Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La clandestinité en Belgique et en zone interdite (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Affirmer la force des mouvements clandestins

Usages résistants des fêtes et commémorations dans le Nord (1940-1944)

Jean François Condette

Texte intégral

  • 1 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Publications de la So (...)
  • 2 Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Pa (...)
  • 3 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 9 et suivantes.
  • 4 Idem, p. 8.
  • 5 Alain Corbin, Noëlle Gérome et Danielle Tartakowsky, Les usages politiques des fêtes aux XIXe-XXe s (...)

1Si, au XIXe siècle, de nombreuses manifestations sont des « appendices de formes d’action conçues comme premières, tels la grève ou le meeting »1, d’autres apparaissent comme des moyens efficaces de construction d’un groupe alors que certaines sont indissociables de graves crises nationales dont elles précipitent parfois l’issue. Danielle Tartakowsky distingue ainsi quatre usages de la rue : « les manifestations-processions, les manifestations-pétitions, les manifestations-insurrections, la levée en masse »2. La manifestation-procession permet au groupe d’affirmer son identité par la proclamation de valeurs (14 juillet, Jeanne d’Arc, 1er mai) et l’existence fréquente d’un lieu sanctifié (une statue, etc.). Les manifestations-pétitions signalent à l’État des problèmes qu’il faut résoudre sans pour autant remettre en cause le régime alors que les manifestations-insurrections prennent l’État ou le gouvernement pour cible et rééditent « métaphoriquement la prise de la Bastille ou la marche sur Versailles »3. La levée en masse, enfin, est décidée par l’État pour défendre le régime menacé ou peut être le fait de forces qui s’estiment en droit de se substituer à un État défaillant. La manifestation est une occupation transitoire de la rue mais aussi une rupture dans les usages codifiés de l’espace et du temps. « Elle diffère en cela du cortège officiel toujours inscrit dans un espace/temps convenu [...]. Elle présente, dès lors, une dimension subversive [...] en introduisant ipso facto un rapport obligé avec l’État4 ». Les usages politiques des fêtes peuvent être multiples, en particulier lors des périodes de crises5.

  • 6 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 443 et suivantes.
  • 7 Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue..., op. cit., p. 119.

2Lors de la Seconde Guerre mondiale, au sein de la zone longtemps interdite, et plus particulièrement dans le département du Nord, l’usage de la rue, lors des commémorations et des fêtes, devient un enjeu politique considérable. Alors que les forces résistantes tentent de mobiliser les Nordistes pour qu’ils affirment leur refus de l’occupation et du régime de Vichy en participant aux fêtes et manifestations patriotiques, les forces allemandes d’occupation et les fonctionnaires de l’État français font tout ce qu’ils peuvent pour réduire la rue au silence. Les manifestations étant interdites dans le département, il faut ruser avec les autorités et inventer de nouveaux modes de célébration des fêtes patriotiques ou revendicatives. La proclamation allemande du 20 juin 1940 soumet tout rassemblement à l’autorisation préalable des forces d’occupation et rend passible du tribunal de guerre, « les attroupements de rue, les distributions de tracts, l’organisation d’assemblées publiques et de manifestations qui n’auront pas été approuvées au préalable par le commandement allemand ». Alors que la période est celle des « rues interdites »6, les mouvements de résistance tentent de braver les consignes pour affirmer leurs revendications et leur existence, en ayant recours « à des démonstrations en rupture avec les pratiques naguère dominantes »7. Dans le même temps, les consignes de la résistance sont au boycott ou au détournement des fêtes officielles organisées par le régime de Vichy avec l’accord des Allemands. Fêtes légitimées par le pouvoir et fêtes interdites se disputent les habitants.

Les fêtes légitimées par le régime de Vichy, acceptées par les autorités occupantes mais boudées ou détournées par la résistance

  • 8 Christian Faure, Le projet culturel de Vichy, Paris, PUL-CNRS, 1989, préface de Pascal Ory, p. 7.

3Le régime de Vichy, qui se veut restauration de la « vraie France », a besoin de marqueurs temporels et de « figures » qui puissent lui donner sa légitimité en montrant la continuité du processus historique qui mène jusqu’à lui, tout en minorant la portée de l’épisode républicain vécu depuis 1870, en particulier celui du Front Populaire, cause selon lui de la déchéance de la nation. Dans le projet culturel de Vichy, il s’agit alors de retrouver la France qui « ne ment pas », celle de la paysannerie et de l’artisanat, celle aussi d’une société corporatiste et religieuse. Un extraordinaire volontarisme d’État se met au service de « la restauration systématique des valeurs de la tradition »8.

Le 1er mai récupéré par Vichy mais mobilisé par la résistance

  • 9 Danielle Tartakowsky, La part du rêve : Histoire du 1er mai en France, Paris, Hachette, 2005, p. 48
  • 10 L’Espoir Français, 1er mai 1941, cité par Danielle Tartakowsky, La part du rêve, op. cit., p. 126.
  • 11 Danielle Tartakowsky, La part du rêve..., op. cit., p. 127.

4La journée du 1er mai, symbole de la lutte ouvrière, est particulièrement redoutée par les autorités vichyssoises et allemandes, en particulier dans le Nord. Mais le régime de Vichy, qui veut marquer sa légitimité et son intégration dans le processus historique national par l’organisation de grandes cérémonies publiques supposées fondatrices d’unanimité nationale, tente de récupérer la fête du 1er mai. Cette fête de classe doit se transformer en une fête générale du travail qui unisse l’ensemble des acteurs de la vie économique, les ouvriers n’étant que l’une des composantes aux côtés des employés, des paysans et des artisans. Il s’agit en fait de retirer à la fête ses connotations révolutionnaires pour en faire une fête de la nation au travail. La manifestation identitaire des ouvriers, véritable « marqueur de classe »9 avec son folklore spécifique et le rôle majeur des syndicats, doit se transformer en fête nationale de célébration du courage français et d’acceptation de l’idéologie de la Révolution nationale. Le 1er mai, qui était hier « symbole de division et de haine » devient porteur d’union et d’amitié », fête de la concorde sociale, officiellement reconnue par la loi du 12 avril 1941 comme jour chômé. Dès lors, le 1er mai se dote d’origines immémoriales et perd toute connotation socialiste ou communiste pour devenir « jour fleuri d’espérance et d’allégresse, fête du printemps, fête florale où la nature endormie se réveille, renouvelée »10, le régime réinvestissant ici l’ancestral « cycle de mai », symbole du renouveau de la nature. En ce mois de la Vierge Marie, les fêtes sont ancestrales et le rouge, couleur du sang et de la lutte entre un patronat trop replié sur ses intérêts et un monde ouvrier victime des illusions marxistes, doit être remplacé par le blanc du muguet. Pour les idéologues de Vichy, il s’agit de « restaurer la fête pervertie dans son essence originelle »11, en effaçant les souvenirs marqués par l’idéologie révolutionnaire. Le 1er mai a aussi le grand avantage d’être le jour de la Saint-Philippe, ce qui permet alors de célébrer le travail, le muguet et le chef.

5La loi du 12 avril 1941 stipule qu’il sera chômé sans diminution de salaire. En 1942, la fête est d’abord reportée au samedi 2 pour permettre aux travailleurs de bénéficier de deux jours de repos consécutifs puis finalement décrétée fériée et chômée à la date du 1er mai dans une certaine confusion. En 1943, elle est reportée au dimanche 2 mai. En 1944, la fête est déplacée au dimanche 30 avril.

  • 12 Archives départementales du Nord (désormais ADN), 1W 178-2, lettre du préfet du Nord aux sous-préfe (...)

6Dans le département du Nord, isolé du reste de la France et soumis à l’étroite surveillance des troupes d’occupation, rien ne semble réellement organisé en 1941 mais la mobilisation apparaît beaucoup plus forte en 1942. Le préfet Caries écrit aux sous-préfets et aux commissaires de police, le 27 avril 1942 que « pour des raisons d’économie et afin de permettre aux travailleurs de bénéficier de leurs deux jours de détente consécutifs », le Gouvernement a décidé de reporter du vendredi 1er mai au samedi 2 mai, la célébration de la fête du travail. En conséquence, seul le samedi 2 mai sera jour férié. « J’ai par arrêté en date du 26 avril courant, prononcé l’interdiction de toute manifestation, de quelque ordre que ce soit (fêtes, cortèges, manifestations, rassemblements, etc.) à l’occasion des 1er et 2 mai dans toute l’étendue du département du Nord »12. Il exige la mobilisation totale des forces de police et une surveillance renforcée des établissements publics et des établissements industriels.

  • 13 Idem, lettre de Pierre Pucheu et de François Darlan datée du 13 avril 1942.

7La spécificité du département du Nord est très vite perçue par l’impossibilité d’y organiser les cérémonies voulues par le régime de Vichy qui tente de récupérer à son profit le 1er mai. Une lettre de Pierre Pucheu (Ministre de l’Intérieur) et de l’Amiral Darlan (Vice-président du Conseil), datée du 13 avril 1942, donne les consignes pour la célébration de la fête du travail, reportant du vendredi 1er mai au samedi 2 mai la célébration13.

« Le Maréchal, chef de l’État, a demandé de placer, en 1942, cette journée sous le signe de la devise : « le travail est à l’honneur ». Le vendredi 1er mai, à 17 heures, le Maréchal se rendra dans une usine de la zone libre pour y lire un message qui sera radiodiffusé dans toutes les usines. Le samedi 2 sera chômé et payé. Le matin, dans tous les chefs-lieux de département et cités industrielles désignées par un comité départemental créé à cet effet, organisation de manifestations officielles avec le concours des Chantiers de Jeunesse et des groupements corporatifs ».

8Des médailles de l’Ordre du travail, des croix de la Légion d’honneur seront remises aux ouvriers méritants. L’après-midi, des fêtes, des manifestations théâtrales, des matchs seront organisés. Mais la lettre, arrivée à Lille, est biffée, avec dans la marge, « Supprimée par décision du 28 avril 1942 ». Un télégramme du préfet Caries informe le ministre de l’Intérieur, le 22 avril 1942 :

  • 14 Ibid, télégramme du préfet Caries au ministre de l’Intérieur, 22 avril 1942.

« Occasion 1er mai : Autorité allemande locale prononcera certainement même mesures que par le passé, interdisant toute fête, manifestation, cortège - Stop - Célébration fête Travail ne pourra donc pas se dérouler - Stop - Le congé étant reporté au 2 mai, il est vraisemblable que nombreux ouvriers et mineurs s’abstiendront venir travailler vendredi 1er mai - Stop - Troubles graves semblent exclus jusqu’à présent - Stop - Cependant agitation communiste et attentats terroristes de ces temps derniers exigent prendre précautions exceptionnelles – Stop - Assurerai mobilisation des forces police et gendarmerie mais demande en sus envoi sur Béthune-Lille forces supplétives 300 gendarmes du 3 avril au 3 mai à répartir dans régions industrielles et minières »14.

  • 15 ADN, 1W 1943, lettre du préfet du Nord aux sous-préfets.

9Un ordre des autorités allemandes du 26 avril 1942 vient en effet rappeler l’interdiction de toute manifestation à l’occasion du 1er et du 2 mai dans le Nord15.

10Le préfet a d’ailleurs des soucis avec l’active propagande des services de Vichy qui multiplient les envois d’affiches officielles pour appeler à des manifestations en l’honneur de la fête du travail. De grandes affiches murales mais aussi de multiples affiches de format classique sont diffusées. Dans l’une d’elle, un message centré sur le mot « Maréchal » et ses sept étoiles, est mis en valeur par divers dessins de couleur qui forment le bord de l’affichette. Ces dessins représentent divers outils (le marteau, la tenaille, la pelle, la truelle, la pioche, le pic, etc.) mais on trouve aussi des dessins rappelant la campagne et ses paysans (tige avec ses feuilles et ses fleurs, papillons, brins de muguet). Le message indique :

  • 16 ADN, 1W 178-2, tract pour le 1er mai 1942.

« À vous tous qui travaillez dur pour que la France produise, transporte, transforme, en un mot, vive, le Maréchal de France veut qu’en ce 1er mai 1942, chacun se pénètre de cette idée que ce sont en premier lieu les travailleurs manuels qui apportent à la nation les moyens de vivre et qu’en ces temps difficiles l’humble geste de la main qui œuvre doit prendre pour nous la valeur d’un symbole, le symbole de la RENOVATION NATIONALE »16.

  • 17 Ibid, affiches en couleur.

11D’autres affiches assez similaires, copiant les traditionnelles affiches des forces de gauche pour appeler à la mobilisation du 1er mai dans les années trente en dénaturent les symboles et les textes et insistent sur le tournant de la promulgation de la Charte du Travail qui apporte « la paix des classes ». Dans les comités sociaux, patrons, techniciens et ouvriers collaborent à une œuvre constructive alors que des œuvres sociales se fondent dans les entreprises. « À l’avenir, tout ouvrier pourra se dire qu’il a son bâton de chef d’industrie dans sa boîte à outil »17, par la participation aux bénéfices et aux comités.

12Le préfet Caries doit freiner la propagande de Vichy qui passe par de multiples canaux. Il écrit aux maires et sous-préfets, le 4 avril 1942 :

  • 18 ADN, 1W 178-2, lettre du préfet Caries aux maires et sous-préfets, 4 avril 1942.

« À l’occasion de la fête nationale du Travail, les afficheurs municipaux ont reçu directement des services du secrétariat d’État à la propagande, des affiches qu’ils ont immédiatement apposées. Or les autorités d’occupation, consultées par mes soins sur les conditions dans lesquelles devait se dérouler la Fête du Travail, n’avaient pas donné leur accord à l’apposition des affiches et j’ai dû en conséquence, sur leur ordre, les faire lacérer dans les localités où elles avaient été placardées. Il m’est signalé que le même fait est susceptible de se reproduire à propos de la fête de Jeanne d’Arc [...]. Je vous serais obligé de vouloir bien donner toutes instructions utiles aux afficheurs municipaux pour qu’à l’avenir, ils ne procèdent, en aucun cas, à l’affichage des documents qu’ils reçoivent directement de l’administration centrale avant d’avoir reçu des directives de ma part »18.

13Les Autorités allemandes sont hostiles mais tardent à donner une réponse claire. Le préfet Caries écrit de nouveau à l’Oberfeldkommandantur 670, le 26 avril 1942 :

  • 19 Idem., lettre du préfet à l’OFK 670,26 avril 1942.

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que les services de la propagande de l’administration centrale m’ont fait parvenir 190 000 exemplaires du tract ci-joint qui doit être répandu à l’occasion du 1er mai sur le territoire du Nord et du Pas-de-Calais. Je vous serais obligé de bien vouloir me faire connaître si vous donnez votre accord à la diffusion de ce tract »19.

14La réponse devait être négative.

  • 20 Danielle Tartakowsky, La part du rêve : Histoire du 1er mai en France, op. cit., p. 134 et suivante (...)
  • 21 Voir Jean-François Condette, « Les manifestations de ménagères dans le département du Nord de 1940 (...)

15Pour le 1er mai 1942, les mouvements clandestins tentent de mobiliser largement dans le département et les commissaires de police notent une forte agitation. La fête officielle est « subvertie20 », en particulier par le Parti communiste clandestin qui transfère le 1er mai sur le terrain politique pour en faire une fête « nationale », signe de la volonté de libération. Il tente surtout de mobiliser les mères de famille pour qu’elles aillent revendiquer du pain et des vivres dans les mairies, moyen aussi de remettre en cause les autorités constituées et le pillage allemand21. Un tract dactylographié signé « Un groupe de mamans du Nord », lance un appel dans le périmètre de Seclin et demande que les mères se regroupent devant les mairies et les préfectures pour dénoncer la diminution des rations de pain. S'en prenant violemment à Hitler, le tract dénonce aussi les mensonges de Vichy.

  • 22 ADN, 1W 178, compte rendu de la journée du 1er mai 1942, Tract dactylographié. Voir le détail dans (...)

« Non content d’avoir livré la moitié de notre récolte 1941 à Hitler, Pétain, le défenseur de la famille française, fait un prélèvement sur la ration des mamans et des petits de France pour permettre au plus grand voleur que la terre n’ai jamais porté de continuer désespérément son œuvre de dévastation, de tuerie et de famine »22.

16De multiples tracts sont distribués dans le département appelant à la mobilisation pour le 1er mai 1942.

  • 23 ADN, 1W 178-1, tracts et journaux clandestins, Fête du travail, 1er mai 1942.

« Français, ne vous laissez pas affamer par les vendus de Vichy qui livrent notre blé et notre charbon à l’ennemi. Exigez le maintien de vos rations. Faites des pétitions au maire. Préparez-vous à chasser l’ennemi et ses collaborateurs. Adhérez au Parti communiste, le parti de la libération de la France »23.

17Les ouvriers et ouvrières doivent se mobiliser pour que cesse le pillage des richesses nationales et leur misère. Les femmes doivent exiger plus de nourriture et copier l’exemple de leurs sœurs de Léningrad et de Moscou qui mettent tout en œuvre pour accélérer la défaite des Allemands. Il faut cesser le travail le 1er mai et aller manifester devant les mairies.

  • 24 Idem, L'Humanité, un recto-verso ronéotypé, 1er mai 1942.
  • 25 Ibid., tract ronéotypé du comité d'action socialiste, « Premier mai 1942 ».

18Le Parti communiste diffuse un numéro spécial de L'Humanité daté du 1er mai 1942 : « Vive le 1er mai. En avant pour un premier mai de combat ! Français, debout et à l’action pour libérer la patrie et chasser l’envahisseur, pour écraser à jamais le fascisme hitlérien oppresseur et barbare, pillard et affameur. Hors de France les occupants »24. La Voix du mineur, organe des bassins houillers du Nord et d’Anzin, dans son numéro d’avril 1942, fait de même. Le commissaire des renseignements généraux écrit au préfet du Nord, le 30 avril 1942, pour lui signaler la distribution à Roubaix de tracts issus du Comité d’action socialiste, diffusé aussi dans les milieux syndicaux et ouvriers de la région de Lille. « Une équipe de traîtres, de sycophantes et d’imposteurs »25 a fait main basse sur la France et abattu la République et la démocratie. Le pouvoir personnel d’un « nouveau Mac-Mahon » a mis en place un ordre moral « cent fois plus hypocrite et plus réactionnaire » alors que le pays est livré au « despotisme avilissant des trusts et des hobereaux, des militaires professionnels et des jésuites ». Il faut bâtir un monde nouveau fondé sur la souveraineté du travail mais le travail souverain, c’est le travail « collectivement propriétaire de ses moyens de production, collectivement propriétaire de ses produits ». Il faut abolir les classes et l’exploitation de l’homme par l’homme par l’union de tous les prolétaires.

  • 26 ADN, 1 W178-3, rapport du commissaire aux renseignements généraux destiné au préfet du Nord, le 1er(...)
  • 27 Idem, rapport du capitaine Patou, 2 mai 1942.

19Le rapport du commissaire aux renseignements généraux, le 1er mai 1942, fait un « aperçu sur la situation dans l’arrondissement de Lille durant la journée du 1er mai 1942 » et note de nombreuses distributions de tracts, jetés sur la voie publique, glissés sous les portes ou collés sur les murs la nuit26. À Comines, des drapeaux tricolores en carton, sur lesquels ont été peints la faucille et le marteau et des drapeaux rouges, ont été jetés sur les lignes téléphoniques. À Wervicq comme à Lambersart, on a retrouvé de nombreux tracts d’obédience communiste et des exemplaires de L'Humanité du 1er mai 1942. À Houplines, des papillons invitant les femmes à se rendre à la mairie à 15 heures pour y manifester contre l’insuffisance du ravitaillement ont été collés. Des exemplaires de La vie ouvrière du 1er mai 1942 ont été glissés sous les portes dans de nombreuses autres localités du département. A Lomme, des tracts ronéotypés, par « paquets entiers », ont été déposés devant différents établissements industriels. Il n’y a pas eu de manifestation réelle devant les mairies ou les statues de la République » mais cependant, devant certaines mairies, il y a eu une circulation plus importante que d’habitude. À Roubaix, par exemple, « vers 18 h 30,1800 à 2000 personnes qui circulaient dans tous les sens sur la Grand-place, ont été dispersées par un groupe de Feldgendarmes [...]. Quelques coups de crosse de fusil ont été donnés ». On signale une foule plus nombreuse qu’à l’accoutumée à La Bassée, Armentières, Lille et Tourcoing par exemple. Le rapport du capitaine Patou, commandant la section de Lille, signale la découverte de tracts communistes à Seclin. « Le 1er mai 1942, la police locale de Seclin a découvert deux paquets de tracts d’inspiration communiste s’adressant aux femmes, d’une cinquantaine d’exemplaires chacun » ; l’un est intitulé « Femmes du Nord » et l’autre : « Pour un 1er mai de Lutte »27 ! De nombreux tracts ont aussi été diffusés dans les usines pour inciter à la grève alors que dans plusieurs communes, des papillons signés « Les Comités féminins » en appellent à des manifestations devant la mairie, le 1er mai à 15 heures.

20Le commissaire central de police de Lille écrit au préfet, le 1er mai : « Aucun incident [...]. Le travail a été normal dans tous les établissements. La rentrée et la sortie des ouvriers se sont effectuées dans le plus grand calme ». Il note toutefois qu’entre 18 h 30 et 19 heures :

  • 28 Ibid., rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 1er mai au soir

« environ 500 personnes sont passées devant l’hôtel de ville de Lille, par groupes de deux ou trois maximum ; ces personnes, qui avaient l’aspect de promeneurs, étaient nettement séparées les unes des autres. Elles n’ont fait aucun geste en passant et aucun cri n’a été poussé. On ne peut considérer ce passage, peut-être un peu plus important que d’habitude, comme une manifestation concertée de la part de la population qui n’a pas suivi les appels lancés par la radio de Londres »28.

  • 29 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux de Roubaix, 2 mai 1942.

21Le commissaire aux renseignements généraux de Roubaix, le 2 mai 1942, est plus embêté et relève l’incident de la Grand-place. « Il est évident que dans la foule des 1800 à 2000 personnes qui circulaient entre 18h 20 et 19h 45, une certaine quantité d’habitants était venue sur cette place dans l’intention d’exécuter les directives préconisées par la radio britannique ». Mais beaucoup n’étaient que des Roubaisiens se trouvant là par hasard ou se dirigeant vers les nombreux arrêts de tramway présents sur la place alors que c’était l’heure des sorties d’usines et des firmes commerciales29. Le rapport du commissaire de police de Lille au préfet, le 1er mai 1942, est très réaliste sur la réaction des ouvriers au discours du maréchal Pétain retransmis dans toutes les usines.

  • 30 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, le 1er mai 1942.

« La direction de la filature Leblan avait installé cet après-midi des appareils de TSF dans l’usine afin de permettre au personnel, comprenant 560 ouvriers ou ouvrières, d’écouter à 17 heures l’allocution de M. le Maréchal Pétain. À 17 heures, le travail terminé, les 2/3 du personnel ont quitté l’établissement sans attendre le début du discours. Celui-ci a été entendu par 150 à 200 personnes. Aucun incident ne s’est produit au cours de l’allocution mais celle-ci terminée, quelques femmes de l’atelier de la retorderie qui n’ont pu être identifiées, ont crié « Vive De Gaulle » alors que les applaudissements envers Pétain étaient peu nombreux »30.

22En 1943, l’appel à la manifestation est signé par les MUR, la SFIO, le PCF et le Front national mais l’impact semble moins important dans le département, selon les sources conservées, assez lacunaires cependant. Pour le 1er mai 1944, le régime de Vichy décide de mettre fin au caractère chômé de la journée, le dimanche 30 avril remplaçant le 1er mai.

La fête des mères et ses limites dans le Nord

  • 31 Voir Hélène Eck, « Les Françaises sous Vichy : Femmes du désastre, citoyennes par le désastre » dan (...)
  • 32 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, p. 12.
  • 33 Voir Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet, Histoire des mères, Paris, réédition Pluriel, 1982, «  (...)
  • 34 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, op. cit., p. 139 et suivantes.

23Voulant célébrer « l’éternel féminin » et marquer le temps social de ses propres fêtes, le régime de Vichy instaure la journée des mères. Il faut à la fois expier les fautes du passé et jeter les fondements de 1ère nouvelle. « Dans ce dispositif, les femmes occupent une place stratégique31 ». La dénatalité est désignée comme le symptôme et la cause de la dégénérescence nationale alors que la famille est considérée comme la cellule sociale fondamentale et le partage des fonctions masculines et féminines comme le garant de l’équilibre social. « L’éternel féminin est mis au service de la contrition et de la rédemption »32. Le retour à l’univers domestique est la condition du renouveau33. Les femmes mariées sont exclues de l’administration alors que l’avortement est réprimé avec une grande rigueur, le Code de la Famille de 1938 étant appliqué avec générosité (allocation de salaire unique, etc.)·La Journée des mères, fixée au 25 mai 1941, crée cette fête dont on parlait cependant dès la fin de la Première Guerre mondiale. La circulaire sur la fête des mères de Jérôme Carcopino, destinée au corps enseignant, est diffusée à 70 000 exemplaires en mai 1941. Pour cette fête, le Service de propagande du Commissariat général à la Famille voit grand34. Trois millions de cartes postales et des centaines de milliers d’affiches sont commandées. L’État mobilise l’ensemble des relais disponibles par les écoles, les préfectures et les municipalités mais renforce aussi le travail de propagande du Commissariat général à la Famille et soutient les multiples organisations privées, souvent catholiques, qui se consacrent depuis des années à la promotion de la famille.

24Dans le Nord, la fête des mères de mai 1941 apparaît peu célébrée. La circulaire de Jacques Chevalier, secrétaire d’État à la Famille et à la Santé est adressée au préfet le 24 avril 1941. Elle rappelle :

  • 35 ADN, 1W 541, circulaire de Jacques Chevalier du 24 avril 1941.

« Continuant une tradition établie depuis plusieurs années, le gouvernement du Maréchal Pétain a décidé de faire de la journée du 25 mai une journée de reconnaissance nationale envers les mères françaises [...]. Le gouvernement désire donner une importance toute particulière à cette journée. Il estime que le succès de sa politique familiale est conditionné par le concours que les mères françaises lui apporteront. Il pense, en outre, que leur attitude dans les épreuves morales et matérielles quelles traversent actuellement, est capitale pour l’effort de redressement national [...]. Les manifestations de la journée du 25 mai doivent rappeler aux mères la grandeur et la portée de leur tâche, en soulignant l’influence décisive que, par la formation des jeunes, elles peuvent avoir sur l’avenir du pays. Ces cérémonies doivent, en outre, contribuer à créer, autour des gardiennes du foyer, le climat de respect, de confiance et de reconnaissance qui leur est indispensable pour accomplir leur mission [...]. Le secrétariat d’État à la Famille et à la Santé s’est entendu avec la Radio-Diffusion nationale et la presse pour que celles-ci consacrent aux mères leurs émissions et les éditions de cette journée. Il a, d’autre part, demandé à Monsieur le secrétaire d’État à l’Éducation nationale, d’associer les enfants des écoles à cette manifestation, en leur suggérant la rédaction d’une lettre adressée par chacun deux à sa mère [...]. De son côté, le secrétariat d’État au ravitaillement étudie la possibilité de mettre en distribution une petite quantité de denrées permettant de fêter modestement la fête des mamans autour de la table familiale [...].
Je vous prie d’inviter les maires de votre département à prévoir, dans chaque commune, une cérémonie officielle »35.

25Le préfet du Nord doit cependant demander l’autorisation aux Autorités allemandes. L’Oberfeldkommandantur 670 répond positivement le 20 mai 1941, soit cinq jours à peine avant la fête :

  • 36 Idem, lettre de l’OFK 670 au préfet datée du 20 mai 1941, « Fest der Mütter am 25. mai 1941 ».

« Contre la célébration de la fête des mères le 25 mai 1941, il n’est soulevé aucune objection, à la condition que vous, Monsieur le préfet, preniez la responsabilité entière du déroulement sans friction de la fête, en particulier pour qu’il ne soit pas procédé à une manifestation politique quelconque. Des cérémonies ne peuvent avoir lieu que dans des locaux fermés. Les cortèges publics sont interdits36 ».

26Les sous-préfets doivent se mettre en rapports avec les divers bureaux des Kommandanturs compétents sur le sujet. Diverses réunions se tiennent ensuite en préfecture pour organiser les cérémonies et surtout pour répartir au mieux les forces de police. La presse locale relaie les consignes. Le Journal de Roubaix du 24 mai 1941, insiste sur le fait qu’aucun cortège public n’est autorisé. Le Grand Echo du Nord du 23 mai reprend un « appel de Monsieur le préfet du Nord aux populations ».

  • 37 Archives municipales de Lille, 5H 2/26, Fête des mères, 25 mai 1941 (et les cotes suivantes pour le (...)
  • 38 ADN, 1W 541, rapport du commissaire de police d’Hellemmes au préfet, 25 mai 1941.

27À Lille, une invitation donne rendez-vous aux mères le 25 mai 1941 à 15 heures dans le grand hall de l’hôtel de ville. La remise de médailles est accompagnée de musique et chants mais aussi d’une distribution de biscuits et de chocolats aux enfants37. A Hellemmes, le commissaire note une cérémonie en l’honneur des mères de 10 h à 11 h 30 dans la salle des fêtes de l’école Roger Salengro. Une cinquantaine de personnes est réunie. Le maire fait un bref discours célébrant le rôle des mamans puis des médailles de bronze sont remises à quelques mères ainsi que des enveloppes avec des dons en espèces aux familles nécessiteuses38. Des cérémonies semblables sont organisées dans de nombreuses villes du département. Le préfet du Nord écrit au préfet délégué du ministre de l’Intérieur auprès de la Délégation générale du Gouvernement français dans les Territoires occupés, le 25 mai 1941 :

  • 39 Idem, dossier sur la fête des mères, 25 mai 1941, rapport du préfet du Nord daté du 25 mai 1941.

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que la journée des mères s’est déroulée dans le département du Nord conformément au programme prévu [...]. J’ai assisté personnellement aux deux cérémonies officielles qui avaient été organisées à la mairie de Lille et j’avais recommandé à mes collaborateurs de rehausser de leur présence les cérémonies organisées au chef-lieu de leur arrondissement. Aucun incident n’est à signaler »39.

  • 40 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille au préfet du Nord, 25 mai 1941.

28Les commissaires, dans leurs rapports spécifiques, notent tous que les services de police mobilisés n’ont pas eus à intervenir. Les cérémonies se sont déroulées dans des locaux fermés et « aucun caractère politique n'est à remarquer »40.

29L’organisation de la fête des mères suivante, le 31 mai 1942, apparaît avoir été très complexe. Une lettre de Pierre Pucheu aux préfets, datée du 7 avril 1942, signale :

  • 41 ADN, 1W 180, lettre de Pierre Pucheu aux préfets datée du 7 avril 1942.

« Le Gouvernement a décidé d’organiser, cette année, comme en 1941, une journée des mères. Cette journée, qui est fixée au dimanche 31 mai, aura un double aspect. Elle doit d’une part être l’occasion de manifestations publiques où seront officiellement honorées les mères françaises auxquelles sera ainsi rendu l’hommage que méritent leur dévouement et l’importance de leurs missions. Elle doit, d’autre part, inspirer dans chaque foyer, des fêtes intimes, des témoignages spontanés de reconnaissances et d’affection de la part des enfants à l’égard de leur mère »41.

  • 42 Idem, lettre du préfet Caries à l’OFK 670,21 avril 1942.
  • 43 Ibid., lettre du préfet Caries aux sous-préfets et aux maires, 8 mai 1942.

30Les préfets doivent donc créer des comités d’organisation et mobiliser les maires pour qu’ils organisent une manifestation publique autour de la remise de médailles et de diplômes. Le préfet Caries écrit au chef de l’administration militaire (OFK 670), le 21 avril, pour demander officiellement l’autorisation des autorités occupantes. « Vous avez bien voulu, sous certaines réserves, autoriser semblable manifestation en 1941. J’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir me faire connaître si vous voyez des objections à ce que la fête des mères proposée pour le 31 mai 1942, se déroule dans les conditions demandées »42. La réponse allemande tarde mais finit par être positive. Le préfet Caries écrit ensuite, le 8 mai 1942, aux maires et aux sous-préfets. Il s’agit de « mettre en évidence toute la valeur du rôle de la mère »43. Il faut créer des comités d’organisation qui proposent un plan de la journée. L’ensemble peut s’organiser autour de la remise de diplômes de la Famille française, de séances de photographies, d’un office religieux et de goûters. Le préfet écrit au commissaire des renseignements généraux pour lancer la préparation, le 13 mai :

  • 44 Ibid., lettre du préfet du Nord au commissaire aux renseignements généraux de Lille, 13 mai 1942.

« Les autorités d’occupation ont donné leur accord à l’organisation de la journée des mères qui doit être célébrée le 31 mai 1942. Toutefois, les cérémonies organisées à cette occasion devront se dérouler dans des locaux fermés et ne donner lieu à aucune manifestation publique dans les rues ou sur les places »44.

31Le préfet ne cesse de réécrire aux sous-préfets et aux maires pour rappeler les consignes qui doivent être respectées à la lettre.

  • 45 Ibid., journée des mères, 31 mai 1942, rapports de police.
  • 46 Ibid., rapport du commissaire de police d’Haubourdin, 23 mai 1942.
  • 47 Ibid., rapport du commissaire de police de Lambersart, 23 mai 1942.

32Divers rapports notent l’absence d’incidents à Lille45. À Haubourdin, le commissaire relève, le 23 mai, que la fête s’articulera autour d’une messe (10 heures) et d’une remise de diplômes, de médailles et de dons en espèces au stade municipal qui est clôturé. Du chocolat sera distribué aux enfants46. À Emmerin, les enfants des écoles chanteront avant que le maire ne remette quelques décorations. A Lambersart, le commissaire de police relève une messe à 10 heures. Chaque école doit aussi conserver quelques enfants pour les mener fleurir les tombes des militaires morts en 1914-1918. Une cérémonie à la mairie clôture le tout47. Mais le préfet réagit très vite et rappelle ses recommandations impératives, interdisant la sortie au cimetière. Dans beaucoup de communes, on associe ainsi une messe matinale et une cérémonie officielle en mairie l’après-midi où, autour de quelques chants, on remet aux mères méritantes des distinctions et des vivres avant de distribuer quelques friandises aux enfants.

  • 48 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux au préfet, 1er juin 1942.
  • 49 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux de Valenciennes au préfet, 1er juin 1942 (...)

33Dans l’ensemble, le calme règne et la fête apparaît assez suivie en 1942. Le commissaire aux renseignements généraux note, le 1er juin 1942, que « la journée des mères s’est déroulée dans le calme le plus complet dans l’ensemble de l’arrondissement de Lille »48. Son collègue de Valenciennes fait de même le 1er juin : « La journée de la fête des mères s’est déroulée sans incident dans mon secteur bien que quelques éléments isolés aient tenté timidement de provoquer des réactions. L’action du parti communiste clandestin s’est traduite en effet de façon fort peu apparente ». Divers tracts manuscrits ont cependant été retrouvés dans la nuit du 30 au 31 mai, signés La Ménagère du Nord, appelant à la mobilisation pour réclamer davantage de nourriture. « Le doux chant du berceau doit se transformer en un cri de révolte. À bas Pétain ! À bas Laval, le traître ! Hors de France les Allemands ! Du pain »49 !

34Pour la fête de l’année 1943, la contre-mobilisation des forces résistantes est à l’évidence plus forte alors que la dynamique vichyssoise marque aussi le pas. Un télégramme venant de Paris est adressé aux préfets de région, le 3 mai 1943 qui précise les mesures officielles arrêtées pour organiser le goûter lié à la fête des mères du 30 mai 1943.

  • 50 ADN, 1 W 1946, Fêtes des mères 1943, télégramme officiel du 3 mai 1943 aux préfets de région. (voir (...)

« Contingents spéciaux confitures pain d’épices seront mis à disposition organisation centrale du Secours national et répartis par ses soins - Stop - Organisation locale des goûters devra être assurée par délégués des centres départementaux de coordination [...]. Attribution légumes secs aux mères décorées a été prévue contre remise aux intéressées de tickets d’approvisionnement »50.

  • 51 Idem, réunion du comité départemental de coordination pour l’organisation de la journée des mères, (...)
  • 52 Ibid., lettre du préfet du Nord aux sous-préfets et aux maires, 15 mai 1-943.

35Dans le Nord, une réunion du comité départemental de coordination pour l’organisation de la journée des mères, se tient le 20 mai 1943 sous la présidence de Darrouy, préfet délégué et en présence de Monseigneur Flipo qui représente le cardinal Liénart et de Monseigneur Chollet, archevêque de Cambrai. On y trouve aussi le pasteur Cheradame, pasteur de l’église réformée de Lille, Tirloy, délégué régional à la Famille, Piedvache (inspecteur d’académie) ainsi que diverses autres autorités départementales qui gèrent la jeunesse, l’éducation, les sports et les secours à la population51. « La réunion du comité a été retardée par la nécessité d’obtenir au préalable l’autorisation des autorités d’occupation [...]. Cette autorisation a été donnée le 11 mai sous réserve que les cérémonies organisées se dérouleraient dans des locaux fermés et sous les auspices et la responsabilité des maires, toutes manifestations dans les rues et sur les places publiques étant interdites ». 10 500 kilogrammes de confitures et 10 500 kilogrammes de pain d’épice sont attendus et le Comité est en train de les répartir entre les communes. On pense donner des légumes secs et des galoches aux médaillées de la Famille française et un bon d’achat supplémentaire pour un costume d’adolescent pour les médaillées d’or, mères de dix enfants légitimes. Le préfet du Nord écrit aux sous-préfets et aux maires, le 15 mai 1943 que « le chef de l’administration au dimanche 30 mai militaire vient de donner son agrément à la célébration de la journée des mères qui est fixée, cette année », rappelant alors les enjeux de cette fête52.

  • 53 Ibid., rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 31 mai 1943.

36Le commissaire central de police de Lille fait le point sur la fête lilloise, dans son rapport du 31 mai53. Le vendredi 28 mai, un pâté préparé dans les porcheries municipales a été remis au domicile des mères diplômées. Le 29 mai, dans toutes les écoles, un goûter a été distribué aux enfants. Après la remise d’une gerbe aux pieds de la Mère du P’tit Quinquin, la cérémonie du dimanche a commencé à 11 heures, sous la présidence de Dehove maire de Lille, du préfet régional et du préfet délégué M. Darrouy. Dix-neuf mères de familles nombreuses ainsi que leurs époux ont été invités à cette manifestation. Le maire a rendu hommage aux mères de famille pour leurs vertus familiales et s’est déclaré heureux de constater la progression de la natalité à Lille, « bon présage pour l’avenir du pays ». Après un vin d’honneur et la distribution des denrées alimentaires, la cérémonie s’est achevée à 12 heures. À 15 heures, une nouvelle cérémonie commence dans le hall d’honneur de la mairie qui rassemble environ mille personnes, « des mères de famille en grande partie, accompagnées de leurs enfants ». On y retrouve le maire, le préfet et le sous-préfet, les conseillers municipaux et les représentants des diverses délégations départementales (à la Famille, à la Jeunesse, au Secours national, etc.). On assiste alors à la remise solennelle des décorations de « la Famille française » à 216 mères de familles lilloises (12 médailles d’or, 26 médailles d’argent et 178 médailles de bronze). La symphonie des élèves de l’Institution Sainte-Cécile prête son concours. La chorale mixte des écoles municipales chante divers airs musicaux.

Couverture du programme pour la fête des mères du 30 mai 1943 organisée par la ville de Lille

Couverture du programme pour la fête des mères du 30 mai 1943 organisée par la ville de Lille

37La fête des mères apparaît cependant fortement dénaturée. Ce sont les ventres davantage que les cœurs qu’il faut combler ; le message idéologique qui préside à cette fête passe au second plan. Distribution de dons en espèces aux mères de familles nombreuses particulièrement méritantes, dans une situation difficile, mères décorées se voient remettre un colis et des bons de légumes secs mais aussi des bons d’achat d’articles vestimentaires, c’est ce qui caractérise cette fête. Un colis de la mère méritante est remis à 45 mères de famille nombreuse assistées par le Bureau de bienfaisance, à 39 grands-parents ayant assumé la charge d’élever leurs petits-enfants orphelins, à 172 mères de famille de plus de 65 ans ayant eu plus de dix enfants. Pour attirer du monde, un sachet contenant biscuits et chocolat est remis aux enfants accompagnant leur maman.

38Le commissaire de police de Tourcoing informe le préfet, le 31 mai, que « la journée des mères, s’est passée sans incident » à Tourcoing. 140 médailles de la Famille française ont été remises le matin en mairie. Le directeur de la Sûreté générale confirme l’absence d’incidents.

  • 54 Idem, rapport du directeur de la Sûreté générale, commissaire spécial à Lille au préfet, 31 mai 194 (...)

« La journée de la fête des mères s’est déroulée le dimanche 30 mai courant dans le calme le plus complet sur l’ensemble du territoire de l’arrondissement de Lille. Les différentes manifestations qui avaient été organisées dans plusieurs localités par les municipalités, les associations familiales ou religieuses, ont eu lieu sans incident. Les éléments subversifs n’ont à aucun moment troublé l’ordre public et on me signale qu’une seule diffusion de tract ronéotypé dans le quartier du cimetière à Tourcoing »54.

  • 55 Voir Jean-François Condette, « Les manifestations de ménagères... », article cité, p. 125-164.

39La fête des mères de l’année 1944 apparaît ensuite faiblement mobilisatrice, les populations ayant désormais bien d’autres préoccupations. Il ne semble pas cependant que les mouvements de résistance aient utilisé cette occasion pour organiser des actions d’ampleur contre Vichy ou l’occupant, si l’on excepte les mouvements de ménagères55. La fête est ici davantage boudée par les opposants au régime ou se transforme en occasion à saisir pour obtenir quelques victuailles.

Les fêtes interdites par l’occupant mais revendiquées par la Résistance : l’enjeu majeur du 14 juillet et du 11 novembre

  • 56 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), op. cit., p. 447.

40Si dans la zone libre jusqu’en novembre 1942, les fêtes du 14 juillet et du 11 novembre continuent à être célébrées, souvent avec recueillement, mais sous des formes minimales56, la fête nationale glissant d’une fête de la nation en armes à celle d’une fête patriotique, sanctifiant les morts de la Grande Guerre, il en va différemment dans les départements septentrionaux sous étroit contrôle allemand. Ces fêtes patriotiques, si l’on excepte de modestes dépôts officiels de gerbes, sont interdites car jugées à risque par les autorités civiles françaises et les autorités allemandes. La résistance revendique alors vigoureusement la célébration publique de ces fêtes nationales et affirme ainsi sa légitimité tout en luttant pour la continuité de l’esprit républicain.

La fête nationale et républicaine du 14 juillet

41Pour Charles de Gaulle, il est vital d’affirmer sa légitimité face à la légalité supposée du régime de Vichy et c’est cette volonté qui le fait s’adresser aux Français lors des fêtes nationales, pour diffuser, par la radio et par tracts, de nombreuses directives de mobilisation. L’appel que Charles de Gaulle lance à la veille du 14 juillet 1940 ne préconise encore que le recueillement individuel sans extériorisation. Pour les communistes, après juin 1941, le réinvestissement de la fête nationale se fait aussi particulièrement important, en la transformant en fête de libération et de combat contre l’oppression. On assiste alors à une sorte de « chassé-croisé » entre le 14 juillet et le 1er mai. Pour les forces communistes, le 1er mai tend à devenir une manifestation patriotique alors que le 14 juillet se charge de sens révolutionnaire et atténue son caractère de fête nationale.

  • 57 ADN, 1W 246, rapport du commissaire de police de Waziers au sous-préfet de Douai, le 14 juillet 194 (...)
  • 58 Idem, rapport du commissaire de police de la ville d’Halluin, 14 juillet 1941.

42Le commissaire de police de Waziers écrit au sous-préfet, le 14 juillet 1941 : « Ce matin vers 11 heures, un rassemblement s’est formé rue de la mairie à Sin-le-Noble, dirigé par une femme, Béatrice Crœnne [...]. Entourée d’une cinquantaine d’enfants, elle a voulu se rendre aux monuments aux morts situé place de la liberté ; un garçonnet de huit ans tenait à la main un drapeau tricolore »57. La dispersion a été rapide avec arrivée des gendarmes et de la Feldgendarmerie. Les autorités occupantes ont décidé d’interdire la circulation dans les rues à partir de 15 heures et de fermer les débits de boissons. Le rapport du commissaire de police d’Halluin relève aussi une forte agitation communiste et la diffusion de tracts pour commémoration du152e anniversaire de la Révolution française58. Le sous-préfet de Douai, dans son rapport du 14 juillet 1941, se fait très précis.

« La propagande communiste, dans les nuits qui ont précédé le 14 juillet, s’est manifestée par une distribution de tracts dont le nombre et la variété sont sans précédent [...]. Dans un certain nombre de localités, des inscriptions au goudron existaient sur les murs ; elles ont été immédiatement effacées dans la mesure du possible mais certaines, injurieuses à l’égard de l’Allemagne, ont été connues de la Feldgendarmerie, ce qui a motivé de la part des autorités d’occupation une interdiction de sortie, sauf motifs valables pour la journée dans les communes suivantes : Auby, Flers-en-Escrebieux, Roost-Warendin, Raches, Dechy, Somain, Sin-le-Noble ».

  • 59 Ibid., rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 14 juillet 1941.

43À divers endroits, des drapeaux rouges, parfois des oriflammes tricolores avec faucille et marteau, ont été hissés sur les poteaux télégraphiques et les lignes téléphoniques. Ailleurs, des arbres ont été peints aux trois couleurs ou des banderoles tricolores déposées au pied des monuments aux morts. « Un rassemblement de femmes et de jeunes gens, avec des fleurs rouges dans les cheveux ou à la boutonnière, dispersé dès que possible, a déposé au monument aux morts de Sin-le-Noble, une banderole aux couleurs nationales avec l’inscription : Nous vaincrons : honneur et patrie ». Dans la même commune, une autre banderole aux trois couleurs a été déposée devant la statue de Jeanne d’Arc59.

  • 60 Ibid., rapport du commissaire spécial de Valenciennes au sous-préfet de Valenciennes, le 15 juillet (...)

44Le rapport du commissaire spécial de Valenciennes, le 15 juillet 1941, note la même recrudescence de distributions de tracts au cours des nuits du 11, 12, 13 et 14 juillet. « Il est patent que les moscoutaires ont fait un très gros effort pour diffuser leurs tracts ; les localités ci-après ont été l’objet de cette propagande : Saint-Amand, Condé, Vieux-Condé, Escaupont, Fresnes, Thivencelles, Bruay, Anzin, Abscon, Escaudain, Hélesmes, Marly, Petite-Forêt, Neuville-sur-Escaut et Lourches »60.

  • 61 ADN, 1W 675, rapport du commissaire de Wattrelos au commandant de la Sicherheitspolizei de Lille, 1 (...)
  • 62 Idem, rapport du commissaire de police spéciale de Lille au préfet du Nord, 17 juillet 1941.

45Le rapport du commissaire de police de Wattrelos, le 18 juillet 1941, donne le résultat de son enquête après une manifestation survenue au cimetière de Wattrelos devant les tombes des soldats anglais, le 14 juillet61. Selon lui, deux groupes de manifestants ont convergé sans s’être concertés. Le premier est composé de « sympathisants d’extrême gauche ». L’élément cheminot y domine. La visite au cimetière a été concertée, dès le samedi 12 juillet au café Vanelslander, 2 rue du Tilleul à Wattrelos, tenu par un employé de chemin de fer. Une collecte a été faite sur son initiative, parmi les personnels de la SNCF (achat d’une gerbe). Le deuxième groupe est nettement d’inspiration gaulliste « quoique la direction paraisse en avoir été prise par l’ancien militant communiste Liénard ». La visite au cimetière a aussi été concertée et une collecte effectuée au sein de la société La Lainière à Wattrelos pour acheter des plaques. Le rapport du commissaire de police de Lille au préfet du Nord, la veille, rendait compte de l’incident62.

« Le lundi 14 juillet, vers 16 h 15, le commissaire de police de Wattrelos était avisé par le garde Ghesquière, qu’un groupe important de personnes chantant la Marseillaise s’était formé devant les tombes des 31 soldats anglais tués en mai 1940, inhumés au cimetière du Crétinier à Wattrelos. [...]. Le service de police s’y trouva en présence de 500 à 600 personnes qu’il invita à se disperser [...]. Un drapeau anglais avait été placé sur les premières tombes. La foule se dispersa lentement tout en protestant assez violemment contre l’intervention de la police française. Des groupes se reformèrent sur la chaussée, en bordure du cimetière et l’Internationale retentit à plusieurs reprises ».

  • 63 Ibid., lettre du commissaire de police de Wattrelos au préfet du Nord, 24 juillet 1941.

46Une liste de vingt meneurs a été établie qui ont été arrêtés alors qu’en représailles, le café Vanelslander a été fermé. Le commissaire de police de Wattrelos écrit au préfet, le 24 juillet 1941 : « J’ai l’honneur de vous transmettre la liste des 37 communistes fournie par nos services sur la demande de la Sicherheitzpolizei de Lille »63.

47En 1942, la mobilisation résistante apparaît assez forte pour la fête nationale qui désormais n’est plus seulement celle des forces républicaines traditionnelles mais aussi celle des forces révolutionnaires, le mouvement communiste intégrant le 14 juillet dans son arsenal commémoratif pour en faire le symbole de la lutte du peuple pour la libération. Un télégramme du ministère de l’Intérieur au préfet du Nord, le 3 juillet 1942 note :

  • 64 ADN, 1W 181,14 juillet 1942, télégramme du ministère de l’Intérieur au préfet du Nord, 3 juillet 19 (...)

« Suis informé diverses sources qu’éléments gaullistes et communistes préparent, en commun, sur ensemble du territoire, occasion fête nationale du 14 juillet, manifestations de masse dirigées contre gouvernement et troupes occupation. Vous prie prescrire à services police et gendarmerie redoublement vigilance. Prendre extrême urgence toutes mesures jugées nécessaires et mesures répressives le cas échéant »64.

48Le préfet transmet le jour même les consignes aux sous-préfets et aux forces de police et de gendarmerie. Il écrit aux sous-préfets, aux chefs de la police et de la gendarmerie, le 10 juillet 1942 encore :

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que la journée du 14 juillet sera jour férié. En conséquence, les services publics et les entreprises privées chômeront dans les conditions prévues [...]. Cette journée ne devra être marquée par aucune cérémonie. À ce sujet, l’autorité occupante vient de me notifier quelle interdisait toute manifestation ou démonstration de quelque nature que ce soit, au cours de cette journée ».

  • 65 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 8 juillet 1942.

49Il faut donc prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir l’ordre et préparer des réserves de police pour de possibles interventions rapides. Le commissaire de police de Lille détaille, le 8 juillet 1942, le dispositif mis en place. Le 13 dans la soirée et toute la nuit, des brigades policières circuleront en voiture pour éliminer les éventuels tracts ; des patrouilles de gardiens de la paix en bicyclette compléteront le dispositif. Le 14 juillet, plus de 200 gardiens de la paix seront en réserve au commissariat central alors que d’autres patrouilleront en ville65.

  • 66 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille, 16 juillet.

50L’agitation semble cependant assez forte mais diffuse et par conséquent difficile à contrôler. Le commissaire spécial de Lille fait le bilan pour l’arrondissement de Lille, le 16 juillet. « Nulle part le service d’ordre n’a eu à intervenir ». Mais la propagande du Parti communiste a agi, dans la nuit du 13 au 14, par la distribution de nombreux tracts. À Armentières, un tract signé du Comité des femmes, appelle à la lutte. À Seclin, une vingtaine de tracts ont été diffusés. La même action a été réalisée à Roubaix et Wattrelos. À Lomme, des tracts ont fait le parallèle entre le 14 juillet 1789 et le 14 juillet 1942, appelant le peuple à se rassembler devant les mairies à 18h 3066. Le sous-préfet de Douai informe le préfet, le 15 juillet 1942, que le « calme le plus absolu a régné » mais lui signale aussi qu’une gerbe de fleurs a été déposée dans la nuit du 13 au 14 au monument aux morts de Douai, hameau de Frais-Marais, rendant hommage aux otages fusillés.

  • 67 ADN, 1W 181,14 juillet 1942, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, 15 juillet 1942.

« Lors de la descente de 14 heures, le 13 juillet à la Fosse Bernard à Frais-Marais également, des femmes étaient venues apporter du ravitaillement aux ouvriers ukrainiens travaillant dans la mine [...]. Ces Ukrainiens dont le moral semble lamentable, et qui d’après leurs dires, sont plutôt des déportés que des volontaires, sont tous les jours l’objet de témoignage de sympathie de la part des femmes »67.

51À Maubeuge, on signale deux petits drapeaux tricolores fixés sur les fils télégraphiques. Ailleurs, des inscriptions anti-allemandes ont été écrites et des tracts tricolores diffusés.

  • 68 ADN, 1W 1949, lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, le 5 juillet 1943.

52Une lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, le 5 juillet 1943 notifie son accord pour que le 14 juillet 1943 soit déclaré jour férié dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais mais précise que toute manifestation et tout pavoisement sont interdits68. Des restrictions sont d’ailleurs apportées par le Régime de Vichy au caractère chômé de la journée du 14 juillet 1943. « Aucun chômage ne devra avoir lieu dans les services de transports essentiels ni dans certaines usines. Une permanence sera assurée dans les administrations ». L’agitation est certaine mais diffuse dans de nombreuses communes du département du Nord.

  • 69 ADN, 1W 1375, année 1944, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 19 juillet 1944.
  • 70 Idem, numéro 2 des Mariannes du Nord et du Pas-de-Calais, organe de l’Union des femmes françaises, (...)

53Pour le 14 juillet 1944, l’agitation apparaît très forte alors que les opérations de libération ont commencé depuis le 6 juin. Le sous-préfet de Douai écrit au préfet du Nord, le 19 juillet 1944 pour signaler l’importance de la présence des habitants lors de la fête nationale. « Le Peuple de France se prépare à l’insurrection »69. Divers tracts demandent à ce que l’on multiplie les « rangs des combattants, les rangs de la milice patriotique ». Un appel de l’Union des femmes françaises est diffusé, intitulé « 14 juillet 1789-14 juillet 1944 » et qui rappellent les événements des 5 et 6 octobre 1790. Il s’agit d’un appel à l’union des ménagères, paysannes, intellectuelles, commerçantes et ouvrières, pour « aller dans les mairies et les préfectures demander un meilleur ravitaillement ». Une manifestation de 11 à 12 heures est souhaitée dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque coron de mines aux cris de : « 500 grammes de pain, des pommes de terre, du lait pour nos petits. Que partout du plus petit coin du Nord monte la voix des mères qui ne veulent plus que leurs petits aient faim ». Un exemplaire du numéro 2 des Mariannes du Nord et du Pas-de-Calais, organe de l’Union des femmes françaises adhérentes au Front national, daté de juillet 1944 et dactylographié sur papier vert, appelle à la mobilisation. « Les femmes françaises feront de cette fête nationale une grande journée de lutte patriotique ». Elles participeront à la grève générale et iront fleurir les monuments aux morts ainsi que les tombes des martyrs tombés pour la libération de la France70. La célébration de la fête nationale est bien devenue un moment de résistance alors que les Autorités constituées ne la célèbrent pratiquement plus.

La commémoration du 11 novembre : une revendication résistante

  • 71 Voir Raymond JOSSE, « La naissance de la résistance à Paris et la manifestation du 11 novembre 1940 (...)
  • 72 ADN, 1W 428, Armistice 1940, note du préfet datée du 9 novembre 1940.

54Dès 1940, par décision de la présidence du Conseil des ministres du 23 octobre, le 11 novembre perd son statut de fête chômée et tout pavoisement est interdit, la commémoration devant se limiter à un service religieux et à un dépôt officiel de gerbe suivi d’une minute de silence. Pour le 11 novembre 1940, Radio-Londres demande aux Parisiens de se rendre à l’Arc de Triomphe ou devant la statue de Clemenceau. On sait que dans la capitale, une importante manifestation étudiante est organisée qui est durement réprimée par les forces allemandes qui opèrent 123 arrestations selon les chiffres officiels71. Si la consigne gaulliste est claire, les origines du mouvement parisien semblent plus complexes, de nombreux étudiants obéissant aussi, de manière presque spontanée, à l’idée de célébrer certaines valeurs communes. Dans le Nord, des tracts circulent et le préfet prend des mesures strictes. Dans une note aux sous-préfets, maires, commissaires centraux et spéciaux de police du 9 novembre 1940, il signale : « sur ordre de l’OFK 670 de Lille, toutes les manifestations et arrêts de travail sont défendus le 11 novembre. Il est interdit également de pavoiser »72. Chaque maire doit accuser réception du message.

  • 73 Idem, rapport du commissaire de police de Tourcoing, 12 novembre 1940.

55Dans l’ensemble, le calme semble avoir régné. Le commissaire de police de Seclin note, le 11 novembre 1940, que « jusqu’à présent la vie est très normale. Aucune manifestation n’a eu lieu dans la rue, ni au monument aux morts. Aucun drapeau n’a été sorti ». La nuit précédente, des tracts avaient été distribués ainsi que de petits rubans tricolores. Le commissaire de police de Croix relève lui aussi, la même nuit du 10 au 11 novembre, la distribution de tracts et de papillons, tout comme le commissaire de Tourcoing. Quelques dépôts de gerbes ont eu lieu au cimetière et devant le monument mais avec le consentement des officiers de gendarmerie qui les surveillaient73. À Lille, le commissaire informe le préfet, dès le 9 novembre, qu’un tract intitulé « 11 novembre 1940 » a été répandu à des dizaines de milliers d’exemplaires dans les localités de l’arrondissement.

11 novembre 1940
« Le 11 novembre, anniversaire de l’effondrement allemand et de la libération de notre pays, a été depuis 20 ans, jour de fête nationale. Tous les Français auront à cœur de marquer tout spécialement le 11 novembre 1940 qu’ils célèbrent comme glorieux anniversaire. Les Français doivent par leur apparence extérieure, par leur comportement, par tous les gestes de la journée, montrer ostensiblement leur volonté de se souvenir et leur espoir. Que ce soit un beau dimanche.

Les enfants n’iront pas en classe, les croyants iront entendre la messe, les magasins doivent fermer, les patrons donner congé à leur personnel. Les travailleurs, employés, ouvriers, salariés de toute espèce passeront leur journée au repos, en famille, dans l’atmosphère de réjouissance.

PORTONS TOUS LES COULEURS NATIONALES à la boutonnière. Que les combattants de 1914-1918 arborent leurs décorations. Visitons avec piété les monuments élevés à la mémoire de nos morts et à la glorification de leur victoire. Que chacun ce jour-là, comme le jour des morts, leur apporte le tribut de notre souvenir sous forme de fleurs, des plus humbles au plus riches. Formons bloc et que cette journée laisse dans l’esprit de nos oppresseurs, le souvenir d’une manifestation unanime à l’hostilité et, dans le nôtre, celui d’une volonté tenace de résistance.

  • 74 Ibid., tract « 11 novembre 1940 ».

FRANÇAIS, répandez ce mot d’ordre. Répétez-le inlassablement en famille et autour de vous. Réimprimez cet appel à des milliers d’exemplaires. Transportez-le partout. Que cette journée nous apporte à tous le chaleureux réconfort d’une commune volonté. Vive la France INDÉPENDANTE »74.

  • 75 ADN, 1W 1941, « 11 novembre », lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, 25 octobre 1941.

56Pour l’année 1941, l’interdiction de manifester semble assez respectée. L’OFK 670 a écrit au préfet du Nord, le 25 octobre pour lui signaler que « toutes manifestations, démonstrations et revues sont interdites. [...]. Il n’y a pas d’objection contre la pratique habituelle du culte mais ceci ne doit pas conduire à une manifestation ou démonstration. Les processions habituelles ne sont autorisées qu’à l’intérieur des édifices »75. Les écoles, les ateliers et les usines travailleront normalement. Le préfet écrit aux maires, aux sous-préfets et aux commissaires de police, quelques jours avant, pour rappeler les consignes :

  • 76 ADN, 1W 1942, rapport du préfet aux maires, aux sous-préfets et aux commissaires de police, novembr (...)

« J’ai l’honneur de vous faire connaître, par avis de l’Autorité supérieure occupante, qu’à l’occasion du 11 novembre, toutes manifestations, démonstrations et réunions quelles qu’elles soient sont interdites. Cette interdiction est à interpréter dans le sens le plus large du mot. De même que l’an dernier, le 11 novembre 1941 est un jour ouvrable [...]. Des renseignements de source sûre permettent cependant de penser que le Parti communiste clandestin a l’intention de provoquer des incidents à l’occasion du 11 novembre, soit dans la nuit du 10 au 11 [...], soit dans la journée du 11 par des essais de groupements aux abords des monuments aux morts »76.

  • 77 Idem, rapport du commissaire spécial de police de Lille au préfet, 3 novembre 1941.
  • 78 Ibid., lettre du préfet datée du 12 novembre 1941.

57Suivent alors toute une série de mesures à prendre pour surveiller les statues et les monuments. Des patrouilles de police doivent, dans la nuit du 10 au 11, redoubler de vigilance et être entièrement mobilisées le 11 novembre. Les mouvements résistants semblent alors avoir différé leurs consignes, les avançant au 1er et 2 novembre, lors de la journée des morts. Le commissaire de police de Lille informe le préfet, le 3 novembre 1941, qu’il n’y a rien à signaler sauf à Roncq où quelques gerbes de fleurs ont été déposées sur les tombes de trois soldats anglais et des tracts tricolores collés sur les murs. À Croix, un pot de fleur avec une carte « Honneur aux fusillés de Nantes et de Bordeaux » a été confisqué77. Le préfet du Nord peut alors écrire au ministre de l’Intérieur, le 12 novembre : « la journée du 11 novembre 1941, n’a été marquée par aucun incident »78.

  • 79 ADN, 1W 183, Toussaint et Armistice 1942, Consignes du préfet Caries aux sous-préfets et aux forces (...)
  • 80 Ibid., rapport du préfet Caries aux sous-préfets et aux forces de police, 6 novembre 1942.

58L’année suivante, en 1942, par décision du Conseil des ministres du 30 octobre, il est décidé que « les cérémonies initialement prévues se dérouleront le jour de la Toussaint et que le 11 novembre ne sera pas considéré, cette année, comme un jour de fête ». C’est un jour ouvrable et toutes les manifestations collectives ou individuelles sont interdites. Dans le Nord, cette situation ne fait que reprendre les règles des années précédentes. Le 31 octobre 1942, le préfet donne ses consignes : « Conformément aux instructions des autorités allemandes, aucune manifestation et aucun cortège ne devront être organisés à l’occasion du 11 novembre 1942. Seul est autorisé, comme l’année dernière, le dépôt d’une gerbe de fleurs à certains monuments par les maires »79. Le 6 novembre, le préfet renouvelle ses ordres et demande que l’on intensifie les investigations, en vue de déceler tout projet séditieux concernant des manifestations, attentats et tentatives de toute nature susceptibles de troubler l’ordre public80. « Je viens de recevoir des instructions très fermes de M. le chef du Gouvernement, Ministre, secrétaire d’État à l’Intérieur, me recommandant instamment de redoubler, dans le courant du mois de novembre, de vigilance et d’activité dans la répression de toutes menées extrémistes ou antinationales ».

  • 81 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille au préfet, 28 octobre 1942.

59Il faut surveiller, dans la nuit du 10 au 11, les monuments aux morts en multipliant les patrouilles pour arrêter tout individu suspect mais aussi effacer, lacérer et supprimer toute inscription ou affiche. Le 11 novembre, la surveillance des cimetières et des monuments aux morts doit être très stricte. Les multiples rapports de police signalent bien cependant une certaine agitation dans les jours qui précèdent. Le commissaire spécial de Lille signale que la police a saisi en gare de Seclin, une caisse contenant 30 kilogrammes de tracts et de journaux communistes concernant le 11 novembre81. Des tracts sont diffusés dans de nombreuses communes afin d’appeler à la création de comités du 11 novembre qui exigent que la journée soit fériée et que les ouvriers lancent une grève patriotique. Les Français doivent aussi aller devant les monuments aux morts pour rendre hommage aux héros des guerres du passé et du présent. Un billet manuscrit signale : « Français pour protester contre la nouvelle trahison de Vichy, cesser le travail le jour de l’amnistie pour protester et s’incliner devant le monument aux morts : mercredi 11 novembre. Vive De Gaulle ».

  • 82 Ibid., rapport du commissaire central de Roubaix, 11 novembre 1942.

60Le commissaire central de Roubaix insiste sur le calme qui règne le 11 novembre dans sa ville. « Aucune défection dans les usines et transports publics ; le travail a été normal ». Il note cependant le dépôt d’une gerbe de fleurs à Lannoy avec cette phrase : « Hommage et reconnaissance aux morts de la Grande Guerre à l’occasion du 11 novembre. Vive la France immortelle »82 ! La vitrine de l’entreprise d’embauchage belge Sotrabe, 79, rue de Lannoy à Roubaix, qui procède au recrutement de main-d’œuvre pour l’Allemagne, a été brisée à l’aide d’une brique. Un fait analogue s’était d’ailleurs déjà produit, le 3 novembre précédent.

61En 1943, les autorités font tout pour éviter une possible mobilisation. Il est décidé que l’hommage aux morts de la Grande Guerre se fera le jour de la Toussaint et que le jeudi 11 novembre sera jour ouvrable. Un courrier de la Direction des renseignements généraux de Vichy, daté du 6 novembre 1943 et destiné aux commissaires divisionnaires régionaux, les alerte sur la journée du 11 novembre.

  • 83 ADN, 1W 1951,11 novembre 1943, courrier daté du 6 novembre 1943.

« Les mouvements de résistance ont lancé un appel invitant les Français à manifester à l’occasion du 11 novembre. Les consignes données sont les suivantes : pendant cette journée, porter des vêtements de deuil ; organiser des collectes en faveur des familles des internés ou prisonniers politiques, des réfractaires au STO, etc. ; cessation partielle ou totale du travail de 11 à 12 heures ; l’après-midi, visite au monument aux morts »83.

  • 84 Idem, rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 9 novembre 1943.

62D’autres consignes seront données par les organisations communistes. « Je vous prie d’aviser d’extrême urgence les services placés sous vos ordres et de me tenir régulièrement au courant de tout ce qui pourrait parvenir à ce sujet à votre connaissance ». Divers rapports des renseignements généraux lillois montrent la mobilisation des services de police car on croit à l’obéissance des ouvriers aux mots d’ordre de la radio londonienne qui demandent un arrêt du travail dans les entreprises de 11 à 12 heures, le 11 novembre 1943. Depuis quelques jours, les ouvriers parlent beaucoup de cette manifestation. « Il semble que cet arrêt du travail se produirait avec l’accord tacite des employeurs qui n’interviendraient pas et qui nieraient ensuite l’existence de toute manifestation dans leur établissement ». Le commissaire central de police de Lille rend compte, le 9 novembre, des dispositions prises pour éviter tout incident et détaille le nombre des patrouilles mobilisées à partir du 9 novembre ainsi que l’organisation au commissariat central d’une troupe de réserve de 150 hommes84.

  • 85 Ibid., 11 novembre 1943, rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, le 11 novembr (...)

63L’agitation existe cependant dans la nuit du 10 au 11 et pendant la journée du 11 novembre dans de multiples communes du département. Dans la nuit du 10 au 11 par exemple, deux drapeaux tricolores (30 cm sur 30 cm) et un drapeau rouge (50 sur 50) ont été fixés sur la grille entourant le monument aux morts de la commune de Genech. Sous le drapeau rouge, on pouvait lire « Mort à qui les enlèvera ». A Halluin, un drapeau rouge avec faucille et marteau, a été déposé sur le monument. Le rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, le 11 novembre au soir, ne peut que relever la mobilisation des Nordistes même s’il tente de l’atténuer. À Lille, quatorze entreprises ont cessé le travail dont la filature Droulers : sur 130 ouvriers, 30 ont continué à travailler. À la filature Leblan, tout le personnel a cessé le travail 5 minutes comme à l’usine métallurgique Crépelle. Aux ateliers de Lille-Fives, 2 000 ouvriers sur les 2 200 ont cessé le travail de 11 à 12 heures. Le même phénomène se produit dans de nombreuses usines du département. À La Madeleine, l’usine chimique Kuhlmann a été touchée : 800 ouvriers sur les 1500 ont cessé le travail de 11 à 12 heures. Aux Ateliers SNCF d’Hellemmes, 750 ouvriers sur les 800 ont fait de même. Le commissaire note le « calme le plus complet pendant cet arrêt, les ouvriers restant près de leurs machines »85.

  • 86 Ibid., rapport du commissaire des RG de Lille au commissaire divisionnaire sur le déroulement du 11 (...)

64Le rapport du commissaire des renseignements généraux de Lille sur le déroulement du 11 novembre 1943, note les mêmes actions. « Aucune manifestation, aucun incident marquant n’ont troublé l’ordre public »86. La suite du texte établit une longue liste de petits actes qui violent les consignes officielles. À Camphin-en-Pévèle, une caisse portant l’inscription « Explosifs. À ne pas toucher » a été déposé devant le monument aux morts dans la nuit du 10 au 11 novembre. Sur cette caisse étaient fixés quatre drapeaux (français, anglais, américain et russe). La caisse était vide. À Bauvin, une affiche a été apposée face à la mairie : « Édiles bauvinoises. En installant les traîtres Pétain et Laval à la place des grands tribuns du Peuple, Jaurès et Guesde, vous commettez une lâcheté inexcusable [...]. À bas les traîtres et les lâches. Vive la France libre ! ». Dans de nombreuses communes, on retrouve ce type d’actions : dessins ou dépôts de drapeaux alliés, dénonciations de traîtres, gerbe de fleurs au monument aux morts.

  • 87 ADN, 1W 1951, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 11 novembre 1943.

65De multiples rapports de police provenant des communes industrielles du département montrent que la consigne de cesser le travail le 11 novembre à 11 heures a été assez fortement suivie malgré les discours des autorités qui tentent de réduire l’impact du mouvement. À Wattrelos, les 1714 ouvriers de La lainière ont cessé le travail. Le directeur de la Compagnie de Fives-Lille note que dans les différents ateliers, la plupart des ouvriers « ont cessé le travail sans motif. [...]. Dans cette usine, environ 2250 ouvriers sur 2500 ont arrêté pendant un temps qui a varié de 3/4 d’heures à une heure ». Il estime donc que 1800 heures de travail ont été perdues. Les autorités d’occupation ont procédé à des interrogatoires. Le sous-préfet de Douai signale le 11 novembre 1943 que, dans certaines communes, des gerbes de fleurs ont été déposées devant les monuments. À l’usine Arbel et à l’usine des Ressorts de Douai, les ouvriers ont cessé le travail de 11 à 12 heures ainsi qu’à la centrale électrique des Mines d’Aniche à Sin-le-Noble. Les autorités d’occupation, ayant eu connaissance de ce geste, ont arrêté dix ouvriers aux établissements Arbel, sept à l’usine des ressorts et cinq à la centrale électrique87.

  • 88 Idem, rapport du commissaire de police de Maubeuge, 11 novembre 1941.
  • 89 Ibid., rapport du commissaire de police de Maubeuge au sous-préfet d’Avesnes, 6 décembre 1943.

66Le rapport du commissaire de police de Maubeuge relève la diffusion de tracts dans la nuit du 10 au 11 alors qu’un drapeau tricolore a été hissé sur l’une des cheminées de la centrale électrique et une couronne tricolore déposée devant le monument aux morts. « Le travail a été interrompu dans la presque totalité des établissements industriels de 11 à 12 heures ». Vers 18 h 40, une centaine de personnes qui s’étaient groupées dans une rue, à proximité du monument aux morts, se sont rendues devant ce monument pour chanter La Marseillaise88. Diverses arrestations ont été opérées par les autorités allemandes dont un brigadier de police et un gardien de la paix qui ont assisté à la manifestation89.

67Le rapport des renseignements généraux ne cache pas l’ampleur de la mobilisation.

  • 90 Ibid., rapport des services régionaux des renseignements généraux à la Direction des RG de Vichy, 1 (...)

« Les mots d’ordre concernant la cessation du travail entre 11 et 12 heures, ont été observés dans de nombreux établissements, notamment dans les usines métallurgiques [...]. Dans les mines, par contre, le travail a été normal [...]. De nombreux tracts, émanant du PC invitant les ouvriers à cesser le travail ont été distribués dans tous les secteurs »90.

  • 91 Ibid., rapport du commissaire de police de Wasquehal au préfet du Nord, 16 novembre 1943.

68Les divers arrondissements industriels du département ont été touchés. Dans l’arrondissement de Lille, le rapport signale beaucoup d’arrêts d’usines dont certaines pour toute la matinée comme la filature Lepoutre de Roubaix. Dans les arrondissements de Valenciennes, d’Avesnes et de Douai, la mobilisation a été forte. À Jeumont, on relève 80 % d’absents toute la journée dans les Forges et aciéries. Dans les jours et les semaines qui suivent, les interrogatoires se multiplient dans les ateliers et les usines. Le commissaire de police de Wasquehal signale, le 16 novembre 1943, que l’enquête avance, suite aux arrêts de travail des ateliers de tissage et de bonneterie. « Un aide monteur aurait donné le signal d’arrêt du travail du haut d’une échelle. Cet ouvrier faisait partie de la cellule communiste de Croix avant la guerre et a été interrogé ainsi que de nombreux autres ouvriers ». Beaucoup déclarent : « nous avons arrêté le travail pour consacrer une minute de silence aux morts de la Grande Guerre »91.

Les autres tentatives de mobilisation résistante des fêtes et commémorations : un impact plus variable

69Les mouvements gaulliste et communiste tentent encore de mobiliser l’opinion autour d’autres cérémonies commémoratives mais l’écho rencontré demeure beaucoup plus faible que pour les fêtes du 14 juillet ou du 11 novembre qui font désormais partie du panthéon commémoratif national. Si les Nordistes se mobilisent fortement pour célébrer la fête de Jeanne d’Arc, les appels à la célébration de l’anniversaire du 18 juin ou du 150e anniversaire de Valmy, entre autres, sont beaucoup moins entendus.

La fête de Jeanne d’Arc célébrée par les mouvements résistants

  • 92 Voir Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), p. 457-458.

70En 1941, Charles de Gaulle, depuis Brazzaville, lance un appel qui exhorte les Français à se trouver sur les promenades publiques des villes et villages de 15 à 16 heures, le jour de la fête de Jeanne d’Arc. A Paris, malgré la mobilisation des forces de l’ordre, près de 10 000 personnes s’agglomèrent aux alentours de la statue de Jeanne d’Arc puis se dirigent vers la place de l’Opéra en chantant La Marseillaise et en criant « Vive De Gaulle, Vive la Grande-Bretagne, Doriot au poteau »92. Des incidents éclatent et des arrestations sont opérées. Le commissaire de Seclin écrit le 21 mai 1941 :

  • 93 ADN, 1W 1256, propagande gaulliste, rapport du commissaire de police de Seclin au préfet du Nord, 2 (...)

« Il paraît évident que la propagande faite à la radio par les agents de l’ex-général de Gaulle agit très fortement sur la population ; cette propagande, dont les thèmes se transmettent rapidement, de bouche en bouche, est très insidieuse et difficile à déceler mais on peut juger de son étendue par ses résultats. Le 11 mai, Fête de Jeanne d’Arc, obéissant au mot d’ordre de l'ex-général, une forte majorité de la population se trouvait dans la rue entre 15 et 16 heures »93.

  • 94 ADN, 1W 179, circulaire de Jérôme Carcopino aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, 15 avril 19 (...)

71Jérôme Carcopino, secrétaire d’État à l’Instruction publique avait demandé, par une circulaire aux recteurs, aux membres de l’Éducation nationale de célébrer la fête de Jeanne d’Arc avec un éclat particulier. Les établissements devaient s’associer au culte de cette gloire nationale, moyen de fortifier « le sentiment nécessaire de l’unité et de la solidarité nationale »94. Mais, le refus de toute manifestation et de toute cérémonie publique émis par les autorités allemandes avait réduit à néant les volontés vichyssoises. Pour l’année 1941, Fernand de Brinon, ambassadeur de France, délégué général du Gouvernement français dans les Territoires occupés, donne ses consignes aux préfets dans des instructions datées du 11 mai.

  • 95 ADN, 1W 645, Fête de Jeanne d’Arc, 1941, instructions de Fernand de Brinon aux préfets, 11 mai 1941

« La fête de Jeanne d’Arc sera célébrée dans les Territoires occupés dans les conditions suivantes : des fleurs seront déposées aux statues de Jeanne d’Arc par les Autorités civiles. En raison des circonstances, il n’y aura ni défilés ni cortèges. Les cérémonies religieuses à l’intérieur des édifices du culte demeurent autorisées »95.

72Mais la population semble s’être assez peu conformée aux consignes officielles. À Lille, un incident entraîne une très vive réaction des Allemands.

  • 96 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet du Nord, 11 mai 1941.

« Depuis 6 heures ce matin, j’avais placé un service d’ordre discret, place Jeanne d’Arc [...]. Vers 15 heures, une centaine de personnes se trouvaient devant la statue de Jeanne d’Arc. Ensuite ce fut un défilé de plusieurs milliers de personnes jusqu’à 17 heures environ. Au cours de ce défilé, vers 16 heures, au moment où la foule était la plus compacte, un officier allemand descendit d’une voiture et photographia la statue. Des coups de sifflets fusèrent parmi la foule ainsi que des « hou... hou »96 !

  • 97 Ibid., lettre du maire de Lille au préfet du Nord, 12 mai 1941.

73La police est intervenue et l’ordre est revenu. Le 12 mai, le maire de Lille écrit à son tour au préfet pour relativiser l’incident. Certes, il y avait une foule importante mais, « chaque année, une manifestation extrêmement importante se tient devant la statue de Jeanne d’Arc ». Il s’agit de défilés « presque spontanés » de la population qui passe se recueillir quelques minutes. C’est là une manifestation traditionnelle des Lillois. La radio officielle de Vichy a aussi beaucoup insisté sur « le caractère imposant » qui devait être donné à la fête de Jeanne d’Arc. Dès lors, le maire n’y voit qu’un lien minime avec les consignes de la radio anglaise. « En conclusion, je suis fortement convaincu que l'immense majorité de ceux qui se sont présentés hier sur la place Jeanne d’Arc, était animée des mêmes sentiments que dans le passé »97. Ce n’est pas un signe d’hostilité envers les Allemands.

  • 98 Ibid., Lettre du général Niehoff au préfet Carles, 15 mai 1941.
  • 99 ADN, 1W 388, affiche allemande jaune du 12 mai 1941 signée du général Niehoff

74L’OFK 670 n’est pas de cet avis et les autorités allemandes écrivent au préfet le 15 mai : « J’ai pris connaissance de votre rapport du 13 mai 1941. Je dois rejeter le point de vue soutenu par vous qu’il ne s’est pas s’agit d’une manifestation ». Plusieurs milliers de personnes ont défilé devant le monument avec le bras levé et les doigts tendus et se sont déclarées ainsi partisans du mouvement anti-allemand de De Gaulle. « En conséquence, je me vois obligé de vous exprimer ma ferme désapprobation98 ». Des photographies attestent des déclarations allemandes. Une note de l’OFK 670 au préfet, le convoque d’urgence le 12 mai à 16 heures pour s’expliquer. « Je vous demande d’apporter les documents sur les instructions données à vos services subordonnés et leur rapport de la journée ». Le préfet semble ainsi menacé. Dès le 12 mai, une affiche allemande est collée sur les murs de la capitale des Flandres et des villes environnantes qui exige la confiscation des postes de TSF99.

  • 100 ADN, 1W 388, lettre du maire d’Hellemmes au préfet du 26 mai 1941.

75Elle s’avère fastidieuse et le commissaire spécial de police informe le préfet, le 14 mai, qu’une « certaine effervescence a été constatée dans les différents milieux qui composent la population », chacun cherchant à s’opposer comme il peut à l’exécution de l’ordonnance allemande. Le commissaire de police de Lille signale l’hostilité de la population : « Le lendemain de la confiscation, des V à la craie ont été faits un peu partout en ville ». Les lettres affluent dans les mairies et à la préfecture pour demander une exemption ou pour obtenir la restitution d’un appareil TSF confisqué, émanant surtout d’établissements publics tels que les restaurants, les mairies ou certains commissariats de police. Une lettre de Marcel Verquin, maire de la Madeleine, le 7 juillet 1941, signale qu’il a besoin d’un poste TSF. Il est le président du Groupement de la première région économique de la Société de protection mutuelle des voyageurs et représentants de commerce de France et agent dépositaire et répartiteur des denrées alimentaires pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais. De multiples lettres des maires des communes touchées attestent de l’évolution des opérations de retrait des postes. Le maire d’Hellemmes écrit ainsi au préfet le 26 mai : « J’ai l’honneur de vous informer que les opérations de retrait des postes récepteurs de radio peuvent être considérées comme irrévocablement terminées ». 3211 appareils ont été déposés100.

  • 101 Ibid., rapport du commissaire de police spécial au préfet, 17 mai 1941.

76L’opération apparaît complexe. Les Allemands se réfèrent aux listes des postes déclarés à la Radiodiffusion en 1939 et estiment qu’il manque des appareils. Les maires argumentent en insistant sur le fait que de nombreux habitants ont quitté la région avec l’exode et que beaucoup d’immeubles ont été pillés ou détruits. Le commissaire de police de Lille signale des incidents, le 16 mai, entre 15 et 16 heures lors de la remise des postes récepteurs radiophoniques au palais des Beaux-Arts. Des militaires allemands étaient venus prendre des photographies de la foule stationnée sur le perron et dans le parc mais des cris de « Vive De Gaulle » ont été entendus. Plusieurs personnes ont été remarquées le bras en l’air, « deux doigts levés en forme de V »101.

  • 102 Ibid., rapport et tableau récapitulatif du préfet Carles, 20 mai 1941.

77La préfecture tente de tenir à jour de longues listes de noms et calcule les retours de récepteurs. Les maires doivent aussi consigner les appareils dans des endroits sûrs et tenir des listes nominatives des dépôts. Un rapport chiffré du préfet, daté du 20 mai, permet d’en savoir plus sur l’état des confiscations, même s’il insiste sur le fait qu’il faut tenir compte des postes disparus, des immeubles occupés par l’autorité occupante, des postes emportés lors de l’exode et des évacuations102. Il est alors décidé, sous la pression des autorités allemandes, de lancer un rappel à l’ordre, une nouvelle liste des appareils confisqués étant élaborée le 26 mai 1941.

78Au total, selon nos calculs effectués à partir des rapports du préfet, près des 2/3 des postes TSF sont ainsi confisqués dans les dix communes en réaction à l’incident survenu lors de la fête de Jeanne d’Arc. À Lille, en particulier où le taux de collecte est le moins bon, la population semble avoir réussi à cacher un certain nombre d’appareils.

  • 103 ADN, 1W 179, Fête de Jeanne d’Arc, Message de De Brinon aux préfets de la zone occupée, 2 mai 1942.
  • 104 Idem, note de l’OFK 670 au préfet, 6 mai 1942.
  • 105 Ibid., Fête de Jeanne d’Arc, interdiction des manifestations le 10 mai 1942 (avec un plan couleur d (...)
  • 106 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 6 mai 1942.

79Pour la fête de Jeanne d’Arc, le 10 mai 1942, la surveillance policière se renforce même si Charles de Gaulle ne donne plus de consignes directes. Dès le 2 mai, Fernand de Brinon interdit « tout défilé et cortège dans la zone occupée. En raison des circonstances, il n’y aura ni défilé ni cortège. Les cérémonies religieuses à l’intérieur des édifices du culte demeurent autorisées »103. L’OFK 670 notifie au préfet du Nord, le 6 mai 1942 : « Suite à la demande verbale que vous nous avez adressée, l’autorisation vous est accordée ainsi qu’à monsieur le Maire de Lille, de déposer chacun, en date du 10 mai 1942, une couronne au monument de Jeanne d’Arc. Pour le reste, dans la région de l’OFK, sont seules autorisées les célébrations religieuses »104. Une lettre du préfet au commandant de gendarmerie, datée du 8 mai 1942, demande de renforcer les patrouilles et de surveiller attentivement les cimetières surtout ceux où l’on trouve des tombes anglaises. À Lille, une surveillance est organisée pendant des jours et l’accès à la statue de Jeanne d’Arc est barré par des cordons de gardiens de la paix105. Le commissaire central de police de Lille décrit son dispositif au préfet dans son rapport du 6 mai. Une surveillance permanente aux abords de la statue sera exercée par quatre gardiens de la paix dans la nuit du 9 au 10 alors que des patrouilles renforcées circuleront en ville. Le 10 mai, dès 8 heures du matin et jusqu’à 22 heures, toutes les rues aboutissant à la place Jeanne d’Arc seront barrées dans un rayon de 200 mètres de la place, avec des barrages à tous les coins de rues. Le commissaire mobilise 130 gardiens de la paix pour l’opération et 25 inspecteurs. Des troupes de réserve sont aussi mobilisées pour d’éventuels troubles et pour faire des patrouilles en vélo. La surveillance sera aussi maintenue dans la nuit du 10 au 11 mai106. Le préfet écrit aux maires le 7 mai 1942 pour leur confirmer que « les défilés, réunions et manifestations restent rigoureusement interdits à l’occasion de la célébration de la fête de Jeanne d’Arc, le 10 mai courant ». En 1943 et 1944, même si les sources apparaissent plus lacunaires, la mobilisation résistante pour la célébration du 11 novembre, tout en se déroulant dans plusieurs communes, apparaît moins forte alors que la surveillance policière est aussi très renforcée.

D’autres mobilisations ratées ou plus éphémères

  • 107 ADN, 1W 1256, propagande gaulliste, rapport du commissaire de police de Lille au préfet du Nord, 30 (...)

80Le commissaire de police de Lille signale, le 30 décembre 1940, qu’un tract dactylographié relatif au 1er janvier a été découvert107. Il s’agit d’un appel de Charles de Gaulle aux Français qui demande une manifestation muette le 1er janvier de 14 à 15 heures dans la France non occupée et de 15 à 16 heures dans la France occupée. Aucun Français ne doit passer dans les rues des villes et villages. Il faut rester chez soi, se tenir seul ou entre amis, portes fermées. Il s’agit d’une heure de recueillement pour la patrie en pensant aussi à la libération. Le rapport du commissaire central de police du 1er janvier 1941 note : « Ce jour de 15 à 16 heures, la population lilloise paraissant observer les directives de la radio anglaise a déserté les rues de la ville ». Le commissaire, pour atténuer l’effet de la mobilisation, relève qu’il s’agit d’une journée de réunion familiale, de froid et de neige. D’autres appels sont diffusés à l’occasion du 22 juin 1941. Le préfet du Nord écrit aux sous-préfets, le 20 juin :

  • 108 ADN, 1W 1938, Note du préfet du Nord aux sous-préfets, 20 juin 1941.

« Il m’a été signalé que dans certaines communes des tracts pourraient être distribués invitant, par exemple, la population à se rendre aux monuments aux morts pour y déposer des fleurs ou à se livrer à d’autres manifestations, soit le 22 juin soit dans les jours suivants, à l’occasion de l’anniversaire de la signature de l’armistice [...]. Je vous rappelle qu’un ordre impératif du commandant en chef de l’Armée allemande, a interdit les attroupements dans les rues, la distribution de tracts et l’organisation d’assemblées publiques »108.

81Le préfet exige que tout contrevenant soit immédiatement mis en état d’arrestation et la consigne de mobilisation semble avoir rencontrée très peu d’écho dans le département.

  • 109 ADN, 1W 1258, Manifestations gaullistes et propagande communiste, lettre du maire de Bousies, 1er n (...)

82Diverses actions ont été menées pour le 1er novembre 1941. Le maire de la commune de Bousies écrit au sous-préfet d’Avesnes, le 1er novembre, pour lui signaler que le 31 octobre à 16 heures, au tissage Seydoux, « obéissant, paraît-il à un ordre de la radio de Londres, les tisseurs des deux ateliers ont arrêté les métiers pendant 5 à 10 minutes en signe de protestation contre les arrestations et condamnations de communistes en France par les autorités occupantes »109. La recherche des meneurs s’avère délicate car au moins 80 ouvriers ont cessé le travail. Le commissaire de police d’Avesnes-sur-Helpe note lui aussi que le 31 octobre à 16 heures, divers établissements industriels de la ville, ont cessé le travail 5 minutes.

83Divers tracts témoignent aussi d’une certaine agitation résistante ou tout du moins de la volonté de commémorer le 150e anniversaire de la victoire de Valmy. Une lettre du préfet aux chefs de la gendarmerie et des forces de police les alerte, le 11 septembre 1942 :

  • 110 ADN, 1W 161, lettre du préfet Caries aux chefs de la gendarmerie et des forces de police, 11 septem (...)

« J’ai l’honneur de vous faire connaître que Monsieur le Chef du Gouvernement, secrétaire d’État à l’Intérieur, vient de m’informer que des éléments communistes prépareraient [...] des manifestations en masse dirigées contre le gouvernement et les troupes d’occupation à l’occasion du 150e anniversaire de la victoire de Valmy »110.

  • 111 ADN, 1W 184, 150e anniversaire de Valmy, 20 septembre 1942, tracts divers.
  • 112 ADN, 1W 161, 150e anniversaire de Valmy, tracts et rapports de police.

84Plusieurs tracts du Front national (« Travailler pour Hitler, c'est forger ses propres chaînes ») et des papillons communistes appellent à la grève, à l’organisation de sabotages et à des manifestations de masse le 20 septembre 1942. « L’esprit des soldats de Valmy vit en nous ; c’est l’esprit de la fierté nationale, de la liberté et du courage et c’est l’esprit de lutte à mort contre la tyrannie et l’oppression »111. Les nazis ont avoué qu’ils sont les successeurs de ceux qui ont combattu la Révolution française, il y a 150 ans. Ils sont les « successeurs du duc de Brunswick qui, en 1792, lance un défi à la France révolutionnaire »112 et vient avec ses soudards piller la France. « Les armées de la Révolution française les battirent aux cris de « Vive armées du duc de Brunswick la Nation ». La France révolutionnaire avait remporté la victoire de la liberté sur les hordes germaniques au service de la réaction et de la tyrannie. 150 ans après Valmy, la France, qui a été trahie, est occupée, pillée, opprimée par les hordes hitlériennes. Mais elle ne s’avoue pas vaincue [...]. Elle lutte aux côtés des alliés soviétiques, anglais et américains pour battre l’ennemi ».

85Les Français doivent de nouveau montrer leur foi patriotique et leur volonté de vaincre les hordes germaniques. Le dimanche 20 septembre, ils doivent se rassembler à 18 h 30 dans les villages et dans les villes, devant la mairie et dans les rues avoisinantes. Il faut arborer les couleurs nationales, chanter La Marseillaise et Le Chant du départ tout en manifestant aux cris de : « Hors de France les Boches ! Mort à Hitler ! Laval au poteau ! Mort aux traîtres ! À bas Pétain ! ». Des comités du 150e anniversaire doivent être créés qui regroupent les patriotes sous le signe du Front national de lutte pour l’indépendance. Un télégramme du ministère de l’Intérieur, signé Pierre Laval, arrive chez le préfet à 0 h 15 qui rappelle les consignes :

  • 113 Ibid., télégramme du ministère de l’Intérieur aux préfets, 20 septembre 1942.

« Vous ne devez tolérer sous aucun prétexte aucun rassemblement ou manifestation sur voie publique au nom journée 20 septembre. Dans départements où distributions de tracts ont été effectuées, veuillez, dès réception, procéder arrestations préventives massives dans milieux communistes, gaullistes et étrangers [...]. Les personnes mises en état d’arrestation seront libérées lundi si pas incident »113.

  • 114 ADN, 1W 184., rapport du chef du service régional des renseignements généraux, 20 mai 1942.

86Les très nombreux rapports qui arrivent chez le préfet insistent sur le grand calme de la journée. Le sous-préfet de Dunkerque note « le calme le plus complet ». Le chef du service régional des renseignements généraux signale à l’inspecteur général des RG en Territoire occupé : « La journée du 20 septembre n’a été marquée dans la région par aucun incident et aucune manifestation. Le Parti communiste clandestin a fait distribuer, dans quelques localités, dans la nuit du 17, quelques tracts »114, en particulier à Lille, Lomme, Lambersart, Faches, Roubaix, Halluin, Comines et Louvroil mais aussi à Saint-Omer, Lens et Avion. Un sabotage à l’explosif a été opéré, dans la nuit du 19 au 20, sur la ligne Roubaix-Lille en gare de Croix-Wasquehal ». Le préfet du Nord écrit au chef de l’administration militaire allemande, le 21 septembre 1942 :

  • 115 Ibid., lettre du préfet du Nord au chef de l'administration militaire allemande, 21 septembre 1942.

« La journée du 150e anniversaire de Valmy s’est déroulée dans le calme absolu sur l’ensemble du territoire de ma région [...]. Les services de police avaient procédé à des arrestations préventives qui ont porté, dans le département du Nord, sur 92 personnes dont six femmes, dans le département du Pas-de-Calais, sur 50 personnes. Les femmes ont été relaxées dans la soirée d’hier, 20 septembre. Les hommes ont été mis en liberté ce matin 21 septembre »115.

87Un télégramme au préfet le 17 juin 1943, l’informe que :

  • 116 ADN, 1W 1948, télégramme du ministère de l’Intérieur au préfet, 17 juin 1943.

« Poste Radio Alger a diffusé communiqué émanant du Comité français de Libération, invitant la population à manifester demain vendredi 18 juin, pour commémorer masse mouvement libération. Toute latitude a été laissée à initiative locale. Il est cependant vraisemblable que 19 heures soit choisie comme heure et que manifestation prenne forme dépôt gerbe monuments aux morts. Prendre toutes mesures utiles pour vous opposer énergiquement à toute tentative de manifestation »116.

  • 117 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 481.

88Il semble cependant que ces appels ne rencontrent pas un écho important dans le département, les forces de police étant aussi particulièrement attentives à réprimer tout germe de mobilisation. L’échec de ces tentatives gaullistes ou communistes pour adjoindre aux temps forts traditionnels de la célébration, d’autres moments, tels l’anniversaire de Valmy ou le 18 juin, montre que « les commémorations ne sont pas interchangeables et ne résonnent pas semblablement dans l’inconscient collectif des Français ou du mouvement ouvrier »117.

Conclusion

89La disparition des libertés démocratiques, la mise hors la loi des syndicats et des partis politiques, l’interdiction allemande de toute manifestation de rue, obligent ainsi à repenser les modalités de l’action revendicative ou commémorative. Quatre points semblent importants.

90Dans le département du Nord l’usage politique des fêtes et des commémorations devient bien un enjeu que les mouvements de résistance utilisent avec plus ou moins de réussite. Pour le mouvement gaulliste mais aussi pour les forces communistes ou socialistes, il s’agit d’affirmer, par la mobilisation de la population, leur légitimité face à la légalité présumée du régime de Vichy, tout en dénonçant l’occupation étrangère. La rue occupée ou la commémoration habilement organisée, violant les consignes de Vichy et de l’OFK 670, permet de montrer publiquement que les consignes résistantes ont un impact sur les populations nordistes. Il y a ainsi, en quelque sorte, une sortie de la clandestinité pour les mouvements clandestins mais sans que leurs membres les plus influents ne s’exposent lors de ces cérémonies. Apparaissent également deux réalités fortes de la vie clandestine, à savoir l’usage de l’imprimé et l’importance de la radio lors de cette période des années noires qui connaît bien une guerre des ondes.

91Les fêtes légitimées par le régime de Vichy et acceptées par les autorités occupantes sont boudées ou détournées par la résistance. La récupération par l’État français de la fête du 1er mai est ainsi « torpillée » par les forces résistantes qui veulent lui conserver son sens revendicatif et populaire. Dans l’autre sens, la fête des mères, mise en place par Vichy, est souvent vidée de son contenu idéologique pour se transformer en un simple moment de distribution de vivres alors que la résistance insiste sur la misère des mères en ces temps de restriction. Les combats les plus vifs se focalisent autour de la célébration du 14 juillet et du 11 novembre, fêtes majeures du panthéon républicain et de la France patriotique, que la Résistance tente systématiquement de transformer en moments de contestation de la présence allemande et du régime de Vichy. Le succès des autres appels à la mobilisation est plus incertain, même si dans le Nord, l’écho rencontré par la fête de Jeanne d’Arc, est important.

92Le contexte spécifique de la guerre et de l’occupation entraîne des mutations dans la signification accordée aux diverses commémorations qui voient s’opérer des transferts idéologiques importants. C’est ainsi que le 1er mai, symbole de la lutte ouvrière, doit se transformer, pour les partisans du régime de Vichy, en une fête générale du travail qui unisse l’ensemble des acteurs de la vie économique (ouvriers mais aussi employés, paysans et artisans, patrons). C’est aussi l’occasion de célébrer la saint Philippe et la Charte du travail. Dans la mouvance communiste s’opère dans le même temps, après juin 1941, un changement du sens de la fête qui, de journée internationale de lutte de la classe ouvrière, devient journée de célébration de la patrie outragée, au nom de la liberté nécessaire. De tels glissements symboliques existent aussi pour le 14 juillet. Dès juillet 1941, les forces communistes clandestines en appellent désormais à célébrer le 14 juillet, « fête nationale ». La Marseillaise est réaffirmée en même temps que L’Internationale. Il y a convergences et « mélange des genres », les cultures gaullistes et communistes tendant à se fédérer. Tout en demeurant fête patriotique, Le 14 juillet prend une connotation sociale.

  • 118 Pierre Laborie, L'opinion française sous Vichy : Les Français et la crise d’identité nationale (193 (...)
  • 119 Un rapport du commissaire des renseignements généraux au préfet du Nord, daté du 8 octobre 1943, es (...)
  • 120 À partir de la mi-1941, lorsqu’il est de nouveau possible de franchir la Somme, les autorités de Vi (...)

93Il faut enfin, dans cette analyse, faire très attention à la chronologie. Les mobilisations de l’année 1940 et de la première moitié de l’année 1941 apparaissent rares et faibles dans le département encore sous le choc de l’invasion, de la défaite et d’une très forte présence des troupes allemandes alors que les relations avec le reste de la France sont inexistantes. C’est ensuite, alors que les forces résistances se structurent davantage, que Vichy tente de réaffirmer sa légitimité sur le département, que l’usage résistant des fêtes et des commémorations devient plus systématique. À partir du milieu de l’année 1943, cet usage politique de la rue semble se faire plus rare, en lien peut-être avec l’affirmation d’autres priorités résistantes. La surveillance policière française et allemande est aussi particulièrement forte et s’accompagne d’une terrible répression. Pour les mouvements de résistants, le travestissement des fêtes revendiquées par Vichy et la réaffirmation des fêtes interdites par l’État français et l’occupant, à mesure que la guerre se prolonge, même s’ils permettent de « réveiller » l’opinion et de resserrer « le tissu social là où Vichy a échoué »118, ne sont plus qu’un degré insuffisant de l’engagement en résistance qui dispose désormais d’autres priorités. Cet usage politique des fêtes et commémorations permet cependant de déceler à la fois la force de la germanophobie dans le Nord comme la précocité du rejet du régime de Vichy et de son chef. La faiblesse, rapidement constatée dans le Nord, du culte du maréchal119, la fréquence des visites officielles contestées des divers secrétaires d’État de Vichy120 seraient alors d’autres révélateurs intéressants à étudier pour mieux saisir les sentiments dominants des Nordistes dans ces années noires.

Notes

1 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, introduction, p. 7-20.

2 Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998, p. 42.

3 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 9 et suivantes.

4 Idem, p. 8.

5 Alain Corbin, Noëlle Gérome et Danielle Tartakowsky, Les usages politiques des fêtes aux XIXe-XXe siècles, Paris, Publication de la Sorbonne, 1994, 440 p.

6 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 443 et suivantes.

7 Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue..., op. cit., p. 119.

8 Christian Faure, Le projet culturel de Vichy, Paris, PUL-CNRS, 1989, préface de Pascal Ory, p. 7.

9 Danielle Tartakowsky, La part du rêve : Histoire du 1er mai en France, Paris, Hachette, 2005, p. 48.

10 L’Espoir Français, 1er mai 1941, cité par Danielle Tartakowsky, La part du rêve, op. cit., p. 126.

11 Danielle Tartakowsky, La part du rêve..., op. cit., p. 127.

12 Archives départementales du Nord (désormais ADN), 1W 178-2, lettre du préfet du Nord aux sous-préfets, maires et commissaires de police, 27 avril 1942.

13 Idem, lettre de Pierre Pucheu et de François Darlan datée du 13 avril 1942.

14 Ibid, télégramme du préfet Caries au ministre de l’Intérieur, 22 avril 1942.

15 ADN, 1W 1943, lettre du préfet du Nord aux sous-préfets.

16 ADN, 1W 178-2, tract pour le 1er mai 1942.

17 Ibid, affiches en couleur.

18 ADN, 1W 178-2, lettre du préfet Caries aux maires et sous-préfets, 4 avril 1942.

19 Idem., lettre du préfet à l’OFK 670,26 avril 1942.

20 Danielle Tartakowsky, La part du rêve : Histoire du 1er mai en France, op. cit., p. 134 et suivantes.

21 Voir Jean-François Condette, « Les manifestations de ménagères dans le département du Nord de 1940 à 1944 : révolte frumentaire ou résistance ? », dans Robert Vandenbussche (dir.), Femmes et résistance en Belgique et en zone interdite, IRHIS-CEGES-Lille 3, 2007, p. 125-164.

22 ADN, 1W 178, compte rendu de la journée du 1er mai 1942, Tract dactylographié. Voir le détail dans Jean-François Condette, « Les manifestations de ménagères dans le département du Nord... », article cité, p. 163.

23 ADN, 1W 178-1, tracts et journaux clandestins, Fête du travail, 1er mai 1942.

24 Idem, L'Humanité, un recto-verso ronéotypé, 1er mai 1942.

25 Ibid., tract ronéotypé du comité d'action socialiste, « Premier mai 1942 ».

26 ADN, 1 W178-3, rapport du commissaire aux renseignements généraux destiné au préfet du Nord, le 1er mai 1942.

27 Idem, rapport du capitaine Patou, 2 mai 1942.

28 Ibid., rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 1er mai au soir

29 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux de Roubaix, 2 mai 1942.

30 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, le 1er mai 1942.

31 Voir Hélène Eck, « Les Françaises sous Vichy : Femmes du désastre, citoyennes par le désastre » dans Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome V : Le XXe siècle, réédition, Perrin, Tempus, 2002, p. 287-323.

32 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, p. 12.

33 Voir Yvonne Knibielher et Catherine Fouquet, Histoire des mères, Paris, réédition Pluriel, 1982, « La mère au foyer », p. 305 et suivantes et « Les enfants du Maréchal », p. 319-320.

34 Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin, op. cit., p. 139 et suivantes.

35 ADN, 1W 541, circulaire de Jacques Chevalier du 24 avril 1941.

36 Idem, lettre de l’OFK 670 au préfet datée du 20 mai 1941, « Fest der Mütter am 25. mai 1941 ».

37 Archives municipales de Lille, 5H 2/26, Fête des mères, 25 mai 1941 (et les cotes suivantes pour les années postérieures).

38 ADN, 1W 541, rapport du commissaire de police d’Hellemmes au préfet, 25 mai 1941.

39 Idem, dossier sur la fête des mères, 25 mai 1941, rapport du préfet du Nord daté du 25 mai 1941.

40 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille au préfet du Nord, 25 mai 1941.

41 ADN, 1W 180, lettre de Pierre Pucheu aux préfets datée du 7 avril 1942.

42 Idem, lettre du préfet Caries à l’OFK 670,21 avril 1942.

43 Ibid., lettre du préfet Caries aux sous-préfets et aux maires, 8 mai 1942.

44 Ibid., lettre du préfet du Nord au commissaire aux renseignements généraux de Lille, 13 mai 1942.

45 Ibid., journée des mères, 31 mai 1942, rapports de police.

46 Ibid., rapport du commissaire de police d’Haubourdin, 23 mai 1942.

47 Ibid., rapport du commissaire de police de Lambersart, 23 mai 1942.

48 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux au préfet, 1er juin 1942.

49 Ibid., rapport du commissaire aux renseignements généraux de Valenciennes au préfet, 1er juin 1942 avec tracts.

50 ADN, 1 W 1946, Fêtes des mères 1943, télégramme officiel du 3 mai 1943 aux préfets de région. (voir aussi les Archives municipales de Lille, 5H2/28 et 29, fête des mères, 1943 avec le programme détaillé).

51 Idem, réunion du comité départemental de coordination pour l’organisation de la journée des mères, 20 mai 1943.

52 Ibid., lettre du préfet du Nord aux sous-préfets et aux maires, 15 mai 1-943.

53 Ibid., rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 31 mai 1943.

54 Idem, rapport du directeur de la Sûreté générale, commissaire spécial à Lille au préfet, 31 mai 1943.

55 Voir Jean-François Condette, « Les manifestations de ménagères... », article cité, p. 125-164.

56 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), op. cit., p. 447.

57 ADN, 1W 246, rapport du commissaire de police de Waziers au sous-préfet de Douai, le 14 juillet 1941.

58 Idem, rapport du commissaire de police de la ville d’Halluin, 14 juillet 1941.

59 Ibid., rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 14 juillet 1941.

60 Ibid., rapport du commissaire spécial de Valenciennes au sous-préfet de Valenciennes, le 15 juillet 1941.

61 ADN, 1W 675, rapport du commissaire de Wattrelos au commandant de la Sicherheitspolizei de Lille, 18 juillet 1941.

62 Idem, rapport du commissaire de police spéciale de Lille au préfet du Nord, 17 juillet 1941.

63 Ibid., lettre du commissaire de police de Wattrelos au préfet du Nord, 24 juillet 1941.

64 ADN, 1W 181,14 juillet 1942, télégramme du ministère de l’Intérieur au préfet du Nord, 3 juillet 1942.

65 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 8 juillet 1942.

66 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille, 16 juillet.

67 ADN, 1W 181,14 juillet 1942, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, 15 juillet 1942.

68 ADN, 1W 1949, lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, le 5 juillet 1943.

69 ADN, 1W 1375, année 1944, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 19 juillet 1944.

70 Idem, numéro 2 des Mariannes du Nord et du Pas-de-Calais, organe de l’Union des femmes françaises, juillet 1944.

71 Voir Raymond JOSSE, « La naissance de la résistance à Paris et la manifestation du 11 novembre 1940 », Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, juin 1962, p. 1-31.

72 ADN, 1W 428, Armistice 1940, note du préfet datée du 9 novembre 1940.

73 Idem, rapport du commissaire de police de Tourcoing, 12 novembre 1940.

74 Ibid., tract « 11 novembre 1940 ».

75 ADN, 1W 1941, « 11 novembre », lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, 25 octobre 1941.

76 ADN, 1W 1942, rapport du préfet aux maires, aux sous-préfets et aux commissaires de police, novembre 1941.

77 Idem, rapport du commissaire spécial de police de Lille au préfet, 3 novembre 1941.

78 Ibid., lettre du préfet datée du 12 novembre 1941.

79 ADN, 1W 183, Toussaint et Armistice 1942, Consignes du préfet Caries aux sous-préfets et aux forces de police, 31 octobre 1942. (voir aussi 1W 164, Toussaint et armistice 1942 et 1943).

80 Ibid., rapport du préfet Caries aux sous-préfets et aux forces de police, 6 novembre 1942.

81 Ibid., rapport du commissaire spécial de Lille au préfet, 28 octobre 1942.

82 Ibid., rapport du commissaire central de Roubaix, 11 novembre 1942.

83 ADN, 1W 1951,11 novembre 1943, courrier daté du 6 novembre 1943.

84 Idem, rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, 9 novembre 1943.

85 Ibid., 11 novembre 1943, rapport du commissaire central de police de Lille au préfet, le 11 novembre au soir

86 Ibid., rapport du commissaire des RG de Lille au commissaire divisionnaire sur le déroulement du 11 novembre 1943.1943.

87 ADN, 1W 1951, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord, le 11 novembre 1943.

88 Idem, rapport du commissaire de police de Maubeuge, 11 novembre 1941.

89 Ibid., rapport du commissaire de police de Maubeuge au sous-préfet d’Avesnes, 6 décembre 1943.

90 Ibid., rapport des services régionaux des renseignements généraux à la Direction des RG de Vichy, 11 novembre 1943.

91 Ibid., rapport du commissaire de police de Wasquehal au préfet du Nord, 16 novembre 1943.

92 Voir Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), p. 457-458.

93 ADN, 1W 1256, propagande gaulliste, rapport du commissaire de police de Seclin au préfet du Nord, 21 mai 1941.

94 ADN, 1W 179, circulaire de Jérôme Carcopino aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, 15 avril 1941.

95 ADN, 1W 645, Fête de Jeanne d’Arc, 1941, instructions de Fernand de Brinon aux préfets, 11 mai 1941.

96 Idem, rapport du commissaire de police de Lille au préfet du Nord, 11 mai 1941.

97 Ibid., lettre du maire de Lille au préfet du Nord, 12 mai 1941.

98 Ibid., Lettre du général Niehoff au préfet Carles, 15 mai 1941.

99 ADN, 1W 388, affiche allemande jaune du 12 mai 1941 signée du général Niehoff

100 ADN, 1W 388, lettre du maire d’Hellemmes au préfet du 26 mai 1941.

101 Ibid., rapport du commissaire de police spécial au préfet, 17 mai 1941.

102 Ibid., rapport et tableau récapitulatif du préfet Carles, 20 mai 1941.

103 ADN, 1W 179, Fête de Jeanne d’Arc, Message de De Brinon aux préfets de la zone occupée, 2 mai 1942.

104 Idem, note de l’OFK 670 au préfet, 6 mai 1942.

105 Ibid., Fête de Jeanne d’Arc, interdiction des manifestations le 10 mai 1942 (avec un plan couleur du dispositif policier)

106 Ibid., rapport du commissaire de police de Lille au préfet, 6 mai 1942.

107 ADN, 1W 1256, propagande gaulliste, rapport du commissaire de police de Lille au préfet du Nord, 30 décembre 1940.

108 ADN, 1W 1938, Note du préfet du Nord aux sous-préfets, 20 juin 1941.

109 ADN, 1W 1258, Manifestations gaullistes et propagande communiste, lettre du maire de Bousies, 1er novembre 1941.

110 ADN, 1W 161, lettre du préfet Caries aux chefs de la gendarmerie et des forces de police, 11 septembre 1942

111 ADN, 1W 184, 150e anniversaire de Valmy, 20 septembre 1942, tracts divers.

112 ADN, 1W 161, 150e anniversaire de Valmy, tracts et rapports de police.

113 Ibid., télégramme du ministère de l’Intérieur aux préfets, 20 septembre 1942.

114 ADN, 1W 184., rapport du chef du service régional des renseignements généraux, 20 mai 1942.

115 Ibid., lettre du préfet du Nord au chef de l'administration militaire allemande, 21 septembre 1942.

116 ADN, 1W 1948, télégramme du ministère de l’Intérieur au préfet, 17 juin 1943.

117 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France..., op. cit., p. 481.

118 Pierre Laborie, L'opinion française sous Vichy : Les Français et la crise d’identité nationale (1936-1944), Paris, Seuil, 2001, p. 311.

119 Un rapport du commissaire des renseignements généraux au préfet du Nord, daté du 8 octobre 1943, est sans appel sur l’échec de cette propagande dans le département : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Centre d’information et de documentation nationale qui est dirigé par l’ex-capitaine de réserve Hermant, subit actuellement une crise majeure du fait de la mévente des articles de librairie et de bimbeloterie destinés à la propagande nationale [...]. On peut donc s’attendre à bref délai à la réduction de quelques comptoirs de vente que le Centre possède dans quelques villes du département ainsi qu’à la fermeture du centre régional installé à Lille » (ADN, 1 W 2376).

120 À partir de la mi-1941, lorsqu’il est de nouveau possible de franchir la Somme, les autorités de Vichy sont prises d’une véritable frénésie de voyages officiels vers les départements septentrionaux. Il s’agit pour eux de tenter de réaffirmer leur légitimité sur des terres qu’ils savent peu favorables et qui sont étroitement surveillées par les forces allemandes mais aussi de tenter de contrôler des zones économiquement vitales. La première visite officielle d’un dignitaire de Vichy est celle de l’ex-tennisman Jean Borotra qui vient dans le Nord du 16 au 18 mai 1941. Il doit cependant renoncer à assister à un match de football à Roubaix, le 18 mai, les services de police craignant une réaction hostile de la foule (ADN, 1W 600, Visites officielles, nombreux rapports de police). Un voyage du délégué général des Territoires occupés, Fernand de Brinon, prévu le 28 mars 1941, avait auparavant été annulé à la dernière minute. Le commissaire central de police informait en effet le préfet le 27 mars : « J’ai l’honneur de vous rendre compte des bruits qui me parviennent de sources différentes, que la population lilloise a l’intention, lors de la visite de M. de Brinon à Lille, de le siffler et de le huer car elle s’élève contre la politique de collaboration » (ADN, 1W 600, lettres diverses). Le voyage du secrétaire général à la Jeunesse, Georges Lamirand, du 20 au 23 janvier 1942 est lui aussi annulé (ADN, 1W 248, lettres diverses). Lors de sa venue dans le Nord-Pas-de-Calais (12-13 février 1942), François Lehideux, secrétaire d’Etat à la production industrielle, est sifflé aux usines de Lille-Fives (ADN, 1W 248, note de la direction de la sûreté générale datée du 14 avril 1942).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Couverture du programme pour la fête des mères du 30 mai 1943 organisée par la ville de Lille
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteur

IUFM Nord-Pas-de-Calais - Université d’Artois - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540