Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Conclusions

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Au-delà de leur diversité, qui fait la richesse d’un colloque, les communications permettent d’esquisser quelques pistes de conclusions provisoires et d’évaluer la spécificité des activités résistantes des femmes.

2Comme les hommes, les femmes de Belgique et de zone interdite s’engagent de manière précoce. Le calendrier de l’invasion, les conditions de l’occupation, suscitent des actions où la solidarité exerce une forte influence. Héberger les soldats qui refusent la captivité, les aider à s’évader, sont des choix qui entraînent la « complicité avec l’ennemi » ; ils sont donc des formes de résistance sans avoir de charge véritablement militaire ou politique. La dégradation des conditions de vie et les difficultés persistantes, donnent de la force à la revendication sociale autour de la problématique du ravitaillement et, donc, des modalités de l’occupation. Quand bien même ces « manifestations de ménagères » sont elles exploitées politiquement, leur organisation se nourrit de sources bien réelles. Dans un cas comme dans l’autre, ces comportements appartiennent plutôt à l’exercice de la féminité telle que les sociétés l’entendent.

3La mobilisation n’est pas inférieure à celle que l’on rencontre dans d’autres régions en France même si l’activité résistante engage une minorité des femmes. Par ailleurs, s’il est vrai que toutes les classes d’âge sont représentées, les recrutements féminins permettent de discerner deux générations. Les jeunes adultes sont les plus nombreuses ; c’est aussi le cas des hommes. Pourtant, dans le Nord-Pas-de-Calais, comme en Belgique, des femmes d’âge plus mûr interviennent alors que l’avancement en âge semble dissuader les hommes. En fait, à la génération qui, jeune, a connu l’occupation de 1914-1918, se superpose celle qui ébauche son émancipation à travers l’activité professionnelle ou le militantisme au sein des mouvements de jeunesse. Une résistance plus « activiste » coexiste donc avec une « résistance de solidarité » à laquelle peuvent participer des femmes plus âgées. La différenciation n’est jamais tranchée. Dès lors, si le couple et la famille semblent jouer un rôle complexe dans l’engagement, le célibat, la culture sociale et politique, en revanche, influencent beaucoup la décision. Le niveau de formation et l’activité professionnelle contribuent, enfin, à la prise de responsabilité au sein de l’organisation, réseau ou mouvement.

4Si les parcours sont diversifiés, deux formes d’action sont privilégiées. L’influence des communistes, dans un ensemble territorial urbanisé et industriel, offre un large champ d’action aux revendications sociales. Mais ce qui domine c’est en fait le réseau aux activités enchevêtrées : hébergement, faux papiers, sauvetage des réprouvés, diffusion de la presse, courriers ou agents de liaison. Ces réseaux permettent d’utiliser le foyer, n’entravent pas nécessairement la vie familiale ou celle du couple mais imposent des risques considérables puisque la répression allemande ou vichyssoise s’y exerce plus aisément. S’il est vrai que l’occupant peut retenir des circonstances atténuantes pour les femmes – éviter de les prendre comme otages, ne pas utiliser la torture parfois à l’encontre des captives – la complexité des tâches et leur imbrication placent les femmes devant des risques de sanctions analogues à ceux que rencontrent les hommes surtout quand les fonctions se « virilisent ». La répression semble admettre, elle aussi, un statut traditionnel de la féminité qu'elle oublie en cas de port ou de cache d’armes ou de prise de responsabilités.

5La Résistance a-t-elle été, dans ces conditions, une école d’émancipation ? La Belgique offre un terrain d’investigation fort intéressant. Les contrastes et les nuances empêchent de dessiner un paysage homogène. En effet, si l’activité résistante permet de promouvoir des femmes à travers la clandestinité – responsabilités au sein des réseaux ou des organisations – il faut souligner que les fonctions dirigeantes sont rares et que les nouveaux statuts ne se pérennisent pas. Les hommes, qui exercent les responsabilités, définissent des limites à l’action féminine que les femmes acceptent. Enfin, si pérennisation des promotions il y a, elle s’inscrit, le plus souvent, dans le champ du social au service des victimes.

6La Résistance aurait-elle été une parenthèse ? Certes, bien des résistants, ayant fait « leur devoir » retournent à la discrétion et à l'anonymat ; les femmes n’échappent pas à cet environnement. Néanmoins, les hommes qui souhaitent faire fructifier leur activité résistante, au titre d’une carrière politique, peuvent y parvenir, du moins un certain temps. En revanche, ni en Belgique ni en France, les femmes ne réussissent l’investissement politique. La pression masculine pèse-t-elle ? En fait, les femmes ne sont ni prêtes à « la révolution » ni préparées à un changement brutal de leur statut. C’est, du moins, le témoignage quelles livrent quand l’aventure s’est achevée. Le manifeste de l’Union des Femmes Françaises, rédigé fin août 1944 à Lille, est, à cet égard, particulièrement révélateur. Rappelant leur rôle social pendant l’occupation et revendiquant, avant les journées de la Libération, la reconnaissance du rôle des femmes dans la France nouvelle, les rédactrices dessinent une répartition classique des responsabilités : aux hommes les combats libérateurs, aux femmes l’exercice de fonctions familiales et sociales et plus généralement de missions non « viriles ». L’octroi du droit de vote devient pour elles un moyen d’exercer ces fonctions en pleine responsabilité mais dans des champs séparés et bien différenciés.

7Ce n’est donc pas leur « embarquement dans une guerre d’hommes » que les femmes de Belgique et de zone interdite veulent faire reconnaître et légitimer, mais plutôt la complémentarité de leurs fonctions.

Auteur

Université de Lille 3 - IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540