Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

Maurice Schumann et l'Europe

Jacques Legendre

Texte intégral

1Permettez-moi tout d’abord de remercier l’association Maurice Schumann de m’avoir convié aujourd’hui à prendre la parole, c’est-à-dire retrouver un certain nombre de visages que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mes fréquentations avec Maurice Schumann et je voudrais dire mon émotion de retrouver ici Madame Schumann et saluer mes collègues parlementaires, Patrick Delnatte, qui a déserté depuis peu l’Assemblée Nationale, Christian Vanneste qui continue la tradition politique de Maurice Schumann dans cette région.

2N’oublions pas les discours prononcés par Maurice Schumann en accueillant de nouveaux récipiendaires. Il nous a fait l’honneur de nous recevoir, de nous inviter à l’Académie, lors de son discours d’accueil de François Jacob. Nous avions été éblouis, une fois de plus, très impressionnés par le travail fourni par Maurice Schumann. Il s’agissait là d’accueillir un grand scientifique et donc pour M. Schumann de se mettre en quelque sorte dans toutes ses recherches et nous avons été, je crois, extrêmement marqués par le travail qu’il a fourni pour accueillir ce confrère, par le biais des souvenirs et des engagements issus de la guerre et de la Résistance. Mais il le faisait aussi d’abord en tant que grand penseur et grand scientifique. Je crois que quand on l’a connu, on ne l’oublie pas.

3Vous avez fait allusion au fait que je suis agrégé d’histoire. J’ai même commencé ma carrière au Lycée de Tourcoing. Cette carrière a été vite interrompue car, après quelques mois, les électeurs de Cambrai m’ont élu député de Cambrai, si bien que j’ai déserté Tourcoing. Mon Cher Christian, on ne sait ce qui se serait produit si j’étais resté enseignant à Tourcoing, peut-être m’y serais-je enraciné. Les électeurs de Cambrai m’ont invité là-bas. J’y suis depuis et j’y exerce encore des responsabilités locales... Mais je ne suis pas venu parler de çà. Je ne voudrais pas non plus faire un exposé d’agrégé d’histoire sur le thème « Maurice Schumann et l’Europe », mais apporter mon témoignage quant aux moments, aux différents moments de sa carrière, où j’ai eu à m’interroger sur M. Schumann, avec peut-être cette surprise ou plutôt ce sentiment d’évolution que l’on a pu ressentir quant à l’attitude de Maurice Schumann à l’égard de la construction européenne : un homme passionnément engagé et particulièrement attaché à l’Europe.

4En mai 1962, je crois que c’est le 15 mai, le général de Gaulle donne une conférence de presse au cours de laquelle il tient des propos vigoureux sur sa conception de l’Europe. Le général de Gaulle vient de changer de gouvernement : il a un premier ministre, Georges Pompidou, il a des ministres, notamment cinq ministres MRP, et parmi ces cinq ministres, il a un ministre à l’Aménagement du territoire qui est Maurice Schumann.

5Le 15 mai, le général de Gaulle tient cette conférence de presse, le 16 mai, les ministres MRP annoncent leur démission. On a donc le sentiment qu’il y a là deux approches de la construction européenne : celle du général de Gaulle et celle différente de ses ministres MRP, avec une tradition qui est celle de cette formation politique, celle d’un autre Schuman : Robert, qui est celle de Jean Monnet. Et puis de l’autre côté, le général de Gaulle qui rappelle sa volonté de la participation de la France à la construction d’une Europe des Nations dans le respect des identités, voire des indépendances nationales. C’est un point de départ.

6La deuxième image que j’ai à l’esprit, c’est ce grand déchirement dans les familles politiques, dans le mouvement auquel j’appartiens, auquel j’appartenais à l’époque, qui n’existe plus maintenant, qu’est le RPR et quand on a eu à voter sur le traité de Maastricht avec ceux qui ont dit oui et ceux qui ont dit non, j’ai été de ceux qui se sont posés beaucoup de questions. J’étais un moment hésitant et puis sous l’influence, en particulier d’Alain Juppé, j’ai choisi de voter oui, car il semblait que les conditions de la construction européenne étaient telles que l’attitude qui permettait d’avancer dans ce domaine méritait finalement une réponse positive. J’ai eu le sentiment, à ce moment-là, de ne pas être sur la même position que Maurice Schumann dont je me sentais très proche et dont on aurait pu penser qu’il avait pris une position très engagée dans ce sens. Or, je crois qu’il y a là une vraie question et qu'elle mérite qu’on s’interroge. Je n’ai pas eu le temps de me livrer à des exégèses, à des recherches, je crois qu’il y a là un beau thème pour les Universitaires et les Historiens. Cette question, je me la suis posée, j’en ai parlé avec lui, y compris à l’époque. Je voudrais essayer de donner quelques éléments, je n’ai pas eu le temps de faire des recherches, mais je me suis dit « comment le premier épisode, celui de 1962, a-t-il été perçu ? Il y a quelqu’un qui a écrit sur cet épisode, qui l’a vécu, qui l’a même mal vécu, la démission de ces cinq ministres, c’est le général de Gaulle. Je suis donc allé voir dans les Mémoires d’Espoir, tome II, et il en parle effectivement avec des mots un peu durs, un peu âpres. Je crois qu’il est bon de relater ici et peut-être de voir ce qu’ils comportent. A mon avis, il y a déjà un élément de réponse :

« Le 15 mai 1962 cinq ministres issus du Mouvement Républicain Populaire, prenant prétexte d’une conférence de presse dans laquelle de nouveau j’ai préconisé l’union de l’Europe par le Conseil organisé des États et rejeté l’intégration, se retirent du Gouvernement. Il est vrai que deux d’entre eux Pierre Pflimlin et Maurice Schumann, qui n’y sont que depuis un mois et qui doivent d’ailleurs, ce jour-là même, opter entre leur portefeuille de ministre et leur siège de parlementaire, peuvent affecter d’être surpris par mes propos, mais les trois autres, Robert Buron, Paul Bacon, Joseph Fontanet, s’en vont aussi, alors qu’ils ont fait sans interruption partie de mon Gouvernement en s’accommodant fort bien du fond et de la forme, des directives que j’ai toujours données à la politique de la France ! »

7On reconnaît là la capacité de rosserie du général de Gaulle : il a des paroles, des formules ciselées et on voit aussi qu’il fait une différence entre les trois ministres qui étaient au gouvernement avant et les deux qui viennent d’y entrer. Mis à part le petit problème de « cuisine parlementaire », qui faisait qu’en se retirant avant un mois on garde son siège de député, alors que si on laisse passer les trente jours, on n’est plus ministre et on ne redevient pas député. C’est un problème tellement d’actualité qu’il y a une grande tentation actuellement pour revenir sur cette disposition que la Cinquième avait instituée pour éviter ce que l’on avait connu à l’époque de la Quatrième, où tout le monde voulait ministre et redevenir député sans problème d’élection ensuite. Mais là n’est pas l’essentiel. Je crois que le général de Gaulle définit deux conceptions de la construction européenne : d’une part, une Europe intégrée qui n’est pas sa vision des choses et d’autre part une Europe des Nations qui est la formule bien connue et qui est celle qu’il entend faire appliquer par le Gouvernement et qu’il reproche à Buron, Bacon et Fontanet de s’en être accommodés pendant un certain temps et de maintenant, en quelque sorte, sembler la découvrir. Il reconnaît d’ailleurs que dans le cas de Pflimlin et de Maurice Schumann, eux, viennent d’arriver au Gouvernement et qu’ils ne pouvaient pas ignorer sa position, mais ils n’avaient pas eu jusqu’ici à se prononcer ou à l’entériner par leur participation au Gouvernement. Première remarque. Mais ce qui est intéressant c’est ce que dit ensuite le général de Gaulle : « En fait, si les cinq se séparent tout à coup de moi, c’est parce que leur parti, à son tour, entre dans la coalition adverse ; le 22 mai, les Indépendants en font autant, somment les quatre ministres qui proviennent de leur Groupe de donner leur démission et sur leur réponse négative, prononcent leur exclusion ». On est là, à la fin de la guerre d’Algérie : le problème algérien est en cours d’être réglé et les partis politiques qui ont été les grands partis de la Quatrième république vont bientôt constituer une coalition qui va se mesurer tôt ou tard avec l’UNR lors des élections qui auront lieu en 1962.

8Je crois que là le problème va se poser. Quand on l’examine, la démission de Maurice Schumann avec les quatre autres ministres dans cette affaire c’est peut-être moins que lui soit en désaccord avec la façon qu’a le général de Gaulle de voir construire l’Europe que le problème qu’il a avec le MRP.

9Maurice Schumann est l’un des fondateurs du Mouvement Républicain Populaire : il y est viscéralement attaché mais il cherche désespérément à être fidèle au général de Gaulle dont il ne désapprouve pas l’orientation. Bien au contraire, tout en restant fidèle à un parti dont il a été le Président, qu’il a constitué et auquel il se sent attaché, voilà que ce parti a tendance à se distinguer, à se différencier du général de Gaulle. L’incident de 1962 trouve certainement là une bonne partie de son explication. J’en verrai peut-être une autre : je ne suis pas sûr, en y réfléchissant bien, que Maurice Schumann et le Général aient eu la même vision de la géographie et de la construction européenne. On voit bien jusqu’à son départ de l’Élysée que le général de Gaulle estime prudent de tenir les Anglais à l’écart. Souvenez-vous des propos tenus à MacMillan « Ne pleurez pas my lord » ; il les préférait plutôt dehors que dedans, alors que Maurice Schumann avait une grande sympathie pour l’Angleterre, une anglophilie réelle et qu’il devait comprendre et penser (je m’avance peut-être, c’est une supposition) que l’Europe sans l’Angleterre n’était pas véritablement l’Europe, qu’il y manquait quelque chose. Ce qui permet de dire çà, c’est qu’on va le retrouver aux affaires étrangères, ensuite, à un moment d’évolution, ce n’est plus de Gaulle, c’est Pompidou qui est président de la République et c’est Maurice Schumann qui est aux Affaires étrangères, donc qui participe à la définition et à la mise en place de la politique étrangère de la France. Je me souviens qu’en cette année 1972 où je passais l’agrégation d’histoire et où je venais faire mes premières armes au Lycée de Tourcoing, il y avait aussi un référendum portant sur l’entrée de la Grande Bretagne dans l’Europe. À ce moment-là, nous étions appelés à répondre oui, ce qui est quand même une évolution par rapport à l’attitude prudente du Général et ce qui marquait un changement de la géométrie de l’Europe. Je crois que Maurice Schumann avait la vision de l’Europe « libre », du vieux continent, des démocraties dans cette partie de l’Europe qui n’est pas dominée par les communistes ou par les totalitaires (il y avait à ce moment-là Franco et une dictature du Portugal avec Salazar), il souhaitait rassembler les autres, y compris l’Angleterre et faire des efforts pour que l’Angleterre en fasse partie.

10Il faut évoquer un autre grand tournant pour Maurice Schumann : 1973, il n’est plus député, 1974, il devient sénateur. Je suis de ceux qui se rappellent, je crois que cela va être évoqué bientôt, de la fulgurante campagne de 1974 où il n’était pas évident qu’il soit élu, çà été un moment assez épique. Il se retrouve dans un groupe qui n’est pas à l’époque le principal groupe du Sénat, maintenant l’UMP, au Sénat et même le RPR avant, c’est le principal groupe. L’UMP actuellement fait presque la moitié du Sénat mais le groupe sénatorial UNR puis RPR au Sénat dans les années 1970, quand Maurice Schumann va y entrer, ce n’est pas le groupe le plus important. C’est un groupe qui ne cesse de s’accroître mais qui est loin de donner le ton, ce groupe va devenir l’apanage d’un personnage qui incarne aussi cette tradition gaulliste, patriote, un peu nationaliste, c’est Charles Pasqua ; On le voit bien au moment de Maastricht, si le mouvement se divise, l’endroit où il y a presque l’unanimité pour s’opposer, c’est au Sénat et Maurice Schumann de ce point de vue se trouve dans un ensemble qui est véritablement le coeur du refus et qui se distance un petit peu du groupe à l’Assemblée Nationale et de l’appareil de la formation politique. Jacques Chirac et Alain Juppé de leur côté, au moment de Maastricht, plaident pour une acceptation du traité avec cette idée qu’un candidat à la présidence de la République ne peut pas prendre les responsabilités d’entraver la marche de la construction européenne.

11Qu’est ce qui peut expliquer le fait que Maurice Schumann se soit laissé aller ? Peut-être l’influence du groupe auquel il appartenait au Sénat, l’influence de Charles Pasqua ! ce n’est évidemment pas suffisant. Je crois bien çà, il y a permanence de la vision de Maurice Schumann en matière européenne. Il est profondément européen, cela ne fait aucun doute, sinon il n’aurait pas été ce qu’il a été, y compris au départ avec le MRP, je pense aussi qu’il n’était pas non plus très éloigné d’une vision gaullienne des nations. Il a par ailleurs le sens très fort de ce qu’est la Nation : la nation française, c’est pour lui quelque chose de très important, c’est dans ses valeurs. Il veut à la fois la construction européenne, la préservation de la nation française et de l’indépendance de la France. Avec le temps, il s’inquiète de la multiplication de structures européennes, devenant de plus en plus prenantes qui font que les parlements nationaux sont démunis d’une partie de leur capacité d’action au profit d’une machine européenne qui est à Bruxelles et sur laquelle, pense-t-il, les citoyens ont finalement de moins en moins de contrôle. Il y a la perception de cela chez lui, alors devant ce constat il peut y avoir de la part d’hommes et de femmes qui ont à peu près la même vision deux attitudes. On pourrait dire que c’est une maladie de jeunesse et que, justement il faut des traités qui pourraient renforcer le rôle du Parlement européen pour qu’à nouveau il y ait des élus qui contrôlent la machine... ou se dire, au contraire, que dans le cadre des Nations et de la nation française, nous avons des élus, nous avons une démarche, nous avons un contrôle. Il ne faut pas laisser une machine plus au moins déconnectée de la démocratie réelle prendre le pas et s’imposer aux Etats. Maurice Schumann aura été le défenseur de la France, pour ne pas avoir, lui, cette volonté partout de faire respecter la France et ce sentiment de la dignité de son pays qui passe par la capacité de prendre en elle-même les décisions qui sont les siennes. Si on a cela à l’esprit, on peut comprendre le questionnement qui a été le sien et celui de beaucoup d’entre nous, que l’on ait penché d’un côté ou de l’autre, ça a souvent tenu à un fil et ça a été celui de la Nation. On se souvient du résultat. Il y avait, c’est vrai, une aile qui ne voulait pas du tout de la construction de l’Europe et qui était antieuropéenne, elle était minoritaire, puis il y avait des gens qui étaient les partisans, qui comprenaient qu’au XXe et bientôt au XXIe siècle, l’Europe est la forme claire de notre avenir, mais qui s’inquiétaient de la méthode utilisée et de la mise en place d’une Europe supranationale avec des gardefous qui peut-être étaient insuffisants.

12Voilà mon sentiment. Je crois que si on va au fond des choses, il est facile optiquement de dire : le Schumann de 1962 qui claque la porte après un discours sur les « volapüks intégrés » et le Schumann de 1992 qui se montre réticent à l’égard d’une construction qui pourrait apparaître plus intégrée, il y a contradiction. Non ! quand on y regarde de plus près, il a toujours porté en lui ce sens très fort de la Nation et en même temps cette adhésion très forte à l’Europe.

13Il a souhaité non pas bloquer la construction, mais à un moment donné, il aurait souhaité qu'elle se fasse d’une manière différente. Je plaide donc l’unicité, l’unité de la pensée européenne de Maurice Schumann.

Auteur

Agrégé d’histoire - Sénateur du Nord

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540