Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

Maurice Schumann et le MRP

Bruno Béthouart

Texte intégral

Introduction

1Á la Libération, l’identification entre l’homme et le jeune parti politique démocrate d’inspiration chrétienne est évidente : Maurice Schumann incarne le « parti de la fidélité » :

  • 1 Interview de Maurice Schumann, Lille, le 23.04.1972.

« Au début, juste après la Libération, cette famille était dans la majorité gaulliste. Je n’ai donc eu aucune peine à me reclasser, j’ai été d’instinct propulsé dans le MRP fondé par mes amis de toujours et dans la clandestinité »1

2Une distanciation s’installe lors du retour du général de Gaulle, surtout à partir de 1962, au point que certains militants l’accusent d’être reparti avec les électeurs qu’il avait amenés. Un recul lié aux quarante années qui nous séparent de la mise en sommeil du MRP en 1967 et la volonté d’une approche scientifique permettent aujourd’hui d’essayer d’entrer dans la démarche personnelle de Maurice Schumann. Il s’agit de la comprendre et d’apprécier la double fidélité dans sa trajectoire, son importance dans la Fédération MRP du Nord, dans la région et sur le plan national. Il est également intéressant de mesurer les limites et les ambiguïtés de la relation de ce démocrate-chrétien avec le général de Gaulle avant de dresser un bilan final de cette relation si importante pour les deux partenaires tant sur le plan régional que national.

1. L’homme de la double fidélité dans sa trajectoire

Un démocrate-chrétien gaulliste

  • 2 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Lille 3 (...)

3L’admiration sincère que lui portent de nombreux adhérents au regard de sa trajectoire politique se fonde sur une analyse rétrospective des événements. Maurice Schumann est appelé par Jean Catrice, président de la Fédération du Nord : celui-ci déclare, en novembre 1946, en pleine euphorie électorale à Radio Lille : « c’est une grande fierté pour le MRP dans le Nord d’avoir Maurice Schumann à la tête d’une de ses listes. Il deviendra le puissant porte-parole du Nord vraiment trop méconnu »2. Le personnage est à la mesure d’une fédération forte, organisée, rayonnante.

4Celui qui incarne cette proximité entre le MRP et de Gaulle est né à Paris le 11 avril 1911. De même que son père marié à une Belge, fille du docteur Michel de Namur, il a quelques racines familiales dans le Nord. Après des études de lettres à la Sorbonne, Maurice Schumann entre à l’agence Havas. Journaliste collaborant à Sept, puis Temps Présent et à l’Aube, il milite dans la Jeune République de Marc Sangnier. Pleinement démocrate-chrétien, il connaît le général de Gaulle avant la guerre par l’entremise de ses ouvrages. Le Général est lui-même abonné à la revue Temps Présent de Stanislas Fumet. « J’avais avant non pas un attachement sentimental mais j’étais un des très rares Français à l’avoir lu. J’avais lu La France et son armée. Je collaborais dans ma première jeunesse avec Daniel Rops, et c’est une collection dirigée par Daniel Rops qui l’avait publié [...] J’avais lu Vers l’armée de métier et surtout de Gaulle était l’un des premiers abonnés à la revue Temps Présent ».

  • 3 Notre Histoire, no 114, p. 36.

5La grande fidélité de Maurice Schumann pour le Général vient de cet appel du 18 juin 1940 auquel répond le jeune capitaine, par ce que Guy Mollet a appelé « la gratitude gigantesque ». En poste à Londres lors de l’armistice de 1940, il rallie le camp de la Résistance, entre à la BBC où il devient l’animateur de l’émission « Les Français parlent aux Français ». Il lance avec François-Louis Closon une revue Gladius spiritus, « le glaive de l’esprit » qui bénéfice de l’aide d’une catholique anglaise, Mlle Benenson. Par la suite, cette publication prend le nom de Volontaire pour la cité chrétienne. « C’était à la fois un lieu de réflexion et de rassemblement pour tous ceux qui menaient le combat contre le nazisme »3. Sa fonction de « porte-parole de la France combattante », écouté par des Français qui n’acceptent pas le joug nazi, l’amène à être connu d’abord par une voix, rapide, persuasive, militante.

6Grâce au réel engouement du peuple pour le général de Gaulle, il devient l’un des plus importants personnages politiques du pays, élu président du nouveau MRP à l’issue de son congrès national constitutif le 26 novembre 1944. Le jeune Mouvement cherche des hommes comme lui ; il veut rompre avec le passé, renouveler le paysage politique grâce à des leaders qui n’ont pas été compromis dans la fin de la IIIe République ou dans le régime de Vichy. Personne alors ne conteste son lien privilégié avec le Général.

Un responsable MRP nordiste

7Maurice Schumann a donc été sollicité par Jean Catrice. Industriel, ancien président diocésain de l’ACJF puis vice-président fédéral du PDP, ce résistant accueille le futur commissaire de la République Closon.

  • 4 RIC : Résistants d’inspiration chrétienne

8Co-fondateur, avec Jules Catoire, du RIC4, à la gauche du MRP, mendésiste, Jean Catrice cherche en effet une personnalité pour sa région. Immédiatement le succès récompense cette initiative politique. Grâce à cette « locomotive », la Fédération connaît des résultats dépassant toutes les espérances. La liste de Maurice Schumann obtient le 29 octobre 1945 184 000 voix dans la2e circonscription du Nord avec 4 sièges devant la liste d’Augustin Laurent et celle du communiste Arthur Ramette : elle représente en France, proportionnellement, la liste la mieux élue. Le président national du MRP rassemble derrière lui bien au-delà des fidèles de la démocratie chrétienne.

9Il est réélu en juin 1946 avec 169212 suffrages ainsi que Jules Duquesne, ouvrier, et Jean Catrice. Toujours membre de la Commission des affaires étrangères, il propose des mesures en faveur des vieux travailleurs, intervient sur la sécurité sociale, et l’école libre. Sa liste demeure en tête en novembre 1946 avec 131 095 voix, mais celle d’Union des républicains et de rassemblement gaulliste obtient 94657 voix et deux élus aux côtés des trois députés SFIO, et des deux communistes. En juin 1951, il est réélu député du Nord avec 85 009 voix ainsi que ses deux colistiers grâce à un apparentement avec les listes SFIO, RGR. Il est réélu député le 2 janvier 1956 avec 85 032 voix ainsi que Jules Duquesne, loin derrière les socialistes qui recueillent 160 044 voix et 4 élus.

Vers le retour à la fidélité au général

10En 1958, le chef de file de la Fédération du Nord est un de ceux qui favorisent le plus ardemment l’approbation du retour de son guide mais il n’est pas le seul en France : Pierre-Henri Teitgen et d’autres comme Robert Schuman font également des démarches de ce type. Le renouveau constaté sur le plan électoral à cette époque s’explique par la reconstitution de la cohérence initiale. Les dirigeants de l’UNR choisissent de ne pas présenter de candidat face à Maurice Schumann, André Diligent, Paul Reynaud et Guy Mollet.

  • 5 H. Adam et alii, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p. 74.

11L’année 1962 correspond à une période de double décision contradictoire en apparence. En mai, Maurice Schumann accepte de démissionner du gouvernement avec les autres ministres MRP qui n’ont pas supporté les allusions méprisantes à leur « foi » européenne : « En 1962, c’est une chose mal connue, je démissionne avec les autres ministres MRP parce que Pflimlin a ainsi défini notre position : il faut que nous marquions notre indépendance à l’égard du pouvoir pour conserver notre ascendant sur les militants et pour pouvoir éviter leur glissement vers l’antigaullisme. C’est essentiellement pour cela que nous démissionnons car pour les questions européennes, nous aurions très bien pu défendre nos positions à l’intérieur du gouvernement et de la majorité. Nous échouons ». En octobre, une motion de censure est déposée ; ont voté en sa faveur dans la région 23 élus sur 37 dont, dans le Nord, 12 sur 23. Maurice Schumann s’est associé aux 13 UNR hostiles à cette initiative5. Il refuse, comme André Diligent, de voter Non au référendum sur l’élection du président de la République au suffrage universel. « Je ne peux évidemment pas aller à l’encontre d’une doctrine qui a toujours été la mienne et me séparer du Général, là c’était le Général ». En novembre pour les législatives, soucieux de ne pas casser le Mouvement qu’il a animé depuis le début, il réussit à obtenir l’investiture de la Fédération avec laquelle il est désormais en désaccord. Il est à nouveau président de la Commission des affaires étrangères de 1962 à 1967.

12Réélu au premier tour député du Nord, le 5 mars 1967, il est nommé le 8 avril suivant, ministre d’État chargé de la recherche scientifique, des questions atomiques et spatiales. La disparition du MRP l’amène tout naturellement à retrouver les rangs gaullistes, le sillage du chef de la France Libre. Ce cheminement souligne l’ambiguïté dont le MRP a été à la fois la victime et l’acteur consentant. Beaucoup de militants ont connu comme Maurice Schumann des hésitations continuelles entre ces deux pôles d’attraction que sont le Général et la démocratie chrétienne. Un certain nombre aurait souhaité les voir réunis définitivement et solidement. Le MRP devait-il, pouvait-il suivre le Général en 1946 et en 1962 ?

2. L’impact dans la fédération du Nord

13Adulé au début, critiqué par la suite, rejeté par certains, Maurice Schumann n’a jamais laissé un seul militant indifférent.

Le versant attractif

14Il possède des qualités incontestables qui font de lui l’un des personnages politiques importants de l’après-guerre. Son intelligence et sa compréhension des situations politiques lui permettent de saisir rapidement la meilleure voie. L’homme politique est celui qui sait prévoir les événements, les précéder, les pressentir. Le choix qu’il fait en 1940, celui de 1962, apporte la preuve de cette acuité personnelle. Les analyses politiques qu’il présente lors des congrès, des commissions exécutives ou des conférences de propagande lui offrent l’occasion de faire apprécier sa grande connaissance des relations internationales mais aussi sa capacité à analyser les rapports de force dans les questions de politique intérieure. Son activité est débordante : il s’occupe de sa circonscription, de la fédération, des sections comme celle de Wattrelos. Il donne des conférences également dans le Pas-de-Calais tout en maintenant une forte présence personnelle sur le plan national. Ses nombreux articles dans les journaux fédéraux, régionaux et dans la presse nationale, ses interventions à la radio, à la télévision le maintiennent constamment sur le devant de l’actualité.

  • 6 Interview de Marie-Louise Hespel, octobre 1971.

15L’attachement aux militants est également une autre grande qualité personnelle de Maurice Schumann. Marie-Louise Hespel qui l’a bien connu à Wattrelos évoque « le sens de l’amitié indéfectible » de cet homme politique. Chaque samedi, il tient une permanence chez l’habitant où il écoute les doléances, réconforte les militants désabusés. « Tous les gens de Wattrelos l'ont vu » résume la militante6. Dès qu’un ami politique compte sur sa présence pour une réunion, il s’efforce de satisfaire la demande dans un intérêt politique particulier mais aussi par amitié. Son secrétariat parlementaire est organisé de telle sorte qu’il puisse toujours répondre rapidement aux demandes formulées par les citoyens qui font appel à lui.

  • 7 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

16Le talent oratoire est un autre atout important : Maurice Schumann le possède au plus haut point. Le premier discours qu’il fait dans la fédération est le simple récit du débarquement dont il a été un des témoins privilégiés. Il obtient alors un succès total. Les militants aiment l’écouter ; sa parole est pénétrante, le ton aisé, les mots semblent couler de source, sans difficultés apparentes. Dans une lettre adressée de la garnison de Maubeuge à son père, le 3 juillet 1945, Bernard Catoire7 évoque la disponibilité et l’atmosphère créée par le lyrisme du porte-parole de la France combattante :

Dimanche matin nous sommes allés (Jacqueline et moi) à la réunion MRP nous avons vu Schumann. J’ai discuté avec lui pendant près d’un quart d’heure, je lui ai demandé de venir le soir ; il serait bien venu si Catrice n’avait pas été là, c’est lui qui l’a empêché [...]. Nous sommes allés au repas et l’après midi, nous avons regagné Maubeuge pour repartir tous ensemble et tout en civil à 6 h au meeting. Schumann a parlé pendant 1 h 30 : il a commencé en rappelant sa visite à Maubeuge au moins de novembre alors qu’il était en panne de voiture, de là, il enchaîna l’union, la politique extérieure, la famille, le travail, le ravitaillement, les salaires etc. enfin tous les problèmes possibles et imaginables ont été vus : c’est quelque chose de formidable, le commandant en était soufflé. Après la réunion, la scène fut envahie, nous montâmes donc comme tout le monde et quand Schumann m’aperçut, il me demanda où était le commandant car il voulait lui parler, tu vois si le commandant était heureux : ils traversèrent donc la foule. Schumann le prit par le cou comme de vieux copains, et discutant ainsi pendant près de 10 minutes, de long en large ; inutile de vous dire que le commandant en oubliait sa présence au mess des officiers.

  • 8 Interview de Maurice Schumann, op. cit.

17Ses adversaires politiques le redoutent dans les débats contradictoires tant sa capacité à trouver la réponse juste, le mot qui retourne une salle est grande. La fédération utilise ses talents oratoires dans les moments difficiles : le succès est souvent au rendez-vous. Les avis de convocation à une conférence de presse de Maurice Schumann rappellent que « le régal » est assuré pour les auditeurs à son écoute. Edmond Hordoir le surnomme affectueusement « le marchand de paroles ». Il sait mettre tout son poids politique dans certains débats périlleux comme la question scolaire notamment lors du choix de Gaiffie, candidat RPF pour le poste de maire de Lille en 1953. Le docteur Defaux, tête de liste MRP, se fait conspuer par un auditoire acquis aux socialistes qui ne comprend pas son attitude. La raison en est simple : « nous avions quelques raisons de redouter que les avantages qui avaient été accordés aux oeuvres et aux écoles [catholiques] entre 1947 et 1953 ne leur soient retirés ». Maurice Schumann précise alors : « je crois pouvoir le dire maintenant ; l’évêché n’avait pas été silencieux dans cette affaire-là, il y a même une lettre qui n’était pas un ordre mais un conseil »8. Dans de telles situations, Maurice Schumann n’a pas son pareil pour trouver les justifications, les arguments, les formules permettant de justifier le choix politique.

Le versant critique

18Cette fédération du Nord, consciente de sa « mission » notamment à l’égard de la jeunesse et du monde ouvrier, représente une grande force politique régionale : en 1946, elle compte 25 488 adhérents, soit 20 % du total national alors que le Pas-de-Calais avec 6 266 cartés ne représente que 5 %. Maurice Schumann ne s’y trompe pas quand il évoque ses premières impressions sur la fédération du Nord :

Elle m’apparaît comme le reflet politique de l’Action catholique. Elle a une équipe rurale, son équipe classe moyenne, mais elle a surtout son équipe ouvrière. Et la grande satisfaction que je ressens, c’est de voir que, dans cette région où la classe ouvrière est très largement majoritaire, où les conditions de vie semblaient modelées sur un univers marxiste, l’Action catholique par son travail en profondeur a réussi à dégager une élite ouvrière qui ne va ni au parti socialiste ni au parti communiste mais qui est exigeante et qui le restera.

  • 9 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, (...)

19Il est notamment fier d’évoquer, dès qu’il le peut, la figure de Jules Duquesne « qui quittera l’usine pour devenir député » ainsi que son suppléant dans les années 1970, Adrien Verkindère. Le premier nommé, né en 1910 dans une famille modeste, travaille dès l’âge de 13 ans pour subvenir aux besoins familiaux. Comme d’autres tels que Robert Prigent, Marie Van der Elst dans le Nord, Louis Beugniez dans le Pas-de-Calais, Jules Duquesne acquiert une solide formation à l’école de la JOC puis de la LOC. Prisonnier évadé, il s’engage dans la Résistance et devient le représentant de la CFTC au CDL puis adhère à la Libération au MRP. Il participe à l’équipe ouvrière et fait partie des élus au Palais-Bourbon dans le sillage de Maurice Schumann. Il est réélu jusqu’en 19589.

  • 10 Intervention de Pierre-Henri Teitgen lors de la soutenance de la thèse de doctorat de3e cycle de B (...)

20Les militants républicains populaires, formés à cette école de l’Action catholique, sont donc particulièrement exigeants. Comme le rappelle Pierre-Henri Teitgen10, ne pouvant gouverner seul, le MRP doit se résigner à des formules de coalitions :

  • 11 J. Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 104.

« Qui dit alliance dit nécessaires concessions réciproques, compromis. Ah que j’admirais nos voisins de gauche et de droite, [...] ils nagent dans le compromis comme poissons dans l’eau ». L’attitude des militants républicains populaires est différente : « la moindre concession, c’est une trahison de notre idéal ». L’ancien président du Mouvement prend alors l’image des prophètes et des juges dans la Bible : « nous étions un parti dans lequel dix ou douze malheureux étaient envoyés comme juges dans les conseils des gouvernements tandis que la masse des militants en prophètes était sur la montagne et en permanence expliquait aux juges qu’ils étaient en train de trahir puisqu’ils étaient en train de compromettre ». Cette distance au sein du Mouvement entre les militants, les dirigeants, les électeurs est résumée par Georges Bidault et repris par Jacques Fauvet dans une formule certes brutale mais assez juste : « Le MRP se proposait de faire une politique de gauche, avec des électeurs de droite, tout en siégeant au centre »11.

21Ce niveau d’exigence entraîne des réunions « intenses » :

« Les commissions exécutives étaient dures. Marie Van der Elst arrivait avec des questions, le docteur Defaux avec des scrupules, les jeunes militants avec des inquiétudes. Toutes les commissions exécutives étaient dures mais, en fin de compte, la fidélité et la solidarité l’emportaient toujours ». Marie Van der Elst, aiguillon social, responsable de l'équipe-ouvrière, n’hésite pas à poser des questions dont la formulation est quelquefois violente. Elle dénonce le contraste entre les discours sociaux et la pratique de plus en plus tournée vers une politique de gestion, de rigueur orientée à droite. Le docteur Jules Defaux, surnommé « le médecin des pauvres », président départemental du PDP, ayant accueilli la première réunion du CDL chez lui, était, selon Maurice Schumann, « très soucieux de ne pas se confondre avec la droite ».

  • 12 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, Concorde sans Concordat, 1952-1957, Paris, Hachette, 1978.
  • 13 B. Béthouart, Jules Catoire, Arras, Artois presses Université, 1996, p. 230.
  • 14 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, op. cit., p. 139.

22Certains militants refusent de se laisser envoûter ou séduire par le brio de ses interventions. Ces réserves sont liées à la question du travaillisme, des relations avec les socialistes. Il existe un travaillisme d’abord à la base dès 1944 avec des militants comme Léon Robichez, puis de parti avec Jules Catoire qui négocie dans le cadre de la Troisième Force avec les socialistes et les indépendants sur les questions économiques et scolaires aux côtés de Robert Lecourt12. Robert Schuman rappelle en 1954 : « Nous sommes quelques-uns à partager un rêve d’un certain travaillisme encore mal défini. Nous recherchons une coopération entre ceux qui sont décidés à s’entendre au service d’une grande cause »13. Guy Chatiliez, à Tourcoing, représente cette tendance travailliste. De famille ouvrière, engagé très jeune dans la JOC, journaliste à Nord-Éclair, devenu animateur de la section MRP de Tourcoing, il refuse toute alliance avec la droite et se montre résolument travailliste : il ouvre la section aux militants de la CFDT, se présente aux législatives de 1962, puis, après un bref passage au Centre démocrate, rejoint le mouvement de Robert Buron « Objectif 72 ». Ayant adhéré au PS, il devient maire de Tourcoing jusqu’à son décès en 197914.

  • 15 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

23Maurice Schumann n’a jamais été sensible à cet idéal travailliste : selon lui, celui-ci « hantait l’esprit des militants. Leurs rapports avec les socialistes étaient généralement mauvais sur le plan personnel, mais la crainte qu’ils avaient de voir leur mouvement politique se rapprocher, se confondre avec la droite, oublier sa vocation sociale, les amenaient à caresser le rêve socialiste jusqu’au-delà du raisonnable ». Le système électoral et la situation générale s’y prêtent puisque la représentation proportionnelle « permet de coexister sans avoir à s’affronter directement » et que, à la suite de la conférence de Moscou en 1946, la cassure entre les socialistes et les communistes est « tellement brutale que les socialistes et le MRP ont en quelque sorte vocation à se rapprocher ». La rupture brutale, l’année suivante, entre le MRP et le général de Gaulle à cause du RPF, renforce le processus « si bien que les socialistes nécessairement coupés des communistes et un MRP nécessairement coupé du général sont en quelque sorte appelés par un tropisme mutuel »15.

24Cette alliance MRP-SFIO fonctionne à Tourcoing, à Marcq, à Roubaix, à Hellemmes, ville ouvrière par excellence, à Arras, à Lens. Elle est également effective à Lille jusqu’en 1953 face au RPF qui dispose de la majorité absolue en 1947 : les trois conseillers municipaux de l’époque, Georges Hénaux, Jules Defaux et Maurice Walker sont dans l’opposition. Une dominante « travailliste » dans Nord et Pas-de-Calais perdure jusqu’à la fin des années 1960 alors qu'elle est abandonnée sur le plan national dès 1952. Augustin Laurent à Lille avec le docteur Defaux puis Georges Hénaux, Victor Provo à Roubaix avec André Diligent, Guy Mollet à Arras avec Jules Catoire puis Pierre Brunet, Philippe Gerber et Henri Amoureux illustrent cette pratique.

  • 16 Ibidem.
  • 17 B. Béthouart Le MRP dans l’arrondissement de Lille, Lille, maîtrise, Y.-M. Hilaire, 1972. Annexes.
  • 18 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

25Or Maurice Schumann parle des « cadeaux sans contrepartie »16. Roger Poudonson rejoint par la suite ce point de vue, lui qui « ne veut plus jouer de la mandoline sous les fenêtres de la belle socialiste »17. En 1951, les apparentements fonctionnent au profit de la SFIO, du MRP et des Indépendants. Cette alliance explique la modération du recul électoral de la SFIO qui ne perd que 3 % alors que le MRP chute de 8 % : le parti socialiste gagne trois sièges au détriment de son allié. Maurice Schumann dénonce cette stratégie d’étouffement et ceux qui la pratiquent. Il s’en prend particulièrement à Léon Robichez, le maire de Marcq-en-Baroeul, directeur de Nord-Éclair dont les éditoriaux cinglants et percutants sont signés « Rob ». Léon Robichez imprime au journal un caractère travailliste très marqué. Avec Jules Duquesne, Maurice Schumann critique cette stratégie qui ne profite trop souvent qu’aux socialistes. Un exemple évident lui semble être celui de Tourcoing « où nous avons en 1947 plus de conseillers municipaux que les socialistes mais nous donnons la mairie à M. Paris qui, six ans plus tard, aura ses élus. Nous estimions qu’il n’y avait jamais de contrepartie, nous étions favorables car nous estimions que c’était notre devoir d’isoler le parti communiste, le devoir national et international, qu’il s’agisse de l’Europe, de la résistance au ‘coup de Prague’. Nous cherchions donc mais difficilement car nos amis socialistes ne renvoyaient pas l'ascenseur » 18.

26Les difficultés relationnelles sont très sensibles sur la question scolaire : « Les socialistes sont restés, surtout dans la fédération du Nord, les partisans déterminés de la nationalisation de l’enseignement tout au plus ont-ils mis la pédale douce à certains moments parce qu’ils ne pouvaient pas rompre avec nous ». La loi Barangé a eu « un effet irrémédiable ». À partir de 1951, les alliances gouvernementales entre républicains populaires et socialistes sont pratiquement inexistantes : « Même le gouvernement Mollet que nous avons soutenu et il ne lui a pas manqué une seule de nos voix, ne comptait pas de ministres MRP ; nous étions dans la majorité sans être dans le gouvernement ». Il faut attendre le gouvernement Pflimlin à l’extrême fin de la IVe République pour qu’il y ait quelques ministres socialistes puis sous la présidence du général de Gaulle où sont présents comme ministres Pierre Pflimlin et Guy Mollet. « En dehors de cela, après la loi Barangé, c’était fini ».

27L’accusation maintes fois suggérée d’une attitude politique opportuniste s’appuie sur l’apparent caractère contradictoire de sa démarche : il vote en effet « oui » au référendum de 1962 tout en obtenant le soutien de sa fédération du Nord. Comment comprendre le lien entre le « non » en 1946 à De Gaulle et le « oui » en 1962 ? Les militants les plus critiques n’ont pas accepté qu’il puisse « durer » en changeant de ligne politique, passant du gaullisme à la démocratie chrétienne puis à nouveau au gaullisme avec une trop grande facilité, sous de « trop belles raisons ». Georges Delfosse estime qu’en 1947 « il préfère la doctrine et la stratégie au général de Gaulle » alors qu’en 1958 c’est son attachement à de Gaulle qui prime puisque la situation politique est défavorable au MRP sur l’Europe et sur les affaires coloniales et que le type de scrutin change les données politiques. Guy Chatiliez évoque le soin pris par Maurice Schumann « de se garantir sur le plan social en choisissant comme suppléant un CFTC Adrien Verkindère ».

28Une autre critique consiste à lui reprocher d’avoir été « victime » de son propre talent oratoire. Octave Bajeux, paysan-docteur en droit, estime qu’il « a quelquefois abusé du verbe en désorientant les militants ». Natalis Dumez évoque « cet orateur merveilleux capable de tout cacher sous de beaux discours ». Il apparaît comme « l’homme providence qui répond à tout ». Souvent quand les militants ne comprennent pas certaines décisions nationales, Maurice Schumann vient expliquer les raisons et, grâce à une grande capacité dialectique, parvient toujours à faire reconnaître son point de vue. De ces pratiques se dégage une impression d’ambiguïté ; ses explications empêchent la contradiction, la masquent provisoirement mais suscitent la réserve ou le doute. « Quand il y a tension entre la fédération et le national, Maurice Schumann fait le lien ».

  • 19 Interview de Natalis Dumez, 10.10.1971.

29Il aurait, enfin, selon certains militants, par sa présence trop imposante, empêché l’éclosion de leaders proprement nordistes. Un tel constat peut s’appuyer sur la réelle différence d’état d’esprit des deux fédérations du Nord et du Pas-de-Calais. Dans la première, la « vedette nationale » qu’est Maurice Schumann occupe une grande partie de l’espace oratoire alors que dans l’autre, les responsables comme Jules Catoire, Louis Beugniez ou Roger Poudonson sont issus du cru et prennent des responsabilités. La fédération du Nord ne présente pas le même visage que celle du Pas-de-Calais à cause du caractère imposant de son chef prestigieux. Comme le fait remarquer Natalis Dumez, fondateur de La Voix du Nord, « il a ramené des électeurs, mais il est reparti avec »19.

3. Le bilan de la relation entre Maurice Schumann et le MRP

Un guide sûr à certaines périodes

  • 20 Le MRP vous parle, n° 69, avril-mai-juin 1996, p. 18-19.

30Á la Libération, son attachement à de Gaulle, sa capacité à réunir autour de lui les électeurs gaullistes produisent une situation particulièrement favorable au MRP ; il n’est alors nullement critiqué. De même en 1946, le départ du général de Gaulle et, en 1947, la création du RPF obligent Maurice Schumann à choisir. Il le fait clairement en faveur de son parti : « Je dois dire que s’il y avait eu en 1947 le général de Gaulle d’un côté et le MRP de l’autre, ou bien j’aurai abandonné la politique ou bien j’aurai suivi le général de Gaulle. Mais il n’y avait pas le Général d’un côté et le MRP de l’autre, il y avait d’un côté le RPF et de l’autre, le MRP ». Le Groupe MRP à l’Assemblée nationale Constituante se réunit à plusieurs reprises pour définir sa position20. Maurice Schumann, le 21 janvier 1946, soutient la position de Georges Bidault favorable à la poursuite du tripartisme. « Ne cessons pas d’avoir une politique sociale et populaire. Ne nous laissons pas dissocier des masses ouvrières et populaires à aucun prix. Gardons au premier plan de nos préoccupations les valeurs spirituelles et morales. En raison de la situation, nous ne sommes pas tout à fait entre républicains et nous ne pouvons donc pas jouer pleinement le jeu parlementaire. Empêchons la conquête du pouvoir par des hommes qui ont l’esprit totalitaire. Si nous perdons la classe ouvrière, nous irons à la défaite. La méfiance envers les communistes est en vérité plus forte chez les partisans du tripartisme que chez les autres ». Le Mouvement fait office, dans le système de la Troisième Force, de « garde-fou de la droite » selon ses responsables.

  • 21 J.-Cl. Delbreil, Marc Sangnier, Paris, Beauchesne, 1997, p. 259.

31En 1947, « cela a été un déchirement atroce mais je n’ai pas été tenté un seul instant par le RPF ». Maurice Schumann reste fidèle au MRP alors que Jacques Vendroux dans la Fédération du Pas-de-Calais quitte le Mouvement. Que serait devenue la Fédération sans Maurice Schumann en 1947 ? En 1958, les dirigeants nationaux, sauf François de Menthon, les militants et les électeurs sont également sur la même logique de retour vers le « Père nourricier »21.

Des apports décisifs pour le MRP

  • 22 350 A.P. 5 MRP 3 - Fédérations (situation, cotisations).
  • 23 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

32Maurice Schumann favorise le rayonnement de la Fédération du Nord qui est la plus importante de France en 1946 avec 20 % des cotisants devant la Seine22. Il est de ceux qui ont le plus contribué à donner à la Fédération du Nord son envergure et sa dimension imposante. Avoir à la tête de sa fédération le président national de 1944 à 1949 donne une image de marque et une stature à une fédération. La presse nationale du MRP ne s’y trompe pas puisqu’elle fait souvent des articles sur le Nord en insistant sur la présence de Maurice Schumann. Ainsi L’Aube du 29 mai 1946 écrit-elle : « entraînés par Maurice Schumann, les militants du Nord rayonnent sans répit autour de Lille du plus grand centre au plus petit village ». Maurice Schumann apporte à cette élite chrétienne une dimension nationale et un caractère populaire. Par sa présence au conseil municipal de Lille où il est élu du 26 avril 1953 au 5 février 1955, en prenant le parti de Gaiffie et de la défense de l’enseignement privé catholique, il oriente ainsi le choix du MRP : « Nous retrouvons dans cette affaire ce qui a été un obstacle à l’entente durable entre socialistes et MRP : le problème scolaire, notamment au Conseil général [...] 1953, cela vient après la loi Barangé, 1953 ; c’est l’époque où je suis moi-même au gouvernement tout en étant au Conseil municipal de Lille avec M. Laniel, centre modéré »23.

  • 24 Ibidem.

33Pourtant, sur le plan national, en 1946, au moment du départ du général de Gaulle, il n’hésite pas et veut éviter le tête-à-tête marxiste : « au moment où le stalinisme déferle sur l’Europe, où le Parti communiste est beaucoup plus puissant que le Parti socialiste et inconditionnellement attaché à Moscou ». Il se refuse alors à « laisser un Parti socialiste désemparé et faible en tête-à-tête avec le Parti communiste ». Il considère que « nous avons, par là, sauvé la démocratie. J’en ai la conviction absolue ». Alors que le PCF représente plus du quart des voix, il ose alors sillonner la France pour animer des réunions publiques : « il me fallait souvent une demi-heure pour arriver à placer un mot. Je me rappelle une réunion à Tarbes au cours de laquelle Charles d’Aragon et moi-même, avons été physiquement attaqués de façon telle que nous nous sommes demandés, au moment où les bouteilles pleuvaient autour de nous, si nous ne courions pas plus de risques que sur les champs de bataille ? ». En présence de cette alternative, il souligne que « c’est un des grands mérites du MRP d’avoir su, à ce moment-là, préférer l’intérêt national et l’intérêt démocratique à ses propres intérêts électoraux. Je ne renie donc rien et je ne rétracte rien de ce passé »24

  • 25 France Forum, « Regards sur le MRP », no 316, 1997, p. 37-38.

34Au fil des années, il prend de plus en plus conscience, avec d’autres leaders comme Pierre Pflimlin, Robert Lecourt et Pierre-Henri Teitgen notamment, que la IVe République doit accepter pour survivre de procéder à des réformes de son régime politique : sa lucidité devant les dérives de cette jeune république est particulièrement pertinente. Reprenant la formule de Robert Lecourt, il considère que « cette constitution n’est pas bonne, mais [qu’j elle est perfectible ». Le principal projet de réforme consiste à aligner la Constitution française sur « l’excellente disposition de la Constitution de la RFA d’après laquelle on ne pouvait renverser un Gouvernement qu’après avoir désigné le Gouvernement successeur ». Pierre Pflimlin y est parvenu mais dans un contexte difficile où l’urgence du problème algérien hypothèque toute autre initiative. « Est-ce à dire qu’initialement nous avons fait le mauvais choix ? Je ne le crois pas »25.

  • 26 Fiche de l’Assemblée Nationale, Archives AN ainsi que Tables nominatives des Archives de l’Assembl (...)

35En tant que parlementaire MRP, il se montre très présent et actif. Dès le départ, il est membre de la Commission des affaires étrangères. En 1946, intéressé par les questions liées au statut de la radiodiffusion française, il fait des propositions à caractère social comme l’allocation pour les vieux médaillés du travail, la prise en compte comme enfants à charge de ceux qui sont morts pour la France. Il rappelle également le nécessaire équilibre budgétaire dans un contexte de crise et aborde la question du droit de grève et de la liberté syndicale le 18 février 1947. Outre l’hommage à Gandhi à l’annonce de sa mort le 30 janvier 1948, en politique étrangère, ses interventions portent sur les événements d’Indochine, les résultats de la conférence de Moscou, le statut de l’Algérie, l’attitude face à l’Allemagne, la ratification du Pacte atlantique. Demeuré président du MRP jusqu’en 1949, il anime le groupe parlementaire France-États-Unis et s’intéresse aux questions européennes26.

36Sa carrière ministérielle débute au début des années 1950 : il est choisi comme secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans les cabinets Pleven du 11 août 1951 au 20 janvier 1952, et vient évoquer devant les députés la question de la Sarre. Edgar Faure l’appelle à nouveau à la même responsabilité puis Antoine Pinay jusqu’en janvier 1953 : il présente à ses collègues au Palais-Bourbon le traité de paix avec le Japon en mars 1952, le traité de l’Atlantique Nord en juin 1952. Dans le cabinet de René Mayer du 10 janvier au 28 juin 1953, il est présent pour la défense du budget de son ministère. Toujours en fonction dans le ministère de Joseph Laniel du 2 juillet 1953 au 19 juin 1954, il intervient en séance, le 20 novembre 1953, dans un grand débat sur la politique européenne où il évoque l’absence regrettable mais inévitable du Royaume-Uni, les pouvoirs de l’autorité supranationale à créer, le projet d’armée européenne. Il préside la délégation française aux Nations-Unies en 1953.

  • 27 B. Yvert (dir.), Dictionnaire des ministres, Paris, p. 839.

37Il devient président de la Commission des Affaires étrangères d’octobre 1957 à novembre 1958. Il intervient dans plusieurs débats portant sur l’affaire de Suez où il s’en prend au néocolonialisme soviétique, sur le « drame algérien » et ses implications internationales, sur les questions de l’Afrique du Nord en général et souligne le refus du MRP de choisir entre une politique exclusivement fondée sur la force et une politique d’abandon27.

Il suit sa propre logique politique

38Maurice Schumann est un homme qui a toujours eu par conviction et par penchant naturel le besoin d’avoir une activité politique : « Elle est la source indispensable de vie pour lui ». La conviction qu’il met dans ses entreprises, son dévouement sans limites, son sens de l’amitié, sa foi également très profonde font de cet homme un vrai militant démocrate chrétien qui a cependant toujours été obligé de composer avec son attachement indéfectible à la personne du général de Gaulle. Il distingue en effet sa fidélité au général et son rapport avec le RPF, notamment en 1947 :

  • 28 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

Je ne regrette pas d’être resté fidèle au MRP tant qu’il a existé. En 1947, cela a été un déchirement atroce mais je n’ai jamais été tenté un seul instant par le RPR [...] Au moment où l’élection du président de la République devient le grand enjeu, je ne peux évidemment pas aller à l’encontre d’une doctrine qui a toujours été la mienne et me séparer du Général, là c’était le Général et j’ai dit : « Si vous ne voulez pas me représenter, je ne me représenterai pas et je ne me représenterai pas contre vous, mais rien ne m’empêchera de voter « oui ». J’ai d’ailleurs été suivi par la majorité des électeurs et la fédération m’a investi bien que j’eusse répondu oui28.

  • 29 France Forum, « Regards sur le MRP », id. cit., p. 38.

39Vis-à-vis de la question européenne, il est proche de Robert Schuman. Dès 1946, il organise une rencontre entre le futur fondateur de la CECA et le maire de Cologne, chef de la CDU, Konrad Adenauer dans le cadre d’une réunion des partis démocratiques d’inspiration chrétienne à Luxembourg. Le futur chef de la CDU vient d’être écarté par les Anglais de son poste de bourgmestre de Cologne et considère que sa carrière est terminée, « et la conversation est tombée sur Robert Schumann. J’ai eu l’idée d’organiser la première rencontre, après laquelle ils sont devenus des amis intimes pour le grand bien du pays »29.

  • 30 Idem, p. 40.

40Il se présente comme le disciple de la pensée européenne de Robert Schuman et n’hésite pas à croiser le fer avec ceux qui lui reprochent de défendre une politique protectionniste face à la concurrence des pays en émergence qui ne respectent pas le principe de la réciprocité : « J’ai été le seul secrétaire d’État de Robert Schuman au Quai d’Orsay. Sa politique était extrêmement claire : il considérait que l’Europe devait être protégée. Combien de fois l’ai-je entendu dire : ‘Il ne peut y avoir d’Europe qu’à l’abri d’une muraille’. Cette muraille, c’était le tarif extérieur commun ». Il n’hésite pas à faire le rapprochement avec la situation en fin de XXe siècle : « Mondialisme, oui, mais avec réciprocité et cela, c’est très exactement la pensée de Robert Schuman adaptée à l’époque actuelle, c’est-à-dire qu’il n’y a d’Europe que dans la mesure où il y a protection de l’Europe en tant que telle. Ce n’est pas du protectionnisme, c’est de la réciprocité, et ce n’est pas du tout la même chose »30.

  • 31 Idem,

41Lors du débat sur le référendum relatif au traité de Maastricht, il prend également, lui l’ancien président national du MRP, ses responsabilités en justifiant ses fortes réticences qui l’ont conduit à ne pas accepter la logique technocratique. Celle-ci, selon lui, domine désormais en tournant le dos à une véritable politique européenne démocratique qu’il appelle de ses vœux. Il fait alors à nouveau référence à Robert Schuman qui était convaincu « qu’il ne pouvait y avoir d’Europe sans qu’il y ait renonciation à une partie, et une partie croissante, de la souveraineté nationale. Je n’ai pas changé d’avis sur ce point, moi non plus. Je suis convaincu que, s’il n’y a pas des limitations de souveraineté nationale, il n’y a pas d’Europe. Mais limitation de souveraineté nationale au bénéfice de qui ? Et c’est là qu’est tout le problème : au bénéfice d’institutions politiques qui émanent du suffrage universel et qui soient responsables devant lui ou devant ses représentants. J’ai été un partisan acharné pour ce motif de l’élection du Parlement européen au suffrage universel ». Il se refuse, dans la « logique du traité de Maastricht », à « des abandons de souveraineté au bénéfice d’une technocratie irresponsable, au bénéfice d’une banque centrale européenne ». Le problème n’est plus, pour lui, comme à l’époque de Pflimlin en 1962, entre une Europe des États ou une Europe supranationale mais « entre Europe démocratique ou Europe technocratique »31.

Légitimité et fécondité du MRP

42Aucunement traversé par des regrets voire même des remords vis-à-vis de son engagement politique au sein du parti républicain populaire, il trace les grands traits de ce qui lui semble représenter les trois acquis principaux du MRP à la vie politique française :

« Le premier : c’est qu’il a imposé la dimension familiale dans la politique sociale. S’il n’avait pas introduit cette accoutumance, Dieu sait où nous en serions !

Le deuxième : il a posé les fondements d’une Europe unie et il a été, au prix de lourds sacrifices, notamment le champion de l’idée européenne ne serait-ce que parce que ses homologues italiens ou de RFA sans parler de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, étaient au pouvoir.

  • 32 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

Le troisième : il a rendu un immense service en ce qu’il a conquis pour les catholiques droit de cité dans la République. C’est la signification morale de son appartenance à la majorité et de la loi Barangé. Si la loi Debré a été possible, c’est parce qu’il y a eu la loi Barangé. Voilà le bilan du MRP »32.

Conclusion :

43Comme il le confirme, son option de 1946 lui semble totalement cohérente. Reconnaissant qu’il a été « torturé le 21 janvier 1946 lorsque nous avons eu un choix à faire », puisqu’il doit tout au général de Gaulle, qu’il est « inconditionnellement attaché à sa personne », il estime qu’il avait alors un « devoir en tant que président national du MRP ». Il se prononce pour le maintien au gouvernement sans y participer lui-même. Il persévère dans ce point de vue en 1947 puisqu’il s’agit du RPF mais fait en sorte que la Fédération dont il est l’animateur accepte le retour du général en 1958 avant de se séparer de la majorité de ses membres sur l’élection du président de la République au suffrage universel en 1962.

  • 33 Idem

44Il sait également se montrer lucide sur la pierre d’achoppement que représente la question scolaire qui entretient « le fameux malaise dont on parlait de congrès national, de réunion de groupes en réunions de groupe ». Il fait part de ses interrogations devant la politique d’outre-mer du MRP : « a-t-il été fidèle à sa doctrine en matière de politique outre-mer ou n’a-t-il pas été amené prendre des responsabilités en contradiction avec sa vocation ? Je pose simplement la question et je réponds qu'elle nous a torturés pendant toute la IVe République d’autant plus que certains leaders, et Georges Bidault en premier lieu, avaient fait une option qui, naturellement, était contestée par beaucoup »33.

  • 34 France Forum, « Regards sur le MRP », id. cit., p. 38.

45Il comprend la position du général devant l’Allemagne en 1944 : « il ne s’agissait donc plus de déprussianiser la Rhénanie, nous n’étions plus en 1919. Dès qu’il a eu à prendre ses responsabilités, de Gaulle les a prise et son dialogue avec Adenauer était la suite du dialogue qu’avait engagé Robert Schuman »34. Le chef de la France libre représente pour lui un « homme d’avant-garde », favorable à une politique audacieuse sur le plan social et prêt, vers la fin de son mandat présidentiel, à une remise en cause des structures jacobines. Ministre des Affaires sociales au moment de son départ, le général lui confie, à la veille du référendum sur le Sénat et les régions, que « si les Français choisissent pour la réforme, alors de la réforme régionale nous passerons à la participation [...] Et il voulait ou bien faire une société nouvelle ou bien tomber pour n’avoir pas pu le faire ».

  • 35 Idem, p. 40.

46Trop républicain populaire pour les partisans du général, trop gaulliste pour les démocrates-chrétiens, Maurice Schumann n’a-t-il pas toujours cherché à faire vivre cette « âme commune », signe de ralliement dans l’esprit « Jeune République » cher à Marc Sangnier ? « Un jour, je me retrouvais dans le Nord, dans le bureau du maire de Tourcoing. Il était socialiste [Il s’agit de Guy Chatiliez]. Il avait été le secrétaire de la section MRP de Tourcoing et il y avait là Norbert Segard, qui appartenait à l’UDF et qui avait été un adhérent, sinon un militant, du MRP. Il y avait moi, qui avais été président national du MRP et dont vous connaissez l’engagement politique. Au bout d’un moment, nous nous sommes regardés et nous nous sommes dits : nous pouvons ne pas être d’accord sur tout, mais nous jugeons de tout par rapport aux mêmes critères, et c’est là ce qui définit le mieux, selon moi, ‘l’âme commune’ dont parlait Marc Sangnier »35.

Notes

1 Interview de Maurice Schumann, Lille, le 23.04.1972.

2 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, Thèse de Doctorat de 3e cycle, Lille 3, 1980, sous la direction de Μ. Y.-M. Hilaire, p. 248.

3 Notre Histoire, no 114, p. 36.

4 RIC : Résistants d’inspiration chrétienne

5 H. Adam et alii, Atlas électoral Nord-Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p. 74.

6 Interview de Marie-Louise Hespel, octobre 1971.

7 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

8 Interview de Maurice Schumann, op. cit.

9 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. 131-132.

10 Intervention de Pierre-Henri Teitgen lors de la soutenance de la thèse de doctorat de3e cycle de B. Béthouart sur Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, 1944-1967, le 22 novembre 1980, Lille 3.

11 J. Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 104.

12 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, Concorde sans Concordat, 1952-1957, Paris, Hachette, 1978.

13 B. Béthouart, Jules Catoire, Arras, Artois presses Université, 1996, p. 230.

14 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais 1944-1967, op. cit., p. 139.

15 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

16 Ibidem.

17 B. Béthouart Le MRP dans l’arrondissement de Lille, Lille, maîtrise, Y.-M. Hilaire, 1972. Annexes.

18 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

19 Interview de Natalis Dumez, 10.10.1971.

20 Le MRP vous parle, n° 69, avril-mai-juin 1996, p. 18-19.

21 J.-Cl. Delbreil, Marc Sangnier, Paris, Beauchesne, 1997, p. 259.

22 350 A.P. 5 MRP 3 - Fédérations (situation, cotisations).

23 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

24 Ibidem.

25 France Forum, « Regards sur le MRP », no 316, 1997, p. 37-38.

26 Fiche de l’Assemblée Nationale, Archives AN ainsi que Tables nominatives des Archives de l’Assemblée Nationale.

27 B. Yvert (dir.), Dictionnaire des ministres, Paris, p. 839.

28 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

29 France Forum, « Regards sur le MRP », id. cit., p. 38.

30 Idem, p. 40.

31 Idem,

32 Interview de Maurice Schumann, le 23.04.1972.

33 Idem

34 France Forum, « Regards sur le MRP », id. cit., p. 38.

35 Idem, p. 40.

Auteur

HLLI, ULCO

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540