Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Le loyalisme républicain de l’armée dans la crise du Seize-Mai 1877

Xavier Boniface

Texte intégral

  • 1 Journal officiel. Débats parlementaires. Chambre des députés (JO), 9 mars 1877, p. 1838-1845. Ce r (...)

1Le 8 mars 1879, Henri Brisson présente à la Chambre des députés son « rapport fait au nom de la commission chargée de faire une enquête parlementaire sur les élections des 14 et 28 octobre 1877 »1. La dernière partie de ce texte, consacrée au « complot », entend démontrer que l’armée a entrepris des préparatifs en vue d’un coup d’État, sur l’ordre du général de Rochebouët, qui n’était lui-même qu’un agent d’exécution aux mains des « hommes du Seize-Mai ». En effet, faute d’obtenir la décision par les urnes, le chef de l’État et le président du Conseil monarchiste qu’il a désigné au lendemain des élections sont tentés d’aller à l’encontre du suffrage universel, tandis que certains sont partisans d’un recours à la force. Déjà, au printemps 1877, lorsque la crise s’était ouverte, des rumeurs de coup d’État avaient couru, mais elles prennent davantage consistance en novembre et décembre. La tension qui oppose le pouvoir exécutif au pouvoir législatif atteint alors son paroxysme. Les républicains doutent du loyalisme de l’armée vis-à-vis d’un régime encore fragile, et ils se rappellent de sa participation au coup d’État du 2 décembre 1851. Pour autant, leurs inquiétudes sont-elles justifiées au regard de la situation de 1877 ? Dans quelle mesure l’institution militaire est-elle alors prête à se lancer dans une aventure politique incertaine ? Derrière l’armée, il faut surtout entendre ses chefs, c’est-à-dire le haut commandement que représentent les commandants de corps d’armée, le chef d’état-major général et le ministre de la Guerre. Plus largement, c’est à l’attitude politique des officiers dans la crise du Seize-Mai qu’il convient de s’intéresser. Si les rumeurs d’un complot s’appuyant sur l’armée semblent parfois avoir eu quelques fondements, elles sont contredites par le profond loyalisme des militaires à l’égard de la République.

des rumeurs de complot militaire

2Ces rumeurs et ces peurs d’un complot se fondent sur quelques décisions, ordres et discours d’hommes politiques et de généraux, dont les contemporains n’ont d’ailleurs pas toujours eu pleine connaissance au moment des faits, mais qui laissent penser à une mise en branle de la machine militaire contre la République.

  • 2 R. Drago, « Le chef des armées de la Troisième à la Cinquième République », dans O. Forcade, É. Du (...)
  • 3 Le Temps, 11 décembre 1877.

3Il en va au premier chef de Mac Mahon : le président de la République joue un rôle essentiel dans la crise du Seize-Mai qu’il contribue à déclencher, avec sa lettre d’admonestation à Simon, et qu’il prolonge par la prorogation puis la dissolution de la Chambre ou encore la nomination de Rochebouët. Certains de ses opposants ne peuvent que s’interroger sur ses intentions profondes, tant au regard de ses décisions politiques qu’à celui de ses liens avec l’armée. Maréchal de France, grande figure des guerres du Second Empire, héros malheureux – quoique contesté – de 1870, il demeure un soldat dans l’âme. Ses rapports avec l’institution militaire sont en outre officialisés par l’article de la loi du 25 février 1875 selon lequel le chef de l’État « dispose de la force armée ». Jusqu’à la crise du Seize-Mai, d’ailleurs, Mac Mahon sait utiliser ce texte pour « jouer un rôle déterminant dans la politique militaire (nomination des officiers généraux, organisation des unités) »2. Toutefois, ce pouvoir reste limité, et son exercice nécessite un contreseing ministériel : ainsi, le président de la République n’est pas « le généralissime de nos armées ». Sa « prétention » à vouloir se réserver les nominations aux portefeuilles de la Guerre et de la Marine, y compris lors de la difficile constitution du cabinet Dufaure en décembre 1877, va à l’encontre du « principe de solidarité ministérielle »3.

4La crise du Seize-Mai révèle donc, autour de l’exercice des attributions militaires entre le chef de l’État et le gouvernement, un débat qui ne trouvera sa conclusion qu’en janvier 1879. Cela signifie qu’en 1877 encore, Mac Mahon pense pouvoir compter sur la fidélité, l’obéissance et le loyalisme de l’armée à son égard. Songerait-il cependant à s’en servir pour affirmer son pouvoir ? Quelques-uns de ses propos sont interprétés en ce sens par les républicains, tel son ordre du jour à l’armée le 1er juillet, à l’issue d’une revue à Longchamp :

  • 4 Cité par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), t. 4, La République parleme (...)

« Soldats [...] le pays vous a remis la garde de ses plus chers intérêts. En toute occasion, je compte sur vous pour les défendre. Vous m’aiderez, j’en suis certain, à maintenir le respect de l’autorité et des lois dans l’exercice de la mission qui m’a été confiée et que je remplirai jusqu’au bout »4.

  • 5 Cité par F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 25 (...)
  • 6 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Grasset 1937, rééd. Hachette « Pluriel », 1995, p. 242-2 (...)
  • 7 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 292-293.
  • 8 G. de Broglie, Le maréchal de Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 377.

5Comme l’observe Gabriel Hanotaux, les mots « en toute occasion » et « jusqu’au bout » sont repris par toute une presse inquiète des intentions présidentielles. Le 6 juillet, dans un article diffusé ensuite sous forme d’affiche, Le Bulletin des communes déplore qu’« à cette grande fête militaire » on n’ait vu « aucun des « 363 » anciens députés radicaux qui ont programmé de désorganiser et de supprimer l’armée, comme ils voudraient désorganiser et détruire [...] tout ce qui fait notre prospérité et notre grandeur. Ils s’étaient abstenus de prendre part à cette émouvante journée de patriotisme »5. En réalité, les 363 ex-parlementaires, âmes de l’opposition, n’ont pas été invités à la revue et, jugeant injurieux à leur égard les propos du Bulletin, ils portent plainte contre son gérant. Cette polémique peut laisser penser que Mac Mahon s’apprête à renouveler l’alliance avec l’armée pour mieux combattre ceux qui ne partagent pas ses options conservatrices et institutionnelles. Avant de nommer Rochebouët, il envisage d’ailleurs de constituer un véritable « cabinet militaire », avec les généraux Douay à la Guerre et Ducrot à l’Intérieur6. Mais il mesure en même temps les limites d’un tel gouvernement « qui introduirait la politique dans l’armée »7. Le président de la République est légaliste et respectueux des institutions, et il a toujours écarté l’idée du coup d’État8.

  • 9 Le général Ducrot (1817-1882), issu de Saint-Cyr, a combattu en Algérie et en Italie. Sous les ord (...)
  • 10 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1843.
  • 11 Le Temps, 14 décembre 1877.
  • 12 Le général du Barail (1820-1902) s’engage dans les spahis à 19 ans, comme simple soldat. Promu off (...)
  • 13 Généraldu Barail, Mes souvenirs, t. 3, 1864-1879, Paris, Plon et Nourrit, 1898, p. 550-551.

6En revanche, au sein même de l’armée, il en est certains qui sont prêts à mettre leur sabre au service du chef de l’État pour renverser la République. Plus encore, des officiers incitent les dirigeants politiques à décider et à réaliser un coup de force en s’appuyant sur l’institution militaire. Les sources, cependant, ne laissent entrevoir que quelques généraux déterminés à passer à l’action, comme Ducrot, commandant le 8e corps d’armée (Bourges). Cet ardent légitimiste, député en 1871-1872, voudrait profiter de la crise pour rétablir la monarchie et faire venir le comte de Chambord sur le trône9. C’est à lui que Rochebouët demande conseil dès le 18 novembre, tandis que Mac Mahon vient de le convoquer à Paris, sans lui préciser son intention de lui confier le ministère. Le général Ducrot « n’était pas étranger à [la] combinaison » antérieure « d’un cabinet d’action militaire » et il semble « fixé sur la mission réservée » au commandant du 18e corps. Il lui télégraphie en retour de ne pas refuser : « Mettez pour condition qu’on vous laisse faire dans le personnel ministériel et garnisons de Paris et Versailles les modifications qui vous paraîtront indispensables, sous votre responsabilité ». De fait, Rochebouët choisit comme chef d’état-major général le propre chef d’état-major de Ducrot, le général de Miribel. Il demande donc au commandant du 8e corps « non seulement des inspirations, mais encore des collaborateurs »10. Pour les observateurs de l’époque, le général Ducrot « paraît exercer au ministère de la Guerre une certaine influence », à partir « de l’arrivée aux affaires de Rochebouët »11. Parmi les officiers qui ne seraient pas hostiles au principe d’un coup d’État, il y aurait également le général du Barail, commandant le 9e corps (Tours), voisin de celui de Ducrot, et qui tient dans ses Souvenirs des propos sans ambiguïtés. Ce bonapartiste, ancien ministre de la Guerre de l’ordre moral12, déclare qu’on ne pouvait réussir le Seize-Mai qu’« en ne regardant pas derrière soi, en jetant le fourreau dont on avait tiré l’épée, en marchant carrément et vite ». S’il avait dû s’y prendre, il aurait fait cerner dès le printemps l’immeuble où se réunissaient les 363 et aurait fait arrêter ces derniers, « comme ils n’étaient plus couverts par l’inviolabilité parlementaire » du fait de la prorogation des Chambres. Puis il aurait procédé à des élections générales, tandis que les journaux auraient été « maintenus par l’état de siège dans la limite de la politesse et des discussions courtoises » – en d’autres termes, censurés. Toutefois, le général du Barail affirme qu’« à la place du maréchal de Mac Mahon », il ne croit pas qu’il aurait fait le Seize-Mai13.

  • 14 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 209.

7Durant l’été, la virulence du Figaro et du Pays, qui vont jusqu’à réclamer l’établissement de l’état de siège, conforte l’idée qu’un coup d’État militaire est possible. Sous le pseudonyme de Saint-Genest, Bucheron dénonce dans ses éditoriaux du Figaro la passivité politique du ministre de la Guerre, le général Berthaut. Le Moniteur universel prétend que le général Ducrot s’exprime derrière ce journaliste, ce qui entraîne une polémique. Mais le 24 août, le ministère de la Guerre fait publier au Journal officiel une note disculpant le commandant du 8e corps, rappelant que son « esprit de devoir et de discipline [...] est trop connu pour que de pareilles assertions puissent être crues ». Bucheron se voit infliger trente jours d’arrêts de rigueur en tant que lieutenant de réserve14.

8Il s’agit aussi de définir ce que l’armée et les politiques entendent par l’idée de coup d’État militaire. L’établissement de l’état de siège, l’arrestation des députés, la suspension des libertés publiques pourraient caractériser un tel mode d’action. Mais une seconde dissolution, après les élections d’octobre, ne manquerait pas non plus de susciter des troubles : l’armée serait alors requise pour le maintien de l’ordre. Ce ne serait plus à proprement parler un coup d’État, mais les militaires participeraient au bras de fer engagé par le président de la République avec le parlement et, au-delà, avec la nation.

  • 15 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1843-1844.
  • 16 G. Hanotaux, op. cit., p. 209.

9Si des militaires envisagent dès le mois de mai 1877 l’éventualité d’un recours au sabre, c’est surtout à partir du ministère Rochebouët que la crainte du coup d’État, jusque-là plutôt diffuse, se précise dans le camp républicain, non sans fondements semble-t-il, du moins selon le rapport Brisson. L’épreuve de force choisie par Mac Mahon avec la majorité parlementaire et l’issue incertaine de la crise font naître supputations, rumeurs et hypothèses chez les différents protagonistes. D’après les télégrammes échangés par les chefs militaires, il paraît qu’un coup de force se préparait. Ces documents, partiellement publiés par L’Estafette du 6 janvier 1878 puis repris dans le rapport Brisson, confirmeraient a posteriori leurs intentions. Il s’agit d’« instructions confidentielles » du chef du gouvernement et ministre de la Guerre aux commandants de corps d’armée. Il est ainsi recommandé, par dépêches des 27 et 28 novembre 1877 aux généraux des 14e et 15e corps, de prendre « des précautions significatives » : à Marseille, il s’agit de « faire rentrer au fort de Saint-Jean des armes appartenant à des particuliers ». Le gouverneur de Lyon répond au ministre qu’il ne « doute pas » qu’il proclamera « l’état de siège par télégraphe ». Le 5 décembre, Rochebouët l’informe que « les perturbateurs seraient au courant des ordres donnés à [ses] chefs de corps. Le secret ne serait pas gardé sur [ses] instructions confidentielles en cas de troubles ». Le même jour, il prie le général Ducrot, « conformément aux instructions verbales » qu’il lui a données, « d’interdire tous déplacements des généraux de division, sauf ordres ministériels »15. Le contenu de ce télégramme suppose que les deux hommes se sont rencontrés auparavant et qu’ils ont eu des échanges de vive voix. D’autres signes inquiètent : le 28 novembre, l’envoi d’une pièce de 24 à Versailles « est un événement »16.

  • 17 L’Avenir militaire, 11 [ou 12] décembre 1877, cité par Le Temps, 13 décembre 1877.

10Après sa nomination à la tête du gouvernement, Rochebouët ne désigne aucun général pour lui succéder au commandement du 18e corps. Jamais depuis la réorganisation de l’armée en 1873, une telle vacance ne s’était produite. Pendant trois semaines, c’est un des deux commandants de division du 18e corps qui assure l’intérim. L’Avenir militaire voit dans ce retard une conséquence d’un « projet du ministre de procéder sous peu à un mouvement parmi les généraux en chef »17. Cela pourrait signifier - même si le journal ne l’affirme pas - une reprise en main de l’armée à un moment décisif de la vie politique intérieure, voire dans la perspective d’un coup de force. Il est à noter qu’aucun officier n’a été déplacé, révoqué ou exclu pendant le temps de la campagne électorale, contrairement à ce qui s’est passé pour des fonctionnaires d’autres administrations et pour des élus. Toutefois, une autre explication pourrait être avancée à un tel retard : Rochebouët, comprenant qu’il dirige un ministère de transition, songe déjà à son retour dans l’armée où il cherche à conserver son commandement.

  • 18 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1844.
  • 19 Th[éodore] Fix, Souvenirs d’un officier d’état-major (1846-1894), 2e série, (1870 1894), Paris, Ju (...)
  • 20 Capitaine Lamarque, La politique dans l’armée, Paris et départements, 1890, p. 75.
  • 21 Le Figaro, 7 décembre 1877.

11La tension grandit encore parmi les chefs de l’armée dans les jours précédant la difficile constitution du cabinet Dufaure, tandis que la désignation d’un ministère de résistance dirigé par Batbie est évoquée. Pour Brisson, c’est « à partir de ce moment [que] des mesures de détail sont prises pour assurer l’exécution de leurs résolutions ». Et de citer le télégramme, en date du 9 décembre, de l’intendant du 5e corps (Orléans) aux sous-intendants et aux sous-préfets du ressort de cette région militaire prescrivant de faire « immédiatement transporter dans chaque caserne, pour être aujourd’hui à la disposition des troupes [...], deux jours de vivres de mobilisation ». Dans d’autres corps, tel le 12e (Limoges), des mesures similaires sont également décidées. Il semblerait par ailleurs qu’une réunion des généraux commandants de régions militaires ait été prévue le 10 décembre à Paris. Ce qui est sûr, c’est que, le lendemain, Ducrot se rend chez Rochebouët, et « c’est sans doute dans cette dernière entrevue que les résolutions définitives ont été prises ». Les télégrammes du ministre de la Guerre aux commandants des 3e (Rouen) et 10e (Rennes) corps d’armée, en date du 12 décembre, semblent corroborer ce point de vue. Au premier, il est demandé d’organiser « la brigade Delaunay pour l’exécution du plan n° 2 », comme il l’avait initialement proposé. Le second doit faire des « efforts pour être prêt jeudi au plus tard. [Les] troupes prendraient tous les effets de campement ». Enfin, le 13 décembre, alors que la crise politique est en voie de se dénouer, Rochebouët fait prévenir le quartier général de son ancien corps d’armée « d’arrêter tous préparatifs de départ » car il s’apprête à reprendre son ancien commandement18. Des ordres de marche ont bien été adressés aux unités « pour le coup d’État du 16 mai » comme ceux que le colonel Fix, chef d’état-major de la 1re division à Lille, découvre quelques mois plus tard en ouvrant par inadvertance le pli confidentiel qui les contenait19. Un autre colonel, bonapartiste, chef de corps dans la cavalerie, a également pour mission de procéder à « l’arrestation d’un membre de la famille d’Orléans, M. le duc de Chartres, alors colonel [du] régiment de chasseurs qui form[e] précisément brigade avec le sien »20. Quant à la presse radicale, elle multiplie durant la crise les « insinuations [...] sur les dispositions de l’armée », ainsi que « les encouragements à l’indiscipline »21.

12Des « indices » qu’il a réunis, Brisson conclut quant « à l’existence du complot », sinon à son organisation. Selon lui,

  • 22 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1844.

« Le dessein de résister à la volonté nationale a été formé ; la résolution d’agir a été prise, les agents d’exécution ont été choisis, les dispositions militaires ont été ordonnées, les ordres de mise en marche ont été donnés [...]. Les préparatifs militaires ont été poussés jusqu’aux plus minutieux détails »22.

  • 23 JO, 31 décembre 1877, p. 5931.

13Toutefois, les différentes dispositions évoquées n’impliquent pas nécessairement la préparation d’un éventuel complot. Dans une note insérée quelques semaines plus tard au Journal officiel, le ministère de la Guerre rappelle l’existence de mesures permanentes visant à ce que « l’armée soit toujours à même de faire respecter l’ordre public ». Elles déterminent « pour chaque corps de troupes le rôle à remplir, la place à occuper et les dispositions à prendre en cas de troubles ». Or, le départ de la classe de 1872 à l’automne 1877 – la première concernée par la loi sur la conscription de 1872 – a pour effet de réduire « considérablement » la garnison de Paris. Le 14 novembre, le ministère de la Guerre établit donc un projet pour appeler « au besoin [...] un certain nombre de régiments » de l’ensemble du pays, au cas où « l’ordre public et les lois [...] seraient menacés » dans la capitale. Afin d’éviter « toute interprétation fâcheuse et ne pas inquiéter l’opinion publique, le secret le plus absolu » est recommandé aux chefs militaires. Le 8 décembre, le projet est modifié quant à la désignation des corps susceptibles d’être dirigés sur Paris. Ces dispositions « de prévoyance », mal interprétées par un officier général qui les transforme en « mesures d’exécution », donnent lieu à un incident au 14e de ligne à Limoges, où un officier, le major Labordère, est persuadé qu’il s’agit de préparatifs de coup d’État23. Au demeurant, du point de vue formel, il paraît difficile de distinguer les ordres relatifs au maintien de l’ordre de ceux préparant un éventuel pronunciamiento. Brisson a pu, sinon se méprendre, du moins surestimer la portée des télégrammes qu’il cite dans son rapport. Il s’agit de textes courts, parfois sibyllins, et pas toujours clairs. Il est donc difficile de savoir l’avancée d’un plan en faveur d’un coup de force militaire. Aurait-il pourtant été réalisable ? Rien n’est moins sûr, étant donné le loyalisme des officiers.

le loyalisme des militaires : une barrière à la réalisation d’un coup d’état ?

14Très vite, les responsables politiques de l’opposition républicaine, à commencer par Gambetta, s’inquiètent des réactions possibles de l’armée. Ils multiplient les contacts pour jauger l’état d’esprit des militaires et s’assurer de leur fidélité, le cas échéant. Mais nombreux aussi sont les officiers à donner des gages d’un loyalisme républicain qui s’explique autant par leurs traditions que par leur lecture des événements.

  • 24 F. Bédarida, « L’Armée et la République. Les opinions politiques des officiers français en 1876-78 (...)
  • 25 David B. Ralston, The Army of the Republic. The Place of the Military in the Political Evolution o (...)

15Gambetta connaît bien l’armée, et en particulier son commandement. Actif animateur de la Défense nationale en 1870-1871, il défend par la suite de nombreux officiers qui sollicitent son appui face à la commission de révision des grades, instituée en 1871, qui doit statuer sur leurs promotions obtenues pendant la guerre. Gambetta dispose ainsi d’un réseau de militaires qui lui sont acquis. En même temps, il fait réaliser un fichage secret des généraux et des colonels sur leurs opinions politiques : ce mémorandum, achevé en 1876, révèle que les trois quarts de ces officiers sont hostiles à la République. Certes, des nuances peuvent être apportées à un tel tableau, d’ailleurs très incomplet en ce qui concerne les colonels. Si les monarchistes, les bonapartistes et les « réactionnaires » représentent 88 % des généraux de division étudiés, ils ne sont plus que 61 % parmi les généraux de brigade – même si ce chiffre s’explique par l’importante proportion de neutres et d’indifférents. Chez les colonels, l’élément bonapartiste domine, sans doute parce que la carrière de nombre d’entre eux s’est faite sous le Second Empire24. Le haut commandement de l’armée est donc assez largement dévoué à Mac Mahon : celui-ci n’a pas besoin de placer des hommes de confiance à la tête des régions militaires, contrairement à ce qu’un Louis-Napoléon Bonaparte avait fait en son temps25. On l’a vu, parmi les commandants de corps d’armée, deux légitimistes, Ducrot, surtout, et Espivent de la Villesboisnet (sénateur et commandant du 11e corps, à Nantes), ainsi que trois bonapartistes, Bataille (5e corps, Orléans), Bourbaki (14e corps, Lyon) et Barail seraient prêts à agir au profit de Mac Mahon.

  • 26 Le Figaro, 13 décembre 1877.

16Dans l’armée, l’esprit de discipline continue d’ailleurs à l’emporter, et la plupart des militaires, à quelques exceptions près, suivraient leurs chefs quelle que soit la mission impartie. Un lieutenant d’artillerie affirme ainsi dans Le Figaro que, « tout démocrate » qu’il est, il brûlerait la cervelle « au premier qui refuserait d’obéir » à l’heure où il faudrait marcher26. Si le commandement ignore dans quelles proportions les « officiers [sont] gagnés au projet de coup d’État », le colonel Fix assure qu’ils sont

  • 27 Th. Fix, op. cit., p. 137.

« Prêts à exécuter militairement les ordres qu’ils reç[oivent] du gouvernement. C’est là le seul parti à prendre, le seul qui permît à l’armée d’échapper au désarroi d’idées, que la révolution, la défaite, la guerre civile dont elle avait éprouvé les secousses successives avaient commencé à y faire naître »27.

  • 28 D. B. Ralston, op. cit., p. 73.

17Il est vraisemblable qu’un ordre donné par Mac Mahon à l’armée, y compris en vue d’un coup de force, aurait été exécuté, même par les officiers républicains. Cela n’aurait pas empêché les cas de conscience, mais les militaires auraient encore préféré l’obéissance et l’action plutôt que de devoir être les interprètes de la légalité. Toutefois, si l’armée était passée à l’acte, c’eût été uniquement sur ordre du chef de l’État, et non sur celui d’un général en quête d’aventure ou d’un homme politique isolé. Jamais non plus elle n’aurait pris d’elle-même l’initiative d’un coup de force28. Ducrot, voire Rochebouët, pourtant partisans d’un recours au sabre, attendent pour agir un signe de Mac Mahon, qu’ils sollicitent par ailleurs. Toutefois, en 1877, le commandement ne peut pas non plus manquer de s’interroger sur le pouvoir légitime auquel il doit obéir - puisque la crise politique porte précisément sur le rapport entre les pouvoirs exécutif et législatif. Convient-il de rester fidèle au chef de l’État, qui « dispose de la force armée », même s’il fomente un coup d’État, ou bien de respecter l’assemblée issue des urnes ? La question s’est trouvée résolue d’elle-même, puisque le président de la République finit par s’incliner devant le résultat des élections.

  • 29 G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine... op. cit., p. 216. Pour D. B. Ralston, op. cit.(...)
  • 30 Lettre citée par F. Bédarida, art. cit., p. 139.
  • 31 G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine... op. cit., p. 215.

18Cette question peut expliquer aussi les divisions des officiers, en particulier dans le haut commandement, plus directement concerné par le rapport au politique, à l’égard de la perspective d’un coup d’État. Celui-ci aurait déjà été évoqué lors d’une réunion du Conseil supérieur de la Guerre, sans doute en 1876, mais le général de Cissey aurait alors déclaré : « Tout cela est très bien. J’admets qu’on réussisse. Et après ? »29. Les divisions et les réticences de l’armée contribuent sans doute à expliquer pourquoi Rochebouët renonce au coup de force, si tant est qu’il l’ait réellement préparé et voulu. C’est un constat similaire qui amène Gambetta à ne pas y croire, comme il s’en ouvre à son ami Ranc le 20 août 1877 : « l’armée est bonne et les chefs sont très divisés ; impossible de risquer une telle aventure sans la certitude d’être obéi et par tous »30. Fin novembre, au paroxysme de la crise, le président de la Chambre, Jules Grévy, conteste également devant le comité des 18 qu’il y ait « un danger sérieux de coup d’État »31. Son homologue du Sénat, Audiffret-Pasquier, aurait rencontré de son côté des officiers qui l’auraient rassuré. Si les chefs hésitent, la troupe n’est pas non plus prête à une aventure politique. Des régiments, tel le 9e d’infanterie à Agen, ne semblent pas sûrs aux éventuels conjurés.

  • 32 Cité par D. Halévy, op. cit., p. 243. Voir aussi J.-Ch. Jauffret, « Un sabreur au gouvernement : l (...)
  • 33 Cité par J. Adam, Mes souvenirs. Après l'abandon de la Revanche (1877-1880), [Paris], Alphonse Lem (...)

19En même temps, quelles que soient leurs idées politiques, nombreux sont les généraux à exprimer leur loyalisme vis-à-vis du pouvoir issu des urnes. Selon le sénateur Scheurer-Kestner, les républicains Clinchant, commandant le 1er corps (Lille), Campenon, son chef d’état-major, Farre ou Lecointe apportent leur soutien à Gambetta. Celui-ci obtient aussi des assurances de la part des généraux monarchistes qu’il rencontre. L’orléaniste duc d’Aumale, commandant le 7e corps (Besançon), qui redoute une insurrection bonapartiste, serait venu le voir incognito dès le 18 mai. Gambetta voit à plusieurs reprises Galliffet, commandant la 15e division (Dijon), dont le loyalisme ressort de plusieurs témoignages. Lors d’une réunion d’officiers, il prononce un toast en forme d’avertissement : « À l’Armée, qui garde un silence absolu dans les dissensions civiles et s’enferme strictement dans ses occupations professionnelles ! »32. À Gambetta qui lui demande : « Si la Chambre réélue avec une majorité républicaine allait à Dijon où vous commandez, serait-elle défendue par vous ? », Galliffet répond : « Ce que je défendrais dans le gouvernement, c’est la majorité »33.

  • 34 P. Antonmattei, Léon Gambetta héraut de la République, Paris, éd. Michalon, 1999, p. 303.
  • 35 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 302.
  • 36 A. Bach, L’armée de Dreyfus... op. cit., p. 152.
  • 37 Le Figaro, 10 décembre 1877.
  • 38 Selon J.-Ch. Jauffret, art. cit., p. 225, « Parmi les candidats au pronunciamiento, Galliffet est (...)

20Gambetta se prépare d’ailleurs à la résistance au cas où un coup d’État militaire éclaterait. Dans cette perspective, il s’appuie sur quelques officiers généraux qui lui semblent particulièrement sûrs. Peut-être envisage-t-il que les parlementaires qui n’auraient pas été arrêtés se rendent à Lille, dont le gouverneur militaire, le général Clinchant, est le seul républicain parmi les dix-huit commandants de corps d’armée34. À sa demande, le général de Wimpffen prépare un plan d’action, prévoyant notamment le sabotage des fils télégraphiques entre Versailles et la province, le rétablissement des maires, des préfets et des sous-préfets destitués, le remplacement de nombreux généraux et la déchéance de Mac Mahon35. Toutefois, cet activisme de Gambetta associé à ses « accointances dans l’armée » inquiète ses propres amis politiques qui peuvent s’interroger « sur ses éventuelles aspirations césariennes »36. Cette crainte et cette méfiance avaient d’ailleurs déjà été exprimées à son égard dès 1871. Malgré leurs contacts discrets avec le « commis voyageur de la République », les officiers ne souhaitent pas non plus apparaître publiquement comme des « gambettistes », de peur que cette étiquette ne nuise à leur carrière. Du reste, leur « grande terreur », est de figurer sur la « liste militaire républicaine » regroupant ceux « qui inspirent partiellement confiance aux radicaux »37. Il est d’ailleurs possible que le fait d’être considéré comme proche de Gambetta a empêché le général de Galliffet d’obtenir par la suite un commandement prestigieux, tels les gouvernements militaires de Paris ou de Lyon, voire la maison militaire de l’Élysée38.

  • 39 Le Figaro, 7 décembre 1877.
  • 40 Récit du major Labordère, cité par Brisson, op. cit., p. 429.
  • 41 Jean-Marie Labordère, né en 1835, ancien élève de Saint-Cyr, est le fils d’un député de la Somme d (...)
  • 42 E. Zevort, Histoire de la Troisième République, t. 2, La présidence du Maréchal, Paris, F. Alcan, (...)

21Quelques cadres écartent d’avance et de manière très claire toute participation à un éventuel coup d’État, même si c’est au prix de leur désobéissance. La presse républicaine met en exergue de telles affirmations, quand bien même certaines sont peut-être apocryphes. Le Réveil du 25 novembre cite un sergent-major selon lequel, en cas de coup de force militaire, « nous serions divisés : un tiers de nous resterait à la caserne, le second tiers lèverait la crosse en l’air ; le reste tirerait sur ceux qui lui commanderaient de marcher contre le peuple ». Néanmoins, des propos strictement identiques sont prêtés à un officier du génie trois jours plus tard par Le Bien public39. C’est dans un tel contexte que se place la protestation du major Labordère. Le soir du 13 décembre, les officiers du 14e régiment d’infanterie (Limoges) sont convoqués en tenue de campagne à la caserne, où il leur est fait lecture des instructions du général Bressolle « pour le cas de troubles dans la ville ». Aux dires du major, les choses sont claires : « aucun de nous ne pouvait douter et ne doutait que ce ne fût un coup d’État et qu’on ne dût prendre les armes dans la nuit même ». S’adressant alors à son colonel, il lui déclare qu’un coup de force « est un crime ; je n’en serai pas complice [...] Le rôle que l’on me réserve dans cette tentative criminelle, je ne le remplirai pas »40. Ce refus d’obéissance lui vaut le 31 décembre suivant sa mise en non-activité, mais il est réintégré trois mois plus tard, avant d’entamer en 1882 une carrière parlementaire41. Le général Bressolle est mis en disponibilité, pour avoir « transformé des mesures de prévoyance en mesure d’exécution » et avoir méconnu la nature des instructions qu’il avait reçues, tandis que le général Ducrot, l’une des âmes du complot, est privé de son commandement42. L’inquiétude du commandant Labordère était-elle pour autant justifiée ? À la date du 13 décembre, la crise politique est en voie de résolution et le spectre du coup d’État commence à s’éloigner.

  • 43 La Revue politique et parlementaire, 17 novembre 1877, p. 477. Néanmoins, selon A. Laspeyres, La ré (...)
  • 44 J.-F. Chanet, Vers l'armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Renn (...)

22Mais en 1877, la majorité des officiers comprennent qu’il n’est désormais plus possible d’imposer par la force une orientation politique à un peuple souverain et qu’au-delà de la prise du pouvoir, il s’agit de gouverner et de durer. Le loyalisme de l’armée apparaît en définitive acquis au parlement : quoique privés du droit de vote et donc exclus du processus démocratique, les officiers en ont compris l’esprit, les mécanismes et les conséquences. Cela leur apparaît encore plus clairement après les élections d’octobre 1877, dont les résultats sont incontestables. En outre, comme l’observe Charles Bigot, chroniqueur de La Revue politique et parlementaire, « l’armée seule, de tous les grands services du pays, n’a point été mêlée à cette pression électorale à laquelle tous les autres ont été employés par ceux-là mêmes dont le devoir était de les protéger ». Durant toute la crise, elle reste donc en dehors du jeu des partis, ne prenant pas position et ne se mêlant pas des luttes en cours. D’ailleurs, le ministre de la Guerre, le général Berthaut, y veille, en ne consentant point « qu’on la [fasse] intervenir dans la politique » et n’acceptant pas « quelle [soit] autre chose que l’armée de la loi »43. Mais, de toute façon, les militaires ont déjà commencé à se familiariser avec la culture et les pratiques républicaines, à travers la mise en œuvre des lois de 1872 sur le recrutement et de 1873 sur la réorganisation de l’armée, ou encore par le biais des négociations avec les préfets et les municipalités sur l’implantation des garnisons et la construction des casernes44. Le loyalisme des officiers envers le pouvoir issu du suffrage universel, qui fonde leur inaction en 1877, repose ainsi sur leur neutralité politique, sur leur respect du légalisme et sur leur acculturation républicaine. Il puise aussi plus profondément aux valeurs et aux traditions militaires : l’honneur et le patriotisme interdisent de lancer le pays dans une aventure sans issue, alors que l’Allemagne représente toujours une menace et que la guerre russo-turque se poursuit aux confins de l’Europe, avec le risque, toujours possible, de complications internationales. Enfin, pour des officiers majoritairement catholiques, le devoir d’obéissance relève à la fois des registres militaire et religieux.

  • 45 D. B. Ralston, The Army of the Republic... op. cit., p. 71-72.
  • 46 A. Crépin, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire de la guerre de Sep (...)

23Toutefois, la nomination de Rochebouët a pu rappeler à certains l’arrivée de Saint-Arnaud au ministère un quart de siècle plus tôt. Pour autant, le coup d’État craint par les républicains n’a pas lieu. Il est vrai que les précédents du 18 Brumaire et du 2 décembre ont réussi parce qu’ils s’appuyaient sur le consentement tacite de la grande majorité des Français45. Ce n’est plus le cas en 1877, et les militaires l’ont bien compris. Au-delà de la prise en compte des considérations politiques, ils peuvent le mesurer directement et concrètement au contact des troupes qu’ils encadrent. L’armée de 1877 se fonde en effet sur une conscription personnelle et en voie d’universalisation - même si la loi de 1872 conserve encore des exemptions46. Par ce type de recrutement, elle est vraiment la nation en armes : constituée de soldats-citoyens qui deviendront des électeurs à l’issue de leur service militaire, elle n’est pas prête à suivre d’éventuels sabres en quête de pronunciamiento. L’armée de conscription est donc un frein puissant aux tentations de coup d’État.

***

  • 47 F. Bédarida, art. cit., p. 139.

24Si les craintes de coup d’État militaire grandissent en 1877, en particulier après la nomination du ministère Rochebouët, elles ne sont que très partiellement justifiées. Les républicains ont pu affirmer le contraire en exploitant politiquement une affaire dont ils ont sans doute grossi délibérément l’importance47, à l’image du rapport parlementaire présenté par Brisson. Certes, quelques généraux, tel Ducrot, voudraient forcer la main à un Mac Mahon légaliste, mais ils ne sont pas pour autant prêts à agir de leur propre initiative. C’est que l’armée, en dépit des divisions politiques qui la traversent, s’avère profondément loyaliste. Toutefois, dans le contexte de la crise institutionnelle de 1877, une telle attitude demande à être explicitée : la neutralité politique qui lui est associée n’empêche pas les officiers de s’interroger sur le pouvoir auquel ils doivent obéir. Si la plupart d’entre eux considèrent que l’armée demeure aux ordres du président de la République, ils comprennent également que la légitimité appartient désormais au suffrage universel, et donc au parlement. Il n’est donc pas assuré que les principaux chefs militaires, qui sont la clé de l’attitude de l’institution, aient accepté de se lancer dans un coup d’État sans perspectives derrière Mac Mahon, malgré leur dévouement envers lui. Le gouvernement – de même que l’opposition républicaine – a bien saisi ces réticences et ces interrogations, qui ont pu partiellement influencer sa décision de ne pas agir. En outre, avec la conscription, l’armée s’identifiant à la nation, il lui devenait difficile de se retourner contre elle. Les préparatifs de complot militaire avaient en fait peu de chances d’aboutir. Le loyalisme républicain de l’armée l’emporte donc, signe de l’amorce de son intégration politique.

Notes

1 Journal officiel. Débats parlementaires. Chambre des députés (JO), 9 mars 1877, p. 1838-1845. Ce rapport figure aussi en appendice aux Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, publiés par J. Reinach, t. VII(16 mai 1877–14 décembre 1877), Paris, G. Charpentier, 1882, p. 399-429.

2 R. Drago, « Le chef des armées de la Troisième à la Cinquième République », dans O. Forcade, É. Duhamel, Ph. Vial (dir.), Militaires en République 1870-1962. Les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 46.

3 Le Temps, 11 décembre 1877.

4 Cité par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine (1871-1900), t. 4, La République parlementaire, Paris, Société d’édition contemporaine, [1908], p. 142.

5 Cité par F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965, p. 258.

6 D. Halévy, La République des ducs, Paris, Grasset 1937, rééd. Hachette « Pluriel », 1995, p. 242-243.

7 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 292-293.

8 G. de Broglie, Le maréchal de Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000, p. 377.

9 Le général Ducrot (1817-1882), issu de Saint-Cyr, a combattu en Algérie et en Italie. Sous les ordres de Mac Mahon, auquel il aurait dû succéder après la blessure de celui-ci en août 1870, il est à Reichshoffen. Fait prisonnier à Sedan, il s’évade et rejoint Paris, où il commande un corps d’armée. Élu député monarchiste de la Nièvre en février 1871, il démissionne en novembre 1872 après avoir été nommé à la tète du 8e corps. Il s’y distingue par son hostilité aux idées républicaines : il fait surveiller l’état d’esprit des populations des localités « dangereuses », ordonne au général de Galliffet, son subordonné, de renverser à Dijon la statue de la Résistance, à cause de son bonnet phrygien, obtient pour ses troupes réunies en 1876 à Lamotte-Beuvron la bénédiction pontificale. A. Robert, G. Cougny (dir.), Dictionnaire des parlementaires français comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889, Paris, Bourloton éd., t. 2, 1890, p. 449-450.

10 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1843.

11 Le Temps, 14 décembre 1877.

12 Le général du Barail (1820-1902) s’engage dans les spahis à 19 ans, comme simple soldat. Promu officier, il combat en Algérie et au Mexique. En 1865, il est général dans la cavalerie de la garde impériale. Prisonnier à Metz en 1870 puis libéré, il participe à la répression de la Commune. Ministre de la Guerre de mai 1873 à mai 1874, il prend ensuite le commandement du 9e corps, qu’il quitte en 1879. En octobre 1883, il est candidat monarchiste à une élection, mais il est battu. Il soutient par la suite le prince Victor Napoléon. A. Robert et G. Cougny (dir.), Dictionnaire... op. cit., t. 1, 1889, p. 154.

13 Généraldu Barail, Mes souvenirs, t. 3, 1864-1879, Paris, Plon et Nourrit, 1898, p. 550-551.

14 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 209.

15 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1843-1844.

16 G. Hanotaux, op. cit., p. 209.

17 L’Avenir militaire, 11 [ou 12] décembre 1877, cité par Le Temps, 13 décembre 1877.

18 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1844.

19 Th[éodore] Fix, Souvenirs d’un officier d’état-major (1846-1894), 2e série, (1870 1894), Paris, Juven éd., sd [1898], p. 136.

20 Capitaine Lamarque, La politique dans l’armée, Paris et départements, 1890, p. 75.

21 Le Figaro, 7 décembre 1877.

22 JO, rapport Brisson, op. cit., p. 1844.

23 JO, 31 décembre 1877, p. 5931.

24 F. Bédarida, « L’Armée et la République. Les opinions politiques des officiers français en 1876-78 », Revue historique, t. CCXXXII, juillet-septembre 1964, p. 119-164. Voir également général A. Bach, L’armée de Dreyfus. Une histoire politique de l’armée française de Charles X à « l’Affaire », Paris, Tallandier, 2004, p. 139-155. En réalité, ce fichage n’est pas si secret : Saint-Genest, dans Le Figaro du 12 décembre 1877, affirme que « depuis 6 ans [...], M. Gambetta avait soigneusement conservé tous les noms des généraux et officiers supérieurs qui avaient eu l’honneur de servir sous ses ordres pour en composer ces fameuses listes militaires avec catégories d’opinion dont il a été question ici même ».

25 David B. Ralston, The Army of the Republic. The Place of the Military in the Political Evolution of France, 1877-1914, Cambridge (Massachusetts)/London, the Massachusetts Institute of Technology Press, 1967, p. 68.

26 Le Figaro, 13 décembre 1877.

27 Th. Fix, op. cit., p. 137.

28 D. B. Ralston, op. cit., p. 73.

29 G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine... op. cit., p. 216. Pour D. B. Ralston, op. cit., il s’agirait de propos « apocryphes » (p. 72).

30 Lettre citée par F. Bédarida, art. cit., p. 139.

31 G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine... op. cit., p. 215.

32 Cité par D. Halévy, op. cit., p. 243. Voir aussi J.-Ch. Jauffret, « Un sabreur au gouvernement : le général de Galliffet, ministre de la Guerre (22 juin 1899-28 mai 1900) », dans O. Forcade, E. Duhamel, Ph. Vial (dir.), Militaires en République... op. cit., p. 225.

33 Cité par J. Adam, Mes souvenirs. Après l'abandon de la Revanche (1877-1880), [Paris], Alphonse Lemerre éd., 1910, p. 5.

34 P. Antonmattei, Léon Gambetta héraut de la République, Paris, éd. Michalon, 1999, p. 303.

35 F. Pisani-Ferry, op. cit., p. 302.

36 A. Bach, L’armée de Dreyfus... op. cit., p. 152.

37 Le Figaro, 10 décembre 1877.

38 Selon J.-Ch. Jauffret, art. cit., p. 225, « Parmi les candidats au pronunciamiento, Galliffet est soupçonné d’être le chaînon manquant entre le général Ducrot [...] et le général Boulanger », tout au moins par ceux qui ignorent son attitude de 1877.

39 Le Figaro, 7 décembre 1877.

40 Récit du major Labordère, cité par Brisson, op. cit., p. 429.

41 Jean-Marie Labordère, né en 1835, ancien élève de Saint-Cyr, est le fils d’un député de la Somme de la Deuxième République. Il informe la presse républicaine de son geste de désobéissance, ce qui lui vaut une grande popularité que renforce sa mise en nonactivité. La date de cet épisode n’est pas établie avec exactitude : 12 ou 13 décembre selon les sources. Sénateur de la Seine de 1882 à 1884 puis député de 1885 à 1889, proche de Clemenceau, il vote avec les radicaux, mais il est opposé à Boulanger. Prevost et Alii (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, t. XVIII, 1994, col. 1378-1379.

42 E. Zevort, Histoire de la Troisième République, t. 2, La présidence du Maréchal, Paris, F. Alcan, 1899, p. 401.

43 La Revue politique et parlementaire, 17 novembre 1877, p. 477. Néanmoins, selon A. Laspeyres, La réorganisation de l'armée française : un aspect particulier des premières années de la Troisième République, thèse de 3e cycle, Université du Maine, 1984, « si les militaires ne votent pas, ils sont conviés, par circulaire confidentielle, à faire « bien » voter » (p. 708).

44 J.-F. Chanet, Vers l'armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 282-283.

45 D. B. Ralston, The Army of the Republic... op. cit., p. 71-72.

46 A. Crépin, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire de la guerre de Sept Ans à Verdun, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 318-328.

47 F. Bédarida, art. cit., p. 139.

Auteur

CNRS- UMR 8529 IRHiS - Université Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540