Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Les milieux d’affaires dans la crise du Seize-Mai 1877

Jean Garrigues

Texte intégral

1L’étude du comportement des décideurs économiques et du monde des affaires en période de crise politique n’est pas un thème courant de la recherche historique.

  • 1 J. Bouvier, dans Revue Historique, CCX, 1953, p 271-301.

2Jean Bouvier en a été le pionnier avec son article consacré aux « réflexes sociaux des milieux d’affaires » aux origines de la Troisième République1. Étudiant la correspondance entre Gustave Deseilligny, dirigeant du Crédit Lyonnais, et son frère Alfred, député et membre du groupe Casimir-Périer, il montrait que les milieux d’affaires avaient exercé une influence plus ou moins directe sur la stratégie parlementaire de ce groupe, conduisant à leur vote d’hostilité envers Adolphe Thiers et à la chute de celui-ci, le 24 mai 1873.

3De fait, la période des débuts de la Troisième République se prête particulièrement à l’étude de la mobilisation et de l’influence politique des décideurs de l’économie, et ce pour deux raisons majeures. D’abord, parce que l’enjeu du redressement économique et financier est déterminant au sortir de la guerre franco-prussienne, ce qui évidemment sollicite la collaboration entre la haute banque, les grands établissements de crédit et le pouvoir politique. D’autre part, et c’est d’ailleurs corollaire, ces années de transition sont marquées par une véritable surreprésention du monde économique et des milieux d’affaires au sein du personnel politique, et notamment parmi les groupes parlementaires centristes qui constituent l’ossature de l’Assemblée nationale puis, à partir de 1876, une forte minorité de la Chambre des députés.

4Dans cette période d’hésitation entre la consolidation républicaine et la restauration monarchique que représente la crise du Seize-Mai, c’est très largement au centre de l’échiquier politique que se construit la victoire décisive. C’est pourquoi il nous semble passionnant d’étudier les réactions et les engagements de ces élites économiques et de leurs représentants à l’heure du choix. À partir de la consultation de certains dossiers de police et de la presse de l’époque, notamment des journaux liés à la grande bourgeoisie libérale ou des journaux financiers, on peut esquisser une analyse relativement fidèle à la réalité du temps. Ce n’est évidemment qu’une esquisse, largement focalisée sur les milieux d’affaires centristes, et qui mériterait des études locales et régionales beaucoup plus fouillées. Mais nous espérons donner quelques pistes de réflexion pour les études à venir.

5Dans un premier temps, nous rappellerons les modalités de l’influence des milieux d’affaires dans le jeu politique des débuts de la Troisième République. Puis nous tenterons de cerner la tentation de la restauration monarchique qui semble séduire une partie du monde des affaires. Enfin, nous insisterons sur l’engagement républicain de la majeure partie d’entre eux, dans le cadre d’un régime qui leur a donné des gages crédibles de sa viabilité et de sa compréhension.

L’influence politique des milieux d’affaires en 1877

6Depuis 1871, dans le contexte difficile du redressement des finances françaises soumises aux destructions de la guerre et au paiement des réparations, les milieux d’affaires exercent une influence exceptionnelle sur la vie politique. Cette influence est d’abord marquée par leur surreprésentation dans les sphères du pouvoir parlementaire et gouvernemental.

Du côté conservateur

7Du côté du Centre droit, qui domine la période de l’ordre moral depuis la chute de Thiers le 24 mai 1873, les représentants de la grande industrie sont nombreux. Albert de Broglie lui-même, sans être le moins du monde un homme d’affaires, siège au conseil d’administration de Saint-Gobain. Plusieurs ministres Centre droit du cabinet du 17 mai 1877 sont plus étroitement associés au monde économique, tel le ministre des Finances Eugène Caillaux, vice-président du PLM et administrateur des Chemins de fer de petite ceinture, le ministre des Affaires étrangères Élie Decazes, héritier du fondateur des mines de Decazeville et lui-même administrateur du Crédit mobilier espagnol, et le ministre de l’Intérieur Oscar Bardy de Fourtou, administrateur de la Compagnie d’Orléans. On pourrait ajouter à cette liste bon nombre d’anciens ou de futurs ministres de l’ordre moral, tels Dutilleul, qui succédera à Caillaux en novembre 1877, et qui siège au Crédit foncier et à la Banque de Paris et Pays-Bas, ou François de Chabaud-Latour, ancien ministre de l’Intérieur du cabinet Cissey (1874-1875), et qui siège aux Chemins de fer de l’ouest, aux Docks et Entrepôts du Havre et aux Mines de Mokta-el-Hadid. Ce ne sont ni des capitaines d’industrie ni des hommes d’affaires à proprement parler, mais leur présence honorifique dans les conseils d’administration des plus grandes sociétés du crédit, des chemins de fer, des mines ou de la métallurgie est l’indice d’une proximité à la fois sociale et culturelle, qui peut avoir des conséquences politiques non négligeables.

8Constatons cependant que les valeurs et les intérêts du monde économique ne semblent pas être l’élément moteur d’un Centre droit où les pesanteurs de la tradition notabiliaire semblent peser beaucoup plus lourd dans les choix politiques décisifs. Pour parler clair, ce sont les ducs, si éclairés soient-ils, qui dirigent le Centre droit, tandis que ce sont plutôt les banquiers et les avocats qui dirigent le Centre gauche.

La dynamique du Centre gauche

9La différence peut apparaître subtile, voire artificielle, car, nous l’avons vu, les secteurs les plus dynamiques de l’industrie française se retrouvent au Centre droit, notamment les grandes compagnies ferroviaires qui y trouvent leurs plus farouches défenseurs. A contrario, on trouve au Centre gauche bon nombre de notables fonciers qui incarnent la vision traditionnelle du libéralisme constitutionnel. Toutefois, il existe bien un décalage socio-culturel entre les deux centres, qui les pousse sur des voies politiques diamétralement opposées. À bien examiner leurs liens respectifs avec les milieux d’affaires, on s’aperçoit que ce décalage n’est pas étranger à ces liens.

10Alors que le Centre droit reste largement composé de grands notables provinciaux, on observe que l’implantation électorale des députés du Centre gauche révèle une influence particulièrement forte dans les grands centres d’activité économique moderne, c’est-à-dire Paris et la région parisienne, mais aussi le pôle lyonnais (trois élus), le pôle marseillais (trois élus) et tout le nord du pays. Du Pas-de-Calais jusqu’aux Ardennes, le Centre gauche réunit en effet une bonne vingtaine de députés, la plupart associés au patronat textile, minier ou sucrier. Et même dans les points forts ruraux du Centre gauche, c’est-à-dire la Normandie (onze élus) et la Seine-et-Oise (huit élus), ce sont souvent des notables du monde des affaires qui le représentent, comme, par exemple, le papetier Ernest Feray ou le métallurgiste Claude Labelonye en Seine-et-Oise, C’est une caractéristique du Centre gauche, qui le distingue du Centre droit.

  • 2 J. Wolff, Les Périer. La fortune et les pouvoirs, Paris, Economica, 1993, p. 254

11Si les chefs du Centre gauche sont principalement issus des professions juridiques, à l’image de tous les grands ténors de la vie politique, la particularité du groupe est bien cette surreprésentation exceptionnelle des milieux d’affaires en son sein. Ainsi, nombreux sont les ministres du Centre gauche qui viennent des conseils d’administration. Adolphe Thiers lui-même, marié à la richissime Élise Dosne, est depuis 1847 un gros actionnaire, et même administrateur occasionnel de la Compagnie des mines d’Anzin, dont une fosse porte son nom, et dont le président n’est autre que son ami Auguste Casimir-Périer, qui appartient à l’une des plus grandes dynasties politico-financières du pays2. Léon Say, qui a détenu à plusieurs reprises le portefeuille-clé des Finances avant le 16 mai 1877, est lui-même un grand homme d’affaires étroitement associé à Alphonse de Rothschild, multi-administrateur, futur vice-président de la Compagnie des chemins de fer du Nord et président depuis 1868 de la Société nouvelle des Houillères et fonderies de l’Aveyron, plus communément appelée « mines de Decazeville ». Pierre Edmond Teisserenc de Bort, plusieurs fois ministre de l’Agriculture et du Commerce avant le 16 mai, appartient comme Léon Say au monde des compagnies ferroviaires, siégeant notamment au PLM et aux Chemins de fer Madrid-Saragosse, mais aussi aux Docks et Entrepôts de Marseille, ou encore aux Mines Mokta-el-hadid. Émile de Marcère, ministre de l’Intérieur avant et après la crise du Seize-Mai, siège au Crédit foncier de France et préside les Mines de Béthune. Enfin, Albert Christophle, plusieurs fois ministre des Travaux publics avant le 16 mai, deviendra gouverneur du Crédit foncier de France en 1879.

12Plus largement, c’est l’ensemble du groupe parlementaire Centre gauche qui baigne dans le monde des affaires, notamment dans les secteurs les plus dynamiques de l’économie française, à savoir les banques, les chemins de fer, les mines et la métallurgie. Pendant la législature 1871-1876, ils ont occupé 2 sièges au conseil de régence de la Banque de France et 19 sièges d’administrateurs dans la haute banque, les banques d’affaires et les nouvelles banques de crédit, 17 dans les grandes compagnies ferroviaires, le PLM, le Nord, l’Ouest, l’Est et l’Orléans, 10 dans le secteur des mines, 9 dans la métallurgie, et d’autres dans le grand négoce international, le député-armateur Adolphe Fraissinet régnant sur le commerce marseillais et son collègue Jules Labiche sur le commerce du coton nord-américain. Au total, c’est donc une bonne cinquantaine de sièges d’administrateurs qui est détenue par le Centre gauche dans les plus grandes entreprises des secteurs-clés de l’économie française.

Une presse libérale

  • 3 Voir Eugène Spuller (ami et conseiller de Gambetta), Figures disparues, Portraits contemporains, l (...)

13En outre, les hommes du Centre gauche sont aussi bien souvent des patrons de presse, des inspirateurs ou des actionnaires influents dans plusieurs journaux en vue. À leur puissance financière, sans égale dans l’espace politique français, vient donc s’ajouter l’impact de la presse libérale qui répercute sur l’ensemble du territoire national, et dans toutes les catégories sociales, les idées et les analyses de la grande bourgeoisie d’affaires. C’est ainsi qu’Adolphe Thiers, dispose d’un organe intitulé Le Bien public, qui est entièrement consacré à l’explication de sa politique. Il peut aussi s’appuyer sur Le Courrier de France, dont ses amis Auguste Casimir-Périer et Édouard de Laboulaye sont les principaux actionnaires, ainsi que sur Le National, animé par le député Gustave Gailly, un des fondateurs de la réunion Rarnpon. Autour de cette nébuleuse libérale, on pourrait citer Le Soir, dont Émile de Marcère prendra la direction en 1882 et Le Temps, le grand journal libéral d’Auguste Nefftzer puis Adrien Hébrard, où la chronique parlementaire d’Edmond Schérer, exerce « une réelle et grande influence politique »3.

14C’est en effet une caractéristique de cette presse d’opinion liée aux milieux de la grande bourgeoisie libérale que d’être extrêmement prisée et écoutée non seulement dans la classe politique mais aussi parmi les décideurs de l’économie, les banquiers, les industriels, les boursiers, ceux qui pèsent de façon déterminante sur l’évolution du régime. Si les tirages de cette presse libérale sont généralement très faibles, plus faibles en tout cas que ceux de la presse républicaine, radicale ou légitimiste, son impact est en revanche particulièrement fort au sein des « élites », des nouveaux notables urbains, très attentifs aux analyses nuancées et pragmatiques des journalistes libéraux. Tout à fait significatif de ce décalage entre la faiblesse relative des tirages et la réalité de l’influence sociale est l’exemple du Journal des Débats, le grand organe libéral fondé sous la Révolution française, et dominé sous la Troisième République par Léon Say. Ce journal du matin, respectable et respecté, ne touche que 8 000 abonnés (7 000 en 1880) mais ces derniers figurent parmi les couches les plus influentes de la société française.

15Cette presse d’opinion est relayée par des revues à vocation culturelle, des journaux économiques et financiers où l’on retrouve souvent les mêmes hommes, c’est-à-dire les mêmes plumes, les mêmes idées, les mêmes intérêts que dans les journaux engagés du Centre gauche. Dans le domaine de la presse culturelle par exemple, on doit évidemment citer La Revue des deux Mondes, où l’élite de la pensée libérale multiplie les articles depuis le début des années 1860 pour réclamer un vrai régime représentatif. Dans le domaine économique et financier, on ne compte pas les journaux stipendiés ou simplement orientés par la grande bourgeoisie libérale, tels Le Messager de Paris, proche des milieux boursiers, Le Journal des Economistes, organe de la Société d’économie politique, ou encore L’Économiste français, hebdomadaire fondé en avril 1873 par l’économiste Paul Leroy-Beaulieu afin de promouvoir les idées libérales et notamment le libre-échange. Toute cette nébuleuse médiatique, quelle soit nationale ou locale, politique ou financière, quotidienne ou hebdomadaire, représente une force de pression considérable, à la mesure des intérêts économiques qui la financent.

La sérénité républicaine

16À l’issue des élections de mars 1876, marquées par un recul important du Centre droit et par une érosion du Centre gauche au sein de la coalition républicaine, la formation d’un gouvernement homogène de Centre gauche, dirigé par l’octogénaire et très consensuel Jules Dufaure, ne semble pas avoir effrayé le monde des affaires. La Bourse, après avoir essuyé un bref mouvement de panique, qui a fait descendre la rente 5 % de 105,30 à 102,10 francs en une semaine, est très vite redevenue confiante. « L’émotion aura été de très courte durée », souligne La Semaine Financière du 4 mars 1876, estimant « que le parti politique auquel les élections ont donné la majorité a fourni assez de gages de modération et d’esprit pratique dans le passé pour qu’il soit permis d’envisager l’avenir d’un œil assuré. [...] Le programme de la majorité républicaine peut se résumer en deux mots : politique d’apaisement à l’intérieur ; politique de paix à l’extérieur. Ce sont là évidemment les vœux du pays ».

17On a observé la même sérénité boursière lorsque Jules Simon a été choisi, le 12 décembre 1876, après plusieurs jours d’une crise qui avait pourtant révélé les tensions opposant les purs républicains au Centre gauche. Les milieux d’affaires n’ont pas semblé mécontents de ce choix, comme le notait La Semaine Financière du 16 décembre 1876, parce que la personnalité de Jules Simon répondait « pleinement aux nécessités et aux exigences d’une situation difficile ». Le Centre gauche, maintenu en force dans le cabinet Simon, a d’ailleurs exprimé sa satisfaction par la voix du Journal des Débats du 14 décembre 1876 : « Les chefs autorisés du Centre droit ont reconnu l’impossibilité où ils sont de prendre en main les affaires du pays. Le président de la République ne pouvait faire meilleur choix ».

18Néanmoins, la crise du 16 mai 1877 dramatise les clivages qui subsistent dans le monde des affaires français, conduisant à des réactions contrastées.

Le soutien au régime d’ordre moral

19Certains témoignages tendent à faire penser qu’une partie des milieux d’affaires, notamment liée à la haute banque et plus particulièrement au « syndicat » financier gravitant autour de la banque Rothschild, semble avoir accueilli avec satisfaction la mise à l’écart de Jules Simon et le retour au pouvoir du duc de Broglie, gage d’une inflexion conservatrice du régime d’ordre moral.

Satisfaction à la Bourse ?

20Si l’on en croit l’éditorial d’Alfred Neymarck, dans Le Rentier du 27 mai 1877, la haute banque française est plutôt rassurée par le coup du 16 mai : « Le ministère descendait rapidement de concession en concession jusqu’aux dernières limites de la faiblesse [...] Aussi, serait-ce une erreur que de croire que la haute banque ait éprouvé quelque inquiétude sur le changement ministériel qui vient de se produire ». À l’appui de cette analyse, Alfred Neymarck, réputé proche du syndicat Rothschild, souligne la hausse des fonds publics de plus de deux points dans les dix jours qui ont suivi la démission de Jules Simon et son remplacement par le duc de Broglie, comme en mai 1873.

21Cette analyse est confirmée par Jules Paton, le spécialiste financier du Journal des Débats, qui note dans sa Revue de la semaine, le 28 mai 1877, que le mouvement de la Bourse à la hausse n’est pas le fait des petits porteurs, dont les achats ont baissé, mais bien d’une petite oligarchie financière qui a « fait » le marché : « Il s’est rencontré un petit nombre de puissants qui ont cru devoir remonter le courant, retenir la Bourse sur la pente d’une plus grande baisse ». En clair, il semble que le syndicat Rothschild et ses épigones aient pris soin d’organiser la stabilité boursière afin de rassurer les petits épargnants.

22Dans la Semaine financière du Temps, le 21 mai 1877, on note d’ailleurs que ce phénomène de remontée boursière est un classique : « Si la chute d’un ministère a causé de la baisse, la formation d’un autre ministère vaut de la hausse ; il en a été ainsi à chacun de nos nombreux changements de ministères ». D’ailleurs, si l’on observe l’évolution du marché dans les semaines suivantes, on constate que l’optimisme artificiel des premiers jours laisse la place à une extrême prudence des boursiers. Le 4 juin 1877 par exemple, Jules Paton note que « la place va au-devant de ce mois de juin si chargé de nuages avec peu d’affaires engagées ». Après la dissolution de la Chambre, il observe, le 25 juin, que « les haussiers [...] n’ont pas accueilli le vote de la dissolution comme ils en avaient accueilli la proposition. La Rente a reculé [...] Le 5 % qui avait préalablement monté s’est arrêté et a même réactionné. Adieu paniers, vendanges sont faites ! ».

23Il semble donc que le syndicat Rothschild, après avoir maintenu la cote pour ne pas effrayer l’opinion, ait laissé le marché revenir à une situation d’attente, voire même de méfiance, qui reflète bien l’état d’esprit des milieux d’affaires à l’aube de la campagne électorale. C’est alors que doit se concrétiser l’engagement.

L’argent des droites

  • 4 Rapports des 20 et 26 juillet 1877. Dossier Rothschild de la préfecture de police.
  • 5 A. Chirac, L’agiotage sous la Troisième République, 1870-1883, Paris, Éd. Albert Savine, 1888, 2 v (...)

24Plusieurs rapports de police signalent que Rothschild aurait financé une bonne partie de la campagne des droites, en versant 500 000 francs au Comité électoral conservateur et deux millions au gouvernement4. Il semblerait même que son ami Ferdinand Moreau, syndic des agents de change de Paris et frère d’un régent de la Banque de France, ait envisagé d’organiser une souscription dans les milieux boursiers au profit du Comité conservateur. Il n’y a finalement renoncé que sous les pressions réitérées de ses collègues financiers du Centre gauche, dont il avait été l’un des élus de 1871 à 18765.

  • 6 La Petite Presse du 22 juillet 1877.

25On sait néanmoins qu’Alphonse de Rothschild a été promu au grade de commandeur de la Légion d’honneur en pleine campagne électorale, le 18 juillet 1877, et ce sur proposition du ministre des Finances Eugène Caillaux, sans doute en récompense de ses généreuses donations6. Dans Le Journal des Débats du 15 octobre 1877, au lendemain du premier tour des élections générales, Jules Paton dénonce quant à lui « la spéculation conservatrice » qui « a mis la main à la pâte » dans une ultime manœuvre de déstabilisation contre la perspective d’une victoire républicaine. Selon lui, « les paris sont faits [...] en faveur des majorités républicaines à l’Assemblée. Mais ce même spéculateur républicain qui pariait pour le retour des 363 [...] ne s’en mettait pas moins à la baisse », entraîné par les opérations menées par une certaine oligarchie financière. Cela dit, conclut Paton, « la chute du ministère actuel est prévue à la Bourse. Les gens d’affaires ne s’épouvantent pas des exaspérations de rhétorique des politiciens ».

26Mais La Semaine Financière du 15 décembre 1877 reviendra néanmoins sur ces manœuvres de spéculation menées pendant la campagne électorale, déplorant que « les ministres du Seize-Mai n’aient pas hésité à se servir de la Bourse comme d’un moyen de gouverner et d’influencer l’opinion ». À l’appui de cette grave accusation, confirmée par une enquête de la commission du Budget comme par le silence du ministre des Finances déchu Eugène Caillaux, l’hebdomadaire financier évoquera des achats massifs de rente 5 % effectués pour le compte du Trésor, les 12 et 13 octobre, soit à la veille du premier tour, les rentes ayant été revendues dans les premiers jours de novembre avec un bénéfice évalué à 34000 francs. Écartant l’hypothèse de « spéculations personnelles », l’article de La Semaine Financière verra dans cette manœuvre un ultime moyen d’affoler l’opinion au moment du scrutin, c’est-à-dire une opération de basse politique menée au mépris de la loi et « avec l’argent des contribuables ».

27Nous sommes dans un domaine où la rumeur prend bien souvent le pas sur l’archive ou sur l’information fiable. Néanmoins, il semble bien que certains milieux d’affaires aient utilisé l’arme financière à la fois pour soutenir la campagne électorale conservatrice et pour déstabiliser le marché boursier. Leur coup a manqué, notamment parce qu’une autre partie des élites économiques, sans doute la plus importante, s’est engagée clairement en faveur de la République.

Le choix de la République

28Si la haute banque et une partie du monde industriel semble avoir pris partie pour l’ordre moral, il est incontestable qu’une bonne partie des élites économiques, notamment les plus modernes, liées aux républicains et à la famille politique du Centre gauche, se sont engagées clairement en faveur des 363 candidats de la République. Cet engagement, bien que teinté de prudence pour une partie d’entre eux, et notamment sur le marché spéculatif, est l’un des enseignements majeurs de la crise de 1877.

La condamnation du Seize-Mai

29Plusieurs indices convergent pour manifester l’hostilité d’une bonne partie des milieux d’affaires envers le coup du Seize-Mai, qui leur apparaît comme un facteur de désordre contraire à la bonne marche de l’économie.

30Du côté du Centre gauche, où les intérêts économiques sont puissants, on n’a pas de mots assez forts pour dénoncer ce que Le Journal des Débats du 21 mai 1877 appelle « une éloquente leçon d’immoralité politique ». Jean Casimir-Périer, incarnation s’il en est des grandes dynasties politico-financières, prononce à Pont-sur-Seine, le 29 mai 1877, un réquisitoire sans appel contre « les hommes de la réaction » sur lesquels « la responsabilité de la crise actuelle pèse toute entière », et déplore « la lutte engagée contre la République » par « les hommes qui emploieront « tous les moyens pour entraîner l’opinion publique ».

31C’est pourquoi Émile de Marcère, président du groupe Centre gauche, a accepté la présidence de la réunion plénière des gauches, convoquée en l’Hôtel des Réservoirs, à Versailles, le 20 mai 1877, où a été décidé de voter le manifeste rédigé par le gambettiste Eugène Spuller, signé par les 363 députés présents.

  • 7 Le Journal des Débats du 26 juin 1877.

32À la Chambre haute, le 22 juin, tous les sénateurs du Centre gauche votent avec les gauches contre la dissolution qui est tout de même adoptée, comme prévu, par 149 voix contre 130. Conformément aux lois constitutionnelles, le décret de dissolution peut donc être signé, le 25 juin, par Mac Mahon. Aussitôt, les bureaux des quatre groupes républicains de la Chambre, soit l’Extrême gauche, l’Union républicaine, la Gauche républicaine et le Centre gauche, annoncent qu’ils se présenteront « collectivement et au même titre devant le suffrage universel ». De même, les bureaux sénatoriaux des gauches et du Centre gauche s’engagent à faire élire les 363 députés candidats à leur propre succession7.

33Les bourgeois libéraux du Centre gauche ont donc choisi l’alliance sans failles avec les nouvelles élites républicaines. Porte-parole des milieux d’affaires progressistes, La Semaine Financière du 30 juin 1877 manifeste aussi son soutien pour l’« opposition libérale » qui veut « affirmer et affermir et la République » et qui « présente aux électeurs des idées claires, un programme accessible à tous, et dans lesquels les véritables conservateurs ne trouveront rien à répudier ». De la part du monde des affaires, cet engagement reflète la crainte de l’aventurisme politique, qui est désormais associé à l’ordre moral.

L’inquiétude du monde des affaires

34 La Semaine Financière du 19 mai 1877 déplore ainsi que « le résultat de plusieurs années d’efforts patients soient remis en question » et la « paix publique placée sous la protection de la politique de combat ». The Times, cité dans Le Journal des Débats du 28 mai, note que coup Mac Mahon a alarmé le monde des affaires.

35Si l’on en croit les rubriques financières des grands journaux parisiens, cette inquiétude semble manifeste tout au long de la campagne électorale. La Semaine financière du Temps note le 25 juin que la « spéculation se fait au jour le jour [...] Ceux qui ne jouent pas les différences quotidiennes préfèrent s’abstenir ». Dans Le Journal des Débats du 27 août, Jules Paton constate que « les affaires ne se raniment pas ». Dans l’édition du 2 septembre, son confrère Charles Gabriel se dit « profondément indigné en voyant la réorganisation nationale arrêtée, les affaires suspendues, le commerce et l’industrie frappés au cœur... Pourquoi ? Pour donner à un ministère de rencontre le temps de détruire, par les procédés les plus violents de la candidature officielle, une majorité qui a la confiance du suffrage universel ». C’est ainsi que l’ordre moral est associé au désordre, tandis que la République entend incarner la stabilité.

36À quelques semaines des élections, le 1er octobre, Jules Paton enfonce le clou de cette thématique. Soulignant « l’inquiétude d’une période d’agitation électorale » qui rend « les chutes du marché plus fréquentes », il reconnaît que « l’opinion se divise à la Bourse sur le caractère des élections et sur leur résultat » mais souligne bien que « l’on s’en alarme moins qu’au lendemain du manifeste du Maréchal. La candidature de 363 députés rivés les uns aux autres est une économie de beaucoup de tapage. L’autre jour, pour bien faire, un spéculateur a jeté en l’air le nom de M. Dufaure. Tous les nerfs se sont détendus ». C’est d’ailleurs un thème de campagne des républicains, comme l’illustre cette circulaire de Sénard, l’ancien président de la Constituante de 1848, candidat dans la première circonscription de Pontoise, et qui souligne « l’existence de la République remise en question [...] après six années de calme et de prospérité », rappelant à ses électeurs que « jamais ce calme n’avait été plus profond que dans les premiers mois de 1877 ; jamais le travail national plus actif ; jamais les relations commerciales meilleures. C’est ce moment qu’on a choisi pour nous rejeter dans les aventures ». (Cité dans Le Journal des Débats du 8 octobre 1877).

37Cette inquiétude manifeste explique l’engagement politique et matériel d’une partie des milieux d’affaires en faveur des candidats républicains.

L’engagement républicain

38L’engagement républicain du monde économique est polymorphe. Les industriels et financiers de forte tradition républicaine siègent dans les comités électoraux, à l’instar des entrepreneurs Jean Dollfus, Koechlin-Schwartz et Risler-Ketsner, des banquiers Levyllier-Goudchaux et Maurice Meyer dans le Comité républicain du IXe arrondissement de Paris.

39De même, l’engagement républicain des élus du Centre gauche reflète l’élan d’une partie très dynamique des milieux d’affaires, dont ils sont les représentants. Comme l’affirme Le Journal des Débats du 25 juillet 1877 : « Nous avons un but, qui est le maintien et l’affermissement de la République ; nous avons un moyen, qui est l’union des gauches. Nous sommes parfaitement sincères, tant en ce qui concerne le but que le moyen à employer ». Cette sincérité se concrétise notamment par la mise en place d’un Comité électoral des gauches, réuni chaque jeudi chez Arago, sous la présidence alternative de Hérold (Gauche républicaine) et de Calmon (Centre gauche). D’après un rapport de police du 20 juillet, Léon Say aurait personnellement donné 25 000 francs à ce Comité.

40De même, plusieurs représentants du Centre gauche, spécialistes des questions juridiques, tels Charles Renouard et Léon Renault, participent au Bureau des jurisconsultes républicains, créé le 4 juillet pour lutter contre toutes les atteintes gouvernementales à l’exercice des droits politiques. En outre, les grands journaux du Centre gauche, notamment Le Journal des Débats de Léon Say, font partie de l’Union de la presse mise en place par Gambetta, et dont le quartier général se situe dans les locaux de La République française.

  • 8 Le Journal des Débats du 20 septembre 1877

41À chaque étape de la petite tournée électorale de Mac Mahon, la presse libérale le condamne avec fermeté : « La République est gravement menacée, sinon par le Maréchal lui-même, au moins par les hommes qui l’entourent », prévient Francis Charmes dans Le Journal des Débats du 28 juillet, après le discours prononcé par le Maréchal à Évreux. Après celui de Tours, le même journal dénonce, en date du 18 septembre, « le caractère de plus en personnel de la politique » de Mac Mahon. Au lendemain du manifeste présidentiel adressé aux Français le 19 septembre, le journal de Léon Say s’insurge contre un langage jugé « dur, blessant au premier degré », et compare Mac Mahon à Louis XIV8.

42Au nom des « intérêts », c’est-à-dire des milieux d’affaires, La Semaine Financière du 22 septembre 1877 n’est pas plus indulgente envers le chef de l’État, dont elle dénonce « la tutelle ombrageuse » et les attaques contre le régime républicain, en soulignant que la Bourse a perdu près d’un franc à la suite du message présidentiel, dans lequel « le monde financier n’a pas rencontré ce qu’il avait espéré ni ce qu’il avait désiré y trouver ».

43Jules Paton, dans Le Journal des Débats du 24 septembre 1877, commente les réactions du monde des affaires au manifeste électoral de Mac Mahon : « La spéculation, qui ordinairement mène le marché, était disposée à escompter les élections en hausse [...] Le manifeste du Maréchal l’a tout à coup déroutée [...] Mac Mahon a distribué huit millions de soufflets pour un, à des gens qui ne lui avaient encore rien dit ».

44C’est pourquoi La Semaine Financière du 29 septembre 1877 s’engage clairement en faveur des républicains, en soulignant que la baisse des fonds publics atteste « le mécompte unanimement ressenti dans le monde des affaires » face à la politique gouvernementale. Dans son édition du 6 octobre, l’hebdomadaire financier affirme que le gouvernement républicain « apparaît aujourd’hui comme le seul gouvernement capable de s’installer et de fonctionner régulièrement chez nous ».

***

Une victoire du monde des affaires

45Au lendemain du premier tour du 14 octobre 1877, qui voit la victoire sans appel des républicains, Le Journal des Débats du 16 octobre triomphe : « Le résultat des élections confirme toutes nos espérances. [...] La Chambre dissoute est vengée des calomnies, des outrages, des injures dont on l’avait accablée depuis cinq mois ». De même pour La Semaine Financière du 20 octobre 1877, qui estime que désormais « on ne peut plus se méprendre sur ce que pense et sur ce que veut le pays ». Dans son édition du 27 octobre, le même hebdomadaire souligne d’ailleurs le rôle majeur que le Centre gauche est appelé à jouer dans le nouvel ordre politique sorti des urnes, où son « rôle de modération et de conciliation » pourra « faire échec aux idées de luttes à outrance ».

46Notons que la grande bourgeoisie d’affaires est en pointe pour revendiquer la victoire et ses conséquences. Ainsi, Le Journal des Débats du 19 octobre réclame-t-il le départ de Broglie ainsi qu’une sévère épuration républicaine : « Avant de rentrer dans la maison commune, il y a un balayage à faire, il y a du vinaigre à brûler. Nous voilà délivrés, ouvrons les fenêtres ». Leur détermination ne fait que se renforcer à l’issue du deuxième tour du 28 octobre, qui maintient la majorité républicaine à un total de 327 sièges contre 208 conservateurs. « Le verdict de la nation a une clarté et une fermeté qui ne laissent place à la moindre équivoque. La politique de résistance est condamnée sans retour », affirme Le Journal des Débats du 30 octobre.

47Grande est leur déception, trois jours plus tard, à l’annonce du nouveau cabinet nommé par Mac Mahon, et confié à l’insignifiant marquis de Rochebouët, à la tête d’une équipe sans personnalités notables. « Nous avions raison de ne pas compter sur la constitution du nouveau cabinet pour dénouer ou seulement pour détendre la crise », déplore La Semaine Financière du 1er décembre. « Ce sont des choses dont il faut, comme Figaro, se hâter de rire sans pleurer », déplore Le Journal des Débats du 24 novembre.

48Mais le rappel de Jules Dufaure, le 14 décembre, à la tête d’un cabinet dominé par le Centre gauche, avec Léon Say aux Finances, Teisserenc de Bort à l’Agriculture et au Commerce, Émile de Marcère à l’Intérieur et Agénor Bardoux à l’Instruction publique et aux Cultes, marque bien la victoire de cette grande bourgeoisie libérale sur la réaction des notables.

  • 9 A. Daniel, L’année politique, 1877-1878, Paris, Charpentier et Cie, 1879, p. 403

49« La crise est finie, bien finie », se réjouit La Semaine Financière du 15 décembre, saluant, au nom des milieux d’affaires, « la victoire complète du parti libéral, l’affirmation sans réserves du gouvernement parlementaire et des droits de la nation ». C’est Léon Say qui va même rédiger le message présidentiel aux chambres, texte de soumission que Mac Mahon aurait d’ailleurs signé sans même le lire, afin de manifester sa réprobation : Léon Say y souligne en effet « la confiance du pays dans les institutions républicaines », « l’irresponsabilité du président » et surtout la fin de « la crise ouverte le 16 mai »9.

50C’est la fin de l’ordre moral et le début d’une nouvelle ère, c’est l’acte de naissance de ce que l’historien Daniel Halévy a appelé « la République des républicains ». Il n’est pas indifférent de remarquer que c’est précisément un ministre du Centre gauche, de surcroît représentant la grande bourgeoisie libérale d’affaires, qui a signé cet acte de naissance. Le rôle de Léon Say est d’autant plus crucial que la première grande décision politique de l’année 1878 va engager directement la crédibilité dont ils bénéficient auprès des milieux d’affaires. Il s’agit d’un plan de construction ferroviaire et portuaire sans précédent lancé par le ministre des Travaux publics Charles de Freycinet afin de relancer l’économie française en grande difficulté. Or, il est évident que le financement de ce plan ambitieux ne pourra s’appuyer que sur de vastes emprunts publics dont les milieux financiers devront se porter garants. Sans le soutien de la haute finance et de la Bourse, le plan Freycinet est condamné à l’échec. Sans la collaboration du Centre gauche, les financiers et les boursiers ne s’engageront pas dans une opération aussi risquée.

51Dans cette perspective, on comprend mieux à quel point l’enjeu de l’alliance avec le monde des affaires a été crucial pendant la crise du Seize-Mai. Par l’intermédiaire du groupe Centre gauche, le ralliement à la République s’est effectué dans des conditions satisfaisantes. On notera d’ailleurs qu’Alphonse de Rothschild, qui avait été l’un des soutiens les plus actifs du régime d’ordre moral, sera entraîné par son ami Léon Say dans les opérations du plan Freycinet, comme il avait largement contribué aux opérations de remboursement des réparations de guerre.

52La logique du monde des affaires échappe, on le sait, aux contingences politiques. Entrepreneurs et financiers, vainqueurs et vaincus de la crise du Seize-Mai ont su très rapidement mettre en sommeil leur divergence et travailler ensemble pour leur plus grand profit.

Notes

1 J. Bouvier, dans Revue Historique, CCX, 1953, p 271-301.

2 J. Wolff, Les Périer. La fortune et les pouvoirs, Paris, Economica, 1993, p. 254

3 Voir Eugène Spuller (ami et conseiller de Gambetta), Figures disparues, Portraits contemporains, littéraires et politiques, Paris, Alcan, 1891, Bibliothèque d’Histoire contemporaine, 2e série, p. 161-177.

4 Rapports des 20 et 26 juillet 1877. Dossier Rothschild de la préfecture de police.

5 A. Chirac, L’agiotage sous la Troisième République, 1870-1883, Paris, Éd. Albert Savine, 1888, 2 vols, t. 1 p. 204.

6 La Petite Presse du 22 juillet 1877.

7 Le Journal des Débats du 26 juin 1877.

8 Le Journal des Débats du 20 septembre 1877

9 A. Daniel, L’année politique, 1877-1878, Paris, Charpentier et Cie, 1879, p. 403

Auteur

Université d'Orléans, président du CHPP

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540