Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Un témoin, un ami...

Patrick Delnatte

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs,

2Évoquer Maurice Schumann et mon engagement gaulliste, c’est évidemment du bonheur. Mais c’est aussi prendre le risque de la subjectivité et de l’imprécision de la mémoire. Je prends ce risque en comptant sur votre indulgence et en limitant mes propos à quelques témoignages et souvenirs, sachant que ceux qui ont travaillé avec lui, tant au Sénat qu’au Conseil régional, ont eu davantage de contact que moi-même.

3Dans une vie, on cherche toujours les sources de son engagement. 1958, retour du général de Gaulle aux Affaires, puis fondation de la Ve République et fin de la guerre d’Algérie. Cette période vécue comme une période où l’histoire de notre pays se remet en marche, c’est aussi la période de mon éveil politique dans un engagement militant de soutien à l’action du général de Gaulle.

4C’est vrai, pour un gaulliste, Maurice Schumann était l’homme qui, constamment, renforçait votre fidélité à de Gaulle.

5Ses conférences et ses discours, très souvent sans papier (quelle mémoire !), ses écrits, ancraient nos convictions dans une connaissance historique si nécessaire, pour mieux comprendre l’action de de Gaulle. Sa voix ferme, reconnaissable entre toutes, son art oratoire bien structuré, l’éloquence de ses phrases, tout cela entraînait l’admiration et l’adhésion de ses auditeurs.

6Avec Schumann, l’actualité c’était déjà l’Histoire.

7Je garde aussi deux souvenirs où, comme militant ou élu, j’ai vu Maurice Schumann confronté aux dures réalités de la vie politique.

8Début 1973, Maurice Schumann, marqué du prestige de sa fonction de ministre des Affaires étrangères, vient à Tourcoing, au Café du Damier, siège du parti gaulliste, rencontrer les militants pour les élections législatives prévues au mois de mars, où il était lui-même candidat. J’ai ressenti un profond décalage entre sa situation de ministre, fonction très prenante, et les nécessités d’une campagne. Organisation, soutien, il pensait que tout allait de soi. Hélas, les choses ne se sont pas passées aussi facilement. Il connut l’échec. On sait combien cette épreuve fut douloureuse pour lui.

9Autre souvenir, celui d’une occasion manquée. Élu sénateur du Nord en 1974, alors conseiller municipal de Comines, Maurice Schumann n’exprima pas une disponibilité pour Tourcoing. À la fin du mandat municipal 1971-1977, où je participais comme adjoint au maire, se posait le problème de la succession de René Lecocq, maire, âgé et malade, qui ne se représentait pas. Les chefs de file de l’Union qui regroupait gaullistes, radicaux et indépendants, les centristes ayant quitté l’Union, s’entendirent pour exprimer un refus poli mais ferme à l’offre de service de Maurice Schumann. D’officiers, ils ne souhaitaient pas devenir sous-officiers.

10Participant à cette rencontre où le refus fut exprimé, je crois encore l’entendre me dire sur le perron de la mairie à l’issue de l’entretien : « Manifestement, ils n’ont pas besoin de moi ». Connaissant sa sensibilité et sa pudeur (il n’aimait pas se mettre en position de demandeur), il a certainement vécu douloureusement ce refus. Je reste convaincu que la destinée politique de Tourcoing aurait été profondément différente si Maurice Schumann y avait apporté sa pierre.

11Dans ces années, ayant eu souvent l’occasion de le véhiculer de son domicile tourquennois à Lille pour des réunions communes, j’ai été frappé par sa lucidité de jugement sur ses contemporains, son tempérament inquiet, son humour décapant mais respectueux, ponctué de rires brefs et aigus. Ma réserve à son égard m’a toujours fait regretter de n’avoir pas approfondi les sujets qu’il abordait dans nos trop brefs entretiens.

12Dans ma fidélité à l’action du général de Gaulle, Maurice Schumann, l’intellectuel et l’homme politique, a incarné mieux que quiconque, les deux valeurs fondamentales du gaullisme, celles qui ont donné un sens à mon engagement politique, exprimées par ces deux citations du Général :

« Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France ». C’est Schumann, le patriote, celui qui donne à son action la dimension historique et géopolitique.

« En notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer ». C’est Schumann le défenseur de l’humanisme chrétien.

13J’ai vécu cette proximité avec Maurice Schumann comme une chance qui aide à prendre de la hauteur dans une vie politique menacée par la routine et souvent confrontée aux risques de la médiocrité.

14Vous comprendrez, Mesdames, Messieurs, que ce témoignage est d’abord un témoignage de gratitude.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540