Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Motivations et activités des Résistantes

Comparaison France du Nord - France du Sud

Christiane Goldenstedt

Texte intégral

1En 1995, Rita Thalmann souligne :

  • 1 R. Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », dans CLIO, Histoire, F (...)

« Cinquante ans après la libération de la France, alors que disparaissent les derniers témoins, le rôle des femmes dans la Résistance... reste encore à écrire »1.

  • 2 Les femmes dans la Résistance, Actes du colloque tenu à l’initiative de l’Union des femmes français (...)
  • 3 Voir M. L. Rossiter, Women in the Resistance, New York, 1986, M. Collins Weitz, Les combattantes de (...)
  • 4 D. Veillon, « Les femmes anonymes dans la Résistance », Les femmes dans la Résistance, sous la dire (...)
  • 5 R. Thalmann, op. cit., p. 35.
  • 6 M.-F. Brive, « Les Résistantes et la Résistance », dans CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, Résista (...)

2Après le colloque tenu par l’Union des femmes françaises en 1975, Les femmes dans la Résistance2, nombre de journalistes, d’écrivains et d’historiens ont écrit sur la Résistance féminine3, ce qui amène Dominique Veillon à dire qu’il n’est plus tout à fait juste de parler des « oubliées de l’histoire » ni de ville « engloutie »4. Pourtant, je partage le point de vue de Rita Thalmann qui espère « que les historiennes des nouvelles générations auront à cœur de rendre un nom, un visage, à celles qui se sont engagées au péril de leur vie pour défendre la liberté et la démocratie dont elles bénéficient aujourd’hui »5. Malheureusement, la plupart des Résistantes continuent à se conformer à l’image attendue de la féminité : modestie et discrétion6, ce qui incite à minimiser leur rôle et leurs actions dans la Résistance.

  • 7 V. Chatenay, Mon journal du temps du malheur, (Angers-Fresnes-Londres-Angers), p. 160, p. 220, p. 2 (...)
  • 8 Voir le témoignage de La Princesse de Croy, le 9 janvier 1999 ; P. Grey, chanoine du Chapitre d’Ami (...)
  • 9 Voir P. Grey, op. cit., p. 62. En Belgique, à la même époque, le Prince de Ligne avait recueilli pl (...)

3Pour preuve, Anne-Marie Chateney-Crémer, qui n’avait jusqu’à présent jamais officiellement parlé de ses activités de Résistante, ne dévoile pas dans le témoignage qu'elle m’a accordé, qu'elle a été agent de liaison. De plus, elle tait également le fait qu'elle a soutenu sa mère dans les actions de sauvetage aux Pyrénées et de plus, elle ne mentionne pas non plus que sa mère ait été déportée au camp de concentration de Ravensbrück7. De même, la Princesse de Croÿ ne dévoile pas dans son témoignage que toute la famille a travaillé dans la Résistance et que sa mère a été décorée de la Légion d’honneur par François Mitterrand8. De plus, la famille de Croy avait hébergé 25 enfants juifs et les princesses s’occupant de leurs repas9.

  • 10 Parmi elles, il y a 13 catholiques, 5 protestantes, 8 juives, 4 chrétiennes, 3 sans confession, 3 s (...)

4De 1999 à 2005, j’ai interrogé 36 Résistantes dont 6 Résistantes belges à l’aide d’un questionnaire10.

5Le thème de mon intervention Motivations et activités des Résistantes, Comparaison France du Nord – France du Sud s’apparente à celui du Graal. Pour quelles raisons ?

    • 11 Voir J. Sainclivier, D. Veillon, « Sens et formes de la Résistance française », dans La Résistance (...)
    • 12 Voir L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », dans La Résistance e (...)
    • 13 Voir G. Ferrières, dans M. Collins Weitz, « Les combattantes de l’ombre, Histoire des femmes dans l (...)
    • 14 Charline Roy Haag : « Tous les habitants du village étaient résistants. Une seule famille « collabo (...)
    • 15 Témoignage de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000.

    Une comparaison entre les motifs des Résistantes de la France du Nord et de la France du Sud est difficile à établir, car les motivations ont été influencées par des facteurs familiaux, politiques, religieux, sociaux, professionnels, psychologiques et par d’autres circonstances (le hasard, le recrutement de la Résistance, l’ancrage local, l’institution du STO etc.)11. De plus, le poids de la mémoire a également joué un rôle12. Quant aux Résistantes protestantes13, elles font souvent référence à Marie Durand qui a été arrêtée et emprisonnée dans la Tour de Constance de 1728 à 1743, parce qu'elle refusait d’abjurer sa foi. Dans d’autres témoignages, il y a des Résistantes qui soulignent le rôle important des femmes pendant la Révolution française14 ou qui se réfèrent même au matriarcat celte15.

    • 16 Voir les témoignages de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000 et de Régine Chatelain, le 28 juin 2 (...)
    • 17 Voir le témoignage de Régine Chatelain, le 28 juin 2000 et d’Hélène Viannay, le 30 janvier 1999. Ol (...)

    Il s’ensuit que les motivations des Résistantes ne sont pas toutes identiques et pas principalement dépendantes de l’ancrage local. Pour preuve : Les motivations des Résistantes qui appartenaient au même mouvement ou réseau étaient parfois différentes (voir témoignages entre amies16 ou entre les couples)17.

    • 18 Voir les témoignages d’Emma Ickowicz, le 14 mars 2005 et de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier (...)
    • 19 Voir le témoignage de Marie-José Chombart de Lauwe, le 24 mai 1999.

    Il y a des exceptions : Chez quelques Résistantes juives et alsaciennes, l’ancrage local joue un rôle, car quelques-unes qui ont connu beaucoup de déménagements dus à l’annexion de l’Alsace-Lorraine et/ou aux persécutions juives par le régime nazi (par exemple : les rafles de Vel-d’hiv en 1942 à Paris). Ce sont des Résistantes qui quittent ou sont obligées de quitter l’Alsace-Lorraine ou la zone occupée dans le but de s’installer dans la zone dite libre. Ces Alsaciennes réfugiées en zone sud constituent des « réfractaires potentielles » pour la Résistance18. De même, il y a des points d’appareillage au nord des Côtes-du-Nord, cela veut dire qu’il y a des fortifications sur la côte face à l’Angleterre, des lieux stratégiques pour les Alliés19. Le sens de la Résistance dans ces régions à forte identité est certes patriotique, mais s’appuie aussi sur une identité régionale. Ces circonstances jouent souvent un rôle considérable dans leur entrée en Résistance.

6Voici quelques témoignages qui montrent la complexité du sujet :

7France du Nord :

Témoignage d’Évelyne Sullerot (Lycéenne, nombreux déménagements : Royan, Uzès, Compïègne, Paris, Compiègne, Paris, Compiègne, Paris. Réseau : Charles Verny ; rattaché au mouvement : Organisation civile et militaire des Jeunes ; en 1944 : contacts avec un maquis en Sologne ; activités : coursière/agent de liaison ; transports d’armes ; tracts ; ravitaillement, parachutage, renseignements ; profession après la guerre : historienne/sociologue ; confession : protestante).

Elle s’est engagée pour : « Défendre la France, libérer la France, faire partir les Allemands, nos ennemis, qui étaient partout et occupaient notre pays et avaient détruit la ville d’enfance, Compiègne. Rétablir la République. Objectifs chrétiens aussi, car toute ma famille était très pratiquante et « anti-papiste », donc hostile à la collusion Vichy-catholicisme. Faire une résolution sociale aussi, par esprit de justice. Mais surtout libérer notre pays » (Témoignage Évelyne Sullerot, le 2 février 1999)

8France du Sud :

  • 20 C. Monier (dir.), Les chemins de la Résistance à Bollène et dans le canton (1939-1944), Bollène 200 (...)

Témoignage d’Andrée Monier-Blachère, ouvrière à Bollène-Vaucluze, mariée ; une fille, née le 5 novembre 1941 ; communiste, CGT, agent de liaison pour le parti communiste clandestin.20

« Je me suis engagée dans la Résistance en août 1943, au sein du Parti Communiste Français clandestin. J’avais 21 ans. Mon mari instituteur avait été révoqué par le gouvernement de Vichy en juillet 1940 et à cette date, il avait rejoint la Résistance dans le Parti communiste [...] Ma vie de Résistante m’a fait devenir communiste, car j’admirais leur courage, leur combativité. Je n’étais pas pour attendre le jour J, je voulais me battre immédiatement. C’est ce que faisaient les communistes. C’est pourquoi j’ai rejoint le Parti communiste clandestin ». (Témoignage d’Andrée Monier-Blachère, le 1er février 2005)

  • 21 C. Monier (dir.), op. cit.

9Dans la petite ville de Bollène (Département du Vaucluse), il y avait des rapports très étroits entre le Parti communiste et la Résistance. Bollène était une petite ville industrielle (industries de la céramique jusqu’en 1960). Les ouvriers, fortement syndiqués, adhérèrent majoritairement au Parti communiste dès sa création en 1920. Dès 1920, Bollène a été géré par des conseils municipaux communistes ou très proches jusqu’en septembre 1939 où les élus communistes et sympathisants ont été déchus de leur mandat par le gouvernement Daladier. Ceci explique peut-être pourquoi à Bollène, ce sont les communistes qui ont joué un rôle très important dans la Résistance intérieure21.

10France du Sud :

Témoignage de Marie-Louise Streisguth, Alsacienne, profession : médecins du travail au ministère du travail ; a réformé un très grand nombre de jeunes pour les sauver du STO (départ des jeunes : Puy de Dôme), liaison avec le réseau Mithridate, déportation avec sa mère et sa servante à Ravensbrück.

« Originaire de Strasbourg, nous avons évacué cette ville avant l’arrivée des Allemands. Nous n’y sommes plus retournés et je n’ai pas choisi l’annexion allemande ! que le gouvernement de Vichy a autorisé et que bien des Alsaciens ont refusée. C’était donc dès le début de la guerre que je suis entrée en résistance, car je vous rappelle que l’Alsace est française depuis Louis XIV. Mon frère et ma mère ont réagi de la même façon. C’est dire que mon éducation a donc joué un rôle important dans mon combat. [...] Il faut vous rappeler que les Alsaciennes ont supporté le joug allemand de 1870 à 1918, c’est-à-dire 48 ans ! et que les enfants que nous étions n’étaient pas prêts à recommencer ! » (Témoignage de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999)

11Il est difficile d’établir des comparaisons entre zone nord et zone sud, mais il y a toutefois des nuances à constater. Dans une deuxième démarche, j’aborde les activités des Résistantes en France du Nord et en France du Sud.

Quels étaient les facteurs les plus importants pour entrer en Résistance avant d’établir une comparaison entre zone nord et zone sud ?

Les motifs

- L’héritage familial – le poids le plus important

  • 22 C. Levisse-Touzé, « Les femmes dans la France libre », dans Les femmes dans la Résistance en France (...)
  • 23 M. Rossiter, Women in the Resistance, New York, 1986, p. 17.

12En général, les historiens avancent des motivations patriotiques ou idéologiques pour analyser l’entrée en Résistance22 : Ainsi Margaret Rossiter23.

13Après une analyse des motivations dans mes témoignages, je constate que les mobiles sont multiples et ne peuvent pas être réduits à un seul. Quant à la naissance des motivations, l’héritage des parents et de la famille est considérable dans le cadre de la socialisation. Nombre de femmes se réfèrent à leur père, à leur mère ou à tous les deux, moins souvent à un frère, à une sœur, à un mari, à un membre de la famille ou à des amis ou à une organisation de jeunes (organisation scoute etc.). Il en résulte que l’esprit de résistance est né dans la famille et est un produit familial : Les convictions politiques, idéologiques, religieuses ont été formées, les valeurs comme l’égalité et la justice ont imprégné l’éducation des Résistantes, ainsi que l’opposition à un régime autoritaire ou fasciste et contre l’occupation d’un pays. Nombre de Résistantes se réfèrent à un père ou à un membre de la famille qui a déjà participé à la guerre de 1870/71 ou à la Première Guerre mondiale, certaines Résistantes expriment dans leurs témoignages une hostilité, une germanophobie ou une haine très forte envers les Allemands.

14Il est frappant que, dans la plupart des cas, les idéaux acquis dans les familles soient identiques aux motivations, aux objectifs, aux activités et aux stratégies de survie des Résistantes, par exemple au camp de concentration, donc, il y a une continuité. De plus, les témoignages des Résistantes prouvent que souvent, toute la famille ou plusieurs membres de la famille ont travaillé dans la Résistance. L’histoire de la Résistance fait partie de l’histoire de la famille.

- Le patriotisme

  • 24 Voir les témoignages de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004, d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999, (...)

15Le patriotisme comme motif d’entrée en Résistance est le plus souvent mentionné. Cependant, il faut tenir compte du fait que l’histoire de chaque Résistante est individuelle, différente et unique. Dans quelques témoignages, il y a une relation personnelle et intuitive vis-à-vis de la patrie qui se mélange avec le refus de l’occupation, l’indépendance et la liberté. L’omniprésence des troupes allemandes, les contraintes imposées à la population provoquent des chocs émotionnels que beaucoup de Résistantes disent avoir vécus. La proximité de l’occupant qui défile, parade et règle la vie quotidienne des Français renforce ce sentiment de rejet24.

Renée Nourry-Souliman, étudiante d’allemand à la Sorbonne, Bretonne, Groupe Jacques Messner, S.R. Kléber, Réseau Marcot/profession après la guerre : professeur de lettres et de philosophie : « Il ne s’agissait pas d’esprit de revanche mais d’une attaque attentive de défense, si le pays est menacé. Il est certain que pour ma part, ce cadre de vie, le contexte familial, mon éducation ont compté dans ma réaction première, inconsciemment sans doute. Ensuite, les motifs ont été pensés : attitude humaniste, certainement aussi des aspects politiques ». (Témoignage de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000)

Gabrielle Ferrières, mariée ; Mouvement Libération-Nord/Réseau Cohors ; agent de liaison ; confession : protestante : « Je suis entrée dans la Résistance dès l’arrivée des Allemands à Paris. Je n’avais aucune formation politique particulière. Mon père étant officier nous a appris, dès l’enfance, à aimer notre pays et toute notre éducation a été empreinte de patriotisme ». (Témoignage de Gabrielle Ferrières, le 29 avril 1999)

- Lutte contre l’idéologie nazie

16La lutte contre l’idéologie nazie a été souvent avancée par les Résistantes, surtout par les Résistantes juives, et se mêle parfois à des motivations patriotiques.

Hélène Viannay, mariée ; un fils ; Mouvement : Défense de la France ; activités : diffusion du journal ; membre du noyau directeur ; Maquis de Seine et Oise : agent de liaison ; mariée : un fils : « Mes raisons pour lutter dans la résistance étaient avant tout patriotiques : les Allemands avaient envahi notre territoire et devaient le quitter. Raison très simple mais très forte. Je n’avais pas mis au premier plan la lutte contre le nazisme, même si je rejetais ce régime : tout ce qu’entreprenaient les Allemands était à rejeter en bloc, les arrestations, la lutte contre les juifs, l’appauvrissement du pays ». (Témoignage d’Hélène Viannay, le 30 janvier 1999)

  • 25 Voir les témoignages de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000 et d Hélène Viannay, le 30 janvier 1 (...)
  • 26 Voir les témoignages de Rachel Cheigam, le 17 février 2000 et de Marie Fillet, le 3 novembre 1999.
  • 27 Témoignage de Marie Fillet, le 3 novembre 1999.

17Quelques Résistantes étaient influencées par un milieu de gauche avant la guerre25 ou quelques-unes étaient informées sur le national-socialisme26. Selon Marie Fillet, la connaissance du régime nazi a joué un rôle déterminant pour l’entrée en Résistance, ainsi que la formation personnelle, reçue dans le milieu familial et social, la réflexion sur les événements et les convictions27. Pour les Résistantes juives, la lutte contre le nazisme est plutôt le motif primaire. Beaucoup de Résistantes font référence à un événement historique ou personnel : rafles ou déportations de membres de leur famille.

Simone Perl, résistante juive ; Combat : faux papiers ; hébergement des réfugiés ; profession : adjointe chef de laboratoire : « Ma formation n’était pas politique, évidemment, je luttais de toutes mes forces, contre le fascisme, mais n’étais engagée dans aucun parti politique ». (Témoignage de Simone Perl, le 4 mai 2000)

- Lutte contre le régime de Vichy

  • 28 Témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

18Toutes les Résistantes se prononcent contre le régime de Vichy en mentionnant également d’autres mobiles, par exemple : l’armistice, l’Occupation, la collaboration et la Révolution nationale. Quelques Résistantes avancent l’argument que le régime de Vichy ne disposait pas de légitimité démocratique28 et était le produit d’une décision allemande. De toute façon, le régime de Vichy apparaît comme argument secondaire dans les témoignages des Résistantes interrogées en zone nord et en zone sud.

Michèle Agniel, lycéenne ; Réseau Bourgogne : convoyeuse ; déportation avec sa mère à Ravensbrück, Torgau et Königsberg ; profession après la guerre : institutrice : « C’est pour toute la jeune fille que j’étais alors un refus instinctif, épidermique, viscéral de l’occupant. Tout cela a été conforté dans les mois qui suivent, par les horreurs du régime nazi aidé par ses acolytes de Vichy : les premiers otages fusillés, le statut des Juifs, l’arrestation des Juifs étrangers, les rafles... » (Témoignage de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004)

19Ce sont surtout les Résistantes juives qui s’expriment avec véhémence contre le régime de Vichy.

Rachel Cheigam, résistante juive ; profession : journaliste ; Réseau : Anti-Axe, Armée Juive ; très proche collaboratrice du chef du Réseau Anti-Axe ; membre du triumvirat qui dirigeait le groupe avant et pendant les combats de la Libération ; chef des agents de liaison : « Mes débuts dans ce qu’on n’appelait pas encore la Résistance ont consisté à mettre les gens en garde contre la propagande allemande et vichyste et à montrer le véritable visage du nazisme ». (Témoignage de Rachel Cheigam, le 17 février 2000)

- Lutte contre le régime de Vichy à partir de 1942

20Commencée avec l’entrée des Américains dans la guerre, l’année 1942 s’est terminée par le débarquement des troupes alliées en Afrique du Nord et l’encerclement de la VIe armée allemande à Stalingrad. Si l’Allemagne nazie avait à la mi-août 1942 repoussé une tentative de débarquement de troupes canadiennes à Dieppe, quatre mois plus tard le débarquement américain sur les côtes algériennes et marocaines a été un succès. La réaction allemande a été immédiate. Les troupes du Reich ont franchi le 11 novembre la ligne de démarcation et ont occupé toute la France, l’armée d’armistice a été désarmée. Quelques Résistantes mentionnent l’occupation de la zone dite libre, se prononcent contre le régime de Vichy et rejoignent la Résistance.

Lucette Moureau, étudiante ; contacts avec un Maquis ; profession après la guerre : secrétaire/intendante sans l’Éducation nationale : « En 1942, tout va changer : L’armée d’armistice est démobilisée et rendue à la vie civile. L’armée allemande occupe tout le territoire français. Mon frère (Victor) est très vite contacté par des camarades, eux-mêmes contactés par des villageois qui, depuis deux ans déjà, ont formé tout un réseau ». (Témoignage de Lucette Moureau, le 11 mai 1999)

- Motifs humanitaires

  • 29 Voir les témoignages de Paulette Neu, le 7 novembre 2003 et de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000

21Quelques femmes sont entrées dans la Résistance pour des motivations humanitaires, caractérisées souvent par des convictions religieuses et un héritage familial, liées à des idéaux de liberté et de justice, comme le soulignent surtout les Résistantes juives qui ont été influencées parfois par les Scouts Juifs de France29. De plus, la lutte contre le STO (le Service du Travail obligatoire) a été avancée comme motif secondaire.

Charline Roy Haag, étudiante, Maquis du Loumont : infirmière ; guide ; transports ; ravitaillement ; cuisine ; rapports avec la Suisse ; situation après la guerre ; diplômée de l’enseignement supérieur : « Les motifs ? En plus du patriotisme, il y a eu la connaissance des horreurs des camps, le service obligatoire du travail a fait partir au maquis bien des jeunes, donc, humanitaires ». (Témoignage de Charline Roy Haag, le 28 janvier 1999)

22La politique raciste du régime nazi a franchi un pas décisif au printemps 1942, après que la solution finale des juifs a été décidée par les dirigeants de Berlin à Wannsee. En zone occupée, les Allemands ont imposé leurs propres mesures discriminatoires. Le recensement des juifs y a été ordonné dès le 27 septembre 1940, l’aryanisation des biens juifs le 18 octobre 1940. En mai 1942, le port d’une étoile de tissu jaune a été imposé à tous les juifs et déjà auparavant, des camps d’internement avaient été ouverts en zone Nord et il y avait des rafles systématiques. Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 juifs parisiens étaient arrêtés par la police française, la plupart d’entre eux sont morts à Auschwitz. Plusieurs Résistantes se réfèrent aux journées infernales des « rafles du Vélodrome d’Hiver » dans leurs témoignages.

Voilà le témoignage de Suzanne Citron, d’origine juive, à cette époque-là croyante protestante, étudiante, Réseau Périclès, Témoignage chrétien, agent de liaison ; boîte à lettres ; transport d’argent pour le MUR ; profession après la guerre : historienne : « Le premier motif, c’était la Libération du pays occupé par les nazis. Le présent ne pouvait avoir de sens que par rapport à un futur qui serait la fin de l’Occupation. Il fallait, chacun pour sa part, et de toute sorte de façon, travailler, contribuer, par des paroles, des gestes, et, pour moi, à partir de 1942, ayant quitté Paris pour Lyon après la rafle du Vél d’Hiv de juillet 1942, prendre contact avec des mouvements de résistance [...] J’étais à l’époque croyante protestante, et à Lyon, il y avait tout un milieu de chrétiens résistants tant protestants que catholiques, avec notamment Les Cahiers du Témoignage Chrétien clandestins. Il y avait la « Fédération des étudiants chrétiens » (protestants) qui était de sentiments résistants. À la Faculté des lettres de Lyon, en 1943, le STO (Service du Travail obligatoire) a entraîné le départ au maquis des garçons requis et d’autres formes de lutte clandestine pour les étudiantes non requises ». (Témoignage de Suzanne Citron, le 20 janvier 1999)

Liliane Frisch, résistante allemande, juive, mais pas pratiquante, avance comme motif « le devoir moral ». (Témoignage de Liliane Frisch, le 20 janvier 1999)

- La combativité du parti communiste

23Même si la Résistance communiste à l’occupant a bien commencé avant juin 1941, la création du Front national et la libération de toutes les énergies antifascistes chez les résistants communistes s’engagent après l’attaque de l’URSS par la Wehrmacht dès l’été 1941. Dans quelques témoignages, les Résistantes se réfèrent à la combativité du parti communiste.

Hanna Kamieniecki, juive et communiste ; profession après la guerre : psychanalyste, psychothérapeute : « Après la rafle du 16 juillet 1942 au cours de laquelle pour la première fois à Paris des femmes, des enfants et des vieillards ont été arrêtés pour être déportés, toute ma famille a été raflée. Ma mère et moi-même avons, grâce à des amis non juifs pu y échapper et avons été cachées dans la région parisienne. Mon père avait été tué le 5 juin 1942. [...] Mes motifs n’étaient ni d’ordre politique, ni d’ordre économique, ni d’ordre religieux. Humanitaires certainement mais plus encore le désir de lutter contre l’occupant, de participer au combat pour que cette guerre se termine et que nos déportés reviennent, hélas, ils ne sont pas revenus. Et puis pour retrouver la liberté de vivre comme tout le monde et pas être obligée de vivre cachée sous une fausse identité parce que j’étais juive ». (Témoignage de Hanna Kamienicki, le 18 août 2000)

- Haine

24La germanophobie associée au patriotisme joue un rôle-clé. Le poids de la mémoire de la guerre de 1914-1918 est essentiel dans le Nord de la France, surtout dans les régions frontalières ; en Bretagne, l’hostilité immédiate et massive à l’occupant est attestée dans beaucoup de témoignages. De plus, le cas de l’Alsace est très douloureux. Cette province est écartelée entre les habitants restés en Alsace et ceux qui ont fui l’avance allemande. Pour la plupart des Alsaciens restés dans une Alsace annexée, le sens du combat est à la fois national et antinazi, pendant que les Alsaciens réfugiés en zone dite libre constituent un potentiel de réfractaires. Quelques Résistantes expriment leur hostilité ou leur haine contre les Allemands.

  • 30 Marie-José Chombart de Lauwe ; lycéenne ; Réseau/évasion : Georges France 21 ; agent de liaison ; a (...)

Marie-José Chombart de Lauwe30 mentionne la germanophobie dans son département breton : « En outre, les Côtes-du-Nord sont le seul département breton de gauche, bien que région très chrétienne. L’hostilité à l’Allemagne y est générale et profonde ». (Témoignage de Marie-José Chombart de Lauwe, le 24 mai 1999)

25Tout au long des témoignages de quelques Résistantes, la haine s’exprime :

  • 31 Jacqueline Fleury : étudiante ; Mouvement : Défense de la France ; transport et diffusion du journa (...)
  • 32 Témoignage de Jacqueline Fleury, le 6 mars 1999.

Jacqueline Fleury31 (département Aisne) : « famille profondément anti-occupant, occupant exécré32 ;

  • 33 Témoignage d’Anne Marie Chatenay-Crémer, le 4 août 2003.

Anne Marie Chatenay-Crémer : « Nous détestions les Allemands en tant qu’occupants et que nazis »33.

  • 34 Témoignage de Simone Perl, le 4 mai 2000.

Simone Perl : « Bien entendu que nous avions la haine, enracinée contre le racisme et la brutalité bestiale des Allemands »34.

  • 35 Témoignage de Suzanne Citron, le 21 janvier 1999.

Suzanne Citron : « Quand on parlait des Allemands, on disait encore « les Boches », souvenir du vocabulaire de la guerre 14-18. Mon père, ancien combattant de 14-18, a été fait prisonnier en juin 1940 et n’est revenu qu’en 1945 »35.

- Aventure

26Après avoir analysé les témoignages, le motif aventure ne joue pas un rôle primordial ; il est toujours lié à d’autres mobiles. Mais l’esprit d’aventure est un sentiment exprimé par quelques jeunes Résistantes.

27Évelyne Sullerot : « De plus, on prend un certain plaisir à faire « des coups », à monter des opérations, à être dans la clandestinité, à vivre dans une aventure, à tromper l’ennemi ». (Témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999)

- Amour

28Le motif Amour n’est pas directement avancé par les Résistantes, mais a certainement joué un rôle. Bien que les risques de capture se soient multipliés par les liaisons dangereuses, quelques couples se sont formés. Quelques-uns ont travaillé en commun dans la Résistance, ont couru de grands risques et apporté une grande contribution dans leur volonté de libérer le pays. Parfois le prix à payer a été très élevé, comme le témoignage de Régine Chatelain le prouve :

« À partir du 13 février 44, date de mon mariage clandestin avec un jeune Résistant Pierre Limay (alias Jacques Messner) et durant les quelques mois qu’a duré notre union, j’ai vécu au sein du réseau de renseignements qu’il avait mis au pied depuis 1942. [...] Pierre est mort de ses blessures, le 26 septembre 1944 à Besançon ». (Témoignage de Régine Chatelain, le 28 juin 2000)

29En comparant les motivations des Résistantes en zone nord et sud, deux différences frappantes se remarquent :

    • 36 Voir les témoignages de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000, de Marie-Louise Streisguth, le 11 jan (...)
    • 37 Voir le témoignage de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000, de Marie Louise Streisguth, le 11 janvi (...)
    • 38 Catherine Lacour-Astol souligne que pour les Résistantes dans les services du Nord le poids de l’Oc (...)
    • 39 Témoignage de Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.
    • 40 Voir Yves Durand : « Car si le pétainisme a été, à l’origine, très largement répandu, les rapports (...)

    En zone nord entrer dans la Résistance signifie que l’Allemagne est l’adversaire principal. Plusieurs Résistantes interrogées, surtout les Résistantes de l’Alsace-Lorraine, sont marquées dans leur cadre familial par une germanophobie profonde (la haine)36. Elles ont vécu les histoires familiales qui font référence à la guerre de 1870/7137 ou/et à la Première Guerre38 et à la Deuxième Guerre mondiale (par exemple un membre de la famille a fait la guerre contre les Allemands, a été blessé, pris en captivité etc.). Quelques témoins résidant dans des zones de contacts proches de l’Allemagne, estiment que la proximité qui accentue parfois leur attitude39. Il est évident que cette germanophobie est plus forte que le refus de l’Occupation exprimé par la majorité des Français en général.40 De plus, la germanophobie est liée à d’autres motifs et à d’autres facteurs.

    • 41 Marie-Jo Chombart de Lauwe, Toute une vie de résistance, Paris, 1998, p. 172-173 ; S. Citron, Mes l (...)
    • 42 Voir les témoignages de Hanna Kamieniecki, le 18 août 2000, de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 20 (...)

    Les événements historiques tels que l’Occupation de la zone dite libre en novembre 1942 par les troupes allemandes, la grande rafle du Vel d’Hiv, les 16 et 17 juillet 1942, à Paris et l’institution du STO ont élargi la base de la Résistance. Il en résulte que les activités et les objectifs se situent dans ce cadre-là et forment souvent une unité dans la vie de la Résistante. Certaines Résistantes se sont mobilisées pendant la guerre d’Algérie du côté des Algériens41 ou se sont engagées dans des organisations humanitaires42.

Activités des Résistantes – Comparaison France du Nord – France du Sud

30La comparaison des activités des Résistantes du Nord et du Sud de la France, à première vue, n’offre guère de différences. Les structures familiales de la Résistance, principalement imprégnées par les femmes, ont été efficaces en France du Nord et en France du Sud.

Les débuts de la Résistance

  • 43 Voir O. Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance, Défense de la France 1940-1949, Paris, 1995, (...)
  • 44 L. Douzou, La désobéissance, Histoire du Mouvement Libération-Sud, Paris, 1995, p. 60-61, p. 70.
  • 45 Renée Bédarida, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris 1977, p. 72.

31Dans les premières rencontres et dans le développement des mouvements, surtout dans le recrutement, les femmes ont joué un rôle décisif : Hélène Viannay, Marianne Réau et Charlotte Nadel pour Défense de la France43, Lucie Aubrac et Bertrande d’Astier pour Libération-Sud44 et les sœurs Jeanne et Marthe Siron et Simone Froment pour Témoignage chrétien45.

Hélène Viannay (DF) : « Au début de l’Occupation, c’est-à-dire en 1940, on ne parlait pas encore de résistance : ce terme ne s’est imposé que petit à petit, on cherchait seulement le moyen de « faire quelque chose ». [...] Quand celui qui est devenu plus tard mon mari, Philippe Viannay, m’a proposé de l’aider à faire un journal clandestin, j’ai accepté avec enthousiasme, car jusque-là, je tapais à la machine à écrire des tracts clandestins que je rédigeais le soir et distribuais dans les boîtes aux lettres. Les procédés étaient primitifs : cinq exemplaires seulement à chaque fois, et d’une qualité médiocre, participer à la fabrication d’un vrai journal était autrement exaltant. J’ai donc accepté avec joie. En principe, j’ai été chargée de la diffusion, c’est-à-dire que j’ai recruté trois personnes qui, chacune, devait en recruter trois autres en veillant à garder le secret et ainsi de suite : ce système très simple a fonctionné jusqu’à la libération ». (Témoignage d’Hélène Viannay, le 30 janvier 1999)

  • 46 Voir Jeanne Chaton, Boîte 1, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris ; voir les témoignages d’Alfred (...)

32Dans quelques témoignages, le hasard joue un rôle non négligeable pour l’entrée en Résistance46.

Les activités des Résistantes

  • 47 Parmi les 36 Résistantes que j’ai interrogées, 30 Résistantes ont travaillé en tant qu’agent de lia (...)
  • 48 Voir H. Noguères, La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la libération, Paris, 1984 ; M (...)
  • 49 Luc Capdevila souligne que la présence des partisanes au sein de la population résistante fut longt (...)

33Les Résistantes ont travaillé avant tout en tant qu’agent de liaison47 dans les mouvements, les réseaux et aussi pour le maquis, en tant que courrières, convoyeuses, secrétaires-dactylo (service faux papiers) et traductrices. D’autres types d’activités se trouvent dans le service de renseignement, service social, service d’hébergement, dans le recrutement d’agents et dans la Résistance armée, transport divers (d’armes), service ravitaillement, émissions radio à domicile48. À part cela, elles ont participé aux manifestations. Peu de Résistantes avaient accès aux postes de responsabilités et en général, les Résistantes étaient moins représentées dans la Résistance armée49.

  • 50 L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », dans La Résistance et les (...)
  • 51 M. Collins Weitz, Les combattantes de l’ombre, Paris, 1997, p. 223.
  • 52 Fax de Renée Bédarida, le 12 avril 1999.

34De plus, il faut tenir compte du fait que le charisme personnel et l’autorité du chef de réseau ou de mouvement revêt une importance primordiale50, donc, les activités féminines étaient souvent dépendantes des décisions des chefs de la Résistance. Dans Défense de la France, grand mouvement du Nord, les femmes hostiles à Vichy sont exclues de la rédaction. Selon Renée Bédarida, ancienne Résistante et historienne de Témoignage chrétien, mouvement dans la zone non-occupée, il y avait peu de filles dans les équipes de base du mouvement, vu que les pères jésuites, dans leurs rapports avec les laïcs, avaient le plus souvent affaire à des hommes51. Il n’est pas étonnant que les femmes ne soient pas intégrées dans la rédaction de Témoignage chrétien52. Par contre, Lucie Aubrac de Libération-Sud souligne :

  • 53 Lettre de Lucie Aubrac, le 6 avril 1999.

« En ce qui concerne les articles qui n’étaient jamais signés, je ne me souviens pas qu’on ait distingué les articles écrits par des hommes ou des femmes »53.

  • 54 H. Noguères, La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la Libération, Paris, 1984, p. 33.
  • 55 Voir le témoignage de Suzanne Citron, le 20 janvier 1999, la Princesse de Croy, le 9 janvier 1999.
  • 56 Voir R. Bédarida, Les armes de l’esprit, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris, 1977, p. 94.
  • 57 Voir Barbara Chatenay a échoué dans sa tentative de passer avec sa fille en Espagne. Après son reto (...)
  • 58 Voir J. Fleury, Défense de la France, après Réseau Mithridate, Témoignage de Jacqueline Fleury, le (...)
  • 59 Voir les témoignages d’Yvonne Abbas, le 10 mars 2006, de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004, de Ma (...)

35Henri Noguères indique dans La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la libération que l’une des règles de sécurité consistait à s’interdire toute appartenance simultanée à plusieurs mouvements ou réseaux54. Il est étonnant que dans la pratique, quelques Résistantes n’aient pas appliqué cette règle55, ce qui est confirmé par Renée Bédarida. L’historienne met l’accent sur le fait que quelques militants appartiennent parfois à plusieurs organisations à la fois56. De plus, certaines Résistantes ont montré dans leurs activités une flexibilité et une mobilité remarquables, ont traversé pendant leurs missions une grande partie de la France57. Parfois, elles ont exercé différentes fonctions en même temps ou successivement et sont passés du mouvement au réseau58. Les Résistantes ont risqué leur vie ainsi que celle de leur famille en payant souvent leurs activités dans la Résistance avec la déportation59.

Voilà le témoignage de Renée Nourry-Souliman : « Personnellement, j’ai été ‘polyvalente’, j’ai joué tous les rôles à tous les niveaux, a) Au cours de mes vacances, j’ai d’abord ratissé ma région (Rohan-Pontivy-Londéac-Josselin) pour relever toutes les informations possibles sur les forces armées allemandes ; b) agent de liaison, j’ai apporté moi-même mes renseignements à Paris ; c) Revenue à Paris pour reprendre les cours de Sorbonne, j’ai continué à assumer les nombreuses liaisons, relevant les courriers dans les diverses boîtes aux lettres rencontrant des instructions à un prisonnier de la Gestapo en vue d’une évasion [...] ; d) ma chambre d’étudiante servait également de boîte à lettres et à partir de janvier 1944 jusqu’à la fin mai, elle a hébergé le secrétariat où travaillaient Robert et Paul, les deux chefs de groupe, adjoints de Jacques qui y venait aussi. J’étais la secrétaire de Paul et participais aux synthèses, de façon très modeste, car je n’avais aucune culture dans ce domaine ; e) agent de liaison encore, j’ai en octobre 1943 transporté le courrier jusqu’à la frontière suisse. Dans une gare, je l’ai remis à un frontalier inconnu [...] qui l’a passé en Suisse. Je connaissais donc pas mal de monde de l’organisation, f) En mai, tout le groupe a été chargé d’une mission de surveillance autour de Toulouse pour signaler les mouvements de troupe. g) L’arrestation de Paul le 8 juillet, d’un de nos amis (l’artiste-peintre), boîte à lettres affectée à l’agent qui nous a dénoncés, m’ont obligée à me mettre à l’abri. Du 15 juillet au 31, j’ai quitté Paris mais, revenue à Paris début août, j’ai effectué une dernière mission extérieure à Paris. Les 10 et 11 août, je suis allée en Normandie, à Rouen pour remettre des instructions à une de nos agents ». (Témoignage de Renée Nourry-Souliman, le 25 octobre 2004)

  • 60 Témoignage d’Andrée Monier-Blachère, le 1er février 2005.
  • 61 Voir témoignage d’Hélène Viannay, le 2 février 1999.
  • 62 Voir L. Douzou, La désobéissance, Histoire du mouvement Libération-Sud, Paris, 1995, p. 75-76.
  • 63 Voir S. Chaperon, Les années Beauvoir, 1945-1970, Paris 2000.

36Il est frappant que les Résistantes mariées comme Lucie Aubrac, Hélène Viannay, Andrée Monier-Blachère et Emma Ickowicz aient eu plusieurs rôles à assumer : Résistance, travail/études et responsabilités de mère de famille. La citation d’Andrée Monier-Blachère : « Quand j’étais obligée de partir pour mes activités résistantes, c’est mon mari qui gardait ma petite fille »60, explique bien le renversement entre les sexes. Ainsi, Hélène Viannay met en relief le fait qu'elle avait privilégié son rôle de résistante, donc, il va de soi qu'elle laissait son petit garçon à la garde de ses cousins pour rejoindre son mari dans le maquis de Seine-et-Oisé61. Il n’est pas étonnant que Lucie Aubrac qui vient d’accoucher prépare dans son lit un plan de distribution de tracts fraîchement imprimés62. Grâce à la Résistance, de nouvelles formes de vie commune ont été conçues. La nouvelle répartition dans les tâches domestiques et familiales mène à une évolution des rôles et à d’autres horizons dans la société d’après-guerre, surtout dans les mouvements étudiants et féministes63.

Conclusion

37En comparant les activités de la France du Nord et de la France du Sud dans son ensemble, on constate deux faits :

    • 64 « Tous les Allemands étaient des occupants et nous étions tous unis dans l’hostilité que nous avion (...)
    • 65 Yves Durand souligne que beaucoup plus fréquents et tout aussi précoces sont les actes de sabotages (...)

    En raison de la présence ennemie, la Résistance dans la zone occupée a été plus précoce, pendant qu’en zone dite libre, le maintien d’un régime et d’une souveraineté nationale est un frein à la résistance64. Le choc de la défaite et de l’Occupation mène à des actions spontanées, au début plutôt symboliques et isolées, ensuite plus concrètes et efficaces65. De même, l’ancrage local joue un rôle important pour la Résistance, par exemple, l'île de Bréhat, au nord des Côtes-du-Nord, constitue dès le début de l’Occupation un point d’appareillage vers l’Angleterre.

    • 66 Voir Yves Durand qui met en relief que les actes de sabotage (coupures de câbles téléphoniques de l (...)
    • 67 Ingrid Strobl met l’accent sur le fait qu’il y avait un groupe de partisans féminins de MOI à Paris (...)
    • 68 Voir A. Kuhn, Die Chronik der Frauen, Dortmund, 1992, p. 509.

    Les actes de sabotages et les combats contre l’Occupant ont été très précoces66 et plus violents dans le Nord et dans la capitale qu’en France du Sud, par exemple : les FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans de la main-d’œuvre immigrée), une entité spéciale communiste qui regroupait les étrangers, a effectué des actes de sabotage, parmi eux, le Groupe Manouchian dont Olga Bancic faisait partie, guillotinée à Stuttgart par les nazis, le jour de son trente-deuxième anniversaire67. À partir de 1943, après le démantèlement du groupe à Paris, les FTP-MOI se sont installés à Marseille, Nice, Lyon (Carmagnole) et Grenoble pour y poursuivre leurs actions militaires68.

38À part cela, il y a sûrement des nuances entre les régions, entre communistes et non communistes, entre non communistes eux-mêmes, entre les particularités de mouvements et de réseaux. En fait, la distinction sur le sens du combat entre Résistants français porte moins sur les deux zones que sur la hiérarchie des valeurs à laquelle chacun obéit. Pour moi, l’intérêt historique, politique et social de la Résistance se rapporte essentiellement à la Résistance dans son ensemble et non pas uniquement par rapport aux groupuscules politiques, religieux ou régionaux. La Résistance est le résultat de la lutte d’individus des deux sexes. Je conclus avec Lucie Aubrac :

  • 69 G. Guidez, Femmes dans la guerre, 1939-1945, Paris, 1989, p. 331.

« Le bilan des femmes ? Beaucoup de souffrances, mais pas pour rien, [...] Nous avons obtenu le droit de vote, et donc la possibilité d’aller de l’avant. Tous les noms de femmes qui sont aujourd’hui sur des pierres tombales, recouvertes de la poussière, de l’oubli, tous ces noms gravés dans le mémorial de la guerre, cela veut dire que la France résistante a été une France composée d’individus des deux sexes, qui ont pris les mêmes risques, couru les mêmes dangers, affronté le même poteau d’exécution. Barbie, lui, n’a pas fait de discrimination quand à Saint-Genest-Laval, dans un dernier sursaut de barbarie, il a fait quatre-vingts personnes de Montluc, hommes et femmes mélangés, et les a tous massacrés à la grenade avant de mettre le feu. Parmi eux, il y avait mon élève Janine Sontag. Elle avait 20 ans ! Et ces monitrices d’Izieu, qui convoyèrent les petits enfants juifs et n’en revinrent jamais [...] Toutes ces femmes [...] Elles avaient mérité de participer à la reconstruction d’une France démocratique »69.

Bibliographie

Bibliographie

Actes du colloque, Les femmes dans la Résistance, tenu à l’initiative de l’Union des femmes françaises, Paris 1977

Andrieu Claire, « Les perspectives de recherche », Le Mouvement social, no180, juillet-septembre 1997, p. 69-96.

Bédarida Renée, Les armes de l’esprit, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris 1977

Boyer Patricia, Des femmes dans la Résistance à Lyon, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 1995

Brive Marie-France, « Les Résistantes et la Résistance », dans CLIO, Histoire, Femmes et Société, Résistances et Libérations, France 1940-1945, no 1, 1995, p. 57-66.

Capdevila Luc, « Identités masculines et féminines pendant et après la guerre », dans Évelyne Morin-Rotureau (dir.), 1939-1945 : combats de femmes, Françaises et Allemandes, les oubliées de la guerre, Paris 2001, p. 199-220.

Chaperon Sylvie, Les années Beauvoir 1945-1970, Paris 2000

Chatenay Victor, Mon journal du temps du malheur, (Angers-Fresnes-Londres-Angers), Angers 1967

Chombart de Lauwe Marie-Jo, Toute une vie de résistance, Paris 1998

Citron Suzanne, Mes lignes de démarcation, Croyances, utopies, engagements, Paris 2003

Collins Weitz Margaret, Les combattantes de l’ombre, Paris 1997

Douzou Laurent, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 37, 1997, p. 109-127.

Douzou Laurent, « La Résistance, une affaire d’hommes ? », dans Identités féminines et violences politiques (1939-1946), Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 31, 1995, p. 11-24.

Douzou Laurent, La désobéissance, Histoire du Mouvement Libération-Sud, Paris 1995

Durand Yves, La France dans la Deuxième Guerre mondiale, 1939-1945, Paris 2003

Eck Hélène, « Les Françaises sous Vichy », dans Histoire des femmes en Occident, Le XXe siècle, sous la direction de Françoise Thébaud, Paris 1992

Forthoffer Joël, « La résistance des cheminots en zone annexée », dans Robert Vandenbussche (dir.), Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Colloque organisé à Bondues, le 31 janvier 2004, p. 83-100.

Grey Pierre, Chanoine du Chapitre d’Amiens, La Dame de la Valette, S.A.S. Princesse M.D. de Croy, Princesse du Saint-Empire, Amiens 1996

Guidez Guylaine, Femmes dans la guerre, 1939-1945, Paris 1989

Hervé Florence, « Wir fühlten uns frei », Deutsche und französische Frauen im Widerstand, Essen 1997

Kuhn Annette (dir.), Die Chronik der Frauen, Dortmund 1992

Lacour-Astol Catherine, « Les femmes en résistance dans les services publics du Nord occupé », dans Robert Vandenbussche (dir.), Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Colloque organisé à Bondues, le 31 janvier 2004, p. 137-154.

Les femmes dans la Résistance, sous la direction de Mechthild Gilzmer, Christine Levisse-Touzé, Stefan Martens, Actes du colloque international de Berlin 2001, Paris, 2003

Levisse-Touzé Christine, Les femmes dans la France libre, in Les femmes dans la Résistance, sous la direction de Mechthild Gilzmer, Christine Levisse-Touzé, Stefan Martens, Actes du colloque international de Berlin, Paris 2003, p. 165-185.

Maerten Fabrice, « La Résistance, Facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Les Cahiers d’Histoire du Temps présent, no 4, 1998, p. 173-206.

Monier Charles (dir.), Les chemins de la Résistance à Bollène et dans le canton (1939-1944), Bollène, 2002.

Morin-Rotureau Évelyne (dir.), 1939-1945 : combats de femmes, Françaises et Allemandes, les oubliées de la guerre, Paris, 2001.

Noguères Henri, La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la libération, Paris, 1984

Rossiter Margaret, Women in the Resistance, New York, 1986.

Schwartz Paula, « La répression des femmes communistes (1940-1944), in Identités féminines et violences politiques (1939-1946) », dans Les cahiers de l’Institut d’Flistoire du temps présent, no 31, 1995, p. 25-37.

Strobl Ingrid, Die Angst kam erst danach, Jüdische Frauen im Widerstand, 1939-1945, Frankfurt am Main, 1998.

Strobl Ingrid, « Sag nie, du gehst den letzten Weg », Frauen im bewaffneten Widerstand gegen Faschismus und deutsche Besatzung, Frankfurt am Main, 1989.

Thalmann Rita, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », dans CLIO, Histoire, Femmes et Société, Résistances et Libérations, France 1940-1945, 1995, p. 21-35.

Veillon Dominique, « Les femmes anonymes dans la Résistance », dans Les femmes dans la Résistance en France, sous la direction de Mechthild Gilzmer, Christiane Levisse-Touzé, Stefan Martens, Actes du colloque international de Berlin, Paris, 2003, p. 89-105.

Veillon Dominique, Sainclivier Jacqueline, « Sens et formes de la Résistance française », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 37, 1997, p. 91-108.

Wieviorka Olivier, Une certaine idée de la Résistance, Défense de la France, 1940-1949, Paris, 1995

Témoignages

Abbas, Yvonne

Agniel, Michèle

Chatenay-Crémer, Anne-Marie

Chatelain, Régine

Chaton, Jeanne, Boîte 1, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

Cheigam, Rachel

Chombart de Lauwe, Marie-José

Citron, Suzanne

de Croy, Marie Dorothée, Princesse

Delétraz, Marie (1974)

Ferrières, Gabrielle

Fleury, Jacqueline

Fillet, Marie

Frisch, Alfred et Liliane

Gutwirth, Paulette

Ickowicz, Emma

Kamieniecki, Hanna

Monier-Blachère, Andrée

Moureau, Lucette

Neu, Paulette

Nourry-Souliman, Renée

Perl, Simone

Roy Haag, Charline

Streisguth, Maire-Louise

Sullerot, Évelyne

Viannay, Hélène

Weisheimer, Emmy

Lettre de Lucie Aubrac, le 6 avril 1999 (ancienne Résistante/historienne)

Fax de Renée Bédarida, le 12 avril 1999 (ancienne Résistante/historienne)

Notes

1 R. Thalmann, « L’oubli des femmes dans l’historiographie de la Résistance », dans CLIO, Histoire, Femmes et Société, Résistances et Libérations, France 1940-1945, no 1, 1995, p. 21. Rita Thalmann met l’accent sur le fait qu’il y avait des minorités persécutées dans la Résistance. R. Thalmann, op. cit., p. 23-24.

2 Les femmes dans la Résistance, Actes du colloque tenu à l’initiative de l’Union des femmes françaises, Paris, 1977.

3 Voir M. L. Rossiter, Women in the Resistance, New York, 1986, M. Collins Weitz, Les combattantes de l’ombre, Histoire des femmes dans la Résistance, 1940-1945, Paris, 1996 ; H. Eck, « Les Françaises sous Vichy », dans Histoire des femmes en Occident, Le XXe siècle, sous la direction de F. Thébaud, Paris, 1992 ; A. Kuhn (dir.), Die Chronik der Frauen, Dortmund, 1992 ; C. Andrieu, « Les perspectives de recherche », dans Le Mouvement social, no 180, juillet-septembre 1997, p. 69-69-96 ; P. Schwartz, « La répression des femmes communistes (1940-1944) », dans Identités féminines et violences politiques (1939-1946), Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 31, 1995, p. 25-37 ; L. Douzou, « La Résistance, une affaire d’hommes ? », dans Identités féminines et violences politiques (1939-1946), Les Cahiers de l’Institut d’histoire du Temps présent, no 31, 1995, p. 11-24 ; É. Morin-Rotureau (dir.), 1939-1945 : combats de femmes, Françaises et Allemandes, les oubliées de la guerre, Paris, 2001 ; Les femmes dans la Résistance, sous la direction de M. Gilzmer, C. Levisse-Touzé, S. Martens, Actes du colloque international de Berlin 2001, Paris, 2003 ; S. Chaperon, Les années Beauvoir 1945-1970, Paris, 2000.

4 D. Veillon, « Les femmes anonymes dans la Résistance », Les femmes dans la Résistance, sous la direction de M. Gilzmer, C. Levisse-Touzé, S. Martens, Actes du colloque international de Berlin 2001, Paris, 2003, p. 90.

5 R. Thalmann, op. cit., p. 35.

6 M.-F. Brive, « Les Résistantes et la Résistance », dans CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, Résistances et Libérations, France 1940-1945, p. 59.

7 V. Chatenay, Mon journal du temps du malheur, (Angers-Fresnes-Londres-Angers), p. 160, p. 220, p. 249. Voir le témoignage d’Anne-Marie Chatenay-Crémer : « J’avais quatre frères aînés. Les trois aînés ont rejoint les Forces Françaises Libres à Londres en s’évadant par l’Espagne. L’un deux d’entre eux – parachutiste — a été tué en participant à la libération de la Bretagne en août 1944. Le plus jeune a été arrêté, torturé et déporté à Buchenwald, étant tombé dans une souricière, en même temps que mon père, qui lui a pu s’échapper ». Témoignage d’Anne Marie Chatenay-Crémer, le 4 août 2003.

8 Voir le témoignage de La Princesse de Croy, le 9 janvier 1999 ; P. Grey, chanoine du Chapitre d’Amiens, La Dame de la Valette, S.A.S., Princesse M.D. de Croy, Princesse du Saint-Empire, Amiens, 1996, p. 55.

9 Voir P. Grey, op. cit., p. 62. En Belgique, à la même époque, le Prince de Ligne avait recueilli plus de cinq cent de ces enfants abandonnés dans son château de Bel Œil. La princesse de Croy fut envoyée pour aider son oncle à cette tâche.

10 Parmi elles, il y a 13 catholiques, 5 protestantes, 8 juives, 4 chrétiennes, 3 sans confession, 3 sans indications. Parmi les Résistantes françaises, il y a 6 Alsaciennes. Parmi les Résistantes juives, il y a une Résistante russe, une Résistante allemande et une Résistante grecque. Adhésion à un parti : 3/CGT : 1 mariées : 6, veuve : 1, célibataires : 29. Année de naissance : 1891 : 01 ; 1911 : 01 ; 1914 : 01 ; 1917 : 03 ; 1918 : 01 ; 1919 : 01 ; 1920 : 01,1922 : 03 ; 1923 : 02 ; 1924 : 08 ; 1925 : 01 ; 1926 : 04 ; 1928 : 01, sans indications : 08.

11 Voir J. Sainclivier, D. Veillon, « Sens et formes de la Résistance française », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’histoire du Temps présent, no 37, 1997, p. 91-108.

12 Voir L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 37, 1997, p. 114.

13 Voir G. Ferrières, dans M. Collins Weitz, « Les combattantes de l’ombre, Histoire des femmes dans la Résistance », Paris, 1995, p. 121. Témoignage d’Évelyne Sullerot : « Le 17 juin 1940, jours du discours de Pétain annonçant qu’il demandait l’Armistice, ma mère nous a dit : « Mes enfants, désormais, il va falloir résister ». J’avais 15 ans. « Résister », cela voulait dire : ne pas plier. (J’étais protestante. L’héroïne protestante française était une Cévenole. Marie Durand, restée enfermée 37 ans dans la Tour de Constance à Aigues-Mortes au début du XVIIIe siècle, parce qu’elle ne voulait pas abjurer sa foi. Avec son ongle, elle a gravé dans la pierre de son cachot, tous les jours un peu plus, le mot : « Résister ». Témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

14 Charline Roy Haag : « Tous les habitants du village étaient résistants. Une seule famille « collaborait ». Dans le Haut Doubs, les femmes ont toujours joué un rôle important. Elles se sont déjà distinguées dans les moments de la « Révolution » défendant leurs territoires et leurs églises [...] dans certaines paroisses, les femmes étaient à droite, les hommes à gauche, pour marquer leur courage ». Témoignage de Charline Roy Haag, le 21 janvier 1999.

15 Témoignage de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000.

16 Voir les témoignages de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000 et de Régine Chatelain, le 28 juin 2000.

17 Voir le témoignage de Régine Chatelain, le 28 juin 2000 et d’Hélène Viannay, le 30 janvier 1999. Olivier Wieviorka souligne que le mouvement Défense de la France condamne sans appel la collaboration mais reste persuadé que Pétain résiste aux diktats allemands et que Vichy pratique une politique de lutte contre l’occupant (point de vue de Philippe Viannay, le fondateur du mouvement). La majorité des militants ne croit pas au double jeu. Hélène Viannay, l’épouse de Philippe Viannay, n’éprouve aucune sympathie pour un régime qui renie la devise républicaine « Liberté-Egalité-Fraternité ». O. Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance, Défense de la France, 1940-1949, Paris, 1995, p. 43-45.

18 Voir les témoignages d’Emma Ickowicz, le 14 mars 2005 et de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999.

19 Voir le témoignage de Marie-José Chombart de Lauwe, le 24 mai 1999.

20 C. Monier (dir.), Les chemins de la Résistance à Bollène et dans le canton (1939-1944), Bollène 2002.

21 C. Monier (dir.), op. cit.

22 C. Levisse-Touzé, « Les femmes dans la France libre », dans Les femmes dans la Résistance en France, sous la direction de M. Gilzmer, C. Levisse-Touzé, S. Martens, Actes du colloque international de Berlin, Paris, 2003, p. 180 ; M. Rossiter, Women in the Resistance, New York, 1986, p. 17 ; F. Maerten, O. Wieviorka et P. Boyer fournissent des analyses remarquables concernant les motifs. Voir F. Maerten, « La Résistance, Facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers d’Histoire du Temps présent, no 4, 1998, p. 173-206 ; O. Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance, Défense de la France, 1940-1949, Paris, 1995 ; P. Boyer, Des femmes dans la Résistance à Lyon, Université Lumière Lyon 2, 1995, Mémoire de maîtrise d’Histoire.

23 M. Rossiter, Women in the Resistance, New York, 1986, p. 17.

24 Voir les témoignages de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004, d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999, de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999 et d’Yvonne Abbas, le 10 mars 2006 et bien d’autres.

25 Voir les témoignages de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000 et d Hélène Viannay, le 30 janvier 1999.

26 Voir les témoignages de Rachel Cheigam, le 17 février 2000 et de Marie Fillet, le 3 novembre 1999.

27 Témoignage de Marie Fillet, le 3 novembre 1999.

28 Témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

29 Voir les témoignages de Paulette Neu, le 7 novembre 2003 et de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000.

30 Marie-José Chombart de Lauwe ; lycéenne ; Réseau/évasion : Georges France 21 ; agent de liaison ; aide aux évasions de réfugiés ; profession après la guerre : sociologue.

31 Jacqueline Fleury : étudiante ; Mouvement : Défense de la France ; transport et diffusion du journal Défense de la France ; Réseau de Renseignement : Mithridate ; agent de liaison ; profession après la guerre : assistante sociale.

32 Témoignage de Jacqueline Fleury, le 6 mars 1999.

33 Témoignage d’Anne Marie Chatenay-Crémer, le 4 août 2003.

34 Témoignage de Simone Perl, le 4 mai 2000.

35 Témoignage de Suzanne Citron, le 21 janvier 1999.

36 Voir les témoignages de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000, de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999, d’Emmy Weisheimer, le 3 mars 1999, de Jacqueline Fleury, le 6 mars 1999 et d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

37 Voir le témoignage de Paulette Gutwirth, le 8 juillet 2000, de Marie Louise Streisguth, le 11 janvier 1999 et d’Emmy Weisheimer, le 3 mars 1999.

38 Catherine Lacour-Astol souligne que pour les Résistantes dans les services du Nord le poids de l’Occupation de 1914-1918 a joué un rôle considérable pour leur engagement. C. Lacour-Astol, « Des femmes en résistance dans les services publics du Nord occupé », dans R. Vandenbussche (dir.), Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944), Colloque organisé à Bondues, le 31 janvier 2004, p. 142.

39 Témoignage de Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

40 Voir Yves Durand : « Car si le pétainisme a été, à l’origine, très largement répandu, les rapports de police et des préfets ne laissent en revanche aucun doute sur l’hostilité très générale de la grande masse de la population à l’égard de l’Occupant. Partout, dans le Nord ou Pas-de-Calais, mais aussi dans l’Indre-et-Loire ou le Loiret, les préfets signalent, dès leurs premiers rapports de l’automne 1940, qu’à 80 ou 90 % la population ne souhaite rien tant que le départ des Allemands ». Y. Durand, La France dans la Deuxième Guerre mondiale, 1939-1945, Paris, 2003, p. 76. Voir aussi le témoignage de Marie Delétraz, 1974.

41 Marie-Jo Chombart de Lauwe, Toute une vie de résistance, Paris, 1998, p. 172-173 ; S. Citron, Mes lignes de démarcation, Croyances, utopies, engagements, Paris, 2003, p. 202 ; Témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999.

42 Voir les témoignages de Hanna Kamieniecki, le 18 août 2000, de Renée Nourry-Souliman, le 10 août 2000, de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999, de Simone Perl, le 4 mai 2000 et d’Hélène Viannay, le 27 juin 2005.

43 Voir O. Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance, Défense de la France 1940-1949, Paris, 1995, p. 30.

44 L. Douzou, La désobéissance, Histoire du Mouvement Libération-Sud, Paris, 1995, p. 60-61, p. 70.

45 Renée Bédarida, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris 1977, p. 72.

46 Voir Jeanne Chaton, Boîte 1, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris ; voir les témoignages d’Alfred et de Liliane Frisch, le 22 septembre 2001 et de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004.

47 Parmi les 36 Résistantes que j’ai interrogées, 30 Résistantes ont travaillé en tant qu’agent de liaison. Formation/profession : Elèves : 06, étudiantes : 09, professions libres : 03, employées : 02, secrétaires : 05, ouvrières : 02, sans profession : 05, sans indications : 04.

48 Voir H. Noguères, La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la libération, Paris, 1984 ; M. Collins Weitz, Les combattantes de l'ombre, Paris 1997 et P. Boyer, Des femmes dans la Résistance à Lyon, Université Lumière Lyon 2, 1995, Mémoire de maîtrise, p. 10 ; F. Hervé, « Wir fühlten uns frei », Deutsche undfranzösische Frauen im Widerstand, Essen, 1997.

49 Luc Capdevila souligne que la présence des partisanes au sein de la population résistante fut longtemps sous-estimée. L. Capdevila, « Identités masculines et féminines pendant et après la guerre », dans É. Morin-Rotureau (dir.), 1939-1945 : combats de femmes, Françaises et Allemandes, Les oubliées de la guerre, Paris, 2001, p. 208.

50 L. Douzou, « Organisations et modes de fonctionnement de la Résistance », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 37, 1995, p. 122.

51 M. Collins Weitz, Les combattantes de l’ombre, Paris, 1997, p. 223.

52 Fax de Renée Bédarida, le 12 avril 1999.

53 Lettre de Lucie Aubrac, le 6 avril 1999.

54 H. Noguères, La vie quotidienne des résistants de l’armistice à la Libération, Paris, 1984, p. 33.

55 Voir le témoignage de Suzanne Citron, le 20 janvier 1999, la Princesse de Croy, le 9 janvier 1999.

56 Voir R. Bédarida, Les armes de l’esprit, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris, 1977, p. 94.

57 Voir Barbara Chatenay a échoué dans sa tentative de passer avec sa fille en Espagne. Après son retour à Paris, elle est obligée de trouver avec sa famille un autre refuge clandestin. Arrêtée le 17 mars 1942, libérée, arrêtée une seconde fois le 5 janvier 1944, vu que son réseau lui avait demandé de cacher un Polonais, sa femme et leur bébé. En venant à un rendez-vous avec un autre Résistant au métro de l’Alma, elle fut mise en prison et déportée à Ravensbruck ; libérée à fin d’avril 1945. V. Chatenay, op. cit., p. 150, p. 160, p. 220-221.

58 Voir J. Fleury, Défense de la France, après Réseau Mithridate, Témoignage de Jacqueline Fleury, le 6 mars 1999 ; Gabrielle Ferrières : Mouvement Libération-Nord ; après : Réseau Cohors, Témoignage de Gabrielle Ferrières, le 29 avril 1999 ; Jeanne Chaton : Défense de la France, Libération-Nord ; La princesse de Croy : renseignement gaulliste et le maquis Mariaux de Morvan ; Suzanne Citron : appartenance au réseau Périclès, distribution de Cahiers du témoignage chrétien et travail pour le MUR. Voir Suzanne Citron, Mes lignes de démarcation, Croyances, utopies, engagements, Paris 2003, p. 66, 85. Témoignage de Suzanne Citron, le 1er février 1999.

59 Voir les témoignages d’Yvonne Abbas, le 10 mars 2006, de Michèle Agniel, le 19 décembre 2004, de Marie Fillet (Médard), 1946, Jacqueline Fleury, le 27 septembre 2004, de Marie-Jo Chombart de Lauwe, le 24 mai 1999, de Marie-Louise Streisguth, le 11 janvier 1999 et de Madame Cilia, le 3 mars 1999.

60 Témoignage d’Andrée Monier-Blachère, le 1er février 2005.

61 Voir témoignage d’Hélène Viannay, le 2 février 1999.

62 Voir L. Douzou, La désobéissance, Histoire du mouvement Libération-Sud, Paris, 1995, p. 75-76.

63 Voir S. Chaperon, Les années Beauvoir, 1945-1970, Paris 2000.

64 « Tous les Allemands étaient des occupants et nous étions tous unis dans l’hostilité que nous avions à leur égard. Si nous ne pouvions pas nous heurter à eux, nous ne voulions pas perdre notre dignité. Nous essayions de les ignorer le plus possible. Mais s’ils nous posaient une question en allemand, nous avions toujours l’excuse de ne pas parler cette langue. S’ils la posaient en français, nous ne savions jamais, ou nous pouvions les envoyer à l’inverse du lieu qu’ils demandaient ». Témoignage de Michèle Agniel, le 19 décembre 2005, voir aussi le témoignage d’Évelyne Sullerot, le 2 février 1999. Voir J. Sainclivier, D. Veillon, « Sens et formes de la Résistance française », dans La Résistance et les Français, Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps présent, no 31, 1995, p. 97.

65 Yves Durand souligne que beaucoup plus fréquents et tout aussi précoces sont les actes de sabotages. Voir Y. Durand, op. cit., p. 104. Voir R. Bédarida, Témoignage chrétien, Les armes de l’esprit, Témoignage chrétien, 1941-1944, Paris, 1977, p. 94.

66 Voir Yves Durand qui met en relief que les actes de sabotage (coupures de câbles téléphoniques de l’armée allemande) sont restés anonymes. Y. Durand, op. cit., p. 104, J. Forthoffer, « La Résistance des cheminots en zone annexée », dans R. Vandenbussche (dir.), Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique, 1940-1944, p. 93-95.

67 Ingrid Strobl met l’accent sur le fait qu’il y avait un groupe de partisans féminins de MOI à Paris qui a effectué des actes de sabotage. Voir I. Strobl, « Sag nie, du gehst den letzten Weg », Frauen im bewaffneten Widerstandgegen Faschismus und deutsche Besatzung, op. cit., p. 142.

68 Voir A. Kuhn, Die Chronik der Frauen, Dortmund, 1992, p. 509.

69 G. Guidez, Femmes dans la guerre, 1939-1945, Paris, 1989, p. 331.

Auteur

Université d’Oldenburg

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540