Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Maurice Schumann et le MRP

Marie-Louise Hespel

Texte intégral

1Mesdames, Messieurs, chers amis,

2Lorsque notre Président, Monsieur Delannoy, m’a demandé si j’acceptais de vous parler de Maurice Schumann que j’avais l’honneur et la joie de bien connaître, j’ai accepté immédiatement. Mais lorsque j’ai reçu l’invitation à notre réunion d’aujourd’hui et que j’ai appris ainsi que le sujet de ma « conférence » était : « Maurice Schumann et le MRP » [...] j’avoue que j’ai bien eu envie de remettre en question mon acceptation. En effet je ne suis ni historienne, ni conférencière.

3Je vais m’efforcer dans une première partie de relater certains faits officiels qui ont jalonné la vie de Maurice Schumann, grâce entre autres à quelques citations extraites de différents ouvrages dont je vous donnerai les références en fin de causerie. Mais je m’attacherai surtout à démontrer que cet homme, si intelligent, si cultivé, un orateur hors pair, un homme qui a été une lumière dans l’ombre de l’occupation allemande, cet homme si doué, qui fut ministre à plusieurs reprises, cet académicien, était d’une simplicité extraordinaire et qu’il devrait parfois être imité par certains de nos édiles.

4Maurice Schumann, pour ceux qui n’ont plus vingt ans depuis longtemps, a d’abord été la Voix de la Liberté et de l’Espoir provenant de la BBC de Londres.

5Dans toute la France, sa voix était connue. Ayant habité à Vence dans la région de Nice pendant plus de 15 ans, j’avais organisé avec la présidente de la Bibliothèque pour Tous une conférence sur le dernier livre de Maurice Schumann, La Victoire et la Nuit (Julliard, 1989). Il s’agissait de nouvelles sur la guerre de 1914. Mon ami Maurice n’avait pas hésité un instant, malgré ses nombreuses charges et obligations, à accepter cette demande. Étant donné le grand nombre d’auditeurs qui s’étaient déplacés, beaucoup d’ailleurs sans invitation, nous avons dû ouvrir les fenêtres de la bibliothèque où se sont massés ceux qui n’avaient pu entrer. Après la conférence, on se pressait autour de Maurice Schumann. Je me trouvais près de la table de signatures et j’entendais sans cesse - si j’ose employer ce terme un peu trivial - le même refrain. « Pendant la guerre, je vous ai écouté tous les soirs » ou encore « Mon père collait son oreille sur le poste pour bien vous comprendre » ou bien aussi « Avant j’habitais le Nord et quand vous parliez on devait se taire à table et vous écouter ». Un exemple qui fit sourire Maurice : Une dame qui devait être une enfant à la Libération raconta : « Alors que les aînés parlaient de vous lors d’une réunion de famille, après la guerre et que l’on savait enfin qui était cette voix de l’espoir, ma grand-mère déclara : « Schumann. Il paraît que c’est un Juif... mais lui, c’est un bon juif... »

6En 1944, lorsque le MRP a été fondé et qu’il a fallu le charpenter et avant tout choisir un président, les futures têtes du mouvement s’attendaient à ce que soit élu Georges Bidault devenu chef de la Résistance après l’arrestation de Jean Moulin. Mais c’est Bidault lui-même qui déclara : « Il faut désigner à la Présidence le porte-parole de la France combattante, Maurice Schumann, dont tous les Français connaissent la voix ».

7Maurice Schumann fut président du MRP à l’âge de 33 ans et le resta de 1944 à 1949.

8Le très regretté André Diligent, lui aussi un ami fidèle, écrit dans son dernier livre La charrue et l’étoile : « Quant à Maurice Schumann, il fut le premier président du Mouvement, et c’était dans la nature des choses car, porte-parole de la France combattante, sa voix et ses messages étaient devenus familiers aux millions de Français qui, pendant l’occupation, captaient Radio-Londres derrière leurs volets clos ».

9André Diligent continue :

« J’ai eu l’honneur de l’accueillir le 30 septembre 1944 à Lille, à l’occasion de la visite du général de Gaulle. Le lendemain, au cours d’une promenade, je lui fis découvrir une ville en pleine effervescence. Je me souviens de l’enthousiasme des Lillois quand je leur disais qui était celui que j’accompagnais. Enfin, ils mettaient un visage sur cette voix qui les avait tant émus. Ils l’acclamaient tous spontanément.

Il est certain que son prestige et son immense talent furent un puissant tremplin pour l’ascension du Mouvement. Mais il n’était pas un président de « circonstance » car, déjà avant-guerre, il signait dans Temps Présent ou dans l’Aube des articles, sous le nom d’André Sidobre, et militait dans les rangs de la Jeune République. Il fut plus tard aussi à l’aise comme ministre des Affaires sociales, de la Recherche, de l’Aménagement du territoire ou des Affaires étrangères, aucun domaine ne lui était inconnu.

Il avait une agilité intellectuelle hors du commun, une mémoire prodigieuse, une facilité d’assimilation déconcertante, une culture universelle, une curiosité de tout, une puissance de travail infernale ».

10Le mot infernal est employé à dessein par André Diligent car il enviait cette faculté de Maurice de répondre à tous et toutes le jour même... alors que lui, André - j’ai été sa collaboratrice pendant un moment - répondait avec quelques semaines de retard et quand il retrouvait les courriers. Mais ça ne l’empêchait point d’être un excellent maire et un excellent parlementaire et un homme au grand cœur.

11Maurice Schumann, philosophe, mélomane averti, fut longtemps déchiré sur le plan politique entre sa fidélité à la démocratie chrétienne et sa fidélité à de Gaulle. Il n’était pleinement heureux que lorsque ses amis démocrates-chrétiens et ses amis gaullistes étaient sur la même longueur d’onde.

12C’est à Londres qu’il avait rencontré la grande philosophe Simone Weil, qui avait rallié la France libre. Elle fit partie des grandes personnalités qui ont marqué sa vie et il aimait à répéter : « Qu’aurais-je été si Alain ne m’avait pas appris à douter, Simone Weil à croire, Marc Sangnier à aimer et de Gaulle à combattre ? »

13Quelques jours avant sa mort, en février 1998, Maurice Schumann dit à l’un de ses amis : « J’aimerais que l’on puisse dire : il est mort fils d’une patrie sans rêve de conquête, et d’une Eglise sans inquisiteurs. Il est mort fou de la France et catholique romain. »

14Un autre nordiste, décédé lui aussi il y a quelques années, Pierre Garcette, qui a pu terminer son livre Faire face juste à temps avant son passage dans l’éternité, livre où il évoque toutes les grandes figures qui ont construit notre région et remis la France sur les rails après la Libération, parle aussi de Maurice Schumann :

« Parisien de naissance, il avait adopté depuis 1945 « les gens du Nord » dont il était, au moment de son décès, le représentant au Sénat et au Conseil régional du Nord et du Pas-de-Calais.

En vérité, il était proche de nous, très proche de nous, de cœur, avant même d’être le plus prestigieux de nos élus d’après-guerre. Je fais partie de ceux qui l’ont écouté quand ils avaient vingt ans, quand il me faisait croire à la victoire, dans les caves voûtées d’une grande maison d’Amiens.

Qu’il ait été longtemps député, sénateur, qu’il ait été ministre des Affaires étrangères, ministre du Travail et des Affaires sociales, rien de tout cela ne nous émeut vraiment. Nous savons qu’il a été digne de ces hautes fonctions. Nous ne sommes pas étonnés qu’il ait souhaité d’être, aussi, ministre des Affaires sociales. Quand il se présentait à la députation, il voulait toujours que son « suppléant » fût un syndicaliste [...]

Ce fin lettré, ce grand amateur de musique et notamment de Mozart, cet orateur exceptionnel qui parle une heure et demie debout, sans une note, de Gandhi, d’Hitler, de Nehru, d’Adenauer, et naturellement de De Gaulle, ce joueur de bridge était, sans aucun doute, celui connaissait le mieux la... fiscalité régionale ! Quand on sait qu’il était, en même temps, sénateur, président d’une commission, académicien, on comprend que cet homme-là ne s’arrêtait jamais. Il répondait d’ailleurs systématiquement, le jour même, aux lettres qu’il recevait.

« De l’eau avant, de l’eau pendant, de l’eau après ». Tel était, à table, le comportement ascétique de notre héros.

C’est sans doute cette hygiène de vie sévère qui lui donnait la possibilité de monter à pied, une lourde serviette à la main, les cinq étages de l’immeuble du Conseil régional du 7 bis square Morrisson, à l’époque où l’ascenseur était fréquemment défaillant.

Il a fallu, en effet que Maurice Schumann soit sévère avec lui-même pour faire face, avec bonheur, aux fonctions qui lui ont été confiées, auxquelles se sont ajoutées celles qu’il a sollicitées.

On peut être surpris d’apprendre que cet homme cultivé, était un conteur intarissable d’histoires drôles, de souvenirs piquants et parfois féroces, en les ponctuant d’éclats de rire qui le secouaient tout entier ».

15Robert Bichet dans son livre La Démocratie chrétienne en France écrit :

« Tous les dirigeants du MRP, sans aucune exception, ont appartenu à la Résistance où certains y jouèrent un rôle éminent. Sur le plan politique 20 sur 30 venaient du Parti Démocrate Populaire et trois de la Jeune République dont Marc Sangnier et Maurice Schumann qui après avoir cherché sa voie s’était résolument tourné vers la démocratie chrétienne et son leader Marc Sangnier. Ce fut l’un des hommes qu’il admira le plus. »

16Robert Bichet précise que

« 20 dirigeants nationaux du MRP sur 30 venaient de l’Action catholique de la Jeunesse Française (ACJF), 11 étaient militants à la CFTC (c’était bien sûr longtemps avant la rupture de laquelle allait sortir la CFDT) et un seul militait à la CGT. Bref, l’image de ces dirigeants du MRP est résistante, réformiste, sociale, Elle est à l’image de la France nouvelle qu’anima alors une grande espérance » (fin de citation).

17C’est Jean Catrice qui insista pour que Maurice Schumann se présente à la députation dans le Nord, se doutant que les qualités remarquables du porte-parole de la France et sa présence dynamisante de Président du MRP permettraient un succès sans conteste aux élections législatives d’octobre 1945, c’est-à-dire 42,3 %.

18Il serait sans doute fort intéressant de reprendre le déroulement des événements qui ont suivi ce succès électoral et constater la descente lente mais progressive du MRP et l’émergence du RPF, le départ définitif du général de Gaulle, qui fut certainement la déchirure suprême de Maurice Schumann, et enfin l’incompréhension avec ceux du MRP qui voulaient travailler avec la SFIO, tel Jean Lecanuet et ceux comme Maurice Schumann qui peu nombreux, espéraient que le MRP continue à vivre même si le peuple ne répondait plus aussi nombreux à ses aspirations.

« Le général de Gaulle s’était déjà très mal entendu avec l’Assemblée consultative provisoire qu’il avait créée à Alger et qui était en quelque sorte un petit Parlement de la Résistance.

Il ne s’entendit pas mieux avec l’Assemblée Nationale Constituante qui, toute fière d’être élue au suffrage universel, se croyait souveraine comme au temps de la Troisième République.

Il ne faut pas oublier non plus que, dans cette Assemblée, la majorité absolue était détenue par la Gauche et que, très rapidement, communistes, socialistes et radicaux imposèrent leurs vues à la Commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution. » [...]

[...] « Le Général avait, bien entendu, des observateurs au sein de cette Commission et il était de plus en plus irrité des travaux de celle-ci. » [...]

« Peu de temps après le vote du budget, les courtes vacances de Noël et la rentrée parlementaire de janvier, le général De Gaulle convoqua ses ministres pour un Conseil extraordinaire et leur annonça son intention de se démettre de ses fonctions et de se retirer.

19Ce départ inattendu et que rien ne justifiait en apparence éclata comme un coup de tonnerre dans un ciel serein.

20Les groupes parlementaires furent stupéfaits. Peut-être les communistes s’en réjouirent-ils en secret, car ils croyaient leur heure venue. Le groupe socialiste était partagé entre le regret et l’étonnement, mais pour le MRP, le départ du Général fut ressenti comme une catastrophe nationale et comme un drame irréparable. » [...]

21Le premier réflexe en apprenant cette démission du général fut unanime : il fallait lui envoyer une délégation du groupe MRP pour le supplier de revenir sur sa décision.

22Réuni au grand complet à la salle Colbert, le groupe décida, à l’unanimité, d’envoyer au général une délégation conduite par Maurice Schumann. [...]

23« Dès le lendemain après-midi, salle Colbert, Maurice Schumann d’une voix brisée par l’émotion vint faire un compte rendu négatif de sa mission auprès du général.

24Celui-ci remerciait le groupe de sa démarche mais il avait confirmé à Maurice Schumann sa décision irrévocable de se retirer. « Il y a une assemblée, quelle se débrouille ».

25Les historiens de l’avenir se poseront toujours la question de savoir quelle fut la véritable pensée politique de de Gaulle à ce moment-là ».

26Et c’est là, Mesdames et Messieurs, que l’« historienne » va passer dans un autre registre, celui de conteuse.

27Je venais d’avoir 15 ans lorsque je vis Maurice Schumann pour la première fois. Certes, je l’avais écouté à diverses reprises, mais avec mon amie d’enfance, Mauricette, nous avions trouvé dans les interventions du porte-parole de la France une excellente façon de faire nous aussi de la Résistance. Quand mes parents écoutaient Londres, mon amie et voisine venait me rejoindre et nous avions la permission - oh ! joie profonde - de nous asseoir sur le trottoir de la maison de mes parents afin de les prévenir si le moindre uniforme vert-de-gris apparaissait à l’horizon. Hélas - ou plutôt tant mieux - nous n’en vîmes jamais. Et nous n’avons pu faire la preuve de notre courage.

  1. Allusion à l’émission TV Lille : Maurice à l’écoute, n’était pas intouchable mais avait toujours l’esprit occupé.
  2. Rencontre à la Libération. Tournée avec ses confrères des « Français parlent aux Français » : Oberlé, Pierre Dac, Pierre Bourdon, etc.-1re visite à Wattrelos : foule, émotion, Thérèse et poème, élégance de Mme Schumann.
  3. - Hortensia. Maurice revient à Wattrelos qui fut d’ailleurs la section pilote grâce à Georges Notebaert, et Jeanne Lebris. L’hortensia est-il arrivé à bon port ?
  4. lre fois où Maurice me parle : congrès - concrète/utopiste
  5. Accompagnement permanence – Marcellin
  6. Rachel Lempereur
  7. Canal de Suez
  8. Reine Elizabeth
  9. Gare de Roubaix
  10. Lancement dans le théâtre et ses regrets de ne pas savoir écrire du théâtre
  11. Fondation de France Maurice Schumann et le MRP 95
  12. Congrès à Lille - Cassure du MRP
  13. Voyage en avion - Neige. Ces deux hommes à mon bras.
  14. Conférences à Nice, Menton, Cannes - auditeurs de haut niveau intellectuel. Appel à sa femme qui ne l’envoya pas dire : « trop long, Maurice, coupez un quart d’heure ». – Manteau
  15. Conversion racontée à Marie-Charlotte (mère athée - Père indifférent)
  16. Nombreux courriers (Mme Bonte et M. Delannoy ont pu s’en rendre compte, il était réellement un homme du Nord)
  17. Annonce de sa mort
  18. On ne milite pas pour un homme mais pour un idéal.

28L’amie de Maurice Schumann, une amie qui a eu la chance de lui parler quelques jours avant sa mort et le chagrin de ne pas avoir pu quelques jours plus tard, comme cela était prévu, rendre visite à Lucie Schumann et à son mari dans leur appartement de Tourcoing. Notre but était de remettre à Mme Schumann un cadeau exécuté par ma fille Marie-Charlotte, filleule de Maurice Schumann. J’entends encore la voix de Maurice. Il s’exclama : « Un cadeau pour ma femme, et l’œuvre de ma filleule. Vous ne pouvez pas me rendre plus heureux, Marie-Louise. Vous savez combien je porte d’attachement à mon épouse et quand on lui fait plaisir à elle, ma joie est infinie... Aussi je vous attends samedi. Je vous embrasse. »

29Madame Schumann a eu son cadeau, une magnifique broderie qu'elle nous a fait l’honneur de mettre dans son vestibule d’entrée à Paris et quand je lui téléphone, elle m’en parle toujours. Mais entre-temps, Maurice nous a quittés pour l’éternité.

30Avant même que la guerre ne fut terminée, Maurice Schumann et certains de ses compagnons de l’émission Les Français parlent aux Français, retransmise par la BBC ont parcouru la France et la Belgique pour raconter le « Débarquement ». Inutile de vous préciser que les foules, non encore oublieuses, se pressaient à ces conférences.

31Lorsqu’il vint à Wattrelos, le MRP était déjà en gestation et les membres du PDP (Parti démocrate chrétien) se sentaient pousser des ailes et n’eurent de cesse d’avoir chez eux le Président de ce parti dont mon père était membre actif avant la guerre. Ce jour-là, Maurice ne vint pas avec ses compagnons mais avec celle qu’il avait épousée peu de temps auparavant, Lucie Schumann. J’avais 15 ans, je vous l’ai dit, je commençais à être coquette. Aussi n’eus-je d’yeux que pour elle. Cette jeune femme extrêmement jolie, habillée d’un ensemble Chanel mais si petite auprès de son mari. Quelle classe ! L’accueil de la salle fut extraordinaire. Mais le silence se fit alors qu’une jolie fille de 18 ans, ma sœur Thérèse, récita le poème d’Aragon, Celui qui croyait au ciel et celui qui n'y croyait pas. Maurice Schumann ne la quittait pas des yeux et des années, des années plus tard, il m’en parlait encore. Puis Maurice se mit à décrire le débarquement.

Bibliographie

Références

Béthouart Bruno - Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Dunkerque, Éd. des Beffrois, 1984, 165 p. Collection « Documents »

Bichet Robert - La Démocratie chrétienne en France : le Mouvement Républicain Populaire, Besançon, Jacques et Demontrond, 1980, 391 p.

Diligent André - La Charrue et l’étoile, Strasbroug, Coprur, 2000, 208 p.

Garcette Pierre - Faire face : portraits et souvenirs en Nord-Pas-de-Calais, St Jean de Val, Éd GabriAndré, 1998, 294 p.

Ott Barthélemy - Vie et Mort du MRP : la Démocratie Chrétienne est-elle possible en France ?, Annonay, Éd. du Vivarais, 1978, 174 p.

Rimbaud Odile - Maurice Schumann, sa voix, son visage, Paris, Odile Jacob, 2000, 288 p.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540