Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Seize-mai revisité

 | 
Jean-Marc Guslin

Avant-propos

Jacqueline Lalouette

Texte intégral

  • 1 Le 2 mars, Charles X avait adressé à la Chambre ces paroles : « [...] Si de coupables manoeuvres s (...)

1Peu de périodes historiques peuvent être désignées par une date immédiatement intelligible, alors même que l’année n’est pas précisée (le 14 juillet), ou par l’existence d’un groupe de personnes identifiables par leur nombre (« les 221 » qui adressèrent une célèbre adresse à Charles X le 16 mars 18301 ou « les 80 » qui refusèrent de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940). Avec le Seize-Mai et « les 363 », l’année 1877 associe ces deux caractères.

  • 2 Discours prononcé à Abbeville, le 10 juin 1877, Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, (...)
  • 3 E. de Marcère,Histoire de la République de 1876 à 1879, Paris, Plon-Nourrit et Cie, t. I, 1908, p. (...)
  • 4 E. de Marcère, Le Seize Mai et la fin du Septennat, Paris, Librairie Plon, 1900, p. 48.
  • 5 Cité par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine, t. III, La Présidence du maréchal de Ma (...)

2Si le souvenir du Seize-Mai semble maintenant bien estompé dans la mémoire collective, cette date reste un point de repère fondamental dans l’histoire politique de la France contemporaine pour les historiens, les constitutionnalistes et, sans doute, nombre d’hommes politiques. Le 16 mai 1877 désigne tout d’abord le jour qui vit Jules Simon présenter sa démission au maréchal de Mac Mahon après avoir lu la lettre de défiance et de blâme - une « lettre de congé », selon Gambetta2 - que celui-ci lui avait adressée. Le maréchal-président accepta sans états d’âme le départ de son Premier ministre : « Je suis un homme de droite. Nous ne pouvons plus marcher ensemble »3. Ce retrait de Jules Simon aggrava le profond malaise politique, qui était latent depuis la « cohabitation » née de la victoire républicaine aux élections législatives de février 1876, et renforça la crainte du pouvoir personnel, ce « fantôme qui avait toujours hanté [les] esprits depuis le 24 mai 1873 »4. Il précipita l’éclosion d’une crise qui semblait inéluctable : comme l’avait écrit Émile de Girardin le 7 mai, vouloir « marier le Grand-Turc et la République de Venise » relevait d’un « fol espoir » dont ne pouvaient raisonnablement se bercer des hommes politiques sérieux ; il fallait admettre qu’une politique de centre gauche ne pouvait être conduite plus longtemps et qu’il convenait désormais de choisir entre « deux politiques : la politique des républicains, la politique des dynastiques »5.

  • 6 Dans son discours du 4 mai, Gambetta attribua lui-même la paternité de la formule à Alphonse Peyra (...)
  • 7 A. Zévaès, Au temps du Seize Mai, Paris, éditions des Portiques, 1932, p. 115.

3Mais le Seize-Mai fait aussi partie d’un ensemble d’événements qui sont notamment la séance de la Chambre des députés du 4 mai, au cours de laquelle Gambetta lança son célèbre cri de guerre : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi ! »6, la dissolution de la Chambre, votée par le Sénat le 22 juin, et les élections législatives des 14 et 28 octobre. Mentionner le Seize-Mai, ne consiste donc pas à désigner une journée précise, mais, plus largement, une période politiquement agitée et profondément troublée. Comme le dit Alexandre Zévaès, « on désigne abréviativement sous le nom de Seize-Mai la période de crise ouverte ce jour-là par le geste du maréchal-président »7.

  • 8 Pour Monsieur Mayeux, voir Champfleury, Histoire de la caricature moderne, deuxième édition, Paris (...)
  • 9 Voir Cl. Ferment, « Monsieur Mayeux, curieux personnage de caricature », art. cit., p. 70.
  • 10 Ibid., p. 64.
  • 11 Champfleury, Histoire de la caricature moderne..., op. cit., p. 206.
  • 12 Ibid., p. 209.
  • 13 Cl. Ferment, « Monsieur Mayeux, curieux personnage de caricature », art. cit., p. 74.
  • 14 Ainsi, dans La Caricature du 6 janvier 1831 fut publié un dessin de Grandville intitulé « On annon (...)
  • 15 « Ah ! séductrice, tu frottes la bosse à Mayeux », lithographie, octobre 1830, L. Delteil, Le pein (...)
  • 16 E. K. Menon, « Tout Mayeux », Nouvelles de l’Estampe, no 158, mai 1998, p. 7.

4La date du Seize-Mai s’incarne, en quelque sorte, dans ceux que les républicains appelèrent « les Seizemayeux » et, mieux encore, dans le personnage d’Oscar Seizemayeux. Ce patronyme étrange put être forgé grâce à l’existence d’un personnage caricatural, Monsieur Mayeux8, inventé par Charles Joseph Traviès quelques mois avant la révolution de 1830, mais qui fut connu surtout entre les Trois Glorieuses et 18339. Sous le crayon de Traviès, Monsieur Mayeux se présente comme un homme contrefait, un « nabot aux genoux cagneux et de surcroît bossu » ; sa face est grimaçante, il est « goguenard, paillard, buveur, licencieux »10 ; doté d’un masque simiesque, il est « condamné aux penchants luxurieux » du singe et multiplie « les propos croustilleux »11 à l’adresse de toutes les femmes. Dans les premières années de la monarchie de Juillet, il incarne le « boutiquier garde national » et se pavane « la tête couverte d’un important bonnet à poils, moins gros que sa bosse, plus haut que toute sa personne » ; vaniteux, ambitieux, « il envie les honneurs, les rubans, les dignités »12. Les aventures de Mayeux acquirent une grande célébrité au début de la monarchie de Juillet. Des fabricants s’inspirèrent de sa silhouette pour créer pipes, pots ou bonbonnières ; son corps se fit bougeoir et ses traits emplirent le fond de quelques assiettes13. Le personnage de Mayeux fut repris par d’autres dessinateurs, Hippolyte Robillard, mais surtout Grandville14 et Daumier15. D’illustres écrivains le citèrent (Balzac, Baudelaire, les Goncourt) ou en tirèrent de nouveaux personnages ; d’après Elizabeth K. Menon, il servit à Victor Hugo - qui le cite explicitement dans Chansons des rues et des bois (Livre premier, « Jeunesse », XIX, « Réponse à l’esprit des bois ») - pour créer Quasimodo et Triboulet16 ; quant à Eugène Sue, il glissa une femme nommée « la Mayeux » dans Le Juif errant. Monsieur Mayeux réapparut du 17 juin au 8 juillet 1848, dans un journal « politique, critique et littéraire », intitulé Mayeux.

  • 17 Les prénoms attribués à Monsieur Mayeux étaient divers, de César à Dieudonné, en passant par Napol (...)
  • 18 L. Rigaud, Dictionnaire d'argot moderne, Paris, Paul Ollendorf, 1881, p. 345-346.

5Le souvenir de ce vilain gnome — dont le nom, en 1877, fut une extraordinaire aubaine pour les républicains - devait être encore vif près d’une cinquantaine d’années après sa création car, après le 16 mai, on vit apparaître dans le no 25 de La Petite Lune, le portrait d’Oscar Seizemayeux, dessiné par Gill17. Digne descendant de son aïeul de 1830, Oscar Seizemayeux est bossu, borgne et édenté. Par ailleurs, le nom de « Seizemayeux » servit à désigner les adversaires de la République ; dans le no 27 de La Petite Lune, Gill a dessiné un « parabotte breveté SGDG conseillé aux Seizemayeux pour amortir les hommages du peuple » ; le dessin représente un homme dont le dos est protégé par une paillasse destinée à atténuer la vigueur du coup de pied que le peuple s’apprête à lui asséner. Ce mot de « seizemayeux » est passé dans l’argot politique de la Troisième République ; Lucien Rigaud, qui cite Le Réveil du 16 décembre 1877 et Le Rappel du 19 décembre 1877, le définit ainsi dans son Dictionnaire d'argot moderne : « Sobriquet donné aux fonctionnaires après le 16 mai, aux partisans de la politique réactionnaire du 16 mai 1877 »18.

  • 19 Marie-François-Simon-Gustave Ratier (1804-1880), ancien proscrit du Deux Décembre, préfet du Morbi (...)
  • 20 Renvoyé à la Chambre, c’est-à-dire réélu.
  • 21 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta..., op. cit., p. 34.

6Le 18 mai, Mac Mahon ajourna les Chambres pour un mois. Lors d’une réunion des députés républicains tenue à Versailles, à l’hôtel des Réservoirs, Gambetta affirma que cet acte annonçait une dissolution, puis il ajouta : « Nous sommes la chambre des députés maintenant tous ses droits ». Ratier19 ayant ponctué cette déclaration d’un « comme les 221 », Gambetta approuva la comparaison : « Ce souvenir de la Restauration est juste, car nous avons devant nous des prétentions qui rappellent celles de Polignac (mouvement). [...] Hé bien les électeurs à cent écus de la Restauration ont renvoyé20 les 221. Imaginez alors quel sera le reflux de cet océan du suffrage universel poussant devant lui et rejetant pour jamais sur la grève toutes les épaves de l’Ancien Régime (Très bien ! très bien ! Vifs applaudissements)21. Puis il proposa la rédaction d’un texte « de protestation contre la politique irrégulière, sinon dans la lettre, au moins dans l’esprit de la Constitution du 25 février », tâche dont se chargea son fidèle compagnon, Eugène Spuller. Signé par 363 députés, ce texte, dans lequel figurent deux références au 24 mai 1873, est connu sous l’appellation de « manifeste des 363 ».

  • 22 Le 10 juin, à Abbeville, Gambetta se dit certain que les 363 reviendraient : « Je sais assez bien (...)
  • 23 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta..., op. cit., p. 192. Voir aussi L'Illustration, n(...)
  • 24 Diverses autres brochures consacrées aux 363 sont mentionnées dans Catalogue de la Troisième Répub (...)
  • 25 A. Bruant, Chansons et monologues. Paroles et musique, t. 3, Paris, H. Geffroy, 1897, p. 1029-1033
  • 26 Communication particulière d’Antoine Prost. René Cassin tenait sans doute ces mouchoirs de ses par (...)
  • 27 Ce foulard - dont la cote de La BNF est Réserve, fol. Lb57 19 703 (1) - est reproduit (en couleurs (...)
  • 28 Mais notre mémoire nous trompe peut-être ; le document vu chez Henri Dubief pouvait être non un mo (...)

7Ce nombre acquit une immense valeur symbolique et la réélection « des 363 »22 fut l’un des principaux mots d’ordre de la campagne électorale. Lors d’un « banquet commémoratif de la naissance du général Hoche » organisé à Versailles, le 24 juin, Gambetta décerna les plus vibrants éloges aux 363 : « Quiconque ne figure pas sur cette liste solennelle et désormais historique, quiconque ne s’est pas trouvé à ce rendez-vous de l’honneur et de la loyauté, du patriotisme et de la sincérité, ne nous appartient pas ; il n’est pas des nôtres, il appartient à nos adversaires »23. Auréolés de toutes les vertus civiques, les 363 furent au cœur de la propagande républicaine. On leur consacra des brochures – comme celles du Père Gérard, Votons pour les 363, publiée à Paris, ou de Julien Cordier, Les 363 devant le suffrage universel, publiée à Nancy24 – et des chansons : Aristide Bruant composa ainsi en 1878 « Les 363 ou les vendanges de la République »25. Les portraits ou les déclarations des 363 nourrirent « le folklore de la République » ; on les relève notamment sur des « mouchoirs de cou », autrement dit des foulards, dont divers modèles sont connus. Antoine Prost en a trouvé deux dans les papiers de René Cassin, conservés aux Archives nationales26. Sur l’un, dont le fond est blanc et la bordure tricolore, est imprimé le « Manifeste des 363 républicains », qui occupe trente lignes. Le second, blanc lui aussi, est bordé de rouge, une sorte de spirale séparant le centre de la bordure ; sous le titre « République Française », figurent les armes de Paris, surmontées d’une couronne crénelée et accompagnées de la devise Fluctuat non mergitur, l’ordre du jour du 19 juin 1877 et le nom des 363 députés qui l’adoptèrent, rangés en dix colonnes. Un troisième mouchoir est conservé à la Réserve de la Bibliothèque nationale de France ; la bordure, d’un rouge vif, est séparée de la partie centrale par une grecque noire ; le fond, d’un blanc crème – à moins que le temps n’ait jauni le blanc originel –, est occupé dans la partie supérieure par les portraits de Thiers et de Gambetta inscrits dans un cadre ovale. Entre les portraits des deux chefs du parti républicain figurent les armes de Paris, là encore avec la couronne crénelée et la devise. Au milieu du mouchoir, un cartouche contient les mots « République Française » ; enfin dans la moitié inférieure, sous le titre « Union de tous les groupes républicains », sont reproduites les déclarations des sénateurs et des députés, du 26 juin. D’après une notice rédigée par un conservateur de la Réserve de la BNF, ce mouchoir de cou fut porté le jour des obsèques de Thiers, le 8 septembre 187727. Nous nous rappelons par ailleurs avoir vu, aux alentours de 1990, un autre mouchoir de propagande, encadré dans le salon du regretté Henri Dubief (1910-1995). D’assez grande taille, ce mouchoir représentait, nous semble-t-il, les visages des 363, disposés en éventail28. Enfin, il nous est arrivé à deux ou trois reprises, de voir de telles pièces de tissu présentées sur « e-bay ».

  • 29 B. Mirkine-Guetzévitch, La Quatrième République, New York, éditions de la Maison française, 1946, (...)
  • 30 J.-P. Machelon, « Le Seize Mai : un coup d’État ? », Le Coup d’État. Recours à la force ou dernier (...)
  • 31 Ainsi, Paul Cambon considérait « ce coup d’État parlementaire comme une folie », P. Cambon, Corres (...)
  • 32 « Si, au cours d’une même période de dix-huit mois, deux crises ministérielles surviennent dans le (...)
  • 33 M. agulhon, La République de Jules Ferry à François Mitterrand. 1880 à nos jours, Paris, Hachette, (...)
  • 34 Cité par R. Krakovitch, Edgar Faure. Le virtuose de la politique, Paris, Économisa, 2006, p. 96.
  • 35 D’après Jacques Fauvet, c’est le MRP qui suggéra « au gouvernement de se faire renverser dans des (...)
  • 36 D. Colard, Edgar Faure ou l'Intelligence de la Politique. 1945-1975, Paris, Jean Dullis éditeur, 1 (...)
  • 37 R. Krakovitch, Edgar Faure. Le virtuose de la politique. op. cit., p. 97.
  • 38 M. Duverger, « Elections et dissolution », Les élections du 2 janvier 1956, sous la dir. de M. Duv (...)
  • 39 R. Rémond, « Un précédent à la dissolution. Du Seize-Mai au 4 octobre », Le Monde, 11 octobre 1962

8Caricatures, créations lexicales et objets de propagande prouvent à quel point la France fut agitée par le Seize-Mai. Les effets institutionnels de la crise, loin de s’effacer rapidement, se firent sentir durant plusieurs décennies. Pendant longtemps, aucun président de la République n’osa plus user de son droit de dissolution, ce qui, selon Boris Mirkine-Guetzévitch, priva le régime parlementaire français « du moyen le plus puissant de stabilité gouvernementale »29. De même, pour Jean-Pierre Machelon, « le refus du droit de dissolution » – né du « traumatisme ressenti par l’opinion républicaine après le Seize Mai » – eut pour conséquence de « travestir l’esprit du parlementarisme, qui reconnaît classiquement dans cette prérogative une pièce maîtresse de l’équilibre institutionnel »30. Il fallut près de quatre-vingts ans pour que disparût cette phobie républicaine, phobie d’autant plus forte que les souvenirs de 1877, comme nous l’avons dit, se mêlaient à ceux de 1830 et 1873, mais aussi à ceux, encore plus répulsifs, du Deux Décembre 1851. La crise du Seize-Mai ayant été interprétée comme une tentative de coup d’État ou, au minimum, comme un coup de force31, le processus de dissolution sembla longtemps contraire aux principes parlementaires et démocratiques. Le pas fut sauté le 30 novembre 1955, lorsque, conformément aux dispositions de l’article 51 de la Constitution du 27 octobre 194632, Edgar Faure prit « le parti insolite, et par conséquent courageux »33 de s’orienter vers la dissolution. Il ne se décida qu’après avoir longuement hésité et confié à un journaliste, Gilbert Girod, que si la dissolution lui semblait « souhaitable », il n’y recourrait cependant pas, car on ferait « référence à Napoléon III et à Mac Mahon »34. Il aurait finalement cédé aux instances de divers amis35 et la dissolution fut décidée lors du conseil des ministres du 30 novembre, mais, pour des raisons de calendrier électoral, le décret ne fut signé que le 2 décembre, jour fâcheux entre tous – l’on s’étonne même que personne n’eût pensé à l’effet que cette date pourrait produire – ; l’audacieux se fit traiter de « Badinguet »36. Peu après, Edgar Faure fut exclu du Parti radical, ce qui constitua, comme il le dit lui-même, « une césure » dans sa vie37. Malgré ces péripéties, Maurice Duverger estimait que la dissolution de 1955 avait lavé le droit de dissolution « de son péché originel »38. La situation fut un peu plus compliquée pour la dissolution suivante, celle qui fut décidée par le général de Gaulle le 6 octobre 1962 et annoncée par décret, le 10, car les républicains livraient plusieurs batailles à la fois : ils contestaient le processus adopté pour réviser la constitution, opération nécessaire pour transformer les modalités d’élection du président de la République, modification institutionnelle majeure dont ils ne voulaient pas non plus ; enfin, ils ne pouvaient accepter l’attitude de de Gaulle, qui répliqua à la motion de censure ayant frappé le gouvernement Pompidou, le 4 octobre, par une dissolution. Les références au Seize-Mai se multiplièrent alors et René Rémond s’attacha à en mesurer la validité39. Tout en admettant qu’il existait « certaines similitudes » entre les deux dissolutions – mêmes débats sur la nature de la représentativité et de la responsabilité, et donc sur celle du régime ; initiative prise par le président de la République –, René Rémond en souligna surtout les différences, et tout d’abord les différences de contexte : « le général de Gaulle n’est certes pas le maréchal Mac Mahon et il n’est pas sûr que Gambetta se reconnaîtrait en M. Guy Mollet ». Par ailleurs, René Rémond notait que la conduite du maréchal de Mac Mahon s’expliquait par sa volonté de « contenir le suffrage universel » en retirant le gouvernement à une personnalité politique trop soumise aux ténors de la démocratie, alors que le général de Gaulle, lui, voulait au contraire donner son plein essor au suffrage universel. Enfin, souligne René Rémond, si les 363 constituaient une majorité cohérente et unie, les 280 députés ayant voté la motion de censure contre le gouvernement Pompidou formaient un bloc complètement hétérogène. Pour lui, entre les deux dissolutions, il y avait donc des différences fondamentales.

  • 40 J.-M. Mayeur, Léon Gambetta. La Patrie et la République..op. cit., p. 262.
  • 41 Discours et plaidoyers politiques..op. cit., t. VII, p. 83-84.
  • 42 Ibid., p. 139.

9Mais la crise du Seize-Mai entraîna d’autres conséquences. Elle fut, rappelle Jean-Marie Mayeur, « largement comprise comme une affaire cléricale »40. En effet, à diverses reprises, Gambetta dénonça avec la plus grande véhémence le rôle des jésuites, des prêtres, du Vatican. Le 10 juin, à Abbeville, il condamna « l’influence véritablement exorbitante qu’a prise, dans notre malheureux pays, le cléricalisme... (explosion d’applaudissements) » ; d’après lui, « on n’arracher[ait] pas de la tête de nos paysans français que la main du jésuite est dans tout cela (Oui ! – C’est vrai ! – Très bien ! très bien – Applaudissements) »41. Le 16 juin, à la Chambre, il rendit le Vatican directement responsable de l’acte du Seize-Mai et affirma qu’« un cri [avait] traversé la France [...], un cri qui reviendra, qui sera la libération, qui sera le châtiment, le cri : “C’est le gouvernement des prêtres ! (Bravos à gauche. – Dénégations à droite). C’est le ministère des curés”, disent les paysans (Bravos répétés à gauche.) »42. La politique anticléricale de la Troisième République s’explique en partie par le rôle prêté à l’Église dans les événements de 1877, comme dans les événements antérieurs de 1851 et 1873 ; le même mécanisme se reproduisit lors de l’Affaire.

  • 43 J.-P. Machelon, « Le Seize Mai. Un coup d’État ? », art. cit., p. 114.

10En dépit du rôle fondamental que le Seize-Mai joua dans l’histoire institutionnelle et politique de la France contemporaine, « l’historiographie de l’événement est assez courte »43. C’est pourquoi la publication de la journée d’études organisée à l’Université de Lille 3, à l’initiative de Jean-Marc Guislin, est particulièrement bienvenue et doit être saluée.

Notes

1 Le 2 mars, Charles X avait adressé à la Chambre ces paroles : « [...] Si de coupables manoeuvres suscitaient à mon pouvoir des obstacles que je ne dois pas, que je ne veux pas prévoir, je trouverais la force de les surmonter dans ma résolution de maintenir la paix publique, dans la juste confiance des Français et dans l’amour qu’ils ont toujours montré pour leur roi. » Des députés, au nombre de 221 répondirent par cette adresse : « La Charte a fait du concours permanent des vues politiques de votre gouvernement avec les voeux de votre peuple la condition indispensable de la marche régulière des affaires publiques. Sire, notre loyauté, notre dévouement nous condamnent à vous dire que ce concours n’existe pas. », L. Blanc, Histoire de Dix ans. 1830-1840, Paris, Pagnerre, 9e édition, 1849, t. Ier, p. 144.

2 Discours prononcé à Abbeville, le 10 juin 1877, Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, publiés par M. J. Reinach, vol. VII, 5e partie (16 mai 1877-14 décembre 1877), Paris, G. Charpentier, 1882, p. 75.

3 E. de Marcère,Histoire de la République de 1876 à 1879, Paris, Plon-Nourrit et Cie, t. I, 1908, p. 223.

4 E. de Marcère, Le Seize Mai et la fin du Septennat, Paris, Librairie Plon, 1900, p. 48.

5 Cité par G. Hanotaux, Histoire de la France contemporaine, t. III, La Présidence du maréchal de Mac Mahon, ** La Constitution de 1875, Paris, Société d’édition contemporaine, p. 709.

6 Dans son discours du 4 mai, Gambetta attribua lui-même la paternité de la formule à Alphonse Peyrat. Mais ne déforma-t-il pas les propos de ce dernier ? Au mois de janvier 1876, lors d’une réunion des électeurs sénatoriaux de la Seine, Peyrat s’était écrié : « C’est le parti clérical. Voilà l’ennemi ! », Le Rappel, 28 janvier 1876.

7 A. Zévaès, Au temps du Seize Mai, Paris, éditions des Portiques, 1932, p. 115.

8 Pour Monsieur Mayeux, voir Champfleury, Histoire de la caricature moderne, deuxième édition, Paris, E. Dentu, s. d., p. 201-218 ; Cl. Ferment, « Monsieur Mayeux, curieux personnage de caricature », L’Estampille, no 171-172, juillet-août 1984, p. 64-64-74 ; R. Searle, CL. Roy, B. Bornemann, La caricature. Art et manifeste. Du XVIesiècle à nos jours, Genève, Skira, 1974, p. 146-147 ; E. K. Menon, « Tout Mayeux », Nouvelles de l’Estampe, no 158, mai 1998, p. 7-27. Le nom de Mayeux s’écrit aussi Mahieu ou Mahieux, Cl. Ferment, art. cit., p. 64.

9 Voir Cl. Ferment, « Monsieur Mayeux, curieux personnage de caricature », art. cit., p. 70.

10 Ibid., p. 64.

11 Champfleury, Histoire de la caricature moderne..., op. cit., p. 206.

12 Ibid., p. 209.

13 Cl. Ferment, « Monsieur Mayeux, curieux personnage de caricature », art. cit., p. 74.

14 Ainsi, dans La Caricature du 6 janvier 1831 fut publié un dessin de Grandville intitulé « On annonce Monsieur Mayeux », Grandville. Caricatures et illustrations, Musée des Beaux-Arts de Nancy. 4 juillet-15 septembre 1975, Nancy, imprimerie Vagner, 1975, notice no 61.

15 « Ah ! séductrice, tu frottes la bosse à Mayeux », lithographie, octobre 1830, L. Delteil, Le peintre-graveur illustré. Daumier, Paris, 1906, no 15 ; « Voyez, Mr Mayeux, cet animal tient le milieu entre l’homme et le singe - Dieu de Dieu ! Il peut se flatter d’être b... ent laid ! », série « Les orangs-outangs », planche no 2, Le Charivari, 6 octobre 1836. Nos remerciements vont à Bertrand Tillier qui nous a aidée à dater ces deux planches.

16 E. K. Menon, « Tout Mayeux », Nouvelles de l’Estampe, no 158, mai 1998, p. 7.

17 Les prénoms attribués à Monsieur Mayeux étaient divers, de César à Dieudonné, en passant par Napoléon, Hercule, Corydon, Barnabé... Oscar ne figure pas dans la liste établie par Elizabeth K. Menon (art. cit., p. 14), mais M. de Fourtou se prénommait Oscar.

18 L. Rigaud, Dictionnaire d'argot moderne, Paris, Paul Ollendorf, 1881, p. 345-346.

19 Marie-François-Simon-Gustave Ratier (1804-1880), ancien proscrit du Deux Décembre, préfet du Morbihan d’octobre 1870 à mars 1871, élu député dans la première circonscription de Lorient en février 1876, réélu en octobre 1877, Dictionnaire des parlementaires français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889, sous la dir. de MM. A. Robert, E. Bourloton et R. Cougny, t. V, Paris, Bourloton éditeur, 1891, p. 93-94. Voir également V. Wright, Les préfets de Gambetta, texte complété, mis à jour et présenté par Éric Anceau et S. Hazareesingh, Préface de J.-P. Machelon, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 360-362.

20 Renvoyé à la Chambre, c’est-à-dire réélu.

21 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta..., op. cit., p. 34.

22 Le 10 juin, à Abbeville, Gambetta se dit certain que les 363 reviendraient : « Je sais assez bien comment les élections se passent dans mon pays, pour être assuré que je ne prononce pas une parole téméraire quand je dis que les 363 reviendront comme une leçon, qu’ils reviendront comme une force, qu’ils reviendront comme une délivrance. Ces 363, ils seront fortifiés par le suffrage universel, comme les 221 de la Restauration », Discours et plaidoyers politiques..., p. 82. Le 16 juin, à la Chambre, où les travaux venaient de reprendre, il fixa un nombre supérieur : « Et j’ose affirmer que, de même que, en 1830, on était parti 221, on est revenu 270, de même en 1877, nous partons 363, nous reviendrons 400 (applaudissements au centre et à gauche) ». Le 28 septembre, il annonça à la princesse Troubetzkoï « Nos élus seront au bas mot 408 - retenez bien ce chiffre, dans trois semaines il aura remplacé les 363 », cité par J.-M. Mayeur, Léon Gambetta. La Patrie et la République, Paris, Fayard, 2008, p. 268. En réalité, 325 républicains seulement furent élus, mais il y eut 73 invalidations. Il fallut donc organiser de nombreuses partielles, dont certaines donnèrent elles-mêmes lieu à des invalidations et à de nouvelles partielles. En outre, il y eut des décès, et des députés furent élus au Sénat ; aussi, en 1879, la Chambre correspondait à peu près à la prédiction de Gambetta, voir J. Lalouette, « Une vague exceptionnelle d’invalidations : l’épilogue des élections législatives de 1877 », L’incident électoral de la Révolution française à la V République, sous la dir. de Ph. Bourdin, J.-C. Caron et M. Bernard, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Biaise Pascal, 2002, p. 157-184.

23 Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta..., op. cit., p. 192. Voir aussi L'Illustration, no 1792, 30 juin 1877, p. 419.

24 Diverses autres brochures consacrées aux 363 sont mentionnées dans Catalogue de la Troisième République, t. 2, Paris, Chadwyck-Healey France, 1996 ; les documents se rapportant à la campagne électorale de mai-octobre 1877 correspondent aux notices numérotées de 9652 à 9996.

25 A. Bruant, Chansons et monologues. Paroles et musique, t. 3, Paris, H. Geffroy, 1897, p. 1029-1033.

26 Communication particulière d’Antoine Prost. René Cassin tenait sans doute ces mouchoirs de ses parents.

27 Ce foulard - dont la cote de La BNF est Réserve, fol. Lb57 19 703 (1) - est reproduit (en couleurs) dans A l’Exposition universelle. Séville. 1992. Facettes d’une nation, sous la direction de R. Debray, Paris, Flammarion, 1992, p. 133 ; la notice du conservateur de la Bibliothèque nationale est signée « SBG ». Ce foulard est aussi reproduit (en noir et blanc) dans F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877, Paris, Robert Laffont, 1965 (planche insérée entre les p. 176 et 177).

28 Mais notre mémoire nous trompe peut-être ; le document vu chez Henri Dubief pouvait être non un mouchoir, mais une gravure, comme celle qui est reproduite dans F. Pisani-Ferry, Le coup d’État manqué du 16 mai 1877..., op. cit., (entre les p. 240-241).

29 B. Mirkine-Guetzévitch, La Quatrième République, New York, éditions de la Maison française, 1946, p. 59.

30 J.-P. Machelon, « Le Seize Mai : un coup d’État ? », Le Coup d’État. Recours à la force ou dernier mot du politique ? Paris, éditions François-Xavier de Guibert, 2007, p. 127.

31 Ainsi, Paul Cambon considérait « ce coup d’État parlementaire comme une folie », P. Cambon, Correspondance. 1870-1924, avec un commentaire et des notes par Henri Cambon, Paris, Grasset, 1940, p. 83. Il est vrai que, pour d’autres commentateurs, il fut un simple « coup de tête » du président-maréchal, voir J.-P. Machelon, « Le SeizeMai : un coup d’État ? »..., art. cit., p. 115.

32 « Si, au cours d’une même période de dix-huit mois, deux crises ministérielles surviennent dans les conditions prévues aux articles 49 et 50, la dissolution de l’Assemblée nationale pourra être décidée en Conseil des ministres, après avis du président de l’Assemblée. La dissolution sera prononcée, conformément à cette décision, par décret du président de la République », Les Constitutions de la France depuis 1789, présentation par J. Godechot, Paris, Garnier-Flammarion, 1995, p. 401. La dissolution a été rendue plus facile par la réforme constitutionnelle du 30 novembre 1954, initiée par Pierre Mendès France (la « réformette »)

33 M. agulhon, La République de Jules Ferry à François Mitterrand. 1880 à nos jours, Paris, Hachette, 1990, p. 402.

34 Cité par R. Krakovitch, Edgar Faure. Le virtuose de la politique, Paris, Économisa, 2006, p. 96.

35 D’après Jacques Fauvet, c’est le MRP qui suggéra « au gouvernement de se faire renverser dans des conditions lui permettant d’utiliser le droit de dissolution de l’Assemblée », J. Fauvet, La IV République, Paris, Fayard, 1959, p. 385.

36 D. Colard, Edgar Faure ou l'Intelligence de la Politique. 1945-1975, Paris, Jean Dullis éditeur, 1975, p. 100.

37 R. Krakovitch, Edgar Faure. Le virtuose de la politique. op. cit., p. 97.

38 M. Duverger, « Elections et dissolution », Les élections du 2 janvier 1956, sous la dir. de M. Duverger, F. Goguel et J. Touchard, Paris, Cahiers de la FNSP, Armand Colin, 1957, p. 4.

39 R. Rémond, « Un précédent à la dissolution. Du Seize-Mai au 4 octobre », Le Monde, 11 octobre 1962.

40 J.-M. Mayeur, Léon Gambetta. La Patrie et la République..op. cit., p. 262.

41 Discours et plaidoyers politiques..op. cit., t. VII, p. 83-84.

42 Ibid., p. 139.

43 J.-P. Machelon, « Le Seize Mai. Un coup d’État ? », art. cit., p. 114.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS (UMR CNRS 8529)

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540