face à la répression36. Elle se justifie, par ailleurs, par la volonté de mettre à l’épreuve l’hypothèse d’une représentation plus large des femmes dans cette forme spécifique de résistance, à la charnière de la résistance civile et de la résistance humanitaire, que serait la « résistance de solidarité ». Envisagé par les promoteurs de la notion de résistance civile, le caractère davantage féminin de l’infra-résistance est aussi suggéré par le descriptif des activités résistantes féminines fourni par les études relatives aux femmes dans la Résistance37.

  • 38 Ces actes s’inscrivent dans le cadre d’affaires de moeurs ou, plus fréquemment, sont d’ordre économ (...)

25La prise en compte des caractéristiques majeures de la pratique répressive menée par les autorités allemandes dans les territoires occupés, parmi lesquelles figure au premier chef la mise en œuvre d’une responsabilité collective, a inspiré une classification des griefs qui repose, non seulement sur l’exposé du motif de l’arrestation, mais aussi sur le statut de la personne appréhendée au regard du délit commis. Ainsi ont été distinguées cinq catégories d’individus appréhendés. Les deux premières concernent des individus interpellés pour leurs actes, que ceux-ci soient des actes d’hostilité à la présence allemande (catégorie 1) ou, au contraire des actes dont la nature ne ressort pas du rapport occupant-occupé, au sens où ils ne trahissent pas une opposition, même minime, à la présence occupante (catégorie 2)38. Les deux catégories suivantes prennent en compte les résultantes de la responsabilité collective, en distinguant les otages et victimes de rafles (catégorie 3) des individus interpellés pour leur proximité avec l’auteur ou le lieu d’un délit : témoins, proches, collègues, (catégorie 4). Cette distinction cherche à recouvrir la différence de nature établie par les autorités occupantes entre le cercle qui entoure le résistant (catégorie 4) et l’ensemble de la communauté dans laquelle la politique de représailles est censée puiser (catégorie 3), même si certaines populations, et en particulier la population communiste, fournissent le vivier essentiel de la politique des otages. Enfin, une dernière catégorie (catégorie 5) regroupe les individus interpellés en raison non de ce qu’ils ont fait ou des retombées collectives de la répression mais en vertu de ce qu’ils sont : juifs, tziganes.

  • 39 La solidarité témoignée à l’encontre des populations persécutées est singulièrement absente des mot (...)
  • 40 Nous avons néanmoins choisi de ranger dans la « résistance de solidarité » le soutien apporté aux d (...)

26Le tableau qui suit (typologie des arrestations opérées par les forces d’occupation dans le département du Nord) présente, selon le sexe, le poids de ces différentes catégories dans la population réprimée. Il indique en outre le nombre d’individus interpellés pour des faits correspondant à la définition proposée de la « résistance de solidarité », dont le dénombrement appelle quelques remarques. En premier lieu, rappelons que le terme « résistant » est évidemment absent du vocabulaire utilisé pour qualifier l’individu appréhendé, celui de « résistance » apparaissant à de rares occasions dans les expressions « groupe de résistance » ou « organisation de résistance ». Cette absence, qui ne saurait surprendre au regard de la construction du phénomène résistant comme de la nature de la source (le motif est renseigné par des services de police qui ont pris l’information là où ils parvenaient à la trouver : à la source allemande, rarement, auprès des proches, dans la rumeur publique...), impose l’interprétation. La grille de lecture utilisée pour qualifier l’acte délictuel a volontairement adopté une approche large sous l’appellation « actes de nature antiallemande », qu’ils aient été, ou non, effectués au sein d’une organisation de résistance, qu’ils relèvent de la seule désobéissance ou de l’engagement résistant. Ce choix d’un spectre large pour embrasser toutes les formes du refus a permis de mettre en lumière les actes qui témoignent d’une solidarité avec la cause de la Résistance. Ajoutons que la difficulté à statuer n’a pas achoppé, contrairement à ce que nous supposions, sur les contours de la résistance humanitaire39 mais sur la porosité entre résistance civile et solidarité. Par nature, la résistance civile est expression du rejet de l’ordre social imposé par l’occupant, condition d’une éventuelle solidarité du corps social à l’égard de la Résistance. Pour circonscrire la « résistance de solidarité » au sein de cet ensemble plus vaste, il a fallu en fixer des limites nettes, par l’exclusion de toute activité qui ne relève pas strictement de la solidarité exprimée à l’endroit des membres de la Résistance ou des combattants des armées alliées, sous la forme d’un soutien effectif40. Par exemple, les démonstrations de sympathie à l’égard de la cause alliée que représentent les manifestations dans les cimetières anglais, quoique supposant une prise de risque, ont été écartées de la définition, pour ce qu’elles ne signifient pas une aide directe (en protection, en moyens, en financement...) à la cause de la Résistance.

Typologie des arrestations opérées par les forces d’occupation dans le département du Nord, 1940-1944

Typologie des arrestations opérées par les forces d’occupation dans le département du Nord, 1940-1944

Catégories :
1. Auteurs d’actes de nature antiallemande
2. Auteurs d’actes de nature délictuelle autre
3. responsabilité collective : otages, victimes de rafles
4. responsabilité collective : personnes arrêtées pour leur lien avec l’auteur du délit, en lieu et place de cet auteur, témoins du délit
5. Victimes de persécution
RS : « résistance de solidarité »

  • 41 Dans un travail ancien, mais fondateur, Michel Rousseau propose une statistique de la déportation d (...)

27Le premier enseignement de ce classement tient dans la mise en évidence du poids inégal, selon le sexe, de l’attitude antiallemande : celle-ci motive l’arrestation des individus de sexe masculin dans près de 44 % des cas, contre plus de 55 % pour les femmes. Cette disparité, plus manifeste encore si l’on exclut les arrestations motivées par la politique de persécution, corrobore les résultats affichés par d’autres travaux régionaux relatifs à la répression41. Elle peut s’expliquer diversement. On peut supposer qu’elle signale la plus forte fragilité des individus de sexe féminin face à la répression, fragilité qui tiendrait tant aux modes du refus adoptés - les signes publics et affichés de désobéissance à l’encontre de la présence allemande sont nettement plus nombreux chez les femmes -, qu’à la place occupée par les femmes dans la société, et en particulier à la surveillance dont elles sont l’objet. Le poids relatif conséquent de la « résistance de solidarité » chez les femmes, sur lequel nous reviendrons, est sans doute un facteur de plus forte emprise de la répression. Enfin, le différentiel hommes/femmes observé pour cette première catégorie résulte de la surreprésentation des individus de sexe masculin dans la population interpellée pour d’autres motifs - les arrestations liées aux motifs économiques et donc au besoin de main-d’œuvre de la puissance occupante concernent majoritairement, sinon exclusivement, les hommes - et dans la population victime de la politique des otages ou plus généralement des mesures de représailles.

  • 42 L’expression est utilisée par l’énoncé du motif dans plusieurs cas.
  • 43 Le nombre de cas d’arrestations relevés pour les hommes dans ce cadre (12 cas) ne permet pas d’effe (...)
  • 44 L’exposé des motifs ne permet pas d’apprécier si la conjointe est dans ce cas actrice, au sens où e (...)

28Le deuxième apport de cette classification concerne précisément l’impact de la conception allemande de la responsabilité collective. Le poids global en est assez lourd, puisque près d’un individu sur cinq est appréhendé dans ce cadre, quel que soit le sexe. La mise en œuvre d’une politique répressive supposant la solidarité juridique de la population pèse donc fortement et élargit significativement le cercle des populations impliquées, directement ou non, par le phénomène d’opposition à la présence occupante. Au sein de ce poids global (de l’ordre de 20 % quel que soit le sexe), il faut constater la divergence entre les données relatives aux deux sexes, qui s’opposent diamétralement. Le faible poids de la politique de représailles collectives chez les femmes (1 %) semble compensé par le poids conséquent que joue l’interpellation en tant que témoin ou proche (17,9 %), le constat inverse valant pour les individus de sexe masculin. Les femmes sont donc beaucoup plus frappées par les mesures sanctionnant une complicité présumée, ou tablant sur l’arrestation de l’une pour réduire l’autre. Dans cette catégorie d’arrestations (catégorie 4), figurent en effet, par ordre décroissant : l’arrestation « en lieu et place »42 d’un individu recherché, le plus souvent le conjoint en fuite (30 cas). L’arrestation pour complicité supposée avec un membre de la famille ou de l’entourage dont l’activité résistante est attestée (14 cas) ; l’arrestation liée au fait d’être en relation (amicale ou professionnelle) avec des individus recherchés (14 cas), du fait de la capacité à renseigner sur des individus dont le lien avec l’interpellée est assez fréquente (12 cas). Le fait d’avoir assisté à un atterrissage ou à un délit mineur (12 cas) est également un bon motif43. Dans plus de la moitié des cas, le foyer, dans lequel l’activité résistante a trouvé place, expose donc la femme à une répression consentie (lorsqu’il y a complicité du couple en résistance) ou subie (lorsque l’activité résistante de l’un est réprimée par le biais de l’arrestation de l’autre)44. Cette dernière remarque mérite que l’on s’y arrête : elle semble signaler que, dans le regard de l’occupant, la première solidarité est à rechercher auprès de la conjointe, le foyer étant, juridiquement et socialement, le premier cercle dans lequel l’individu peut chercher protection.

29L’introduction de la variable « résistance de solidarité » conforte l’hypothèse émise d’une surreprésentation des femmes dans cette forme de résistance. En effet, seuls 7 % des individus de sexe masculin arrêtés pour attitude posée comme antiallemande le sont pour cette forme de résistance, contre 55 % des femmes. Pour les hommes, l’hostilité à l’occupant se cristallise dans des actes de résistance active relevant de la résistance armée (sabotages ou voies de fait contre l’occupant), la résistance civile, organisée ou non, jouant un rôle moindre (propagande, refus de servir les intérêts du Reich). En outre, leur militantisme politique antérieur, en particulier au sein du parti communiste, explique leur plus forte représentation dans les délits politiques relevant de la résistance (« menées communistes »). Mécaniquement donc, la plus forte participation des hommes à une résistance active ou à l’activité politique grève le poids de la résistance de solidarité dans leurs rangs. La seconde raison à avancer, pour rendre compte du caractère davantage féminin de la « résistance de solidarité », tient précisément au lieu d’élection de la résistance de solidarité : le foyer. La résistance de solidarité, prolongement des rôles sociaux de sexe traditionnels, serait donc davantage le fait de l’élément féminin, appelé à nourrir, à abriter, à soigner, les membres de la Résistance, ou ceux dont le combat rejoint ses intérêts.

La résistance de solidarité au féminin : répartition des arrestations selon le destinataire de l’aide apportée

La résistance de solidarité au féminin : répartition des arrestations selon le destinataire de l’aide apportée

(1) Alliés et assimilés : aide apportée aux soldats anglais, américains, ou polonais, et dans un cas à un prisonnier de guerre français évadé
(2) Allemands et assimilés : aide apportée aux déserteurs allemands et dans un cas, à un déserteur de la garde wallonne.
(3) Le total est inférieur à celui des actes de résistance de solidarité relevé pour les résistantes (catégorie 1, soit 112) ; certaines mentions, ne signalant pas le destinataire de l’aide, ont été écartées ici.

  • 45 Rappelons que le fichier des arrestations ayant été élaboré à compter de l’automne 1941, la mention (...)
  • 46 Cette expression est utilisée à plusieurs occasions dans les fiches de renseignement.

30Le tableau qui précède propose une répartition des actes de « résistance de solidarité » effectués par des femmes et ayant entraîné leur arrestation, selon le destinataire et le type d’aide apportée. Cette méthode de classement a été adoptée pour rester au plus près de la définition de la solidarité, qui s’attache tout autant à la nature de la marque de solidarité, d’intensité variable, qu’à l’existence du lien entre « protecteur » et « protégé », noué par la conscience d’une communauté d’intérêt. La gradation des poids relatifs mérite de ce point de vue d’être soulignée, la représentation majoritaire de l’aide apportée aux Alliés et, d’abord aux Anglais, soulignant l’importance de la motivation patriotique dans l’activité déployée45. L’aide apportée aux soldats allemands déserteurs peut aussi être interprétée comme une activité antiallemande soutenue par la motivation patriotique. Le poids réservé à l’aide aux résistants de fait ou potentiels (les réfractaires), modique au regard de celui destiné aux Alliés, semble trahir la difficulté, qui a été celle de la Résistance, de trouver des soutiens en dehors des milieux qui lui étaient acquis. Les différences chiffrées entre poids de l’hébergement et poids de l’aide (terme qui recouvre essentiellement la fourniture de vêtements civils, le ravitaillement, et dans une moindre mesure la fourniture de faux papiers et le convoyage) pour les catégories « Alliés » et « Résistants », nous semblent aller dans le même sens. Dans le cas des soldats anglais, aux côtés de l’hébergement, existent de nombreux actes qui témoignent d’un degré d’engagement variable et, donc, impliquent inégalement leur acteur. Pour ce qui concerne le soutien apporté à ceux que les fiches posent comme des « terroristes » des « illégaux » ou des individus « recherchés », l’engagement individuel semble d’emblée total : il consiste essentiellement à « donner asile »46. S’opposeraient ainsi, d’une part un engagement d’intensité inégale mais plus mobilisateur (en individus) : celui qu’exprime le soutien apporté aux Alliés, et, d’autre part, un engagement total mais consenti par une population moins nombreuse : celui que l’on réserve aux membres de la Résistance. À cette hypothèse peuvent cependant en être opposées d’autres. Ainsi, il est possible également de penser que le moindre nombre de femmes arrêtées pour soutien apporté à la Résistance, est le signe de la moindre vulnérabilité de ce type d’engagement (par comparaison avec le risque pris aux premiers temps de l’occupation en hébergeant un soldat anglais difficile à dissimuler). En outre, le différentiel entre hébergement et aide pour ce qui concerne le soutien apporté aux membres de la Résistance peut aussi tenir de la mise en place d’organisations de secours, dont l’existence pourrait expliquer la moindre importance de l’aide apportée isolément.

31Au-delà de ces différences liées aux destinataires du soutien apporté, il faut souligner que la forte représentation de cette forme de résistance dans la population des femmes arrêtées (au total, une femme sur trois l’est pour ce motif) signale de manière indiscutable la vulnérabilité inhérente à cette forme de résistance. La « résistance de solidarité », paroxysme de la résistance sans héroïsme, est sans doute l’une de celles qui a le plus exposé ses acteurs.

Conclusion

  • 47 L’expression est empruntée à l’intitulé du colloque organisé à Besançon, dont les actes ont été pub (...)

32La Résistance, processus social, a donc trouvé des soutiens dans la population sans lesquels elle n’aurait pu exister, ni se développer. Elle a bénéficié d’une solidarité essentielle de la part de la société occupée, et en particulier des femmes. Pour approcher au plus près cette relation entre Résistance et société des individus, la mise à l’épreuve d’une expression étrangère à l’appareil conceptuel en usage, celle de « résistance de solidarité », par le choix d’une méthode induite par les sources contemporaines de l’événement - celles de la répression - nous semble tenir davantage d’un retour aux origines que d’une concession à l’air du temps. En effet, si les résistances sont un « miroir des régimes d’oppression »47, c’est l’oppresseur qui définit les comportements qu’il pose comme relevant de l’opposition à son ordre. Or, la solidarité occupe, au cœur du système de représentations de l’occupant et partant, au sein de son système répressif, une place cruciale. Aussi, la « résistance de solidarité », parce qu'elle empêche la Résistance d’être étrangère au corps social, participe pleinement de l’échec du projet de l’occupant d’imposer son ordre à la société occupée.

33Pour autant, l’exercice d’élaboration d’une classification des actes résistants selon cette variable montre les ambiguïtés de la notion : comment être certain de l’intention résistante qui fonderait l’acte de solidarité ? Plus généralement, elle atteste la porosité qui existe entre les différentes formes de résistance, et en particulier la résistance civile et la résistance humanitaire, à la charnière desquelles la « résistance de solidarité » peine à trouver sa place.

Notes

1 Jean-Pierre Lévy, avec la collaboration de Dominique Veillon, Mémoires d’un Franc-Tireur, Itinéraire d’un résistant (1940-1944), Éditions Complexe, 2000, p. 92-93

2 Jean-Pierre Lévy mentionne par ailleurs que c’est Henri Deschamps qui lui avait offert l’hospitalité à la campagne (à proximité de Lyon) si besoin était.

3 Définition donnée par le Robert 1, Dictionnaire alphabétique et analogique de la languefrançaise, édition 1985.

4 François Bedarida, « L’Histoire de la Résistance. Lectures d’hier, chantiers de demain », Vingtième Siècle, revue d’Histoire, 1986, vol. 11, no 1, p. 75-90.

5 Voir à ce sujet Sarah Gensburger, « Les figures du Juste et du résistant et l’évolution de la mémoire historique française de l’occupation », Revue française de Science politique, vol. 52, no 2-3, avril-juin 2002, p. 291-322.

6 En 2007-2008, le sujet proposé pour le Concours de la Résistance et de la Déportation a été le suivant : « L’aide aux personnes persécutées et pourchassées en France pendant la seconde guerre mondiale : une forme de résistance ». Témoigne aussi de cet intérêt porté aux formes de sauvetage au cours des différents conflits la parution en décembre 2008 de Jacques Semelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburger (dir.), La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage, Presses de Sciences Po, 2008.

7 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Editions Robert Laffont, 2006, avant-propos, p. VII.

8 Autour du thème « La Résistance et les Français », six colloques ont été organisés sous l’égide de cette nouvelle génération, avec le concours de l’Institut d’Histoire du Temps présent. Les actes de ces colloques, tenus entre 1993 et 1997, ont été publiés.

9 François Marcot, « Les paysans et la Résistance : problèmes d’une approche scientifique », dans Jacqueline Sainclivier, Christian Bougeard (dir.), La Résistance et les Français. Enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, PUR, 1995, p. 255.

10 Michel Boivin, Jean Quellien, « La Résistance en Basse-Normandie : Définition et sociologie », dans Jacqueline Sainclivier, Christian Bougeard, op. cit., p. 171

11 François Marcot, op.cit., p. 255

12 Jacques Semelin, article « résistance civile », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, p. 691-693

13 Germaine Tillion, « Première résistance en zone occupée », Esprit, numéro spécial « Les vies de Germaine Tillion », février 2002, p. 114.

14 Les notions de fonctionnalité et d’intentionnalité sont établies par François Marcot.

15 Nous suivons le raisonnement proposé par Jacques Sémelin, dans son analyse du rapport de force sans armes. Voir Jacques Semelin, « De la force des faibles : analyse des travaux sur la résistance civile et Faction non-violente », Revue Française de Science Politique, 1998, vol. 48, no 6, p. 773-783

16 Dès le 10 mars 1944, le sous-préfet de Douai accompagne l’envoi de la fiche de renseignements réglementaire d’un courrier détaillé signalant l’arrestation comme le décès de Suzanne Blin au préfet du Nord. Il relate : « Le 7 courant, ses soeurs qui habiteraient Bully-les-Mines se sont présentées à la Police de Sûreté Allemande pour obtenir l’autorisation de la voir. On leur a fait connaître quelle s'était pendue la veille. Conduites à la Maison d’Arrêt de Douai, on leur a fait voir leur soeur morte, mais elles n’ont pu apercevoir que la figure à une certaine distance. ». Le 15 mars 1944, le sous-préfet de Douai fait état d’une démarche dont il a eu l’initiative auprès du chef de service de police allemande SD de Douai. Celui-ci lui a « donné l’assurance formelle que cette personne (Suzanne Blin) s'était vraiment pendue [...] il a ajouté que dans quelques semaines, il pourrait me communiquer les raisons du suicide de Mme Blin ». ADN, Cabinet du Préfet, 1W 1867, courriers du sous-préfet de Douai au Préfet du Nord en date des 10 et 15 mars 1944.

17 L’université Libre signale dans son numéro 94 du 1er mai 1944 que la Gestapo vient de rajouter à la liste de ses crimes le meurtre odieux d’une jeune femme professeur au collège moderne de Douai et précise dans le numéro suivant (no 95, du 15 mai 1944) l’identité de l’intéressée : Suzanne Blin-Lanoy. Voir Jean-François Condette, « Enseigner, étudier et résister dans l’Académie de Lille (1940-1944) », dans Robert Vandenbussche (dir.), Les services publics et la résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, Université Charles de Gaulle-Lille 3, 2005, p. 130.

18 Une de La Pensée Française, organe des intellectuels du Front National en lutte pour la Libération de la France, no 2, avril-mai 1944, reproduite dans l’ouvrage de Jean-Marie Fossier, Nord-Pas-de-Calais, Zone interdite, mai 1940-Mai 1945, édité pour le compte de la FNDIRP, 1977.

19 « Hommage à Suzanne Lanoy », La Pensée Française, avril-mai 1944, p. 1., reproduit par Jean-Marie FOSSIER, op. cit.

20 Tract non daté, diffusé par la région du Pas-de-Calais du Parti Communiste Français, reproduit dans l’ouvrage de Jean-Marie Fossier, op. cit.

21 Guillaume Piketty, article « Torture », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Robert Laffont, 2006, p. 985-986

22 Roger Pannequin, Ami, si tu tombes, Babel, 2000, p. 312

23 Proclamation à la population lilloise, 11 juin 1940, émanant du commandant de l’OFK 670, Verkuendungsblatt des Oberfeldkommandanten für die Departements du Nord und Pas-de-Calais (VBF/ObfK), 15 juillet 1940, p. 2, ADN Cabinet du Préfet, 1W 4519

24 Ordonnance concernant les actes de sabotage et de pillage, Lille, le 21 juin 1940, VBK/ObfK 15 juillet 1940, p. 5

25 Traduction adoptée dans le texte français de l’ordonnance pour l’expression « Angehöriger der englischen oder französischen Wehrmacht », soit littéralement « membre de l’armée anglaise ou française ». Décret pour empêcher les actes hostiles contre les forces armées allemandes, 24 août 1940. VKB/ObfK du 4/09/1940, ADN, Cabinet du Préfet, 1W 1459. Collection d’affiches du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, AN 72 AJ 817

26 Décret concernant l’attitude à prendre envers des militaires anglais dispersés, Lille, le 14 juillet 1940. ADN, Cabinet du Préfet, 1W 853,

27 Ibid.,

28 Une comparaison des chronologies de la répression dans le ressort de l'OFK670 d’une part, du Militärbefehlshaber dans Frankreich (MBF) de l’autre, atteste ce caractère pionnier. Les ordonnances réprimant le soutien apporté aux soldats anglais datent respectivement du 14 juillet 1940 pour l’OFK 670, et du 13 octobre 1940 pour le MBF. Les avis faisant part des sanctions encourues pour aide aux équipages d’avions alliés abattus datent des 28 août 1941 dans le premier cas, du 22 septembre 1941 dans le second.

29 Étienne Dejonghe, Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, Lille, La Voix du Nord Éditions, 1999, p. 178-179

30 Décret pour empêcher les actes hostiles contre les forces armées allemandes, 24 août 1940, op. cit,

31 Ibid.

32 Le registre des condamnations prononcées par les tribunaux militaires allemands de Belgique et du nord de la France, complet pour toute l’occupation, est déposé au ministère de la Santé à Bruxelles. Il a été mis à profit par les travaux de recherche de Laurent Thiéry. Voir en particulier Laurent Thiéry, « Les spécificités de la répression dans le Nord-Pas-de-Calais, « zone rattachée » au commandement militaire allemand de Bruxelles », dans Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Jean Quellien, La répression en France, 1940-1945, Actes du colloque international, 8, 9,10 décembre 2005, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, Caen, 2007, p. 129-156.

33 Gaël Eismann, La politique de maintien de l'ordre et de la sécurité conduite par le Militärbefehlshaber dans Frankreich et ses services, 1940-1944, Thèse pour le doctorat d’Histoire de l’Institut d’Études Politiques de Paris, 2005, crimes et délits jugés par les tribunaux du MBF entre le mois de février 1941 et le 12 mai 1944, annexe V.2.2, p. 988

34 Au total, les archives départementales permettent de retrouver la trace de 72 condamnations prononcées par les tribunaux allemands (conseil de guerre de l’OFK 670, de la FK, tribunal militaire de la Luftwaffe), parmi lesquels 18 concernent des cas d’hébergement ou de soutien à militaire anglais ou canadien. ADN, Cabinet du Préfet, 1W 1349-1350, exécutions de condamnés à mort ou d’otages dans le Nord-Pas-de-Calais.

35 Ce fichier est conservé aux Archives Départementales du Nord sous les cotes 1W 1838 à 1860.

36 Au total, le poids relatif des femmes dans les personnes arrêtées par les forces d’occupation, de l’ordre de 12 %, est similaire à celui dont les femmes sont créditées dans la population résistante. Voir en particulier Claire Andrieu, « Les résistantes, perspectives de recherche » dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 1997, p. 69-96.

37 Voir en particulier Metchild Gilzmer, Christine Levisse-Touze, Stefan Martens, Les femmes dans la Resistance en France, Actes du colloque international de Berlin, 8-10 octobre 2001, Paris, Tallandier Éditions, 2003.

38 Ces actes s’inscrivent dans le cadre d’affaires de moeurs ou, plus fréquemment, sont d’ordre économique (affaires de marché noir, trafics et fraudes, mais surtout ruptures de contrat de travail). Les personnes démunies de certificat de travail, nombreuses, ont été intégrées à cette catégorie bien que leur situation puisse relever de l’opposition à la législation sur le STO (et donc, éventuellement de la première catégorie), parce que les fiches distinguent « démuni de certificat de travail » et « réfractaire au STO ».

39 La solidarité témoignée à l’encontre des populations persécutées est singulièrement absente des motifs d’arrestation portés sur les fiches.

40 Nous avons néanmoins choisi de ranger dans la « résistance de solidarité » le soutien apporté aux déserteurs de l’armée allemande ou des gardes wallonnes, dans la mesure où celui-ci peut être interprété comme un acte servant directement la cause de la Résistance en contribuant à éclaircir les rangs de ses ennemis. Ce choix est cependant discutable, puisque ce soutien pourrait être considéré comme relevant de la résistance humanitaire, au sens où il porte sur des individus pourchassés, du fait de leur défection, par les forces d’occupation.

41 Dans un travail ancien, mais fondateur, Michel Rousseau propose une statistique de la déportation depuis le département du Nord. Le classement des motifs d’arrestation des personnes déportées, si l’on exclut la déportation de persécution, montre que la résistance est à l’origine de 85 % des arrestations suivies de déportation pour les femmes, contre 63 % pour les hommes. On observe donc un écart similaire à celui que nous mettons en évidence à l’aide de notre source. Le différentiel entre « résistance » et « actes de nature antiallemande », paradoxalement en faveur du premier dont la définition est pourtant plus étroite, s’explique par la méthode et surtout par la différence des sources utilisées. Michel Rousseau, « La répression dans le Nord de 1940 à 1944 », Revue du Nord, 1969, p. 709-740, et particulièrement tableau 2. Motifs d’arrestation, p. 737

42 L’expression est utilisée par l’énoncé du motif dans plusieurs cas.

43 Le nombre de cas d’arrestations relevés pour les hommes dans ce cadre (12 cas) ne permet pas d’effectuer une comparaison.

44 L’exposé des motifs ne permet pas d’apprécier si la conjointe est dans ce cas actrice, au sens où elle autorise par son arrestation la fuite de son conjoint, cas souvent relaté par les témoignages, ou si elle est objet de cette répression.

45 Rappelons que le fichier des arrestations ayant été élaboré à compter de l’automne 1941, la mention des arrestations antérieures est lacunaire. On peut donc faire l’hypothèse que la primauté de l’aide apportée aux Alliés est encore plus conséquente.

46 Cette expression est utilisée à plusieurs occasions dans les fiches de renseignement.

47 L’expression est empruntée à l’intitulé du colloque organisé à Besançon, dont les actes ont été publiés sous la direction de François Marcot et Didier Musiedlak, Les Résistances, miroir des régimes d’oppression. Allemagne, France, Italie, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006

Table des illustrations

Titre Typologie des arrestations opérées par les forces d’occupation dans le département du Nord, 1940-1944
Légende Catégories :1. Auteurs d’actes de nature antiallemande2. Auteurs d’actes de nature délictuelle autre3. responsabilité collective : otages, victimes de rafles4. responsabilité collective : personnes arrêtées pour leur lien avec l’auteur du délit, en lieu et place de cet auteur, témoins du délit5. Victimes de persécutionRS : « résistance de solidarité »
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre La résistance de solidarité au féminin : répartition des arrestations selon le destinataire de l’aide apportée
Légende (1) Alliés et assimilés : aide apportée aux soldats anglais, américains, ou polonais, et dans un cas à un prisonnier de guerre français évadé(2) Allemands et assimilés : aide apportée aux déserteurs allemands et dans un cas, à un déserteur de la garde wallonne.(3) Le total est inférieur à celui des actes de résistance de solidarité relevé pour les résistantes (catégorie 1, soit 112) ; certaines mentions, ne signalant pas le destinataire de l’aide, ont été écartées ici.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Centre d'Histoire du XXe siècle - IEP de Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540