Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Maurice Schumann et l'institut de France

Gabriel de Broglie

Texte intégral

1Vous m’avez fait le redoutable honneur de m’inviter à évoquer la mémoire d’un de mes illustres confrères. Pour l’avoir connu, admiré, aimé, suis-je pour autant le mieux placé pour en parler avec justesse et avec justice ? Maurice Schumann appartenait certes à l’Académie française ; il appartient aussi à la mémoire de celui qui vous parle aujourd’hui et il y tient une place importante, mais vous savez tous qu’il appartient d’abord à l’Histoire de notre pays.

2Ainsi, au-delà des amitiés nouées à l’Institut et avant, au-delà des anecdotes révélatrices et savoureuses, je me trouve placé devant l’immense stature du personnage historique. Vous reconnaîtrez qu’il est difficile de faire revivre cette voix chère, qui s’est tue, que certains comme moi ont encore dans l’oreille.

3Ainsi ceux qui le rencontraient ou qui simplement voyaient passer son immense silhouette dégingandée mais énergique jusqu’à la fin de sa vie, ou qui entendaient sa voix et son rire sonore et saccadé, ceux-là voyaient d’abord en lui l’incarnation de la première Résistance.

4Mais ses futurs confrères de l’Institut apprenaient rapidement à le connaître, découvraient le penseur, le fin connaisseur de la nature humaine et le chrétien animé d’une foi discrète, tolérante mais invincible.

5L’aura mythique qui entourait Maurice Schumann – entré si jeune dans l’Histoire aux côtés du général de Gaulle – aurait pu créer comme une barrière difficilement franchissable entre lui et ceux au suffrage desquels il se présentait et qui étaient alors surtout des écrivains. Mais le personnage historique était doué d’une telle humanité que quelques minutes suffisaient pour révéler l’homme dans sa bienveillante simplicité qui faisait aussi sa grandeur.

6Aujourd’hui, vous souhaitez de moi que je vous parle de Maurice Schumann et de ses liens avec l’Institut où il est venu faire une nouvelle carrière, une carrière au plein sens du mot. L’Institut a pu s’enorgueillir de bénéficier, avec sa venue, à la fois du personnage historique et de l’homme politique. Comme le général de Gaulle lui avait écrit sur la photographie qu’il conservait sur son bureau :

« À Maurice Schumann, qui (fut) l’un des premiers, l’un des meilleurs, l’un des plus efficaces, 8 janvier 1958 ».

7C’est donc en 1974 que tout commence entre Maurice Schumann et l’Institut. Ses parrains sont Maurice Druon et René Huyghe. Maurice Schumann n’est plus député ni ministre et pas encore sénateur. Il est disponible et présente sa candidature à l’Académie française.

8Il y fut élu au fauteuil de Wladimir d’Ormesson. L’on savait déjà qu’il était un des premiers et des meilleurs aux yeux du général de Gaulle et à l’aune de notre Histoire récente, c’est pour cela qu’il avait été élu, mais nul ne savait qu’il serait l’un des plus efficaces. C’est ce qu’il nous montra avec un immense talent.

9Ce fut pour ses confrères un bonheur de découvrir l’académicien, l’administrateur, dans ces nouveaux rôles dont il s’acquitta brillamment.

10La séance de sa réception, le 30 janvier 1975, fut prestigieuse. C’était la première fois que son éloquence retentissait sous la Coupole. Il fit l’éloge de Wladimir d’Ormesson et fut reçu par le duc de Castries.

11Tout de suite après son élection, Maurice Schumann déclare au Figaro :

« [...] Je voudrais vous confier que si pour beaucoup l’élection à l’Académie française est une consécration de carrière, j’ai personnellement le sentiment qu’il me reste à mériter ce très grand honneur ».

12Admirable modestie ! Maurice Schumann a soixante-trois ans et il entame l’écriture d’un nouveau chapitre de sa vie. Fier d’être académicien, il se fixe l’ardente obligation d’illustrer ce titre de gloire, lui qui est déjà partout un immense personnage.

13Il dit à qui veut l’entendre :

« Je n’ai jamais eu qu’un rêve : me consacrer à l’écriture. S’il n’y avait pas eu la guerre, j’aurais tenté d’être écrivain et seulement écrivain ».

14Mais écrivain, il l’était pleinement : son œuvre est à la fois romanesque, historique, philosophique et politique. Maurice Schumann est un écrivain chrétien. En 1979, il deviendra le président de l’Association des écrivains catholiques. Il vénère Bergson, Simone Weil et Jean Guitton. François Mauriac a préfacé son livre sur « Le Germanisme en marche ». Il a toujours regardé Péguy comme un guide. Il a consacré un livre à Gandhi (« La mort née de leur propre vie »).

15Ses romans sont tristes sans être noirs parce qu’ils restent éclairés par la flamme vacillante mais toujours présente de l’espérance chrétienne. Son dernier livre est une réflexion sur Bergson intitulée : « Bergson ou le retour de Dieu » et chacun se souvient de l’éblouissante conférence qu’il a prononcée plusieurs fois sur ce sujet. On peut donc dire que Maurice Schumann s’est inscrit dans la lignée des héritiers de Biaise Pascal. Son oeuvre illustre cette pensée de Pascal qui lui était chère :

« Je blâme également, et ceux qui prennent le parti de louer l'homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir, et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant ».

16J’ajouterai simplement que Maurice Schumann avait l’élégance de chercher sans gémir. Maurice Schumann a réussi sa vocation première : être écrivain. Mais il était surtout orateur. J’ai mentionné son éloquence. Elle était célèbre et jouait dans bien des circonstances. Mais elle s’adapta très heureusement au genre académique et il devint un habitué des grandes séances.

17C’est ainsi qu’il reçut sous la Coupole M. Jean Dutourd le 10 janvier 1980, le cardinal Albert Decourtray, le 10 mars 1994 et M. François Jacob le 20 novembre 1997.

18Bien d’autres occasions s’offrent aux académiciens de prendre la parole, c’est ainsi que Maurice Schumann dont l’éloquence était appréciée a prononcé les discours suivants :

  • Discours pour la célébration du centenaire de la mort de Victor Hugo, le 10 octobre 1985,
  • Discours pour la célébration du centenaire d’André Maurois à Rouen, le 25 octobre 1985
  • La pensée politique du duc d’Aumale, pour le centième anniversaire de la donation du domaine de Chantilly par le duc d’Aumale, le 21 octobre 1986
  • Discours prononcé à l’occasion de l’inauguration de la stèle érigée à la mémoire de Maurice Genevoix à Châteauneuf-sur-Loire, le 6 avril 1987
  • Discours prononcé au cours de la séance solennelle, « Charles de Gaulle écrivain », consacrée par l’Académie française au centenaire du général de Gaulle, le 18 octobre 1990
  • Allocution d’ouverture de la séance publique annuelle des cinq académies, le 20 octobre 1992
  • Allocution lors des remises d’épées à MM. François Terré et Jean Cluzel et lors de la remise du médaillon offert par ses amis à Mme Claude Dulong-Sainteny.

19Les discours en forme d’éloge funéraire sont aussi ceux que Maurice Schumann a prononcés pour M. Jean Guéhenno et M. Étienne Gilson le 28 septembre 1978, M. Joseph Kessel le 27 septembre 1979, M. André Chamson, le 10 novembre 1983.

20Mon intervention aurait pu s’arrêter là. Elle se serait appelée Maurice Schumann et l’Académie française. Mais pour l’Institut de France, il fut aussi un admirable administrateur et il me faut évoquer cet aspect de sa personnalité. En 1984, à la mort d’André Chamson, Maurice Schumann devient président du Collège des conservateurs du domaine de Chantilly, immense collection d’une richesse inouïe mais institution devenue très pauvre au fil du temps. C’est un défi que doit relever Maurice Schumann. En effet, légués depuis plus d’un siècle, le château, ses collections, le parc, la forêt, le domaine agricole sont administrés de façon autonome sous l’autorité du président des conservateurs selon des règles précises, impératives et intangibles dont l’application au cours du temps a fini par se révéler très difficile.

21Cependant Maurice Schumann, séduit par l’incomparable magie du lieu mais aussi par son étonnante histoire, s’est donné à corps et à coeur perdus dans le plein exercice de cette présidence. Nous l’avons vu alors faire montre d’une remarquable compétence de gestionnaire, afficher une passion quasi amoureuse pour Chantilly et déployer cette extraordinaire efficacité que nous ne connaissions que par ouï-dire. Ce fut une merveilleuse aventure.

22Maurice Schumann a d’abord accru les ressources propres du domaine. Sur quatre-vingts hectares du domaine, il prend la décision courageuse et il faut bien le dire critiquée de faire réaliser un hôtel et un golf et multiplie ainsi par vingt le revenu du domaine. Il sait convaincre l’État de s’intéresser davantage à Chantilly et il attire dans l’ancienne demeure princière de très généreux mécènes. On se souvient de la belle soirée de gala « blanc et or », en 1985, robe longue et habit, trompes de chasse, dîner en musique, spectacle de ballet au pied du grand degré et feu d’artifice, pour sauver les plans d’eau, ou les inaugurations des expositions et l’ouverture du restaurant La Capitainerie.

23Il poursuit son œuvre au péril de sa santé et c’est à Chantilly qu’il reçoit la première prémonition de sa mort prochaine quand après une longue journée de labeur, il perd connaissance dans la galerie des Cerfs. Ne tenant aucun compte de cet avertissement, il poursuit son oeuvre préférant sa passion et son devoir à la santé.

24Chantilly était devenu sa règle de vie, lui insufflait une énergie étonnante et lui inspire des formules saisissantes comme celle-ci :

« Il y a une morale de Chantilly. Nous n’avons pas à l’inventer. Trois donateurs nous l’ont léguée : le duc d’Aumale, la nature et l’histoire ».

25Il s’intéresse alors davantage au duc d’Aumale et sa finesse de jugement nous donne un portrait subtil et attachant de cet autre académicien prince et militaire qui a vécu dans l’ombre de l’Histoire sans que jamais vienne son heure.

26Il nous rappelle les raisons profondes du duc d’Aumale quand ce dernier offre Chantilly à l’Institut, je le cite :

« Le corps illustre auquel il se flattait d’appartenir, sans se soustraire aux transformations inévitables des sociétés, échappe à l’esprit de faction, comme aux secousses trop brusques, conservant son indépendance au milieu des fluctuations politiques ».

27Ainsi dans l’analyse de la pensée politique du duc d’Aumale, il distinguera le désir du duc de protéger la continuité de la France, fut-ce au prix de l’installation d’une République.

28À Chantilly, Maurice Schumann a rencontré et aimé son prédécesseur le duc d’Aumale et il s’est acquitté de la mission que ce dernier avait confiée à l’Institut. Ecoutons la belle phrase conclusive d’un article que Maurice Schumann lui consacre :

« Ainsi, au faîte du Grand Degré, d’où les massifs boisés et les parterres, les statues et les eaux, le sol et l’histoire deviennent indiscernables, c’est la continuité de la France qui surplombe les avatars de l’État. »

29C’est le testament moral et politique de Maurice Schumann, académicien, défenseur de la continuité de la France et de la pensée française dans une société qui se transforme sans cesse. Admirable largeur de vue d’un grand personnage de l’Histoire, d’un grand homme d’État et d’un grand académicien que nous sommes fiers d’avoir connu et aimé.

30J’ajouterai pour terminer une précision, qui a son importance : lorsqu’il mourut en 1999, ce fut Pierre Messmer qui lui succéda et fit son éloge, lui-même reçu par François Jacob. Ce fut la première et la dernière fois qu’un Compagnon de la Libération succédait à un Compagnon de la Libération et était reçu par un Compagnon de la Libération. L’Académie sait assez bien ne pas manquer ses rendez-vous avec l’Histoire.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540