Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

II. Maurice Schumann. Témoignages

Maurice Schumann intime

Christine Böel-Schumann

Texte intégral

1Vous m’avez demandé de vous parler de Maurice Schumann intime... Je pense que sa pudeur qui s’alliait paradoxalement avec une grande facilité de contact, en aurait souffert mais votre fidélité à sa mémoire et aux valeurs qui vous ont réunis m’autorisent peut-être quelques propos sur ce thème nés de mes souvenirs et de ce que je me rappelle l’avoir entendu raconter :

2Sa vie de famille et tout d’abord ses parents... Son père, Julien Schumann était un homme doux et mélomane qui lui a appris à « entendre » une partition d’orchestre avant quelle soit interprétée (faculté bien utile pour les jurys musicaux où il a siégé et où seuls les finalistes avaient droit à l’orchestre), sa mère Thérèse était belge de naissance et universitaire, en sciences, ce qui était rarissime pour une jeune fille vers 1900. L’un et l’autre adoraient visiblement le dernier de leurs trois enfants qui le leur rendait bien. Il était fragile de santé et brillant scolairement, mais sa mère n’était pas pour autant encline à l’indulgence et quand il est rentré chez lui au terme de ses études secondaires très heureux d’avoir eu le 1er Prix au Concours Général de philosophie, elle l’a accueilli avec ces mots « c’est très bien mon chéri, mais n’oublie pas qu’il y a un premier chaque année ! ! »

3La vie privée de papa devenu adulte a certainement été centrée sur son épouse, Lucie, ici présente. Il l’a rencontrée à Londres en 1940 quand, ayant répondu à l’appel du général de Gaulle, celui-ci lui a demandé de recruter pour les Forces Françaises Libres.

4Elle-même, une très jeune fille, était déjà à Londres et avait écrit une lettre pour proposer ses services avec une très jolie écriture et sans faute d’orthographe ce qui avait retenu l’attention de papa qui venu l’engager dit l'avoir « reconnue et non connue ». Il lui a immédiatement déclaré sa flamme ce qu'elle a trouvé un peu rapide mais il l’a assurée qu’il serait prêt à l’épouser dès qu'elle y consentirait... ce qui a été le cas en 1944. Elle était alors chargée, à 23 ans, du bureau central du personnel civil des FFL et après quelques délais dus au débarquement le 6 juin 1944 et à la campagne de libération de Paris et de la France dans la 2e DB et de l’Allemagne, ils se sont mariés le 13 novembre 1944 chez ses chers dominicains du boulevardd de La Tour Maubourg. Leur amour ne s’est jamais démenti. Leur vie commune a duré plus de 50 ans et la seule trace de vie privée qu’il ait souhaitée sur son épée d’académicien est le signe de la lumière symbole du prénom de maman.

5Le père qu’il a été maintenant... J’ai demandé l’avis de mes soeurs qui ne me l’ont pas donné et je ne puis donc vous transmettre que ma vision personnelle du père qu’il a été pour ses trois filles. Tout d’abord il ne souhaitait que des filles et je me souviens que la nuit où maman a accouché de Béatrice qui est ici aujourd’hui, il nous a fait prier Laurence et moi pour que ce soit une FILLE... et bien sûr il avait raison et à tout propos nous répétons toutes les trois en choeur avec Sacha Guitry Mon père avait raison et ce d’autant plus volontiers que, lui aussi, trouvait que nous avions toujours raison.

6Nous pouvions totalement compter sur ce père absent, à votre profit souvent, puisqu’il a passé tous les week-ends de sa vie dans le Nord. Comme nous ignorions que d’autres pères consacraient leurs week-ends à leurs familles nous n’en souffrions pas et d’ailleurs, n’étiez-vous pas sa famille ?

7Il avait bien sûr élaboré une philosophie de la paternité idéale : Je donne le la disait-il, je suis très heureusement secondé par une mère professionnelle, ce n’est pas la quantité de temps partagé qui compte, mais sa qualité, on ne prêche que par l’exemple.

8J’avoue pour ma part avoir été tout à fait d’accord avec cette vision de la paternité qui était valorisée dans les faits par un amour indéfectible qui était parfois :

  • Aveugle : ne l’ai-je pas entendu dire à Robert Schuman un soir à la maison « tu sais, on dit qu’il y a un âge ingrat, crois-moi ce n’est pas vrai ; j’ai trois filles et je sais de quoi je parle ». Inutile de vous dire que, moi aussi je savais de quoi il parlait et à quel point l’amour l’égarait !

  • Il l’égarait d’ailleurs parfois au-delà de toutes nos espérances ayant pour principe que les choses ont l’importance que leur donne ceux qui les vivent. J’étais en Angleterre pour apprendre l’anglais et un jour de mal du pays je lui ai écrit une lettre exprimant mon désarroi. La lettre a mis un certain temps à lui parvenir. Il est tout de suite venu me chercher. Le temps qu’il arrive j’étais consolée et décidée à rester en Angleterre. L’année suivante, dans les mêmes circonstances, je lui ai de nouveau écrit... Fort de son expérience, il m’a envoyé un télégramme ainsi libellé « si tu es encore triste lorsque tu recevras ce télégramme, je viendrai tout de suite te chercher ». Je ne l’étais plus...

  • Nous avons toujours pu compter sur lui à ce point-là. Et nous gérions avec attendrissement ce drôle de père qui, au temps de notre enfance, arpentait les plages de Normandie en costume trois pièces et chaussures de ville à travers flaques et marées pour venir nous demander ce que nous lisions et qui, persuadé d’un anonymat tout relatif, venait assister à mes examens d’université, seul parent sachant que ceux-ci sont publics, pour le plus grand amusement de mes condisciples et la plus grande gêne de mes professeurs.

  • Nous étions traitées avec un grand respect et étions à la fois soutenues dans nos entreprises et libres d’être nous-mêmes à condition de l’être en mode majeur et de respecter certaines valeurs chères à son coeur. C’est ainsi qu’il a interrompu une bataille homérique qui m’opposait à ma soeur cadette par ces mots « Christine, tu passeras, Laurence tu passeras, ce chandail lui-même que vous vous disputez passera mais la langue française, elle ne passera jamais, alors s’il vous plaît, querellez-vous en bon français ». Nous avons bien sûr renoncé tant la difficulté était grande...

9Une génération plus tard, il s’est révélé un grand-père digne de son cher Victor Hugo dans « lorsque l’enfant paraît » et ce, avec tous ses petits enfants. Je l’ai vu plus particulièrement à l’œuvre, étés après étés avec ma fille qu’il aimait infiniment.

10Deux souvenirs parmi tant d’autres : un jour où je promenais Framboise bébé dans son landau il marchait à mes côtés en sautant de temps en temps et comme je m’en étonnais il m’a expliqué qu’il s’arrangeait pour éviter qu'elle soit éblouie par le soleil en faisant écran ! Plus tard, il conjuguait amour et courtoisie en se levant chaque fois que cette demoiselle de quatre ans entrait dans la pièce !

11Deux mots maintenant sur l’homme que nous côtoyons dans l’intimité : il ne doit pas être très différent de celui que vous avez connu,

12- C’était un homme de passions.

13Passion pour la politique bien évidemment... mais toujours plus pour défendre ou promouvoir les idées qui lui étaient chères que pour combattre celles des autres... À l’exception du et des fascismes et je suis particulièrement heureuse que nazisme et mur de Berlin aient disparu de son vivant.

14Il avait d’ailleurs une assez grande hauteur de vue pour avoir écrit dans le Monde un article intitulé La joie des autres au lendemain de la victoire socialiste de mai 1981.

- Vous l’avez compris ses sentiments allaient bien au-delà des clivages. Il aimait aimer et avait un regard bienveillant pour tous. Jamais je ne l'ai entendu dire une chose désagréable sur quiconque... et je l’ai entendu dire un bien fou du général de Gaulle que, comme vous le savez tous, il vénérait... avec des incidentes agréables dans notre vie privée : l’ayant trouvé particulièrement euphorique un jour nous avons découvert que le Général qui l’appelait Schumann d’habitude, l’avait appelé Maurice ce matin-là. Notre journée à tous en fut illuminée. Dans les circonstances plus tristes du départ du Général, le soir du malheureux référendum sur la participation, ma soeur Béatrice qui est ici aujourd’hui et qui était condamnée par une jambe cassée à partager le désespoir de nos parents a eu ce mot terrible que l’avenir n’a malheureusement pas démenti « il est très triste de devoir dire à 16 ans : « Adieu l’Histoire, bonjour la politique ».

15Si la vénération était réservée au général de Gaulle, une indéfectible amitié allait à ses collaborateurs, ses compagnons dont vous étiez et des amis dont certains l’ont accompagné tout au long de sa vie notamment Jacques de Bourbon Busset depuis le lycée Henri IV où ils avaient été les condisciples de la philosophe Simone Weil et les élèves du philosophe Alain, et Maurice Druon depuis Londres.

16Tous et vous aussi se souviennent de son rire si généreux qui précédait parfois la fin des histoires qu’il racontait si bien.

- Tous bénéficiaient de sa culture servie par une mémoire prodigieuse et par le fait qu’il ait été un travailleur acharné aux multiples intérêts et toute la famille vivait au rythme des textes qu’il a successivement consacrés à Mazarin, Talleyrand, au Tintoret dont la « Suzanne au bain » du musée de Vienne, était son tableau préféré.

17S’il préférait aborder des sujets généraux comme ceux-ci, aucun problème personnel ne lui faisait peur... Je parle des nôtres bien sûr... car il gardait les siens pour lui... toujours cette pudeur déjà mentionnée qui protégeait sa sensibilité très vive. Un jour d’adolescence où je me posais à l’aube des questions existentielles, je me suis permis de le réveiller pour lui demander « pourquoi vis-tu ? ». Il a ouvert un œil, m’a répondu « pour qu’avance le règne de notre Sainte Mère l’Eglise, ma chérie », après quoi il s’est retourné et rendormi.

18C’est pour cela que je pense que ses derniers instants, aux Invalides, à l’ombre de Dieu et de la France étaient bien, selon le vers de Rilke qu’il avait choisi pour un de ses livres La mort née de sa propre vie. Une vie où le Nord a infiniment compté. Papa avait coutume de dire que « la vie privée est la partition sur laquelle s’inscrivent les notes de la vie publique ». C’est sûr, nous avons été la partition et VOUS avez été la musique de sa vie.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540