Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Témoignage

Roger Dutriez

Texte intégral

1Pendant l’occupation allemande de 1940 à 1944, j’étais jeune, mais j’écoutais avec mes parents la radio de Londres et j’entendais Maurice Schumann parler.

2On aimait beaucoup ses interventions ; elles nous donnaient espoir et courage.

3Après la libération, il décide de se présenter à la députation dans le Nord. C’était au scrutin de liste. Il fut élu. Puis, on créa les circonscriptions et il se présenta dans la 10e Armentières-Halluin. Il devient alors « Notre député ».

4J’avais alors 18 ans et me sentais attiré par la politique. J’assistais aux réunions, je suivais les dépouillements aux élections (on ne votait qu’à 21 ans).

5Maurice venait régulièrement à Pérenchies. J’allais l’écouter aux meetings organisés par la section locale du MRP.

6En 1953, j’entrais au conseil municipal. J’avais 26 ans, j’étais le plus jeune conseiller.

7J’effectuais trois mandats et mes amis me sollicitèrent pour conduire la liste aux municipales de 1971. Je fus élu maire. C’est alors que je rencontrais régulièrement Maurice. Il était véritablement un député, puis un ministre au service de la population assistant souvent aux manifestations de fêtes communales.

8Il tenait régulièrement une permanence en mairie et répondait personnellement aux courriers qu’il recevait. Il aidait les élus municipaux dans leurs démarches, souvent longues et difficiles pour obtenir des aides et les soutenir pour des décisions importantes.

9La première dont je me souviens (j’étais nouveau maire), c’est le coup de téléphone qu’il me donna pour m’annoncer que la filature de lin Agache ne fermerait pas. Cette entreprise occupait à cette époque 1900 ouvriers. Vous pensez quel coup dur pour nous ! Grâce à lui, l’usine a tenu chez nous encore de nombreuses années.

10C’est aussi grâce à son intervention que nous avons obtenu la construction, à Pérenchies, d’un lotissement de 220 logements individuels et 125 logements collectifs du plan Chalendon. Ces logements à prix très intéressants ont fait le bonheur de nombreuses familles au revenu modeste.

11Pour résumer, je dis que Maurice Schumann a fait beaucoup pour les communes de notre secteur. En reconnaissance, le conseil municipal a donné son nom à la salle municipale des fêtes.

Auteur

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540