Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

Maurice Schumann, parlementaire du Nord

René Knockaert

Texte intégral

1Le 21 octobre 1945 Maurice Schumann est élu pour la première fois député du Nord. Au scrutin de liste proportionnel, dans la seconde circonscription du Nord qui couvre l’arrondissement de Lille, il remporte un succès éclatant avec 41,1 % des suffrages exprimés et, avec 184 000 voix, il est le premier élu de France. Il y a beaucoup de raisons à ce succès au-delà de toute espérance, mais il convient sans doute d’en attribuer une part importante à la présence et à l’action de Maurice Schumann dans l’année qui a précédé ce scrutin.

2Qui n’a pas vécu l’effervescence politique et patriotique des mois qui ont suivi la Libération ne peut imaginer l’énorme popularité qui était alors celle de Maurice Schumann. Certains, ici présents, ont sans doute encore dans les oreilles l’immense ovation qui a suivi le 1er octobre 1944 son « Honneur et Patrie, voici le général de Gaulle » au balcon de la préfecture de Lille. C’est cette popularité qui le propulse à la présidence du tout nouveau Mouvement Républicain Populaire en novembre 1944 et qui amène dès ce moment Jean Catrice à lui demander d’être le principal artisan de l’implantation du nouveau parti dans le Nord.

3Durant les 11 mois qui précèdent le scrutin d’octobre 1945, Maurice Schumann fait preuve de cette extraordinaire activité qui sera la sienne jusqu’aux derniers jours de sa vie. Il est toujours militaire jusqu’en mai 1945, et il reçoit d’ailleurs sur le front des troupes, à Strasbourg, des mains du général de Gaulle la croix de chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire. Nommé en novembre 1944 membre de l’Assemblée Consultative, son statut de parlementaire aux armées lui permet de mener de front ses obligations militaires, son activité de président national du MRP et d’accorder chaque week-end une place privilégiée à sa présence dans le département du Nord, à la fédération mais aussi dans les nouvelles sections qui se créent ; partout où il passe et dès que sa présence est annoncée, même à titre privé, la maison qui l’accueille est le siège d’un rassemblement qui déborde dans la rue. Sollicité pour de nombreux meetings dans toute la France, c’est encore au Nord qu’à partir du printemps 1945 il accorde le plus de temps. Les grandes réunions publiques et contradictoires où il parait rassemblent des milliers d’auditeurs. Les Renseignements Généraux en recensent 2000 à Hazebrouck et à Valenciennes, 1 500 à Cambrai, 1 700 à Roubaix ; à Lille, des centaines de personnes ne peuvent entrer dans un Sébasto archi-plein ; le 15 septembre 1945, il est présent à 15h 30 à Wattrelos, à 19 h à Linselles, à 21 h à Roncq... Fidèle à lui-même, cette activité politique ne l’empêche pas d’avoir une intense activité journalistique ; il donne à L’Aube, l’organe officiel du MRP, un article quotidien à partir du 25 novembre 1944, et jusqu’au 30 juillet 1951, il en rédigera plus de 1 100. Il répond à des sollicitations pour des conférences comme celle du 5 mars 1945 où le « capitaine Schumann », en uniforme, à moitié aphone parle à la Faculté des Lettres de Lille rue Auguste Angellier du « message de Péguy ». Cela ne le fait pas négliger sa présence à l’Assemblée consultative où il intervient longuement plusieurs fois sur la politique étrangère ; le 28 février 1945, il a un long débat avec le communiste Georges Cogniot sur la liberté de l’enseignement. Il s’accorde aussi, entre dix rendez-vous, le temps d’épouser, en novembre 1944, Lucie Daniel qu’il a connue à Londres dans les bureaux de la France Libre.

4Ainsi, lorsqu’il se présente en octobre 1945 dans l’arrondissement de Lille, il est déjà nordiste. Ce n’est plus seulement le porte-parole de la France combattante, le leader national du MRP, le compagnon du général de Gaulle, c’est aussi celui que des centaines et des centaines d’hommes et de femmes, ont pu approcher et connaître ; sa foi, son enthousiasme, son charisme les marqueront à jamais et ils lui resteront attachés même lorsque, ensuite, leurs choix politiques divergeront.

5Durant les deux premières assemblées constituantes, le MRP devenu, après les élections de juin 1946 le premier parti de France, se proclame en même temps le parti de la fidélité à de Gaulle. Maurice Schumann sera bientôt et pour longtemps écartelé entre ses convictions démocrates chrétiennes et son inébranlable attachement au général. Il est rapidement mis à l’épreuve lorsque celui-ci quitte brusquement le gouvernement en janvier 1946 et que le MRP décide d’y rester avec le parti socialiste et le parti communiste. Il est encore déchiré quand le projet élaboré par une seconde Assemblée Constituante et qui deviendra la constitution de la IVe République est adopté le 13 octobre 1946 avec le soutien du MRP contre l’avis de de Gaulle. Lors de la création du RPF en 1947, Maurice Schumann n’approuve pas cette initiative « sans le RPF vous seriez revenu plus vite au pouvoir » dit il, au Général lui-même. Le divorce d’avec les gaullistes - un petit nombre lui en porteront un insurmontable ressentiment - et le retour des électeurs conservateurs vers les partis de droite réorganisés entraînent l’effritement progressif du MRP : la liste de Maurice Schumann passe de 29,3 % des suffrages exprimés en novembre 1946 à 18,1 % aux législatives de juin 1951 et 16,8 % à celles de janvier 1956, mais il garde la confiance d’un électorat attaché comme lui à une démocratie sociale.

6En 1949, il n’est plus président du MRP et devient, de 1951 à 1954, secrétaire d’État aux Affaires étrangères de Robert Schuman ; ils posent ensemble les assises de la construction européenne dont la base est la réconciliation franco-allemande. La décolonisation crée des remous au MRP ; libéral, il est souvent en porte à faux, dans son parti, à propos de l’Indochie et plus tard, lors de la guerre puis de l’indépendance de l’Algérie, il sera opposé à son vieil ami Georges Bidault.

7De 1958 à 1973 avec le scrutin uninominal à un tour, il est député de la dixième circonscription qui, le long de la Lys, va d’Armentières à Halluin et Tourcoing Nord. En 1958, tout en s’affichant MRP, il soutient la politique du général de Gaulle et il est élu au deuxième tour avec 43,6 % des suffrages au terme d’une triangulaire l’opposant à un communiste et à un candidat se réclamant aussi du gaullisme, mais issu du RPF, Paul Theeten. Il est réélu en 1962, avec 67,68 % (ces deux dernières fois au 1er tour), opposé à chaque scrutin à M. Gérard Haesebroeck, maire d’Armentières ; En mai 1962, il entre dans le gouvernement Pompidou comme ministre de l’Aménagement du territoire et démissionne 29 jours plus tard par solidarité avec les quatre autres ministres MRP, après la célèbre conférence de presse au cours de laquelle le général de Gaulle s’est gaussé de ceux qui « crient l’Europe, l’Europe en sautant comme des cabris. »

8Mais cette année 1962 marque un tournant majeur dans la position politique de Maurice Schumann. En octobre 1962, il est l’un des 7 députés MRP sur 57 qui refusent de censurer le gouvernement Pompidou sur le projet de référendum prévoyant l’élection du président de la République au suffrage universel. Il se heurte alors à une vive opposition de certains militants de son parti. C’est ainsi qu’à Armentières, avant les élections législatives de novembre 1962, lors d’une réunion agitée de la section MRP, des militants le critiquent violemment et proposent même de l’exclure comme candidat aux élections suivantes ; il reçoit néanmoins de justesse et pour la dernière fois l’investiture de la fédération du Nord.

9Tandis que le MRP dérive vers l’éclatement et que l’un des siens, Jean Lecanuet s’oppose au général de Gaulle à l’élection présidentielle de 1965, Maurice Schumann bénéficie de l’appui des gaullistes pour la présidence de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Nationale. En 1967 il est ministre de la Recherche scientifique et doit s’appliquer à la réalisation de la bombe H. Après les événements de 1968, il devient ministre des Affaires sociales, chargé entre autres de la mise en application des accords de Grenelle, de la réforme des études médicales, de la réforme de la psychiatrie, instaurant la sectorisation ; mais son projet de loi sur la participation dans les entreprises ne peut être voté par le Parlement, en raison du brusque départ de de Gaulle après son échec au référendum d’avril 1969.

10Pompidou, qu’il a soutenu à la présidence de la République contre Poher, ancien MRP, l’appelle au ministère des Affaires étrangères. Il a atteint le grand objectif de sa vie « s’asseoir au bureau de Vergennes ». Il conduit la négociation pour l’entrée de l’Angleterre dans le Marché Commun, travaille à un rapprochement avec l’URSS, va trois fois à Moscou et joue un rôle d’intermédiaire secret, mais très important, dans les négociations de Paris qui mettent fin à la guerre entre les États-Unis et le Vietnam.

11Tout cela est stoppé par son échec aux élections de 1973, où il est battu par Gérard Haesebroeck de 358 voix. La sanction la plus dure, c’est sa démission obligatoire du ministère des Affaires étrangères.

12Cette défaite et cette démission ne lui ont pas seulement été douloureuses, elles marquent une coupure majeure dans sa vie. Il se retire pour une sorte de retraite dans un hôtel parisien, ne recevant personne et, en guise de thérapie, termine l’un de ses romans, Les flots roulant au loin. Il a sans doute décidé alors, après intense réflexion, de donner une autre orientation à sa carrière, pour un « retour à l’essentiel » comme l’écrit Christiane Rimbaud dans son remarquable ouvrage Maurice Schumann sa voix son visage. Elle y rapporte cette confidence « Ma véritable vocation était l’écriture, philosophique et romanesque » ; il consacrera en effet désormais un peu plus de temps à l’écriture.

13Mais, pour la première fois depuis 28 ans, il n’a plus de bureau, plus de secrétariat, plus de chauffeur. L’amitié de Pompidou lui offre la Présidence de la Fondation de France.

14Tout en accordant à ces fonctions le meilleur de lui même, il reprend rapidement contact avec le Nord. Il arpente la circonscription qui lui a fait défaut ; en juillet 1973, il est à Armentières où, devant 150 personnes il déclare « J’ai toujours pu compter sur vous. Vous pouvez toujours compter sur moi ». Et voici que se présente l’occasion de renouer avec la vie parlementaire et son choix témoigne de son attachement à notre région. Il aurait pu, comme certains de ses amis le lui suggéraient, trouver ailleurs en France l’une de ces circonscriptions sûres que l’on réserve aux grands éclopés du suffrage universel, retrouver une place à l’Assemblée Nationale, redevenir ministre peut-être. Au lieu de cela, il choisit à nouveau le Nord où pourtant le combat s’avère incertain. Aux élections sénatoriales de septembre 1974, il occupe la deuxième place sur la liste gaulliste conduite par Pierre Carous, maire de Valenciennes. Les pronostics lui sont très défavorables. L’Aurore du 17 septembre 1974 titre « le recul UDR fait mal augurer de la candidature de Maurice Schumann ». Aux sénatoriales de 1965, les gaullistes avec leurs alliés giscardiens n’avaient eu que 938 voix et 2 élus et, cette fois, Giscardiens et Centristes ont fait liste commune et les gaullistes désorientés par la cuisante défaite de Chaban-Delmas quelques mois plus tôt vont seuls au scrutin. Déjouant ces pronostics, la liste Carous-Schumann avec 1 338 voix gagne 400 voix, un résultat presque jamais atteint dans un électorat restreint de notables, généralement stable d’un scrutin à l’autre. Ce succès est sans conteste dû à la présence de Maurice Schumann, à son talent de persuasion des maires et grands électeurs qu’il rencontre individuellement en labourant le département, à son aura de porte-parole de la France combattante et aussi aux amitiés qu’il a conservées chez nombre de ses anciens amis centristes ; il ne leur paraît pas renier leur passé car en effet, dans sa vie politique comme dans sa vie spirituelle, son cheminement n’est jamais une rupture.

15Après 24 ans de présence au Sénat, il est réélu en 1983 et 1992, la seconde partie de la carrière parlementaire de Maurice Schumann s’achève par sa mort le 10 février 1998.

16D’abord apparenté au groupe d’Union des Démocrates pour la Ve République, puis membre du groupe RPR, il sera 6 ans vice-président du Sénat, 10 ans président de la Commission des Affaires culturelles. Son nouveau statut de sénateur l’écarte en fait, et comme il l’a sans doute voulu, de tout rôle politique de premier plan. Sénateur, il est de facto membre du Conseil Régional, dont il est le doyen. Il y est plus assidu que nombre d’obscurs conseillers ; il en préside la Commission des finances ; c’est celui qui connaît le mieux en détail le budget de la région. Cela lui vaut aussi de siéger de 1980 à 1988 au Conseil d’administration du Port autonome de Dunkerque ; selon le témoignage de son ancien président, M. Jean Marie Caulier, il y est non seulement assidu, mais en tant que membre de la Commission des finances et des affaires économiques du Sénat, intervient auprès de l’État pour débloquer de lourds investissements, donne des avis avec une compétence qui déconcerte les ingénieurs sur les dossiers les plus techniques, et, sur le plan social, s’intéresse à la modification du statut des dockers.

17Cela ne rend pas compte de toute l’activité de Maurice Schumann comme parlementaire. À l’Assemblée nationale comme au Sénat, chef de parti de 1945 à 1949, leader parlementaire, président successif de grandes commissions, ministre, sa voix est de celles qui comptent. Il est servi par une extraordinaire éloquence, mais c’était sous l’apparence d’une improvisation et sans recours à la moindre note, une argumentation solide, serrée, bourrée de références et de statistiques. Les thèmes principaux de ses interventions concernent les affaires étrangères, les affaires sociales, et culturelles. En ce qui concerne la région, c’est l’agriculture, par exemple il intervient à La Chapelle d’Armentières où la création d’une vaste zone industrielle entraîne des expropriations massives. C’est aussi la sidérurgie, les infrastructures routières et fluviales, ainsi le 15 janvier 1963, il plaide pour l’aménagement de la voie fluviale Bauvin-Marquette-lez-Lille.

18Mais c’est surtout l’industrie textile qui fut son principal combat. Lors de ses premiers mandats, Armentières, ville-usine et ses satellites comptaient plus de 50 tissages, filatures, blanchisseries. En 1998 à sa mort, on les comptait sur les doigts d’une main. Dès le mois de juin 1956, il dénonce la réduction des aides à l’exportation pour les industries textiles. En 1974, un accord international, dans le cadre du GATT, l’accord multifibres, mettait en place des quotas destinés à réguler les échanges entre des anciens pays industrialisés et les pays émergents. Ces accords sont périodiquement révisés au détriment de notre pays. Au cours de ses mandats successifs, Maurice Schumann, président de l’intergroupe sénatorial de défense du textile, pose 41 questions, intervient 21 fois et presse les gouvernements successifs de se montrer fermes ; il se déplace à l’étranger quand les négociateurs sont des hommes rencontrés dans ses fonctions ministérielles antérieures. Symbolique de cette attention, sa dernière intervention au Sénat, le 3 décembre 1997, un mois avant sa maladie fatale, fut de défendre le plan Borotra, qui instaurait un allégement des charges sociales rejeté par la communauté européenne. Fort des entrées que lui offraient ses anciennes fonctions, il se rend même à Bruxelles pour défendre le dossier sur place. Pendant 20 ans, en équipe avec Maurice Hanart, il a volé au secours des entreprises menacées par la fermeture. Monsieur Dutriez, ancien maire de Pérenchies, nous relatera le combat qu’il a mené pour l’entreprise Agache.

19Au prix d’une hygiène de vie Spartiate et d’une organisation stricte, il concilie ses hautes fonctions avec le travail de terrain de tout parlementaire. Les campagnes électorales le voient omniprésent, non seulement dans sa circonscription, mais dans toute la région où de nombreux élus, souvent même d’anciens amis centristes réclament son soutien, qu’il leur accorde tout en restant rigoureusement fidèle à la majorité gaulliste à laquelle il appartient. Son enthousiasme communicatif soulève ses auditeurs, qu’ils soient mille ou, le rapporte le sénateur Jacques Legendre, comme à Carrières, bourgade du Cambrésis en 1981, trois personnes, qu’il gratifie d’un grand discours. Le journaliste qu’il est et qu’il se proclame toujours s’assoit avec jubilation devant une machine à écrire et, à toute vitesse, tape un article ou un tract électoral, mais il est soucieux de son budget de campagne, d’autant plus qu’il n’accepte pas certains soutiens ; en 1962, nous l’avons entendu, au téléphone, refuser la somme importante qu’une amie américaine lui proposait de New York, par souci déontologique : « Il ne serait pas convenable que de l’argent étranger intervienne dans nos campagnes électorales ».

20Dans « ce combat de gladiateurs » qu’est le scrutin uninominal, des coups bas l’atteignent, venus parfois d’anciens amis. Il refuse la polémique et nul ne l’a entendu médire d’un adversaire. Ardent à défendre ses idées, il ne combat pas les hommes. Cette anecdote en est un témoignage : en 1960 en pleine polémique sur la loi Debré, dans laquelle il est fortement impliqué, il croise sur le quai de la gare de Lille, Albert Bayet, Président de la Ligue de l’Enseignement qui vient dans un meeting de soutenir la pétition laïque contre cette loi ; ils s’approchent l’un de l’autre non pour s’empoigner mais pour se donner l’accolade et Maurice Schumann d’expliquer aux militants ébahis qui l’accompagnent « Il a des convictions fortes qui ne sont pas les miennes mais c’est un homme délicieux... ».

21À l’écoute des élus et des maires, il leur est toujours accessible par téléphone, répond par retour du courrier aux innombrables lettres qu’il reçoit, quand ce ne serait, en attendant la réponse définitive, que par un accusé de réception, petit carton manuscrit et difficilement déchiffrable. Son épouse Lucie nous confiait qu’à leur retour du Nord à Paris, le dimanche soir vers 21 ou 22 h., au lieu de rejoindre leur appartement, il se rend à son bureau du Sénat et pendant qu'elle s’effondre dans un fauteuil, il répond pendant 2 ou 3 h. à une montagne de courrier. Il est de plain pied avec chacun, Albert Prouvost dans son château du Vert Bois, ou un militant syndicaliste dans sa maison ouvrière, sans aucune différence, sans condescendance et l’interlocuteur auquel il accorde tout son temps et son attention est abasourdi d’apprendre que la veille il s’entretenait avec Churchill, le Pape ou Mao Tse Toung. Nombreux sont ceux qui se souviennent de ces rencontres amicales et même fraternelles, il lui arrivait de s’asseoir à la table de l’un ou l’autre, au grand dam de la maîtresse de maison, car il n’est pas un gourmet et ne boit que de l’eau, mais il fascine par sa verve, son humour et ses histoires piquantes qui s’achèvent par un énorme rire sonore. Quand il lui faut quitter ses hôtes pour l’une ou l’autre de ses obligations routinières d’élu et quand Robert Ghesquière, son ami de Comines et son chauffeur habituel n’est pas à la porte, c’est un militant qui le transporte en voiture car, affligé d’une très forte myopie, il ne possède pas de permis de conduire. D’autres fois c’est un élu, comme dans les Flandres sa collègue parlementaire, Marie Fanny Gournay. À partir de 1975, c’est son épouse Lucie qui le véhicule d’un bout à l’autre du département.

22Son talent d’orateur et son passé lui valent d’innombrables sollicitations, il répond à toutes ces demandes sans souci de se ménager. Il nous souvient qu’en 1995, ayant pris la parole à 20 h 30 à Paris à un meeting de soutien à Jacques Chirac juste avant l’élection présidentielle, il arrive à minuit à Quesnoy-sur-Deûle pour parler du 6 juin devant 50 personnes, parce qu’il l’avait promis à une association locale et repart aussitôt après à Paris ; il avait 84 ans ! À Lille, il intervient pendant 30 ans dans des cycles de littérature et de philosophie à la Faculté des lettres et des Sciences Humaines de l’Université Catholique qui le nomme professeur associé, titre dont il n’est pas peu fier. Ami du bâtonnier Jean Levy, président de l’Université populaire de Lille, il donne chaque année dans ce cadre une conférence qui attire la foule au Grand Théâtre : la dernière, en 1995 ou 1996 avait pour sujet « l’utilisation civile de l’énergie atomique et les échanges commerciaux internationaux par internet au XXe siècle » et, debout, sans une note, il parle pendant 1 h 1/4 sans achopper sur un seul mot. Il est présent dans ces fêtes patronales auxquelles nos régions donnent des allures de kermesse flamande comme la fête des louches à Comines ; il est fidèle pendant 25 années consécutives à la fête des Rameaux à Bergues. Mais surtout, il se rendait religieusement à Nieppe et au fort de Bondues, pour entretenir le souvenir de la Résistance et rappeler le sacrifice des morts pour la France.

23Lors des élections municipales, il soutient ses amis, sans peser sur leur choix, qu’il s’agisse d’une alliance avec les socialistes, ou contre eux. Pour lui même, il est contre le cumul des mandats, résistant à la pression de ceux qui auraient voulu le voir maire de Tourcoing ou de Lille ; il prétendait qu’un mandat de cette importance, sachant qu’il s’y donnerait à fond était pour lui impossible à concilier avec un travail parlementaire. Quand on sait le temps et les efforts qu’il a consacrés au Conseil Régional lorsque, sénateur, il ne put refuser d’en être membre de droit, on voit bien que ce refus n’était pas un refus de responsabilités. Tête d’une liste MRP à Lille en 1953, allié des gaullistes qui gardent la mairie face aux socialistes, il n’a siégé que comme simple conseiller municipal de 1953 à 1955 ; c’est pour arracher la mairie aux communistes qu’il a siégé à Comines, où il était électeur, de 1971 à 1977. Remplaçant en urgence son suppléant décédé, il ne fut conseiller général transitoire de Tourcoing Nord que pendant deux ans, de 1965 à 1967. Cette position de principe a deux conséquences. Tout d’abord, ne disposant que de son indemnité parlementaire, son train de vie n’est pas luxueux ; il habite à Paris depuis 60 ans le même petit appartement et ce n’est qu’en 1975 qu’il en a acquis un, à Tourcoing, dans un quartier fort modeste ; il est de ceux qui refusent la confusion entre le pouvoir et l’argent. L’autre conséquence, c’est que, ce défaut d’implantation locale est peut être l’un des nombreux facteurs de sa défaite de 1973.

24L’homme politique était homme de culture. Mélomane, critique d’art, bridgeur de classe internationale, son œuvre littéraire lui valut d’entrer à l’Académie Française en 1974 et c’est encore un signe de son attachement à notre région que, dans les cinquante premières pages de son roman La Victoire et la nuit, l’action se déroule à Bois-Grenier, Deûlémont, Wervicq, communes de la vallée de la Lys et qu’y apparaît l’église Saint-Maurice de Lille, dont les voûtes ont si souvent abrité la prière de ce chrétien discret et fervent.

25L’ombre de Maurice Schumann s’éloigne lentement de nous. On peut espérer qu’un historien ou un biographe le fera bientôt revivre autrement que dans cette modeste communication.

26J’ai une dette envers M.M. Bruno Béthouart et Thibault Tellier dont les travaux m’ont été particulièrement utiles. Je dois beaucoup à Madame Christiane Rimbaud et à M. Christian Hocq. Je remercie particulièrement Madame Lucie Schumann et tous ceux qui m’ont accordé leurs témoignages qui comblent le vide désolant des archives : il n’y a pas de fonds Maurice Schumann aux Archives départementales du Nord.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540