Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurice Schumann

 | 
Thibault Tellier
, 
Francis Delannoy
, 
Bruno Béthouart

I. Maurice Schumann. Au regard de l'histoire

Maurice Schumann, journaliste à Havas

Christian Hocq

Texte intégral

1La problématique qui me guidera ici est la suivante :

2En quoi l’expérience de Maurice Schumann à Havas a-t-elle été décisive dans sa vie ?

  • 1 À côté de la branche information, Havas comprend aussi une branche publicité depuis 1857. Elle n’a (...)

3Avant de répondre à cette question, je rappelle que Havas désigne, à l’époque, une agence mondiale de presse, d’information qui en fait l’ancêtre de l’AFP, même si elle a aussi une branche publicité. Elle a été fondée en 1835 par Charles-Louis Havas, d’où son nom.1

  • 2 Voir à ce sujet le livre de Christian Delporte sur Les journalistes en France 1880-1950, Seuil, 199

4Par ailleurs, quand Maurice Schumann devient journaliste, ce métier est en train de se définir2 et ce dans un contexte économique devenu difficile.

5Pour analyser ce sujet, nous disposons de trois sources :

    • 3 Paul-Louis Bret, AU feu des événements. Mémoire d’un journaliste. Londres - Alger 1929-1944, Plon, (...)
    • 4 Pierre Frederix, Un siècle de chasse aux nouvelles. De l’agence d'information Havas à l’Agence Fran (...)

    D’abord, de deux livres de journalistes contemporains, celui de Paul-Louis Bret, qui avait été deux ans le supérieur hiérarchique de Maurice Schumann3 et celui de Pierre Fréderix.4

    • 5 Bruno Béthouart, Histoire du MRP dans l’arrondissement de Lille, Lille 3, sous la dir. d’Yves-Marie (...)
    • 6 François-Xavier Michau, Maurice Schumann de 1911 ci 1940, l’homme et ses écrits, Lille 3, sous la d (...)
    • 7 Thibault Tellier, Maurice Schumann 1939-1945, une voix dans la nuit, Lille 3, sous la dir. de Jean- (...)
    • 8 Jean-Claude Delbreil, Marc Sangnier, Beauchesne, 1997.
    • 9 Christiane Rimbaud, Maurice Schumann, sa voix, son visage, Odile Jacob, 2000

    Ensuite, des témoignages de Maurice Schumann, recueillis par Bruno Béthouart en 19725, François-Xavier Michau en 19856 et Thibault Tellier en 19917 dans le cadre de leur maîtrise à Lille 3, par Jean-Claude Delbreil en 19948 ou encore par Christiane Rimbaud9 les deux dernières années de la vie de Maurice Schumann...

    • 10 Cette communication est faite après lecture des cartons suivants : Arch. nat., Fonds Havas, 5AR 3, (...)

    Enfin, nous disposons du fonds Havas des archives nationales dont j’ai lu une quarantaine de cartons.10

*

6Analysons d’abord quelle expérience il a acquise à Havas...

  • 11 31 candidats ont été reçus. Maurice Schumann était classé 35e, voir aux Arch. nat., Fonds Havas, le (...)

7Maurice Schumann choisit le journalisme après avoir échoué - de très peu - au concours d’entrée à l’École normale supérieure, en juin 1931.11 Atteint d’une grave maladie pulmonaire (d’hémoptysie), son père l’avait envoyé dans un sanatorium. À sa sortie, Schumann a une licence de lettres délivrée par la Sorbonne, le même diplôme qui avait ouvert en 1928 les portes d’Havas à Léon Chadé... Or, un de ses amis lui apprend que la branche information de l’Agence recrute des jeunes dans le cadre de la réorganisation de ses services étrangers.

8En effet, après les Législatives allemandes de septembre 1930 où les nazis avaient percé, le ministre des Affaires étrangères, Aristide Briand, avait décidé de mettre en place un service de propagande dans le monde pour y contrebalancer la propagande antifrançaise. Par la lettre du 24 avril 1931, il avait obtenu d Havas-Information, le renforcement des postes et des services de l’Agence dans le monde comme le contrôle du Ministère sur les informations Havas en provenance et à destination de l’étranger.

  • 12 800000 francs en 1931 équivalent, d’après l’INSEE, à 427 816 euros.

9En échange de quoi, le Ministère rembourserait, à hauteur de 800000 francs par mois12, le surcroît de dépenses résultant de ces nouveaux services. Pour mener à bien cette réorganisation, le Quai d’Orsay avait nommé l’ancien journaliste Léon Rollin...

  • 13 Il avait confié à François-Xavier Michau le 20 février 1985 : « J’y entre en 1932 entre les deux to (...)

10Celui-ci embauche, au printemps 1932, Maurice Schumann, qui intègre l’Agence probablement le 9 mai de la même année, au terme d’une période d’essai13. Il fait donc partie du personnel spécial de l’Agence dont les appointements sont remboursés par le Quai d’Orsay. D’ailleurs, sur chaque document qui sollicite avec succès une augmentation de son salaire, on trouve en marge, écrit au crayon, « d’accord » signé « L.R. ». En effet, Léon Rollin surveillait le rendement général des correspondants Havas à l’étranger comme les crédits alloués par le Ministère à l’Agence.

  • 14 L’importance des services de l’étranger peut être appréciée par les chiffres donnant le total et le (...)

11Le rôle de Maurice Schumann découle de son statut. Au terme d’un apprentissage de quelques mois à Paris, Rollin l’envoie, comme rédacteur, au bureau de Londres, de loin le plus important des bureaux Havas à l’étranger14

  • 15 Arch. nat., Fonds Havas, 5AR 258

12Il y arrive le 2 janvier 1933. Il y fait la connaissance de Paul-Louis Bret, qui dirige le bureau depuis décembre 1929, et de Pierre Maillaud, sous-directeur depuis peu. Schumann est affecté au service de nuit. Sa tâche consiste notamment à assister aux séances parlementaires et à y prendre des discours en note. La tâche est fatigante, surtout pour un homme comme lui de santé fragile. Il doit s’arrêter huit jours en juin 1934 pour partir en convalescence. Puis, en décembre, la fin d’un discours échappe à son attention... Mais cet accident ne lui porte pas préjudice. Paul-Louis Bret prend sa défense écrivant aux directeurs Havas de Paris qu’il a été jusque-là « le meilleur et le plus consciencieux rédacteur de ce bureau »15.

13La valeur professionnelle du journaliste Maurice Schumann est très tôt remarquée.

14Dès mars 1933, Bret sollicite pour lui une augmentation de son salaire, qu’il obtient en juillet, à l’issue de la conférence économique et monétaire de Londres.

  • 16 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

15En effet, cet événement constitue la première expérience de Schumann comme reporter. Il entre en juin et juillet 1933 dans le « grand journalisme », selon son expression16. Il assiste en permanence à cette conférence internationale et y côtoie, pour la première fois, de nombreux ministres importants. Il a 22 ans...

16Cette expérience ne met pas fin à son service de nuit qu’il doit reprendre ensuite.

17Mais son rôle à Havas a dû s’accroître car le grand quotidien Paris Soir, dont le tirage dépassait un million d’exemplaires en 1933, tente de le « débaucher » en février 1934. La réputation de Schumann dépasse déjà les cadres de l’Agence. Mais il refuse de devenir correspondant de ce journal, pourtant en plein développement depuis sa reprise en 1930 par l’industriel Jean Prouvost.

18En effet, une agence d’information bénéficie d’un prestige inégalé lié à sa fonction.

  • 17 Ernest Pezet, Défense et illustration de la France sous les yeux du monde, Spes, 1935.

19La presse dépend des nouvelles qu'elle lui transmet. Le travail en agence est beaucoup plus imprégné de rationalité que celui dans un quotidien en quête de sensationnel. Havas a également une réputation d’honnêteté plus grande que celle des journaux. « Elle est pleine de respectabilité » comme l’écrit le journaliste devenu député, Ernest Pezet17. D’autre part, la rapidité avec laquelle l’Agence distribue les informations à ses abonnés rend le contrôle de Léon Rollin sur elles plus théorique qu’effectif... Schumann est également plus à l’aise dans un journalisme faisant office de service public que dans celui guidé par des impératifs de rentabilité.

  • 18 Les deux pseudonymes les plus utilisés par lui étaient André Sidobre et Maurice Jacques.
  • 19 À partir d’avril 1939, la direction d’Havas rappelle avec insistance à tous que leur collaboration (...)

20Certes, son nom appartient en exclusivité à l’Agence. Mais il tourne la difficulté en utilisant des pseudonymes18. D’autre part, cette règle, qui n’est pas appliquée avec beaucoup de rigueur jusqu’au printemps 1939, vise surtout les correspondants à l’étranger19.

  • 20 Maurice Schumann étudie les platoniciens de Cambridge parallèlement à son travail pour l’Agence à L (...)

21Il n’est pas exclu non plus que le travail à Havas ait semblé à Schumann moins « stressant que celui proposé à Paris Soir, plus facile à concilier avec la poursuite de ses études de philosophie »20. Enfin et surtout, Havas est la doyenne de toutes les agences d’information du monde. Elle contribue beaucoup à façonner l’image de la France à l’étranger comme à y défendre ses intérêts... En faire parti constitue donc un honneur pour Schumann, qui a le sentiment ainsi d’appartenir grâce à elle à l’aristocratie des journalistes.

  • 21 Arch, nat., Fonds Havas, 5AR 258. Schumann « a refusé [...] le poste de correspondant à Paris-Soir (...)

22Havas lui a été reconnaissante de sa décision car elle lui a accordé une seconde augmentation de son salaire en mai 1934, sans qu’il l’ait demandée21.

  • 22 « Maurice Schumann », Historia, no 447, février 1984.

23Son retour à Paris, en février 1935, le libère du service de nuit. Il devient reporter. En effet, Paul-Louis Bret s’étant récusé, Schumann le remplace pour accompagner, en mars et avril, le ministre britannique des Affaires étrangères, Sir John Simon et son adjoint, Anthony Eden, à Berlin, puis le second seul à Moscou, Varsovie et Prague. Schumann y mène une tâche officieuse. Avant son départ, Charles Rochat, le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères, l’avait convoqué pour lui demander de lui transmettre à son retour toutes ses informations et impressions22.

  • 23 Barthou avait été ministre des Affaires étrangères de février à octobre 1934. Il était convaincu de (...)

24Son rôle ne consiste donc pas à relater seulement des faits. Schumann oeuvre pour qu’un lien s’établisse entre l’Entente cordiale franco-britannique et les alliances orientales de la France, comme l’alliance francotchécoslovaque. Il est convaincu que contenir l’Allemagne nazie passe par cette alliance à revers. C’est pourquoi, surmontant sa répulsion pour le régime stalinien, il est également favorable à la conclusion d’une alliance franco-soviétique. Il s’agit donc moins pour lui de servir un gouvernement particulier ou un de ses membres, que les intérêts de son pays et de la paix. D’ailleurs, l’action de Schumann s’inscrit beaucoup plus dans la ligne de l’ancien ministre Louis Barthou, que de son successeur au Quai d’Orsay, Pierre Laval, qui, deux mois après le reportage de Schumann, conclut avec Staline un pacte... dépourvu de toute obligation militaire, donc dénué d’efficacité23. La fin de son compte rendu rédigé le 5 avril 1935, à l’issue de la rencontre entre Eden et le président tchécoslovaque Bénès, ne révèle pas un indicateur du Quai d’Orsay, mais plutôt un jeune journaliste qui a déjà des convictions et pris de l’assurance. « Il appartient maintenant aux grandes puissances, y écrit-il notamment, de prendre leurs responsabilités » [...].

25À l’issue de ce voyage, il intègre le service du reportage où un poste se libère en avril 1935 avec l’appel sous les drapeaux d’un de ses membres. Il devient désormais reporter à part entière.

  • 24 Jeanne Scelles-Millie, Algérie, dialogue entre Christianisme et Islam, L’Harmattan, 2003.

26Par ailleurs, l’intérêt de Schumann pour les questions religieuses comme ses nombreuses relations au sein du monde catholique, amènent la direction d’Havas à le choisir comme son envoyé spécial pour couvrir les congrès eucharistiques de Budapest en 1938 et d’Alger en 1939. Au premier, il introduit un chanoine basque espagnol, ardent républicain, auprès du futur Pie XII pour contrecarrer l’influence des ecclésiastiques acquis à Franco. Au second congrès, il demande à visiter le camp des républicains espagnols réfugiés en Algérie24 [...]

27Quand la guerre éclate, Maurice Schumann est devenu chef-adjoint du grand reportage.

28Mais bien que réformé pour raison médicale, il s’engage au service armé. C’est pourquoi, il refuse le poste de correspondant de guerre auprès de l’armée britannique que lui propose Havas. Il quitte donc l’Agence en septembre 1939.

*

29Il convient maintenant d’analyser ce que ces sept années de journalisme passées à Havas lui ont apporté...

30- Il y a noué d’abord des liens personnels qui lui seront précieux par la suite.

  • 25 Entretien avec Thibault Tellier, 9 février 1991.

31Quand il débarque ainsi à Londres le 28 juin 1940, c’est un ancien collègue d’Havas, Gervil Frehache, qui l’héberge et lui donne l’adresse du général de Gaulle. C’est donc grâce à lui qu’il a pu rencontrer dès le 30 juin le Général25. Il retrouve aussi à Londres Pierre Maillaud, qui devient, sous le nom de Pierre Bourdan, l’un des principaux animateurs de l’émission « Les Français parlent aux Français ».

  • 26 Arch, nat., Fonds Havas, 5AR 259
  • 27 Soit l’équivalent de 2 400 euros pour Maillaud et 1 800 euros pour Schumann.
  • 28 Soit l’équivalent de 2362, 5 euros pour Schumann, 3 938 euros pour Maillaud.
  • 29 Entretien de l’auteur avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, 10 novembre 2006. Il a reconnu qu’il avait (...)

32Certes, selon Paul-Louis Bret, Schumann avait demandé en 1935 à rentrer à Paris parce qu’il n’y supportait plus l’autorité de Maillaud26 [...] Les deux hommes avaient presque le même âge. A quelques mois d’intervalle, ils avaient été embauchés tous les deux par Léon Rollin et envoyés par lui à Londres. Mais Maillaud y avait touché d’emblée 4000 F, Schumann... 3 00027. Même après ses deux augmentations de salaire, avec 3750 F d’appointements en mai 1934, Schumann restait beaucoup moins rémunéré que Maillaud, qui recevait à la même date... 6210,50 F28. Que Schumann ait mal vécu cette situation est d’autant plus vraisemblable qu’il avait entrepris des études supérieures que Maillaud n’avait pas faites. Mais, les deux hommes s’estimaient aussi beaucoup, restaient très liés29, au point qu’après la mort de Maillaud/Bourdan en 1948, Schumann en a fait un modèle de journaliste et a créé et dirigé l’Association des amis de Pierre Bourdan.

33Schumann avait aussi connu Léon Chadé, qui avait été le rédacteur en chef-adjoint d’Havas. Or il le retrouve à la Libération à la direction de La Voix du Nord où Jules Houcke l’avait nommé. Connaissance précieuse pour Schumann qui se présente, à partir de 1945, à la députation dans le Nord...

- d’autre part, Havas lui a donné l’occasion de connaître des lieux et de rencontrer des personnalités politiques qui influeront sur ses choix ultérieurs.

34Son expérience Havas lui a ainsi permis de très bien connaître Londres, où il avait travaillé deux ans et était retourné en 1937 pour couvrir le mariage du duc de Windsor. C’est pourquoi cette expérience a indubitablement facilité sa décision de rejoindre Londres dès juin 1940. Il n’a jamais eu le sentiment d’avoir réalisé par là un saut dans l’inconnu, une rupture dans sa vie.

  • 30 Entretien de l’auteur avec le docteur Knockaert, 15 septembre 2006.

35D’ailleurs « Schumann n’est pas l’homme des ruptures, mais celui des déchirements intimes » comme l’a noté le docteur René Knockaert qui l’a bien connu30 [...].

36Il retrouve aussi à Londres Bénès et surtout Anthony Eden, devenu ministre de la Guerre de Churchill. Amitié importante – quand on sait le rôle décisif joué par Eden pendant la guerre pour aplanir les différends entre de Gaulle et le Premier ministre britannique et plaider la cause du premier auprès du second...

- Sa collaboration à Havas a éveillé chez lui un intérêt, une passion même, pour les questions internationales jamais démentis par la suite.

37Son travail pour l’Agence l’a aidé à pressentir les événements tragiques qui suivirent. En effet, alors que la grande majorité de la presse française et britannique se félicite des accords signés avec Hitler, Schumann écrit dans La Vie intellectuelle du 10 octobre 1938 : « l’annexion du pays des Sudètes constitue non pas la conclusion, mais la préface d’un projet d’expansion beaucoup plus vaste ». Si Schumann envisage une guerre - à terme - entre l’Allemagne nazie et l’URSS de Staline, il prévient : « Une marche vers l’Ouest doit précéder la grande marche vers l’Est ».

38C’est pourquoi, « s’il est vrai que l’accord de Munich [...] expulse la Russie du concert européen [...] un nouveau risque s’ajoute, le danger d’une réconciliation germano-russe [...], d’une conjonction, au moins provisoire, entre la force russe et la force allemande. »

  • 31 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

39Comme il l’avait confié à F.-X. Michau, « il est incontestable que le métier que j’ai exercé alors m’a beaucoup préparé à la. politique étrangère »31...

  • 32 Maurice Schumann a appartenu à la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée consultative de (...)

40L’atteste son appartenance, pendant toute sa carrière de député, à la commission des Affaires étrangères, qu’il présidera pendant dix ans, le fait qu’il ait été ministre des Affaires étrangères sous la Ve République après en avoir été son secrétaire d’État sous la IVe32. Par ailleurs, après-guerre, beaucoup de ses éditoriaux au quotidien l’Aube comme la plupart de ses articles au mensuel Réalités seront consacrés aux relations internationales.

41La continuité l’emporte ainsi avec la période d’avant-guerre. En effet, c’est son appartenance à Havas qui avait incité les dominicains de La Tour Maubourg à solliciter sa collaboration à leurs revues pour qu’il y rédige essentiellement des chroniques... de politique étrangère.

- Enfin son travail à Havas a contribué à sa progressive adhésion au catholicisme, réalisée par son baptême en 1942.

  • 33 Schumann avait déjà rencontré en 1936 le cardinal Verdier pour qu’il signe un appel en faveur des r (...)
  • 34 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

42En couvrant pour l’Agence l’inauguration de la basilique de Lisieux en 1937, il rencontre pour la première fois le cardinal Pacelli, le futur Pie XII. Havas lui donne l’occasion de le revoir l’année suivante à Budapest et d’y mesurer surtout son hostilité au nazisme. Par ailleurs, Havas lui permet de revoir, en mai 1939 à Alger, le cardinal Verdier33. « Les déclarations que j’y ai recueillies marquaient une détermination antihitlérienne d’une parfaite netteté. Tout cela a introduit davantage d’unité dans ma vie »34.

43Ses reportages lui ont permis de réaliser combien l’Église ne se confondait pas toute entière avec ceux qui l’instrumentalisaient politiquement pour mieux trahir son message. Cette conviction s’était renforcée aussi de la fréquentation de personnalités comme Daniel Rops, François Mauriac et surtout Jacques Maritain, dont la foi chrétienne les avait conduits à combattre les fascismes sans merci. Mais aurait-il pu côtoyer ces hommes à Sept, à Temps Présent ou à la Vie intellectuelle s’il n’avait pas appartenu à Havas ?

44Ainsi, ces sept années de collaboration à cette agence ont été décisives dans sa vie car elles ont posé les jalons de sa carrière journalistique et politique, comme de son engagement catholique.

45Elles ont été pour lui d’autant plus formatrices que son rôle s’est progressivement accru au sein de l’Agence, en corrélation avec la reconnaissance croissante de sa grande valeur professionnelle.

Notes

1 À côté de la branche information, Havas comprend aussi une branche publicité depuis 1857. Elle n’a cessé de se développer au point de dépasser l’activité de la branche information. Comme la branche publicité est excédentaire, elle tend à combler le déficit de la branche information, qui s’aggrave au cours des années trente. Schumann n’a jamais appartenu qu’à la branche information. C’est pourquoi elle est la seule évoquée dans cette communication.

2 Voir à ce sujet le livre de Christian Delporte sur Les journalistes en France 1880-1950, Seuil, 1999

3 Paul-Louis Bret, AU feu des événements. Mémoire d’un journaliste. Londres - Alger 1929-1944, Plon, 1959.

4 Pierre Frederix, Un siècle de chasse aux nouvelles. De l’agence d'information Havas à l’Agence France-presse 1835-1957, Flammarion, 1959.

5 Bruno Béthouart, Histoire du MRP dans l’arrondissement de Lille, Lille 3, sous la dir. d’Yves-Marie Hilaire, 1972.

6 François-Xavier Michau, Maurice Schumann de 1911 ci 1940, l’homme et ses écrits, Lille 3, sous la dir. d’Yves-Marie Hilaire, 1985.

7 Thibault Tellier, Maurice Schumann 1939-1945, une voix dans la nuit, Lille 3, sous la dir. de Jean-François Sirinelli, 1991.

8 Jean-Claude Delbreil, Marc Sangnier, Beauchesne, 1997.

9 Christiane Rimbaud, Maurice Schumann, sa voix, son visage, Odile Jacob, 2000

10 Cette communication est faite après lecture des cartons suivants : Arch. nat., Fonds Havas, 5AR 3, 17, 36, 84 et 85, 108, 132, 163, 182, 202, 248, 249, 250, 251, 257, 258, 259,260 et 261,279 et 280, 298, 304, 305, 306, 327 et 328, 411,427,436,437, 438, 442, 444, 445, 454 et 489.

11 31 candidats ont été reçus. Maurice Schumann était classé 35e, voir aux Arch. nat., Fonds Havas, le carton 61 AJ.

12 800000 francs en 1931 équivalent, d’après l’INSEE, à 427 816 euros.

13 Il avait confié à François-Xavier Michau le 20 février 1985 : « J’y entre en 1932 entre les deux tours de l’élection présidentielle ».
Plusieurs documents datés de novembre et décembre 1932 annoncent l’arrivée imminente de Maurice Schumann au bureau de Londres : ils confirment son appartenance déjà à l’Agence. Comme par ailleurs Maurice Schumann avait passé l’oral du concours de TENS, en juin 1931, on peut penser que 1932 a bien été l’année où Schumann est entré à Havas. Cependant, il n’y a jamais eu deux tours à l’élection présidentielle de 1932... En effet, si l’assassinat du président Doumer, le 6 mai, a provoqué une élection présidentielle, un seul tour a suffi le 10 mai 1932 pour qu’Albert Lebrun soit élu Président...
L’hypothèse la plus vraisemblable est donc que Maurice Schumann ait gardé le souvenir, 53 ans après les faits, d’être entré à Havas entre deux élections. L’une était bien présidentielle, mais l’autre, qui avait eu lieu deux jours avant, le 8 mai, était une élection législative...
C’est pourquoi, dans l’état actuel de mes recherches, je pense que la date d’entrée de Maurice Schumann à l’Agence est probablement le 9 mai 1932.

14 L’importance des services de l’étranger peut être appréciée par les chiffres donnant le total et les moyennes des mots reçus en décembre 1934 :
Image 100000000000015C0000005382FA36A3.jpg

15 Arch. nat., Fonds Havas, 5AR 258

16 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

17 Ernest Pezet, Défense et illustration de la France sous les yeux du monde, Spes, 1935.

18 Les deux pseudonymes les plus utilisés par lui étaient André Sidobre et Maurice Jacques.

19 À partir d’avril 1939, la direction d’Havas rappelle avec insistance à tous que leur collaboration à Havas doit être exclusive. Cependant, elle précise que la règle ne s’applique pas avec la même rigueur au personnel de Paris qu’aux correspondants à l’étranger car les premiers sont moins bien payés que les seconds. (Arch. nat., Fonds Havas, 5 AR 261). Or Schumann appartient au personnel de Paris depuis février 1935.

20 Maurice Schumann étudie les platoniciens de Cambridge parallèlement à son travail pour l’Agence à Londres. Entretien avec Jean-Claude Delbreil le 5 juillet 1994.

21 Arch, nat., Fonds Havas, 5AR 258. Schumann « a refusé [...] le poste de correspondant à Paris-Soir par attachement au travail Havas dont le sérieux satisfait particulièrement le caractère de l’intéressé » écrit Bret aux directeurs de l’Agence à Paris le 6 avril 1934. Il demande que ses appointements augmentent de 500 F. « D’accord » lui répond L.R. (Rollin)

22 « Maurice Schumann », Historia, no 447, février 1984.

23 Barthou avait été ministre des Affaires étrangères de février à octobre 1934. Il était convaincu de nécessité d’alliances avec l’URSS et la Tchécoslovaquie pour prendre à revers l’Allemagne nazie. Laval, qui lui succède au quai d’Orsay, d’octobre 1934 à janvier 1936, ne partage pas ce point de vue.

24 Jeanne Scelles-Millie, Algérie, dialogue entre Christianisme et Islam, L’Harmattan, 2003.

25 Entretien avec Thibault Tellier, 9 février 1991.

26 Arch, nat., Fonds Havas, 5AR 259

27 Soit l’équivalent de 2 400 euros pour Maillaud et 1 800 euros pour Schumann.

28 Soit l’équivalent de 2362, 5 euros pour Schumann, 3 938 euros pour Maillaud.

29 Entretien de l’auteur avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac, 10 novembre 2006. Il a reconnu qu’il avait existé une jalousie entre eux.

30 Entretien de l’auteur avec le docteur Knockaert, 15 septembre 2006.

31 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

32 Maurice Schumann a appartenu à la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée consultative de 1944 à l’Assemblée nationale de 1973. Il l’a présidé d’octobre 1957 à mars 1967. Secrétaire d’État aux Affaires étrangères d’août 1951 à juin 1954, il a occupé le quai d’Orsay de juin 1969 à mars 1973.

33 Schumann avait déjà rencontré en 1936 le cardinal Verdier pour qu’il signe un appel en faveur des républicains espagnols réfugiés en France. En 1939, il collabore, avec ce cardinal, à l’ouvrage collectif L’homme de couleur, publié par Plon.

34 Entretien avec François-Xavier Michau, 20 février 1985.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540