Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Réalités et limites de la coalition d’ordre moral

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

  • 1 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984.

1Nommé président du Conseil par le président de la République au lendemain de la dissolution de la Chambre des députés élue en 1876, le duc Albert de Broglie se retrouve dans la situation du 25 mai 1873, au lendemain de la mise en minorité de M. Thiers, mais en situation inversée. Contre M. Thiers, les conservateurs monarchistes s’étaient posés en défenseurs des droits du Parlement. Contre les républicains, ils invoquent la défense des droits du président de la République1. Le duc de Broglie n’est plus cette fois-ci le chef d’une coalition parlementaire, puisque l’assemblée vient d’être dissoute ; il aspire simplement à retrouver cette fonction, dans le cas de victoire électorale. Mais sa troisième et brève expérience à la tête du gouvernement, du mois de mai au mois de novembre 1877, qui vit la défaite définitive des conservateurs se déroula aussi sous le signe de l’« ordre moral », terme dont la formulation remonte au 25 mai 1873. Le Maréchal avait alors déclaré :

  • 2 JO, Débats, Chambre, séance du 27 mai 1875.

« J’obéis à la volonté de l’Assemblée, dépositaire de la souveraineté nationale, en acceptant la charge de président de la République. C’est une lourde responsabilité imposée à mon patriotisme. Mais, avec l’aide de Dieu, le dévouement de notre armée qui sera toujours l’armée de la loi, l’appui de tous les honnêtes gens, nous continuerons ensemble l’œuvre de la libération du territoire et du rétablissement de l’ordre moral dans notre pays ; nous maintiendrons la paix intérieure et les principes sur lesquels repose la société. Je vous en donne ma parole d’honnête homme et de soldat »2.

2Cette majorité d’ordre moral, en fait l’union des monarchistes formée à l’occasion du renversement de Thiers, ne dirige le pays que de manière brève : du 24 mai 1873 au 16 mai 1874, date du renversement du duc de Broglie, vice-président du Conseil, le même à qui Mac Mahon fait appel au lendemain du départ de Jules Simon en mai 1877.

3Mais quelle était au juste cette majorité ? Quelle était la vision qu’en donnaient ses adversaires républicains ? Comment se définissait-elle elle-même ? On terminera en évoquant le sort que lui a réservé l’historiographie postérieure, à la fin du XIXe et au XXe siècles.

La vision des républicains contemporains : une coalition essentiellement négative, orientée vers des pratiques répressives ?

  • 3 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3743 et suiv.
  • 4 Broglie porte le titre de vice-président du Conseil. JO, Débats, Chambre, séance du 21 juillet 187 (...)

4Deux grands débats majeurs permettent de tenter de répondre à la première question. Le premier oppose le républicain Philippe Lepère, représentant de l’Yonne, qui interpelle le gouvernement du duc à propos de la suppression d’un journal d’extrême gauche, au ministre de l’Intérieur Beulé3. Le deuxième met aux prises Jules Favre, représentant du Rhône et le vice-président du Conseil lui-même4 à propos d’une interpellation de Philippe Le Royer, représentant du Rhône et autres relative à la politique intérieure. Dans les deux cas, les orateurs républicains s’interrogent sur la nature de la coalition au pouvoir et sur la notion d’« ordre moral ». « Qu’est-ce que l’ordre moral ? Comment le gouvernement entend-il l’ordre moral ? », s’écrie Lepère dans son intervention du 11 juin 1873.

  • 5 Parmi ces derniers, sont mentionnés : Gambetta, Peyrat, Gent, Esquiros, Crémieux, Naquet.

5Une première critique consiste à souligner le fait que les pratiques gouvernementales ne sont pas particulièrement conformes à la « morale », entendue dans le sens courant du terme, supposant clarté et honnêteté. Ainsi, il n’est pas difficile pour les orateurs républicains de souligner la dissymétrie de traitement que le gouvernement réserve à la presse d’extrême droite et à la presse d’extrême gauche, dont les propos sont durement réprimés, au contraire des premiers. Lepère, protestant contre la suppression d’un journal de gauche, Le Corsaire, mis en cause pour avoir professé des « doctrines antisociales », cite des extraits de la presse d’extrême droite, réclamant que « les conseils de guerre et les balles des soldats » aillent chercher, de préférence aux « subalternes égarés » les « chefs ambitieux »5. Favre livre une autre citation, prise dans une autre feuille, sur le péril révolutionnaire, qui ne serait pas moins dangereux avec Thiers ou Périer qu’avec Gambetta. Le même organe appelle donc « tous les gens de bien [à se former] en ligue pour le combattre ». Dans ces conditions, les dirigeants de la coalition au pouvoir, qui tolèrent de tels propos de la part de leurs partisans sont bien mal venus de se réclamer de la « morale ».

  • 6 Intervention Lepère, 11 juin 1873, réf. cit. note 3.
  • 7 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3747.

6Les orateurs mettent en valeur ce qui leur semble relever de la pure et simple tartufferie, de la part des hommes de l’ordre moral, la contradiction flagrante entre les principes et les actes. Ces « singuliers libéraux » s’opposent à la liberté de la presse ; ces « singuliers conservateurs », en supprimant certains organes de presse, n’hésitent pas, de plus, à mettre en cause le droit de propriété. « Voilà les conservateurs et les libéraux, et si c’est là l’ordre moral qu’ils nous promettent, cet ordre est singulièrement qualifié ! quel ordre ! et quelle moralité ? »6. À la suite de Lepère, Gambetta intervient pour signaler l’existence d’une dépêche de l’Intérieur aux préfets leur demandant de dresser la liste des journaux conservateurs de leur ressort et d’envisager les moyens de leur apporter une aide. « Si cette circulaire est vraie, ajoute-t-il, voilà qui permettra de juger l’« ordre moral » que l’on introduit dans l’administration »7.

7Ainsi donc, la notion d’« ordre moral » apparaît trompeuse, puisque couvrant sous ce vocable, que les orateurs républicains feignent de comprendre dans un sens courant, des pratiques que l’honnêteté réprouve.

8Mais la critique se déploie sur un deuxième terrain : que signifie au juste cette notion ? Est-il légitime de lier la « morale » et tel ou tel type de pouvoir politique, qui demeure d’ailleurs encore dans la conjoncture du moment, fort mal défini, puisque, d’une part, on ne sait à l’heure présente (été 1873) si l’on est ou non définitivement en République, et que, d’autre part, la forme monarchique éventuelle reste bien indéfinie, dans une situation de concurrence entre trois options différentes possibles.

  • 8 Intervention J. Favre, séance du 22 juillet 1873, p. 4914.

9Le premier argument consiste à souligner le fait que tous les gouvernements en place se sont proclamés celui des « gens de bien ». Ainsi, Jules Favre met-il en valeur ce qu’il considère comme un détournement de langage. Se désigner comme le gouvernement des « gens de bien » ne signifie pas grand-chose. Tous les gouvernements victorieux se sont appelés « gens de bien », et ont désigné leurs adversaires comme des « révolutionnaires ». Ainsi, les libéraux du temps de la Restauration, comme Chateaubriand, Benjamin Constant ou... le père du duc de Broglie, étaient désignés comme des ennemis de Dieu, des rois, de l’autorité, des lois8. Voilà qui éclaire, ajoute-t-il, la véritable dimension de l’article cité qui appelle à considérer comme « suspects » tous ceux qui ne sont pas des « gens de bien », au sens que donnaient à ce terme les hommes de l’« ordre moral ». L’utilisation du terme « suspect » n’est évidemment pas due au hasard : il s’agit de souligner, par une référence à la connotation déplaisante (1793) la véritable nature des prétendus « gens de bien ». En outre, Lepère, en s’exclamant « singuliers libéraux », « singuliers conservateurs » semble souligner le fait que les vrais libéraux et les vrais conservateurs se trouvent ailleurs que dans le camp des monarchistes.

  • 9 JO, Chambre, Débats, 1873, p. 3744.

10Les orateurs républicains mettent en valeur le fait que cette liaison entre un type de régime et un « ordre moral » est d’autant plus absurde que précisément, le régime reste encore indéfini. Lepère reprend un des considérants invoqués par l’autorité administrative pour suspendre Le Corsaire : « considérant enfin que Le Corsaire, après avoir été l’objet d’une suspension, n’en a pas moins9 persévéré dans ses attaques contre l’ordre établi ». Habilement, le député républicain joue sur l’incertitude politique du moment. L’« ordre établi » est-il celui de M. Thiers, qu’il considère, lui, Lepère, « sinon comme la réalisation, du moins comme l’espérance et le gage de l’ordre républicain » ? Est-il celui des monarchistes, « l’ordre, sinon établi, du moins celui que l’on préférerait voir établi » ? Jules Favre met davantage en cause les divisions des monarchistes. « Le gouvernement est au pouvoir grâce à la coalition de trois partis qu’il représente ». Alors, le gouvernement est-il pour le légitimisme et le drapeau blanc ? pour la maison d’Orléans ? pour les « hommes du deux décembre » ? La France, conclut-il, ne saurait être mise aux « enchères dynastiques ». Cette discussion sur la question du régime n’en souligne que davantage l’absurdité de la notion d’« ordre moral » : comment peut-on sérieusement prétendre que cet « ordre » serait indissolublement lié à un type de régime politique. Dans le même temps, cette prise de position permet de mettre hors du champ révolutionnaire les républicains, en mentionnant que tous les gouvernements se sont proclamés « gens de bien, conservateurs », Favre indique que l’épithète « conservateur » ne revêt pas nécessairement un sens péjoratif, bien au contraire. « La République sera conservatrice ou ne sera pas », avait proclamé M. Thiers.

  • 10 J.-M. Guislin, L'affirmation du parlementarisme au début de la Troisième République : l'exemple du (...)
  • 11 D. Halévy, La fin des notables, tome II : La République des ducs, chapitre Ier, Paris, Grasset, 19 (...)

11L’action du premier gouvernement d’ordre moral confirme en partie cette présentation négative, qui met l’accent sur la répression politique, à quoi se réduirait le supposé « ordre moral ». Il y a bien eu sous le gouvernement du duc de Broglie, une abondance des textes allant dans le sens de la répression de l’extrême gauche, dirigés contre l’Internationale et le radicalisme, contre les anciens membres de la Commune de Paris, comme Ranc, déchu en décembre 1873 de son mandat de député. Ces textes, il est vrai, se situaient dans la continuité de la période antérieure, où d’autres du même genre avaient été votés par une majorité plus large que celle composée par les groupes de droite, comme le remarque Jean-Marc Guislin10. De même, la loi municipale du 20 janvier 1874 s’insère dans cette catégorie des lois de combat : sans être à proprement parler une loi de répression, elle renforce une tonalité autoritaire, de défiance à l’égard du suffrage universel. Le gouvernement d’« ordre moral » ne met pas en place l’appareil répressif, mais il le renforce : les lois sur la presse du Second Empire, l’état de siège toujours en vigueur dans 43 départements, héritage de la lutte contre la Commune, sont complétés par une loi qui interdit de mettre en cause la souveraineté de l’Assemblée nationale (loi du 23 juillet 1873) – des journaux sont poursuivis pour avoir écrit : « l’assemblée de Versailles ». « Le duc de Broglie », écrit Daniel Halévy, soulignant une situation non dénuée de paradoxes, « avait des principes libéraux, mais le sang des maréchaux du XVIIIe siècle ne coulait pas inerte dans ses veines, et il était dans son tempérament de faire observer le silence dans les rangs »11.

L’« ordre moral » défini par ses partisans

12Le maréchal de Mac Mahon, on l’a vu, avait développé la notion, citant l’aide de Dieu, l’appui de l’armée, celui des « honnêtes gens », les principes sur lesquels repose la société. Il n’était pas l’inventeur de l’expression, Thiers l’avait déjà utilisée. À plusieurs reprises, dans leurs réponses, les responsables gouvernementaux définissent ce qu’est à leurs yeux l’ordre moral.

  • 12 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3745.
  • 13 Le ministre parle d’attaques contre « la liberté des consciences », expression employée dans le se (...)

13Répondant à Lepère, qui avait posé la question : « Qu’est-ce que c’est que l’ordre moral ? comment le gouvernement entend-il l’ordre moral ? »12, le ministre de l’Intérieur Beulé, reprenant les considérants de l’arrêté qui avait frappé Le Corsaire met en valeur deux notions, celle de « doctrines antisociales » et celle d’« ordre établi », la feuille républicaine étant accusée d’avoir défendu les premières et enfreint le second. Les « doctrines antisociales » : ce sont celles qui portent atteinte à la propriété, à la religion13, à la famille, bref, à « toutes les institutions sociales qui nous protègent à notre berceau et qui nous consolent jusqu’à notre dernière heure ». La réponse du ministre reflète d’ailleurs quelque embarras, dans la mesure où il doit reconnaître qu’il est bien difficile d’accuser les républicains de porter atteinte à la propriété. L’« ordre établi », pour le ministre, c’est celui de l’Assemblée nationale, titre qui lui a été « décerné par le pays tout entier », et dont la contestation par Le Corsaire (qui parlait d’« assemblée de Versailles ») a été la cause de la suppression de ce journal. C’est aussi l’état de siège, dont il se plaît à rappeler qu’il a été établi par les gouvernements précédents.

14« Cette loi tutélaire pour les bons doit intervenir chaque fois que les attaques se multiplient ou persévèrent contre la société et contre la représentation nationale », conclut le ministre Beulé. De cette intervention, plusieurs conclusions peuvent être tirées. 1) Il s’agit bien de défendre des principes d’organisation sociale, dont les fondements seraient la famille et la religion ; Beulé réaffirme ici un credo traditionaliste bien connu. 2) Aucune conclusion claire ne saurait être tirée dans le domaine politique ; aucune considération de nature dynastique, et pour cause, ne vient ponctuer le discours du ministre ; tout au plus, est-il affirmé que l’Assemblée est un pouvoir légitime, issu du choix populaire. 3) Cet ordre est établi dans l’intérêt des « bons » (sic). On retrouve ici les connotations moralisantes de l’« ordre moral » : « les pères de famille », les « bons citoyens », les Français « qui ont juré de se relever par le travail, la conduite, la fermeté des principes, l’amour du bien, de la loi ». Un tel discours n’est pas sans portée politique, à deux points de vue. Il tente, d’abord de créer un clivage entre les partisans de l’ordre social et les autres ; il permet de dissimuler les querelles de « politique pure », de nature dynastique. Mais il les masque mal et il apparaît délicat de créer un tel clivage, les républicains pouvant de plus en plus difficilement passer pour des ennemis de l’ordre social, ce que reconnaît d’ailleurs l’orateur, sauf sur les questions concernant la religion.

15Un mois plus tard, le 21 juillet 1873, répondant à Jules Favre et à son reproche de mise aux « enchères dynastiques », le duc Albert de Broglie apporte une réponse plus complète et plus développée, explicitant les propos du ministre Beulé.

161. Il existe bien, dit-il, dans cette assemblée, une « majorité » et une « minorité ». La majorité – il n’utilise pas le vocable « ordre moral » – est unie autour des grands principes sur lesquels la société repose, ce qui n’est pas le cas de la minorité républicaine, à la gauche de laquelle se développent les doctrines radicales. Il en résulte qu’il n’y a dans la minorité aucune unité de vue, ni sur les principes sociaux, ni sur le principe politique, ajoute-t-il, en soulignant les divisions entre républicains conservateurs et républicains radicaux. C’était une manière de répondre aux opposants qui soulevaient sans cesse la question dynastique.

172. Cette majorité, au contraire des républicains, est unie sur l’essentiel, c’est-à-dire les principes qui fondent la société. Cette union, qui se réalise « sur un terrain étranger à la politique », se fait précisément en dehors des clivages politiques. Elle doit se réaliser entre « tous les conservateurs sous quelque drapeau qu’ils fussent rangés ». Cette union déborderait donc le camp monarchique. Cet appel vise un double objectif : d’une part, masquer les divisions dynastiques ; d’autre part, élargir le camp conservateur en y intégrant les républicains conservateurs.

183. Mais, après l’appel à l’union, un point délicat est abordé : l’engagement de l’administration. Le gouvernement, en effet, a dû prêter son appui à toutes ces forces sociales groupées autour du gouvernement, un appui non seulement matériel, mais encore moral et légal. Il a fallu, ajoute le vice-président du Conseil, choisir des fonctionnaires « animés de l’esprit de cette majorité qui avait édicté l’ordre du jour du 24 mai, en dehors de toute pensée politique (rires à gauche), laissant et réservant la question du gouvernement, uniquement préoccupée de conduire la lutte contre les doctrines sociales ».

19Les rires redoublent à gauche, mais ne faut-il pas nuancer ? Sans doute un tel discours reflète-t-il une réalité politique péniblement vécue par les droites, la division dynastique et une compétition accrue entre les prétendants, en particulier entre la branche de la monarchie césarienne et les autres. Mais ce discours va au-delà. Broglie est sans doute sincère quand il dit considérer la question dynastique comme secondaire. L’essentiel est de fonder la société sur des bases solides, le respect des hiérarchies et le maintien des cadres « naturels ». Pour Broglie, l’essentiel reste de maîtriser les élans inconsidérés du suffrage universel et de préserver les hiérarchies traditionnelles, seules à même d’exercer ce contrôle salutaire. En matière de politique pure, Broglie insiste sur le droit souverain de l’Assemblée, « hautement et pleinement affirmé ». Mais il insiste peu sur le fondement de cette légitimité, la souveraineté populaire, dont elle est issue. Ce discours démontre bel et bien la crainte de voir disparaître le caractère hiérarchique de la société, même si ces principes diffèrent entre les tendances, comme on le verra plus loin.

20Ainsi, scrutant le discours des responsables du régime dit d’« ordre moral », on peut y lire, à coup sûr, une manœuvre de politique pure, destinée classiquement à renforcer leur propre camp (l’union sur le plan des principes sociaux, puisque l’union sur le plan dynastique est impossible) et à affaiblir leurs opposants (en tentant de rallier à cette majorité sur les principes sociaux les républicains les plus à droite). Faut-il pour autant écarter une crainte réelle de voir mises en cause les structures d’encadrement de la société, sans lesquelles il y aurait un risque d’effondrement social. Il s’agirait bien alors de préserver les conditions même d’une société organisée hiérarchiquement, grâce au maintien de garde-fous indispensables. La division dynastique ne saurait masquer le fait que les trois tendances ont intérêt, toutes les trois, à maintenir un ordre hiérarchique, même si leurs conceptions sociales et politiques n’assignent pas à cet ordre la même origine philosophique.

Visions postérieures et rétrospectives de l’« ordre moral »

21Plusieurs approches se sont succédées relatives à cette coalition de l’« ordre moral », un des rares cas d’union des droites. Il faut remonter au Parti de l’Ordre (1849) pour trouver un précédent de ce type d’union. Les commentateurs postérieurs se sont posés la question de savoir si la coalition d’ordre moral représentait un simple accommodement de circonstance, ou si, au contraire il était possible de constater entre ses diverses composantes une unité profonde.

  • 14 Ch. Seignobos, Histoire politique de l’Europe contemporaine. Evolution des partis et des formes po (...)
  • 15 Op. cit. p. 230. L’auteur mentionne les pèlerinages à Paray-le-Monial, la décision d’édifier la bas (...)

221 – Une première catégorie d’interprétations reprend les thèses des républicains de combat des années 1870. Cette coalition ne présenterait qu’un programme purement négatif. Charles Seignobos développe cette idée : « Sur trois questions essentielles, la coalition avait un programme commun : 1) ne pas laisser les républicains reprendre le pouvoir ; 2) ne pas laisser établir officiellement la République ; 3) ne pas contrarier l’action du clergé. Le gouvernement s’entendit avec l’assemblée sur les mesures négatives »14. L’historien républicain insiste sur les mesures de contrôle des autorités locales et de la presse, sur le report de la question du régime, et surtout sur les mesures favorables au clergé catholique15. Les divisions des droites sont évoquées, principalement du point de vue dynastique, dans le cadre d’une description institutionnelle.

  • 16 D. Halévy, La fin des notables, op. cit., tome II, chapitre I.

232 – Mais d’autres vont plus loin. Émile Littré démontra que cette formule d’ordre moral sonnait creux, non tant à cause des divergences dynastiques que des différences philosophiques qui inspiraient ces groupes. Voici comment Daniel Halévy expose cette thèse qu’il reprend en 1937 : « À l’intérieur de ces groupes, l’ordre et la morale sont différemment conçus. Pour le légitimiste, l’ordre, c’est le respect du droit divin, et la morale, c’est ce qu’ordonne l’Église. Pour l’orléaniste, l’ordre a pour source la raison, et sa forme sociale est le parlementarisme. Pour le bonapartisme, la morale compte assez peu : l’ordre vient de César »16. Ces trois groupes ont chacun leur valeur, mais ils sont incompatibles et ne peuvent s’unir que de façon négative. Dans l’incapacité de proposer un remède commun, ils s’unissent dans le rejet du socialisme, de la République et de la libre-pensée. Même si cette vision reste un peu schématique – le bonapartisme n’est pas si dénué de morale que le républicain Littré veut bien le dire ; les orléanistes, certes adeptes de la raison, se sont pour beaucoup, dans la deuxième partie du XIXe siècle, préoccupés des aspects religieux de l’existence –, elle n’en est pas moins riche d’avenir, par sa tentative d’éclairer culturellement les divergences dynastiques.

  • 17 F. Goguel, La politique des partis sous la Troisième République, Paris, Edition André Sauret, 1973 (...)
  • 18 Cf. B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier, collection historique, 1988.

24Comme on sait, ce type d’analyse, fondée non sur la question du régime, mais sur des constructions culturelles, fut brillamment repris par les historiens postérieurs à Halévy. François Goguel, dans La Politique des partis sous la Troisième République, distingue l’Ordre établi et le Mouvement, expressions reprises au vocabulaire de la monarchie de Juillet, la Résistance – impossible à utiliser dans le contexte de 1946 – étant transformée en une autre expression répandue au temps de l’ordre moral, l’Ordre établi17. François Goguel distingue à l’intérieur de l’Ordre établi les trois tendances, légitimiste, orléaniste, bonapartiste et en trace un tableau culturel autant que politique. Les légitimistes, qui revendiquent un rôle dirigeant, en acceptent aussi les devoirs. Habitués à « la protection traditionnelle du château sur la chaumière », ils admettent mal l’exploitation industrielle des masses ouvrières. Les orléanistes, caractérisés par un grand sens de l’État, sont défavorisés par attachement à la hiérarchie sociale et leur dédain « pour ceux qui leur étaient inférieurs par la naissance, la culture ou la fortune ». Sur le bonapartisme, Goguel écrit : « le conservatisme bonapartiste se distinguait surtout de celui des royalistes en ce qu’il était plus sommaire, plus matériel et plus pratique. Les intérêts qu’il voulait défendre étaient à peu près exclusivement ceux de la fortune acquise et des chefs d’entreprise. L’ordre qu’il réclamait était policier plutôt qu’organique et moral ». Même si, là encore, l’auteur réduit la capacité de mobilisation politique du bonapartisme à de simples mesures de police, et par là même, sous-estime ses soutiens sociaux, notamment populaires18, sa description met l’accent sur les divisions profondes de la coalition des droites des années 1870. Pour lui, l’alliance de l’« ordre moral » relève d’une opération purement tactique, au détriment des grands principes politiques souvent invoqués.

  • 19 R. Rémond, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982. La première édition date de 1954.

25Quelques années plus tard, en 1954, René Rémond devait reprendre et systématiser dans un ouvrage magistral cette analyse19. René Rémond mit en valeur les aspects religieux qui opposèrent les monarchistes, jusque-là considérés comme secondaires, notamment l’affaire de la basilique de Montmartre : les légitimistes voulaient consacrer la France au Sacré-Cœur, au contraire des orléanistes, même si ces derniers soutenaient la proposition qui déclarait d’utilité publique la construction d’une église dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Il est d’ailleurs remarquable que c’est précisément sur les questions religieuses et sociales, soit ce qui constituait l’essence même de l’ordre moral, que les divergences apparaissent entre les tendances conservatrices. Même si des correctifs ont pu être apportées, cette approche culturelle reste largement fondée.

  • 20 R. Hudemann, Fraktionsbildung im französischen Parlament. Zur Entwicklung des Parteiensystems in d (...)

263 – Des nuances ont toutefois été apportées à ces analyses particulièrement brillantes. Il a pu être remarqué que, si la thèse de l’existence des trois « tempéraments » conservait toute sa pertinence pour les années 1870, la réalité avait été un peu différente. Rainer Hudemann a montré que la réalité parlementaire organique, celle des « réunions », groupes, sous-groupes ne se calquait pas totalement sur cette réalité culturelle20. Il a été possible de mettre en valeur une certaine diversité, en distinguant des conservateurs modérés, des légitimistes modérés, etc., à côté des représentants purs et durs de ces tempéraments ; ces éléments « modérés » ont, par leur aptitude au compromis, joué un grand rôle dans la mise en place institutionnelle de la Troisième République.

27Quel pouvait bien être l’enjeu véritable des élections de 1877, après la dissolution, se demande Daniel Halévy. De fait la double question posée du temps de l’ordre moral paraissait peu pertinente. Sur le plan des institutions politiques, un accord des centres avait tranché la question par les lois constitutionnelles de 1875. Certes, les textes constitutionnels conservaient une marque conservatrice (le mode de désignation des sénateurs, par exemple), mais l’essentiel était bien l’instauration d’un régime parlementaire, que ne rejetaient pas de nombreux conservateurs. L’ordre social – et donc moral – était-il menacé ? Les républicains avaient convaincu l’opinion que les fondements de la société, en particulier la propriété, ne courraient avec eux aucun danger. Sans doute le poids de la question religieuse a-t-il été plus lourd. Le maréchal et le duc voulaient en effet défendre la présence de la religion dans la vie publique, assurer celle des petits frères dans les écoles, maintenir ses manifestations extérieures, comme les processions dans les rues, mais il faut se garder de surévaluer ce clivage. Daniel Halévy écrit à ce sujet que le maréchal et le duc « ne voulaient pas que ces choses fussent dites trop haut », et rejetaient les excès de l'ultramontanisme. La défense de la famille ? Mais on imagine mal sa remise en cause dans la France des années 1870, sauf de la part de personnalités marginales, tant l’institution semble ancrée. Le sens d’« ordre moral » au sens de système tendant à imposer une norme publique dans la vie privée est d’ailleurs postérieur, et s’est développé dans la deuxième partie du XXe siècle. Ce qui restait en jeu, c’était la notion d’une société hiérarchisée. L’ordre moral tendait surtout à perpétuer « la République des ducs », encore dominant dans l’ensemble de l’Europe, alors que les républicains souhaitaient une société plus ouverte, où la promotion est possible. C’est bien ainsi que le perçut une grande partie de l’opinion, qui, rejetant cette conception d’une élite fermée ou à peine ouverte, assura leur triomphe.

Notes

1 J.-M. Mayeur, La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984.

2 JO, Débats, Chambre, séance du 27 mai 1875.

3 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3743 et suiv.

4 Broglie porte le titre de vice-président du Conseil. JO, Débats, Chambre, séance du 21 juillet 1873, p. 4910 et suiv.

5 Parmi ces derniers, sont mentionnés : Gambetta, Peyrat, Gent, Esquiros, Crémieux, Naquet.

6 Intervention Lepère, 11 juin 1873, réf. cit. note 3.

7 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3747.

8 Intervention J. Favre, séance du 22 juillet 1873, p. 4914.

9 JO, Chambre, Débats, 1873, p. 3744.

10 J.-M. Guislin, L'affirmation du parlementarisme au début de la Troisième République : l'exemple du Pas-de-Calais (1871-1875). Préface de Philippe Levillain, Arras, Artois Presses Université, Collection Histoire, 2004, chapitre IX.

11 D. Halévy, La fin des notables, tome II : La République des ducs, chapitre Ier, Paris, Grasset, 1937.

12 JO, Débats, Chambre, séance du 11 juin 1873, p. 3745.

13 Le ministre parle d’attaques contre « la liberté des consciences », expression employée dans le sens d’attaques contre la religion.

14 Ch. Seignobos, Histoire politique de l’Europe contemporaine. Evolution des partis et des formes politiques. 1814-1914, Paris, A. Colin, 1927 (7e édition). La première édition date de 1897,20 ans seulement après le « Seize-Mai ».

15 Op. cit. p. 230. L’auteur mentionne les pèlerinages à Paray-le-Monial, la décision d’édifier la basilique du Sacré-Coeur à Montmartre, la question des enterrements civils.

16 D. Halévy, La fin des notables, op. cit., tome II, chapitre I.

17 F. Goguel, La politique des partis sous la Troisième République, Paris, Edition André Sauret, 1973, préface de René Rémond. La première édition de cet ouvrage date de 1946. p. 44 et suiv. de l'édition citée., chapitre Ier de la première partie.

18 Cf. B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, Aubier, collection historique, 1988.

19 R. Rémond, Les droites en France, Paris, Aubier, 1982. La première édition date de 1954.

20 R. Hudemann, Fraktionsbildung im französischen Parlament. Zur Entwicklung des Parteiensystems in der frühen Dritten Republik (1871-1875), Munich, Artemis Verlag, 1979.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540