Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

La répression gouvernementale dans le département du Nord pendant la crise du Seize-Mai

Bernard Ménager

Texte intégral

1Le Nord offre un exemple intéressant de la pression administrative exercée sur les citoyens afin de mener à bien l’entreprise du Seize-Mai : renverser la majorité républicaine à la Chambre des députés à la faveur de la dissolution de la précédente assemblée et d’un succès attendu au scrutin d’octobre 1877. L’enjeu y est important, dix-huit sièges à renouveler et les marges de reconquête assez nettes. La victoire républicaine dans le Nord en février 1876, est imputable pour beaucoup à l’importance des abstentions (29 %) qui ont prioritairement touché l’électorat des droites monarchistes découragées après le vote des lois constitutionnelles de 1875. Elles ont alors déserté le combat électoral dans cinq circonscriptions et présenté des candidatures étrangères au département dans trois autres. Si l’on ajoute que l’écart des suffrages était inférieur à 1000 voix dans trois circonscriptions, un renversement de majorité était envisageable dans le Nord pourvu que les droites, unies et appuyées par les pouvoirs publics, se mobilisent pour faire élire des candidats en partie renouvelés et bien choisis. Ce fut en fait ce qui se produisit. Le département du Nord désigna dix élus de droite sur dix-huit, la gauche perdant cinq sièges soit 12,5 % de ses pertes nationales. Si l’évolution avait été la même dans les autres départements, l’entreprise du Seize-Mai eût été couronnée de succès.

2Faut-il pour autant imputer à la seule pression administrative le renversement de la majorité nordiste ? L’invalidation de trois nouveaux élus conservateurs suivie de leur défaite aux élections complémentaires de 1878 pourrait le laisser penser. Il convient de faire le bilan de l’intervention administrative, d’évaluer son poids réel et d’analyser la stratégie des pouvoirs publics locaux pour conclure sur son impact électoral et sur les autres éléments conjoncturels ayant pu peser sur le vote.

Le dossier à charge

3L’action de l’administration s’est fait sentir dans trois domaines : l’épuration administrative, la fermeture et le contrôle de cercles et de cabarets, la censure de diverses publications républicaines.

L’épuration administrative

  • 1 Le précédent préfet, Lizot, était un conservateur désireux de revenir dans son département d’origin (...)
  • 2 AN, Flbl 170-9, Dossier personnel de Perin.

4Elle touche tout d’abord le personnel préfectoral. Si le changement de préfet n’a pas de signification politique car le précédent était conservateur1, les quatre sous-préfets républicains en fonction à Hazebrouck, Douai, Valenciennes et Avesnes-sur-Helpe sont mis en disponibilité. Bien plus, Périn, pourtant conservateur, est écarté de Dunkerque pour « manque de combativité »2.

  • 3 Archives départementales du Nord (AdN), M. 37-6, Enquête parlementaire sur le 16 mai.

5Dix-huit maires ont été révoqués ou suspendus tout comme douze adjoints et quatre conseils municipaux ont été dissous notamment à Maubeuge et à Roubaix. Deux commissaires de police ont été écartés des communes d’Holque dans l’arrondissement de Dunkerque (canton de Bourbourg) et de Condé-sur-Escaut dans celui de Valenciennes. Le préfet a en outre suspendu deux juges de paix, deux gardes-champêtres, le médecin du Bureau de Bienfaisance de la commune de Rosendaël (canton de Dunkerque Est). Mais la mesure ayant suscité le plus de réactions fut le déplacement de l’ingénieur en chef du port de Dunkerque (cf. infra)3.

La fermeture des cercles et le contrôle des cabarets

  • 4 Idem.
  • 5 44 pour ces seuls arrondissements [AdN, M. 37-6]. On craignait l’immixtion de Belges dans les zones (...)

6Quatre cercles ont été fermés : L’Union et Le Cercle des Travailleurs étaient deux sociétés lilloises d’instruction publique et d’enseignement mutuel accusées de n’avoir pas respecté leurs statuts en se livrant à des activités politiques tout comme Le Cercle du Progrès de Dunkerque déjà fermé une première fois sous l’ordre moral (1873-1874). Le Cercle civil et industriel de Maubeuge ne fut pas non plus épargné4. Soixante-dix cabarets ont été fermés surtout dans la région lilloise et dans l’Avesnois5. En outre, la circulaire préfectorale du 23 septembre 1877 interdit dans les lieux publics le dépôt et la circulation des listes de souscriptions destinées à soutenir financièrement l’impression des tracts et affiches électoraux.

La censure des écrits républicains

7Les mesures prises par l’administration visent à entraver la diffusion et la publication de divers écrits républicains : articles de journaux, affiches, tracts et circulaires électorales.

8La vente des journaux républicains sur la voie publique est interdite par arrêté préfectoral le 13 juillet. Seul, L’Echo du Nord, organe très modéré, échappe à cette interdiction. La mesure vise les kiosques et les débits de tabac. Le Progrès du Nord intenta en vain un recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal administratif qui se déclara incompétent (numéros des 17 juillet et 12 août 1877).

9La circulaire préfectorale du 23 septembre prescrit un strict contrôle de l’envoi des journaux à leurs seuls abonnés dont les noms seront communiqués par les gérants aux autorités. Les colporteurs sont invités par ailleurs à demander le renouvellement de leur autorisation dans les quinze jours. Trente-deux d’entre elles sur quatre-vingt-deux sont refusées et quatre retraits ultérieurs opérés tandis qu’une cinquantaine de nouvelles autorisations furent accordées à des colporteurs offrant toute garantie.

  • 6 AdN, M 37-6.

10La circulaire du 11 octobre demande une surveillance sévère de l’affichage à la veille du scrutin pour empêcher la diffusion de propos « outrageants et diffamatoires ». Le préfet invoque à cette fin l’application de lois ordinaires. Celle de 1814 impose aux imprimeurs le dépôt préalable au Parquet des articles de journaux, la loi de 1849 (article 7) prescrit la même obligation pour tout écrit politique vingt-quatre heures avant sa diffusion et enfin, la loi du 30 novembre 1875 vise de la même manière les circulaires électorales. À cet arsenal juridique, le sous-préfet de Dunkerque ajouta les lois de 1820 et 1868 qui permettent de saisir tout écrit diffusé sans autorisation préalable6.

  • 7 Cf. Communication de J.-M. Guislin, infra.

11En application de ces dispositions, le journal républicain de Valenciennes, Le Courrier du Nord, fut saisi à trois reprises et poursuivi pour fausses nouvelles après la publication de la circulaire électorale du candidat républicain Girard (deuxième circonscription de Valenciennes) qui avait reproduit le décret du gouvernement italien sur les fortifications de Rome, décret présenté comme un prélude à une guerre franco-italienne en cas de victoire des conservateurs cléricaux soucieux de rétablir le pouvoir temporel du pape7. Il fut condamné le 24 novembre à 200 francs d’amende. Quatre mille circulaires et dix mille bulletins de vote furent saisis dans l’arrondissement de Valenciennes.

  • 8 B. Ménager, La vie politique dam le département du Nord de 1851 à 1877, Lille, ANRT, trois volumes, (...)

12D’autres procès furent engagés par ailleurs contre la presse républicaine. Le Progrès du Nord fut poursuivi pour offense au président de la République après avoir reproduit dans ses colonnes la célèbre apostrophe de Gambetta à Mac Mahon, prononcée à Lille le 15 août : « Quand le suffrage universel se sera prononcé, il faudra se soumettre ou se démettre ». Le gérant de L’Observateur d’Avesnes-sur-Helpe fut condamné à dix jours de prison et à 2000 francs d’amende pour avoir publié un article du Courrier du Nord hostile à l’administration préfectorale8.

  • 9 Le Progrès du Nord, 11 octobre 1877. Un autre candidat conservateur, Lefebvre-Pontalis [première ci (...)

13Il faut enfin porter au débit de l’administration certains procès intentés par des candidats conservateurs avec probablement son aval. Le candidat officiel dans la troisième circonscription de Lille, Catteau, porte ainsi plainte contre Le Petit Roubaisien pour « offense au président de la République et outrages aux bonnes mœurs », griefs qui sont la marque des pouvoirs publics plutôt que des ressentiments personnels9. En revanche, le procès intenté au Progrès du Nord par le candidat officiel, dans la première circonscription de Lille, Henri Bernard pour l’avoir accusé « de détester la République » relève plutôt d’une mise en cause personnelle (numéro du 12 octobre).

14Le bilan de l’action coercitive des pouvoirs publics fait apparaître une intervention prioritaire contre les écrits politiques, les mesures contre les personnes apparaissant plus retenues. Mais il convient d’aller au-delà de ce constat, d’évaluer l’importance relative de cette politique répressive et de discerner la stratégie des pouvoirs publics pendant une campagne fortement mobilisatrice.

Une répression relativement modérée et ciblée

Tentative d'évaluation

  • 10 B. Ménager, op. cit., tome III, p. 1120.
  • 11 AdN, M 37-6 et AN, Flb2 Nord 12 à 35, Administration communale, Dossiers par commune.

15L’épuration administrative est demeurée limitée. 2,7 % des maires ont été remplacés. C’est moins que la moyenne nationale (3,7 %) et moins que sous l’ordre moral dans le Nord en 1873 et 1874 (7 %). L’épuration gambettiste de 1870 avait été plus sévère encore dans le département (20 %) sans parler de la répression bonapartiste après le coup d’État de 2 décembre 1851 (24 %)10. La moitié des mesures est motivée par des fautes administratives et des écarts de conduite des maires : refus d’afficher Le Bulletin des Communes (2 cas), outrages envers l’autorité supérieure (3 cas), ivresse sur des lieux publics (2 cas), défaillance de l’autorité face à des troubles dans la commune (2 cas). À Sains (arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe), le maire est accusé d’avoir laissé prendre à partie des pèlerins de retour d’un pèlerinage à Notre-Dame de Grâce à Cambrai. Les griefs politiques ne sont évoqués que dans six cas : refus de laisser apposer les affiches blanches réservées aux candidats gouvernementaux (2), tolérance à l’égard d’affiches jugées insultantes pour ces derniers (2), propos hostiles contre le candidat officiel. Une neutralité rigoureuse est exigée des maires mais seulement à l’égard des candidatures républicaines. L’engagement aux côtés du candidat gouvernemental est au contraire approuvé. Dans quatre cas enfin, la révocation n’est pas motivée. Il s’agit de villes où l’administration préfectorale entend revenir sur le choix de maires républicains en 1876 à Roubaix, et dans l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe (Maubeuge, Landrecies et Solre-le-Château). Dans les deux premières de ces cités, c’est tout le conseil municipal qui a été suspendu11. Cette épuration des mairies est circonscrite essentiellement à l’Avesnois (11 sur 18) où l’autorité supérieure veut faire battre le député sortant, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Jules Simon, Émile Deshayes de Marcère, et où la culture politique des fonctionnaires locaux est différente de celle du reste du département. Les maires y sont plus frondeurs et moins déférents à l’égard de la hiérarchie.

  • 12 AN, F 7 12683, Dépêches du 18 août, 23 septembre et 5 octobre 1877. AdN, M 37-6, Dépêche du 14 sept (...)
  • 13 Auguste Paris, ministre des Travaux publics, évoque plusieurs fois dans sa correspondance le cas de (...)
  • 14 Journal officiel, Débats parlementaires, séances des 1er et 3 juin 1878.

16Peu de fonctionnaires ont été frappés dans les autres administrations. La magistrature du Parquet est épargnée tout comme les commissaires de police. Il a été fait droit au refus de celui de Dunkerque d’être muté, avec avancement, au Creusot. Il n’a pas été donné suite aux demandes ministérielles d’écarter les commissaires de Maubeuge et du Quesnoy. Il en est de même pour plusieurs fonctionnaires des douanes dans l’Avesnois12. La critique républicaine s’est concentrée sur le déplacement de l’ingénieur en chef du port de Dunkerque, Monsieur de Plocq, car le candidat conservateur Frédéric d’Arras en avait fait la condition de l’acceptation de sa candidature (dans la première circonscription), considérant que cet ingénieur était le bras droit du député républicain sortant Jean-Baptiste Trystram13. Le fait a pesé lourd dans la décision de la Chambre des députés d’invalider en 1878 le nouvel élu de droite. Ce dernier avait en vain allégué pour sa défense que l’utilisation trop partielle des crédits alloués pour la modernisation du port avait donné matière à critique14.

  • 15 AdN, M 37-6.

17La fermeture des cercles et lieux de réunion demeure localisée dans quelques villes. La plupart des sous-préfectures sont épargnées mais le tissu associatif républicain y était sans doute réduit. Les loges maçonniques ne sont pas touchées tout comme les sections locales de la Ligue de l’Enseignement. Le nombre de cabarets fermés peut paraître important mais il ne représente que 0,3 % du total. Les fermetures sous le gouvernement de l’ordre moral avaient été nettement plus importantes (155 en 1873, 156 en 1874). Les motifs politiques - tenue de réunions non autorisées, colportage de brochures hostiles - sont moins nombreux (15 cas) que les reproches d’ordre éthique - atteinte aux bonnes mœurs, violences, ivresse, libertinage (34 cas) ou la non-observation des règlements (19 cas) -. Mais ces sanctions administratives ont sans doute davantage frappé les tenanciers républicains que les autres15.

  • 16 Journal officiel, Débats parlementaires, séance du 4 mai 1878.

18La répression des écrits apparaît nettement plus sévère comme en témoigne l’acharnement des autorités à poursuivre Le Courrier du Nord et le candidat républicain de Valenciennes, Alfred Girard, pour délit de fausses nouvelles (cf. supra). La procédure fut engagée au départ d’un commun accord entre les hiérarchies judiciaire et préfectorale. Mais le procureur général de la Cour de Douai et le ministre de la Justice désavouèrent le renouvellement des poursuites décidées par le procureur de Valenciennes et l’administration préfectorale alors que Girard s’était contenté de reproduire sans commentaires le décret du gouvernement italien sur les fortifications de Rome. Le rapporteur à la Chambre des députés de la proposition d’invalidation du nouvel élu conservateur ne manqua pas de souligner l’humiliation infligée en la circonstance à l’autorité judiciaire. On aurait même fait courir le bruit que le candidat républicain avait été arrêté et qu’il était inutile de voter pour lui. Cet élément du dossier pesa sur la décision d’invalidation16.

  • 17 Idem, séance du 3 juin 1878.

19Dans l’arrondissement de Dunkerque, le sous-préfet multiplia les procès, trente-huit selon le rapporteur de la proposition d’invalidation de l’élection du candidat conservateur. Les poursuites étaient motivées pour défaut de dépôt préalable des affiches et circulaires diverses émanant du camp républicain. L’imprimerie aurait été assiégée par les forces de l’ordre pour empêcher la sortie des imprimés non autorisés. L’administration serait allée jusqu’à refuser des convocations à des réunions électorales pour défaut de précisions sur l’heure de la réunion !17

20Si l’on accorde foi au rapporteur de la proposition d’invalidation du député bonapartiste Jules Amigues dans l’arrondissement de Cambrai (deuxième circonscription), les autorisations accordées aux colporteurs ont été l’objet d’un traitement discriminatoire selon les opinions politiques des intéressés. Les républicains ont vu leur demande rejetée alors que des nouvelles autorisations ont été accordées aux agents bonapartistes. Le journal L’Aigle a été répandu à profusion par ces derniers.

21Ainsi donc, la répression s’est révélée sélective, évitant dans une large mesure l’épuration administrative, gardant une certaine retenue en matière de réunion et d’association, mais se montrant en revanche sévère à l’égard des écrits. Ce ciblage pose le problème de la stratégie des pouvoirs publics.

Une action politique adaptée au terrain régional

22L’attitude des pouvoirs publics est conditionnée par la personnalité des acteurs de la répression et par le contexte politique du Nord.

Une administration préfectorale relativement modérée

  • 18 AN, F 1 b1 177-2, Dossier personnel de Welche. Voir également : J.-M. Guislin, « Les préfets du Nor (...)
  • 19 AN, FI b2 Nord 24, Dossier Inchy et 29, Dossier Quiévrechain, Dépêche du préfet du 18 septembre 187 (...)

23Charles Welche nommé au lendemain du 16 mai n’a rien d’un préfet « à poigne » bonapartiste. Certes, sa famille a des attaches napoléoniennes et son grand-père fut chef de bureau au ministère de l’Intérieur et secrétaire général à la préfecture des Vosges sous le Premier Empire. Mais c’est avant tout un juriste, ancien magistrat, sensible à l’État de droit, peu porté aux abus de pouvoir caractéristiques. Ancien maire de Nancy, il comprend les susceptibilités municipales et la méfiance de certains édiles à l’égard du pouvoir central. Son expérience préfectorale ne date que des débuts de la Troisième République et il n’a pas participé aux excès du Second Empire18. Il est doté d’un caractère amène et conciliant, loué même par ses adversaires dans le département du Rhône d’où il arrive. Il a enfin d’autres centres d’intérêt que la victoire conservatrice dans le Nord aux élections d’octobre 1877, étant lui-même personnellement candidat à Nancy (où il est battu). Welche freina ainsi l’épuration administrative. Il défendit les maires républicains d’Inchy et de Beaumont (canton du Cateau, arrondissement de Cambrai) ainsi que de Quiévrechain (canton de Valenciennes Est) jugés loyaux envers Mac Mahon19. Il ne donna pas suite, non plus, à d’autres demandes d’épuration dans le personnel des douanes et des commissaires de police (cf. supra). Il s’attira ainsi un certain satisfecit de la part du Progrès du Nord lors de son départ de Lille. L’organe de presse dirigeant des républicains estimait, malgré ses démêlés avec le préfet du Nord et la nomination de ce dernier au ministère de l’Intérieur dans le cabinet de Rochebouët, que, « tout en se rendant coupable d’abus, il avait évité les excentricités tapageuses » (26 novembre 1877). Sa formation de juriste explique qu’il ait usé en revanche de tout l’arsenal législatif pour contrer la propagande républicaine.

  • 20 AN, F 1 b1, Dossier personnel de Le Gonidec.
  • 21 AN, F 1 b1, 166-2, Dossier personnel de Habert.

24Les nouveaux sous-préfets sont dans l’ensemble des conservateurs modérés. Le successeur de Le Gonidec à Douai reconnut « sa modération dans l’exécution des ordres reçus »20. Son collègue Habert, sous-préfet d’Avesnes, était un conservateur opposant sous le Second Empire, lié au marquis de Gramont, et les bonapartistes se méfiaient de lui21. La répression dans l’Avesnois fut imposée par le ministère de l’Intérieur qui voulait faire battre coûte que coûte de Marcère. Le seul sous-préfet « à poigne » fut celui de Dunkerque, Loubens, ancien sous-préfet du Second Empire qui multiplia les actes d’intimidation pendant la campagne électorale.

Un contexte politique départemental particulier

  • 22 Journal officiel, Débats parlementaires, séance du 4 mai 1878.

25La relative modération des pouvoirs publics s’explique aussi par les traditions politiques du Nord. Le département est réticent à l’égard de la candidature officielle. Six candidats bénéficiant de ce label avaient été battus sous le Second Empire malgré les pressions administratives. Dans six autres scrutins d’arrondissement, l’administration avait renoncé à présenter un candidat officiel. Les électeurs du Nord étaient jaloux de leur indépendance lorsque le choix de l’administration ne leur convenait pas. Deux anciens députés de l’Empire, candidats gouvernementaux dans les quatrième et cinquième circonscriptions de Lille (Georges Brame et Robert des Rotours) refusent l’affiche blanche officielle pendant la campagne électorale d’octobre 1877. Les conservateurs préfèrent avoir recours à des pressions d’ordre privé. La compagnie minière d’Anzin fut mise en cause, la mort de Thiers ayant permis son retour dans le giron conservateur. Le baron Alexis de La Grange, autre élu du Nord (première circonscription d’Hazebrouck) et régisseur de la compagnie, rejeta l’accusation. La proposition d’invalider le député conservateur élu s’appuya sur la lecture à la Chambre des députés d’une dépêche du sous-préfet de Valenciennes demandant au gouvernement d’exercer une pression sur la compagnie d’Anzin pour quelle s’engage dans la campagne électorale. Le fait ne prouve pas que la compagnie ait obtempéré. Des accusations semblables furent portées contre les compagnies de Thivencelles et de Fresnes Midi : le gouvernement aurait promis de récompenser le zèle des intéressés en amortissant le remboursement de leurs dettes envers l’État22. L’état de la documentation ne permet pas de vérifier ces assertions. Elles montrent que les pressions d’ordre privé étaient jugées plus efficaces que celles de l’administration.

26Les populations du Nord sont par ailleurs attachées à leurs beffrois, hostiles à la centralisation administrative et encore plus aux épurations municipales, état d’esprit reflétant le souvenir des antiques franchises flamandes. Elles ont peu goûté les épurations massives du dix-neuvième siècle. L’administration préfectorale a pris en compte ces réticences. Elle est moins retenue d’agir contre les cercles et les cabarets, à propos desquels l’opinion peut s’inquiéter de l’ingérence de meneurs étrangers (cf. supra note 5).

27Ainsi les autorités locales se sont-elles trouvées quelque peu coincées entre les exigences de l’administration supérieure, soucieuse d’assurer la victoire électorale, et les réalités du terrain. Elles ont agi en tenant compte de ces paramètres selon leurs personnalités.

Revirement électoral spontané ou impulsé ?

L’évolution des votes

28L’examen comparatif des scrutins de février 1876 et d’octobre 1877 montre que les républicains du Nord ont à peu près maintenu leur pourcentage de voix par rapport aux inscrits (-0,3 %). Leur insuccès dans le Nord (-7,6 % en suffrages exprimés) n’est donc pas dû à la désertion de leur électorat mais à une forte augmentation de la participation (+10 %) qui a profité essentiellement à leurs adversaires. Des transferts directs de votes de gauche à droite ne doivent pas malgré tout être exclus si l’on admet qu’une partie des nouveaux électeurs se soit mobilisée pour défendre la République. Une étude des circonscriptions permet d’affiner l’analyse. Deux types de situations se dégagent.

29Dans le premier, les républicains reculent en suffrages exprimés mais gagnent par rapport aux inscrits. C’est le cas de deux sortants battus, Girard à Valenciennes II qui gagne 6 % et Desmoutiers à Cambrai I (+4,5 %). Dans sept autres circonscriptions la gauche progresse en pourcentage des inscrits. La victoire ou la progression des droites ne peut s’expliquer que par la forte mobilisation électorale dont elle profite davantage que leurs adversaires.

30Mais il est d’autres circonscriptions où les républicains reculent par rapport aux inscrits. C’est le cas de Trystram battu à Dunkerque I (-9 %), de Bertrand-Milcent dans la deuxième circonscription de Cambrai (-12 %, mais il n’avait pas de concurrent en 1876). D’autres républicains sauvent leurs sièges mais non sans enregistrer des pertes voisines (-9 % pour Merlin à Douai I,-7,5 % pour de Marcère à Avesnes II). Le record est enregistré à Hazebrouck I (-25 %) mais il y avait eu substitution d’un candidat de gauche à un candidat Centre gauche, le député républicain sortant, Massiet du Biest, ayant renoncé à défendre son siège. Dans toutes ces circonscriptions, l’évolution du corps électoral n’est pas seulement due à une meilleure mobilisation des conservateurs mais aussi à des transferts de voix de gauche à droite. À partir de ce constat, on peut mettre en cause la pression administrative, mais on peut aussi s’interroger sur l’intervention d’autres facteurs dans les renversements de situation.

Une conjoncture moins propice aux républicains

31La désignation des candidats conservateurs a été plus judicieuse en 1877. À Dunkerque I, celle du maire de la ville, Frédéric d’Arras, s’est imposée. Bien implanté localement, il avait toujours devancé son rival républicain Trystram aux scrutins locaux comme il s’en prévalut à la Chambre des députés lors du débat d’invalidation alors que le candidat conservateur de 1876, Dupuy de Lome, était un ancien député officiel du Second Empire, étranger à la région et peu populaire. Dans la première circonscription de Cambrai, Telliez-Béthune, conseiller général de Carnières, appartient à une famille influente du Cambrésis et il est mieux implanté que son concurrent Desmoutiers. On peut faire la même remarque à propos des riches industriels Renard et Catteau désignés pour les circonscriptions de Valenciennes II et de Lille III (Roubaix).

32Une meilleure sélection des candidats conservateurs n’explique pas toujours le recul républicain. De Marcère perd des voix dans la seconde circonscription d’Avesnes alors qu’il a le même adversaire qu’en 1876. Dans la seconde de l’arrondissement de Cambrai, on enregistre l’élection surprise d’un journaliste totalement étranger à la région, le bonapartiste Amigues. D’autres éléments sont donc à prendre en compte.

  • 23 B. Ménager, op. cit., tome III, p. 1200.
  • 24 Cf. B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, AUbier, coll. historique, 1988, p. 305-307.

33La conjoncture économique est moins propice qu’en 1876. La situation économique s’est dégradée dans le second semestre 1876 dans les industries métallurgique, textile, et sucrière. La proximité de l’échéance du renouvellement des traités de commerce préoccupe les milieux d’affaires. La Chambre de commerce de Lille s’inquiète de la tournure des négociations engagées avec la Grande-Bretagne car elle craint des concessions des milieux libre-échangistes parisiens influents chez les républicains. Elle demande le 9 juin 1877 le maintien du statu quo jugé préférable à de nouveaux tarifs qui feraient la part trop belle aux produits agricoles anglais23. Le marasme de l’industrie textile disséminée dans les campagnes du Cambrésis explique en grande partie le succès de la candidature Amigues qui fit campagne contre le patronat textile auquel appartenait son concurrent républicain Bertrand-Milcent. Il usa, en la circonstance, de l’arme du bonapartisme populaire24 en diffusant une fausse proclamation du Prince Impérial où ce dernier disait regretter l’insuffisance de la politique sociale de Napoléon III.

34Ainsi, les problèmes économiques, quelque peu délaissés en 1876, refont surface. Les conservateurs accusent leurs adversaires de sacrifier les intérêts de leur circonscription aux querelles politiques. Ils dénoncent les retards apportés à la modernisation du port de Dunkerque et à la construction de nouvelles lignes ferroviaires par la compagnie du Nord. Ils ont exploité habilement les difficultés économiques du moment.

  • 25 De Swarte, secrétaire de Martel au ministère de la Justice dans le cabinet Jules Simon.
  • 26 AN, F 7 12 683, Dépêche du 30 juin 1877.

35La conjoncture religieuse est également préjudiciable aux républicains. La question romaine revient sur le devant de la scène. Certes, les manifestations ultramontaines en faveur du rétablissement du pouvoir temporel du pape sont plutôt exploitées par les républicains qui dénoncent le danger de guerre en cas de victoire des droites. Les polémiques valenciennoises en témoignent (cf. supra). Mais ces manifestations ont provoqué un regain d’anticléricalisme à Paris et en province qui gêne les républicains modérés dans les circonscriptions où le clergé demeure influent. Ainsi Massiet du Biest, député sortant, renonce-t-il à se représenter, laissant la place à un candidat orienté plus à gauche et moins connu, de Swarte25, ce qui condamne toute chance de maintien du siège pour les républicains dans la première circonscription d’Hazebrouck. Des facteurs locaux viennent s’ajouter au contentieux religieux entre les deux camps. Les républicains du Nord s’irritent du refus sénatorial de modifier les dispositions de la loi de 1875 relatives à la collation mixte des grades universitaires entre professeurs de l’État et professeurs des Facultés catholiques au moment où est fondée à Lille l’Université catholique dans un climat passionné. Le conseil municipal de Lille fait opposition à la convention conclue le 23 novembre 1875 entre la commission des hospices de Lille et la Faculté catholique de médecine, laquelle prévoyait la remise à cette dernière de l’hôpital Sainte Eugénie moyennant le versement d’une somme de 140 000 francs, convention qui avait été approuvée par le préfet du Nord. De Marcère l’annula le 2 novembre 1876 mais il fut désavoué par le Conseil d’État pour excès de pouvoir. Les polémiques firent rage dans la presse. Une dépêche ministérielle datée du 20 juin 1877 fait état des alarmes des sénateurs Théry et Kolb-Bernard devant les retards apportés à l’ouverture de la Faculté libre de médecine et elle invite le préfet à « éviter toute mesure de nature à exciter les alarmes des deux honorables sénateurs »26. Ce climat tendu entre l’Église catholique et l’État, la montée de l’anticléricalisme républicain sont exploités par les conservateurs dans les circonscriptions demeurées cléricales.

36La répression politique est réelle dans le Nord. Elle a prioritairement visé les écrits républicains. Habilement, les pouvoirs publics ont évité une épuration administrative qui aurait froissé les populations. L’enrôlement des cadres administratifs au profit du ministère d’ordre moral a permis une mobilisation de l’électorat conservateur et, dans certaines circonscriptions, des transferts de voix de gauche à droite. L’inversion de plusieurs résultats de 1876 et la baisse des suffrages en faveur des républicains ne sont cependant pas imputables à la seule action des pouvoirs publics. La conjoncture économique et religieuse a joué un rôle dans les revers républicains. En ce sens, le scrutin d’octobre 1877 annonce celui de 1885 qui verra la victoire de la liste conservatrice après le très net succès républicain de 1881 sans qu’on puisse, cette fois, mettre en cause une administration entre les mains des républicains. La conquête républicaine du Nord, récente et fragile, avait besoin de se consolider au fil des ans. En 1877, la défense des intérêts économiques et religieux est encore prioritaire sur celle de la République. C’est toute la différence avec les scrutins du début du XXe siècle. L’entreprise du Seize-Mai, échec national, avait ainsi tout son sens dans le département du Nord.

Notes

1 Le précédent préfet, Lizot, était un conservateur désireux de revenir dans son département d’origine, la Seine-Inférieure. [Archives Nationales (AN) F1b1 166-34 Dossier personnel de Lizot].

2 AN, Flbl 170-9, Dossier personnel de Perin.

3 Archives départementales du Nord (AdN), M. 37-6, Enquête parlementaire sur le 16 mai.

4 Idem.

5 44 pour ces seuls arrondissements [AdN, M. 37-6]. On craignait l’immixtion de Belges dans les zones frontalières comme à Roubaix [AN, F7 12683].

6 AdN, M 37-6.

7 Cf. Communication de J.-M. Guislin, infra.

8 B. Ménager, La vie politique dam le département du Nord de 1851 à 1877, Lille, ANRT, trois volumes, 1983, tome III, p. 1202 et 1203.

9 Le Progrès du Nord, 11 octobre 1877. Un autre candidat conservateur, Lefebvre-Pontalis [première circonscription d’Avesnes-sur-Helpe], intenta aussi un procès au Progrès pour diffamation et le gagna (numéro du 31 octobre 1877).

10 B. Ménager, op. cit., tome III, p. 1120.

11 AdN, M 37-6 et AN, Flb2 Nord 12 à 35, Administration communale, Dossiers par commune.

12 AN, F 7 12683, Dépêches du 18 août, 23 septembre et 5 octobre 1877. AdN, M 37-6, Dépêche du 14 septembre 1877.

13 Auguste Paris, ministre des Travaux publics, évoque plusieurs fois dans sa correspondance le cas de Monsieur de Plocq. Dans une lettre du 20 septembre, il prétend « avoir arrangé cette difficulté » avec le préfet du Nord et l’intéressé lui-même qui serait parti « de son plein gré », ayant reçu une mission d’étude en Angleterre [J.-M. Guislin, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve-d’Ascq, Lille 3-CRHEN-O, 2002, p. 190].

14 Journal officiel, Débats parlementaires, séances des 1er et 3 juin 1878.

15 AdN, M 37-6.

16 Journal officiel, Débats parlementaires, séance du 4 mai 1878.

17 Idem, séance du 3 juin 1878.

18 AN, F 1 b1 177-2, Dossier personnel de Welche. Voir également : J.-M. Guislin, « Les préfets du Nord et du Pas-de-Calais et le Cabinet du 16 mai 1877 », dans A. Lottin, A. Crépin, J.-M. Guislin (Études réunies par), Intendants et Préfets dans le Nord-Pas-de-Calais (XVIIe-XXe siècle), Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 277-303.

19 AN, FI b2 Nord 24, Dossier Inchy et 29, Dossier Quiévrechain, Dépêche du préfet du 18 septembre 1878.

20 AN, F 1 b1, Dossier personnel de Le Gonidec.

21 AN, F 1 b1, 166-2, Dossier personnel de Habert.

22 Journal officiel, Débats parlementaires, séance du 4 mai 1878.

23 B. Ménager, op. cit., tome III, p. 1200.

24 Cf. B. Ménager, Les Napoléon du peuple, Paris, AUbier, coll. historique, 1988, p. 305-307.

25 De Swarte, secrétaire de Martel au ministère de la Justice dans le cabinet Jules Simon.

26 AN, F 7 12 683, Dépêche du 30 juin 1877.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540