Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Le maître d’œuvre de l’entreprise du Seize-Mai : Oscar Bardi de Fourtou à la place Beauvau

Thierry Truel

Texte intégral

  • 1 J. P. Machelon, Le Seize-Mai, un coup d’État, dans C. Boutin, F. Rouvillois, Le coup d’État, recou (...)

1Jean-Pierre Machelon, dans un article consacré à l’acte du Seize-Mai, revisite le mythe du coup d’État1. S’il comprend le sévère jugement des contemporains républicains qui ont crié au coup de force, il récuse toutefois cette idée sur deux points principaux.

  • 2 Un rapport de surveillance de police daté du 13 mai 1877 fait état de cette réflexion. Dossier Mac (...)
  • 3 J.-P. Machelon, op. cit., p. 122.

2La pression sur les fonctionnaires de l’État fonde l’acte d’accusation du Seize-Mai alors que, explique-t-il, la légalité a toujours été scrupuleusement respectée par le ministère Broglie-Fourtou. Il reconnaît même que l’action politique sur et par les fonctionnaires est une pratique courante dans la France du dix-neuvième siècle. Quant à la responsabilité du chef de l’État dans la révocation d’un gouvernement majoritaire et à la dissolution parlementaire qui s’en suivit, cet auteur souligne la complexité de la question en montrant le Maréchal-Président à la fois soucieux d’assumer la responsabilité politique de ses décisions, mais aussi de se réclamer du principe intangible de son irresponsabilité institutionnelle. D’ailleurs, il fait remarquer que Thiers, quelques années auparavant, avait plaidé pour cette reconnaissance officielle. Ainsi, le flou qui entoure le statut du président de la République semble dessiner plus nettement la responsabilité des ministres pour les actes décisionnels. Le Maréchal est très clair avec ses ministres sur ce point puisqu’il n’hésite pas à leur rappeler que sa signature au bas des textes qui lui sont soumis entérine son assentiment à une initiative politique ministérielle2. Jean-Pierre Machelon relève davantage comme grief la violence avec laquelle le gouvernement Broglie-Fourtou a fait pression sur le suffrage universel3

  • 4 Il a été ministre des Travaux publics de décembre 1872 à mai 1873.
  • 5 Il démissionne en juillet 1874 en signe de solidarité avec son confrère périgourdin, Pierre Magne, (...)
  • 6 Pour cet aspect de la carrière d’Oscar Bardi de Fourtou, voir notre travail biographique sur ce mi (...)

3Fourtou, député de la Dordogne, ancien ministre de Thiers4, a déjà eu l’occasion de servir le maréchal de Mac Mahon en tant que ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts de novembre 1873 à mai 1874 avant de s’installer pour peu de temps, du 16 mai au 25 juillet 18745, place Beauvau. Son bref passage lui a permis de donner une coloration particulière à la fonction de ministre de l’Intérieur, en annonçant une méthode d’administration brute, brutale, diront ses détracteurs6.

  • 7 Chaque ministre s’occupe du personnel relevant de son département, mais ses décisions sur ce sujet (...)

4Le choix présidentiel et les instructions qui lui sont données font d’Oscar Bardi de Fourtou le principal maître d’œuvre de l’action gouvernementale en matière de politique intérieure. De fait, il est à la tête d’une puissante administration au service de la cause conservatrice. Grand prêtre des services de renseignements à l’échelle nationale, il a la mainmise sur l’ensemble des fonctionnaires dépendant de son ministère, mais use aussi de son influence politique pour participer au renouvellement presque complet des auxiliaires de la Justice, de l’Instruction publique, de l’Agriculture et même des Travaux publics7.

5Il convient de revoir, d’une manière synthétique, les modalités d’action de ce ministre et de réévaluer l’importance de ses décisions qui l’ont entraîné bien au-delà de ses attributions premières et l’ont hissé, quasiment, au même niveau de responsabilités que le président du Conseil - garde des Sceaux, le duc de Broglie, dans la gestion de cette séquence politique exceptionnelle.

L’homme, le ministre et son équipe place Beauvau

  • 8 Il s’agit de Farcinet, pour le personnel et de Fouquet pour le secours aux indigents. Source : Bul (...)

6Lorsqu’il revient au ministère de l’Intérieur, le Périgourdin est donc un habitué des lieux qui reprend contact avec un certain nombre de personnes qui y travaillaient déjà en 1874. Ainsi, il conserve le directeur de la section « Presse départementale et communale », Durangel, conseiller d’État en mission extraordinaire, ainsi que le chef de la Correspondance générale, Fleury. Le bureau du personnel et celui des secours aux indigents gardent aussi leurs responsables8. La continuité se traduit encore par le maintien de Nervaux aux commandes de la Sûreté générale.

  • 9 Lors de la crise du 16 mai, il devient préfet du Nord puis ministre de l’Intérieur dans l’éphémère (...)

7Les postes plus politiques sont pourvus par des hommes de confiance, à la coloration politique assez hétéroclite. Son chef de cabinet est un compatriote périgourdin, connu pour ses idées monarchiques, le comte Faubournet de Montferrand alors que le secrétaire général du ministère est un bonapartiste convaincu, Charles Welche, ancien préfet d’Empire9.

  • 10 Archives Fourtou, 66J.

8En dépit de la brièveté de son premier passage place Beauvau, il avait déjà déployé beaucoup d’énergie pour renouveler le corps préfectoral, certainement sous l’influence des bonapartistes, fort mécontents d’avoir vu son prédécesseur, de Broglie, faire nommer des agents orléanistes et républicains pour mieux se jouer des tenants du rétablissement de l’Empire. Les fiches de renseignements, qui ont été conservées, révèlent son désir de connaître les sentiments politiques réels du personnel préfectoral et de l’administration départementale10. Il faudrait plus de temps et d’espace pour analyser ce mouvement préfectoral annonciateur de celui de 1877.

  • 11 Une note du 17 octobre 1874 des agents de la Préfecture de Police de Paris relève : « On parle bea (...)
  • 12 On sait que Fourtou va souvent rendre visite au Maréchal à l’Élysée, entre la fin de ses fonctions (...)

9Fourtou, s’il a suscité un vif émoi pendant et après son passage11, a aussi impressionné le Maréchal en raison de son énergie et sa détermination qui en font une personnalité atypique dans le paysage politique du moment et lui valent l’attachement durable du chef de l’État12.

  • 13 Une scène de cette tonalité a été décrite par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine 187 (...)
  • 14 Ces hypothèses sont encore à l’étude et méritent certainement beaucoup plus que les quelques ligne (...)
  • 15 Une note émanant de la Préfecture de Police de Paris datée du 21 mai 1877 souligne : « On croit qu (...)
  • 16 Né le 4 février 1835, il est le fils du général comte d’Empire Michel Reille (1775-1860), général (...)
  • 17 Il se qualifie lui-même de défenseur d’une « politique résolument conservatrice et sagement libéra (...)
  • 18 Rapport de police du 19 octobre 1873, Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Reille (...)

10Les conditions de son rappel au ministère de l’Intérieur en 1877 sont encore obscures,... et obscurcies par la légende noire du ministre. Le Maréchal l’aurait fait prévenir par télégraphe jusque dans sa demeure périgourdine, à Ribérac, et ce serait avec empressement que le député périgourdin aurait répondu présent13. Son équipe est rapidement composée, fortement inspirée par sa première expérience de 1874. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, encore plus que trois ans auparavant, le nouveau ministre a dû respecter le savant dosage des sensibilités politiques qui soutiennent l’acte du Seize-Mai14. Les bonapartistes, Rouher en tête, imposent un des leurs, le baron René Reille, comme sous-secrétaire d’État pour seconder Fourtou dans sa tâche administrative15. Officier, grand propriétaire et administrateur de sociétés, il est conseiller général et député du Tarn16. C’est un bonapartiste convaincu17, même s’il semble que sa « conversion » ait été relativement tardive. En effet, une note de police, rédigée en octobre 1873, émet des doutes sur ses réelles convictions politiques en s’appuyant sur ses plaintes quant à son manque d’avancement politique alors qu’il siège au Corps législatif en 1869-187018. Nommé le 19 mai, il doit être le bras droit du ministre de l’Intérieur. Cette fonction particulière est bien comprise par les journaux dont certains, d’obédience républicaine, se moquent, à l’instar du Bien Public du 20 septembre 1877. Si le journal le présente comme un « homme charmant », il le considère aussi comme le « coadjuteur de M. de Fourtou », véritable cheville ouvrière de la cause gouvernementale. « Accessible à tous, plein d’affabilité, le tampon de son supérieur hiérarchique, nul ne saurait mieux refuser une autorisation, mieux dorer une des pilules amères que confectionne son ministère ». Le baron n’hésite pas à se montrer cynique avec ceux qui critiquent la politique entreprise depuis le Seize-Mai. « D’accord, nous avons le pouvoir et nous en usons, c’est de bonne guerre ! ».

  • 19 Le comte de Faubournet est né le 21 février 1851 à Issac (Dordogne) et meurt le 12 janvier 1929 à (...)
  • 20 Orner Vallon, auditeur de 1re classe au Conseil d’État, secrétaire du conseil supérieur de l’Instr (...)

11Pour aider Fourtou et Reille dans leurs tâches, deux chefs de cabinet sont nommés. Le ministre périgourdin souhaite reprendre à son service son homme de confiance, le comte Charles de Faubournet de Montferrand auquel il confie les clés de son cabinet19. Vallon, le chef de cabinet du baron Reille, a laissé moins de traces dans les archives20 de même que son adjoint Hachette.

  • 21 L’étude porte sur la comparaison des administrations Broglie (ministre de l’Intérieur du 26 novemb (...)
  • 22 Nom donné par commodité pour le commentaire au second ministère Fourtou, du 18 mai au 23 novembre (...)

12L’administration centrale du ministère a été peu remaniée comme le montre la comparaison des structurelles ministérielles entre 1874 et 187721. Ainsi, on constate la permanence de la fonction de sous-secrétaire d’État, le ministère Fourtou II22 ne représentant donc nullement une exception.

  • 23 L’épisode du Seize-Mai lui est fatal puisqu’il démissionne juste après la chute du cabinet de Roch (...)

13Les chefs de direction sont les mêmes sous l’administration républicaine ou conservatrice cités supra, Fleury, Farcinet et Durangel qui garde sa fonction de directeur de l’administration départementale et communale, si importante en période de crise politique23

  • 24 Dossier Mac Mahon, Ba 12, Archives de la Préfecture de Police de Paris.
  • 25 Le Réveil du 29 décembre 1877.

14Durangel est assez proche de l’Élysée et a dû faire le lien entre la place Beauvau et les services présidentiels. Quelques rapports de la Préfecture de Police de Paris mentionnent son nom lors des déplacements de Mac Mahon à l’extérieur du palais officiel24. Son influence est encore assez mal connue, mais il suscite une véritable aversion de la part des républicains qui le considèrent comme un homme de l’ombre, « néfaste »25. L’Élysée lui accorde-t-il une oreille attentive ? C’est possible puisqu’il ne peut plus rester à son poste après la chute du ministère du Seize-Mai...

  • 26 Né en 1826 à Tours, il a déjà, en 1877, une longue carrière de journaliste. Commencée à Orléans, e (...)
  • 27 Léon Lavedan entretient une importante correspondance amicale avec le comte de Falloux et le duc d (...)
  • 28 Fonds Boucher-Lavedan, AP 305, Archives Nationales.

15Deux autres services, dont les attributions exposent davantage leurs titulaires, sont très politiques. Le premier est celui de la correspondance, chargé de surveiller la presse, de régler les questions de colportage et de cautionnement et de fournir au ministre des informations sur les feuilles républicaines. Il est confié à Léon Lavedan, journaliste et préfet d’opinion conservatrice26. Son nom est très rapidement mis en avant pour servir l’entreprise du Seize-Mai27. C’est ainsi qu’il se retrouve à la direction de la presse place Beauvau. L’analyse des fiches qu’il rédige sur les journalistes surveillés pendant la crise politique révèle un travail précis et sûrement efficace28. Après cet épisode, il travaille pour Le Figaro, où il publie de nombreux articles sous le pseudonyme de Philibert de Grandlieu.

  • 29 Rapport de surveillance du 28 mars 1878, dossier Le Roux de Bretagne, Archives de la Préfecture de (...)
  • 30 Il y évoque une « grande difficulté pour les autorités locales et surtout pour le personnel des co (...)
  • 31 Voir les travaux de J.-M. Berlière et de S. Laurent sur cette question.
  • 32 Voir T. Truel, Entreprendre la victoire : le ministre Fourtou et la surveillance des républicains (...)

16Le second service n’est autre que la Sûreté générale dont le directeur, Paul Le Roux de Bretagne, est le chef des renseignements sur tout le territoire. Nommé à ce poste-clé par décret présidentiel, le 19 mai 1877, en remplacement de de Boislisle, il a joué, lors de l’entreprise du SeizeMai, un rôle qui est demeuré très controversé. D’aucuns le placent au centre du dispositif de renseignements du ministère Broglie-Fourtou tandis que d’autres minimisent son influence. « Le plus souvent, le chef de la Sûreté générale n’apportait pas une grande activité ni beaucoup de conviction au service du 16 mai. On l’aurait entendu dire plusieurs fois en sortant de conférer avec le ministre de l’Intérieur : « C’est impossible ! » Nous ne réussirons pas. Il y a trop de contradictions dans les ordres »29. C’est pourtant à son initiative qu’est créé un « service spécial » de surveillance, en juillet 1877, après qu’il en a soumis l’idée à son ministre de tutelle. Mais il doute des résultats, comme en témoigne son premier rapport daté du 16 juillet 1877. Selon lui, Faction des agents ordinaires n’est pas totalement efficace parce qu’ils sont connus des républicains qui ont appris à s’en méfier30. Ce service spécial doit être financé par le fameux chapitre XIII, plus connu sous le nom de « fonds secrets », qui est alloué chaque année au locataire de la place Beauvau31. Les missions de ce service spécial sont très précises puisqu’elles doivent répondre aux besoins les plus urgents, comme le souligne le directeur de la Sûreté dans ce même texte32.

  • 33 La majorité de la correspondance avec les agents de renseignements est signée par Goulley. (Archiv (...)
  • 34 De nombreux rapports de la Préfecture de Police soulignent les rencontres fréquentes qu’ils ont mê (...)
  • 35 Il semble être considéré comme acquis à la cause bonapartiste parce qu’on retrouve son nom dans le (...)

17Paul Le Roux de Bretagne est secondé par un commissaire spécial, Goulley, qui s’occupe très activement des missions des agents sur le terrain33. Ce dernier semble avoir l’entière confiance de son chef et les deux hommes s’apprécient beaucoup34. En fait, Goulley est l’homme de main de Le Roux et a su tisser de nombreux réseaux d’agents de renseignements sur le territoire national. Godichet, agent sous-marin, est l’ultime maillon de cette chaîne secrète et a su, lui aussi, par l’efficacité et la qualité de son travail, conquérir la confiance de ses chefs35.

« L’obscur M. de Saint-Paul »

  • 36 G. Hanotaux, op. cit., p. 301 et 310.
  • 37 Préfet des Basses-Alpes en 1858 puis directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur Billault en 1 (...)
  • 38 De nombreux journaux relèvent cette relation comme, par exemple, la feuille bonapartiste Le Pays d (...)
  • 39 Appréciations relevées dans les colonnes du Pays, édition du 12 juillet 1877.
  • 40 Selon l’expression que l’on retrouve dans de nombreux journaux républicains de l’époque.
  • 41 Les deux hommes se connaissaient auparavant parce que Saint-Paul officiait encore auprès du Maréch (...)

18Gaston Verbigier de Saint-Paul n’apparaît pas dans l’organigramme officiel du ministère de l’Intérieur mais de nombreux témoignages attestent de sa présence auprès du ministre Fourtou. Ainsi, Gabriel Hanotaux évoque le rôle néfaste, selon lui, d’un certain M. de Saint Paul, bonapartiste intransigeant auprès du ministre Fourtou36. De nombreux journaux républicains n’hésitent pas à fustiger cet homme de l’ombre, ardent bonapartiste dont la carrière, sous le Second Empire, a connu bien des vicissitudes (préfet, deux fois directeur général du personnel et du cabinet du ministre de l’Intérieur) en raison de sa personnalité encombrante et des relations étroites qu’il entretient avec Rouher37. Alors qu’il était préfet de la Meurthe (1861-1865), il a côtoyé quotidiennement, à Nancy, le général, commandant en chef de l’armée de l’Est, Patrice de Mac Mahon38. Les deux hommes se sont appréciés et le militaire n’a pas oublié cet homme à la « vigueur et l’intelligence spéciales »39 quand il entre à l’Élysée. En effet, en 1874, Verbigier de Saint-Paul est appelé comme conseiller spécial du président de la République. Sa personnalité et son activité suscitent les reproches les plus vifs des antibonapartistes, ce qui conduit à penser que son influence est réelle, « complète et redoutable »40. Éloigné quelque temps du pouvoir central, il s’implante en Ariège où il est élu député en février 1876. Mais à l’occasion de la crise institutionnelle et politique qui touche le pays en 1877, il est rappelé aux affaires. En raison de son expérience et de sa profonde connaissance du personnel administratif et préfectoral, le Maréchal a pu le recommander fortement à Fourtou41.

  • 42 Édition du 6 juillet 1877.

19Son action, souterraine mais efficace, est manifeste dans la première phase de la crise, à savoir la mise au pas du personnel préfectoral et administratif. Mais dès le début du mois de juillet, il abandonne ses fonctions exceptionnelles et se consacre à sa réélection en Ariège. Il demande expressément un autre sous-préfet à Saint-Girons, plus efficace que le titulaire du moment, et propose à Fourtou le nom du marquis de Tersac, que lui-même avait fait nommer sous le Second Empire. Le très républicain Bien Public42 s’empare de l’affaire et condamne l’action nuisible de Saint-Paul, « qui a eu le pouvoir de faire faire des choix détestables à M. de Fourtou ». Enfin, il ironise sur le ridicule de l’ancien conseiller car le candidat proposé est mort depuis deux ans ! « M. de Saint-Paul n’a pas encore celui de ressusciter les morts ! ». Plusieurs exemples permettraient de montrer la contribution de Verbigier de Saint-Paul à l’orgie administrative que dénoncent les républicains.

20Au total, l’équipe Fourtou respecte les tendances politiques composant le ministère du Seize-Mai. Elle rassemble des hommes de nature et d’horizon différents, chacun avec ses compétences particulières, qui partagent le même goût de l’action et de l’efficacité au service de la cause conservatrice. Fourtou est donc à la tête d’une vaste entreprise politique qui le conduit à prendre des mesures extrêmement rapides et impopulaires, à l’origine, pour une large part, de la condamnation du Seize-Mai et de son échec. L’historiographie républicaine a toujours corroboré cette thèse, en soulignant l’extrême division des factions et des partis soutenant l’acte du Seize Mai.

  • 43 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Rouher Ba 1257. Rapports du 8 et du 10 juill (...)
  • 44 Fourtou doit tenir compte des desiderata des comités électoraux : - bonapartiste, présidé par Hyac (...)
  • 45 Résidence d’exil de Napoléon III et de sa famille dans le Kent (Angleterre) où Rouher, même après (...)
  • 46 Cette attitude est le résultat de manipulations ainsi que d’un jeu de dupes entre le chef de l’App (...)

21Le ministère reproduit exactement, mais en miniature, ce qui se passe au gouvernement. L’équilibre politique est très vite rompu notamment par le volontarisme et l’énergie avec lesquels certains s’imposent. Peut-être n’avons-nous pas assez insisté sur l’incursion des bonapartistes, par l’intermédiaire de Verbigier de Saint-Paul, qui est en constante relation avec Rouher. Lorsque le député de l’Ariège songe à sa réélection, c’est l’ancien « vice-empereur » lui-même qui négocie avec Fourtou la seconde partie des objectifs gouvernementaux : préparer de bonnes élections. Le 8 juillet 1877, les deux hommes se rencontrent place Beauvau43 et Rouher exprime très vite son impatience parce qu’il ne peut plus se contenter des promesses du ministre44. En partance pour Chislehurst45 où il va chercher des subsides pour les prochaines législatives, il donne à Fourtou une liste qui est l’ultime proposition des partisans de l’Empire au gouvernement. Les bonapartistes ne peuvent souffrir la volonté hégémonique des royalistes et la surenchère, à laquelle Rouher se livre, est une manière de faire fortement pression sur le ministre46. Il menace même de partir seul en campagne contre les amis de Gambetta et ainsi de ruiner l’œuvre entreprise depuis le 16 mai.

  • 47 Rapport de police du 25 mai 1877, dossier duc de Broglie Ba 984, Archives de la Préfecture de Poli (...)
  • 48 Voir dossiers de Broglie et Fourtou aux Archives de la Préfecture de Police de Paris.

22Les orléanistes ont vivement protesté47 dès cette date contre les nominations préfectorales et, plus largement, contre la place qui a été réservée aux nostalgiques de Napoléon III dans l’équipe gouvernementale. Mais le duc de Broglie ne peut contenir que très difficilement les agissements bonapartistes. D’ailleurs, les ambitions exacerbées se cristallisent au plus haut niveau du gouvernement entre les deux têtes de l’exécutif ministériel. Le duc de Broglie et Fourtou, tenants des factions qui s’opposent, ne s’entendent guère et n’hésitent pas, au cours des mois de crise, à mettre leur démission dans la balance48.

  • 49 Voir J. Grévy, La République des opportunistes, 1870-1885, Paris, Perrin, 1998, p. 241 et s.

23Ces tensions extrêmes sont largement mises en relief, dénoncées et commentées dans les colonnes des journaux républicains. Gambetta et ses amis ont compris très vite qu’ils avaient là un bon angle d’attaque pour mener une campagne anti-conservatrice la plus efficace49 possible.

La pratique gouvernementale à la hauteur de sa mauvaise réputation ?

24Fourtou et son équipe s’affairent à remplir avec le plus de précision et de zèle possible la mission qui leur a été confiée lors de la constitution de ce gouvernement. L’historiographie traditionnelle a distingué deux temps dans leur intense activité : l’action administrative et les préparatifs en vue de gagner les élections.

L’action administrative

  • 50 J. Chastenet, Histoire de la Troisième République, 1er volume : L’enfance de la Troisième, 1870-18 (...)

25Jacques Chastenet50 estime que « la préoccupation du gouvernement est [...] de ne jamais rompre ouvertement avec la légalité. On sollicite les textes, on les torture au besoin, on ne les déchire pas ». C’est exactement dans cette perspective que travaillent le ministre et son administration. La plupart des dépêches envoyées aux préfets - qui forment un impressionnant volume — est destinée à leur rappeler les cadres juridiques à l’intérieur desquels ils peuvent agir, sans tomber sous le couperet d’éventuelles actions en justice intentées par les opposants républicains.

26L’historiographie républicaine a toujours considéré que le moment Fourtou avait été une véritable orgie administrative, fait unique et symptomatique de la réaction conservatrice déterminée à barrer définitivement la route au triomphe du régime républicain. Les modalités et la chronologie sont connues depuis longtemps. Dès son entrée en fonction, le ministre mobilise toute son équipe pour quelle lui soumette rapidement des listes de noms, avec leur affectation géographique, afin qu’il puisse signer les nominations des nouveaux préfets. Gaston Verbigier de Saint-Paul joue un rôle déterminant dans cette phase de préparation de l’épuration du personnel administratif, le ministre de l’Intérieur comptant sur sa parfaite connaissance des cadres bonapartistes qui ont fait les beaux jours du régime impérial déchu.

27Le ministre procède d’abord aux changements de préfets, désirant s’assurer un soutien sans faille des chefs de la hiérarchie départementale (décrets du 19, 21 et 24 mai), suivis immédiatement après de ceux des sous-préfets et des conseillers de préfecture. Les nominations et les déplacements de sous-préfets qui se poursuivent tout au long du mois de juin à un rythme décroissant, sont presque toujours accompagnés de mutations du personnel de préfecture.

  • 51 Ce rapport a été rendu public le 29 mars 1879.
  • 52 G. Hanotaux, op. cit., p. 18.

28Dès le 24 mai, 154 nouveaux conseillers sont nommés, bientôt rejoints par 76 autres (décret du 15 juin) alors que le mouvement préfectoral ne s’achève qu’avec le décret du 3 juillet (10 nouveaux préfets, 36 sous-préfets). L’ampleur des mesures laisse supposer le choc qu’a pu représenter cette « valse » de l’administration préfectorale puisque, au total, en six mois, on compte 92 nominations de préfets, 175 de sous-préfets, 19 de secrétaires généraux et 312 de conseillers de préfecture. Ce sont donc près de six cents fonctionnaires qui ont été touchés par les décisions ministérielles. Le bilan de cette action est dressé par la commission d’enquête parlementaire diligentée par Gambetta et ses amis à la fin de l’entreprise du Seize-Mai. Dans le rapport de Bernard Lavergne51 sont comptabilisés tous les mouvements de mai à novembre 1877. C’est sur cette statistique que s’appuient tous les commentateurs républicains, comme Gabriel Hanotaux, pour dénoncer l’œuvre funeste du gouvernement52.

  • 53 Voir notre communication au congrès de la CIHAE (cf. note 30). Voir également la communication de (...)

29Cependant, la comparaison de ces mesures avec les autres mouvements au début de la Troisième République conduit à nuancer et à relativiser l’hécatombe due à Fourtou53.

  • 54 J.-P. Machelon, « The prefect, political functionnary of the Jacobin State : permanences and conti (...)

30Ainsi, plus que sur une action excessive et abusive, il faudrait insister sur un phénomène de rattrapage politique car, comme le souligne Jean-Pierre Machelon dans un article consacré aux préfets de la Troisième République, où il reprend les conclusions de Vincent Wright54, le corps préfectoral devient un agent politique, en première ligne, jouant le rôle de « fusible » lors d’une alternance politique.

31Le ministre républicain de Marcère ne procède-t-il pas, lui aussi, à une véritable « curée » de l’administration préfectorale lorsqu’il reprend la direction de la place Beauvau en décembre 1877 ? Le décret du 18 décembre 1877 « fait » 81 nouveaux préfets et celui du 30 décembre, 259 sous-préfets. Comme l’écrit Le Constitutionnel à l’époque, « changer les préfets est véritablement devenu maintenant la règle générale et la principale forme d’amusement dans la vie de la nation ».

  • 55 Pierre-Henry, Histoire des préfets. Cent cinquante ans d’administration provinciale 1800-1950, Pari (...)

32Pierre-Henry observe trois moments forts dans l’histoire de l’épuration du corps préfectoral : 1815,1877 et 194455, sans oublier 1830,1848 et 1870. C’est donc en comptabilisant les mouvements du ministère Broglie-Fourtou et ceux du « rattrapage » républicain que l’on peut mesurer l’ampleur du phénomène et affirmer que l’année 1877 a été l’une des plus marquantes dans cette histoire politique et administrative du dix-neuvième siècle.

  • 56 Dossier Reille Ba 1238, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

33Pourquoi cette entreprise a-t-elle autant frappé alors les esprits et condamné si durement et pour si longtemps le ministère ? L’originalité de l’administration Fourtou, dans le mouvement préfectoral, réside surtout dans l’urgence et la frénésie avec lesquelles sont traités, négociés, point par point, les nominations et les remplacements. Tous les renseignements dont nous disposons à ce jour indiquent que la mobilisation de l’équipe ministérielle a été totale et restituent, sans l’exagérer, la ferveur et la tension avec lesquelles elle a travaillé à ce remaniement administratif. Les agents de la surveillance notent, par exemple, que le baron Reille reste très longtemps enfermé dans son bureau et qu’il n’en sort que très tard56

L’action électorale : préparation des élections d’octobre 1877

  • 57 Ch. Voilliot, La candidature officielle, une pratique d’État de la Restauration à la Troisième Rép (...)
  • 58 Christophe Voilliot donne l’exemple du gouvernement Buffet qui est responsable de la préparation d (...)

34Là encore, la tradition historiographique offre des cadres de réflexion qui nous semblent toujours pertinents. C’est la méthode employée pour réaliser, selon le fameux mot, de bonnes élections, qui a le plus marqué les contemporains et les générations suivantes. La pratique de la candidature officielle est remise au goût du jour par le cabinet du Seize-Mai et fait ainsi ressurgir de vieux démons que la République naissante comptait bien avoir effacés pour toujours. Christophe Voilliot57 a bien montré que cette pratique n’était pas le seul fait du gouvernement du Seize-Mai et quelle n’avait pas vraiment disparu après le 4 septembre 1870. Malgré l’émancipation du suffrage universel, les représentants de l’État sont appelés à soutenir de « bons candidats »58, mais les membres de l’administration semblent agir avec beaucoup plus de prudence et moins de zèle que sous le Second Empire. L’historien explique que ce processus tend à s’estomper et que d’une candidature officielle, on passe à une déclaration plus officieuse de soutien qui continue même au-delà de la période de l’ordre moral. L’euphémisation des termes traduit la pérennité d’une pratique pourtant longtemps décriée par les républicains.

  • 59 Des notes de police relèvent la venue de Rouher place Beauvau et tentent de restituer plus précisé (...)
  • 60 D’autres rapports de police de la Préfecture se sont fait l’écho de disputes assez violentes entre (...)
  • 61 Madame Fourtou se trouve, dans un premier temps, dans l’impossibilité d’aider son mari car elle vi (...)
  • 62 Son élection d’octobre 1877 fut invalidée, mais il fut réélu en 1878. Cf. J. Lalouette, « Une vagu (...)

35La désignation des candidats officiels est arrêtée en conseil des ministres, sous l’autorité du président de la République. Tout le travail en amont est, bien entendu, réalisé par le ministre de l’Intérieur et son équipe. Si le baron Reille est aussi concerné par ces préparatifs, Fourtou prend très souvent les devants et occupe une très grande partie de son temps - au moins à partir du mois de juin - à doser, avec les plus grandes précautions, l’appartenance politique des « candidats du Maréchal ». Dans cette tâche, il a subi de nombreuses pressions, notamment celles de Rouher59, qui comptait bien faire le plus de place possible à la tendance bonapartiste dans l’hétéroclite coalition gouvernementale. Les orléanistes voient d’ailleurs d’un très mauvais œil cette stratégie bonapartiste et ne manquent pas de le faire savoir à Fourtou60. L’action de préparation est d’autant plus brouillée que le ministre et une bonne partie de son équipe sont eux-mêmes candidats à la députation, comme Verbigier de Saint-Paul, le baron Reille ou Fourtou lui-même. Ce dernier hésite puis se préoccupe plus activement de sa réélection dans son fief périgourdin de Ribérac. Il met à contribution son épouse, restée sur place, et fait envoyer des agents pour qu’ils lui préparent le terrain61. Les journaux républicains s’en donnent à cœur joie pour dénoncer la confusion évidente entre les intérêts personnels du candidat Fourtou et les missions qui sont normalement dévolues au ministre de l’Intérieur en période d’élections. Quelques mois plus tard, les députés républicains décident d’ouvrir une enquête sur les conditions de la campagne électorale dans l’arrondissement de Ribérac62.

  • 63 J.-P. Machelon, op. cit., p. 130-134. Certains contemporains, comme Flaubert ou Magnard, pour stig (...)

36Le temps manque pour expliquer en détail les tenants et les aboutissants d’une telle gestion qui a largement contribué à fonder la légende noire du ministère et du ministre lui-même. Le résultat est assez calamiteux pour la suite de la carrière politique de Fourtou, perçu comme le parangon de cette pratique honteuse et coupable. Pourtant, la question de l’illégalité gouvernementale face à la candeur des républicains, convaincus que la sagesse populaire viendrait à bout de ces méthodes condamnables, en les appelants au pouvoir, est à nouveau discutée, notamment par Jean-Pierre Machelon. Il n’y a pas eu d’actes proprement illégaux pendant les sept mois de crise consécutive au coup du 16 mai mais plutôt une pratique brutale qui a fait croire qu’un complot, visant à réinstaller au pouvoir une des trois dynasties, se fomentait. L’étude approfondie de la responsabilité présidentielle a dédouané largement le maréchal de Mac Mahon d’une quelconque envie d’abattre la République. En revanche, la maladresse de l’action de Fourtou, « à laquelle l’entourage présidentiel et le gouvernement contribuèrent à plaisir », est manifeste63. C’est dans cette perspective qu’il conviendrait de réexaminer minutieusement cette politique dont le principal maître d’œuvre était peut-être convaincu, dès le départ, de l’échec final, malgré toute l’énergie et tous les moyens déployés.

Notes

1 J. P. Machelon, Le Seize-Mai, un coup d’État, dans C. Boutin, F. Rouvillois, Le coup d’État, recours à la force ou dernier mot du politique ? Actes du colloque organisé par le Centre d’Études Normand sur la Théorie et la Régulation de l’État en 2004, Paris, éditions F.X.Guilbert, 2007, p. 113-134.

2 Un rapport de surveillance de police daté du 13 mai 1877 fait état de cette réflexion. Dossier Mac Mahon, Ba 1167, Archives de la Préfecture de police de Paris.

3 J.-P. Machelon, op. cit., p. 122.

4 Il a été ministre des Travaux publics de décembre 1872 à mai 1873.

5 Il démissionne en juillet 1874 en signe de solidarité avec son confrère périgourdin, Pierre Magne, ministre des Finances. Il semble que tous deux aient dû quitter le gouvernement en raison de leur proximité avec le bonapartisme dont le réveil inquiète vivement les orléanistes.

6 Pour cet aspect de la carrière d’Oscar Bardi de Fourtou, voir notre travail biographique sur ce ministre en cours de réalisation.

7 Chaque ministre s’occupe du personnel relevant de son département, mais ses décisions sur ce sujet transitent par la place Beauvau qui devient le centre de gravité de ce tourbillon administratif.

8 Il s’agit de Farcinet, pour le personnel et de Fouquet pour le secours aux indigents. Source : Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur 1874.

9 Lors de la crise du 16 mai, il devient préfet du Nord puis ministre de l’Intérieur dans l’éphémère cabinet de Rochebouët ; cf. J.-M. Guislin, « Les préfets et le cabinet du 16 mai 1877 », dans A. Lottin, A. Crépin, J.-M. Guislin (Études réunies par), Intendants et préfets dans le Nord et le Pas-de-Calais (XVIIe-XXe siècles), Arras, Artois Presses Université, Collection Histoire, 2002, p. 277-302.

10 Archives Fourtou, 66J.

11 Une note du 17 octobre 1874 des agents de la Préfecture de Police de Paris relève : « On parle beaucoup de la rentrée aux affaires de M. de Fourtou... L’on disait que M. de Fourtou était un ambitieux sceptique capable de tout, surtout très résolu à détourner le Maréchal de sa voie pour en faire un dictateur militaire ».

12 On sait que Fourtou va souvent rendre visite au Maréchal à l’Élysée, entre la fin de ses fonctions ministérielles et son appel après le coup d’éclat du 16 mai 1877.

13 Une scène de cette tonalité a été décrite par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine 1871-1900, tome III, Paris, ancienne Librairie Furne, 1903, p. 286. L’historien républicain a donc contribué à forger l’image d’Épinal d’un homme providentiel bien plus convaincu de son propre destin national que de ses réelles capacités à être l’homme de la situation.

14 Ces hypothèses sont encore à l’étude et méritent certainement beaucoup plus que les quelques lignes de la présente communication.

15 Une note émanant de la Préfecture de Police de Paris datée du 21 mai 1877 souligne : « On croit que les bonapartistes jouent la méfiance à l’égard du ministère afin d’être autorisés à se montrer exigeants. Au fond, ils sont enchantés de M. de Fourtou ».

16 Né le 4 février 1835, il est le fils du général comte d’Empire Michel Reille (1775-1860), général de division en 1808, promu maréchal en 1847, pair de France (1819) et de la fille du maréchal Masséna, duc de Rivoli, duc d’Essling. Il est aussi le frère cadet du général comte André Reille, aide de camp de Napoléon III, et du vicomte, Gustave Reille, capitaine de frégate, ancien député au Corps législatif (1853-1870) et ancien vice-président du conseil général d’Eure-et-Loir. Sorti premier de l’École militaire de Saint-Cyr en 1853, le baron René est promu capitaine après la campagne d’Italie et devient aide de camp du maréchal Randon puis celui du maréchal Niel. En 1860, il a épousé Geneviève Soult, la petite-fille du maréchal d’Empire, duc de Dalmatie, pair, ministre et président du Conseil sous la monarchie de Juillet. Conseiller général de Saint-Amans-Soult dans le Tarn en 1867, il est élu député du second arrondissement de ce département en 1869. Ardent partisan de la guerre contre la Prusse, il commande les mobiles du Tarn. Après la défaite, il redevient conseiller général puis reconquiert son siège de député en 1876 qu’il garde jusqu’à sa mort en novembre 1898, d’où son surnom de « roi de la Montagne noire ». Cf. E. Anceau, Dictionnaire des députés du Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Carnot, 1999, p. 310-311.

17 Il se qualifie lui-même de défenseur d’une « politique résolument conservatrice et sagement libérale ; [prêt] à défendre avant tout la famille et la religion, bases immuables de l’ordre social » (extrait de sa profession de foi lors des élections législatives de février 1876, publiée par Le Pays en septembre 1877). Dans une note de la police parisienne datée du 19 février 1877, Reille est considéré aussi comme « un bonapartiste avoué ». Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Baron Reille, Ba 1238.

18 Rapport de police du 19 octobre 1873, Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Reille, déjà référencé.

19 Le comte de Faubournet est né le 21 février 1851 à Issac (Dordogne) et meurt le 12 janvier 1929 à Paris. Il a été zouave pontifical et inspecteur des finances, chevalier de la Légion d’honneur, marié tardivement le 10 juin 1891 à Augustine-Suzanne de Lestrade. Son frère aîné, Henri (1850-1908), a fait une brillante carrière militaire.

20 Orner Vallon, auditeur de 1re classe au Conseil d’État, secrétaire du conseil supérieur de l’Instruction publique, membre du conseil d’administration de la compagnie du Nord, bientôt époux de la fille du directeur des mines de Lens, Édouard Bollaert (cf. F. Caron, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau : la compagnie des chemins de fer du Nord, Paris, EHESS, 1973, p. 242).

21 L’étude porte sur la comparaison des administrations Broglie (ministre de l’Intérieur du 26 novembre 1873 au 16 mai 1874), Fourtou I (du 22 mai au 15 juillet 1874), Buffet (10 mars 1875- 9 mars 1876) (source : Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, 1874,1876 et 1877).

22 Nom donné par commodité pour le commentaire au second ministère Fourtou, du 18 mai au 23 novembre 1877.

23 L’épisode du Seize-Mai lui est fatal puisqu’il démissionne juste après la chute du cabinet de Rochebouët, lorsque les républicains accèdent réellement au pouvoir. Le 20 décembre, il est remplacé par de Crisenoy et part en mission extraordinaire comme conseiller d’État. (source : Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, 1877).

24 Dossier Mac Mahon, Ba 12, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

25 Le Réveil du 29 décembre 1877.

26 Né en 1826 à Tours, il a déjà, en 1877, une longue carrière de journaliste. Commencée à Orléans, elle le conduit assez jeune à collaborer à La France centrale puis à diriger Le Moniteur du Loiret. Son activité l’amène à côtoyer le monde politique, particulièrement lorsqu’il s’installe à Paris en 1858. Plutôt libéral, il collabore à L'Ami de la religion jusqu’en 1862, recevant alors les encouragements appuyés de Guizot et de Thiers. Il engage ensuite une longue et active collaboration avec Le Correspondant, de 1870 jusqu’à la veille de sa mort, en 1902. En même temps, il participe à La Gazette de France, ainsi qu’à de nombreux journaux de province de tendance conservatrice et monarchiste. Parallèlement, la confiance de Thiers ne s’est pas démentie puisqu’il a été nommé préfet de la Vienne en 1871. Il a occupé brièvement ce poste puis est redevenu préfet, de la Loire-Inférieure, de janvier à septembre 1874, en plein ordre moral. Il quitte alors définitivement l’administration préfectorale pour occuper un poste d’administrateur-adjoint à la Bibliothèque nationale. L’année suivante, il reprend la direction du Correspondant. Il est le père d’Henri Lavedan, le futur académicien. Cf. R. Bargeton (dir.), Dictionnaire biographique des préfets, septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales, 1994.

27 Léon Lavedan entretient une importante correspondance amicale avec le comte de Falloux et le duc de Broglie, archives Boucher-Lavedan 305 AP, Archives nationales.

28 Fonds Boucher-Lavedan, AP 305, Archives Nationales.

29 Rapport de surveillance du 28 mars 1878, dossier Le Roux de Bretagne, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

30 Il y évoque une « grande difficulté pour les autorités locales et surtout pour le personnel des commissaires de police qui ne peuvent surveiller efficacement, en raison même de leur caractère officiel trop connu des agitateurs, les conciliabules politiques », cité dans T. Truel, L’exécutif contre la représentation nationale : Faction d’Oscar Bardi de Fourtou dans la crise du 16 mai 1877, Actes du colloque de la CIHAE, Paris, septembre 2006 (à paraître).

31 Voir les travaux de J.-M. Berlière et de S. Laurent sur cette question.

32 Voir T. Truel, Entreprendre la victoire : le ministre Fourtou et la surveillance des républicains en 1877, Actes du colloque international de Bordeaux, Renseignement politique, politique du renseignement et politisation du renseignement, sous la direction de S. Laurent, CEMMC, octobre 2007 (à paraître).

33 La majorité de la correspondance avec les agents de renseignements est signée par Goulley. (Archives Fourtou).

34 De nombreux rapports de la Préfecture de Police soulignent les rencontres fréquentes qu’ils ont même après l’aventure du Seize-Mai.

35 Il semble être considéré comme acquis à la cause bonapartiste parce qu’on retrouve son nom dans les rumeurs de coup d’État en décembre 1877, compromis entre autres, avec Le Roux de Bretagne et Fourtou.

36 G. Hanotaux, op. cit., p. 301 et 310.

37 Préfet des Basses-Alpes en 1858 puis directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur Billault en 1859, il est envoyé par Persigny en Seine-et-Marne (novembre 1860) qui lui confie peu après (décembre 1860) la direction générale du personnel et du cabinet du ministre de l’Intérieur. Mais les deux hommes ne s’entendent pas et Verbigier de Saint-Paul échoue dans la Meurthe en 1861. En 1865, il retrouve son poste place Beauvau auprès de La Valette, ami personnel de Rouher. En 1868, Forcade de la Roquette s’en débarrasse en le nommant à Lille puis il est sacrifié par Émile Ollivier en 1870, mais il devient alors sénateur. Après le 4 septembre 1870, en disgrâce politique, il préside la Compagnie Picardie-Flandres et dirige la municipalité de Fabas (Ariège). Cf. V. Wright, « Verbigier de Saint-Paul », dans J. Tulard (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, p. 1303-1304.

38 De nombreux journaux relèvent cette relation comme, par exemple, la feuille bonapartiste Le Pays dans son édition du 12 juillet 1877, s’inspirant elle-même d’un article publié dans Le Figaro le 8 juin 1874. Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Baron de Saint-Paul, Ba 1263.

39 Appréciations relevées dans les colonnes du Pays, édition du 12 juillet 1877.

40 Selon l’expression que l’on retrouve dans de nombreux journaux républicains de l’époque.

41 Les deux hommes se connaissaient auparavant parce que Saint-Paul officiait encore auprès du Maréchal lorsque Fourtou devint en mai 1874, pour la première fois, ministre de l’Intérieur.

42 Édition du 6 juillet 1877.

43 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Rouher Ba 1257. Rapports du 8 et du 10 juillet 1877.

44 Fourtou doit tenir compte des desiderata des comités électoraux : - bonapartiste, présidé par Hyacinthe Arrighi de Casanova, duc de Padoue, député de Corse ; - orléaniste, présidé par Édouard Bocher, député du Calvados ; - légitimiste, présidé par le vicomte Robert de Mun, frère du comte Albert.

45 Résidence d’exil de Napoléon III et de sa famille dans le Kent (Angleterre) où Rouher, même après la mort de Napoléon III, va chercher des consignes et des subsides...

46 Cette attitude est le résultat de manipulations ainsi que d’un jeu de dupes entre le chef de l’Appel au Peuple et le ministre Fourtou qui a commencé dès 1875.

47 Rapport de police du 25 mai 1877, dossier duc de Broglie Ba 984, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

48 Voir dossiers de Broglie et Fourtou aux Archives de la Préfecture de Police de Paris.

49 Voir J. Grévy, La République des opportunistes, 1870-1885, Paris, Perrin, 1998, p. 241 et s.

50 J. Chastenet, Histoire de la Troisième République, 1er volume : L’enfance de la Troisième, 1870-1879, Paris, Hachette, 1952.

51 Ce rapport a été rendu public le 29 mars 1879.

52 G. Hanotaux, op. cit., p. 18.

53 Voir notre communication au congrès de la CIHAE (cf. note 30). Voir également la communication de B. Ménager, infra.

54 J.-P. Machelon, « The prefect, political functionnary of the Jacobin State : permanences and continuities (1870-1914) » dans S. Hazareesingh, The Jacobin Legacy in Modem France, Oxford, 2002. V. Wright, « Les épurations administratives pendant la seconde moitié du XIXe siècle », dans Les Epurations administratives, Genève, Droz, 1977.

55 Pierre-Henry, Histoire des préfets. Cent cinquante ans d’administration provinciale 1800-1950, Paris, Nouvelles éditions latines, 1950, p. 219.

56 Dossier Reille Ba 1238, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

57 Ch. Voilliot, La candidature officielle, une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République, Presses Universitaires de Rennes, collection Carnot, Paris, 2005, 298 p. Voir également les travaux de P. Lagoueyte.

58 Christophe Voilliot donne l’exemple du gouvernement Buffet qui est responsable de la préparation du scrutin législatif de février 1876, op. cit., p. 227.

59 Des notes de police relèvent la venue de Rouher place Beauvau et tentent de restituer plus précisément le contenu des discussions entre les deux hommes. Dossiers Fourtou et Rouher, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

60 D’autres rapports de police de la Préfecture se sont fait l’écho de disputes assez violentes entre Fourtou et Broglie à propos du choix des « candidats du Maréchal ». Voir dossiers Fourtou et Broglie, Archives de la Préfecture de Police de Paris.

61 Madame Fourtou se trouve, dans un premier temps, dans l’impossibilité d’aider son mari car elle vient d’accoucher d’un sixième enfant et puis souffre d’une péritonite qui la maintient alitée, (cf. lettre du ministre des Travaux publics, Auguste Paris à sa femme Lucie, datée du 14 juin 1877, dans J.-M. Guislin, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve-d’Ascq, CRHEN-O – Université de Lille 3, 2002, p. 78-79. Cependant, dès le mois d'août 1877, lorsqu’elle va mieux, elle est chargée, avec son beau-frère Léonce, d’organiser la campagne de son mari et, entre autres, d’accueillir les agents électoraux qu’il a envoyés Ribérac. (Archives privées Fourtou). Pour plus de détails, on peut se reporter à notre communication lors du colloque international de Bordeaux (octobre 2007), op. cit., cf. note 32.

62 Son élection d’octobre 1877 fut invalidée, mais il fut réélu en 1878. Cf. J. Lalouette, « Une vague exceptionnelle d’invalidations : l’épilogue des élections législatives de 1877 », dans Ph. Bourdin, J.-Cl. Caron et M. Bernard (dir.), L'Incident électoral de la Révolution française à la Ve République, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Biaise Pascal, Coll. Histoires croisées, 2002, p. 157-184.

63 J.-P. Machelon, op. cit., p. 130-134. Certains contemporains, comme Flaubert ou Magnard, pour stigmatiser tous les défauts de la coalition du 16 mai parlèrent même de « bêtise », cf. D. Halévy, La République des ducs, Paris, Grasset, 1937, p. 298-299.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540