Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Maurice Schumann Londres - la BBC

Michel Anfrol

Texte intégral

1Je suis très impressionné d’être au milieu d’universitaires, professeurs, chercheurs, écrivains, qui m’ont précédé. L’activité de journaliste ne prédispose pas au départ à effectuer toutes ces recherches et à avoir ces connaissances encyclopédiques que peuvent développer les milieux universitaires. Cependant il se trouve que pour moi, comme je l’ai déjà dit il y a quelque temps à Lille, Maurice Schumann représente un souvenir, et représente aussi une voix.

2Maurice Schumann, en effet, je l’ai entendu, mais pas entendu tout de suite en 1940, d’abord parce que j’étais encore un peu jeune et puis parce que mes parents, mon père qui était médecin, ne voyaient pas la nécessité d’avoir un poste de radio et lorsque mon père démobilisé, nous sommes revenus à Paris, nous avons passé 7 ou 8 mois sans lire autre chose que la presse collaborationniste de Paris. Il a fallu finalement l’entrée en guerre de l’Allemagne contre la Russie en juin 1941 pour que mon père se décidât à trouver une radio pour écouter les nouvelles et il se trouvait que ma mère, elle, était russe et qu’évidemment les nouvelles du front de l’Est nous intéressaient. Nous avions des voisins juifs, qui justement à ce moment-là partaient et qui nous avaient demandé de conserver leurs biens, leurs valises, leurs effets personnels. Mon père leur a demandé s’il pouvait utiliser la petite radio qu’ils lui avaient remise avant leur départ. C’est comme cela, qu’à partir de l’été 41, nous avons pu, en famille, commencer à écouter Radio Londres, ce n’était pas une tâche facile parce que Radio Londres était quand même brouillée, néanmoins entre l’émission de midi et l’émission de vingt heures vingt-cinq, vingt heures trente, vingt et une heures, on arrivait quand même à entendre les informations et les commentaires. Alors, pour les moins jeunes d’entre nous, il y a ces souvenirs.

3On ne l’a su que plus tard, après la guerre, qu’il y avait deux sortes d’intervenants au micro de la BBC. Il y avait la France Libre et son porteparole Maurice Schumann et il y avait l’émission des « Français parle aux Français ». On a retenu, maintenant, surtout l’expression « Français parlent aux Français ». Or, les « Français parlent aux Français » était une émission de la BBC, les gens qui étaient en place : certains avant 1940 étaient payés par la BBC et d’autres étaient recrutés par la BBC ; et dans la mesure où ils étaient payés par la dite BBC, ils en dépendaient totalement pour les informations ou pour le choix de l’information.

4La France Libre, elle, avait une certaine indépendance. Maurice Schumann va être cette voix que les Français vont entendre, une voix qui, d’ailleurs, a failli ne jamais se faire entendre parce que, lorsqu’il fait un essai de micro le 3 juillet 1940, après avoir écrit un papier sur l’affaire de Mers el Kebir, celui qui est en quelque sorte le chef de la mission française, à ce moment-là Duchesne (Michel Saint-Denis dit Jacques Duchesne) trouve qu’il a une voix trop aiguë et que sa voix ne passe pas (Madame Schumann approuve !), Jacques Duchesne a lu le papier à sa place, ce qui d’ailleurs est assez intéressant parce Jacques Duchesne, quelques semaines plus tard, expliquera que lui, son action, comme Français qui veut se battre c’est de combattre à la fois la francisque du Maréchal et la Croix de Lorraine du Général. C’est dire que déjà au départ dans l’équipe « des Français parlent aux Français », il y avait des antigaullistes, d’ailleurs on le verra par la suite dans les milieux français de Londres, le plus notable d’entre eux étant André Maurois qui préfère quitter Londres plutôt que de risquer sa vie sous les bombes allemandes, ce qui fera dire à Churchill « nous croyions avoir un ami, nous n’avions qu’un client » et les Français qui sont à la BBC vont rapidement se diviser en fonction de leurs opinions politiques vis à vis de de Gaulle vis-à-vis de Pétain également. En fait, ils conserveront une telle unité dans leur travail que pour tous les Français, pour moi-même, très jeune auditeur.

5À partir de 1942, je ne faisais pas de distinction entre la voix que j’entendais sur les ondes quand j’arrivais à la capter avec les voix qui lui succédaient dans l’émission, lorsque Maurice Schumann terminait à 20 h 30. Je me souviens, j’étais surtout un « fan » des chansonnettes de Maurice Van Moppes qui était le premier humoriste des « Français parlent aux Français » et qui par la suite, la dernière année devait être remplacé par Pierre Dac, qui fut encore plus mordant que Van Moppes. Il y avait aussi quelques autres voix comme celle de Jean Oberlé qui dès juillet 1940 avait trouvé le slogan et cela permet de mesurer l’impact de l’émission de la BBC sur la France, c’est Jean Oberlé qui avait trouvé le slogan « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » et déjà dès la fin de l’année 40 toute la France connaissait ce refrain et le fredonnait, Van Moppes, à chaque fois dans ses émissions, y allait de son propre indicatif. Il y a de ces voix qui sont restées et cela a été confirmé par des lettres arrivées à Londres de la part de Français qui écoutaient l’émission de la BBC.

6Il y avait deux voix, qui, malgré le brouillage, passaient bien les ondes témoignages des auditeurs de France occupée : la voix du général de Gaulle parce qu'elle était forte, posée et martelée et la voix de Maurice Schumann, précisément parce qu'elle avait un caractère aigu, qui permettait d’être entendue, ce qui, au départ, aurait pu être une sorte de handicap, pour lui, s’est avéré être véritablement quelque chose de positif.

7On a dit, avant moi, comment Maurice Schumann arrive à Londres, je le redis brièvement. Il se trouve que le 18 juin, c’est lui qui le dit, il est à Niort c’est là qu’il entend l’appel du général de Gaulle et Maurice Schumann connaît le général de Gaulle, il a même dîné avec lui, il a lu ses ouvrages, il a entendu ceux qui sont persuadés que l’homme, le seul en France, militaire capable de faire face à la menace allemande c’est le colonel de Gaulle. Lorsque Maurice Schumann entend cet appel à la BBC finalement, il n’est pas tellement étonné et il décide de gagner Londres. Pour cela il faut trouver un port d’embarquement ; grâce à ses connaissances journalistiques et politiques, il sait qu’il y a encore des départs de SaintJean-deLuz et de Bayonne, notamment des bateaux polonais qui emmènent les derniers éléments de l’armée polonaise, qui deviendra l’armée de la Pologne libre en Grande Bretagne. Il se rend donc à Saint-Jean-deLuz et il peut embarquer à bord du dernier bateau polonais qui va partir pour gagner la Grande Bretagne. Il y retrouvera là quelques volontaires français qui ont réussi à grimper, d’ailleurs en déjouant la surveillance des gendarmes, parce que les gendarmes français et les militaires essayent d’empêcher les Français en civil ou en uniforme de monter à bord car, pour eux, c’est une désertion que de quitter la France.

8Maurice Schumann, à bord du « Bathory », arrive en Grande-Bretagne le 28 juin, il sait où se trouve le général de Gaulle, le 30 il va le rencontrer et lorsqu’il le rencontre ce n’est pas un inconnu. Beaucoup de ceux qui vont rencontrer le général de Gaulle ne le connaissaient pratiquement pas, surtout que la plupart de ceux qui rejoignent le chef de la France libre en juillet-août 1940 les tous premiers français libres, ont entre 18 et 22 ans, donc ils ne savent rien du passé du général de Gaulle, ils n’ont pratiquement aucune connaissance, simplement ils ont entendu ou ils ont su qu’un militaire français appelait à la résistance et ils ont décidé de le rejoindre.

9La grande masse de ces Français libres est très très jeune et le restera tout au long de la guerre, à part quelques cadres. D’ailleurs, un jour, le général de Gaulle, dans une répartie avec celui qui allait être son directeur de presse à l’Élysée et qui avait ensuite publié les mémoires d’Espoir en 1970, Pierre Louis Blanc, ambassadeur de France, directeur de l’ENA, raconte qu’un jour le général de Gaulle, trente ans plus tard lui dit « qu’est-ce que c’était que la France libre en juillet 1940 ? Une poignée de juifs, quelques aristocrates patriotes, et les pêcheurs de l’île de Sein ». D’ailleurs, le général de Gaulle reconnaît qu’à eux seuls les pêcheurs de l’île de Sein représentaient à peu près la moitié de la première armée française libre et il est lucide quand il le dit.

10Cela peut s’appliquer aussi à la présence de Maurice Schumann, du fait qu’il est toujours de confession juive, puisqu’il se convertira officiellement en 1942. Il fait donc partie de cet entourage du général de Gaulle, composé d’aristocrates patriotes : Geoffroy de Courcelles qui fut son premier aide de camp et qui restera toujours à ses côtés et il y a celui qui jettera les bases, les structures de la France Libre et qui sera grand théoricien de la légitimité par rapport à la légalité de la France libre c’est le professeur René Cassin, grande famille juive de la région Avignon-Carpentras.

11Voilà les premiers compagnons du général de Gaulle en juin-juillet 1940 à Londres. René Cassin s’exprimera au micro de l’émission de Maurice Schumann. Maurice Schumann à plusieurs reprises, lui cédera sa place. Sa présence est très importante, d’ailleurs Maurice Schumann, lorsqu’il va commencer ses activités à partir du 18 juillet sera amené à plusieurs reprises à céder la place ou à interroger des Français libres.

12Après disons « l’échec du 3 juillet » où Jacques Duchesne refuse à Maurice Schumann de s’exprimer à la radio de Londres en raison de sa voix qu’il juge trop aiguë, le général de Gaulle obtient une émission de 5 minutes tous les soirs, pensant avoir 45 minutes divisées par 3 tout au long de la semaine.

13Les Anglais lui proposent 5 minutes tous les soirs, mais 5 minutes qui ne dépendront pas de la BBC. 5 minutes qui, à la rigueur, dépendront d’une censure directement rattachée au gouvernement britannique et dans le cas des chroniques de Maurice Schumann en dernier ressort c’est Anthony Eden qui est amené à se prononcer. Je me réfère à Crémieux Brilhac qui l’a connu à Londres, pour ma part la connaissance de Crémieux Brilhac et la lecture de ses ouvrages, m’ont permis de me documenter. J’étais quand même tout marmot, d’autre part j’étais en France et je ne pouvais pas connaître l’intérieur de ce qu’était la BBC à l’époque. Huit heures avant en gros, autour de midi lorsque Maurice Schumann avait terminé d’écrire, le texte partait et était soumis à un représentant, un délégué, un « censeur » d’un niveau élevé. Je rappelle qu’en cas de conflit c’est Anthony Eden qui décidait en dernier ressort.

14Le 17 juillet, le général de Gaulle se rend compte qu’il faut se lancer dans ces émissions quotidiennes a lui-même déjà parlé plusieurs fois depuis le 18 juin et pratiquement tous les jours dans des discours restés célèbres, même si malheureusement celui du 18 juin n’a pas été enregistré. Il n’en reste pas de trace sur disque flexible de l’époque, mais les autres discours existent toujours. Le général de Gaulle qui connaît Maurice Schumann, qui l’a connu avant la guerre, qu’il a vu le 30 juin et qui l’a revu à plusieurs reprises, le désigne justement pour être son porte-parole. Il hésite entre jean Marin qui est un journaliste de renom, très connu, le futur directeur de l’Agence France Presse Yves Morvan dit Jean Marin et Maurice Schumann. Il a le choix, Jean Marin est plus un homme de terrain, un journaliste, un reporter alors que Maurice Schumann dès le 3 juillet dans son papier d’explication sur Mers el Kebir se révèle être commentariste, quelqu’un susceptible d’expliquer à la fois la pensée de l’allié anglais et la pensée du général de Gaulle, c’est pour cela que de Gaulle se prononce en faveur de Maurice Schumann, même si on avait jugé auparavant qu’il avait une voix trop aiguë.

15Le 18 juillet Maurice Schumann se « jette à l’eau » en commençant à 20 h 25, en disant, si l’on en croit les témoignages de ceux qui l’ont entendu, et ses propres souvenirs « Liberté, Égalité, Fraternité, voici le porte-parole de la Légion Française ». Le général de Gaulle va lui demander très vite de changer l’appellation et de ne plus dire « Liberté, Égalité, Fraternité » mais de reprendre les mots qui sont sur les drapeaux français « Honneur et Patrie ». À la fin du mois ce ne sera plus « Liberté, Égalité, Fraternité » mais « Honneur et Patrie », début août autre changement qui s’impose ce ne sera plus le porte-parole de la Légion Française c’est-à-dire les premiers volontaires (quelques dizaines de volontaires qui se sont regroupés à Londres). Il se trouve qu’à Vichy, on a créé une Légion Française des partisans de Pétain, alors pour éviter toute équivoque et pour qu’il ne soit pas le porte-parole des pétainistes de Vichy et des anciens combattants, la Légion Française des anciens combattants. Maurice Schumann devient le porte-parole de la France libre et le porte-parole parole de la France combattante et du gouvernement provisoire.

16C’est comme cela que Maurice Schumann va commencer ses émissions, il va parler plus de mille fois à la radio de Londres de 20 h 25 à 20 h 30, après lui arriveront « les Français parlent aux Français », mais dans l’esprit de tout le monde c’est un tout : on commence par Maurice Schumann et on termine par Van Moppes ou Pierre Dac. Il y a une sorte de crescendo. Maurice Schumann n’était pas spécialement un comique, en revanche il était le seul qui savait faire des effets oratoires. C’est pour cela que ceux qui étaient à l’écoute retenaient ses interventions, parce que le ton des autres intervenants qui étaient des journalistes professionnels était relativement neutre. La BBC apprend à ses journalistes à parler sur un ton mesuré, ceux-ci parlaient comme on leur avait enseigné comme on leur avait demandé de s’exprimer, alors que Maurice Schumann, porte-parole de la France Libre va prendre un ton solennel, parfois incantatoire, qui va trancher avec les voix que l’on entend habituellement, c’est pour cela aussi qu’on se souvient de lui. Il y a peu de voix sont on se souvient aujourd’hui, du moins pour ceux qui ont pu entendre les voix de la guerre.

17Du côté de Londres on se souvient essentiellement de la voix du général de Gaulle, de la voix de Maurice Schumann puis celles de Pierre Dac et Van Moppes, côté français celles de Philippe Henriot et de Jean Hérold Paqui, Philippe Henriot que le gouvernement de Vichy et les Allemands vont nommer à la tête d’une chronique pour contrebalancer l’effet Maurice Schumann, car Maurice Schumann à partir de 1942 commence à donner régulièrement, quotidiennement des instructions, des informations à la résistance. Il l’a déjà fait en 1941, lorsqu’il demande aux Français, par exemple de marquer un temps d’arrêt tel jour, de manifester tel autre jour. On s’aperçoit que ses consignes sont suivies et on peut mesurer l’effet de ses paroles - livré à lui-même le plus souvent puisque, pendant plus d’un an, le général de Gaulle a quitté Londres pour prendre la tête d’un gouvernement provisoire à Alger et Maurice Schumann qui a son bureau au rez-de-chaussée de Carlton Garden, qui a l’habitude de voir le Général tous les jours sera livré à lui-même, ce qui se passe c’est que Maurice Schumann était tellement pénétré de la pensée du général de Gaulle puisqu’il partageait ses idées depuis avant la guerre, que sans aucune crainte de Gaulle l’a laissé tout seul pour exprimer sa pensée. Je crois que, le général de Gaulle jamais n’a délégué une telle responsabilité à qui que ce soit, Maurice Schumann était seul, face au micro, pour dire ce que pensait de Gaulle, pour dire ce que faisaient et pensaient les Français Libres, surtout dans un milieu partiellement hostile, puisqu’il y avait à l’émission « des Français parlent aux Français » des journalistes qui n’étaient pas particulièrement gaullistes.

18Maurice Schumann va mener une action remarquable et il va la mener contre vents et marées lançant des appels à la France, essayant de réconforter les Français dans ses allocutions, dans ses discours, dans sa chronique qui dure de 4 à 5 minutes et demi, et finalement le 30 mai il enregistrera un dernier message avant de s’embarquer pour la France. Il avait dit au général de Gaulle lorsqu’il le rencontra le 30 juin, qu’il est venu se battre, ce que beaucoup des Français qui rejoignent Londres disent « Nous sommes là pour nous battre ». De Gaulle lui dit « J’ai besoin de vous ailleurs » et Schumann répond « Au moins promettez-moi, mon général, que le jour où le débarquement s’effectuera, je serai parmi les premiers à fouler le sol de France » et le général de Gaulle coïncidence que certains considèrent comme visionnaire lui dit « Pour cela il faudra que vous attendiez au moins quatre ans », et c’est quatre ans plus tard exactement que Maurice Schumann va débarquer avec un commando de la 5e division britannique, près d’Arromanches. Il sera là pour écouter l’enregistrement qu’il a laissé en quittant Londres pour rejoindre les troupes de la Libération. Il parvient ensuite à envoyer à Londres une autre émission qui sera diffusée plus tard et il se trouve qu’il est le 7 juin à Bayeux. Il y rencontre Raymond Triboulet, qui sera le premier sous-préfet de la France libérée.

19Apothéose de sa carrière Maurice Schumann accueillera le 14 juin le général de Gaulle à Bayeux, puisque de Gaulle y débarquera à son tour. C’est Maurice Schumann qui sera là pour l’accueillir, Maurice Schumann qui avait pensé à tout, avait fait préparer une espèce d’estrade sur une place de Bayeux, pour que le Général puisse prendre la parole devant la foule.

20De Gaulle préfacera à la fin 1945 le livre que Maurice Schumann publie : « la voix du couvre-feu », livre qui sera réédité en 1964 ou 1967 et dont une version abrégée paraîtra par la suite, avec la préface du général de Gaulle, datée du 28 novembre 1945 : « Voici les allocutions de Maurice Schumann, celles de Londres et celles du front, voici notre guerre, jour après jour, exprimée, voici de notre histoire, la plus dure la plus belle, voici de notre avenir de quoi nourrir notre espérance ».

L’épée d’Académicien de Maurice Schumann

Table des illustrations

Légende L’épée d’Académicien de Maurice Schumann
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Journaliste — Président des Amis de la Fondation Charles de Gaulle

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540