Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

La crise du Seize-Mai, cent trente ans après

Présentation de la journée

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

  • 1 Ph. Levillain, « les droites en République », Histoire des droites en France, sous la direction de (...)

1« La crise du Seize-Mai fait partie des fastes républicains. Voulue et vécue comme une épreuve de force décisive sur la définition du conservatisme, elle eut des conséquences en cascade sur les mentalités républicaines et son effet fut considérable sur le comportement des droites ». Ces propos de Philippe Levillain1 justifient pleinement cette journée d’études qui se propose de revisiter, cent trente ans après, cette crise qui débute par le renvoi du ministère républicain de Jules Simon par le maréchal de Mac Mahon, le 16 mai, et s’achève sept mois plus tard par la soumission de ce dernier, les 13 et 15 décembre. Après la défaite des conservateurs de l’ordre moral aux élections législatives des 14 et 28 octobre, la crise se poursuit et s’aggrave en novembre avec la nomination d’une commission d’enquête sur les actes du cabinet du 17 mai (15 novembre), la tardive démission du cabinet de Broglie (20 novembre), la désignation d’un cabinet conservateur et extra-parlementaire (23 novembre) [d’où la date de notre manifestation scientifique] qui peut laisser présager que les anti-républicains souhaitent résister, d’où les rumeurs récurrentes de coup d’Etat.

  • 2 F. Pisani-Ferry, Le coup d'État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965 ; O. Rudelle, La (...)

2À notre connaissance, la crise du Seize-Mai, souvent évoquée dans la production historique, n’a pas eu droit depuis longtemps, c’est-à-dire depuis l’ouvrage de Fresnette Pisani-Ferry publié en 1965, à une étude spécifique, approfondie et renouvelée. Nous ne saurions, certes, ignorer les livres d’Odile Rudelle sur La République absolue, de Gabriel de Broglie sur Mac Mahon, de Jérôme Grévy sur La République des opportunistes, les thèses consacrées à un grand acteur politique comme celles de Sylvie Aprile sur Scheurer-Kestner, de Nathalie Bayon sur Eugène Spuller ou de Jean Garrigues sur Léon Say et le Centre gauche, certaines thèses d’histoire régionale, comme celles de Bernard Ménager pour le Nord ou de Marcel Vigreux sur le Morvan, quelques études particulières comme celles de Jacqueline Lalouette, Jean-Pierre Machelon ou Willy Pelletier qui y consacrent d’importants développements. La publication de la correspondance intime d’un ministre du 16 mai, il y a cinq ans, a été pour nous une première démarche dans cette entreprise de redécouverte que la tenue de cette journée vient prolonger2.

  • 3 R. Remond, La vie politique en France, 1848-1879, Paris, Armand Colin, coll. U, 1969, p. 339.
  • 4 T.-M. Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, coll. Points, 1973, p. 39.

3Il convient d’abord de rappeler rapidement en quoi cette période est névralgique. Les conservateurs qui ne cessent de perdre du terrain, mais ne sont pas encore résignés, songent depuis un certain temps à réagir fermement. Certes, ils tiennent encore la présidence de la République et le Sénat, mais avec une étroite majorité et pour combien de temps encore ? Les amis politiques de Mac Mahon craignent de voir disparaître « le double contrepoids de l’autorité présidentielle et de la sagesse sénatoriale » qui permet de s’opposer à la Chambre des députés « abandonnée par avance aux impulsions du suffrage universel »3. Cette situation est dommageable au gouvernement qui a autant besoin de la confiance du chef de l’État que de celle de la Chambre et se trouve pris dans la bataille politique, notamment engagée autour de la question religieuse, opposant le président de la République et la majorité républicaine - victorieuse en février-mars 1876 - dont le désaccord va crescendo. Il atteint son paroxysme en mai 1877 en raison, d’une part, de l’agitation des cléricaux ultramontains qui se mobilisent derrière les appels de certains évêques en faveur du pape, et d’autre part, de la pression des républicains qui, sous la houlette de Gambetta, condamnent les manifestations ultramontaines (4 mai), autorisent la publicité des séances des conseils municipaux (12 mai) et abrogent une loi qui limitait la liberté de la presse (15 mai), deux mesures conformes à leur programme mais très inquiétantes pour le camp d’en face. S’estimant responsable devant le pays et regrettant la faiblesse du gouvernement qui n’a pas réagi, Mac Mahon accule le président du Conseil, Jules Simon, à la démission. Ainsi éclate la crise du Seize-Mai dont les enjeux apparaissent clairement : l’interprétation des lois constitutionnelles et l’évolution de la société. Qui du chef de l’État (lecture conservatrice) ou de la Chambre des députés (lecture parlementaire) doit avoir la prérogative ? « Les élites de la France du passé »4 peuvent-elles préserver leur influence ainsi que celle de l’Église sur la société au détriment de la promotion de « la couche nouvelle » ?

4Nomination d’un gouvernement minoritaire (17 mai), prorogation (18 mai) puis dissolution (25 juin) de la Chambre des députés, campagne électorale dans un climat passionné au cours de laquelle les pressions administratives rappellent l’autoritarisme du Second Empire tandis que les républicains agitent le spectre de la guerre, le cléricalisme du gouvernement, au demeurant contraire à l’émancipation des esprits, menaçant la paix : tous les ingrédients sont réunis pour faire de ces quelques mois une période politique d’une intensité exceptionnelle favorable, aujourd’hui encore, à de multiples questionnements et réflexions.

5Dans un premier temps, nous essayerons de définir plus exactement cette entreprise de réaction qui réunit - jusqu’à quel point ? - les trois familles de droite (orléaniste, légitimiste, bonapartiste) : est-elle un coup d’État comme certains l’ont craint, espéré ou tenté d’en accréditer l’idée ? Le renvoi de Jules Simon qui y ressemble, la dissolution qui est un appel au peuple, la pression administrative, avec Fourtou à la manoeuvre, qui est une violence, sont autant d’éléments d’inspiration bonapartiste. Mais l’ensemble de l’opération est dirigé par un orléaniste qui a horreur du césarisme ainsi que de la piété tapageuse et envahissante de nombreux légitimistes qui, de leur côté, n’ont pas oublié que le maréchal de Mac Mahon s’était dérobé devant le comte de Chambord en novembre 1873.

6Dans un deuxième temps, deux aspects de la résistance républicaine seront examinés, celui au sein de l’armée d’abord, dont certains chefs restent en contact étroit avec les dirigeants républicains et dont le loyalisme traditionnel est sans doute conforté par la conscription. Le récit républicain des événements, en étroit souvenir avec le 2 décembre 1851, sera ensuite évoqué ; nous comprendrons mieux sans doute dans quelle mesure il a contribué à élever cette résistance républicaine au rang de l’épopée, en en faisant une date symbolique et une référence pour les combats de défense républicaine ultérieurs sur laquelle Jean-François Chanet reviendra en conclusion en rappelant la place de cette crise dans la culture politique française.

7Avant cela, les enjeux économiques et diplomatiques, souvent laissés de côté, auront été réévalués autour de deux thèmes : 1) la réaction des milieux d’affaires souvent considérés comme plus favorables à la conjonction des centres qu’à l’ordre moral, lui-même souvent accusé de complaisance envers les grands compagnies ferroviaires ; 2) l’importance des affaires extérieures avec leur incidence sur la politique intérieure et leur instrumentalisation, pendant la campagne électorale, par les républicains qui reprochent à leurs adversaires de soutenir les dangereuses revendications du Saint-Siège dont l’action ne saurait être négligée.

8Voilà donc notre « plan de vol » pour cette journée d’études qui n’aurait pu être organisée sans l’aide technique du CAVUL ni le concours de l’IRHiS - à cet égard nous tenons à remercier Martine Aubry, Josèphe Broutin et Christine Lefebvre -, et dont la qualité scientifique repose sur la participation des collègues (intervenants, présidents de séance [Yves-Marie Hilaire, Bernard Ménager et Jean-François Eck], autres collègues ici présents) qui ont répondu à notre invitation et auxquels va toute notre gratitude.

Notes

1 Ph. Levillain, « les droites en République », Histoire des droites en France, sous la direction de Jean-François Sirinelli, tome I : Politique, Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 1992, p. 177.

2 F. Pisani-Ferry, Le coup d'État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965 ; O. Rudelle, La République absolue. Aux origines de l'instabilité constitutionnelle de la France républicaine (1870-1880), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 ; G. de Broglie, Mac Mahon, Paris, Perrin, 2000 ; J. Grévy, La République des opportunistes 1870-1885, Paris, Perrin, 1998 ; S. Aprile, Auguste Scheurer-Kestner (1833-1899) et son entourage. Étude biographique et analyse politique d'une aristocratie républicaine, Université Paris I, 1994 ; N. Bayon, Eugène Spuller (1835-1896). Itinéraire d’un républicain entre Gambetta et le Ralliement, Université Bordeaux 3,2001, thèse publiée sous le même titre à Villeneuve d’Ascq aux Presses universitaires du Septentrion en 2006 ; J. Garrigues, Léon Say et le Centre gauche. La grande bourgeoisie libérale dans les débuts de la IIIe République, 1871-1896, Université Paris X-Nanterre, 1993 ; J. Lalouette, « Une vague exceptionnelle d’invalidations : l’épilogue des élections législatives de 1877 », dans Ph. Bourdin, J.-Cl. Caron, M. Bernard (dir.), L’incident électoral de la Révolution française à la Ve République, Clermont-Ferrand, Presses universitaires, 2002, p. 157-186 ; J.-P. Machelon, « Le Seize-Mai, un coup d’État », dans C. Boutin, F. Rouvillois, Le coup d’État, recours à la force ou dernier mot du politique ? Actes du colloque organisé par le Centre d’études normand sur La Théorie et la Régulation de l’État, 2004, Paris, F.-X. Guilbert, 2007 ; W. Pelletier, « La construction d’une crise présidentielle, le 16 mai 1877 », Rapport no 85, Table ronde no 4 La Construction de l’institution présidentielle, Actes du Congrès national de l’Association française de Science Politique, Bordeaux, 1988 ; B. Ménager, Le vie politique dans le département du Nord de 1851 à 1877, Thèse d’Etat, 3 vol., Lille, Service de reproduction des thèses, Université de Lille 3, 1983 ; M. Vigreux, Paysans et notables du Morvan au XIXe siècle jusqu’en 1914, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987 ; J.-M. Guislin, Un ministre artésien dans la crise du 16 mai. La correspondance entre Auguste et Lucie Paris (16 mai-23 novembre 1877), Villeneuve-d’Ascq, CRHEN-O, Université de Lille 3,2002 ; J. Grévy, « Paroles de Gambetta en 1877 », dans A. Jollet (textes réunis par), La prise de parole en politique, Université de Poitiers, Les Cahiers du Gerhico, no 10, 2006, p. 57-70.

3 R. Remond, La vie politique en France, 1848-1879, Paris, Armand Colin, coll. U, 1969, p. 339.

4 T.-M. Mayeur, Les débuts de la IIIe République, 1871-1898, Paris, Seuil, coll. Points, 1973, p. 39.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540