Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Le Seize-Mai 1877 dans la culture politique française

Jean-François Chanet

Texte intégral

1Le premier signe que l’événement qui nous a réunis aujourd’hui est l’un des plus saillants dans notre histoire politique contemporaine est qu’il peut se passer, pour être reconnu, d’une datation précise. On dit « le Seize-Mai » et cela suffit. Cela suffit à indiquer que sa portée en quelque sorte inaugurale, ou plus exactement la transition qu’il marque entre deux époques de la démocratie dans notre pays, a changé l’événement, dont la connaissance de détail n’est plus nécessaire à la compréhension de ce qu’il signifie, en une référence réutilisable dans d’autres situations où les questions qu’il a soulevées – questions de principe autant que d’opportunité – se posent à nouveau.

  • 1 M. Agulhon a analysé cette « évocation récurrente du spectre bonapartiste » dans Coup d’État et Ré (...)
  • 2 Voir par exemple la populaire Histoire de la Révolution de 1870-1871 de J. Claretie, Paris, Aux bu (...)
  • 3 Voir la proposition de loi du baron Dufour, député bonapartiste du Lot, proposition de mise en acc (...)

2Transition, en effet, entre deux époques où ce même phénomène - la référence à un tournant dans la vie politique suffisamment identifiable sans qu’il soit besoin d’en indiquer la date - s’applique à des faits de nature différente. Depuis le Quatorze Juillet et le Dix-huit Brumaire, il était en général provoqué par des journées révolutionnaires ou des coups d’État. Le cas le plus exemplaire, si l’on peut dire, dans la France du XIXe siècle et dans la tradition républicaine, c’est le Deux Décembre. En publiant, Sylvie Aprile l’a rappelé, son Histoire d'un crime deux semaines avant les élections d’octobre 1877, Victor Hugo s’est servi du fantôme du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte pour conjurer la menace que semblait incarner le maréchal-président Mac Mahon1. Pour les contemporains, le Quatre Septembre tient de la révolution, puisque le vote de la déchéance de l’Empire au Corps législatif et la proclamation de la République à l’Hôtel de Ville ont été obtenus sous la pression populaire et ont renoué avec une tradition à la fois parisienne et nationale2. En février 1877, on rapportait encore, à la Chambre des députés, sur l’« insurrection » du 4 septembre 18703.

  • 4 Ch. Seignobos, La Révolution de 1848 – Le Second Empire (1848-1859), t. VI d’E Lavisse, Histoire d (...)

3Un phénomène de cristallisation mémorielle comparable, mais plus superficiel, moins durable, s’était d’ailleurs produit et devait se produire encore à l’occasion de conflits entre les organes du pouvoir, l’Assemblée nationale ou le gouvernement lui-même, et le peuple de Paris. Songeons au 15 mai (1848, envahissement de l’Assemblée) ou au 31 octobre (1870, envahissement de l’Hôtel de Ville). Cependant, et il y a là sans doute un signe de l’acclimatation en France des institutions représentatives, il avait commencé aussi à s’appliquer à des changements de gouvernement décidés par le pouvoir exécutif suivant des vues personnelles et sans consultation de l’assemblée, donc perçus déjà comme exceptionnels : pensons au 31 octobre (1849, message de Louis-Napoléon Bonaparte à l’Assemblée législative annonçant la constitution d’un ministère que l’historiographie républicaine, Seignobos en tête, qualifie d’« extraparlementaire »)4.

  • 5 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, coll. « P (...)

4Le Seize-Mai se rattache clairement à cette dernière catégorie. C’est bien cette date-là, et non celle de la dissolution ou celle des élections, qui s’est imposée pour désigner l’ensemble du processus déclenché par la décision personnelle du chef de l’État. L’anomalie ainsi désignée n’est donc plus l’irruption de l’illégalité ou de la violence dans le cours ordinaire de la vie politique – en écrivant sa lettre à Jules Simon Mac Mahon n’est pas sorti de la légalité et nul ne pouvait lui contester le droit de dissoudre la Chambre des députés –, mais la légitimité douteuse, le choix inconsidéré, la brusquerie intempestive d’une action qui venait perturber la marche régulière des institutions adoptées moins de deux ans auparavant. Comme l’a souligné Jean-Marie Mayeur, cet effet perturbateur a fait jouer contre le camp de la conservation la peur du désordre5, et Jean Garrigues a montré ici que l’inquiétude des milieux d’affaires a elle aussi plutôt profité à la gauche.

  • 6 M. Reclus, Grandeur de la « Troisième ». De Gambetta à Poincaré, Paris, Hachette, coll. « Tribune (...)

5Par là, le 16 mai 1877 devait marquer la transition entre deux époques de la Troisième République. C’est ainsi que l’entendait, par exemple, Maurice Reclus, dans son livre de 1948 – la date n’est pas indifférente – Grandeur de « la Troisième », mais pour souligner un paradoxe. Les conditions qui avaient rendu possible cette « opération conservatrice » manquée mais légale – c’est-à-dire l’impossibilité de faire fonctionner normalement la machine institutionnelle fabriquée en 1875, en raison de la présence à l’Élysée d’un maréchal monarchiste qui croyait pouvoir s’appuyer sur une faible majorité monarchiste au Sénat pour obtenir, par la dissolution, une majorité monarchiste à la Chambre des députés –, ces conditions, grâce, précisément, à l’échec de l’opération, ont changé deux ans plus tard. Le 30 janvier 1879, la démission de Mac Mahon et l’élection à Versailles de son successeur Grévy marquaient le « début de la seconde époque républicaine », qui aurait dû être celle de la stabilité, grâce à une Constitution « rodée par des épreuves de grand style, surtout par celle du Seize-Mai »6.

  • 7 O. Rudelle, La République absolue. Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France ré (...)

6Or il n’en a pas été ainsi. L’hémicycle du Palais-Bourbon est resté un champ de bataille où l’on ne comptait plus les cadavres de ministères. Cette évidence ne vaut d’être rappelée ici que pour souligner un second paradoxe. Ce qu’Odile Rudelle a analysé comme une prépondérance abusive de la représentation parlementaire sur la volonté exprimée par le corps électoral, à ses yeux effet à longue portée du Seize-Mai – « ce qui était réalité au niveau de la masse du suffrage universel, écrit-elle dans la conclusion de La République absolue, n’arrivait pas à remonter vers le Parlement »7 –, loin de hâter la revalorisation de la présidence de la République et la réhabilitation du droit de dissolution, que Jules Ferry et les « opportunistes » avaient pourtant pris soin de maintenir lors de la révision constitutionnelle de 1884, les a au contraire enfermés dans la légende noire où ils avaient rejoint d’emblée les acteurs et les armes du coup d’État bonapartiste.

  • 8 W. Serman et J.-P. Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 9 M. Reclus, Grandeur de « la Troisième », op. cit., p. 33-34.
  • 10 Alain, Le citoyen contre les pouvoirs, Paris, Simon Kra, 1926.
  • 11 Id., Les Propos d'un Normand de 1912, no 2242, éd. par J.-M. Allaire, R. Bourgne et P. Zachary, pré (...)
  • 12 Voir G. Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, t. I, L’avant-guerre, 1906-1914, (...)

7À la distance où nous sommes pour l’évaluer, la puissance de cette légende surprend. Car enfin la France n’était pas l’Espagne. L’armée, non seulement n’y a pas témoigné le même attachement au pronunciamiento pour dénouer les crises politiques, mais s’en était tenue au respect de l’ordre légal qui, en 1848, avait pu justifier aussi bien l’abstention de février que la répression de juin. Comme l’a souligné parmi d’autres William Serman, au moment de préparer son coup d’État, Louis-Napoléon Bonaparte a eu du mal à trouver, en la personne de Saint-Arnaud, « le général de division idoine pour diriger, au ministère de la Guerre, une action si contraire, depuis le 18 Brumaire, aux traditions légalistes de l’armée française »8, que Xavier Boniface a rappelés aujourd’hui. Il n’empêche : le mythe du sabre arbitre dans la lutte des partis, la tendance des républicains à entendre des bruits de bottes chaque fois que les volontés du chef de l’État se heurtaient à la résistance de la majorité parlementaire, leur faisaient attribuer à l’instabilité ministérielle elle-même une vertu. « Il faut tout de même que le cabinet ne devienne pas le prince », écrivait encore Maurice Reclus9. L’un de ceux qui ont le plus fortement exprimé cette idée est le philosophe Alain, théoricien connu de la mobilisation vigilante du « citoyen contre les pouvoirs »10. Ainsi, dans son « Propos d’un Normand » du 7 mai 1912 : « Depuis le 16 mai nous n’avons pas un seul exemple de résistance seulement esquissée. Même on peut dire que les ministères sont de plus en plus fragiles devant une opinion défavorable ; ils n’attendent même plus un vote ; dès que leur autorité est douteuse, et dépend d’un déplacement de quelques voix, ils s’en vont »11. Tel avait été le cas du ministère Caillaux le 11 janvier 1912, après la mise en cause du président du Conseil par Clemenceau au Sénat12. On sait le temps qu’il a fallu pour que ce type de situation ne parût plus aussi rassurant.

  • 13 M. Agulhon, Coup d’État et République, op. cit., p. 74-87.
  • 14 F. Mauriac, Bloc-notes, t. II, 1958-1960, présentation et notes de Jean Touzot, Paris, Le Seuil, c (...)
  • 15 René Capitant a enregistré cette évolution : « On dit parfois qu’il doit se soumettre ou se démett (...)

8Maurice Agulhon y insiste dans son essai intitulé Coup d’État et République, les conditions d’installation de la Cinquième République constituent à cet égard un tournant dans la tradition républicaine13. Elles ont apporté la démonstration de ce que le retour du régime parlementaire à un dualisme où la prééminence va plutôt au président de la République qu’à l’Assemblée, non seulement pouvait s’accompagner de la plus grande fermeté à l’égard des menaces putschistes, mais armait mieux l’État pour les combattre, eût-il pour chef un militaire. Les gaullistes en effet n’ont pas tardé à s’approprier la référence à l’impuissance à laquelle Mac Mahon s’était lui-même condamné en obligeant Jules Simon à démissionner, pour mettre en relief, par contraste, la sûreté de jugement et la fermeté « républicaine » de leur champion. Le 14 février 1959, quelques jours après un voyage de Michel Debré à Alger au cours duquel s'étaient fait entendre des cris hostiles au président de la République et au Premier ministre, qui pouvaient faire craindre une nouvelle tentative de coup d’État, François Mauriac écrivait dans son « Bloc-notes » : « C’est peu de dire que certains des héros du 13 mai jugent de Gaulle décevant. Que se passerait-il le jour où ils décideraient de l’enfermer dans le dilemme qui a déjà servi contre un autre président de la République : se soumettre ou se démettre ? Charles de Gaulle n’est pas de la race qui se soumet, ni de celle qui se démet sous la menace d’une faction »14. Par la suite, la conception gaullienne de la légitimité eut pour effet de simplifier la formule de Gambetta : en cas de désaveu électoral, quel qu’il soit, c’est la démission qui s’impose, principe mis en application au lendemain du référendum perdu de 196915.

  • 16 Cité par G. De Broglie, Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 341.
  • 17 Ibid., p. 343.
  • 18 G. Clemenceau, discours prononcé au Sénat le 30 octobre 1902, L’Église, la République et la libert (...)
  • 19 « L’œuvre d’une âme de patriote dans une âme de catholique, chose rare », avait déclaré Gambetta à (...)

9Mythe du sabre, mythe du goupillon aussi. S’il est avéré qu’en dépit d’une rumeur tenace, Mgr Dupanloup n’a pas été, suivant les termes d’un rapport de police du 23 mai, « l'âme du coup d’État parlementaire du maréchal »16 – « parlementaire », on l’aura bien noté, et non pas « militaire » –, il est incontestable que le Vatican et le clergé français ont joué un rôle actif dans la préparation de l’opération. Gabriel de Broglie le note dans sa biographie de Mac Mahon : la mise en demeure que celui-ci adresse à Jules Simon « suit de quelques jours celle qu’il vient de recevoir du pape »17. De là un autre caractère paradoxal de l’événement et de l’atmosphère qui entoure la lutte électorale dont il marque le commencement. Le patriotisme républicain, supposé « revanchard », s’offusque de cette ingérence d’un souverain étranger dans les affaires françaises – registre sur lequel Clemenceau attaquera encore le « parti clérical » lorsqu’il lancera en 1902 cette question : « Serons-nous la France de Rome ou la France de la Révolution ? »18. Et, en un temps de troubles dans les relations internationales, comme l’a rappelé Jean-Marc Guislin, les républicains accusent le maréchal-président, qui a témoigné au pape une si prompte soumission, de faire courir à la France le risque d’une nouvelle guerre. On cite à l’envi le mot de Gambetta, « le cléricalisme, voilà l’ennemi ! », sans assez remarquer qu’il trahit le renoncement à considérer le Reich allemand comme le premier des ennemis contre lesquels la République aurait à se mobiliser, et, malgré l’idéal unitaire proclamé, détourne l’esprit de revanche contre un ennemi intérieur soupçonné, non sans injustice, de tiédeur patriotique19.

  • 20 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Bernard Grasset, 1937, p. 410.
  • 21 Cité dans L. Spriet, Les élections cantonales de l'automne 1934 dans le Nord, laboratoire du Rasse (...)

10Plus durable que cet argument de campagne dont « l’Union sacrée » de 1914-1918 devait priver les anticléricaux, est la relation établie entre le « Seize-Mai » et le recours du pouvoir à l’arbitraire administratif. Bernard Ménager a donné à ce sujet des chiffres significatifs pour le département du Nord. Les critiques de la « République des républicains » n’ont pas manqué de rappeler qu’en la matière, ceux-ci n’avaient rien à envier à leurs adversaires. Les vainqueurs devaient se rendre bientôt coupables d’abus comparables à ceux qu’ils reprochaient au duc de Broglie et à Fourtou, le « maître d’œuvre de l’entreprise du Seize-Mai » selon Thierry Truel. Daniel Halévy se plaît à citer, à la dernière page de La République des ducs, « l’honnête Littré » qui regrettait que le gouvernement, à partir de 1879, afin de hâter la consolidation du régime, ait « frappé comme s’il était un Seize Mai »20. Mais le modèle, si l’on peut dire, était fixé par son échec même. Et lorsqu’il y était fait allusion dans un contexte électoral, c’était par ceux des candidats qui en appelaient, dans un esprit de défense républicaine, à la résistance des citoyens aux pressions et manipulations administratives. La solidité de cette tradition se vérifie jusque dans les élections cantonales. Celles des 4 et 11 novembre 1877, en effet, avaient confirmé la victoire des républicains aux élections législatives des 14 et 28 octobre précédents. On peut citer au moins un cas de ce type dans le département du Nord, à l’automne de 1934, donc à un moment de forte mobilisation de la gauche contre les complaisances ou complicités obtenues par les ligues dans l’administration préfectorale, alors que Léon Blum avait réaffirmé – cela a été rappelé par Emmanuel Cherrier – l’hostilité des socialistes à l’emploi de la dissolution pour sortir de la crise déclenchée par la manifestation du 6 février. Au cours de son meeting du 3 octobre 1934, Étienne Beccart, professeur de collège à Avesnes et candidat SFIO (malheureux) dans le canton d’Avesnes-sud, affirmait devant un auditoire à qui l’allusion était supposée claire (n’oublions pas que le député d’Avesnes, au 16 mai, n’était autre qu’Émile de Marcère, républicain conservateur à la mode de Thiers, ancien et futur ministre de l’Intérieur, et qu’il ne fut pas réélu sans difficultés en octobre) : « Les élections cantonales n’ont pas eu depuis le 16 mai, sous Mac Mahon, l’importance de celles qui viennent »21.

  • 22 Léon Blum y prédit le succès de la gauche et la « crise présidentielle ». J. Kessel et G. Suarez, (...)
  • 23 Voir B. Pauvert, Droit constitutionnel : théorie générale – Ve République, Paris, Studyrama, coll. (...)

11Néanmoins, la référence au Seize-Mai se justifiait davantage et de fait a été beaucoup plus fréquente à la veille d’élections générales que d’élections locales. Dans le cours désormais régulier, sinon paisible, de la vie démocratique, les élections législatives n’avaient-elles pas tendance à devenir les temps forts qui justifiaient seuls l’omission de l’année ? Pour les plus importantes ou les plus dramatisées, cela ne fait aucun doute. C’est ainsi qu’à la veille des élections de 1924, Joseph Kessel et Georges Suarez publient un volume d’entretiens avec seize personnalités politiques de tous bords et lui donnent ce simple titre : Le onze mai22. On retrouve la formule de Gambetta, l’alternative entre « se soumettre ou se démettre », dans l’argumentaire de la gauche lorsque celle-ci est ou croit être en mesure de l’emporter et reproche au président de la République un engagement trop marqué en faveur de la majorité sortante. Ce fut le cas en 1924 contre Alexandre Millerand, avec succès, en raison de la victoire du Cartel, ou, sans succès cette fois, contre Valéry Giscard d’Estaing en 1978, quoique celui-ci eût préventivement écarté, dans son discours du 27 janvier à Verdun-sur-le-Doubs, l’hypothèse de sa démission et par là, le premier, jugé compatible avec la Constitution de 1958 la situation de « cohabitation », ainsi désignée lorsqu’elle devint réalité en 1986 sous la présidence de François Mitterrand23.

  • 24 G. Elgey, Histoire de la IVe République, t. III, La République des tourmentes (1954-1959), t. 1, P (...)

12 A fortiori la formule s’applique-t-elle lorsque l’échéance électorale est précipitée par une dissolution. Pour les Français de 2007 à qui il évoque encore quelque chose, le Seize-Mai est avant tout associée à la dissolution de la Chambre et au retour d’une majorité républicaine après les élections d’octobre. L’échec de l’opération a si bien condamné l’arme de la dissolution qu'elle n’a plus été utilisée, on le sait, tant que sont restés en vigueur les textes constitutionnels de 1875. Maintenu dans la Constitution de 1946, le droit de dissolution est resté théorique jusqu’à ce que le président du Conseil Edgar Faure y ait recours pour sortir de la crise ouverte par le renversement de son ministère, le 29 novembre 1955, après qu’il eut posé aux députés la question de confiance sur l’inscription en priorité d’un projet d’élections anticipées. Comme le rappelle Georgette Elgey, des générations d’étudiants avaient entendu leurs professeurs de droit constitutionnel répéter le mot de l’avocat César Campinchi, député radical-socialiste de la Corse de 1932 à 1940, garde des Sceaux dans le cabinet Chautemps de janvier à mars 1938 puis ministre de la Marine militaire dans les gouvernements Blum, Daladier et Reynaud : « Tant que Mac Mahon sera mort, on ne dissoudra pas la Chambre »24. Pour comble de malchance, les élections devaient avoir lieu un mois jour pour jour après la parution du décret de dissolution, ce qui, puisqu’on ne pouvait convoquer les électeurs le dimanche 1er janvier 1956, obligea à le publier au Journal officiel du 2 décembre 1955. Si 17 % seulement des personnes interrogées par l’IFOP se déclarèrent choquées par la dissolution, la SFIO et les partisans de Pierre Mendès France, futurs bénéficiaires de l’opération, la critiquèrent au point d’entraîner l’exclusion d’Edgar Faure du parti radical par le bureau politique. Là encore, il faut attendre la Constitution suivante et l’emploi gaullien du droit de dissolution pour dénouer le conflit de 1962 avec l’Assemblée nationale, sur la question de l’élection du président de la République au suffrage universel, pour qu’il soit généralement admis qu’il ne s’agissait pas d’un acte antirépublicain.

  • 25 Le Premier ministre retournait l’expression contre le Président Chirac, qui l’avait employée le pr (...)

13Certes, de Charles de Gaulle à François Mitterrand, la légitimité de l’usage de ce droit par le président de la République repose sur la démonstration d’une incompatibilité entre la majorité parlementaire et la majorité présidentielle. Encore l’opération répétée par François Mitterrand après sa réélection en 1988 a-t-elle moins bien réussi qu’au début de son premier mandat en 1981, le parti socialiste n’obtenant qu’une majorité relative, comme si la « cohabitation » à laquelle le président avait voulu habituer les Français leur avait paru plus vite qu’il ne l’imaginait un mode de gouvernement acceptable. La morale de l’histoire était en somme qu’à ce jeu, bis repetita non placent. Le précédent créé par la dissolution de 1968, réclamée par Georges Pompidou au général de Gaulle pour exploiter la lassitude des Français après les désordres de mai, reste unique, puisque le gouvernement disposait à l’Assemblée nationale d’une majorité qui sortit renforcée de la consultation. Le même pari tactique a été tenté en vertu d’une intuition moins fondée, dans un climat moins favorable, par Jacques Chirac en 1997. Jamais plus qu’en ce temps-là Mac Mahon ne parut ressuscité, sinon réhabilité, puisque le président allait se soumettre au verdict défavorable des urnes pendant ce qu’il lui restait de mandat, c’est-à-dire à peu près la durée de la législature. À peu près seulement, chacun s’en souvient. S’il eut beau jeu de railler l’« expérimentation hasardeuse » qui lui avait permis de s’installer à Matignon25, Lionel Jospin, en acceptant l’inversion du calendrier qui consacrerait la prééminence de l’élection – donc de la fonction – présidentielle après l’adoption du quinquennat, espérait créer un autre précédent, l’élection à la présidence de la République d’un Premier ministre sortant, plus encore, d’un Premier ministre resté en fonction durant toute une législature. On sait ce qu’il en advint et comment, à la liste des événements politiques assez importants pour être retenus sans l’indication de l’année, s’est ajouté le 21 avril (2002).

  • 26 Voir J. Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 460-463.
  • 27 R.-G. Schwartzenberg, « La République en copropriété », L’Express, 29 mai-4 juin 1972, p. 61. Repr (...)

14Il est un dernier type de situation politique où peut être réactivé le souvenir du Seize-Mai et c’est sur lui que je voudrais m’arrêter un instant, pour finir. C’est celui où le président provoque la démission de son Premier ministre alors que celui-ci conserve la confiance de la majorité parlementaire. Tel était le cas du président du Conseil Jules Simon en mai 1877. Tel était aussi le cas de Jacques Chaban-Delmas lorsque, après un vote de confiance très net à l’Assemblée nationale le 24 mai 1972, il s’est vu prier le 27 juin suivant par le président Pompidou de lui remettre la démission de son gouvernement26. Dans un article paru dans L’Express le 29 mai, Roger-Gérard Schwartzenberg, professeur de droit et futur membre du Mouvement de la gauche radicale-socialiste, après la scission survenue au parti radical le 4 octobre de cette même année 1972, suggérait que le Premier ministre avait pu vouloir s’appuyer sur l’Assemblée pour « acquérir plus d’autonomie » ou pour « prévenir une disgrâce présidentielle ». Il examinait ensuite l’hypothèse d’un conflit où le Premier ministre refuserait de se plier aux volontés du président. Comme le dissentiment de 1877 entre Mac Mahon et Jules Simon, auquel il fait explicitement référence, celui-ci ne pourrait être tranché que par une dissolution. La République allait-elle se retrouver bientôt « en copropriété » ? – on ne parlait pas encore de « cohabitation », et pour cause : la démission du gouvernement, le 5 juillet suivant, apporterait une réponse claire à cette question. Mais l’affaire se jouait entre des hommes également attachés à la pratique gaullienne des institutions. L’article de Roger-Gérard Schwartzenberg s’achevait sur des lignes que je vous livre, en guise de conclusion ouverte, parce qu’elles rendent un son étrangement actuel : « À terme, il faudra bien opter. Entre un véritable régime parlementaire, conduit par le Premier ministre. Ou un authentique pouvoir présidentiel, équilibré, comme aux États-Unis, par le contrôle vivace des élus. Tant qu’on éludera ce choix, tous les aléas sont possibles »27.

  • 28 G. Flaubert, Correspondance, V, 1876-1880, éd. par J. Bruneau et Y. Leclerc, Paris, Gallimard, Bib (...)

15Le maréchal de Mac Mahon n’avait en tête aucune de ces deux options lorsqu’il a envoyé sa lettre à Jules Simon au matin du 16 mai 1877. Mais si sa méthode, son style, les erreurs de son entourage et les tensions entre les droites ont contribué à l’échec de l’aventure, on comprend mieux, me semble-t-il, à la fin de cette journée, que Gustave Flaubert, quoique prompt à railler celui qu’il appelait « le Bayard des temps modernes », ait pu écrire, au début de septembre 1877, dans une lettre à son amie Edma Roger des Genettes : « Jamais l’attente d’un événement Politique ne m’a autant troublé que celle des Élections. La question est des plus graves - et pas si claire qu’on croit »28. Preuve parmi d’autres que l’on entrait décidément dans une époque nouvelle de la vie démocratique en France.

Notes

1 M. Agulhon a analysé cette « évocation récurrente du spectre bonapartiste » dans Coup d’État et République, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 61.

2 Voir par exemple la populaire Histoire de la Révolution de 1870-1871 de J. Claretie, Paris, Aux bureaux de L’Éclipse, 1872-1875, 2 vols ou de Paul Bondois, Histoire de la Révolution de 1870-1871 et des origines de la Troisième République (1869-1871), Paris, A. Picard et Kaan, 1888.

3 Voir la proposition de loi du baron Dufour, député bonapartiste du Lot, proposition de mise en accusation des « auteurs et des complices de l’insurrection du 4 septembre 1870 », Chambre des députés, 1re législature, session 1876, no 269. L’Assemblée nationale avait distingué entre la « révolution » du 4 septembre et l'« insurrection » du 18 mars. Voir Histoire de la révolution du 4 septembre et de l’insurrection du 18 mars. Dépositions de M. Thiers devant les commissions d’enquête parlementaire du 4 septembre et du 18 mars [séances des 24 août et 17 septembre 1871], Paris, Garnier frères, 1871, XII-159 p.

4 Ch. Seignobos, La Révolution de 1848 – Le Second Empire (1848-1859), t. VI d’E Lavisse, Histoire de France contemporaine, Paris, Hachette, 1921, p. 145.

5 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1984, p. 65.

6 M. Reclus, Grandeur de la « Troisième ». De Gambetta à Poincaré, Paris, Hachette, coll. « Tribune de l’histoire », 1948, p. 28-29. Voir aussi, du même auteur, Le Seize-Mai, Paris, Hachette, coll. « Récits d’autrefois », 1931.

7 O. Rudelle, La République absolue. Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine, 1870-1889, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 289.

8 W. Serman et J.-P. Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 1998, p. 294.

9 M. Reclus, Grandeur de « la Troisième », op. cit., p. 33-34.

10 Alain, Le citoyen contre les pouvoirs, Paris, Simon Kra, 1926.

11 Id., Les Propos d'un Normand de 1912, no 2242, éd. par J.-M. Allaire, R. Bourgne et P. Zachary, préface de Georges Pascal, Paris, Institut Alain, 1998, p. 176.

12 Voir G. Bonnefous, Histoire politique de la Troisième République, t. I, L’avant-guerre, 1906-1914, préface d’André Siegfried, Paris, PUF, 1956, p. 271.

13 M. Agulhon, Coup d’État et République, op. cit., p. 74-87.

14 F. Mauriac, Bloc-notes, t. II, 1958-1960, présentation et notes de Jean Touzot, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1993, p. 216.

15 René Capitant a enregistré cette évolution : « On dit parfois qu’il doit se soumettre ou se démettre [...], il serait plus exact de dire que dans ce cas le président de la République doit se démettre » (Écrits constitutionnels, éd. par J.-P. Morelou, préface de Marcel Waline, Paris, Éd. du CNRS, 1982, p. 420).

16 Cité par G. De Broglie, Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 341.

17 Ibid., p. 343.

18 G. Clemenceau, discours prononcé au Sénat le 30 octobre 1902, L’Église, la République et la liberté, Paris, P.-V. Stock, 1903, p. 36.

19 « L’œuvre d’une âme de patriote dans une âme de catholique, chose rare », avait déclaré Gambetta à propos d’un discours de Mgr Darboy, peu avant sa célèbre formule. « Discours sur les menées ultramontaines prononcé le 4 mai 1877 à la Chambre des députés », Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, publiés par J. Reinach, t. VI, Paris, G. Charpentier, 1882, p. 349-354.

20 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Bernard Grasset, 1937, p. 410.

21 Cité dans L. Spriet, Les élections cantonales de l'automne 1934 dans le Nord, laboratoire du Rassemblement populaire ? mémoire de master 1, université de Lille 3, sous la direction de Jean-Marc Guislin, juin 2007.

22 Léon Blum y prédit le succès de la gauche et la « crise présidentielle ». J. Kessel et G. Suarez, Le onze mai, Paris, Éditions de la NRF, 1924, p. 24.

23 Voir B. Pauvert, Droit constitutionnel : théorie générale – Ve République, Paris, Studyrama, coll. « Panorama du droit », 2004, p. 291.

24 G. Elgey, Histoire de la IVe République, t. III, La République des tourmentes (1954-1959), t. 1, Paris, Fayard, 1992, p. 491. Voir aussi : J. Georgel, La dissolution du 2 décembre 1955, extrait des Travaux juridiques et économiques de l'Université de Rennes, t. XXI, 1958, et R. Krakovitch, Edgar Faure, le virtuose de la politique, Paris, Economica, 2006, p. 96. D’Edgar Faure lui-même, voir la préface à F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 10-15, et Si tel doit être mon destin ce soir, Mémoires, II, Paris, Plon, 1984, p. 611-622.

25 Le Premier ministre retournait l’expression contre le Président Chirac, qui l’avait employée le premier à propos du projet de réduction du temps de travail. Voir S. Devedeix-Margueritat, Le quinquennat, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 111.

26 Voir J. Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Paris, Flammarion, 1997, p. 460-463.

27 R.-G. Schwartzenberg, « La République en copropriété », L’Express, 29 mai-4 juin 1972, p. 61. Reproduit dans C. Ben Salem, La chute du gouvernement Chaban-Delmas vue par la presse (juin 1972), TER, Université de Lille 3,1997, annexe non paginée.

28 G. Flaubert, Correspondance, V, 1876-1880, éd. par J. Bruneau et Y. Leclerc, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, p. 297.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540