Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

1973 : Une fin de carrière ?

Thibault Tellier

Texte intégral

Introduction

1En devenant premier ministre le 20 juin 1969, Jacques Chaban Delmas s’apprête à écrire une nouvelle page de l’histoire nationale. Son projet de « nouvelle société » doit permettre au pays d’entrer avec confiance et détermination dans la décennie des années 1970. D’un point de vue plus politique, c’est également une version remaniée du gaullisme que le député maire de Bordeaux entend proposer au pays. Pour autant, il doit tenir compte de ceux que l’on appelle les « gaullistes historiques », c’est-à-dire les fidèles parmi les fidèles du général de Gaulle. C’est dans cet équilibre subtil entre continuité et ouverture que Maurice Schumann a fait son entrée au Quai d’Orsay tandis qu’un autre fidèle, Michel Debré, obtenait la Défense.

2Les relations entre le président Pompidou et son premier ministre ne tardèrent toutefois pas à se dégrader. En juillet 1972, Pierre Messmer remplace Jacques Chaban Delmas à Matignon. Maurice Schumann conserve malgré tout son poste de ministre des Affaires étrangères, l’un des plus convoités en ces temps où, tradition gaullienne oblige, la diplomatie française tient à faire distinctement entendre sa voix. Le conflit qui oppose les États-Unis aux communistes vietnamiens lui en donne l’occasion. En 1972, Maurice Schumann apparaît donc comme l’un des ministres les plus en vue. Un an plus tard, il est pourtant battu aux élections législatives, mettant ainsi fin à un cycle de vingt-huit années durant lesquelles il aura été l’élu du Nord à l’Assemblée nationale.

3Le but de cette communication est de mettre en perspective les raisons pour lesquelles il n’a pas été reconduit dans ses fonctions par les électeurs ainsi que les conséquences que cela eût pour sa carrière politique. Pour cela, nous verrons dans une première partie les circonstances exactes dans lesquelles se déroula la campagne électorale. Dans une seconde partie, nous nous interrogerons sur les raisons qui peuvent expliquer sa défaite. Il restera alors à s’interroger sur les conséquences que cet échec eût sur la suite de sa carrière politique : s’est-il agi d’un « accident » de parcours comme cela peut arriver à tout homme politique ou bien cet échec marqua-t-il durablement la suite de son cheminement politique ?

Les enjeux de la campagne de 1973

Maurice Schumann en 1973

  • 1 Serge Berstein, Jean-Pierre Rioux, La France de l’expansion, t. 2, Coll. Nouvelle histoire de la F (...)

4Député du nord réélu sans cesse depuis 1945, ministre sous la IVe République comme sous la Ve République, Maurice Schumann est un homme qui, au début des années 1970, compte parmi le personnel politique. Chargé de reprendre en main le gouvernement après l’épisode Chaban, Pierre Messmer modifie quelque peu l’équilibre de son équipe. Marquée par ce que les historiens Serge Berstein et Jean-Pierre Rioux appellent « une reprise en main conservatrice » aboutissant selon eux à une sorte de « pompidolisation du gouvernement »1, la composition de celle-ci réserve quelques surprises, y compris pour ceux qui figuraient pourtant dans le premier cercle gaulliste. C’est le cas par exemple d’Olivier Guichard qui « perd » ainsi le ministère de l’Éducation nationale et qui ira à l’aménagement du territoire. On relève aussi l’effacement d’un autre baron du gaullisme, Roger Frey qui, lui, quitte le gouvernement. En revanche, Maurice Schumann est confirmé dans ses fonctions. Il est toutefois secondé par un ministre délégué en la personne d’André Bettencourt. Certains y voient la volonté présidentielle de s’assurer du contrôle du ministre des Affaires étrangères. Il n’en reste pas moins que le maintien de Schumann peut être interprété comme un signe de reconnaissance de la part du président de la République. En outre, la charge ministérielle qui est la sienne à la veille des élections nationales de 1973 lui confère une envergure internationale. Sa principale mission étant alors de tenter une médiation française dans le règlement du conflit vietnamien, il est alors chargé d’une responsabilité toute particulière. Mais nous verrons que ce qui apparaît comme un signe politique fort se soldera comme un élément de faiblesse durant la campagne électorale.

5Au plan local, son enracinement électoral paraît solide. Meilleur élu de France en 1945, il n’a eu de cesse de confirmer son implantation territoriale sans toutefois accepter un quelconque mandat local. Les récents scrutins semblent en tout cas lui avoir donné raison dans son choix de ne détenir que son seul mandat national. Aux élections législatives de 1968, Schumann a été élu dès le premier tour comme cela avait déjà été le cas l’année précédente, lors du scrutin de 1967. Il est vrai que le contexte national de 1968 a nettement favorisé le camp conservateur. C’est d’ailleurs au cours de ces élections nationales que le principal parti de la majorité, l’UDR (Union pour la Défense de la République) a enregistré son meilleur score depuis le début de la Cinquième République, obtenant à elle seule 273 députés sur les 372 que la majorité a remportés sur un total de 487 sièges. Dans le Nord, la droite a confirmé cette victoire nationale, et ceci malgré la forte présence historique de la gauche. Elle détient à elle seule, sur un total de 23 sièges, 15 sièges (14 pour l’UDR et un pour les Républicains indépendants). Parmi les 14 députés UDR, deux sont en réalité des apparentés, dont l’un d’entre eux se trouve être précisément Maurice Schumann.

6Ce dernier ne semble guère, du moins au plan électoral, avoir gardé de séquelles de sa rupture avec le MRP quatre ans plus tôt. Il convient toutefois de demeurer prudent sur l’analyse que l’on peut dégager des élections de 1968 étant donné le caractère extrêmement particulier du contexte dans lequel elles se déroulèrent. À cela, il faut ajouter la nouvelle situation politique de 1973 qui a considérablement évolué en cinq ans. A droite, la mise à l’écart par Georges Pompidou de Chaban Delmas a laissé des traces au sein de la majorité gouvernementale. Quant à la gauche, elle espère bien tirer profit du mécontentement qui gagne le pays. La création en juin 1971 du nouveau parti socialiste confirme le retour en force de l’opposition après cinq années difficiles.

7La bataille électorale qui s’annonce donc dans la 10e circonscription nordiste, celle de Maurice Schumann, paraît finalement plus ouverte pour ses adversaires qu’il ne pouvait y paraître au premier abord.

La préparation de la campagne

  • 2 Lettre de Maurice Schumann à Roland Verkindère, 16 octobre 1972, archives personnelles de ce derni (...)
  • 3 Adrien Verkindère avait été premier adjoint de la municipalité halluinoise de 1965 à 1971.

8Lors de son entrée au gouvernement, Maurice Schumann avait laissé son siège de député à son suppléant, Adrien Verkindère. Le travail accompli par ce dernier durant le mandat semble ne pas avoir fait suffisamment l'unanimité dans son propre camp pour que sa reconduction comme suppléant de Maurice Schumann ne se pose pas. C’est à la surprise générale que Maurice Schumann dévoile la manière dont il va procéder pour désigner son suppléant. Dans une lettre du 4 novembre 1972 à en-tête du ministre des Affaires étrangères, Maurice Schumann annonce qu’après avoir pendant six ans rempli son mandat « avec un dévouement et une fidélité sans failles », Adrien Verkindère renonce à solliciter le renouvellement de son mandat. Il faut donc procéder à la désignation d’un autre suppléant, et pour ce faire, il propose de lancer une vaste consultation auprès de tous ceux qui ont soutenu sa candidature lors des précédentes élections législatives dans la Vallée de la Lys, y compris les candidats des listes aux municipales de 1971 qui n’ont pas été élus. Il s’agit en réalité ni plus ni moins d’organiser des sortes de primaires afin de laisser les militants s’exprimer largement. S’il ne nous a pas été permis, faute de sources disponibles, d’en savoir plus sur les raisons qui ont amené Maurice Schumann à choisir ce type de désignation, en revanche, il apparaît clairement que ce dernier ne pouvait reprendre son ancien suppléant. Dans une lettre adressée au fils de celui-ci, Roland, Maurice Schumann évoque l’insistance de ses amis pour qu’il change de colistier. Dans le cas contraire, précise-t-il, ils pourraient même voter blanc2. Cette attitude est motivée par deux raisons principales : d’une part, son bilan en tant que député suppléant sortant, d’autre part, la nécessité de tenir compte des élections municipales de 1971 où la liste sur laquelle figurait Adrien Verkindère à Halluin avait été battue3.

  • 4 Je remercie également le docteur Knocknaert de m’avoir ouvert ses archives personnelles ainsi que (...)
  • 5 Au cours de sa campagne, il jouera sur les initiales de son nom pour se présenter auprès des élect (...)

9Les prétendants à la suppléance sont invités à se faire connaître sans que Maurice Schumann n’ait rendu publique sa préférence ou même suggéré tel ou tel nom. De son point de vue, il doit s’agir d’une « tentative destinée à introduire un surcroît de démocratie dans le fonctionnement des institutions républicaines ». Cinq hommes font acte de candidature : Michel Pacaux, maire de Frelinghien ; Jacques Houssin, maire de Verlinghem et conseiller général ; Albert Bocktaels, conseiller général de Tourcoing ; Jacques Latour, maire de Prémesques et enfin, Roland Verkindère. Si Michel Pacaux arrive en tête avec 68 voix, il est néanmoins talonné par Jacques Houssin qui obtient pour sa part 60 voix4. La majorité requise n’ayant été obtenue, un second tour est organisé pour départager les deux hommes. C’est finalement Michel Pacaux qui l’emporte. Son compétiteur, contestant les résultats, annonce qu’il se présentera toutefois comme candidat « d’union et d’action pour le renouveau de la circonscription »5. Cet acte de dissidence pèsera lourd dans la mesure où Jacques Houssin, outre son mandat de maire, siège au conseil général, il est élu du canton de Quesnoy sur Deûle depuis 1970, et de ce fait, est un élu véritablement enraciné dans le territoire.

  • 6 Trois autres candidats se présentent respectivement pour le Front national ; le Front progressiste (...)

10On compte en tout six candidats qui vont tenter de ravir à Maurice Schumann son siège. En ce qui concerne la gauche, deux candidats partiront séparément : Yves Croes, maire de Roncq depuis 1971 pour le parti communiste ; Gérard Haesebroeck, maire d’Armentières élu depuis 1965, conseiller général et président de la Commission départementale, vice président de la Communauté urbaine de Lille6.

Les thèmes développés

  • 7 Nord Éclair, 28-29 janvier 1973.

11La campagne menée par Maurice Schumann sur le terrain va être au final assez courte dans la mesure où il reste très tardivement accaparé par ses obligations de ministre des Affaires étrangères. À quelques semaines seulement du scrutin, la presse locale annonce qu’il se rend en Roumanie pour un voyage officiel7. Maurice Schumann n’a pas, semble-t-il, voulu obtenir une forme de mise en congés ministérielle pour faire campagne.

  • 8 Voix du Nord, 22 février 1973.
  • 9 Serge Berstein, Jean-Pierre Rioux, La France de l’expansion, op.cit., p. 104.
  • 10 Encore à la veille du scrutin, Maurice Schumann revient sur l’importance des questions de relation (...)

12Il est vrai que les thèmes liés à la politique étrangère vont tenir une place essentielle dans la campagne menée par le candidat UDR. Une fois encore, il s’agit, du point de vue politique, de mettre en garde les électeurs contre une possible victoire d’un candidat qui se revendique du programme commun de la gauche. Lors d’une grande réunion électorale qui se tient à Lille le 21 février en présence de Valéry Giscard d’Estaing, la plupart des orateurs interviennent sur des thèmes liés à l’évolution de la société française, Maurice Schumann préfère prendre la parole sur les questions européennes. Il défend en particulier l’idée selon laquelle une victoire de l’alliance socialo-communiste aboutirait à la remise en cause de la constitution européenne : « la plus sage et la plus belle des grandes idées de notre temps serait mortellement atteinte et nous serions rejetés vers les tragiques fatalités du passé » affirme-t-il sans détours8. L’anticommunisme constitue un axe essentiel de l’argumentation de Maurice Schumann auprès des électeurs. De son point de vue, l’Union de la gauche n’est qu’un leurre dans la mesure où les socialistes y seraient les « otages » du PC. Or, le communisme demeure, selon lui, un danger pour les « valeurs de l’humanisme français dont l’héritage de Jean Jaurès fait partie ». En cela, il se montre fidèle à la ligne de Pompidou qui lance aux électeurs un appel durant la campagne pour opposer aux partis du Programme commun « tous les autres »9. Pour sa part, Maurice Schumann souhaite toutefois faire le distinguo entre le parti communiste et les socialistes comme cela se faisait au temps de la Troisième force. Pour cela, il fait d’ailleurs référence au discours de Léon Blum prononcé en avril 1948 à Stresa et dans lequel, appelant au développement d’une conscience sociale, il mettait en garde les opinions publiques contre les privations de libertés dans les nouvelles démocraties populaires10.

  • 11 L’armentiérois. Journal des Flandres, 9 février 73. Coll. part, de René Knockaert.

13La question de la défense de la paix dans le monde sert en quelque sorte de fil rouge à la campagne de Maurice Schumann. Pour cela, il s’adresse directement aux électeurs en faisant de sa réélection une condition obligatoire pour le maintien de la paix dans le monde : « Françaises, Français de la Vallée de la Lys : aidez-moi à défendre et à étendre la paix ». Poursuivant son argumentation, il explique qu’en raison des responsabilités internationales qu’il assume grâce aux électeurs de sa circonscription, le résultat du scrutin dans la 10e circonscription du Nord revêtira une importance exceptionnelle ; « plus vous serez nombreux à porter vos suffrages sur le nom du ministre des Affaires étrangères, plus la France aura d’autorité morale et de crédit pour conduire et poursuivre dans le Monde, et d’abord en Europe, sa politique de détente, d’entente et de coopération au service de la paix » conclut-il11.

  • 12 Ibid.

14Les questions liées au développement de la Vallée de la Lys ne sont toutefois pas écartées. Il est notamment fait mention des réalisations obtenues par Maurice Schumann alors qu’il était ministre de l’Aménagement du territoire ; en particulier le classement des trois cantons en catégorie III et qui a eu, selon lui, l’avantage de mettre un terme à la crise de l’emploi dans le secteur. Quant à l’idée de Nouvelle société défendue par Chaban Delmas quelques mois plus tôt, elle n’est que très partiellement mentionnée au cours de la campagne. Tout au plus, s’agit-il de rappeler que grâce à la stabilité du régime de la Cinquième République, la France dispose de la stabilité dont elle a besoin pour le progrès social ainsi que pour « la construction concertée d’une nouvelle société »12.

  • 13 Nord Éclair, 2 mars 1973.
  • 14 L’Armentiérois. Journal des Flandres, 9 février 1973, op. cit.

15Les références aux questions de société mettent même parfois Schumann en difficulté face à des adversaires décidés à mettre justement en avant les thèmes se rapportant directement à la vie quotidienne des Français. Ainsi, au cours d’un débat à la MJC d’Halluin, il est forcé d’admettre qu’il y a eu bel et bien une baisse des crédits de 30 % pour la jeunesse et l’éducation populaire depuis quatre ans. Selon le journal local qui rapporte la réunion, Maurice Schumann a été « quelque peu surpris » mais n’a pas contesté les chiffres13. Quant aux candidats de gauche, ils pointent tous les dossiers sociaux, en particulier la question des équipements collectifs sur lesquels Schumann s’était engagé lors des dernières élections et qui n’ont pas abouti, et ceci, malgré l’existence d’une « majorité écrasante » à l’Assemblée nationale. La question du logement et plus particulièrement de la nécessité d’augmenter les constructions de type HLM fut également au coeur des débats. Tout en admettant l’enjeu que ces questions représentaient pour les habitants, Maurice Schumann laissait aux municipalités le soin d’annoncer le lancement de nouveaux programmes14. Alors même que ses adversaires mettaient ces questions au coeur de leur programme d’action.

L’échec de Maurice Schumann : chronique d’une défaite annoncée ?

Une victoire relative au plan national ; un échec au plan régional

16Au niveau national, les résultats de 1973 sont proches de ceux des élections de 1967. La majorité obtient ainsi 37,9 % contre 37,8 % en 1967. Au second tour, la majorité conservera 268 sièges sur 490, permettant ainsi à la droite de continuer à gouverner le pays durant les cinq années à venir. Comme dans toute élection, certaines personnalités ne retrouvent pas, au soir du second tour leur siège. En 1973, dans les rangs de la majorité, c’est en particulier le cas de Maurice Schumann et René Pleven, tous deux élus sans discontinuité depuis 1945 et qui font figures de premier plan du personnel politique de la Quatrième République.

  • 15 Bernard Toulemonde et André Legrand, « Les élections législatives des 4 et 11 mars 1973 dans la ré (...)

17Concernant plus précisément la défaite de Maurice Schumann, il convient de revenir en détail sur la nouvelle donne électorale aux lendemains du scrutin de 1973. Selon une étude réalisée l’année suivante, le retour de la gauche dans la région était attendu après « l’accident » de 1968. Il s’agit donc pour ces chercheurs d’une sorte de « retour à la normale » sur un territoire où la gauche est historiquement bien implantée15. L’effondrement de l’URP dans la métropole lilloise, comme dans le bassin minier, n’en reste pas moins significatif. À Lille, dans la deuxième circonscription, celle où s’était présenté en 1968 Pierre Billecocq, secrétaire d’État chargé de la Coopération et maire de La Madeleine, la formation gaulliste avait obtenu 17597 voix en 1967 et même 19486 en 1968. Elle n’en obtient plus qu’à peine 8 000, soit une perte de plus de 11 000 par rapport au scrutin de 1968.

  • 16 Jean Vavasseur Desperriers, « Les élections législatives de 1973 », in Atlas électoral Nord Pas de (...)

18Concernant la dixième circonscription, celle de Maurice Schumann, les pertes sont également fortes pour la majorité sortante. Alors qu’il avait obtenu 46,7 % en 1967, il n’obtient plus cette fois que 33,4 %. Par rapport à 1968, il perd, au détriment de la gauche, un peu plus de 7 000 voix. C’est le parti socialiste qui enregistre les meilleurs scores avec un gain de 5 000 voix contre 2 000 seulement au PC. C’est d’ailleurs le candidat socialiste, Gérard Haesebroeck, qui l’emporte le 11 mars en battant Maurice Schumann au second tour. Parmi les territoires qui ont particulièrement fait défaut au député sortant, figure Armentières. En revanche, le canton de Quesnoy-sur-Deule lui est resté fidèle16.

19Si, au final, l’écart est assez faible, 32 833 voix contre 32 475, soit un score de 50,27 % - 49,73 %, il n’en reste pas moins que pour la première fois de sa carrière, Maurice Schumann a été désavoué par les électeurs. Il importe d’en comprendre les principales raisons.

Les raisons d’un échec

  • 17 Entretien de Christian Hocq avec Dominique Decherf dans le cadre de la préparation de sa thèse de (...)

20Tout d’abord, il apparaît que la candidature dissidente de Jacques Houssin a considérablement affaibli la propre candidature de Maurice Schumann. Il faut d’ailleurs ici rappeler que la seule fois où l’ancien porte-parole du général de Gaulle avait été mis en ballottage, c’était en 1962 face au candidat Haesebroeck et alors que Jacques Houssin avait été candidat au premier tour. Le choix tactique d’organiser des primaires s’est finalement retourné contre Schumann. Selon Dominique Decherf, ancien responsable de l’UDR sur Armentières à cette époque, même si le système des primaires s’avéra utile afin de remettre en cause l’idée selon laquelle c’est le député qui choisissait forcément son suppléant, il n’en reste pas moins que l’opération se solda par une division au sein du camp de la majorité. A notre connaissance, Houssin semble ne pas s’être désisté officiellement pour Schumann. Ses 6,5 % obtenus au premier tour allaient pourtant s’avérer déterminants pour le second. Le choix du suppléant apparaît dans ces circonstances comme primordial dans l’échec de ce dernier. Si la renommée de Michel Pacau semblait quelque peu limitée, en revanche, celle de Jacques Houssin était beaucoup plus importante. Il est vrai qu’en dehors de son poste de maire, il était également conseiller général ; d’autre part, négociant en grains, il était bien connu des exploitants agricoles, encore nombreux dans la circonscription17.

  • 18 Selon René Knockaert, l’aile gauche de l’électorat MRP qui a fait défaut à Maurice Schumann en vot (...)
  • 19 Ibid.

21C’est en effet une droite divisée qui affronta la gauche. Au contraire, le candidat socialiste a su mobiliser à son profit l’éventail de l’électorat qui ne se reconnaissait pas ou plus dans le candidat gaulliste traditionnel. Partisan de l’Union de la gauche, Gérard Haesebroeck choisit comme suppléant un halluinois bien implanté localement, Alex Faidherbe, adhérent au PS depuis février 1971, issu des rangs du catholicisme social et personnellement très réservé vis-à-vis de l’union de la gauche et du programme commun. Il est certain que la totalité des voix de gauche du premier tour ne permettait pas, du point de vue arithmétique, à Gérard Haesebroeck d’espérer l’emporter au second tour. De ce point de vue, il paraît acquis qu’un certain nombre d’électeurs centristes ont voté au second tour pour le candidat socialiste et non pour l’ancien président du MRP18. Telle a été l’une des principales raisons de l’échec de Schumann. Le fait que son adversaire ait été également un élu local disposant de plusieurs mandats, à la fois maire, conseiller général, conseiller communautaire, a sans aucun doute joué contre Maurice Schumann qui ne disposait quant à lui que d’un mandat de député qu’il n’avait de surcroît pas exercé personnellement depuis 1967 et de conseiller municipal de Comines. Selon René Knockaert, c’est d’un manque d’implantation locale que Maurice Schumann souffrit le plus19. Au contraire, le travail d’élu local du candidat socialiste engagé depuis 1959 finit par payer.

  • 20 Entretien de Christian Hocq avec Dominique Decherf, op. cit.
  • 21 Profession de foi de Maurice Schumann reproduite dans Serge Simeon, Les élections législatives de (...)

22L’autre principale raison tient aux thèmes développés au cours de la campagne. La société française de 1973 s’interroge notamment sur la poursuite de la croissance économique, en particulier concernant l’accompagnement social de certaines politiques publiques. La création de certains nouveaux équipements sociaux sur le territoire a ainsi été au cœur des débats dans de nombreuses circonscriptions. Ce fut aussi le cas dans celle de Maurice Schumann. Tandis que le candidat socialiste s’engageait à « changer la vie » par toute une série de mesures concrètes comme la hausse des crédits pour les constructions scolaires, sportives, culturelles, Maurice Schumann préféra quant à lui rester au niveau du rayonnement de la France dans le monde ainsi que sur le danger que toute victoire socialocommuniste pourrait représenter pour le pays. Selon Dominique Decherf, Maurice Schumann ne put en réalité, du fait de son suppléant, s’appuyer sur son bilan de député sortant. Il fut donc contraint de mettre en avant son bilan de ministre20. Les premières lignes de sa profession de foi témoignent de la place réservée à la politique étrangère. Ainsi, les électeurs sont-ils appelés ni plus ni moins à « Aider Maurice Schumann à défendre et à étendre la paix ». Il est en particulier rappelé que depuis quatre ans, il est le ministre des Affaires étrangères de Georges Pompidou et que s’il a pu faire entendre « d’un bout à l’autre du monde » la voix de la France et prendre ainsi une part essentielle à la construction européenne, jouer un rôle personnel dans le rétablissement de la paix au Viet-Nam, « je le dois à la confiance que vous m’avez douze fois accordée »21.

23Ce positionnement ne semble toutefois pas avoir fait l’unanimité. Un certain nombre de ceux qui furent engagés dans le combat estiment que ce choix desservit plus qu’il ne servit Maurice Schumann. Dominique Decherf rappelle à ce propos que la seule affiche placardée durant la campagne par l’équipe de Maurice Schumann fut celle qui le montrait en train de serrer la main de son homologue vietnamienne avec la légende suivante : « Partout dans le monde, on l’appelle l’homme de la paix. Aidez-le, par votre suffrage, à poursuivre la tâche qu’il n’a pu entreprendre que grâce à votre confiance ». Maurice Schumann a en effet tenté de convaincre les électeurs de sa circonscription qu’ils avaient une responsabilité directe dans la possibilité pour lui d’accomplir la mission qui lui était donnée d’exercer : « Quand je me trouve en présence de Mao Tsé Toung, de Nixon ou de Brejnev, écrit-il, je n’oublie jamais que je ne serais rien sans les Françaises et les Français des cantons d’Armentières, de Quesnoy sur Deûle et de Tourcoing Nord auxquels je suis redevable de tous mes mandats ». « En raison, conclut-il, des responsabilités internationales que j’assume grâce à vous, le résultat du scrutin dans la 10e circonscription du Nord revêtira en 1973 une importance exceptionnelle ; plus vous serez nombreux à porter vos suffrages sur le nom du ministre des Affaires étrangères, plus la France aura d’autorité morale et de crédit pour conduire et poursuivre partout dans le monde, et d’abord en Europe, sa politique de détente, d’entente et de coopération au service de la paix ».

  • 22 Nord Éclair, 27 février 1973.

24Il y a néanmoins fort à parier que les électeurs se sentaient plus directement concernés par les problèmes liés à leur vie quotidienne qu’à l’avenir plutôt incertain du maintien de la paix dans le monde. Certains relevèrent même une certaine contradiction entre le discours résolument anticommuniste du candidat Maurice Schumann concernant l’union de la gauche et sa volonté en tant que ministre d’aboutir à des relations normalisées avec les dirigeants communistes vietnamiens. Enfin, il devait exercer jusqu’à la fin sa charge ministérielle, ce qui provoqua un manque de disponibilité pour la campagne sur le terrain. Alors que la campagne battait son plein, il négociait en même temps l’accord de paix avec le Nord Vietnam. La presse locale révélera que la dernière réunion publique de Schumann dut être avancée d’une semaine du fait qu’il devait ensuite regagner Paris pour accueillir la délégation étrangère participant à la conférence sur le Vietnam. « Ce qui explique son absence dans la circonscription durant cette dernière semaine de la campagne électorale » pointait la presse locale.22

CONCLUSION

  • 23 Il s’agit de Gilbert Declercq, maire d’Halluin en 1936.

25À 62 ans, Maurice Schumann a déjà derrière lui une carrière politique bien remplie. Élu depuis 1945, il aura participé en tout et pour tout à 12 élections législatives comme il le rappelait lui-même dans sa profession de foi. Député de la 10e circonscription depuis 1958, il cessera toutefois de la représenter en 1973, une situation jusque-là largement inédite dans la mesure où il fallait remonter à 1936 pour voir la circonscription remportée par la gauche23

  • 24 Pour sa part, Maurice Schumann proposait « l’accélération du progrès social par l’avènement pacifi (...)

26Mais au final, l’échec de Maurice Schumann, au-delà des raisons propres au déroulement de sa campagne, s’explique aussi par l’ouverture d’un nouveau cycle politique qui caractérise la France au cours des législatives de 1973. La création du nouveau parti socialiste à Épinay en 1971 a, sans aucun doute, contribué à rebattre les cartes politiques, en particulier en offrant aux tenants de la démocratie chrétienne une autre issue que celle de la droite classique. En cela, la déconfessionnalisation de la majorité de la CFTC, devenue en 1964 CFDT, a ouvert une large brèche. De ce point de vue, le soutien dont Maurice Schumann disposait auprès des anciens partisans du MRP s’est progressivement effrité dans la mesure où un certain nombre d’entre eux se sont sentis en 1973 plutôt attirés par le parti socialiste et son projet de société. Les appels pressants faits auprès des chrétiens pour les dissuader de voter pour les candidats de l’union de la gauche eurent des résultats plus que limités. Il est vrai également qu’un certain nombre d’électeurs qui avaient pu voter pour Schumann en 1968 au nom de la défense des grands principes républicains firent cette fois porter leurs choix en faveur du candidat qui promettait ni plus ni moins de « changer la vie »24.

27Au lendemain de sa défaite, l’ancien député publia ce communiqué laconique :

  • 25 Voix du Nord, 13 mars 1973

« Je remercie du fond du cœur les électrices et les électeurs de la vallée de la Lys qui m’ont donné, dimanche dernier, plus de 32 000 suffrages, soit 600 de plus qu’en 1968. Ils ont été battus de justesse par la manœuvre d’une poignée de fanatiques d’extrême droite qui ont fourni un appoint décisif à la coalition socialo-communiste, parce qu’ils ne me pardonnent pas d’avoir été, dès le 18 juin 1940, et d’être resté comme ministre des Affaires étrangères, fidèle à la ligne d’action et de pensée du général de Gaulle. Loin de me sentir battu ou diminué par cette opération, aussi gênante pour ses bénéficiaires qu’honorable pour ses victimes, je poursuivrai sans désemparer la lutte pour l’idéal démocratique et spiritualiste qui a guidé toute ma vie publique. La bonne cause est aujourd’hui victorieuse dans l’ensemble de la France. Elle le sera demain, dans la vallée de la Lys et dans l’ensemble du Nord »25.

28La presse locale croyait toutefois savoir que si Maurice Schumann disparaissait effectivement de la scène internationale après son échec électoral, il ne renonçait pas à la politique, ni même à la diplomatie. Schumann et Pleven quittaient en effet le gouvernement, ce qui marquait là d’ailleurs une différence avec l’attitude présidentielle de de Gaulle qui, en 1967, avait fait le choix de garder dans son gouvernement des ministres qui avaient été battus aux élections. Au Quai d’Orsay, il devait être remplacé par le plus proche collaborateur de Georges Pompidou à l’Élysée, Michel Jobert qui était jusqu’alors secrétaire général de l’Élysée. On notait aussi le départ du gouvernement d’un autre gaulliste « historique », Michel Debré. Le seul « baron du gaullisme » qui demeurait en poste était Olivier Guichard.

  • 26 Lettre de Maurice Schumann à Roland Verkindère, 16 octobre 1972, op. cit.

29Cette défaite marqua indubitablement une déchirure pour Maurice Schumann. Dans une lettre adressée à Roland Verkindère au sujet des primaires qu’il souhaitait organiser, il envisageait trois hypothèses au cas où il n’y parviendrait pas : soit imposer le suppléant sortant ; soit choisir un autre coéquipier ; soit (première hypothèse à être évoquée) : « finir ma carrière publique en beauté et (à) ne pas solliciter le renouvellement de mon mandat »26

30Les électeurs, en quelque sorte, contribuèrent à rendre valide cette dernière hypothèse. Il est en tout cas acquis qu’au lendemain de sa défaite, il traversa une période extrêmement sombre. Pour Alexandre Faidherbe, 1973 a été pour Maurice Schumann un « véritable séisme ». René Knockaert rapporte qu’après sa défaite, l’ancien député se retira seul tout un mois dans un hôtel parisien. Progressivement, le militantisme politique reprit ses droits sur celui qui y avait été plongé un peu malgré lui depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En septembre 1974, il fut élu sénateur du Nord. Quelques mois plus tard, il succéda à Wladimir d’Ormesson à l’Académie française.

31Après avoir répondu à l’une de ses plus secrètes espérances, devenir le lointain successeur de Vergennes à la tête de la diplomatie française, la défaite de 1973 donna peut-être malgré elle à l’ancien journaliste de l’agence Havas la possibilité de donner cours à l’une de ses plus vives passions : l’écriture.

Notes

1 Serge Berstein, Jean-Pierre Rioux, La France de l’expansion, t. 2, Coll. Nouvelle histoire de la France contemporaine, vol. 18, Paris, Seuil, 1995, p. 99. Cette sorte de reprise en main est affirmée dès le passage de relais entre Chaban Delmas et son successeur. Dès le 12 juillet, un nouveau président à l’ORTF, Arthur Conte, député UDR et ami personnel de Pompidou, est nommé. Parallèlement, un ministère de l’Information est même recréé et confié à Philippe Malaud.

2 Lettre de Maurice Schumann à Roland Verkindère, 16 octobre 1972, archives personnelles de ce dernier. Je tiens à marquer ma gratitude envers ce dernier d’avoir bien voulu répondre à mes questions ainsi que de m’avoir confié pour consultation la correspondance qu’il entretint avec Maurice Schumann au cours de la préparation des législatives de 1973.

3 Adrien Verkindère avait été premier adjoint de la municipalité halluinoise de 1965 à 1971.

4 Je remercie également le docteur Knocknaert de m’avoir ouvert ses archives personnelles ainsi que ses souvenirs.

5 Au cours de sa campagne, il jouera sur les initiales de son nom pour se présenter auprès des électeurs de la circonscription : « Homme de demain, Ouvert, Utile, Social, Simple, Informateur et Neutre ».

6 Trois autres candidats se présentent respectivement pour le Front national ; le Front progressiste (gaulliste de gauche contre le gouvernement) et le mouvement réformateur.

7 Nord Éclair, 28-29 janvier 1973.

8 Voix du Nord, 22 février 1973.

9 Serge Berstein, Jean-Pierre Rioux, La France de l’expansion, op.cit., p. 104.

10 Encore à la veille du scrutin, Maurice Schumann revient sur l’importance des questions de relations internationales dans le scrutin : il évoque ainsi la prochaine ratification de la convention européenne des droits de l’homme qui pourrait être remise en cause, selon lui, si une majorité d’union de la gauche opposée à la liberté de l’enseignement venait à l’emporter en France. Voix du Nord, 3 mars 1973.

11 L’armentiérois. Journal des Flandres, 9 février 73. Coll. part, de René Knockaert.

12 Ibid.

13 Nord Éclair, 2 mars 1973.

14 L’Armentiérois. Journal des Flandres, 9 février 1973, op. cit.

15 Bernard Toulemonde et André Legrand, « Les élections législatives des 4 et 11 mars 1973 dans la région du Nord, Revue du Nord, 1974, p. 263-280.

16 Jean Vavasseur Desperriers, « Les élections législatives de 1973 », in Atlas électoral Nord Pas de Calais 1973-1992, sous la direction de B. Ménager et C.M. Wallon-Leducq, Presses universitaires de Lille, 1995, p. 17-35.

17 Entretien de Christian Hocq avec Dominique Decherf dans le cadre de la préparation de sa thèse de doctorat sur Maurice Schumann. Je le remercie d’avoir bien voulu mettre à ma disposition les entretiens portant sur l’échéance électorale de 1973.

18 Selon René Knockaert, l’aile gauche de l’électorat MRP qui a fait défaut à Maurice Schumann en votant pour le PS, ne pouvait voter pour Michel Houssin, jugé par ceux-ci trop à droite. Témoignage à l’auteur, 2 juin 2007.

19 Ibid.

20 Entretien de Christian Hocq avec Dominique Decherf, op. cit.

21 Profession de foi de Maurice Schumann reproduite dans Serge Simeon, Les élections législatives de 1973 dans le département duNord, Mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction d’Y.M. Hilaire, 1977.

22 Nord Éclair, 27 février 1973.

23 Il s’agit de Gilbert Declercq, maire d’Halluin en 1936.

24 Pour sa part, Maurice Schumann proposait « l’accélération du progrès social par l’avènement pacifique d’une nouvelle société ». L’Armentiérois. Journal des Flandres, 9 février 1973, op. cit.

25 Voix du Nord, 13 mars 1973

26 Lettre de Maurice Schumann à Roland Verkindère, 16 octobre 1972, op. cit.

Auteur

Université de Lillle 3 - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540