Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Le conseiller régional

Michel Delebarre

Note de l’éditeur

La participation de Monsieur Michel Delebarre a été enregistrée. Ce texte en est la version retranscrite.

Texte intégral

1J’avais souhaité être parmi vous à Tourcoing pour rendre avec vous un hommage à Maurice Schumann, en particulier au Maurice Schumann que j’ai connu siégeant au Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais.

2Homme du Nord, la modestie, l’élégance, la dignité étaient ses caractéristiques et nous l’avons fortement ressenti au sein du Conseil Régional dans la mesure où sa démarche a toujours été celle d’un homme au service de sa région, lui qui était député élu de la Vallée de la Lys, ministre à plusieurs reprises et qui a siégé pendant près d’un quart de siècle du 22 septembre 1974 à sa disparition en février 1998 au sein du Conseil régional. Joël Hébrard, mon collaborateur s’est efforcé d’en retrouver quelques éléments. Je vais donc essayer de traduire en quelques mots l’impression que cela m’a laissée.

3Vous vous souvenez sans doute que les conseils régionaux ont été créés en 1972 par le gouvernement de Jacques Chaban Delmas, au sein duquel Maurice Schumann fut ministre des Affaires étrangères. Au moment de leur création les conseils régionaux étaient d’abord composés de membres qui siégeaient au titre d’un autre mandat, parlementaires ou représentants des départements au titre des grandes villes. Ce n’est qu’un peu plus tard en mars 1986 qu’il fut décidé que ces conseils seraient élus au suffrage universel pour une durée de six ans. Élu sénateur, Maurice Schumann devenait donc automatiquement membre du Conseil régional. Cela se situait à l’automne de l’année 1974, qui fut, je crois, une année importante pour lui puisqu’il présidait encore la Fondation de France et qu’il venait de succéder à Vladimir d’Ormesson au fauteuil de l’Académie Française. Dans le Conseil régional de cette époque, en 1974, Maurice Schumann, on peut le dire, se trouvait en bonne compagnie. Outre Pierre Mauroy qui l’a présidé dès sa mise en place, et si j’en parle, c’est en temps que témoin, puisque j’étais alors directeur du Cabinet de Pierre Mauroy, siégeaient également comme représentants du Nord, des hommes comme Gustave Ansart, Pierre Carous, Bernard Derosier, André Diligent, Augustin Laurent. Je prends surtout les bancs de cette assemblée : Arthur Notebart, Jacques Legendre, Ivan Renar, Norbert Segard, Jacques Vernier, si je devais évoquer le Pas-de-Calais, on y retrouverait aussi Léonce Deprez, André Delelis, Jacques Mellick, Bernard Chochoy, Léonce Fatous, Guy Mollet, Daniel Percheron, Jacques Vendroux... Telle était la physionomie du Conseil régional de l’époque. Le Conseil régional était organisé en groupes politiques en commissions de travail et j’ai eu l’occasion de fréquenter déjà Maurice Schumann à l’occasion de toutes les séances plénières. Il fut aussi membre du bureau de la Commission permanente, puis Président de la commission du budget et des finances, poste auquel demeura au-delà de 1986 alors que le Conseil régional était élu du suffrage universel. Devenu pour ce que me concerne premier vice-président auprès de Noël Josèphe qui en était le Président puis auprès de Marie-Christine Blandin, à partir de 1992, Maurice Schumann restait dans ce Conseil, un personnage économe de ses interventions, j’allais même presque dire, un personnage qui faisait ses interventions au moment qu’il considérait le meilleur pour quelles puissent porter.

4Sa parole était faite de chaleur et de conviction pas ample mais forte, qui se faisait entendre, et dans l’assemblée tout le monde l’écoutait. Il avait l’art de choisir les mots qui frappaient juste, ses commentaires étaient mesurés, une excellente mémoire le servait soit dans les sessions en cours soit dans les sessions précédentes, avec très grande expérience et surtout un vrai sens de l’histoire. Il avait par ailleurs le sens de l’humour, mais cela était plutôt réservé aux conversations privées. La courtoisie était sans cesse présente, aussi, même s’il lui arrivait parfois dans son intervention d’être ferme, voire mordant sur certaines prises de position sur certaines critiques et s’il prenait la parole en son nom propre c’était à chaque fois pour bannir ou condamner des écarts de langage qui venaient de tel ou tel autre intervenant ou sur des propos qui lui semblaient contredire le passé de la France et l’idée qu’il fallait s’en faire. En général, il écoutait les contributions de chacun sans impatience, il attendait son tour, comme je le disais, son message était clair et concis, déterminé, soucieux d’efficacité ; Il remplissait totalement ses fonctions et agissait dans le contexte de ses fonctions. Il recherchait souvent les solutions constructives. Il cherchait plutôt l’assentiment de ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui, dès lors que cet assentiment n’était pas de la faiblesse mais la volonté de construire. Président de la Commission des finances, il y consacrait du temps, puisque dans le même moment il présidait la Commission Culturelle du Sénat en y remplissant ses obligations. Une longue présence de Maurice Schumann au Conseil Régional, une intervention permanente dans les grands sujets tels que les infrastructures, le ferroviaire, aussi l’éducatif et le culturel constituaient ses sujets de prédilection et je pense qu’il est normal qu’on reconnaisse son travail, son implication et qu’on l’en remercie.

5J’ai une autre manière aussi de me souvenir de Maurice Schumann par le fait qu’il siégeait, nous siégions ensemble au conseil d’Administration du port autonome de Dunkerque.

6Le souvenir que j’en ai c’est la ponctualité qu’il avait, la présence qui était la sienne aux réunions du conseil d’Administration. Les réunions commençaient vers 9 h 30 et Maurice Schumann logeait la veille au soir à Dunkerque dans un hôtel qui se situe près du centre-ville lui permettait d’aller à pied jusqu’au siège du port autonome. Il traversait, pour ceux qui connaissent ce secteur de Dunkerque qui s’appelle le Minck, passait devant un café bien connu « chez Borel » s’en allait ainsi cheminant vers le Conseil d’Administration tout proche. Je ne suis souvent arrangé pour m’y rendre en voiture, et arrivé à sa hauteur, je lui demandais si je pouvais l’accompagner, et le prendre en voiture. Il montait gentiment et nous nous y rendions ensemble. Nos conversations étaient toujours dominées par la courtoisie, la gentillesse de propos, l’intérêt de l’avenir du port. Nous partagions, pour ce port, la même ambition, la même conviction par rapport à cet avenir. Combien de fois ne sommes-nous pas allés à deux, droite et gauche réunies, lui et moi, rencontrer les ministres successifs en charge de l’équipement et des ports pour plaider la cause de Dunkerque ? cela faisait toujours sourire nos interlocuteurs. La dernière fois, j’en ai un souvenir précis, le ministre de l’équipement s’appelait Bernard Pons, il était d’un gouvernement dont je ne partageais pas les idées et nous avons eu ensemble, à présenter au ministre Pons, la manière dont nous envisagions l’avenir, « la gouvernance » du port comme on dirait aujourd’hui.

7Je ne suis pas sûr que Maurice Schumann eût utilisé le même terme, mais comment, dans le fond, gérer à l’avenir ce port. Nous étions partisans, lui et moi, après un débat au conseil d’Administration qui avait entériné cette décision, d’un Conseil de surveillance et d’un directoire est non plus d’un conseil d’Administration où toutes les responsabilités sont confondues. Je me demande, d’ailleurs, si l’histoire prochaine ne nous donnera pas raison sur cette affaire, puisque j’entends parler d’une nouvelle réforme de l’administration des ports. Cette complicité sur les grands sujets, cette complicité d’action en faveur du Dunkerquois resteront sans doute, les deux souvenirs du Président Maurice Schumann qui me sont les plus chers. Nous étions tous deux anciens ministres d’état, cela le faisait sourire et il y attachait beaucoup d’importance, comme si l’appartenance à « ce club » devait aller en se raréfiant et notre complicité ne faisait que s’accroître.

8Après sa disparition, j’ai souhaité que le Conseil municipal de Dunkerque décidât de donner son nom à une avenue de notre ville. Cela fut fait en présence de son épouse et je la remercie toujours de son attention. Cette avenue est l’une de celles qui mène à l’Université du littoral-Côte d’Opale. Je crois qu’il aurait apprécié, lui qui faisait du développement de l’enseignement supérieur l’une de ses convictions les plus fortes pour l’avenir de notre région Nord-Pas-de-Calais.

9Il demeure l’un des hommes que l’on est content d’avoir par rencontrer, l’un des hommes qui vous marque, qu’on n’oublie pas. Il demeure pour moi avec le recteur Guy Debeyre l’une des grandes figures de notre région.

10Merci à vous de m’avoir permis en quelques mots, quelques minutes de lui rendre cet hommage. Je lui dois bien cela.

11Merci beaucoup.

Auteur

Ancien Ministre d’état

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540