Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Conclusions

Bruno Béthouart et Thibault Tellier

Texte intégral

1L’exercice délicat de la synthèse rassemblant les éléments saillants de cette journée riche en qualité d’interventions et variée dans ses angles d’approche aurait dû être brillamment réalisé par le professeur René Rémond. Celui-ci, contacté par les organisateurs, avait donné immédiatement son accord de principe avant que la mort ne l’emporte le 14 avril 2007. Ancien responsable national de l’ACJF, de la JEC, président de la Fondation nationale des sciences politiques pendant un quart de siècle, auteur de plusieurs ouvrages sur Les Droites en France, René Rémond n’avait pas son pareil pour, en quelques mots, rassembler et tirer les conclusions.

Maurice Schumann, l’homme

2La trajectoire passionnante et complexe que le colloque a permis de mettre en valeur s’appuie sur trois éléments qui sont apparus au fil des exposés : la rencontre de personnalités, la mise en évidence de situations et enfin l’importance de sa démarche spirituelle ou plus exactement de sa conversion au christianisme.

Des personnalités

3La première qui permet d’éclairer une part de l’homme Schumann n’est autre que son père, juif libéral et mélomane évoqué par Christine Rimbaud et par sa fille Christine Böel-Schumann. Ce bourgeois qui tient un commerce de luxe à Paris lui donne le goût de la musique et de la tolérance. Sa mère, agnostique et républicaine, fait, en quelque sorte, le pendant dans son éducation mais cette influence s’efface devant la fascination que la gouvernante, Mlle Limanton, ultra-catholique, va exercer sur le jeune Maurice Schumann. Celui-ci l’accompagne en secret aux offices de la paroisse catholique. Cette approche presque affective du catholicisme va se trouver renforcée par la découverte du philosophe Henri Bergson. Le maître de l’intuition lui ouvre d’autres horizons que les postulats rationalistes que lui inculque le célèbre philosophe Alain durant son passage au lycée Henri IV. Viendront ensuite, pour renforcer cette entrée en catholicisme, l’ardeur et la chaleur de Marc Sangnier qui lui transmet le goût de « l’âme commune » et de la question sociale ainsi que Jacques Maritain qu’il fréquente chaque semaine chez les Dominicains durant l’entre-deux-guerres. Par la suite, les frères prêcheurs du 29 boulevard LatourMaubourg à Paris accueillent très régulièrement pour la pratique liturgique le couple Schumann pendant des décennies. Tant d’influences permettent de comprendre quelques aspects de la personnalité de Maurice Schumann qui demeure cependant profondément et définitivement marqué par la rencontre avec cet « homme d’avant-garde » qu’est le général de Gaulle : celui qui, avec Jean Monnet, est prêt à s’engager, le 16 juin 1940, pour sauver l’honneur de la patrie, dans une union franco-britannique, structure profondément ce jeune journaliste à la recherche d’un homme d’Etat, d’un patriote qui, comme le rappelle Guy Mollet, lui offre le 18 juin 1940 « la gratitude gigantesque ».

Des situations

4Le fait de connaître de près la mort durant l’adolescence à la suite d’une grave maladie pulmonaire qui exige un traitement en préventorium forme sa personnalité à une certaine précocité, une réelle maturité. La récompense suprême qu’il obtient, lui l’élève du lycée Henri IV, au Concours général dans le cadre d’une dissertation portant sur son cher Henri Bergson lui fait espérer, au contraire, des lendemains brillants, hélas vite remis en cause par une santé à nouveau fragile. Outre ces deux faits majeurs dans la jeunesse de Maurice Schumann, le séjour professionnel qu’il entreprend au Royaume-Uni, durant l’entre-deux-guerres, à l’agence Havas en lien étroit avec le Quai d’Orsay, lui offre une sortie de l’anonymat, un lieu de contact en vue de futurs réseaux relationnels. Christian Hocq a démontré l’importance de ce séjour outre-Manche. Il entre alors en relation avec le monde politique britannique et tout particulièrement avec Anthony Eden ; il prend contact, le jour venu, avec le célèbre hôte du Carlton Gardens au service duquel il met son réseau relationnel et dont il ne partagera pas, par la suite, l’anglophobie. Devenu reporter international pour la même agence, il se rend dans de nombreux pays et fait la connaissance du nonce Pacelli, le germanophile antinazi, se passionne pour les questions internationales, pour le problème colonial et réfléchit à l’avenir de l’Europe dans les Nouvelles équipes françaises.

5La Libération lui permet de s’implanter, à l’initiative de Jean Catrice, dans le Nord qui lui est cher. Il parcourt le territoire, année après année, de la plus petite commune rurale de sa circonscription à la ville de Wattrelos où se trouve la section MRP la plus importante. Il n’hésite pas, lui, le gaulliste, à prendre la défense du port autonome de Dunkerque aux côtés du socialiste Michel Delebarre. Avec un talent reconnu de tous, il se met alors au service de ses concitoyens dans une réactivité qui surprend par sa rapidité, son efficacité et sa disponibilité soulignées par Marie-Louise Hespel. Le quai Conti, enfin, et l’Institut de France évoqué par son chancelier, Gabriel de Broglie, lui permettent également de donner sa mesure dans le dévouement à la cause commune de la patrie française dans sa dimension culturelle et spirituelle

Une clé de lecture

6Grâce à cet état d’esprit, ce sens du service, cette proximité chaleureuse, il est appelé, selon les souvenirs de M. Dutriez, maire de Pérenchies, « Maurice » par l’électeur qu’il rencontre dans ses multiples sorties de fin de semaine dans sa circonscription. Outre la volonté de servir le général de Gaulle qui l’anime, un autre élément semble décisif dans la justification de cette attitude de disponibilité : l'adhésion à ce qu’il nomme « Notre Sainte Mère l’Église » au sein de laquelle il est baptisé le 2 mai 1942. La foi chrétienne le comble dans son coeur et son esprit, et surtout lui donne, comme il le souligne à plusieurs reprises, la force de combattre, à la suite du pape Pie XI, les néo-paganismes que sont le fascisme, plus particulièrement le nazisme qu’il connaît parfaitement pour avoir lu Mein Kampf puis le communisme. Dans le sillage d’Edmond Michelet et d’autres démocrates chrétiens lecteurs de L’Aube, de Temps présent, de La vie intellectuelle où il écrit, Maurice Schumann peut alors, sans état d’âmes, concilier dans une même ardeur son patriotisme qu’il tient de son père et son combat en faveur de la civilisation chrétienne qui est sa justification première comme l’a démontré Yves-Marie Hilaire. Il trouve dans le cardinal Verdier dénonçant avec netteté la « nuit de cristal » en 1938, un prélat clairvoyant dont la mort en avril 1940 prive l’épiscopat français d’une lumière qui fait défaut quand vient Vichy. Celui que Charles Maurras appelle « l’aboyeur anglo-juif » a compris que le combat pour la civilisation chrétienne occidentale passe par la Résistance.

7Par la suite, comme l’a montré Jacques Legendre, Maurice Schumann s’inscrit dans la mise en oeuvre de la construction européenne qui l’habite au long de sa carrière politique, dans une référence constante à Robert Schuman dont il est le secrétaire d’État. Il combat alors en faveur d’une Europe qui n’oublie pas ses racines, d’une Europe démocratique et non technocratique. Maurice Schumann ne rejoint-il pas les propos de René Rémond écrivant dans l’un de ses derniers ouvrages Le christianisme en accusation : « le christianisme n’est pas d’abord une morale, c’est avant tout une pédagogie de la transcendance qui apprend à l’homme comment il se situe dans l’univers et le temps, au sein d’un projet plus vaste que lui-même » ? Restait à traduire, dans les combats politiques du temps ordinaire, cette pratique chrétienne.

Un humaniste en politique

8 « Je suis né le 18 juin 1940 ». L’affirmation de Maurice Schumann mérite d’être réinterrogée par les historiens. Si le lien quasi fusionnel avec Charles de Gaulle ne fait guère de doutes, l’un des apports majeurs de cette journée d’études aura été de replacer l’itinéraire politique de l’ancien porte-parole de la France libre dans sa complexité historique. Si le passage à Londres est évidemment central dans l’engagement politique de Schumann, il est aussi certain que son métier de journaliste à l’agence Havas durant les années Trente l’a également préparé à devenir ce qu’il est devenu après la Seconde Guerre mondiale.

9Trois aspects de l’engagement politique de Maurice Schumann doivent être ici soulignés : sa formation politique ; son incarnation de la « double fidélité » ; le sens de son engagement.

La formation politique

10Lorsque Maurice Schumann rencontre Charles de Gaulle le 30 juin 1940 à Londres, il n’est pas tout à fait un novice en politique. Comme cela a été rappelé par plusieurs intervenants au cours de la journée, la crise à la fois politique et morale que traverse la France au cours des années Trente a été pour lui l’occasion de se forger un certain nombre de convictions et de faciliter son rapprochement à la vision gaullienne sur la France et le monde. Le rôle important qu’il a joué aux côtés du chef de la France Libre durant quatre ans comme porte-parole lui a donné l’occasion de développer et structurer sa pensée politique. Michel Anfrol a, pour sa part, montré la symbiose qui existait entre les deux hommes concernant la position et le rang de la France dans le conflit qui déchirait alors le monde. Pendant plus de 1 000 fois, il va ainsi, au micro de la BBC, défendre et justifier la pensée du général de Gaulle. Maurice Schumann a en effet été avant tout une voix, celle de la France combattante. Son propos restera en effet toujours distinct des émissions françaises qui se faisaient, elle, sous contrôle britannique. Les cinq minutes accordées au porte-parole de la France libre échapperont toujours au contrôle de la BBC. En 1944, l’homme qui débarque sur les plages de Normandie n’est plus en effet tout à fait le même homme. S’il a été une voix, il lui reste maintenant à être un visage. Son expérience acquise au cours de la guerre s’avère essentielle pour la suite de son engagement. Il sait en particulier ce qui attend le pays après quatre ans de déchirements. Sa résolution est prise : il participera, toujours aux côtés du général de Gaulle, à la reconstruction politique du pays en s’engageant dans l’action.

L’homme de la « double fidélité »

11Élu président national du MRP en 1944, le parti qui se présente avant tout comme le « parti de la fidélité » envers le général de Gaulle, meilleur élu de France en 1945, Maurice Schumann peut envisager avec confiance et détermination son avenir politique. Ses réunions publiques peuvent alors rassembler jusqu’à un millier de personnes comme l’a rappelé René Knockaert. Le départ du pouvoir du général de Gaulle en janvier 1946 constitue néanmoins pour lui un premier déchirement. Il lui faut désormais choisir entre son parti et l’indéfectible attachement qui le lie à l’ancien chef de la France libre. Maurice Schumann ne sera toutefois jamais attiré par l’aventure du RPF. Jusqu’en 1962, date à laquelle il rompt avec le MRP, son engagement se fera donc sous le signe de la « double fidélité » comme l’a rappelé Bruno Béthouart dans sa communication. La nécessité pour lui de trouver un équilibre entre ces deux engagements, surtout à partir de 1958 et du retour du général de Gaulle au pouvoir marque pourtant ses limites. Ainsi, précisément, lors de la crise politique de 1962 sur la construction européenne et la position de Charles de Gaulle, il accepte de démissionner du gouvernement avec ses autres collègues MRP. En revanche, à l’automne de la même année, il refuse cette fois de s’associer à la motion de censure pourtant largement soutenue par son propre parti. Ses relations avec le parti démocrate chrétien n’ont en réalité jamais été simples comme le montrent les relations qui furent les siennes avec la section MRP du Nord. Son engagement au MRP lui aura toutefois de se positionner sur trois débats essentiels pour l’avenir du pays : les questions liées à la famille ; la construction européenne ; l’intégration des chrétiens à la vie publique. En cela, l’expérience acquise au sein du MRP restera déterminante, y compris avec sa rupture avec celui-ci. Sans doute est-ce la combinaison des deux éléments, l’adhésion politique aux idées démocrates chrétiennes et la fidélité presque morale au général de Gaulle qui ont donné à son action politique un sens particulier.

Le sens de l’engagement chez Maurice Schumann

12René Knockaert a rappelé dans son intervention que le combat politique vécu par Maurice Schumann tout au long de sa carrière s’est toujours avant tout placé au niveau des idées et non à celui des querelles partisanes. Ainsi, refuse-t-il toute expression de sectarisme. Un exemple précis permet de s’en faire une idée : alors qu’en 1960, le débat sur la loi Debré bat son plein, Maurice Schumann n’hésite toutefois pas à donner l’accolade au président de la Ligue de l’enseignement du Nord. Le sens donné à son engagement a toujours été également emprunt de morale. Accepter les compromis était pour lui acceptable, les compromissions, jamais. Ici aussi, un exemple rend compte de sa probité. Pour sa campagne de 1962, il a refusé certains financements en provenance de l’étranger.

13Le sens de l’engagement, c’est également une disponibilité constante pour la Chose publique. Maurice Schumann résidait officiellement à Paris. Cela ne l’empêchait guère d’être présent à toutes les manifestations auxquelles il se devait, en tant que parlementaire, d’assister. Il a été, selon l’expression employée par l’un d’entre eux, un « militant infatigable » de l’action publique, présent dans toutes les manifestations locales, qu’il s’agisse des comices agricoles en Flandres ou de bien de la fête des Louches à Comines. Tous les élus qui ont témoigné, toute tendance politique confondue, qu’il s’agisse de Patrick Delnatte, Michel Delebarre ou bien encore de l’ancien maire de Pérenchies Roger Dutriez, ont également insisté sur l’implication extrêmement forte de Maurice Schumann dans les dossiers locaux. Tant sur l’avenir du Port de Dunkerque où il siégeait comme conseiller régional que sur celui de l’industrie locale à Pérenchies, Maurice Schumann avait à coeur de trouver à chaque fois une solution qui satisfasse l’ensemble des parties concernées par le dossier. En outre, sa connaissance technique des dossiers était également appréciée des élus locaux comme l’a rappelé l’ancien président du Conseil régional Michel Delebarre.

14Une journée d’études ne serait pas totalement réussie si elle ne posait pas, au final, des jalons pour des recherches ultérieures. De ce point de vue, la thèse de doctorat engagée par Christian Hocq sous la direction de Christian Delporte devrait apporter des éclairages nouveaux sur un certain nombre de points concernant les engagements de Maurice Schumann au cours de sa longue carrière politique. Notre propos final se bornera ici à ne proposer que trois pistes de réflexion. Tout d’abord, comment Maurice Schumann a-t-il géré du point de vue politique sa volonté, tout au long de la période 1946-1962, d’apparaître comme l’homme de la « double fidélité » ? Durant la Quatrième République, est-il apparu pour les militants du MRP comme trop proche du général de Gaulle au point de se voir refuser au nom de son parti la présidence du Conseil ? Au cours des années qui ont suivi sa démission du MRP, était-il cette fois « suspect » aux yeux des Gaullistes, du moins de ceux qui avaient été de l’aventure du RPF ? Est-ce la raison pour laquelle il ne parvint toujours pas à obtenir le poste de premier ministre à la place de Pierre Messmer par exemple ? En second point, il conviendrait de s’interroger plus en détail sur la volonté de Maurice Schumann de ne pas devenir à sa manière un élu local. Il a été à plusieurs moments de sa vie publique conseiller municipal. Mais à aucun moment, il n’a souhaité devenir maire malgré les appels parfois pressants qui lui ont été faits comme à Tourcoing. L’explicitation de sa défaite en 1973 a mis en avant le défaut pour lui de n’avoir pas pu, et contrairement à son adversaire socialiste, Gérard Haesebroeck, maire d’Armentières depuis 1965, conseiller général, vice président de la Communauté urbaine de Lille, mettre en avant un véritable enracinement local. Le mandat d’élu local était-il à ce point incompatible pour lui avec un mandat parlementaire ?

15Enfin, et c’est sans doute la question la plus complexe à appréhender, en quoi son engagement personnel, en particulier philosophique, a-t-il pu influencer concrètement son engagement sur le plan politique ? Cette journée d’études avait justement pour ambition de rendre à l’homme public toute sa complexité intérieure. Il en est ressorti la conviction que l’humanisme et la politique ne faisaient qu’un chez Maurice Schumann. Aux futurs historiens d’en appréhender avec précision toute la portée.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540