Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

Maurice Schumann, un chrétien face au nazisme

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

1Je voudrais d’abord remercier ceux qui ont travaillé sur la personnalité et l’œuvre de Maurice Schumann et qui m’ont donc aidé à préparer cette intervention. Mes deux prédécesseurs Mme Christiane Rimbaud et M. Christian Hocq ont déblayé ma route. Je retiens de l’itinéraire religieux de Maurice Schumann que, comme il le dit, il n’est pas un vrai converti mais que dans les années 1930-1942 il devient chrétien d’esprit et de conviction avant d’être baptisé en 1942. Je note aussi à partir de sa formation en khâgne et de sa profession de journaliste, sa grande culture, son long séjour en Angleterre et ses relations anglaises et internationales extrêmement importantes pour un spécialiste de politique extérieure demeuré nettement anglophile.

2Ces relations méritent quelques précisions. Maurice Schumann est proche du ministre des Affaires étrangères britanniques Anthony Eden qu’il a accompagné à Moscou en 1935, il est apprécié des ambassadeurs à Berlin François-Poncet et au Vatican Charles-Roux. Du côté religieux, il est en contact régulier avec le cardinal Verdier, archevêque de Paris, une personnalité influente, avec le père jésuite Dillard, bon connaisseur du nazisme, future victime de la déportation, et surtout avec les Dominicains du couvent de Latour-Maubourg, qui dirigent ou inspirent les revues La Vie intellectuelle, Sept, Temps présent, qui dénoncent fortement le nazisme et auxquelles il collabore. Membre de la Jeune République, il fait partie du milieu démocrate-chrétien hostile aux divers totalitarismes. Il a été impressionné par le colonel de Gaulle lors d’un dîner chez Daniel-Rops en 1936.

3Observons d’abord comment s’exprime l’antinazisme de Maurice Schumann durant les années d’avant-guerre. Nous verrons ensuite comment cet antinazisme s’affirme au cours de la guerre de civilisation qui commence en 1939 et que nous suivrons jusqu’en 1942.

L’antinazisme du chrétien Maurice Schumann à la veille de la guerre

4Dans la Vie intellectuelle, nous pouvons suivre les chroniques régulières de Maurice Schumann. Les rédacteurs de la revue se partagent les sujets. Maurice Schumann, spécialiste de politique extérieure, suit la marche du germanisme vers l’Europe centrale et orientale, le « Drang nach Osten », le drame tchécoslovaque, les projets allemands sur l’Ukraine, les problèmes des alliances orientales de la France, tandis que d’autres rédacteurs Waldemar Gurian, Kurt Türmer, Robert d’Harcourt, Marc Scherer, Robert Pitrou, Jean Ebrard, le Père Delos, Mgr Fontenelle critiquent l’idéologie nazie et la persécution des chrétiens et des juifs.

5Très perspicace, Schumann annonce la menace d’un anéantissement de la Tchécoslovaquie (25 février 1937), la possibilité d’une réconciliation entre Hitler et Staline (10 mai 1937), la nécessité pour le Reich d’une guerre courte, d’une expédition foudroyante, d’une opération par surprise selon les doctrines des généraux Udet et von Metzsch (10 mai 1939). Il se réfère plusieurs fois au major général Haushofer, maître reconnu de la géopolitique.

6Cependant son antinazisme est nourri par une très sérieuse documentation. Il a lu attentivement Mein Kampf « la Bible hitlérienne » (10 octobre 1938), le Mythe du XXe siècle de Rosenberg, exposé de la doctrine raciste, et la Révolution du nihilisme d’Hermann Rauschning, un transfuge du nazisme qui cite les propos récents d’Hitler (10 décembre 1938). La référence à Mein Kampf inspire les réflexions de Maurice Schumann. Ainsi le 10 mai 1938 : « Dissocier la France de l’Angleterre, c’était l’idée maîtresse de Mein Kampf, ce pari-là, du moins, Hitler ne l’a pas gagné ». Le 25 mai 1938, nouvelle citation de Mein Kampf. « il faut neutraliser l’Angleterre pour paralyser la France et se ménager le concours italien ». Le 10 octobre 1938 dans « La marche du germanisme », il explique d’après Mein Kampf que la France, une fois isolée, doit être écrasée, non seulement en tant qu’« ennemie mortelle » de l’Allemagne, mais parce que le Reich national-socialiste ne peut tolérer l’existence d’une « seconde puissance militaire » en Europe. Est-ce donc « l’Allemagne éternelle » expansionniste qui est évoquée ici ? À cette question posée en 1985 par François-Xavier Michau, Maurice Schumann répond : « Non pas l’Allemagne éternelle, j’y vois, moi, essentiellement un néopaganisme ».

7Attentif à ce qui se passe en Angleterre et en Amérique après la Nuit de Cristal qui a vu les nazis persécuter fort brutalement les juifs dans toute l’Allemagne, Schumann cite les réactions indignées de plusieurs personnalités anglo-saxonnes dans son article de la Vie intellectuelle « Le déséquilibre européen » du 25 novembre 1938. Cependant l’antiracisme de Maurice Schumann s’exprime plus particulièrement dans deux ouvrages collectifs publiés en 1938 et en 1939 dans la collection « Présences » fondée par Daniel-Rops. Le premier, dirigé par Paul Valéry, a pour titre La France veut La Liberté. Maurice Schumann y traite de la « Liberté, règle de la démocratie ». Après s’être référé au début à Tocqueville, il cite un indochinois qui dans le passé a conspiré contre la France et qui dit ceci : « Si mourir pour la France, c’est vraiment mourir pour l’égalité des races, pour nous-mêmes, nous aussi nous proclamerons sans rechigner que nos frontières sont sur le Rhin ». Mais, commente Schumann, cela implique le droit de vote pour 100 millions de Français. Lors de la guerre d’Algérie, une vingtaine d’années plus tard, le 12 septembre 1957, dans un entretien qu’il m’a accordé, Maurice Schumann, partageant la même visée égalitaire, déplore les perspectives d’avenir incertaines de la politique française puisque « l’Algérie française » impliquerait la présence d’une centaine de députés algériens dans une Assemblée Nationale toujours divisée, et les rendrait donc maîtres des majorités.

8Le deuxième ouvrage La France et l’homme de couleur est dirigé par le cardinal Jean Verdier. Maurice Schumann y évoque « la vraie tradition française » tandis qu’un jeune agrégé de l’Université Léopold Sedar Senghor y explique « ce que l’homme noir apporte ». Senghor fait référence à Maritain, insiste sur la famille africaine et sur l’apport noir en poésie, en musique et en danse avec le swing et le jazz hot. Schumann critique vivement le roman monumental de l’Allemand Flans Grimm, Peuple sans espace·. « À travers ces mille pages », ayant trait à la terre africaine, « on ne rencontre pas un Noir qui ait visage humain. À tous, l’auteur, observe-t-il, jette le cri de Zarathoustra : « Qu’est-ce que le singe pour l’homme ? ». Plus généreux, l’auteur de Mein Kampf se demandait dans sa prison « à quoi cela pouvait bien servir de dresser un demi-singe et de l’habiller en avocat ». À propos de la France, Schumann s’interroge. Pourquoi la conscience coloniale s’éveille-t-elle comme un remords ? Après avoir critiqué la traite des noirs et le Code noir de 1685, il se montre sévère pour les colons algériens qui ont fait échouer le projet de royaume arabe de Napoléon III.

9Le 25 juin 1939, sous le titre « Rome ou la mort », Schumann rappelle que la civilisation chrétienne, qui se reconnaissait dans les efforts de Pie XII en faveur de la paix, faisait face au néopaganisme des états dictatoriaux qu’il qualifie de « nouvel islam ». Le fascisme est englobé dans la réprobation. En effet Schumann s’efforce de détacher les catholiques français de leur sympathie pour Mussolini et Franco. Face au tournant antisémite du fascisme italien, au resserrement de l’axe Rome-Berlin, aux revendications italiennes sur Nice, la Corse et la Tunisie, l’opinion publique française évolue, mais Schumann distingue le régime fasciste dictatorial de plus en plus belliqueux et le peuple italien qui, lui, reste pacifique.

10Le journaliste Schumann participe à deux grands congrès eucharistiques internationaux, à Budapest en mai 1938 et à Alger en mai 1939 qui l’amènent à exprimer ses sentiments. À Budapest, il déplore les propos trop belliqueux du cardinal Goma, primat d’Espagne, mais se réjouit de la rencontre d’un chanoine basque, frère d’un prêtre fusillé par les franquistes, avec le cardinal légat Pacelli. Il assiste à l’entretien du cardinal légat, futur Pie XII, avec les catholiques autrichiens. Pacelli, « germanophile, mais totalement opposé au nazisme » d’après lui, les encourage à la résistance la plus ferme. Il précise : « Dans son discours, Pacelli avait énuméré tous les persécuteurs depuis Dioclétien y compris les plus récents et tout le monde avait reconnu Hitler dans le portrait qu’il avait brossé ».

11À Alger, en mai 1939, selon Schumann, le cardinal Verdier, légat du pape, affiche une détermination antihitlérienne d’une parfaite netteté. Rappelons ici que le cardinal Verdier avait condamné très vivement les persécutions antijuives de la Nuit de Cristal en novembre précédent : « Tout près de nous, au nom des droits de la race, des milliers et des milliers d’hommes sont traqués comme des bêtes fauves, dépouillés de leurs biens, véritables parias qui cherchent en vain au sein de la civilisation un asile et un morceau de pain ».

12Maurice Schumann s’engage doublement contre le nazisme et le pangermanisme dans ces années d’avant-guerre. Avec Jean Daladier, fils du président du conseil Édouard Daladier, il fonde les Jeunesses de l’Empire français qui veulent dresser les 100 millions d’habitants de ce vaste territoire contre les prétentions des états totalitaires. Après Munich à la fin de 1938, il participe, avec ses amis démocrates chrétiens, à la fondation des Nouvelles Équipes françaises, véritable propédeutique à la Résistance au nazisme.

La guerre de civilisation contre le nazisme : Maurice Schumann devient porte-parole de la France libre combattante

13Durant la période de la drôle de guerre et de la défaite, le thème de la guerre de civilisation contre le nazisme est constant chez les autorités chrétiennes. Dans sa lettre aux protestants de France de décembre 1939, Karl Barth appelle à la mobilisation contre le paganisme hitlérien et insiste sur la nature radicalement nouvelle du conflit par rapport à 1914. En effet la Première Guerre mondiale, malgré les discours des propagandes adverses, n’était pas une véritable guerre de civilisation, mais demeurait un conflit terrible entre frères ennemis. La Seconde Guerre mondiale apparaît d’emblée comme un conflit de civilisation mettant en jeu les idéologies, condamnées par le pape Pie XI en mars 1937, des deux puissances totalitaires, Allemagne nazie et Russie soviétique, alliées pour écraser la Pologne, nation à majorité catholique avec une forte minorité juive. Le 23 septembre 1939, le cardinal Verdier, archevêque de Paris, stigmatise « ces deux idéologies monstrueuses que le pape Pie XI a solennellement condamnées, le racisme et le bolchevisme. Face à ces ennemis de la civilisation chrétienne, à ses apôtres du paganisme renaissant, nos soldats commencent la croisade de la liberté, de la fraternité chrétienne ».

14Or le cardinal Verdier, quelques mois auparavant, militait pour la réconciliation du christianisme et des droits de l’homme à l’occasion du cent cinquantenaire de la Révolution française. Christianus dans la Vie intellectuelle du 10 février 1939 saluait la rencontre de l’Église et de la politique française. Dans sa thèse sur Théologie politique et patriotisme en France face au totalitarisme (1933-1940), thèse qui doit paraître prochainement chez de Guibert, Jean Chaunu évoque cette chrétienté paradoxale composée de la France des droits de l’homme et du Royaume-Uni protestant qui affronte le paganisme germanique. Cette chrétienté paradoxale atteint son apogée les 16 et 17 juin 1940 lors de la négociation par Jean Monnet et Charles de Gaulle, sur ordre de Paul Reynaud, du projet d’union franco-britannique mettant en commun la défense, la politique extérieure et l’économie des deux Empires avec un cabinet de guerre unique. L’échec de ce projet amènera pendant un temps le peuple britannique à combattre seul « pour sa propre survie et pour la survie de la civilisation chrétienne » selon le propos de l’agnostique Winston Churchill.

15Dans la France vaincue de l’été 1940, avant que la censure du gouvernement de Vichy ne les fasse taire, plusieurs évêques ont rappelé que notre cause était juste et que nous étions entrés en guerre pour défendre la civilisation chrétienne et la liberté des peuples, comme l’a montré Claude Langlois dans la Revue des sciences politiques en 1972. Écrivant dans le Figaro le 23 juillet 1940, François Mauriac demande aux Français de ne pas se renier et précise : « il n’y a pas à rougir d’avoir choisi la liberté, mais de l’avoir mal défendue ». Le 17 août 1940, Maurice Schumann fait écho à cet article de Mauriac au micro de la BBC.

16En effet Maurice Schumann, mobilisé en septembre 1939, a d’abord servi comme agent de liaison des troupes britanniques. Puis lors de la défaite, il a entendu l’appel du 18 juin. À partir de Saint-Jean-de-Luz, sur un bateau polonais, il gagne l’Angleterre. Reçu par de Gaulle le 30 juin, celui-ci lui annonce que l’aviation de chasse anglaise va livrer dans le ciel de Londres la « Marne » de cette nouvelle guerre. Dès le mois de juillet, de Gaulle nomme Maurice Schumann porte-parole de la France libre à la BBC.

17La thèse de Jean Chaunu, que j’ai dirigée, montre que l’antinazisme, véritable pointe du rejet des idéologies totalitaires, est un ressort puissant s’ajoutant à un profond patriotisme, pour expliquer l’engagement d’un nombre notable de chrétiens dans la France libre et dans la résistance intérieure, tels Edmond Michelet et les membres des Nouvelles Équipes françaises. Edmond Michelet précisera plus tard : « Ma position était plus religieuse que politique parce que le nazisme touchait à des choses essentielles ». De Gaulle lui-même écrit en juillet 1940 à Paul Baudouin, ministre des Affaires étrangères de Vichy : « Un des motifs de lutter jusqu’au bout pour nous chrétiens et catholiques, c’est que l’envahisseur n’est pas seulement l’ennemi de notre patrie, mais aussi l’ennemi de l’Église. Le nazisme a été formellement condamné par Pie XI ». Et de Gaulle précise le 11 mars 1941 dans son message à l’association « Le Glaive de l’Esprit » à laquelle Schumann adhère : « Les prêtres de France, comme les fidèles, n’ignorent pas que la croix gammée prétend se dresser en rivale de la croix du Christ et qu’une victoire hitlérienne nous replongerait dans les ténèbres du paganisme ».

18À Radio Londres, Maurice Schumann évoque les persécutions nazies contre les Églises en Alsace-Lorraine le 20 octobre 1940 et s’adresse aux Français occupés le 23 mars 1941 à l’occasion d’une journée nationale de prières à leur intention qui associe Britanniques et Français combattants. Faisant allusion aux allégations de la propagande de Vichy sur une France londonienne dominée par les juifs et les francs-maçons, il déclare : « Le catholicisme est chez nous à l’honneur parce que nous sommes à l’image de la France ».

19La parution à partir du1er octobre 1941 du journal mensuel Volontaire pour la Cité chrétienne, dirigé par François-Louis Closon et Maurice Schumann, et diffusé dans les unités militaires, a pour but de « regrouper tous ceux qui, dans la France libre, croient à la civilisation chrétienne quelles que soient leurs idées politiques passées et leur rappeler qu’ils ne sont pas des isolés, mais la masse ». Schumann témoignera plus tard à ce propos que la chapelle des volontaires français était pleine à craquer et que l’inspiration et la participation chrétienne à l’intérieur du mouvement de la France libre étaient importantes.

20En 1940, Maurice Schumann avait fréquenté cette chapelle avec Honoré d’Estienne d’Orves. On comprend qu’avec cet environnement, lorsqu’il reçoit le baptême discrètement dans l’oratoire du cardinal Newman à Birmingham, des mains du père oratorien Brodeur, « il n’a pas l’impression d’une conversion mais d’un accomplissement ».

21Concluons en faisant remarquer que, lorsque Charles Maurras traite en mars 1941 Maurice Schumann « d’aboyeur anglo-juif », il lui rend hommage en croyant le dénigrer. En effet, il s’adresse au journaliste comparé à un chien fidèle à ses amis qui aboie longuement pour les prévenir du danger, à l’anglophile qui a misé sur le peuple-sauveur de l’Europe pendant l’été 1940 et au chrétien d’origine juive qui a dénoncé les persécutions des juifs et des chrétiens par les nazis.

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine Université Charles de Gaulle - Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540