Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Politique extérieure et politique intérieure à travers le regard d’un ministre du cabinet du 17 mai (17 mai-23 novembre 1977)

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

« Vous savez très bien que lorsque nous invoquons le jugement de l'Europe, nous l'invoquons pour la patrie, pour la paix et contre vous »
[Léon Gambetta, discussion de l’interpellation sur la composition du cabinet, Chambre des députés, 16 juin]
« Dans un grand nombre de départements, il suffit de ces mots « le gouvernement de la guerre et des curés pour pervertir l'opinion » »
[Auguste Paris, ministre des Travaux publics à son épouse Lucie, lettre 60,24 juillet]
« Non, le gouvernement, si respectueux qu’il soit envers la religion, n’obéit pas à de prétendues influences cléricales, et rien ne saurait l’entraîner à une politique compromettante pour la paix »
[Maréchal de Mac Mahon, président de la République, manifeste du 19 septembre 1877]

  • 1 H. Cochin, Lamartine et la Flandre, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1912, p. 348.

1Si, aux dires d’Henri Cochin, les affaires étrangères occupent souvent peu de place dans les discussions électorales de la Belle Époque1, en revanche, il a pu arriver, auparavant, quelles intéressent les citoyens ou qu’elles soient utilisées par les forces politiques en compétition, comme en 1839, 1863, 1871, 1885 et bien sûr en 1877. Elles y sont en effet présentes à plus d’un titre :

  • d’abord en raison de certaines menaces : l’Allemagne a-t-elle renoncé à l’idée de guerre préventive contre la France, lancée en 1872 et 1875 ? Le conflit russo-turc - auquel la presse consacre de très nombreuses lignes - ne risque-t-il pas de déboucher sur une conflagration européenne ?
  • Ensuite en raison de la propagande républicaine qui agite le spectre de la guerre, en prétendant, avec la complicité de Bismarck et du gouvernement italien, que le cléricalisme du cabinet d’« ordre moral » peut compromettre la paix. Ces deux éléments apparaissent nettement dans la correspondance intime d’Auguste Paris, ministre des Travaux publics dans le cabinet du 17 mai2.
  • 3 Louis Charles Decazes, fils du duc Élie Decazes, ministre de Louis XVIII, représentant de la Giron (...)

2Né en 1826, il est avocat à Arras. Élu représentant Centre droit du Pas-de-Calais en février 1871, il s’est rapidement fait remarquer par ses talents oratoires, ses compétences, son attachement à l’église catholique. Dès 1873-1874, on a songé à lui confier un portefeuille. Il a joué un rôle très important dans les débats constitutionnels et dans ceux relatifs à la liberté de l’enseignement supérieur. En 1876, il est entré au Sénat où il siège parmi les constitutionnels. Entre mai et novembre 1877, il participe activement aux débats parlementaires et électoraux, rencontre les ambassadeurs des principales puissances lors de réceptions officielles ou traite avec eux, voire avec des ministres étrangers, de sujets relevant de son département. En outre, il éprouve un intérêt certain pour la Belgique, l’Espagne ou les États-Unis. Toutefois, il regrette le laconisme et l’absentéisme de son collègue du Quai d’Orsay, le duc Decazes3.

3Que sait, en effet, exactement un ministre lambda de la situation internationale et de la politique étrangère de la France ? Peut-il intervenir en ce domaine ? Ses remarques correspondent-elles toujours à ses options politiques et religieuses ? Que nous apprend-il sur les mondanités diplomatiques et gouvernementales ?

  • 4 Cf. M. Merle, « Politique intérieure et politique extérieure », Politique étrangère, 41e année, no(...)

4Les esquisses de réponses à ces questions à partir de l’analyse des lettres qu’il envoie presque tous les jours à son épouse Lucie, nous permettent d’évoquer la situation internationale en 1877 et ses principaux enjeux, d’appréhender le lien entre politique intérieure et politique extérieure4, d’évoquer quelques personnalités en abordant les thèmes suivants : les informations d’un membre du cabinet du 17 mai, les réactions d’un tenant de l’ordre moral et, en conclusion, les mondanités diplomatiques d’un personnage officiel.

La situation internationale vue par un ministre

5Les problèmes extérieurs apparaissent le 26 mai dans la correspondance d’Auguste Paris de façon anodine :

« Rien de grave du côté de l’extérieur ; le débat ouvert sur la question cléricale au parlement italien a bien tourné pour la France. Je te signale néanmoins un incident : deux officiers prussiens qui se promenaient en bourgeois à la foire de Nancy ont été reconnus, insultés, menacés. Une instruction a été ouverte aussitôt. L’état de siège proclamé à Constantinople peut amener des difficultés puisqu’il suspend la protection qui résulte des capitulations au profit de nos nationaux ».

6Dès ces premières phrases un tableau de la situation internationale est très succinctement dressé avec d’abord ce qui intéresse la France au premier chef, les délicates relations avec l’Allemagne et l’Italie, puis le conflit balkanique, la Russie et l’Empire ottoman étant officiellement en guerre depuis le 24 avril. La place secondaire réservée à cette crise est sans doute due au fait que la France n’y est pas directement impliquée et le catholique Paris semble surtout préoccupé par le problème de la protection des chrétiens en pays musulman.

La guerre dans les Balkans

7Il fait plusieurs fois allusion à ce conflit, notamment le 14 juin et le 30 août où il présente un panorama relativement exact de la question balkanique :

« L’extérieur présente quelques points noirs. La Russie rencontre sur les bords du Danube un obstacle naturel au plein accomplissement de ses desseins. L’Angleterre est dans l’attente. Son intervention amènerait l’entrée en scène de l’Allemagne. Il est certain que des mouvements de troupes s’opèrent non seulement dans les provinces les plus proches de notre territoire sous prétexte de compensation, mais aussi en arrière, et que du côté de l’Italie des mesures analogues sont prises. Les escadres allemande et italienne comptent dans la Méditerranée 11 cuirassés. Avant quinze jours, nous compterons dans ces parages des forces égales » (14 juin).

  • 5 Edward Stanley, 15e Comte de Derby (1826-1893), ministre des Affaires étrangères de Disraeli.

« Il est à craindre que la Serbie ne rentre en guerre contre la Turquie afin d’opérer une diversion utile aux Russes. L’Angleterre a sondé le gouvernement français afin de l’associer à une protestation contre cette éventualité. Nous répondons à Lord Derby5 : « serviteur » et nous restons cois. L’Allemagne guette évidemment une proie. En 1875, l’influence de la Russie et de l’Angleterre l’a détournée de son dessein de nous attaquer. La Russie, quelque soit l’issue de sa lutte contre la Turquie, devra consacrer dix ans à se remettre. L’Angleterre, comme puissance militaire, a prouvé surabondamment quelle a place aux Invalides. L’Autriche ne s’est pas relevée de ses défaites de l’Italie et de Sadowa. Tout favorise la politique allemande, tout nous commande d'éviter tout prétexte d’agression et de prévoir une agression » (30 août).

8Sans doute en a-t-il été question en conseil des ministres même si le ministre des Affaires étrangères se livre peu.

  • 6 « M. Decazes était souffrant, préoccupé, ministre en un mot » (lettre 68, 7 août) ; « Il est presq (...)
  • 7 Ce « personnage très complexe, chez qui de grandes qualités voisinent avec de singulières petitess (...)

9L’attitude de Decazes est mal considérée par son collègue des Travaux publics qui visiblement ne l’apprécie guère : il lui reproche son long repos à Salins (station thermale du Jura) en juillet, sa distance en août, son manque de solidarité en octobre6. Son jugement n’est pas sans rappeler celui de l’historien Hauser, voire celui de Jules Ferry qui stigmatise sa légèreté7. Pourtant, comme Paris, cet orléaniste, qui a gouverné avec Jules Simon, est mal à l’aise au sein de la coalition d’ordre moral, il déteste l’intransigeance des légitimistes, les penchants autoritaires des bonapartistes ; très tôt il est démissionnaire.

  • 8 H. Hauser, op. cit., p. 82.
  • 9 C. Bloch, Les relations entre la France et la Grande-Bretagne (1871-1878), ouvrage publié avec le (...)
  • 10 H. Hauser, op. cit., p. 99.Propos tenus devant Apponyi et rapportés à Andrassy (mai 1874), respect (...)
  • 11 Cf. Lettre 47, 7 juillet : « En cas de conflit européen je crois la Belgique très convoitée »

10Il est toutefois d’une indéniable habileté ainsi que le reconnaît Bismarck : « Ces diables de Français ont de la chance, ils ont trouvé un ministre : c’est une boule qu’on a beau piquer, ça tourne toujours »8. En poste depuis novembre 1873, Decazes redoute avant tout l’Allemagne dont il craint une nouvelle attaque et « il y subordonne tout son système politique »9. Conscient de la faiblesse et de l’isolement de la France, il mène une politique prudente visant à « éviter toute complication, toute ingérence dans les questions extérieures qui pourraient nous attirer des insultes ou des humiliations dont notre implacable ennemi recherche évidemment les occasions »10, d’où, par exemple, l’inquiétude après les incidents de Nancy signalés plus haut. C’est ainsi « qu’il craint, en septembre, que l’Allemagne ne nous prépare quelque tour » (lettre 78, 24 août). En vain, il fait circuler des rumeurs visant à impressionner les diplomates quant aux ambitions allemandes sur la Hollande ou la Belgique. Cette dernière, si l’on en croit Auguste Paris qui a parlé avec son représentant, est inquiète11 : elle l’avait déjà été par la politique de compensation imaginée par Napoléon III et l’engagement de strict respect de sa neutralité par la Prusse et la France en 1870 ne l’a rassurée qu’à moitié, d’où les projets de Léopold II visant à développer le potentiel militaire belge.

  • 12 Chlodwig Hohenlohe Schlillingfürst (1819-1905), Premier ministre de Bavière (1860-1870), ambassade (...)

11Les conservateurs français semblent donc encore plus hostiles aux Allemands que les républicains qui ne sont pas défavorables au Kulturkampf. Les réactions d’Auguste Paris sont significatives à cet égard : il narre avec une fierté non dissimulée la revue du 1er juillet : « Le défilé s’est fait avec grande précision. Le prince de Hohenlohe12, ambassadeur d’Allemagne, a pu se convaincre que nous avons des canons » ; quand, au ministère, l’huissier annonce le prince de Hohenlohe, il avoue : « ce nom produit toujours sur moi un singulier effet. Il me semble que l’on me dit : « voilà l’ennemi » » (lettre 52, 12 juillet).

  • 13 C. Bloch, op. cit., p. 13.

12En 1875, face à la menace allemande, Decazes a réussi, après avoir obtenu l’appui de la Russie et de la Grande-Bretagne, à faire reculer Bismarck et depuis lors il s’efforce de parvenir à une entente permanente entre Londres et Saint-Pétersbourg afin de « prévenir toute initiative allemande susceptible de troubler la paix européenne »13. Aussi, la guerre russo-turque et les compensations territoriales qui risquent de l’accompagner (Bosnie-Herzégovine, Chypre, Égypte, Tunisie...) inquiètent-elles la France. Le Royaume-Uni se veut le protecteur de l’Empire ottoman que la Russie voudrait démanteler. La Russie, l’Allemagne et l’Autriche forment l’entente des trois empereurs mais les deux premiers semblent plus solidaires face à Londres, alors que les gouvernements de Vienne et de Saint-Pétersbourg ont tous deux des ambitions balkaniques. La France offre donc, à plusieurs reprises, sa médiation, en concentrant ses efforts sur le Royaume-Uni, en essayant d’empêcher (en vain) la Serbie d’entrer à nouveau en guerre, en secondant les représentations britanniques et austro-hongroises contre certaines exactions russes.

  • 14 Richard Bickerton Pernell, 2e baron Lyons (1817-1887), a été successivement en poste à Florence, R (...)
  • 15 Dont Paris discute de la mise en valeur avec le général Chanzy qui en est le gouverneur (Lettre 10 (...)

13Mais l’ambassadeur du Royaume-Uni à Paris, Lord Lyons14, estime la politique française plutôt favorable à la Russie avec laquelle Decazes ne veut pas se brouiller car il la considère comme le meilleur rempart contre la prédominance germanique. En revanche, le locataire du quai d’Orsay refuse une domination absolue des Britanniques sur la Méditerranée où la France a des intérêts - en Algérie15 - et des ambitions - en Égypte et en Tunisie - (d’où l’envoi de son escadre), ce qui n’échappe pas à Bismarck. Le chancelier qui redoute la formation d’une coalition antiallemande s’efforce de satisfaire et de dresser, jusqu’à un certain point, les puissances les unes contre les autres... Fin juillet l’avancée russe est stoppée à Plevna, la crise orientale n’évolue guère jusqu’à l’automne. Et le 24 août, Decazes déclare à Paris qu’« en octobre, la guerre entre la Turquie et la Russie sera suspendue par la mauvaise saison » (lettre 78, 24 août). C’est pourquoi, il souhaite que les élections se déroulent le plus tard possible lorsque « toute crainte de coup de canon [sera] écartée ». Les prévisions du ministre sont erronées puisque, malgré de sanglantes pertes, le tzar refuse la perspective d’une demi-défaite qui ne ferait qu’aggraver le péril révolutionnaire en Russie et décide d’accentuer l’effort militaire qui porte ses fruits en Arménie dès octobre et dans les Balkans en décembre avec la capitulation de Plevna.

14De même qu’Auguste Paris ne parle guère de ce conflit, de même les républicains n’en ont pas fait un cheval de bataille comme le rappelle Jules Ferry le 14 novembre à la Chambre des députés : « Il y a deux questions étrangères en Europe : la question d’Orient dont je ne veux rien dire et puis il y a ce que j’appelle la question d’Occident, c’est-à-dire la question cléricale » qui, elle, est au cœur de la bataille et où politique intérieure et politique extérieure se rejoignent.

« La question d’Occident, c’est-à-dire la question cléricale » (Jules Ferry)

15L’ancien maire de Paris en donne une définition claire à ses collègues :

« Je dis que cette question d’Occident... qui implique essentiellement la conservation de l’État territorial de l’Italie rallie la très grande majorité des États qui nous avoisinent : Italie, Allemagne, mais aussi Autriche, Russie, Angleterre qui sont toutes résolument, énergiquement conservatrices de l’état territorial de l’Italie ». Selon lui, « les alliances intérieures dont le cabinet ne peut se passer mènent tout droit notre pays de France à une situation extérieure telle que l’on peut affirmer qu’il n’y en aurait pas eu de plus dangereuse depuis Sedan ».

16Si le gouvernement et Auguste Paris ne cessent d’affirmer qu’il n’y a pas péril clérical et que la paix n’est pas menacée, il n’empêche que le doute s’installe...

17La grande offensive anticléricale de Gambetta qui culmine avec son discours du 4 mai aboutit au renvoi du Jules Simon et à la nomination d’un gouvernement, minoritaire, d’ordre moral, réplique de celui du 24 mai 1873, qui semble devoir prendre le contre-pied de la politique souhaitée par les républicains. En fait, les cléricaux n’y ont pas vraiment le pouvoir et les tiraillements entre les trois familles coalisées (orléaniste, légitimiste, bonapartiste) sont nombreux. Le cardinal Guibert, archevêque de Paris, ou Monseigneur Dupanloup, évêque d’Orléans, ont davantage l’oreille du gouvernement que Monseigneur Freppel, évêque d’Angers. Dès le 15 mai (lettre 1), Paris indique à son épouse que « l’archevêque de Paris a seul déterminé le marquis de Franclieu (sénateur inamovible, Chevau-légers) à ne point partir en croisade », c’est-à-dire à poser une question au gouvernement (Jules Simon) sur le problème religieux... En employant ce vocabulaire, le sénateur du Pas-de-Calais se moque des royalistes ultras déconnectés de la réalité et dont les excès risquent de mettre en difficulté les conservateurs plus modérés. Le 2 juillet, il rapporte une réponse significative faite par Decazes à Mgr Guibert en partance pour le Vatican qui lui demandait s’il avait des instructions particulières à lui confier : « Demandez au Saint-Père qu’il prie beaucoup pour nous, mais qu’il ne parle pas de nous » (lettre 44).

18Redoutant les accusations de cléricalisme et d’ultramontanisme, le gouvernement agit avec retenue et ne souhaite pas un concours trop voyant de l’église catholique. Cela lui vaut des remarques acrimonieuses de la presse catholique intransigeante et des relations délicates avec le Saint-Siège. Ainsi, le ministre des Travaux publics apprend-il de la part de son collègue Brunet (ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts) que « c’est à Rome que le nonce s’adresse pour avoir des renseignements sur les ecclésiastiques présentés » aux sièges épiscopaux vacants. C’est avec regret qu’il constate que le Pape a agi en toute indépendance et outrepassé ses droits dans l’élaboration et le contenu du bref d’institution canonique de l’université catholique d’Angers (lettre 112, 23 octobre). Le cabinet du 17 mai ne peut donc guère compter sur la complaisance du Vatican, ni sur la solidarité conservatrice des monarchies européennes, contrairement à ce qu’espéraient de Broglie et Decazes. En effet, comme le dit, peut-être exagérément, Gambetta, le 17 mai, à la Chambre des députés, le changement de gouvernement provoque « l’émotion de toute l’Europe ». De fait, l’isolement de la France est réel, même si cela ne transparaît guère dans les lettres de Paris, d’autant que Bismarck s’y emploie activement.

19Decazes croit pouvoir compter sur les bonnes dispositions de François-Joseph, souverain catholique, et sur l’action efficace de l’ambassadeur de France à Vienne qui n’est autre que son neveu, mais Andrassy (ministre des Affaires étrangères de la double Monarchie) a besoin de Bismarck pour sa politique orientale.

20À Saint-Pétersbourg, en dehors de l’entourage immédiat du tzar Alexandre II et de Gortchakov (chancelier et ministre des Affaires étrangères), les milieux politiques, peu sensibles à la crainte du radicalisme, n’éprouvent guère de sympathie pour l’ordre moral ; souvent germanophiles, ils se souviennent de la sympathie des catholiques français pour les Polonais insurgés en 1863.

21Les milieux dirigeants britanniques sont divisés mais le plus souvent hostiles. L’antipapisme, même si la diplomatie française n’évoque plus le problème irlandais, l’attachement au libéralisme parlementaire, la concurrence commerciale ou coloniale — mise en avant par Lord Lytton, ancien vice-roi des Indes — ne sont sans doute pas étrangers à cette attitude. Derby, ministre des Affaires étrangères, redoute une restauration de l’Empire et souhaite, comme de nombreux journaux, la victoire des républicains jugés plus nettement favorables à Londres que les conservateurs français attachés à un certain équilibre entre le Royaume-Uni et la Russie. Mais il y a de nombreux partisans du bonapartisme, comme la reine Victoria ou son ambassadeur à Paris, tandis que le Premier ministre Disraeli se satisfait de la rétrogradation de la France.

  • 16 Lettre à Arnim, ambassadeur d’Allemagne en France en 1874, cité par H. Hauser, op. cit., p. 101.
  • 17 Depuis 1871, en réaction à l’occupation de Rome, la France a fait stationner, devant Civitavecchia (...)

22En revanche, les difficultés avec l’Italie n’échappent à personne. L’agitation ultramontaine, le soutien des catholiques au gouvernement Broglie - Fourtou rendent plus vraisemblable une intervention française en Italie pour rétablir le pouvoir temporel du Pape, or Bismarck a fait savoir qu’il ne pourrait laisser sans secours l’Italie si elle était attaquée16. Pourtant Decazes croit avoir donné des gages avec le retrait de l’Orénoque (octobre 1874)17, et les multiples déclarations du gouvernement français, auxquelles Auguste Paris fait allusion ou participe, n’y font rien. Dès le 17 mai, une note d’Havas essaye de calmer le jeu en signalant « la ferme volonté (du président de la République) de maintenir la politique de paix avec toutes les puissances et de réprimer avec la plus grande fermeté les démonstrations ultramontaines qui pourraient se produire ». Lors de son voyage en Savoie, Auguste Paris exprime dans un toast prononcé à Modane l’attachement du gouvernement et des populations à la paix, affirme que les bruits de guerre sont sans fondement, que « les meilleures relations » règnent entre les deux pays, que le tunnel du Mont-Cenis est « un trait d’union », puis il termine ainsi :

« C’est ici qu’il faut rappeler le mot de Louis XIV : il n’y a plus de Pyrénées ; non Messieurs, il n’y a plus d’Alpes, il n’y a plus de séparation entre deux grands peuples issus de la même race et qui, après avoir versé ensemble leur sang sur les mêmes champs de bataille, marchent résolument vers le progrès et la civilisation » (lettre 99, 30 septembre).

  • 18 Lettre 100, 4 octobre ; allocution prononcée à Chamousset (73). Frédéric d’Alexandry, baron d’Oran (...)

23Averti par le préfet des velléités autonomistes de certains démocrates savoyards, il se garde bien d’employer l’adjectif « savoisien » et se plaît à rendre hommage aux populations « si éminemment françaises de la Savoie » dont les représentants conservateurs qu’il côtoie sont d’ardents francophiles comme Frédéric Alexandry, baron d’Orangioni ou le comte Ernest de Boigne18.

24À un moindre degré, les agissements cléricaux compliquent les relations avec Madrid auxquelles le ministre des Travaux publics n’est pas insensible. Les affaires espagnoles occupent une grande place dans les préoccupations de la diplomatie française qui souhaite, après la restauration de la monarchie au profit d’Alphonse XII en 1875, que le calme règne en Espagne, que ce pays ne devienne pas objet de discordes entre les puissances (la France et le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne), mais aussi entre les Français car les catholiques et les légitimistes les plus intransigeants ont de la sympathie pour les carlistes tandis que les radicaux soutiennent les républicains. Si les carlistes ne peuvent plus compter sur la bienveillance du préfet des Basses-Pyrénées, en revanche leur action en exil continue, tout comme celle des républicains au sujet de laquelle Auguste Paris obtient de précieuses informations auprès du préfet de police, Félix Voisin. C’est ainsi que ce dernier lui apprend l’arrestation de Ruiz Zorilla, avocat libéral et anticlérical, ancien ministre converti à la République, et de ses complices ainsi que la découverte par la police française d’armes et de documents relatifs à une conspiration qui devait bientôt éclater au-delà des Pyrénées (lettre 44, 2 juillet). Il en informe précisément son épouse en lui indiquant notamment que les conspirateurs vont être expulsés, que « les papiers saisis ne donneront lieu qu’à des explications générales à fournir au gouvernement espagnol car trop de gens seraient compromis ». Là encore, la prudence, le désir de ne pas alarmer semblent l’emporter.

  • 19 A. Dreux, Dernières années de l’Ambassade en Allemagne de Monsieur de Gontaut-Biron, 1874-1877, d' (...)
  • 20 H. Hauser, op. cit., p. 111.

25Cependant, Bismarck redoute l’esprit revanchard des Français - il s’inquiète du développement des armements français dans les départements de l’Est -, l’opposition des catholiques français au Kulturkampf, l’éventuelle formation d’une grande coalition antiallemande. Pourtant, le 9 mai, Mac Mahon a envoyé l’ambassadeur de France à Berlin, Gontaut-Biron complimenter l’empereur Guillaume 1er de passage à Metz ; cette démarche pénible pour l’honneur français, mais pleine de courtoisie, a touché le monarque alors que le chancelier y a vu une manifestation de « l’esprit d’intrigue » du diplomate français. Aussi « ses malveillantes dispositions pour la France ne peuvent-elles que s’accroître quand éclate la crise du Seize-Mai »19. Grâce à la presse dévouée à ses ordres, il entretient la crainte de la guerre et le sentiment que la victoire des conservateurs y conduirait inéluctablement... Il est bien relayé à Paris par son ambassadeur qui entre en contact avec Thiers et Gambetta (lettre 18, 3 juin), montrant ainsi nettement où vont les préférences du Reich qui estime qu’une France républicaine trouverait moins d’alliés en Europe qu’une France conservatrice. Le gouvernement français le sait bien comme le prouve cette phrase d’Auguste Paris : « Le Maréchal nous a rapporté ce propos de M. de Bismarck : « Je n’en veux pas au maréchal, c’est un brave homme, mais il ne sera pas assez fort pour résister à l’action cléricale. Si Gambetta était au pouvoir, il nous inspirerait à ce sujet plus de confiance » » (lettre 103, 10 octobre). En outre le chancelier refuse d’entrer en contact avec Gontaut-Biron dont il a demandé le rappel. Il lui reproche « son intimité avec certaines grandes familles allemandes qui passent pour hostiles à sa politique »20. Pour mettre fin au malentendu, Mac Mahon envoie son aide de camp, le marquis d’Abzac, dont le ministre des Travaux publics évoque la mission dans cette même lettre : « Le général marquis d’Abzac revient d’Allemagne. L’Empereur et surtout le prince impérial se montrent bien disposés envers nous ». Mais cette démarche est vaine, contraignant les ministres et le président de la République à multiplier les déclarations rassurantes, comme les manifestes du 19 septembre et du 11 octobre [« Non, le gouvernement, si respectueux qu’il soit envers la religion, n’obéit pas à de prétendues influences cléricales, et rien ne saurait l’entraîner à une politique compromettante pour la paix »] dont Auguste Paris nous apprend qu’ils sont lus et revus en conseil des ministres, lui-même y prenant une part active (lettres 90 et 103, 18 septembre et 10 octobre). Mais ces personnages agissent alors moins en hommes d’État qu’en militants dans le cadre d’une campagne électorale qui a commencé au parlement dès que la dissolution de la Chambre des députés a semblé inéluctable.

Un ministre conscient de l’importance des affaires étrangères dans la bataille politique

Les républicains agitent le spectre de la guerre

  • 21 F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 153-154.
  • 22 Léon Gambetta, 17 mai, Chambre des députés.

26Dès le 16 mai, lors de la réunion de toutes les gauches, Gambetta après avoir dénoncé « une politique de hasard... qui pourrait lancer la France, ce pays de paix... dans des aventures dynastiques et guerrières » fait adopter un ordre du jour de défiance qui exige « un cabinet libre de son action » apte à faire régner « la paix au dehors »21. Le lendemain, ce texte est approuvé à la Chambre par 347 voix contre 149, après que le tribun républicain a signalé « l’inquiétude de l’Europe entière » et notamment de l’Italie. D’emblée le ton est donné et les arguments établis : le coup du 16 mai trouble la paix, aussi bien au-dedans qu’au dehors, que seul le respect des principes républicains - prépondérance du pouvoir parlementaire, refus du cléricalisme - permet de garantir. Les Républicains sont les vrais conservateurs, les vrais modérés susceptibles d’assurer la prospérité intérieure et la sérénité des relations internationales alors que le gouvernement Broglie - Fourtou est antipatriotique. Selon eux, ce changement brutal du gouvernement vient perturber la tranquillité de la France « au moment où [elle] se trouve engagée dans une neutralité recueillie, désirable, nécessaire, patriotique... »22.

  • 23 Sur la campagne des républicains, voir J. Grévy, La République des opportunistes. 1870-1885, Paris (...)

27Ce discours est répété à satiété par le commis voyageur de la République qui sillonne le pays23 après la dissolution de la Chambre des députés prononcée le 25 juin et jusqu’aux élections fixées aux 14 et 28 octobre 1877. Ainsi déclare-t-il :

« Nous avons vu tous les organes de l’Europe blâmer ce qui s’est fait le 16 mai » (Abbeville, 10 juin).

« Dès l’origine du conflit, l’Europe sans distinction de convictions politiques, monarchiques ou républicaines, s’est prononcée contre le coup de réaction du 16 mai. Elle y a vu, comme nous, une audacieuse tentative de l’esprit clérical contre l’Europe entière. Elle a déploré de voir le crédit, l’influence que la France reprenait peu à peu dans les conseils du monde remis soudainement en question et sa voix faire défaut dans le concert européen » (Lille, 15 août).

  • 24 L’expédition de Rome décidée le 16 avril 1849 dans un sens de médiation se transforme dès le 30 av (...)

28Le 16 juin, à la Chambre des députés, est discutée l’interpellation déposée le 18 mai par les républicains et dénonçant la composition du cabinet du 17 mai qui « compromet la paix intérieure et extérieure ». Auguste Paris évoque ainsi le débat : « Quelle séance !...Tu ne peux te figurer les violences, les injures que j’ai entendu s’échanger... Gambetta n’a pas craint de faire appel à l’étranger et de nous signaler comme des suspects » (lettre 29, 16 juin). Il a en effet déclaré : « Le patriotisme, il consiste à ne pas s’engager dans une politique d’aventure ; il consiste à tenir la France à l’abri des expéditions de Rome »24. Le 14 novembre, Jules Ferry, dans les mêmes lieux reprend l’argumentaire, agitant le danger d’une coalition italo-allemande et d’une guerre, n’hésitant pas à rappeler un article de La Gazette d'Allemagne du Nord, ce qui lui vaut plusieurs interruptions. Le ministre des Travaux publics en fait part à son épouse : « Quelle séance ! Et combien il m’en coûte de garder le silence dans cette fosse aux ours où nous sommes bravement défendus » (lettre 131, 15 novembre).

  • 25 Le général Cialdini.

29Dans ce contexte, le patronage de Thiers, homme d’expérience et libérateur du territoire, a été très important et a permis des comparaisons avantageuses. Le 1er juin, il reçoit la visite des ambassadeurs d’Allemagne et d’Italie25 qui sont vivement critiqués par Le Paris Journal et La Patrie, ce qui leur vaut un rappel à l’ordre dans Le Journal officiel, le cabinet, sur ses gardes, ne souhaitant pas envenimer ses relations avec les deux pays (lettre 18, 3 juin). Trois mois plus tard, les funérailles de l’ancien président de la République sont une immense manifestation républicaine et patriotique.

30La campagne des républicains, très efficace, soutenue plus ou moins discrètement par les autorités italienne et allemande, interpelle les citoyens et met en difficulté les tenants de l’ordre moral. Auguste Paris, très vite, en est conscient ; dès le 24 juillet, il écrit : « Dans un grand nombre de départements, il suffit de ces mots « le gouvernement de la guerre et des curés » pour pervertir l’opinion » et il constate avec regret que « la répression est impuissante » (lettre 60). Le 23 octobre, il donne l’exemple la situation de la Savoie dont il vient de voir le préfet (lettre 112) :

« Le consul italien de Chambéry, le sieur de Monobria qui habite la Savoie, nous a été très hostile dans cette contrée en faisant croire à la guerre si « les cléricaux » l’emportaient. Le samedi, sur les marchés, on a mis en scène des mères-pleureuses qui allaient répétant : « Ne votez pas pour MM... ou c’en est fait de vos fils ». Les soldats récemment congédiés, imbus de l’esprit des villes où ils tenaient garnison, ajoutaient à ce concert : « Ce n’est pas la peine de quitter nos pantalons rouges si vous votez pour MM. ! La guerre va commencer » ».

31Les conservateurs répliquent sans parvenir à inverser le cours des événements.

Les conservateurs s’efforcent de rassurer les Français et stigmatisent la démarche de leurs adversaires

32Les voyages et les discours de Mac Mahon, ses manifestes, déjà évoqués, y contribuent. Dans celui du 19 septembre, il se pose, lui aussi, en homme d’État pacifique et respecté de ses pairs : « Depuis quatre ans j’ai maintenu la paix, et la confiance personnelle dont m’honorent les souverains étrangers, m’a permis de rendre, de jour en jour, plus cordiales nos relations avec toutes les puissances ».

  • 26 Cité par F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 245.

33Les ministres, comme Decazes à Libourne, le 23 septembre, ou Paris à Dieppe, le 11 octobre, affirment leur total dévouement à la paix qui leur vaut « les sympathies et la confiance de l’Europe »26, l’avocat arrageois ajoutant que le cabinet du 17 mai est véritablement conservateur et respectueux de la constitution :

« Nous affirmons la paix parce que le maréchal-président de la République a été le premier à la proclamer ; parce que le Sénat et la Chambre des députés composés des éléments conservateurs auxquels nous faisons appel placeront la paix en tête de leur programme ; parce que la nation entière estime qu’une politique de paix est la seule qui lui permette de réparer les désastres du passé, d’utiliser au point de vue des travaux publics, les capitaux accumulés par l’épargne. Ministre des Travaux publics, je puis donc répéter que je représente, avant tout, l’ordre, la Constitution et la paix qui me permettent de réaliser, ici et ailleurs, le programme de l’avenir ».

34Il est fier d’annoncer à son épouse que « le préfet a été si satisfait de mon speech qu’il en a demandé le texte... qui a été envoyé par express aux imprimeries des journaux conservateurs de la Seine-Inférieure » (lettre 104,11 octobre).

  • 27 « [...] Notre constitution républicaine... n’est venue au monde que contre son gré ; [...] c’est u (...)

35Ce faisant, il répond point par point à ses adversaires : les vrais conservateurs, respectueux des institutions et attachés à la paix sont les partisans de Mac Mahon. En évoquant les désastres du passé, Paris pense à Sedan mais aussi à la poursuite du conflit avec la Prusse après le 4 septembre 1870. En prétendant « représenter la Constitution », il fait allusion à son rôle éminent dans les débats constitutionnels de 1873-1875, dont Jules Ferry s’est moqué à la Chambre des députés le 18 juin27. Sa bonne connaissance des textes, son adhésion au groupe des constitutionnels sont les garants du strict respect par lui et par le gouvernement de la Loi fondamentale et donc du refus de l’aventure et de la guerre. D’ailleurs, il a déjà développé ce thème à Modane le 30 septembre en déclarant : « Mon entrée au ministère avait précisément pour signification particulière le respect de la Constitution ».

36Lui et ses collègues l’ont également repris devant le Parlement. Pour de Broglie et ses coalisés, les vrais patriotes ne sont pas ceux qui prétendent avoir sauvé l’honneur national, puis qui, se plaçant sous le patronage de Thiers, entendent mener une politique extérieure prudente, pacifique, favorable au relèvement du pays. Au contraire, les meilleurs défenseurs du pays sont les adversaires de Gambetta et de ses amis politiques, qui condamnent une révolution en pleine guerre et la poursuite inutile de combats meurtriers, qui ont soutenu la politique étrangère de Thiers et prétendent la continuer, qui dénoncent les bruits de guerre que les républicains répandent dans « un but politique et sans patriotisme » comme le déclare Auguste Paris à Modane (30 septembre).

37Le 18 juin, dans une « Chambre qui ressemblait à une mer affolée » (lettre 31, 18 juin), Decazes a répondu à Gambetta sur les affaires étrangères et affirmé, dépêches à l’appui, que les relations avec l’Italie, l’Allemagne et la Russie étaient bonnes. Le 21 juin, au Sénat, Albert de Broglie, a prononcé, selon son collègue des Travaux publics, un excellent discours dans lequel il a rappelé l’attachement du cabinet au Concordat et ses intentions pacifistes. Dans une envolée remarquée, il a dénoncé ceux qui affirment le contraire et dont la manœuvre consiste à « créer l’hostilité au dehors et exercer ensuite l’intimidation au-dedans » :

« C’est eux qui auront eu le triste honneur d’inaugurer en France ce qui se passait dans les républiques de la Grèce antique ou de l’Italie du Moyen Age en décadence, l’intervention de l’étranger dans les querelles intérieures des partis ».

  • 28 A. de Meaux, Souvenirs politiques 1871-1877, Paris, Plon, 1905, p. 403.

38Cette dénonciation est reprise après la défaite électorale, le 14 novembre, quand Paris interrompt ainsi Jules Ferry : « Allez donc prononcer ce discours à une tribune allemande » et le qualifie dans sa correspondance de « parleur vulgaire » et « tribun de cabaret » (lettre 121,15 novembre), mais surtout, une nouvelle fois par le chef du gouvernement, cinq jours avant sa démission. Dans une brillante péroraison qui permet, selon le ministre de l’Agriculture et du Commerce, de Meaux, de « venger » la défaite des conservateurs28, le sénateur de l’Eure déclare en effet :

« Inquiéter l’étranger sur les dispositions de la France, ensuite intimider la France par la menace de l’étranger, voilà l’opération tout entière... C’est la première fois qu’on a vu intervenir dans nos délibérations intérieures la menace supposée vraie de l’étranger. Ce serait, si l’on y persistait, le signe de la décadence irrémédiable de la patrie. Lisez l’histoire et ses tristes leçons : n’est-ce pas sur l’Agora d’Athènes mourante qu’on évoquait le fantôme de Philippe de Macédoine ? N’est-ce pas dans les diètes de Pologne qu’on se retournait avant de voter, pour savoir ce que voulaient, ce que pensaient les ambassadeurs de Catherine ? J’ai voulu épargner cette honte à mon pays... Je n’ai pas réussi ».

39Ces propos sont d’autant plus marquants qu’ils sont prononcés en présence de l’ambassadeur d’Allemagne qu’Auguste Paris a rencontré, ainsi que d’autres diplomates en différentes occasions plus ou moins officielles.

***

Le contraste entre les mondanités diplomatiques et la bataille politique

40Auguste Paris est un avocat de province d’origine modeste qui est un peu intimidé et ébloui par les lieux et les milieux qu’il fréquente désormais comme en témoigne le récit qu’il fait de sa réception au Quai d’Orsay : le ministère des Affaires étrangères est « un palais », le dîner qui y est servi est « splendide », la réception qui le suit est « brillante et nombreuse » (lettre 12, 27 mai). Mais c’est aussi un homme instruit et cultivé qui s’adapte vite aux usages de la haute société qu’il révèle à son épouse et qui sait garder une certaine distance. Ainsi, dès le 6 juin (lettre 21), il écrit : « J’ai profité de la note du Temps qui m’avait signalé, ainsi que Monsieur Brunet, comme m’étant abstenu de me faire présenter, à la soirée du duc Decazes, au corps diplomatique. J’ai eu soin de parler... Peu à peu je m’apprivoiserai ». Au ministère des Finances, il constate que « le luxe impérial s’en est donné à l’aise » (lettre 42, 30 juin). Lors de son voyage en Savoie et Dauphiné, il réside à l’hôtel de la préfecture de l’Isère dont il dénonce le coût exorbitant de la construction et « le luxe vraiment insensé » de la chambre de l’Empereur où il a dormi (lettre 100, 4 octobre). Les dîners ou les soirées à l’Élysée, dans différents ministères, à l’ambassade des États-Unis ou chez Rothschild lui permettent de constater le rôle particulier des épouses des responsables dans ces circonstances [« Madame de Meaux m’avait placé... » (lettre 21)] et auxquelles il n’oublie pas de « présenter ses devoirs » (lettres 5 et 42, 18 mai, 30 juin). Chez le président de la République, les soirées sont parfois plus intimes comme celle du 11 juin où les invités - 100 personnes environ ! - sont conviés à entendre un pianiste russe virtuose (lettre 25, 12 juin).

  • 29 Il indique à son épouse qu’il côtoie les ambassadeurs d’Angleterre, d’Allemagne, de Perse, de Belg (...)
  • 30 Beyens, secrétaire de la légation de Belgique à Madrid, puis ambassadeur à Paris ; il a épousé l’a (...)

41Auguste Paris éprouve une satisfaction certaine à rencontrer ces gens d’importance comme les ambassadeurs29 - dont seul celui des États-Unis semble ne pas parler français -, le ministre britannique des Finances ou l’ancien président des États-Unis... Certains lui rendent visite au ministère comme Monsieur de Hohenlohe venu se renseigner sur des questions techniques ou Monsieur de Beyens, ambassadeur de Belgique, qui lui manifeste beaucoup de sympathie pour le gouvernement. Il semble apprécier plus particulièrement le baron de Zuylen, ambassadeur des Pays-Bas, ancien ministre des Affaires étrangères ou encore le marquis de Molins, ambassadeur d’Espagne30.

  • 31 « Le général Grant semble avoir pris pour devise – le silence est d’or – et a plutôt l’air d’un no (...)
  • 32 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 1835-1840, ch. 10 « Du gouvernement de la démocra (...)

42Quelques-uns ont droit à un commentaire plus ou moins flatteur. Il est neutre au sujet de l’ambassadeur d’Allemagne auprès duquel « on sent la gêne dans la courtoisie » (lettre 56, 18 juillet) mais se montre très sévère pour le couple Grant avec lequel il dîne à l’ambassade des États-Unis puis à l’Élysée : le mari se tait et la conversation de son épouse est affligeante31. Les remarques de Paris ne sont pas sans rappeler certaines réflexions de Tocqueville sur la médiocrité du personnel politique américain32. En revanche, il est très élogieux pour le marquis de Molins, « esprit très droit, âme élevée, dévouée à notre cause » (lettre 44, 2 juillet). Il peut parler avec cet ancien ministre des Travaux publics, ce grand d’Espagne, écrivain, homme politique qui espère trouver en Auguste Paris, conservateur modéré, comme Decazes et de Broglie, un bon relais au sein du gouvernement français afin qu’il contribue à la stabilisation du trône d’Alphonse XII.

  • 33 « L’Élysée représente ce qui reste en France de l’esprit monarchique. C’est encore une cour », G. (...)
  • 34 E. de Marcère, Histoire de la République. Le 16 mai, Paris, Plon, 1900, p. 25.

43Ces excellences, ces aristocrates fréquentent les palais où brillent les derniers feux de l’Ancien Régime33 et dans lesquels les tenants de l’ordre moral ont établi « le camp ennemi de la République »34 dont les partisans souhaitent la promotion de nouvelles élites dont eux-mêmes sont souvent issus. Un peu coupés de la réalité sociale et politique de l’époque, ces dignitaires entretiennent, peut-être quelque temps, les illusions du cabinet du 17 mai et de ses partisans sur leur popularité interne et externe. Cela expliquerait la faible évocation de l’isolement de la France dans la correspondance de Paris qui peut toutefois avoir d’autres raisons. Decazes enjolive-t-il la situation ? Paris est-il tenu à une certaine réserve ? Souhaite-t-il ne pas inquiéter son épouse ?

44En tous les cas, la lecture de sa correspondance nous révèle un ministre assez bien informé de la situation internationale et dont les réflexions ne manquent pas d’intérêt. Son jugement positif sur le Royaume-Uni auquel il semble pardonner plus facilement que les bonapartistes son abstention en 1870-1871, s’explique par le respect qu’impose sa puissance mais également pour son intervention de 1875 ainsi que pour des raisons de proximité géographique et idéologique (attachement au parlementarisme). S’il est lucide sur les difficultés de la Russie, en revanche il n’évoque pas les ambitions balkaniques de la Double Monarchie qu’il estime durablement affaiblie et pour laquelle, contrairement à Decazes, il ne semble pas éprouver de sympathie particulière. En revanche, il exagère les mauvaises intentions de Bismarck, mais cette réaction excessive doit beaucoup au climat de tension volontiers entretenu par le chancelier qui parasite la bataille politique française.

  • 35 F. Pisany-Ferry, op. cit., p. 306.

45Le ministre des Travaux publics s’y est totalement investi. Conscient des faiblesses et des divisions de son camp, de la force et de l’impact des arguments des républicains, il se bat jusqu’aux élections, essayant, vainement, de persuader ses concitoyens du légalisme et du pacifisme du maréchal de Mac Mahon. Tout cela confirme l’importance des questions internationales dans la campagne électorale de 1877 et la liaison étroite qui peut exister entre politique intérieure et politique extérieure : choix d’une date en fonction de l’évolution attendue d’un conflit, agitation du spectre de la guerre pour affoler et attirer l’électorat, querelle sur le véritable patriotisme, rejeu et rétroaction de la fracture politique française en Italie et en Espagne... Le 15 décembre 1877 encore, Mac Mahon déclara devant le nouveau cabinet républicain « qu’il était convaincu que sa présence à la tête du gouvernement était utile à la France, au point de vue extérieur »35.

  • 36 P. Milza, Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, Armand Colin, coll. U2, 1968, p. 36

46La victoire des républicains ne surprend pas l’avocat arrageois qui, comme son collègue Decazes, ne la conteste nullement. Dès le 23 octobre, il a estimé que le cabinet devrait rapidement démissionner et s’est opposé à toute idée de résistance. Il retourne au Sénat où son opposition va se radicaliser tandis que les républicains dont le succès a rassuré Bismarck, reprennent l’œuvre de relèvement du pays que sanctionnent l’Exposition universelle de 1878 ainsi que le congrès de Berlin, en juin-juillet 1878, à l’occasion duquel la France semble avoir « reconquis sa place de grande puissance européenne »36 dans un climat international moins tendu pour quelques brèves années.

Notes

1 H. Cochin, Lamartine et la Flandre, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1912, p. 348.

2 J.-M. Guislin, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai - 23 novembre 1877), Villeneuve-d’Ascq, Crhen-O - Université Charles-de-Gaulle - Lille 3, 2002.

3 Louis Charles Decazes, fils du duc Élie Decazes, ministre de Louis XVIII, représentant de la Gironde (1871-1876) puis député [Centre droit] de la Seine (1876-1877), ministre des Affaires étrangères depuis le 26 novembre 1873.

4 Cf. M. Merle, « Politique intérieure et politique extérieure », Politique étrangère, 41e année, no 5, 1976 ; J.-B. Duroselle, « Politique intérieure et politique extérieure », Relations internationales, 17, 1979, p. 3-10.

5 Edward Stanley, 15e Comte de Derby (1826-1893), ministre des Affaires étrangères de Disraeli.

6 « M. Decazes était souffrant, préoccupé, ministre en un mot » (lettre 68, 7 août) ; « Il est presque toujours absent, soignant sa double candidature et préparant, je pense, ses destinées futures » (lettre 103, 10 octobre) ; « L’absence du duc Decazes a été remarquée par d’autres que par moi. Le ministre des Affaires étrangères abuse de l’alibi » (lettre 112, 23 octobre).

7 Ce « personnage très complexe, chez qui de grandes qualités voisinent avec de singulières petitesses » [Manuel d’histoire diplomatique de l'Europe (1871-1914) sous la direction d’Henri Hauser, Paris, PUF, 1929, p. 103]... « mène sa politique à l’écart de ses collègues, en faisant plutôt confiance à des députés » (ibid. p. 226). Jules Ferry : « M. le duc Decazes n’est pas un bon ministre des Relations extérieures, parce qu’il est essentiellement, fondamentalement, incorrigiblement léger... À la façon dont il mène les petites choses, je juge sa manière de conduire les grandes. À la façon dont il plaide sa propre cause, j’augure mal de ce qu’il fait pour la France », cité par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), tome III, La Présidence du Maréchal de Mac Mahon, la Constitution de 1875, Paris, Combet, 1908, p. 674.

8 H. Hauser, op. cit., p. 82.

9 C. Bloch, Les relations entre la France et la Grande-Bretagne (1871-1878), ouvrage publié avec le concours du CNRS, Paris, Les Éditions internationales, 1955, p. 17.

10 H. Hauser, op. cit., p. 99.Propos tenus devant Apponyi et rapportés à Andrassy (mai 1874), respectivement ambassadeur et ministre des Affaires étrangères d’Autriche-Hongrie.

11 Cf. Lettre 47, 7 juillet : « En cas de conflit européen je crois la Belgique très convoitée »

12 Chlodwig Hohenlohe Schlillingfürst (1819-1905), Premier ministre de Bavière (1860-1870), ambassadeur d’Allemagne à Paris (1874-1885), gouverneur d’Alsace-Lorraine (1885-1894), chancelier du Reich (1894-1900).

13 C. Bloch, op. cit., p. 13.

14 Richard Bickerton Pernell, 2e baron Lyons (1817-1887), a été successivement en poste à Florence, Rome, Washington, Constantinople et Paris.

15 Dont Paris discute de la mise en valeur avec le général Chanzy qui en est le gouverneur (Lettre 101, 5 octobre).

16 Lettre à Arnim, ambassadeur d’Allemagne en France en 1874, cité par H. Hauser, op. cit., p. 101.

17 Depuis 1871, en réaction à l’occupation de Rome, la France a fait stationner, devant Civitavecchia, cette frégate qui était ainsi à la disposition du pape.

18 Lettre 100, 4 octobre ; allocution prononcée à Chamousset (73). Frédéric d’Alexandry, baron d’Orangioni, est syndic de la commune de Villardhéry (canton de Montmélian, arrondissement de Chambéry) avant l’annexion ; en 1860, il devient conseiller général, en 1876, il est élu sénateur de la Savoie. Le comte Ernest de Boigne a été élu au parlement sarde en 1860 où il a refusé de siéger en raison de ses sentiments francophiles. En décembre 1860, il devient député de la Savoie au Corps législatif comme candidat officiel. Conseiller général, maire de Chambéry puis de Lucey, ce catholique fervent échoue en octobre 1877 comme candidat du maréchal de Mac Mahon.

19 A. Dreux, Dernières années de l’Ambassade en Allemagne de Monsieur de Gontaut-Biron, 1874-1877, d'après ses notes et ses papiers diplomatiques, Paris, Plon, 1907, p. 181 et 168.

20 H. Hauser, op. cit., p. 111.

21 F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 153-154.

22 Léon Gambetta, 17 mai, Chambre des députés.

23 Sur la campagne des républicains, voir J. Grévy, La République des opportunistes. 1870-1885, Paris, Perrin, coll. Terre d’histoire, 1998, chapitre XIII « La lutte contre l’Ordre moral », p. 239-263.

24 L’expédition de Rome décidée le 16 avril 1849 dans un sens de médiation se transforme dès le 30 avril (première attaque) et encore plus après la victoire de la droite aux élections législatives du 13 mai en une opération visant à renverser la République romaine et à rétablir le pouvoir temporel du Pape, ce qui est effectivement réalisé après la deuxième attaque (3 juin - 3 juillet). Ce changement d’objectif a suscité les protestations de l’Assemblée constituante (7 mai) et surtout une manifestation des représentants de la gauche à Paris (13 juin) rapidement suivie d’une importante répression appelée parfois « expédition de Rome à l’intérieur ». Le pluriel employé par Gambetta renvoie sans doute à la double acception du terme : velléité supposée d’intervention en faveur du pape, compression effective menée par le gouvernement Broglie-Fourtou.

25 Le général Cialdini.

26 Cité par F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 245.

27 « [...] Notre constitution républicaine... n’est venue au monde que contre son gré ; [...] c’est un père d’une singulière nature : il a fait pour empêcher son enfant de naître des efforts surhumains, dont nous avons tous été témoins »

28 A. de Meaux, Souvenirs politiques 1871-1877, Paris, Plon, 1905, p. 403.

29 Il indique à son épouse qu’il côtoie les ambassadeurs d’Angleterre, d’Allemagne, de Perse, de Belgique, des Pays-Bas, d’Espagne, de Russie, les ministres plénipotentiaires des États-Unis ou de Serbie.

30 Beyens, secrétaire de la légation de Belgique à Madrid, puis ambassadeur à Paris ; il a épousé l’ami d’enfance de l’impératrice Eugénie. Jacob Pieter Pompeyus Zuylen, baron van Nijvett (1816-1890), ancien député et ministre des Affaires étrangères. Mariano Roca de Togores y Carrasco, marquis de Molins (1812-1889), diplomate, ancien député et sénateur, ancien ministre des Travaux publics puis de la Marine.

31 « Le général Grant semble avoir pris pour devise – le silence est d’or – et a plutôt l’air d’un notaire que d’un président de la République qui a commandé la plus grande armée du monde » (lettre 117, 30 octobre).

32 A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 1835-1840, ch. 10 « Du gouvernement de la démocratie en Amérique », Paris, Idées/Gallimard, 1983.

33 « L’Élysée représente ce qui reste en France de l’esprit monarchique. C’est encore une cour », G. Hanotaux, op. cit., p. 558.

34 E. de Marcère, Histoire de la République. Le 16 mai, Paris, Plon, 1900, p. 25.

35 F. Pisany-Ferry, op. cit., p. 306.

36 P. Milza, Les relations internationales de 1871 à 1914, Paris, Armand Colin, coll. U2, 1968, p. 36.

Auteur

Université de Lille 3, IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540