Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Les manifestations de ménagères dans le département du Nord de 1940 à 1944

Révolte frumentaire ou résistance ?

Jean-François Condette

Texte intégral

  • 1 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 199 (...)
  • 2 L. Douzou, La résistance française : Une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005, chapitre 3, p. 8 (...)
  • 3 J.-M. Guillon et P. Laborie (dir.), Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p (...)
  • 4 L. Douzou, La résistance française : Une histoire périlleuse, op. cit., p. 197-244.
  • 5 L. Douzou, « Les résistantes : Point de l’historiographe », dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S (...)

1Dans la France des années noires de la Seconde Guerre mondiale, de multiples manifestations de ménagères animent les rues de nombreuses villes. De manière spontanée, réagissant à ce quelles estiment être des injustices ou à une situation alimentaire jugée critique pour la survie de leur famille, mais aussi – et de plus en plus fréquemment – de manière concertée, répondant à un appel à la mobilisation émis par une force résistante, des femmes se regroupent et manifestent sur le lieu du marché ou forment un cortège qui se dirige vers la mairie ou la sous-préfecture avant d’y présenter leurs doléances. Danielle Tartakowsky identifie 753 manifestations de rues de juillet 1940 à avril 1944 parmi lesquelles elle repère 239 manifestations de ménagères1. Il s’agit donc d’un phénomène massif qui, cependant, a longtemps été ignoré par les historiens. Plusieurs éléments semblent d’ailleurs converger pour laisser dans l’oubli ces manifestations. L’image traditionnelle de la résistance, en particulier dans la phase « d’exaltation » de son histoire2, est celle du combat armé mené contre l’occupant au risque de sa vie. Dans ce schéma dominant, la résistance est d’abord militaire ou à des fins militaires. Dès lors, les manifestations de femmes pour réclamer plus de pommes de terre, du pain ou des boulets de charbon, apparaissent comme de bien trop petites choses pour être intégrées au phénomène résistant. Dans le même temps, le fait que ces actions soient menées par des femmes, est aussi un handicap dans une vision très masculinisée de la Résistance qui est d’abord une affaire d’hommes. Le renouvellement des approches de la Résistance, en montrant la forte instrumentalisation de cette histoire, « vaste champ de manœuvre idéologique où tous les coups étaient permis où les mémoires pieuses mettaient autant de ferveur à sanctifier qu’à excommunier3 », ouvre la porte, à « une historiographie remise en cause et renouvelée4 ». Au sein de problématiques élargies qui tentent de redéfinir l’acte résistant, sous l’influence aussi du développement de l’histoire des femmes, les révoltes de ménagères trouvent un droit à l’étude. Comme le signale en 2001, Laurent Douzou, « les embûches ne font pas défaut pour retracer l’histoire de la Résistance des femmes. Mais on progressera en envisageant, comme cela se fait depuis quelques années maintenant, la résistance dans son ensemble vue d’en bas5 ». C’est ce que nous proposons ici, par l’étude des manifestations de ménagères dans le département du Nord, au sein d’un espace spécifique, très vite marqué par les pénuries, et isolé au sein de la zone interdite. Comprenant de multiples villes et une forte population ouvrière, intégrant dans son espace de nombreux bastions communistes, le terrain nordiste peut sembler un remarquable point d’observation des révoltes de ménagères et d’analyse de leurs caractéristiques principales, entre émotions populaires et engagement résistant.

L’importance des révoltes de ménagères dans la France des années noires

  • 6 J.-M. Guillon, « Le retour des émotions populaires : manifestations de ménagères en 1942 », dans M (...)
  • 7 À noter cependant, Les femmes dans la Résistance, Actes du colloque tenu à l’initiative de l’Union (...)
  • 8 J.-M. Guillon, « Les manifestations de ménagères : protestation populaire et résistance féminine s (...)

2« L’ensemble de ces manifestations [...] a été très négligé par l’historiographie [...]. Le phénomène n’a pas retenu l’attention des historiens de l’opinion ou de la vie quotidienne, même les plus récents. La jeune histoire des femmes n’en a pas pris la mesure en dépit de son enthousiasme pour les luttes sexuées. Il a été totalement ignoré par l’abondante production sur la Résistance, y compris par les auteurs de référence, Henri Michel ou Henri Noguères6 ». Longtemps, l’historiographie communiste elle-même ne prête pas intérêt à cet engagement féminin7. Comme le signale JeanMarie Guillon, « cette absence vient moins d’un désintérêt pour le rôle des femmes en résistance ou d’une sous-évaluation de ce rôle, que d’une difficulté à l’appréhender dans le cadre de la Résistance, dans la mesure où celle-ci est vue d’abord comme une catégorie politique ou militaire, l’expression d’organisations clandestines, une réaction intégrée dans une ou des stratégies de lutte contre l’occupation ou la politique de Vichy8 ».

A. Mouvements de femmes et mouvements pour la soupe : L’indignité historique ?

3Pour beaucoup d’acteurs et de témoins des années noires, pour de nombreux historiens aussi pendant longtemps, les manifestations de ménagères ne sont pas réellement de Résistance mais des mobilisations nées de la misère dont les objectifs sont uniquement matériels. Plusieurs éléments semblent légitimer cette perception des choses.

  • 9 Voir B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, (...)

4Le caractère local et très décentralisé de ces manifestations, leur aspect spontané et infrapolitique au premier regard, semblent, en fait, les rapprocher des émotions populaires des temps anciens, tout comme leurs buts uniquement alimentaires. On sait que, les femmes jouèrent souvent un rôle important dans les crises frumentaires, osant braver les autorités pour réclamer à manger pour leur famille9. Ces émeutes frumentaires apparaissent comme l’affaire des femmes. Il y a là comme une vocation première liée à la survie familiale. Saisonnières, urbaines et très féminisées, parfois spontanées, ayant des objectifs matériels, les révoltes de ménagères de la Seconde Guerre mondiale ont alors de multiples points communs avec les émotions populaires anciennes, ce qui peut contribuer à brouiller fortement leur identification au mouvement résistant.

5Le fait quelles mobilisent essentiellement des femmes est aussi un facteur important qui a joué un rôle dans l’oubli de ces mouvements sporadiques. Le faible nombre des témoignages recueillis, l’absence de « mémoire vive » pour ces actions très dispersées, réalisées par des humbles qui ne revendiquent pas la « maternité » de leurs actes, ne sont pas des facteurs favorables à leur historicisation. « Les affaires de femmes » ne sont pas celles du combat résistant dans les représentations les plus communément admises.

  • 10 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », dan (...)
  • 11 F. Bedarida, « L’histoire de la Résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », dans Vingtième (...)
  • 12 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », dan (...)
  • 13 Idem, p. 26.

6La prise en compte des manifestations de ménagères dans le phénomène résistant exige une réflexion renouvelée sur la définition même de la Résistance10. Pendant longtemps, la Résistance, est d’abord, et avant toute chose, définie comme l’action des maquis, comme les actes de sabotages, autrement dit l’action armée de libération du territoire national. Mais cette définition traditionnelle a bien du mal à tenir compte de la diversité intrinsèque du phénomène. L’aide apportée aux aviateurs abattus, aux réprouvés traqués par les diverses polices, la transmission de renseignements, la participation à l’écriture et à la diffusion d’un journal clandestin, la composition de tracts sont aussi des actes résistants. Dès lors, la notion se fait plus élastique et intègre de multiples facettes qui sont parfois à la limite du dévoiement du terme. En 1986, dans un remarquable effort de clarification, François Bédarida définissait la résistance comme étant « l’action clandestine menée au nom de la liberté de la nation et de la dignité de la personne humaine par des personnes volontaires s’organisant pour lutter contre la domination, et le plus souvent l’occupation, de leur pays par un régime nazi ou fasciste ou satellite ou allié11 ». Pour Pierre Laborie, il est fondamental de bien distinguer ce que fait la résistance et ce qui fait la Résistance, sous peine de partir dans une énumération sans fin des diverses formes de sa manifestation. C’est en fait le statut de l’action qui est important. « L’exécution d’un collaborateur ou un attentat contre un membre de l’armée d’occupation sont des faits de résistance. Mais ils ne sont des actes de résistance, et ne permettent à leurs auteurs de se réclamer d’elle, que s’ils ont été accomplis avec des intentions précises et des convictions partagées12 ». S’il s’agit d’un contrat confié à des spécialistes par exemple, il y a action de résistance sans Résistance. Il faut donc que l’action ait un sens et rejoigne la volonté de nuire à l’occupant ou à ses complices. La Résistance est aussi indissociable de la conscience de résister car on ne peut être aveuglement résistant. Il faut une conscience des enjeux du présent et une réflexion sur le devenir du pays. La Résistance implique enfin un comportement de rupture, une pratique de transgression de l’ordre légal. Dès lors, la Résistance doit inclure : « la volonté de nuire à un ennemi identifié, occupant ou au service de l’occupant [...], la conscience de résister, c’est-à-dire de participer à l’expression collective et coordonnée d’un refus intransigeant, par un choix volontaire, par une adhésion responsable à des objectifs distinctement affirmés, par l’acceptation de fait ou de principe, de la nécessité de la lutte armée, avec une juste conscience du risque et du sens de la lutte [...], un engagement dans l’action fondamentalement lié à des pratiques de transgression13 ».

7Les manifestations de ménagères posent problème. On n’y trouve pas constamment et clairement affirmée, la volonté de libération du territoire national du joug nazi, ni de réelle réaffirmation des valeurs démocratiques. Certaines apparaissent spontanées et ne comportent donc pas la nécessaire prise de conscience volontaire d’un engagement et ne reposent pas sur une organisation clandestine clairement identifiée. On peut néanmoins, acontrario, mettre leur action sur le plan de la défense de la dignité de la personne humaine (F. Bédarida) et, pour beaucoup de ces manifestations, derrière leur apparente spontanéité, retrouver un certain degré de politisation et d’organisation, reposant bien sur une décision personnelle de revendication contre l’ordre établi. Aux marges de la Résistance si l’on adopte une définition stricte du terme, les manifestations de ménagères peuvent souvent apparaître comme une forme pré-organisationnelle de la Résistance.

B. Les manifestations de ménagères : mesure nationale du phénomène

  • 14 I. Avakoumovitch, « Les manifestations de femmes (1940-1944) » dans Cahiers d’histoire de l’Instit (...)
  • 15 Idem, tableau, p. 46-49. Il s’agit de manifestations de femmes à Lewarde (4 juin 1941), à Masny (4 (...)

8Les premiers travaux sur les manifestations de ménagères montrent immédiatement l’ampleur du phénomène. L’analyse d’Yvan Avakoumovitch, parue dans les Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes en 1991, tente une première approche des manifestations de femmes pendant la Guerre14, même si son étude survalorise assurément le rôle du Parti communiste dans la mobilisation des femmes contre la vie chère et les injustices du ravitaillement. Les femmes, traditionnelles organisatrices de la vie domestique, ne peuvent accepter cette situation et c’est logiquement qu’elles se mettent à revendiquer leur droit. Leurs cibles sont le commerçant, « tyran local » ou le grossiste mais aussi la municipalité ou la préfecture accusées de ne rien faire. Le Parti communiste, conscient de ce contexte explosif, a agi, selon l’auteur, pour stimuler la révolte, faire connaître ses thèses et favoriser l’entrée en résistance. La manifestation, aux buts matériels évidents, est aussi une violation de l’ordre allemand et vichyssois et un acte de désobéissance, pointant du doigt les lacunes de l’action des dirigeants, même si aucun slogan politique n’est prononcé pendant la manifestation. L’analyse d’Ivan Avakoumovitch dépasse cependant le seul cadre des révoltes de ménagères et intègre les autres mobilisations comme celles visant à libérer les prisonniers ou à soutenir un mari gréviste. Les manifestantes, essentiellement femmes d’ouvriers, emmènent souvent avec elles leurs enfants. Massées devant la préfecture ou la mairie, elles chargent une délégation de négocier avec les autorités et remettent parfois une pétition. Selon l’auteur, « tandis qu’en 1941, l’épicentre de la contestation féminine sont la région parisienne et le Nord de la France, en 1942, les points cruciaux se situent dans le Midi ». L’auteur identifie alors 155 manifestations de femmes entre les premières, le 8 novembre 1940 à Carcassonne et à Marseille, et les dernières du 2 août 1944. Dans cette chronologie, le Pas-de-Calais compte onze manifestations de femmes et le Nord en totalise cinq dont trois sont en fait des manifestations liées à la grande grève des mineurs15.

  • 16 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 199 (...)
  • 17 Idem, « Rues interdites (septembre 1939-Août 1944) », p. 443-550. Voir aussi D. Tartakowsky, « Man (...)

9Les études de Danielle Tartakowsky sur les manifestations de rues16 et ses recherches plus spécifiques sur la période de la Seconde Guerre mondiale ont permis de préciser davantage ce phénomène. Les manifestations de rue en France entre 1918 et 1968 consacrent en effet une place importante aux années 1939-1945. Alors que les « rues sont interdites17 », les Français et les Françaises en font un usage politique évident et les manifestations patriotiques se multiplient. En zone Nord, la proclamation allemande du 20 juin 1940 a pourtant restreint de manière drastique les libertés traditionnelles et soumis tout rassemblement à une demande préalable des forces d’occupation, rendant passible du Tribunal de guerre les attroupements de rue, les distributions de tracts, l’organisation d’assemblées politiques et de manifestations qui n’auront pas été approuvées au préalable par le Commandement allemand. Le régime de Vichy, par la loi du 18 juillet 1941, porte de trois à huit jours le délai nécessaire à la déclaration préalable de tout cortège et réunion. La rue devient bien un enjeu politique majeur que Gaullistes et Communistes utilisent contre les volontés de Vichy et de l’Occupant.

  • 18 Idem, p. 123. Voir aussi, D. Tartakowsky, « Ouvriers et manifestations de rues (1940-1944) », dans (...)

10Les manifestations de ménagères, avec près du tiers de celles qui ont été identifiées arrivent en tête des actions engagées avant la célébration du 14 juillet. Plus de 40 % de ces révoltes de ménagères ont lieu de novembre 1941 à novembre 1942. Près des deux tiers se déroulent entre novembre 1940 et avril 1942. Le Bassin méditerranéen, le Nord-Pas-de-Calais et la Région parisienne sont les plus touchés. « À quelques exceptions près, elles se répartissent en deux vagues successives. Leur apparition date de l’hiver 1940-1941. Le mouvement touche ensuite essentiellement la zone occupée jusqu’en mai 1941. Après l’accalmie liée aux nouvelles récoltes, le second pic de révoltes se situe à l’hiver 1941-1942. Le gros des troupes est composé de femmes issues des milieux populaires qui sont souvent accompagnées de leurs enfants. Les mouvements affichent rarement une explicite politisation et se veulent très matériels. S’il est certain que ces mouvements comportent une dimension traditionnelle, les manifestations de ménagères sont aussi des armes politiques, utilisées par la Résistance et en particulier par le mouvement communiste. La spontanéité de certaines manifestations est incontestable mais, le plus souvent, il y a bien une volonté délibérée de mobiliser les femmes avec le lancement d’un appel à l’action. Les manifestations de ménagères se déroulent presque exclusivement dans les ex-municipalités communistes de la région parisienne et dans les bastions ouvriers du Nord-Pas-de-Calais, dans un synchronisme trop parfait pour ne pas résulter de directives à tout le moins régionales, selon Danielle Tartakowsky18.

C. Les révoltes de ménagères dans le département du Nord : les limites historiennes d’une chronologie

11Le dépouillement des dossiers conservés aux Archives départementales permet de dresser une chronologie, certainement très incomplète, des manifestations de ménagères dans le département. Elles sont assurément plus nombreuses que ne le signale Ivan Avakoumovitch qui identifiait cinq manifestations de femmes dans le département du Nord. Pour le Nord, le travail sur les dossiers des Archives départementales consacrés au ravitaillement, à la surveillance policière et à la propagande communiste ou gaulliste, permet d’identifier 23 manifestations de ménagères effectives entre avril 1940 et la Libération, sans tenir compte des appels étouffés dans l’œuf, par l’intervention policière (4 cas).

  • 19 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, rapport du commandant de la brigade de Wormhout, 24 avril 1940.

12Le premier mouvement repéré est antérieur à l’invasion allemande puisqu’il s’agit d’une manifestation de femmes en colère réclamant du charbon, le 24 avril à Wormhout19. Il faut ensuite attendre janvier 1941 et les mois qui suivent pour voir un premier pic de manifestations nordistes alors que l’hiver est très rigoureux et que les pénuries, au cœur de la zone interdite, sont multiples. C’est ici plus d’un an avant la première révolte varoise.

  • 20 Arch. dép. Nord, 1 W 2652, rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 18 janvier 1941.

13Le commissaire central de Tourcoing écrit, le 18 janvier 1941, pour signaler au préfet une forte agitation dans la ville et en particulier chez les femmes. « En vous transmettant la copie d’un tract qui a été diffusé hier en très petit nombre dans différents quartiers de la ville, j’ai l’honneur de vous rendre compte que, répondant aux directives de ce tract, 120 personnes comprenant hommes, femmes et enfants se sont rassemblés place de la mairie à 18 heures20 ». Le commissaire de police, installé sur le porche de la mairie, a dissuadé les manifestants d’entrer dans le bâtiment mais la foule s’est alors dirigée vers le domicile du maire. Celui-ci, prévenu, est sorti pour discuter avec les manifestants et leur signaler que le ravitaillement ne relève plus des municipalités et qu’il va essayer de créer des soupes populaires. La foule se disperse dans le calme. Le commissaire note encore que son service de sûreté a repéré parmi les manifestants onze membres de l’ex-Parti communiste (11 hommes), en particulier un nommé Émile Mazure qui s’est fait l’interprète de tous et s’est montré assez vindicatif. « Il n’est pas douteux que ce mouvement est d’inspiration et de tendances communistes ».

  • 21 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Lille au préfet du Nord, 8 mars 1941.
  • 22 Arch. dép. Nord, 1 W 2530, rapport de gendarmerie, daté du 8 mars 1941.
  • 23 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, lettre au préfet du Nord, 10 mars 1941.

14Le commissaire de police spécial de Lille signale, dans un rapport daté du 8 mars 1941, que dans la soirée du 7 mars 1941, « des tracts ne portant aucune signature et ne se réclamant d’aucun parti politique ont été glissés sous les portes de certaines habitations de Neuville-en-Ferrain et d’Halluin. Ces tracts, intitulés Maman, mettent en relief l’insuffisance des quantités de charbon allouées aux familles et réclament une distribution hebdomadaire de 50 kilogrammes. Ils se terminent par un appel aux ménagères à se rendre en délégation à la mairie21 ». Cet appel a été suivi car 25 personnes environ à Neuville-en-Ferrain et 200 à Halluin se sont présentées ce matin devant les mairies. « Des délégations de ces attroupements, presque entièrement composés de femmes, ont présenté leurs doléances aux maires [...]. Il y a tout lieu de penser que les tracts sont d’origine communiste ». Le rapport de la gendarmerie, daté du 8 mars 1941, signale que « ce matin vers 10 h 15, une trentaine de femmes se sont rassemblées à proximité de la mairie de Neuville-en-Ferrain. Quatre femmes et un homme se sont présentés en délégation et ont demandé une entrevue à M. le maire ». La décision a été prise de remettre au préfet une pétition qui signale que la région produit beaucoup de charbon mais que l’on a très froid. « Nous ne permettrons pas que nos enfants compromettent leur santé pour toujours22 ». Le président de la délégation spéciale d’Halluin écrit, le 10 mars 1941, au préfet du Nord : « j’ai l’honneur de vous rendre compte qu’aujourd’hui, samedi 8 mars 1941, environ 150 ménagères, obéissant à un mot d’ordre lancé par une circulaire ronéotypée et non signée, se sont présentées à la mairie23 ». Par suite de la pénurie des transports, le consortium charbonnier n’a pas servi les quantités afférentes aux tickets no 5 et 6 ; certains qui n’étaient pas alors inscrits à cet organisme n’ont en outre touché aucun combustible pour le ticket no 4. Le ravitaillement en pommes de terre est également insuffisant et les ménagères demandent que la quantité rationnée de tubercules allouée soit portée à 5 kg par semaine au lieu de 1 kg par décade. Les demandeuses réclament aussi une augmentation de la ration quotidienne de pain à 350 grammes au lieu de 300 grammes réglementaires.

  • 24 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Dunkerque au préfet du Nord, 19 avril 1941.

15Le commissaire divisionnaire de Dunkerque signale, le 19 avril 1941 une manifestation de ménagères. « J’ai l’honneur de vous faire connaître que le 17 avril 1941, vers 10 heures, 200 femmes environ, habitant les quartiers de la Basse-Ville et du Jeu-de-Mail à Dunkerque se sont rendues devant la mairie de Dunkerque et ont réclamé aux services municipaux compétents la délivrance de cartes de pain supplémentaires. Éconduites, elles se sont rendues à la sous-préfecture, des abords de laquelle elles ont été refoulées par le service d’ordre [...]. Les manifestantes sont ensuite revenues par petits groupes vers la mairie de Dunkerque [...]. Rassemblées au nombre d’une centaine environ devant la mairie, elles ont réclamé des cartes de pain, des pommes de terre et des légumes secs. Dans l’après-midi, les manifestantes se sont de nouveau réunies devant la mairie et rendues à la sous-préfecture24 ». Elles ont de nouveau été refoulées par le service d’ordre. Une troisième tentative a été opérée et deux femmes ont été admises à exposer leurs doléances au maire. Le commissaire note alors qu’il ne semble pas que « ce mouvement ait une origine politique et ait été provoqué par des militants extrémistes. Il y a tout lieu de croire que, aucune distribution de pomme de terre n’ayant été faite depuis courant mars, et le bruit s’étant répandu en ville que quelques cartes supplémentaires de pain avaient été distribuées en compensation à des familles nécessiteuses, des mères de famille se sont spontanément décidées à effectuer une démonstration collective à la mairie ».

  • 25 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Valenciennes au préfet du Nord, 21 avril 1941 (...)

16Le Valenciennois est touché à son tour. Le commissaire spécial de Valenciennes rend compte au préfet, le 21 avril 1941, que « la petite manifestation de femmes de Raismes, prévue depuis quelques jours, s’est déroulée aujourd’hui, à 15 heures sans incident. 150 femmes environ dont bon nombre d’Espagnoles et d’étrangères des cités Sabatier se sont trouvées réunies sur la place devant l’hôtel de ville [...]. Elles ont timidement tenté d’envahir la mairie pour exposer aux autorités communales leur situation au point de vue du ravitaillement et réclamer notamment des pommes de terre. Avec l’aide de M. le commissaire de police de Saint-Amand et Raismes, des gardes champêtres et des inspecteurs de mon service, j’ai invité ces femmes à circuler et à s’éloigner, ce qu’elles ont fait dans le plus grand calme25 ». Au moment de la dispersion, un inspecteur a remarqué dans le groupe un militant communiste qui a été suivi et arrêté chez lui en possession d’une valise de tracts et de numéros de l’Enchaîné. Un autre rapport, daté du 18 avril 1941, précise « qu’il ne peut y avoir de doute quant au caractère communiste de cette démonstration ». Il demande le droit de perquisitionner au domicile des femmes repérées qui sont « des femmes de communistes ou des communistes elles-mêmes ».

  • 26 Arch. dép. Nord, 1 W 2558, rapport du commissaire au préfet du Nord, le 23 avril 1941.

17Le commissaire divisionnaire signale au préfet du Nord, le 23 avril 1941 que « le lundi 21 avril 1941, vers 11 heures, une cinquantaine de femmes se sont présentées en mairie de Petite-Synthe pour réclamer des cartes de pain supplémentaires, une seule distribution de pommes de terre leur ayant été faite depuis le mois de février dernier ; elles ont été reçues par le maire [...]. Aujourd’hui, 22 avril, à 11 h30, environ 120 femmes se sont de nouveau présentées à la mairie, en réclamant du pain [...]. Le maire qui revenait de la sous-préfecture a reçu les manifestantes ; il leur sera distribué des tickets permettant l’achat de 2,5 kg de pain, tickets distribués immédiatement26 ».

  • 27 Arch. dép. Nord, 1 W 1597, Manifestation de ménagères, Maubeuge et Neuf-Mesnil, mai 1941. Voir aus (...)
  • 28 Arch. dép. Nord, 1 W 2504, rapport de police du 14 mai 1941.

18Le sous-préfet d’Avesnes-sur-Helpe informe le préfet, le 14 mai 1941 que « le 9 mai 1941, j’eus connaissance par une lettre collective qui vous était destinée et ci-jointe, que le 7 mai 1941 en fin d’après-midi, des ménagères de la localité, réclamant des pommes de terre et de la margarine, avaient fait pression, en occupant la mairie, sur les membres du Comité de guerre qui, pour les calmer leur avaient délivré un bon de pain supplémentaire »27. Il explique alors que la commune de Neuf-Mesnil abrite une population ouvrière pour un territoire très petit. Les femmes n’admettent pas que cette commune, qui a moins de 2 000 habitants, ne puisse recevoir de la margarine et des pommes de terre comme les communes voisines d’Hautmont et de Louvroil, déclarées urbaines par les Allemands. Il note aussi qu’il s’agit là de foyers « communisants ». Le rapport sur la manifestation du 7 mai 1941 à Neuf-Mesnil fait état d’une soixantaine de femmes regroupées vers 17 h 30 pour réclamer des tickets de pommes de terre et de margarine. Comme le maire est absent, elles occupent la mairie et obtiennent une distribution de bons de pain. La nouvelle se répandant dans la ville, des femmes arrivent en masse devant la mairie. Le secrétaire de mairie est giflé mais les manifestantes finissent par se disperser. Il identifie les meneuses comme étant des femmes de métallurgistes des usines d’Hautmont et de Maubeuge, signalant en particulier une certaine Constant, ménagère, mère de trois enfants âgés de cinq, quatre et trois ans et d’un bébé de dix-huit mois. Son mari est prisonnier en Allemagne. Le mouvement lui apparaît spontané. En liaison avec ce qui s’est produit le 7 mai 1941 à Neuf-Mesnil, le commissaire note qu’une centaine de ménagères de Maubeuge se livrèrent à un mouvement de protestation devant la mairie à 14 h 30, dans l’après midi du 9 mais le maire était. Le 12 mai, elles se reformèrent en groupes au nombre d’une cinquantaine devant la mairie. Le maire leur fit connaître qu’il recevrait une délégation le lendemain 13 mai à la condition quelles se dispersent. Le 13 mai, une nouvelle réunion d’une vingtaine de femmes a lieu à 9 heures et la délégation de quatre femmes est reçue28.

  • 29 Arch. dép. Nord, 1 W 2652, rapport du commissaire de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juin 1941.

19Le commissaire de Tourcoing signale, le 17 juin 1941 qu’un groupe « d’environ 80 femmes du quartier de la Marlière, accompagnées de leurs enfants, sont venues ce jour vers 10 h 30 à la mairie dans l’intention de s’élever contre les difficultés du ravitaillement29 ». L’accès à la mairie ayant été interdit, une délégation de cinq personnes est reçue. Elle comprend quatre ménagères et Charles Laurent, père de onze enfants vivants et bientôt père d’un douzième. Les quatre ménagères ont respectivement trois, quatre, six et sept enfants. Le maire a signalé que les sacrifices étaient communs à tout le département mais a promis d’intervenir auprès de la préfecture.

  • 30 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du commissaire aux renseignements généraux au préfet du Nord, le (...)

20Après ce pic de l’hiver 1940-1941 et du printemps 1941, l’accalmie semble se faire sur le front des manifestations de ménagères avant qu’une seconde vague ne soit perceptible au cours de l’hiver 1941-1942, en particulier en février et mars 1942, les réserves alimentaires étant une nouvelle fois épuisées tout comme les réserves de charbon. Le commissaire aux renseignements généraux, le 2 février 1942, signale une manifestation importante devant la mairie d’Armentières, le 28 janvier30. La cause en est la quantité de charbon accordée par les services du ravitaillement, devenue notoirement insuffisante pour faire face à la rigueur inaccoutumée du froid. Le commissaire relève en « second lieu, l’envie suscitée par les distributions gratuites de combustible par la Kommandantur d’Armentières directement ou par l’intermédiaire du Secours national. En effet les Autorités allemandes, disposant d’un excédent appréciable de charbon, en font des distributions gratuites aux hôtels, restaurants ou cafés habités ou simplement fréquentés par les officiers de l’armée d’occupation, aux ouvriers travaillant dans les ateliers ou entreprises allemands, aux personnes qu’il leur convient de récompenser [...]. Le Secours national ayant reçu pour sa part 3 000 kg de charbon de la Kommandantur, pour être distribués aux familles nécessiteuses, la répartition terminée, cette quantité n’ayant pu permettre de secourir qu’un nombre insuffisant de personnes dans le besoin, les réclamations n’ont pas manqué de pleuvoir de tous côtés ». Le commissaire note que, si certaines femmes « s’étaient probablement concertées avant de se trouver là, il est non moins certain qu’un nombre de personnes venues individuellement à la Mairie pour réclamations ou formalités se joignirent au nombre des manifestantes ». Une centaine de femmes se trouvent réunies le 28 janvier 1942 à 9 heures du matin dans le hall de la mairie. Des cris divers sont poussés, les manifestantes réclamant un supplément de charbon et marquant leur hostilité à l’égard du maire. « La police municipale parvint à contenir la foule avec toute la modération désirable, étant donné que l’assistance se composait uniquement de femmes toutes honorablement connues, [...], mères de famille, certaines arborant la médaille de la Famille française, femmes enceintes sur le point d’accoucher, personnes âgées ». Le maire n’étant pas là, une dizaine de femmes se sont dirigées vers son domicile particulier mais la police les a dispersées. Les services municipaux ont cédé et mis en circulation des tickets, la distribution de charbon étant aussitôt entreprise. Le commissaire souligne « qu’aucune des personnes ayant l’habitude de figurer dans les manifestations et démonstrations publiques organisées par le Parti communiste n’a été remarquée et cette manifestation ne semble pas avoir eu de dessous politique ».

  • 31 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du commissaire de police de Valenciennes au préfet, 3 février 19 (...)

21Le rapport du commissaire de police de Valenciennes, daté du 3 février 1942, signale lui aussi une manifestation, le lundi 2 février 1942 à 15 h 30 à Hérin. « Un groupe de 100 à 150 femmes réclamant des pommes de terre, s’est porté vers la mairie où une délégation a été désignée pour entrer en contact avec le chef du service local du ravitaillement. M. le maire d’Hérin ayant promis de faire le nécessaire pour procurer des pommes de terre à ses administrés, la manifestation s’est dispersée sans incident [...]. Il y a lieu toutefois de noter que c’est à la suite d’un mot d’ordre lancé par affiches manuscrites, placardées dans la nuit du 1er au 2 courant que cette démonstration a été déclenchée ». Une quête aurait été faite alors que des exemplaires de l’Enchaîné sont passés discrètement de mains en mains. « On est bien obligé de reconnaître sans aucun doute possible, qu’il s’agit bien d’une manœuvre communiste classique se situant dans le plan général d’agitation de ce parti31 ».

  • 32 Idem, rapport du commissaire des renseignements généraux au préfet du Nord, le 14 mars 1942.

22À Houplines, le commissaire des renseignements généraux, le 14 mars 1942, informe le préfet que, dans la nuit du 11 au 12 mars, des tracts ont été glissés sous certaines portes de la commune invitant les ménagères à se rendre en groupe à la mairie, le samedi 14 mars à 15 heures pour manifester contre les distributions du ravitaillement en légumes secs en particulier. « Cette manifestation semble d’origine communiste32 ».

  • 33 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du préfet du Nord au secrétaire d’Etat à l’Intérieur, 4 avril 19 (...)
  • 34 Idem, rapport du commissaire principal, daté du 31 mars 1942.

23Le préfet du Nord signale le 4 avril 1942, des troubles à Valenciennes et à Petite-Forêt. « J’ai l’honneur de vous rendre compte que deux manifestations de femmes ont eu lieu les 27 et 30 mars respectivement à Valenciennes et à Petite-Forêt. À Valenciennes, un groupe de 100 femmes environ s’est réuni devant la sous-préfecture pour protester contre la diminution de la ration de pain. La police dispersa facilement les manifestantes dont quelques-unes furent admises à pénétrer dans les bureaux du ravitaillement où elles furent invitées à faire connaître leurs doléances par écrit. À Petite-Forêt, une vingtaine de femmes qui s’étaient réunies à proximité de la mairie se dispersèrent dès l’arrivée des agents de police. Des enquêtes ont immédiatement été entreprises en vue de découvrir les inspirateurs de ce mouvement qui appartiennent incontestablement au Parti communiste33 ». Des perquisitions ont été effectuées au domicile de femmes qui s’étaient signalées avant la guerre par leur activité au sein de groupements communistes. L’enquête policière a été fructueuse à Petite-Forêt. Parmi les instigatrices, Marie Lavalle, a été « l’une des principales instigatrices de la tentative de manifestation contre la mairie le 15 mai 1941 pour réclamer des pommes de terre ». Elle a été condamnée le 14 novembre 1941 par le Tribunal correctionnel de Valenciennes à 6 jours de prison et 660 francs d’amende pour outrages à garde et ivresse. Il signale aussi les cas de Marie Poignet et d’Angèle Fromont dont la famille est composée de « sympathisants communistes ». Pour la manifestation de Valenciennes, le rapport, daté du 31 mars, signale que « ce mouvement est incontestablement d’inspiration communiste ». Le mot d’ordre a été lancé par cinq femmes du quartier : Louise-Alphonsine Duchemin, une active militante du groupement l’Union des femmes contre la guerre ; Marie-Augusta Pocher, Germaine Petit condamnée par le Tribunal correctionnel de Valenciennes pour « entraves à la liberté du travail » ; Marie-Antoinette Bailly et Marie-Louise Dournel « appartiennent à des familles d’ouvriers communistes ». Toutes sont connues et la femme Pocher était militante notoire, affiliée à l’Association des Amis de l’URSS34 ».

  • 35 Arch. dép. Nord, 1 W 2529, rapport du 22 juin 1943.

24Le retour au calme est très net. Il n’y a plus de réelle vague de manifestations, tout du moins selon nos sources, jusqu’à la Libération. Le sous-préfet d’Avesnes-sur-Helpe, le 22 juin 1943 signale que la journée du 18 juin 1943 qui devait être, selon Radio-Alger, une journée d’agitation gaulliste a été assez calme. « La journée du 18 juin n’avait été marquée par aucun incident à l’exception d’une manifestation à Neuf-Mesnil où vers 17 h 30, une centaine de femmes se présentèrent à la mairie pour y réclamer le bénéfice des distributions de pommes de terre et de confitures qui avaient eu lieu dans la ville d’Hautmont et dont elles avaient été privées, Neuf-Mesnil étant classée comme rurale35 » Le sous-préfet demande une révision du classement de la commune. L’intendant, directeur départemental du ravitaillement général du Nord, émet un avis favorable, le 17 mai 1943. Le rapport du commissaire de police daté du 19 juin 1943 signale que les manifestantes se sont retirées à la vue des uniformes et « qu’aucun propos ou cri n’a été proféré.

  • 36 Wormhout (24 avril 1940), Dunkerque (17 avril 1941), Neuf-Mesnil (7 mai 1941) et Armentières (28 j (...)
  • 37 L’auteur distingue trois vagues : printemps 1941, printemps 1942 et l’été 1944.

25Nous retrouvons, pour le Nord, la plupart des éléments dégagés par Jean-Marie Guillon et Danielle Tartakowsky. Les manifestations de ménagères obéissent à un rythme saisonnier et sont nombreuses de janvier à mai quand les réserves alimentaires s’épuisent. Si certaines apparaissent comme des coups de colère spontanés face à une injustice ou à une situation jugée catastrophique pour les familles (4 manifestations sont assurément spontanées36 sur les 23), dix sont suscitées par tracts ou appels des forces communistes alors que nous sommes sans précisions satisfaisantes pour les autres mais avec de fortes présomptions d’influence communiste pour beaucoup. Celle du 18 juin 1943, quant à elle, semble associer mot d’ordre gaulliste et appel communiste. Les appels à manifestations non suivis d’effets (4 cas) sont évidemment politisés, tout comme les deux manifestations patriotiques liées au 14 juillet. Quatre pôles géographiques semblent dominer : le Valenciennois, le Douaisis, les communes périphériques de la métropole lilloise et la région dunkerquoise qui sont aussi les zones ouvrières les plus denses. Le déroulement est presque constamment le même ; un regroupement des femmes devant la mairie, la réception par le maire d’une délégation réduite et une déclaration de principe qui promet d’améliorer les choses. Les effectifs sont très variables de 20 à 200 de femmes. Les hommes sont très peu présents alors que les enfants le sont davantage. Seules quelques rares actions débouchent sur des distributions, les autorités rappelant à de nombreuses reprises la nécessaire fermeté à adopter pour éviter la contagion37.

Les manifestations de ménagères dans le département du Nord : des actions précoces et de plus en plus influencées par le mouvement communiste

26Les manifestations de ménagères, telles que l’on peut les percevoir au travers des sources existantes, sont surtout marquées par leur précocité. Quinze des vingt-trois manifestations de ménagères réellement effectuées, le sont entre janvier et juin 1941. Si l’on y ajoute l’action d’avril 1940 dans la région de Dunkerque, 70 % des manifestations se déroulent avant l’entrée en guerre de l’URSS. Les mouvements se développent par la suite, surtout en janvier-mai 1942, mais leur intensité baisse et le phénomène disparaît pratiquement alors qu’il est attesté et vivace dans de nombreux départements du sud de la France.

A. Des manifestations précoces liées à la situation dans la zone interdite

  • 38 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, rapport du commandant de la brigade de Wormhout daté du 24 avril 1940.

27La première, celle de Wormhout, le 24 avril 1940, est liée au manque de charbon. Un négociant a reçu un wagon de 20 tonnes et, durant la matinée, en a vendu en gare et en ville. Dans l’après-midi, il a entreposé 2 000 kilogrammes chez lui, pour le vendre, le lendemain. Dans la soirée, une vingtaine de femmes, avec des brouettes ou des voitures d’enfants, sont encore devant sa porte. Se rendant compte qu’elles ne seront pas servies et doutant qu’une vente soit faite le demain, elles manifestent alors « un mécontentement assez vif38 ».

  • 39 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord (1940-1944), dans Revue d’histo (...)
  • 40 É. Dejonghe, « Aspects du régime d’occupation dans le Nord et le Pas-de-Calais durant la Seconde G (...)
  • 41 É. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Vo (...)

28Pour quinze des vingt-trois manifestations, qui se développent entre janvier et juin 1941, il faut tenir compte de la situation très spécifique des départements septentrionaux longtemps coupés du reste de nation par la ligne de démarcation, celle de la zone interdite, alors que les réquisitions ennemies sont multiples et la densité des troupes d’occupation très forte. Le département du Nord est confronté à l’état de guerre, face à l’Angleterre proche, tout en étant un enjeu économique de premier ordre par sa richesse industrielle et agricole. La Somme, verrouillée le 7 juillet 1940, est « une nouvelle frontière solidement cadenassée39 » alors que la frontière belge, par contre, cesse presque d’exister, de multiples productions nordistes prenant le chemin des usines et des villes belges et allemandes. De juin 1940 au printemps 1941, les tendances autonomistes de l’administration militaire allemande vont d’ailleurs en se durcissant40. Cet isolationnisme imposé a des répercussions immédiates et majeures sur l’économie. Le trafic commercial est suspendu avec la zone libre et limité à quelques produits indispensables, privant de nombreuses entreprises de leurs fournisseurs et de leurs clients. Les comités d’organisation et les offices de répartition de Vichy sont interdits et remplacés par des Warenstellen (offices de répartition des marchandises) mis en place dès août 1940 et contrôlés par les Allemands puis transformés en Offices centraux de répartition et de production en décembre 1940. Le rattachement au Commandement militaire de Bruxelles pèse de tout son poids sur l’économie régionale41.

  • 42 É. Dejonghe, « Le Nord isolé : Occupation et opinion (mai 1940-mars 1942) », dans Revue d’histoire (...)
  • 43 É. Dejonghe et Y. Le Marier, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), op. cit., « (...)
  • 44 É. Dejonghe, « Le Nord isolé : Occupation et opinion... », article cité, p. 74.
  • 45 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation (juin 1940-juin (...)
  • 46 Idem, p. 693.

29Dès lors, « ce qui caractérise le Nord pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est d’une part l’extrême dureté de son régime d’occupation, d’autre part la profondeur de la crise sociale42 ». Les municipalités sont accablées sous les charges et les amendes alors que se multiplient les réquisitions et les déportations de main-d’œuvre43. « Le Nord et le Pas-de-Calais furent les seules régions occupées de l’Europe de l’Ouest, à subir de juin 1940 à mai 1941, les rigueurs de la déportation du travail44 ». En 1941, la quasi-totalité des machines fabriquées par Fives-Cail, 75 % de la laine, 75 % du lin, 30 % du coton sont expédiés outre Rhin45. Dès août 1940, il est décidé que les mines du Nord et du Pas-de-Calais alimenteront les industries de la région parisienne, de Meurthe-et-Moselle et d’Alsace-Lorraine. Les entreprises manquent de matière première et d’énergie et tournent au ralenti alors que le chômage se développe. Le charbon est aussi largement utilisé par les troupes d’occupation pour leur chauffage au sein des logements réquisitionnés. Très vite, la viande, le lait et les pommes de terre manquent cruellement alors que les prix pratiqués par le marché noir sont exorbitants. Certains produits ne peuvent être acheminés. Le 13 novembre 1940, par exemple, le Commandement allemand du Grand Paris interdit aux abattoirs de la Villette toute livraison de viande à la région du Nord et les préfets des départements de la zone occupée font de même dans les mois qui suivent. Ce n’est que le 3 décembre 1941 que les autorités occupantes de Paris et de Bruxelles signent un compromis laissant reprendre les échanges46.

  • 47 Ibidem, p. 695.
  • 48 Arch. dép. Nord, 1 W 1603, Note de direction du service du ravitaillement général, 29 juillet 1940

30De plus, l’année 1940 a été très mauvaise au niveau agricole pour la région du fait de l’invasion allemande. Une partie importante des troupeaux a été perdue, tuée, volée ou réquisitionnée alors que le blocus de la zone interdite ne permet plus de les nourrir. Les moissons ont été faites dans des conditions déplorables tandis que tout manquait : main-d’œuvre, matériels et chevaux. La récolte de blé a été en grande partie soustraite par l’Occupant. Dans le même temps, un drainage ininterrompu des richesses agricoles s’opère au profit des militaires allemands, de l’Allemagne et de la Belgique. Dès lors, « l’insuffisance des ressources agricoles qu’aggravent l’isolement et les accaparements entraîne une véritable crise de subsistance qui s’accroît de juin 1940 à juin 1941. Dès juillet 1940, le lait condensé, le sel, les conserves, les fromages, les pâtes, l’huile et le savon deviennent introuvables. La consommation de viande et de produits laitiers est réduite selon les arrondissements de 40 à 60 % de son niveau d’avant-guerre47 ». Une note interne à la préfecture du Nord émanant de la Direction du service du ravitaillement général, le 29 juillet 1940, s’inquiète de la situation alimentaire. Par son importante population urbaine, le département du Nord se trouve dans une situation particulièrement difficile. Les grandes villes peuplées d’ouvriers sont nombreuses mais les usines ne fonctionnement pas normalement et le chômage est important, il est donc de toute nécessité d’empêcher, autant que faire se peut, le coût de la vie de croître, surtout pour les denrées de première nécessité notamment le pain. Cette question du prix du pain paraît dominer l’ensemble du problème car si elle n’était pas résolue dans des conditions permettant aux moins favorisés de s’alimenter suffisamment, de sérieux troubles seraient à craindre48.

  • 49 R. Bargeton, É. Dejonghe, Y. Le Maner et P. Oddone (éd.), Rapports du préfet Fernand Carles, tome  (...)
  • 50 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation... », article ci (...)
  • 51 R. Bargeton, É. Dejonghe, Y. Le Maner et P. Oddone (éd.), Rapports du préfet Fernand Carles, op. c (...)
  • 52 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation... », article ci (...)

31L’hiver s’installant, la situation se dégrade rapidement. Le rapport du préfet Caries daté du 2 février 1941 note que « tous les efforts tentés par le Service du ravitaillement général pour instaurer, dans le département, les mesures de rationnement et le système des feuilles de tickets conformes au régime national, ont échoué et l’autorité occupante a maintenu l’application dans ce département du Nord des taux de rationnements conformes à son appréciation personnelle de la situation locale49 ». Dès lors les pénuries s’accentuent. À partir de février 1941, après épuisement des dernières réserves, la « crise devient aiguë50 ». Il n’y a plus de pommes de terre avant juin sur le marché des villes et la ration journalière de pain (300 à 450 grammes selon le type de cartes) est elle-même menacée. Les réserves de viande et de produits laitiers sont en cours d’épuisement. Le préfet Caries note, dans son rapport du 5 février 1941 : « en conclusion, la situation du mois de janvier laisse à prévoir des difficultés de ravitaillement très sévères pour les mois à venir si les échanges avec le reste de la France ne peuvent être rétablis51 ». Fin mars 1941, il n’y a plus rien dans les boucheries. En avril 1941, il n’y a plus qu’une seule distribution de viande par semaine. Au même moment, les rations hebdomadaires de beurre tombent de 100 grammes à 50 grammes. Le marché noir se développe très rapidement mais le monde ouvrier en est exclu car les prix sont prohibitifs. « D’août 1940 à décembre 1941, le prix d’un cochon adulte passe de 1 000 francs à 8 000 ou 10 000 francs ; le kilogramme de beurre, de 20-50 francs à 100-160 francs ; le kilogramme de pommes de terre, de 1,50 francs à 5 ou 10 francs52 ». Vers juin 1941, le salaire urbain minimum est de 1 100 francs par mois. Un ouvrier travaillant sur les chantiers allemands peut toucher jusqu’à 3000 francs ; un mineur de fond touche environ 1 600 francs au minimum.

32C’est dans ce contexte très difficile qu’il faut replacer la première vague des manifestations de ménagères.

  • 53 Arch. mun. Lille, 5 H 8/3, Rapports sur la situation générale à Lille, rapport de mars 1942.
  • 54 Arch. dép. Nord, 1 W 91, rapports mensuels sur le ravitaillement, juillet 1941-avril 1942.

33Le second pic touche la période de janvier à mai 1942 avec une intensité moindre, mais avec les mêmes stigmates alimentaires. Le maire de Lille écrit, en mars 1942 ; « la diminution de la ration de pain des consommateurs âgés de plus de 20 ans qui sera appliquée à partir du 1er avril prochain, va mettre la population en présence de grosses difficultés car elle ne peut déjà assurer sa subsistance que très péniblement. En effet, les pommes de terre reçues, il y a quelques mois, ont été consommées en totalité et les quantités de légumes secs distribuées n’ont pas été suffisantes pour couvrir les besoins normaux pendant plus de six semaines53 ». En mai 1942, il signale que « l’annonce d’une nouvelle diminution de la ration de pain a provoqué chez les Lillois une véritable angoisse. [...]. La préparation des repas pose aux ménagères un problème quasi-insoluble surtout dans les familles ouvrières ». Les rapports mensuels du Service du ravitaillement de la Préfecture notent, eux aussi, une lente mais profonde dégradation au cours de l’hiver 1941-194254. En mars 1942, « la population se trouve actuellement démunie de pommes de terre, l’approvisionnement de 50 kg distribué l’année dernière étant épuisé [...]. La ration de viande ne dépasse pas 150 grammes par semaine et le beurre correspondant à la ration de mars ne pourra être servi partout dans le Nord avant le 15 avril ». On annonce aussi la réduction de la ration de pain portée à 275 grammes au lieu de 300 grammes pour les adultes et à 150 grammes au lieu de 200 grammes pour les enfants jusqu’à six ans.

B. Un indéniable lien avec la résistance communiste

  • 55 É. Dejonghe et Y. Le Maner, « Un bastion au Nord : Les communistes du Nord et du Pas-de-Calais de (...)
  • 56 Ibidem, p. 204.

34Les dossiers montrent avec certitude un lien fort entre les manifestations de ménagères et le mouvement clandestin communiste. Le département du Nord, tout comme son voisin, le Pas-de-Calais, apparaît en effet comme un « bastion55 » du Parti communiste. 34 mairies sont communistes dans le département du Nord après les élections municipales de 1935 ; le Parti comptabilise 18 % de suffrages dans le même département aux élections législatives de 1936 (moyenne nationale 12,5 %). La croissance des effectifs du Parti est aussi très forte au cours de l’année 1936 même si, après ces jours fastes, un tassement est perceptible en 1938 puis un recul en 1939. On passe, pour le Nord et le Pas-de-Calais, de 5 482 adhérents en 1935 à 20 800 adhérents en 1939. L’implantation n’est pas uniforme cependant et le territoire se divise entre citadelles socialistes et bastides communistes. « Les bastides communistes, ce sont le Valenciennois, le Douaisis, et quelques clairières en forêt socialiste (Halluin-la-rouge, Aulnoye)56 ».

  • 57 É. Dejonghe et Y. Le Maner, « Un bastion au Nord... », com. citée, p. 217.
  • 58 Idem, p. 218.
  • 59 Voir É. Dejonghe, « Les communistes dans le Nord-Pas-de-Calais de juin 1940 à la veille de la grèv (...)

35La signature du Pacte germano-soviétique a surpris les communistes du Nord et entraîne de multiples tensions et remises en cause, les dirigeants étant fortement malmenés par leur base. Les mesures gouvernementales appliquées avec rigueur et « en quinze jours, du 5 au 18 octobre, le parti font disparaître de la scène politique57 ». Les municipalités contrôlées dans le département du Nord sont destituées, tout comme les conseillers généraux, municipaux et d’arrondissement. Les syndicats où le parti est majoritaire sont dissous alors que les fonctionnaires réputés membres du PCF sont mutés ou révoqués. Arrestations préventives et perquisitions se multiplient pour faire taire la presse communiste désormais illégale. La ligne officielle du Parti qui condamne la guerre, entraîne aussi de multiples ruptures d’engagement. « Sous les coups, le parti se désagrége. Il se rétracte sous la forme d’alvéoles dans ses anciennes zones de force : Halluin, le Douaisis et le Valenciennois58 ». Dès novembre 1939 se forment de nouvelles cellules. Ces noyaux, longtemps isolés les uns des autres, sont peu à peu fédérés de manière clandestine au cours de l’année 1940, et dans les premiers mois de l’année 1941, l’occupation allemande renforce la détermination patriotique de nombre de militants communistes qui rejettent les consignes de la direction nationale59. La reconstruction clandestine de l’appareil communiste s’opère peu à peu. Une presse communiste clan destine se développe, constamment traquée par les autorités allemandes et françaises, avec comme titre phare L’Enchaîné du Nord. Des groupes et mouvements spécifiques se forment et les jeunes disposent ainsi de L’Avant-Garde (décembre 1940) puis d’En Avant (mai 1941).

  • 60 Ibidem, p. 236.

36C’est dans ce contexte de reconstitution d’une structure partisane, qu’apparaissent les manifestations de ménagères et la publication de La Ménagère du Nord. Il y a là, assurément, une stratégie concertée de réaffirmation de l’influence communiste sur les masses populaires nordistes. Les pénuries alimentaires, aggravées par le refus allemand de laisser passer du bétail et des matières grasses de la zone occupée vers la zone interdite exaspèrent les Nordistes. « Le terrain était donc favorable pour les manifestations communistes contre la vie chère. Elles prirent la forme d’attroupements devant les magasins ou de cortèges qui se rendaient à l’hôtel de ville pour protester contre le manque de charbon et les injustices du ravitaillement. De pareils défilés sont signalés un peu partout de janvier à mai dans les cités minières, la conurbation lilloise et à Dunkerque. Ils étaient préparés par les réseaux de la Ménagère, annoncés par tracts et parfois encadrés par des Jeunesses communistes qui protégeaient les meneuses60 »

  • 61 Arch. dép. Nord, 1 W 1934, propagande communiste.
  • 62 Arch. dép. Nord, 1 W 4697-6, année 1941

37Les tentatives communistes de mobilisation des ménagères en 1941 et 1942 sont évidentes dans le Nord. De nombreux tracts appellent souvent à la « mobilisation des mamans » contre la faim et la misère. Le commissaire spécial de Valenciennes signale au préfet, le 20 janvier 1941, qu’à la fin décembre dernier, des cartes intitulées « Chère Madame », ont été glissées sous les portes de certaines maisons de Valenciennes. Elles appellent à la lutte pour le retour des prisonniers « souffrant de faim et de froid ». « Pour que se réalise notre vœu le plus cher, la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers de guerre, il faut que le peuple agisse, que toutes les mères et épouses de France aillent en délégation aux préfectures et y clament leurs doléances. Courage et confiance. Vous n’êtes pas seule ; le Parti communiste français, toujours vivant, est à vos côtés et aucune répression n’étouffera la voix du peuple61 ». En 1941, diverses campagnes de tracts utilisent un petit papillon orné de la faucille et du marteau et signalent : « 1789 : 10 000 femmes entraînées par Méricourt marchent sur Versailles en réclamant du pain. Femmes de France, imitez vos grands-mères62 ».

  • 63 Idem, rapport du commissaire aux renseignements généraux adressé au préfet du Nord, le 1er mai 1942
  • 64 Ibidem, rapport du commissaire aux renseignement généraux au préfet du Nord, daté du 1er mai 1942.

38Le rapport du Commissaire aux renseignements généraux du 1er mai 1942 donne un « aperçu sur la situation générale dans l’arrondissement de Lille » et note de nombreuses distributions de tracts, jetés la nuit sur la voie publique, glissés dans les portes ou collés sur les murs des édifices63. À Comines, des drapeaux tricolores sur lesquels ont été peints la faucille et le marteau ont été apposés ; des drapeaux rouges ont été jetés sur les lignes téléphoniques. À Wervicq, le commissaire note de nombreux tracts d’obédience communiste, tout comme à Lambersart où L’Humanité et La vie ouvrière ont été distribuées. À Houplines, des papillons ont été collés en ville invitant les femmes de la localité à se rendre à la mairie à 15 heures pour y manifester contre l’insuffisance du ravitaillement. Des exemplaires de La vie ouvrière ont été glissés sous les portes. De telles pratiques sont repérables dans de nombreuses autres localités du département. Des tracts ont été diffusés à Seclin intitulés « Femmes du Nord ! Alerte ! ». Le rapport du commandant de la section de Lille, daté du 2 mai 1942, tente d’en dire plus sur les tracts communistes de Seclin. « Le 1er mai 1942, la police locale de Seclin a découvert deux paquets de tracts d’inspiration communiste s’adressant aux femmes, d’une cinquantaine d’exemplaires chacun ». L’un s’intitulait « Femmes du Nord » et l’autre « Pour un 1er mai de lutte ». Un autre rapport du commissaire aux renseignements généraux, daté du 1er mai 1942, signale que « des papillons ont été collés la nuit dernière sur les murs de la commune d’Houplines. Ces papillons qui sont sans doute d’obédience communiste, invitent les femmes de la localité à se rendre aujourd’hui à la mairie à 15 heures pour y protester contre l’insuffisance du ravitaillement et pour y réclamer une distribution de pommes de terre64 ». De nombreux petits tracts roses signés Les Comités féminins, exigeant du pain et de multiples feuillets de l’Humanité du 1er mai 1942 titrant « En avant pour un 1er mai de combat ! Hors de France les occupants » ont été diffusés.

  • 65 Arch. dép. Nord, 1 W 180, journée des mères, 31 mai 1942.

39La journée des mères, instaurée par le régime de Vichy est transformée le 31 mai 1942 en manifestation revendicative. Le préfet du Nord, dès le 13 mai, signale l’interdiction de toute manifestation publique sur les places et dans les rues. Le commissaire principal de Valenciennes signale, le 1er juin, une petite agitation à Bruay-sur-Escaut et à Raismes où des tracts ont été collés et un exemplaire de La Ménagère du Nord, titrée « Femmes du Nord pour l’action en avant ! », a été diffusé. Le journal signale : « cette défense ne peut se borner à des lamentations plus ou moins platoniques que nos bourreaux hitlériens et leurs vils serviteurs de Vichy et de Paris négligent d’entendre ; seule l’action, mais l'action énergique peut nous apporter le remède à nos maux ». La Ménagère du Nord insiste sur le manque de pain et signale que le 27 avril à Boussois près de Maubeuge, des femmes ont eu le courage de se réunir en cortège et d’aller chercher le maire à son travail. Il a alors donné des tickets supplémentaires ; « Formons nos cortèges, rendons-nous dans les mairies et préfectures ; exigeons ! [...]. Il vaut mieux envisager le combat pour le pain et la liberté que de mourir dans la misère et l’esclavage65 » !

40S’il ne faut pas voir la main du Parti communiste derrière chaque manifestation de ménagères, il est certain que le mouvement clandestin intègre ce type d’action dans sa stratégie de lutte contre l’occupant et le régime de Vichy et dans sa volonté de réaffirmer son influence sur des milieux populaires.

C. L’importance du rôle de la presse clandestine : La Ménagère du Nord

  • 66 Voir Arch. dép. Nord, 1 W 4700, presse clandestine.

41Diverses feuilles épisodiques, rendent comptent de la mobilisation des ménagères et appellent à l’action notamment deux journaux L’Enchaîné et surtout La ménagère du Nord66.

  • 67 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, propagande communiste, mois par mois, année 1942.
  • 68 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, L’Enchaîné de février 1942.

42Le commissaire aux renseignements généraux signale au préfet, dans son rapport du 20 juillet 1942, une forte agitation communiste durant la semaine du 12 au 18 juillet. « Un tract, Vive le 14 juillet et appelant à manifester a été distribué dans de nombreuses communes dont Seclin, Lomme, La Madeleine, Comines, Wervicq, Neuville-en-Ferrain, Roubaix et Lille67 ». L’Enchaîné de février 1942 fait le point sur les manifestations de ménagères. « À Hérin, une centaine de femmes sont allées à la mairie pour réclamer des pommes de terre ; le maire à promis une prochaine distribution ; à Valenciennes, à Petite-Forêt, à Halluin, à Armentières et à Annappes, des délégations importantes se sont rendues aux mairies pour obtenir du charbon [...]. Il est prouvé que la lutte pour obtenir du charbon et des vivres peut donner des résultats substantiels dans la mesure où la lutte est organisée. Ménagères, groupez-vous dans les Comités féminins et engagez la lutte contre les responsables de vos souffrances68 ». Dans son numéro de janvier 1942, L’Enchaîné a déjà appelé à la lutte des femmes au verso de la feuille clandestine. « Abreuvées de souffrance et de misère, les femmes sont aussi dans la lutte ». Le journal décrivait alors la pénurie générale et les effets de la faim et du froid. « Ce pillage est permis, voulu, organisé par un gouvernement aux ordres des bourreaux [...]. Femmes du Nord et du Pas-de-Calais, si vous voulez sauver vos enfants de la misère, luttez auprès des patriotes français, aidez et conseillez vos maris ».

  • 69 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, rapport du commandant de gendarmerie de Lille au préfet, le 18 mars 194 (...)

43Le commandant de gendarmerie de Lille, le 18 mars 1942, signale que « des tracts émanant certainement du Parti communiste ont été passés de mains en mains dans les usines de tissage d’Houplines [...]. L’un établi sur un quart de feuille, invite les femmes d’Houplines à se rassembler le samedi 14 mars à 15 heures pour protester contre l’insuffisance de la ration de pois secs alors que dans les communes urbaines elle est d’un kilogramme (500 grammes ici) [...]. L’autre intitulé La Ménagère du Nord, organe des Comités féminins du Nord, daté de février 1942, met en relief les répercussions possibles des restrictions sur la santé des enfants et invite les mères de famille à manifester devant les mairies69 ». L’appel a été entendu. « Répondant à un appel lancé par tracts, une centaine de femmes se sont rendues à la mairie d’Houplines, le 14 mars courant à 15 heures pour exposer au maire leurs doléances sur la pénurie de ravitaillement [...]. Ces tracts qui, de toute évidence, sont d’obédience communiste, ont été glissés dans les boîtes à lettres ou distribués dans les ateliers ».

44 L’Enchaîné du 15 mai 1941 signale le succès d’une manifestation de ménagères à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) où 250 femmes se sont rendues en cortège à la mairie pour obtenir des pommes de terre. Régulièrement, le journal communiste clandestin appelle les ménagères à la lutte et décrit les conditions de vie difficiles des Nordistes. Le numéro de juin 1942 signale ainsi : « Ménagères ! En masse organisez des manifestations avec vos enfants contre le mauvais ravitaillement. En masse, envahissez les dépôts de charbon de la SNCF ». L'Enchaîné de septembre 1943, dans une édition spéciale féminine, annonce le recrutement d’une promotion « Pour la libération de la France ». Selon le journal, près de 4 000 femmes du Nord et du Pas-de-Calais ont rejoint les rangs du Parti communiste français. Suit alors un vibrant éloge de Martha Desrumaux et des femmes communistes. « On les trouve partout en avant pour le combat contre le Boche envahisseur ; ce sont elles qui entraînent les ménagères dans les manifestations pour le pain des gosses [...]. Mamans, vous n’avez pas le droit de laisser vos gosses dépérir de faim ». Il faut s’unir, former des délégations qui se rendront dans les mairies.

  • 70 Arch. dép. Nord, 1 W 1934, propagande communiste.
  • 71 Arch. dép. Nord, 1 W 1 W 4 700-20, La Ménagère du Nord, une feuille recto-verso dactylographiée.
  • 72 Idem, La Ménagère du Nord, numéro 28 du 14 juillet 1941.

45 La Ménagère du Nord, apparaît comme le symbole de cet engagement communiste. Édité par les comités populaires féminins du Nord, La Ménagère du Nord appelle à la mobilisation des femmes. « Nous voulons du pain » titre la feuille recto-verso qui fait alors allusion à l’exemple des ménagères d’Hautmont qui ont manifesté à une centaine, le 28 février 1941 et ont obtenu une carte entière de pain. Une autre manifestation, le lendemain, a permis la distribution de pain supplémentaire. Le journal cite aussi le cas des femmes de Sains-du-Nord qui ont manifesté en février70. « Cette fois, ce sont les femmes de Sains-du-Nord, un petit village de l’Avesnois qui nous montrent ce que peuvent obtenir les femmes lorsqu’elles sont unies. À la fin du mois de février, les femmes de Sains-du-Nord se sont rendues à la mairie et ont réclamé une distribution de pommes de terre [...]. Les femmes ont tenu bon et quelques heures plus tard, on distribuait 5 kg de pommes de terre à toute la population ; nous voulons des légumes secs, du charbon. Groupons-nous devant les mairies ; réclamons, exigeons partout les produits indispensables à notre vie71 » ! Le numéro 28 du 14 juillet 1941 en appelle à la mobilisation patriotique et se fonde sur l’histoire de France en expliquant la lutte des femmes pour le pain à travers l’histoire. « Leur exemple nous guide ! Femmes, multiplions nos délégations près des municipalités pour demander du pain. Exigeons un ravitaillement en pommes de terre plus régulier, plus abondant [...]. Femmes, réclamons du charbon. Nos mines en produisent mais, accaparé par l’armée d’occupation, il sert à faire des avions, des tanks qui vont tuer le peuple soviétique et le peuple anglais ». Le journal lance alors un appel à la création de comités populaires féminins et termine en félicitant les femmes de mineurs qui « ont aidé leurs maris dans la grève72 ».

  • 73 Ibidem, La Ménagère du Nord, numéro de mars 1942.

46Les numéros suivants poursuivent le même combat et intègrent les nouvelles du front, les dénonciations des atrocités nazies et du régime collaborateur français, en les associant au récit des faits d’armes des militants communistes. Une place est constamment consacrée aux actions des ménagères. En février 1942, le journal invite toujours les femmes à former des comités pour se rendre à la mairie, tout en dénonçant aussi le mensonge de la relève. Le numéro de mars 1942 décrit l’importance des restrictions. « Pétain veut nous affamer ; il diminue la ration de pain [...]. Lorsqu’une louve n’a plus de quoi nourrir ses petits, elle sort du bois et s’attaque à l’homme Nous sommes des mères, nous ne serons pas plus inhumaines qu’une bête, nous ne laisserons pas pleurer nos enfants parce qu’ils ont faim. Mamans, ménagères, dressons-nous contre ceux qui nous affament, le gouvernement Pétain. Que de tout notre département sortent des pétitions signées par des milliers de ménagères, que des mamans forment des délégations auprès des maires. Accablons le préfet de lettres et de réclamations collectives. Que de partout, et partout gronde et monte le mécontentement73 ». En janvier 1943, le journal fait allusion à une manifestation qui s’est déroulée sur le marché de Wazemmes où un rassemblement spontané de ménagères a réclamé du pain.

  • 74 Arch. dép. Nord, 1 W 1375, année 1944, rapport du commissaire de Roubaix du 3 janvier 1944.

47 La Ménagère du Nord, fortement touchée par les arrestations policières, réussit à maintenir son existence. Le commissaire de Roubaix écrit le 3 janvier 1944 au chef du service des renseignements généraux pour lui indiquer que La Ménagère de novembre 1943 a été découvert à Roubaix74. « Mamans, ménagères ouvrières ! L’hiver 1943-1944 sera rude mais il sera victorieux par notre lutte contre Hitler et ses valets de Vichy ! Plus de légumes verts, la ration de pain insuffisante, les petits enfants, sous-alimentés, vont, si l’on agit pas, souffrir de la faim [...]. Il va faire froid dans le logis des petites gens si une augmentation de la ration de charbon n’est pas allouée [...]. Tout cela parce que l’occupant et ses complices qui se disent Français pillent les richesses de la France et lui impose le plus odieux des régimes [...]. Si les femmes savent s’unir dans l’action, elles verront bientôt le terme de leurs misères et de leurs inquiétudes. L’ennemi est affaibli et l’armée soviétique réalise des avancées considérables sur tout le front, lui porte des coups toujours plus terribles ; les troupes anglo-américaines avancent en Italie tandis qu’en France, comme dans tous les pays occupés, les patriotes harcèlent inlassablement l’occupant maudit [...]. Unissez-vous dans vos comités féminins pour imposer une diminution du coût de la vie ».

  • 75 Arch. dép. Nord, 1 W 1375, Appel de l’Union des Femmes françaises.

48Il ne faut cependant pas voir, dans toutes les manifestations de ménagères, la seule main du mouvement communiste et de la Ménagère du Nord. Plusieurs rapports de police, surtout pour les premiers mouvements, en 1941, notent, nous l’avons vu, la spontanéité de certaines mobilisations. Mais, de plus en plus, l’action des femmes apparaît intégrée dans une stratégie globale de lutte contre l’occupant et le régime de Vichy, lutte opérée au sein de comités. L’appel de l’Union des Femmes françaises, adhérente du Front national, pour le 14 juillet 1944 est diffusé assez largement dans le Nord. Il lance un nouvel appel à l’union des ménagères, des paysannes, des intellectuelles, des commerçantes et des ouvrières, pour « aller dans les mairies et les préfectures demander un meilleur ravitaillement ». Elle invite à une manifestation de 11 à 12 heures dans chaque ville, dans chaque village, aux cris de : « 500 grammes de pain, des pommes de terre, du lait pour nos petits. Que partout du plus petit coin du Nord monte la voix des mères qui ne veulent plus que leurs petits aient faim75 ».

Le déclin précoce des révoltes de ménagères dans le département du Nord

  • 76 D. Tartakowsky, « Géographie des manifestations de rue », dans L. Douzou, R. Franck et D. Veillon (...)

49Près de 70 % des manifestations de ménagères du Nord recensées se déroulent avant l’attaque allemande contre l’URSS (22 juin 1941) et la seconde vague d’agitation a ensuite lieu entre janvier et mai 1942. Au-delà de cette date, nous n’avons retrouvé que deux cas, en décembre 1942 puis en juin 1943. Ce déclin rapide interpelle l’historien, tout en sachant qu’il s’agit peut-être aussi d’une illusion rétrospective liée aux lacunes documentaires. Très vite en effet les Autorités d’occupation et françaises, multiplient les consignes à la presse pour étouffer l’agitation et ne pas publier d’articles, par crainte de la contagion. En juillet 1942, le Gouvernement débat en cabinet des manifestations provoquées par les difficultés de ravitaillement et adopte diverses mesures visant à censurer toute information les concernant. Les consignes données aux préfets sont aussi d’exiger des maires qu’ils ne cèdent pas afin d’éviter l’effet boule-de-neige76. Il faut donc rester prudent sur cet arrêt des manifestations de ménagères après mai-juin 1942. Il se peut en effet que, tout en existant encore, ces actions soient systématiquement occultées. Il n’en demeure pas moins que les rapports de police et les documents administratifs ne les mentionnent plus, ce qui doit aussi correspondre à un réel déclin de cette forme d’action.

50A. Une relative amélioration des conditions alimentaires avec la fin de la zone interdite.

  • 77 E. Dejonghe, « Aspects du régime d’occupation dans le Nord et le Pas-de-Calais durant la Seconde G (...)

51Le Militär Befelshaber für Belgium und Nord Frankreich de Bruxelles, qui a la haute main sur le département du Nord et l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille, amorcent progressivement une lente normalisation de leurs rapports avec les autorités de Vichy et le Commandement allemand de Paris. Alors que le département a été presque totalement coupé du reste de la nation depuis l’invasion de mai-juin 1940, on note « une adaptation réticente aux réalités77 » de la part des autorités allemandes à partir de juin 1941. La guerre contre l’URSS exige désormais des moyens gigantesques et les Allemands, face à la transformation de la guerre en guerre d’usure, acceptent d’élargir leurs rapports avec le régime de Vichy qui, de son côté, recherche la collaboration. Le maintien de l’isolement des Nordistes au sein de la zone interdite exaspère le ressentiment des populations et risque de jeter ses habitants dans les bras de la Résistance, le succès de la grande grève des mineurs (mai-juin 1941) ayant aussi impressionné les Allemands. Dès lors, l’étau se desserre peu à peu et, à partir de mai 1941, secrétaires d’État et ministres de Vichy, multiplient les voyages dans le Nord-Pas-de-Calais. La normalisation des rapports entre les deux départements et le reste de la France s’opère avec le retour de Laval aux affaires à partir d’avril 1942. L’occupation de la zone libre, à partir de novembre 1942 vient ensuite unifier le sort du territoire national, même si les départements septentrionaux sont constamment marqués par l’importance des troupes d’occupation et le climat permanent de guerre, à proximité du front anglais.

52Dès avril 1941, consciente des risques sanitaires mais aussi politiques d’une pénurie alimentaire, soucieuse de disposer d’une main-d’œuvre pouvant travailler, l’OFK 670 tente d’améliorer la situation et autorise l’entrée en zone interdite de livraisons de blé et de viande de boucherie ou de pommes de terre. Faute de transports efficaces, les arrivages ne sont cependant pas à la hauteur. Les autorités allemandes, de concert avec les françaises veillent davantage au ravitaillement des villes à partir de la mi-1941. Dans le même temps, on censure l’information.

  • 78 Arch. mun. Lille, 5 H 11/24, circulaire du préfet Caries aux maires du 18 avril 1941.
  • 79 Voir Arch. dép. Nord, 1 W 1558, rapports de police sur les villes du Nord, 1941. Ils insistent bea (...)
  • 80 Arch. dép. Nord, 1 W 378, circulaire du 1er octobre 1941 et courriers divers des maires au préfet.

53Les autorités savent bien que le ravitaillement est vital. La circulaire du préfet Caries aux maires du département, datée du 18 avril 1941, leur demande de tout faire pour protéger les tickets de rationnement qui doivent être mis en sûreté à la fois dans les opérations de transport, de stockage et de distribution. « La fréquence des vols de titres de rationnement ces temps derniers, démontre que les mesures de sécurité prises par les maires sont, dans la plupart des cas, réellement insuffisantes78 ». Les vols de récoltes et de légumes dans les jardins se multiplient aussi très rapidement79. Dès lors, face aux préjudices commis, la circulaire du 1er octobre 1941 exige l’organisation d’un service de garde des silos et autres bâtiments contenant des récoltes80. De multiples lettres attestent de la mise en place de cette garde. En 1942, les autorités allemandes, relayées par le préfet, tentent aussi, pour enrayer la fréquence des vols de récoltes dans les champs, de relancer le système des gardes de nuit.

54Après des années extrêmement difficiles, la situation alimentaire, tout en demeurant très délicate, semble être un peu moins dramatique en 1943 et 1944, la fin de l’isolement de la zone interdite et la reprise des échanges avec le reste de la France permettant la reprise de certains mouvements de denrées.

  • 81 Arch. dép. Nord, 5 H 4/1 (septembre 1940) à 5 H 4/15 (février 1942), rapports journaliers de polic (...)
  • 82 Chanoine L. Detrez, Quand Lille avait faim (1940-1944), Lille, SILIC, 1945, p. 5 et suivantes.
  • 83 Idem, livre II, chapitre II : « La bataille du pain », p. 92-103.

55Face aux très fortes tensions des hivers 1940-1941 et 1941-1942, de nombreuses municipalités, pour éviter les catastrophes sanitaires ont mis en place des systèmes d’aide pour les plus démunis, qui semblent assez efficaces. Les sources lilloises ne révèlent pas de manifestations importantes de la part des ménagères, même si l’on trouve une multiplicité d’affaires concernant le ravitaillement, en particulier de très nombreux vols de fruits et légumes dans les jardins, d’importantes affaires de marché noir et de surveillance des commerces et des marchés81. Il semble bien en fait que la municipalité a réussi à mettre en place une gestion de la pénurie assez efficace. Certes, « le spectre de la famine82 » existe mais « la bataille du pain83 » est prise en charge par les autorités municipales.

B. Censure et répression policière : les femmes aussi

56Les autorités militaires allemandes ne cessent de pourchasser les membres des mouvements résistants. S’il n’y a jamais de répression violente à l’encontre des manifestations ménagères, les services policiers veillent systématiquement et tentent d’identifier les meneuses ou les meneurs et, dans les jours qui suivent les interrogatoires et les perquisitions se multiplient qui aboutissent souvent à des peines d’emprisonnement. Durant toute la période de l’occupation, la police allemande et les services de l’Abwehrstelle opèrent souvent avec brutalité et multiplient les exécutions sommaires ou les représailles aveugles.

  • 84 F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, 388 p.
  • 85 I. Avakoumovitch, « Les manifestations de femmes (1940-1944) » dans Cahiers d’histoire de l’Instit (...)
  • 86 Arch. dép. Nord, 1 W 246, arrêté du préfet Fernand Caries daté du 28 mars 1941.

57L’engagement des femmes est ici aux antipodes de l’éternel féminin84 prôné par le régime de Vichy qui manie à la fois la carotte et le bâton. Le régime prend des mesures préventives pour tenter d’améliorer les conditions alimentaires mais renforce aussi les patrouilles de police et le réseau d’informateurs, pour intercepter les diffusions de tracts et déjouer à l’avance des appels à la lutte. Le dispositif de surveillance est peu à peu renforcé alors que dans le même temps la répression se fait plus dure contre les femmes85. Il faut supprimer les queues devant les magasins par tous les moyens. Le préfet Fernand Caries tente de responsabiliser l’opinion et de faire peur à la population86.

  • 87 Arch. dép. Nord, 1 W 2557, rapport du commissaire au sous-préfet de Valenciennes, 15 mai 1941.

58Ainsi, le commissaire de police de Petite-Forêt signale au sous-préfet de Valenciennes, dans son rapport du 15 mai 1941 : « j’ai été informé que les femmes de Petite-Forêt se proposaient d’aller manifester aujourd’hui à la mairie à 9 h 30 pour y réclamer des pommes de terre. Dès hier soir, les instigatrices de ce mouvement allaient de portes en portes alerter et recruter des manifestantes. Toute la nuit, j’ai fait effectuer des rondes à Petite-Forêt. Ce matin à 8 h 30, je me suis rendu à Petite-Forêt accompagné de dix agents de mon service et de deux gendarmes de la brigade d’Anzin. Immédiatement, j’ai fait parcourir les rues de la ville par les forces de police et fait rentrer chez elles les femmes qui se disposaient à frapper à nouveau aux portes de leurs voisines [...]. Grâce aux précautions prises, il ne s’est produit aucun incident. [...]. Dans une enquête à laquelle je me suis livré à l’effet d’identifier les meneuses, il ressort que ces dernières sont des parentes de communistes notoires87 ».

  • 88 Arch. dép. Nord, 1 W 1213, Organisation des femmes communistes, lettre de l’OFK 670 au préfet du N (...)

59Les militantes subissent de plus en plus la répression conjointe de l’armée d’occupation et des représentants du régime de Vichy. Une lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, datée du 22 avril 1942, l’informe que « la police de sûreté de Lille, a instruit une vaste enquête contre l’organisation féminine communiste. Les résultats des recherches laissent prévoir que la plus grande partie de l’appareil du Parti communiste illégal, pourra être découverte. Une partie des fonctionnaires féminines est déjà arrêtée [...]. L’OFK est d’accord pour que la procédure soit menée par les autorités françaises [...]. Par conséquent, vous êtes prié de reprendre la procédure et d’en charger les services de la police française compétents ». La remise de la procédure est faite sous la condition d’informer l’OFK du résultat des nouvelles recherches et qu’avant que soit prévue une libération quelconque, l’accord de l’OFK 670 soit demandé88. Le dossier contient de nombreux procès-verbaux des interrogatoires et des aveux des militantes qui finissent, après des jours de maltraitance, par avouer la rédaction ou la distribution de tracts communistes, la réception de valises de tracts. Marie Bouchez, le 26 novembre 1941, nie tout en bloc. Le 17 décembre 1941, elle commence à en dire un peu plus, usée par l’isolement et les mauvais traitements. Le 4 février 1942, elle en avoue davantage : « Auguste Lecoeur, est venu chez moi et m’invitait à m’occuper du KPF illégal ». D’autres femmes doivent justifier la possession de machines à ronéotyper ou de paquets de tracts. Après avoir souvent nié toute responsabilité (« c’est mon frère, décédé ; c’est un inconnu qui m’a remis une valise... »), elles finissent par craquer. Alphonsine Delanois « appartenait depuis 1936 à un comité féminin, affilié au PCF. Dès 1941, elle est en lien avec des clandestins du PCF et apparaît comme la « monitrice de l’activité féminine du PCF illégal de la section de Somain ». Elle s’occupe du matériel de propagande et reçoit « de la Porquet, des matrices des Ménagères du Nord » à reproduire. Elle se sert ensuite de plusieurs collaboratrices de Somain pour la distribution de tracts et la perception des cotisations. À propos d’Adeline Lepot, arrêtée le 31 octobre 1941, il est noté : « son activité pour le PCF se situe à l’époque de mai 1941 jusqu’au mois d’août de la même année. Elle a distribué des tracts Les ménagères du Nord et était chargée en outre de recruter des membres pour l’activité féminine et de percevoir des cotisations ».

60Madeleine Porquet (dit Anna) apparaît comme l’une des responsables du mouvement nordiste et son interrogatoire permet de saisir la teneur de l’engagement de cette institutrice de Lomme puis de Lille. « Le 1er octobre 1941, j’ai été licencié de l’enseignement. Le motif était ma qualité de membre du groupe féminin contre la guerre et le fascisme ». Elle déclare ne pas être membre du Parti communiste mais appartenir au Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. « J’ai repris une activité illégale pour le comité féminin », en particulier pour la diffusion de la presse et des tracts. Réinterrogée à la prison de Cuincy le 31 octobre 1941, elle déclare : « je devais éditer de ma propre initiative un journal illégal et élaborer des projets de tracts ainsi que les publications habituelles. Comme titre pour le journal illégal, je proposais Ménagères du Nord, lequel fut adopté ». Elle reçoit Propagande féminine dont elle s’inspire pour rédiger Ménagères du Nord. Le second endroit « pour la multiplication de Ménagères du Nord se trouvait chez Louis Lallemand, domicilié à Tourcoing ». Une liste de collaboratrices dans les différentes villes du Nord est ensuite précisée dont Alfreda Marquant (Vieux-Condé) : « elle recevait de moi les projets pour Ménagères du Nord » et s’occupait de la fabrication des matrices et de leur ampliation ». Réinterrogée le 1er novembre 1941, Madeleine Porquet fournit de nouvelles listes. La copie d’un état des lieux du matériel retrouvé chez elle relève : des projets de lettres au général Niehoff et au préfet Caries (le Général est accusé de piller la France et le préfet d’être un satellite docile), divers appels destinés aux femmes, un projet de tract pour les Ménagères du Nord d’octobre 1941, des plans et des cartes diverses, un appel à la libération de Martha Desrumaux, divers tracts et papillons à distribuer dans les queues de ménagères, quinze exemplaires de Propagande féminine et une liste de personnes en relations avec elle.

  • 89 Arch. dép. Nord, 1 W 1371, rapport du préfet au secrétaire d’État à l’Intérieur, 11 septembre 1942

61L’organisation peut sembler décapitée mais très vite, elle se reconstitue. Un rapport du préfet, daté du 11 septembre 1942, fait part de sa déception en faisant le bilan de la campagne de tracts et brochures de propagande communiste pour le département du Nord, entre le 30 août et le 5 septembre89. « On remarque à nouveau une recrudescence de l’activité communiste clandestine qui s’est particulièrement manifestée dans la région de Roubaix, Comines, Wervicq, Halluin. Il y a lieu de noter que l’organisation féministe clandestine qui avait été complètement désorganisée à la suite des arrestations opérées [...] semble s’être reformée et avoir repris l’impression et la diffusion de tracts. En effet depuis quelques mois déjà, il n’avait plus été trouvé un seul exemplaire du périodique ronéotypé La ménagère du Nord. Cette feuille d’obédience communiste reparaît à nouveau et quelques exemplaires en ont été jetés sur la voie publique à Roubaix ces jours derniers ». La répression et l’emprisonnement de nombreuses militantes ont certes affaibli l’équipe éditoriale du journal mais n’ont donc pas réussi à stopper sa propagande. Il n’en demeure pas moins que l’appesantissement de l’appareil policier et la lourdeur des sanctions finissent par avoir une influence sur l’engagement des ménagères qui semblent moins suivre les consignes de la presse et des tracts communistes après la mi-1942. La politisation désormais évidente des appels à la manifestation détourne aussi un bon nombre des ménagères de cette forme d’action.

C. Une mobilisation féminine qui diversifie ses engagements résistants

  • 90 Arch. dép. Nord, 1 W 672 ; rapport de police du 21 juillet 1941 et courriers divers.
  • 91 Arch. dép. Nord, 1 W 1955, rapport du 24 novembre 1942.
  • 92 Arch. dép. Nord, 1 W 1015, lettre du commissaire de police spéciale de Lille au préfet du Nord dat (...)

62Les femmes du Nord sont aussi très présentes, en dehors des mouvements de grèves ou de soutien aux grèves masculines qui mériteraient une étude spécifique, dans les multiples manifestations à connotation patriotique, qui se déroulent tout au long de l’occupation. La Feldkommandantur 670 écrit au préfet du Nord, le 21 juillet 1941 pour signaler l’attitude hostile de la population envers les soldats allemands, à l’occasion de l’atterrissage d’un avion ennemi près de Thumeries, le 2 juillet 1941. Des habitants ont même menacé les Allemands avec des fourches à fumier90. La population, dont de nombreuses femmes, a témoigné déjà à différentes reprises, d’une attitude analogue. Des incidents se produisent tout au long de l’occupation dans de nombreuses villes du Nord. Une amende de 200 000 francs est infligée à la ville de Marcq-en-Baroeul en décembre 1942 après une manifestation de sympathie de la population (soixantaine de personnes) envers un parachutiste américain blessé le 8 novembre 1942, les trois autres étant déjà arrêtés par les forces militaires allemandes91. Suite à des manifestations de sympathie envers un aviateur anglais le 7 juillet 1941, les communes de Gondecourt et de Seclin sont sanctionnées par les autorités allemandes. Une lettre du commissaire de police spéciale de Lille au préfet du Nord datée du 8 octobre 1941, revient sur cette affaire. Le 7 juillet 1941, au cours d’un combat aérien, un appareil anglais est abattu ; le pilote qui s’est jeté en parachute, atterrit sur le territoire de la commune de Gondecourt. « Des habitants de cette localité se seraient alors livrés à une manifestation de sympathie à l’égard de l’aviateur anglais abattu. Des femmes notamment, invitées par un officier allemand, à rentrer dans leur demeure, auraient quelque peu protesté92 ».

  • 93 Arch. dép. Nord, 1 W 246, rapport au sous-préfet de Douai, le 14 juillet 1941.
  • 94 Arch. dép. Nord, 1 W 246, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord ; 14 juillet 1941.

63Le commissaire de police de Waziers signale le 14 juillet 1941 pour que ce matin, vers 11 heures, un rassemblement s’est formé rue de la mairie à Sin-le-Noble, dirigé par une femme, Béatrice Croenne, épouse Gilbert. « L’intéressée passe dans la localité pour être une excentrique et une exaltée ». Entourée d’une cinquantaine d’enfants, et de quelques femmes, elle a voulu se rendre au monument aux morts situé place de la liberté. Un garçonnet de huit ans tenait à la main un drapeau tricolore. La dispersion a été rapide dès l’arrivée des gendarmes et de la Feldgendarmerie. Les autorités occupantes ont décidé d’interdire temporairement la circulation dans les rues à partir de 15 heures et de fermer les débits de boissons93. Le sous-préfet de Douai, en date du 14 juillet 1941, revient sur cette manifestation et en dit un peu plus. Un rassemblement de femmes et de jeunes gens, avec des fleurs rouges dans les cheveux ou à la boutonnière, a déposé au monument aux morts de Sin-le-Noble, une banderole aux couleurs nationales avec l’inscription : « nous vaincrons : honneur et patrie ». Une autre banderole aux trois couleurs avec un V et une croix de Lorraine a été déposée devant la statue de Jeanne d’Arc94 ».

  • 95 Arch. dép. Nord, 1 W 179 : interdiction des manifestations le 10 mai 1942 : fêtes de Jeanne d’Arc. (...)

64Des mouvements similaires sont organisés pour les diverses commémorations nationales telles que la fête de Jeanne d’Arc, le 11 novembre ou l’anniversaire de la bataille de Valmy. Une lettre du préfet du Nord au Commandant de la compagnie de gendarmerie du 8 mai 1942 lui demande de renforcer les patrouilles et de surveiller attentivement les cimetières surtout ceux où sont des tombes anglaises. À Lille, une surveillance de la statue de Jeanne d’Arc est organisée pendant des jours et l’accès à la statue est barré par des cordons de gardiens de la paix95. Les femmes, tout au long de la guerre, semblent jouer un rôle important dans ces mouvements de résistance spirituelle.

  • 96 Arch. dép. Nord, 1 W 2351 ; rapport de police du 13 décembre 1943.

65De nombreux faux appels sont aussi lancés pour inciter les populations à revendiquer auprès des municipalités et des notables. Un rapport du commissaire d’Halluin signale que « le 11 décembre 1943, une vingtaine de personnes environ se sont présentées en mairie, service du ravitaillement munies chacune d’une convocation à l’effet de retirer un bon de charbon96 ». Ces bons sont des faux. Un autre rapport, daté du 20 février 1943, signalait déjà que des tracts avaient été distribués dans la nuit du 19 au 20 février 1943. « La teneur de ces tracts avait pour but de tromper la confiance des ménagères qui étaient invitées à se rendre aux chantiers Toulemonde à Halluin, ce jour à 15 heures pour toucher un supplément de charbon ». La municipalité a démenti la nouvelle et fait surveiller les rues.

  • 97 Arch. dép. Nord, 1 W 2368, lettre du préfet Caries à l’OFK 670 de Lille, 1er septembre 1942

66Des pétitions réclament des rations supplémentaires où l’on retrouve souvent de nombreuses femmes comme initiatrices ou signataires. Il s’agit souvent de communes situées à la périphérie des grandes villes et qui ont été classées dans les communes rurales, bénéficiant ainsi de moins d’avantages dans le ravitaillement. Ce sont en effet les Autorités allemandes de l’OFK 670 qui ont discriminé les communes urbaines des communes rurales à la suite d’enquêtes rapides réalisées par les Kreiskommandanturen locales. Une lettre du préfet Caries datée du 1er septembre 1942 signale ainsi : « la ville d’Hem, notamment, qui comprend 6 000 habitants dont la plupart sont des ouvriers occupés dans les usines de Roubaix, est sérieusement désavantagée vis-à-vis des habitants roubaisiens en ce qui concerne le ravitaillement général. Nous nous permettons de vous adresser sous ce pli, une liste de pétitionnaires comprenant des habitants relevés au hasard et ce dans une seule maison de commerce (épicerie). Dans l’espoir que vous voudrez bien revoir le classement de cette localité et faire attribuer à ses habitants la même part qui leur revient qu’à leurs camarades d’atelier ou de bureau97 ». La pétition, après avoir développé l’argumentaire repris par le préfet, signalant par exemple que pour le ravitaillement du mois d’août 1942, il a été distribué un kilogramme de sucre par habitant à Roubaix et que ceux de Hem, habitant parfois « à quelques centaines de mètres de leurs collègues de Roubaix » n’ont reçu que 500 grammes. La liste des signatures (trois pages) suit cette déclaration et compte 66 noms dont 16 femmes.

  • 98 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du capitaine de gendarmerie du 22 mars 1942.

67Le rapport du capitaine de gendarmerie du 22 mars 1942 signale, des incidents en gare de Roubaix. Le 22 mars 1942 à 17 h 20, un mouvement spontané et hostile, d’une certaine importance, s’est produit en gare de Roubaix à l’égard du service de police qui y avait été mis en place pour la répression du trafic illicite de pommes de terre. À l’arrivée du train venant de Lille, une trentaine de gendarmes surgissent en effet pour contrôler les sacs. 200 à 250 personnes, (hommes et femmes), portent un ou plusieurs sacs de pommes de terre alors que dans la salle d’attente et sur la passerelle dominant les voies, environ 500 personnes les attendent pour les aider au transport. Dès les premières opérations de saisie, « la foule est devenue houleuse et agressive98 » et la Feldgendarmerie a dû intervenir. Une saisie de 3 000 kg de pommes de terre a été réalisée mais l’identité des personnes n’a pas été relevée pour apaiser la situation.

  • 99 É. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Vo (...)
  • 100 Arch. dép. Nord, 1 W 2566, chef du service régional de la police de sûreté à l’intendant de police (...)

68Au-delà de ces multiples formes de fronde auxquelles participent de nombreuses femmes, il faut aussi remarquer que la structuration progressive des divers réseaux résistants dans le département, en lien avec le mouvement communiste mais aussi avec les autres tendances de la Résistance99, offre aux femmes qui souhaitent s’engager dans la lutte contre l’occupant et contre le régime de Vichy, des possibilités désormais importantes. Il semble acquis que la mobilisation pour la libération du sol national et, plus largement, pour la victoire contre les forces de l’Axe, mais aussi la lutte contre le STO, deviennent les priorités de l’action résistante à partir de 1942-1943 et que les appels à l’organisation de manifestations de ménagères, toujours bien présentes dans les tracts, ne soient plus les formes prioritaires de l’engagement. Le chef du Service régional de la police de sûreté dans son rapport mensuel d’activité100, le 30 décembre 1942, signale l’importance des actions résistantes. Il note ainsi dans la nuit du 29 au 30 novembre, une tentative de cambriolage de la mairie de Genech par des inconnus, dans l’intention évidente de dérober les cartes d’alimentation, mais aussi plusieurs sabotages de wagons et d’appareils dans les usines. Le 28 novembre, un cambriolage a eu lieu à la mairie de Cuinchy et 400 cartes ou bons de rationnements, 40 paquets de cigarettes, 110 francs ont été dérobés. Le 15 décembre, le déboulonnage de la voie ferrée de la ligne Paris-Dunkerque, à Mazingarbe, a entraîné le déraillement du train de marchandises. Il signale encore, le 21 décembre, le déraillement d’un train de charbon qui se dirigeait vers Meurchin, mais aussi de multiples cambriolages dans les usines. Les temps changent et l’on franchit bien de nouveaux paliers dans l’engagement résistant.

  • 101 J. Galtier-Boissière, Journal (1940-1950), Paris, Quai Voltaire, 1993, 1079 p, « Mon Journal penda (...)
  • 102 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 199 (...)

69Si certaines manifestations de ménagères organisées dans le département du Nord participent assurément d’une logique archaïque qui est celle des émotions populaires, mobilisations désespérées de femmes confrontées à une situation de pénurie au sein de leur famille, il apparaît cependant que nombre de ces révoltes sont intégrées dans une stratégie de dénonciation des pouvoirs en place et de l’occupant allemand. Elles sont alors intégrées dans une logique qui est bien celle de la Résistance. Dans cette mobilisation des femmes au sujet du ravitaillement, le rôle du Parti communiste clandestin apparaît très nettement au travers de La Ménagère du Nord. Fortement déstabilisé par son interdiction, le Parti utilise à n’en pas douter, les difficultés de la vie quotidienne, pour tenter de réaffirmer son influence et pour recruter de nouveaux membres. Si ces manifestations de ménagères obéissent à un calendrier saisonnier qui est bien celui des émeutes frumentaires anciennes, se déroulant essentiellement de janvier à mai, il faut surtout noter, dans le département du Nord, le caractère précoce de ces formes d’action et leur déclin rapide. Près de 70 % des manifestations de ménagères identifiées se déroulent avant juillet 1941 et cette forme de mobilisation semble ensuite décliner. Quatre éléments peuvent permettre d’expliciter cette évolution originale du département. Il y a tout d’abord la progressive ouverture de la frontière longtemps infranchissable de la Somme qui avait isolé le Nord du reste de la nation, empêchant ainsi les échanges commerciaux et en particulier alimentaires. L’amélioration, toute relative, de la situation alimentaire, est réelle et permet de ne plus connaître les affres terribles de l’hiver 1940-1941 puis ceux de l’hiver 1941-1942. Il y a ensuite l’impact des politiques menées par les diverses municipalités nordistes qui mettent en place des cantines populaires et divers services d’aide à la population alors que dans le même temps les autorités allemandes et françaises tentent de remédier aux situations extrêmes de pénurie. Il faut ensuite tenir compte de l’extrême rudesse de la répression allemande et française qui, à plusieurs reprises, décapite les mouvements résistants et en particulier l’équipe de la Ménagère du Nord alors que l’affichage plus clairement politique des manifestations de ménagères fait aussi reculer certaines Nordistes. Il faut enfin tenir compte de l’évolution générale de la situation militaire, du développement important des réseaux structurés de résistance et de l’état de l’opinion. Progressivement, à partir de la fin de l’année 1941 ou de la mi-1942, il semble bien que la manifestation de femmes soit « passée de saison » et que l’engagement désormais prioritaire soit celui de la lutte pour la future libération du territoire national et de l’Europe. Les femmes rejoignent d’autres structures plus opérationnelles. Leur combat pour le ravitaillement ne devait cependant pas prendre fin avec la libération du département en septembre 1944 car les difficultés persistent encore bien longtemps. Dans son Journal, Jean Galtier-Boissière note, au 19 janvier 1945 que 1 200 habitants de Denain ont envahi le carreau des mines d’Anzin et se sont emparés de 150 tonnes de charbon. 350 ménagères de la même localité ont tenté de défoncer les portes d’une raffinerie de sucre101. Danielle Tartakowsky compte, entre août 1944 et décembre 1945, 499 manifestations de rue dont 304 liées au ravitaillement. Entre janvier 1946 et avril 1946, il y a encore 26 manifestations dont 14 pour le ravitaillement102. La Guerre, assurément, pour de nombreuses femmes, a accéléré la prise de conscience de l’importance de leurs luttes et finalement œuvré à l’intégration des femmes dans la communauté politique nationale.

Annexes

Annexes.

Les manifestations de ménagères dans le département du Nord (avril 1940 — août 1944)

24 avril 1940

Wormhout

20 à 30 femmes

Charbon

18 janvier 1941

Tourcoing

120 personnes

Charbon, ravitaillement

28 février 1941

Haumont

100 femmes

Pain

Février 1941

Sains-du-Nord

60 femmes

Pomme de terre

8 mars 1941

Neuville-en-Ferrain

30 femmes

Charbon

8 mars 1941

Halluin

130 femmes

Charbon

17 avril 1941

Dunkerque

200 femmes

Pain, ravitaillement

21 avril 1941

Petite-Synthe

50 femmes

Pain

21 avril 1941

Raismes

150 femmes

Pommes de terre

22 avril 1941

Petite-Synthe

120 femmes

Pain

7 mai 1941

Neuf-Mesnil

60 femmes

Pomme de terre et margarine

9 mai 1941

Maubeuge

100 femmes

Pain, pommes de terre

12 mai 1941

Maubeuge

50 femmes

Pain, pommes de terre

13 mai 1941

Maubeuge

20 femmes

Pain, pommes de terre

14 mai 1941

Houplines

100 femmes

Pois secs.

15 mai 1941

Petite-Forêt

Appel à manifester

Pain, pommes de terre

17 juin 1941

Tourcoing

80 femmes

Pain, ravitaillement

14 juillet 1941

Sin-le-Noble

Cortège de femmes

Monument aux morts

14 juillet 1941

Wattrelos

Cortège de femmes

Cimetière

28 janvier 1942

Armentières

100 femmes

Charbon

3 février 1942

Hérin

100 à 150 femmes

Pommes de terre

27 avril 1942

Boussois

50 à 60 femmes

Pain, pommes de terre

14 mars 1942

Houplines

Appel à manifester

Légumes secs

19 mars 1942

Seclin

Appel à manifester

Ravitaillement

22 mars 1942

Roubaix

Opération police en gare

Pommes de terre

27 mars 1942

Valenciennes

100 femmes

Pain

30 mars 1942

Petite-Forêt

20 femmes

Pain

1er mai 1942

Houplines

Appel à manifester

Pain, pommes de terre

27 décembre 1942

Wazemmes

100 femmes

Pain

18 juin 1943

Neuf-Mesnil

100 femmes

Pommes de terre

Tract pour le 1er mai 1942 signé « Un groupe de mamans du Nord »

Femmes du Nord... Alerte !

La ration de pain pour avril est diminuée. Les boches retirent encore une tartine de la bouche de nos petits. Ne laissons pas accomplir ce crime. Les distributions de nouveaux feuillets d’alimentation nous apportent la preuve des mensonges de CAZIOT, ministre de l’Agriculture. Il nous promettait, il y a quelques semaines au micro, de faire la soudure sans demander de nouveaux sacrifices au peuple de France Mais avril est venu et on a retiré 50 gr de pain à nos petits jusqu’à six ans et 25 gr jusqu’à 13 ans. Prenons un exemple : Dans une famille de 4 enfants, les 3 premiers n’ayant pas 6 ans. On supprime 150 gr de pain par jour. L’aîné ayant 8 ans, on supprime 25 grammes de pain par jour. La maman s’est vue aussi retirer 25 grammes soit au total 200 grammes de pain par jour, ce qui ne fait pas mois six kilos de pain volé dans chaque foyer de travailleurs. Après le pain, ce sera le beurre, le sucre, le café, etc., Ils veulent notre mort.

POURTANT la France EST RICHE. Non content d’avoir livré la moitié de notre récolte 1941 à HITLER, PETAIN, le défenseur de la famille française, fait un prélèvement sur la ration des mamans et des petits de France pour permettre au plus grand voleur que la terre n’ai jamais porté de continuer désespérément son œuvre de dévastation, de tuerie et de famine.

DEJA NOS PETITS SONT SOUFFRANTS. D’après la dernière inspection médicale dans les écoles, il résulte que les enfants en dessous de 9 ans ont tous maigri en général et sont dans un état de déficience très frappant. C’en EST TROP !!! Déjà les ouvriers ont posé leur cahier de revendications et ont décidé de tenir tête à la direction des usines par leur action, bien décidés d’aller jusqu’à la grève s’il le faut pour conserver leur droit à la vie. Comme eux, nous ne laisserons pas nos petits dépérir sous nos yeux sans les défendrent.

DEBOUT LES FEMMES !!! Il y a du blé, beaucoup de blé de réserve en France ; nos enfants doivent avoir leur ration complète. A NOUS DE L’EXIGER !! A LA MAIRIE... A LA PREFECTURE... ALLONS TOUTES ENSEMBLE RECLAMER DU PAIN POUR NOS PETITS »103.

Tracts distribués à Valenciennes « Manifestation des Ménagères » (ADN, Lille)

Notes

1 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 1997, 869 p.

2 L. Douzou, La résistance française : Une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005, chapitre 3, p. 83-134.

3 J.-M. Guillon et P. Laborie (dir.), Mémoire et histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 16.

4 L. Douzou, La résistance française : Une histoire périlleuse, op. cit., p. 197-244.

5 L. Douzou, « Les résistantes : Point de l’historiographe », dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dir.), Les femmes dans la Résistance en France, Paris Tallandier, 2003, p. 49.

6 J.-M. Guillon, « Le retour des émotions populaires : manifestations de ménagères en 1942 », dans Mélanges Michel Vovelle, Sociétés, mentalités, cultures : France (XV–XXe siècles), Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, 1997, p. 267-276, ici, p. 267.

7 À noter cependant, Les femmes dans la Résistance, Actes du colloque tenu à l’initiative de l’Union des femmes françaises, Paris, 22 et 23 novembre 1975, Monaco, Editions du Rocher, 1977.

8 J.-M. Guillon, « Les manifestations de ménagères : protestation populaire et résistance féminine spécifique », dans M. Gilzmer, C. Levisse-Touze et S. Martens (dir.), Les femmes dans la Résistance en France, Paris Tallandier, 2003, p. 107-133.

9 Voir B. Porchnev, Les soulèvements populaires en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, 442 p.

10 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », dans Les Cahiers de l’Institut d’Histoire du temps Présent, La Résistance et les Français, Nouvelles approches, no 37, décembre 1997, p. 15-27.

11 F. Bedarida, « L’histoire de la Résistance, lectures d’hier, chantiers de demain », dans Vingtième siècle, revue d’histoire, juillet-septembre 1986, no 11, p. 75-89.

12 P. Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », dans Cahiers de l’Institut d’Histoire du temps Présent, La Résistance et les Français, Nouvelles approches, no 37, décembre 1997, p. 22.

13 Idem, p. 26.

14 I. Avakoumovitch, « Les manifestations de femmes (1940-1944) » dans Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, no 45, 1991, p. 5-53.

15 Idem, tableau, p. 46-49. Il s’agit de manifestations de femmes à Lewarde (4 juin 1941), à Masny (4 juin 1941), Escaudain (6 juin 1941), Valenciennes (27 mars 1942) et Petite-Forêt (30 mars 1942).

16 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 1997, 869 p.

17 Idem, « Rues interdites (septembre 1939-Août 1944) », p. 443-550. Voir aussi D. Tartakowsky, « Manifester pour le pain (novembre 1940-octobre 1947) », dans Les Cahiers de l'institut d’histoire du Temps Présent, no 32-33, mai 1996, Le temps des restrictions en France (1939-1949), p. 465-478.

18 Idem, p. 123. Voir aussi, D. Tartakowsky, « Ouvriers et manifestations de rues (1940-1944) », dans D. Peschanski et J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Actes du colloque CNRS, 22-24 octobre 1992, IHTP, 1992, 511 p., p. 419-430

19 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, rapport du commandant de la brigade de Wormhout, 24 avril 1940.

20 Arch. dép. Nord, 1 W 2652, rapport du commissaire central de Tourcoing au préfet, 18 janvier 1941.

21 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Lille au préfet du Nord, 8 mars 1941.

22 Arch. dép. Nord, 1 W 2530, rapport de gendarmerie, daté du 8 mars 1941.

23 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, lettre au préfet du Nord, 10 mars 1941.

24 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Dunkerque au préfet du Nord, 19 avril 1941.

25 Arch. dép. Nord, 1 W 1326, rapport du commissaire de Valenciennes au préfet du Nord, 21 avril 1941 ; voir aussi 1 W 2581, rapport du commissaire de police daté du 22 avril 1941.

26 Arch. dép. Nord, 1 W 2558, rapport du commissaire au préfet du Nord, le 23 avril 1941.

27 Arch. dép. Nord, 1 W 1597, Manifestation de ménagères, Maubeuge et Neuf-Mesnil, mai 1941. Voir aussi 1 W 2529, rapport de gendarmerie sur la manifestation de Neuf-Mesnil daté du 8 mai 1941.

28 Arch. dép. Nord, 1 W 2504, rapport de police du 14 mai 1941.

29 Arch. dép. Nord, 1 W 2652, rapport du commissaire de Tourcoing au préfet du Nord, 17 juin 1941.

30 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du commissaire aux renseignements généraux au préfet du Nord, le 2 février 1942 ; voir aussi 1 W 2588, rapport du commissaire de police d’Armentières au préfet, 28 janvier 1942.

31 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du commissaire de police de Valenciennes au préfet, 3 février 1942.

32 Idem, rapport du commissaire des renseignements généraux au préfet du Nord, le 14 mars 1942.

33 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du préfet du Nord au secrétaire d’Etat à l’Intérieur, 4 avril 1942.

34 Idem, rapport du commissaire principal, daté du 31 mars 1942.

35 Arch. dép. Nord, 1 W 2529, rapport du 22 juin 1943.

36 Wormhout (24 avril 1940), Dunkerque (17 avril 1941), Neuf-Mesnil (7 mai 1941) et Armentières (28 janvier 1942).

37 L’auteur distingue trois vagues : printemps 1941, printemps 1942 et l’été 1944.

38 Arch. dép. Nord, 1 W 1601, rapport du commandant de la brigade de Wormhout daté du 24 avril 1940.

39 M. Sueur, « La collaboration politique dans le département du Nord (1940-1944), dans Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et des conflits contemporains, no 135, juillet 1984, p. 3-45, ici, p. 5.

40 É. Dejonghe, « Aspects du régime d’occupation dans le Nord et le Pas-de-Calais durant la Seconde Guerre mondiale, dans Revue du Nord, no 209, avril-juin 1971, p. 253-266.

41 É. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Voix du Nord, 2000, « Les conséquences du rattachement à Bruxelles », p. 144-148 et « La jungle des structures économiques allemandes », p. 149-152.

42 É. Dejonghe, « Le Nord isolé : Occupation et opinion (mai 1940-mars 1942) », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXVI, 1979, p. 48-97, p. 48.

43 É. Dejonghe et Y. Le Marier, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), op. cit., « Le fardeau de la présence allemande », p. 124-128 ; « Réquisitions et pillages », p. 153-160 ; « Subsister », p. 198-207.

44 É. Dejonghe, « Le Nord isolé : Occupation et opinion... », article cité, p. 74.

45 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation (juin 1940-juin 1941), dans Revue du Nord, 1969, octobre-décembre 1969, p. 677-708, ici, p. 682.

46 Idem, p. 693.

47 Ibidem, p. 695.

48 Arch. dép. Nord, 1 W 1603, Note de direction du service du ravitaillement général, 29 juillet 1940.

49 R. Bargeton, É. Dejonghe, Y. Le Maner et P. Oddone (éd.), Rapports du préfet Fernand Carles, tome I (25 juillet 1940-3 juin 1942), Bulletin d’information MEMOR, Lille 3, no 26-27, 1998, rapport du préfet Caries daté du 2 janvier 1941.

50 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation... », article cité, p. 695.

51 R. Bargeton, É. Dejonghe, Y. Le Maner et P. Oddone (éd.), Rapports du préfet Fernand Carles, op. cit., rapport du 5 février 1941, p. 116 et suivantes.

52 É. Dejonghe, « Le Nord et le Pas-de-Calais pendant la première année d’occupation... », article cité, p. 696.

53 Arch. mun. Lille, 5 H 8/3, Rapports sur la situation générale à Lille, rapport de mars 1942.

54 Arch. dép. Nord, 1 W 91, rapports mensuels sur le ravitaillement, juillet 1941-avril 1942.

55 É. Dejonghe et Y. Le Maner, « Un bastion au Nord : Les communistes du Nord et du Pas-de-Calais de la fin du Front populaire à mai 1941 » dans J.-P. Rioux, A. Prost et J.-P. Azema (dir.), Les communistes français de Munich à Chateaubriant (1938-1941), Paris, Presses de la FNSP, 1987, p. 201-249.

56 Ibidem, p. 204.

57 É. Dejonghe et Y. Le Maner, « Un bastion au Nord... », com. citée, p. 217.

58 Idem, p. 218.

59 Voir É. Dejonghe, « Les communistes dans le Nord-Pas-de-Calais de juin 1940 à la veille de la grève des mineurs » dans Revue du Nord, t. LXVIII, no 270, juillet-septembre 1986, p. 685-719.

60 Ibidem, p. 236.

61 Arch. dép. Nord, 1 W 1934, propagande communiste.

62 Arch. dép. Nord, 1 W 4697-6, année 1941

63 Idem, rapport du commissaire aux renseignements généraux adressé au préfet du Nord, le 1er mai 1942.

64 Ibidem, rapport du commissaire aux renseignement généraux au préfet du Nord, daté du 1er mai 1942.

65 Arch. dép. Nord, 1 W 180, journée des mères, 31 mai 1942.

66 Voir Arch. dép. Nord, 1 W 4700, presse clandestine.

67 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, propagande communiste, mois par mois, année 1942.

68 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, L’Enchaîné de février 1942.

69 Arch. dép. Nord, 1 W 1370, rapport du commandant de gendarmerie de Lille au préfet, le 18 mars 1942.

70 Arch. dép. Nord, 1 W 1934, propagande communiste.

71 Arch. dép. Nord, 1 W 1 W 4 700-20, La Ménagère du Nord, une feuille recto-verso dactylographiée.

72 Idem, La Ménagère du Nord, numéro 28 du 14 juillet 1941.

73 Ibidem, La Ménagère du Nord, numéro de mars 1942.

74 Arch. dép. Nord, 1 W 1375, année 1944, rapport du commissaire de Roubaix du 3 janvier 1944.

75 Arch. dép. Nord, 1 W 1375, Appel de l’Union des Femmes françaises.

76 D. Tartakowsky, « Géographie des manifestations de rue », dans L. Douzou, R. Franck et D. Veillon (dir.), La Résistance et les Français ; Villes, centres et logiques et décision, Actes du colloque de Cachan, 16-18 novembre 1995, Paris, IHTP, 1995, 547 p., p. 115-133, ici, p. 117.

77 E. Dejonghe, « Aspects du régime d’occupation dans le Nord et le Pas-de-Calais durant la Seconde Guerre mondiale, dans Revue du Nord, no 209, avril-juin 1971, p. 253-266, ici, p. 257.

78 Arch. mun. Lille, 5 H 11/24, circulaire du préfet Caries aux maires du 18 avril 1941.

79 Voir Arch. dép. Nord, 1 W 1558, rapports de police sur les villes du Nord, 1941. Ils insistent beaucoup sur le marché noir, les vols de denrées dans les jardins ainsi que les vols de bicyclettes.

80 Arch. dép. Nord, 1 W 378, circulaire du 1er octobre 1941 et courriers divers des maires au préfet.

81 Arch. dép. Nord, 5 H 4/1 (septembre 1940) à 5 H 4/15 (février 1942), rapports journaliers de police.

82 Chanoine L. Detrez, Quand Lille avait faim (1940-1944), Lille, SILIC, 1945, p. 5 et suivantes.

83 Idem, livre II, chapitre II : « La bataille du pain », p. 92-103.

84 F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, 388 p.

85 I. Avakoumovitch, « Les manifestations de femmes (1940-1944) » dans Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, no 45, 1991, p. 32 et suivantes.

86 Arch. dép. Nord, 1 W 246, arrêté du préfet Fernand Caries daté du 28 mars 1941.

87 Arch. dép. Nord, 1 W 2557, rapport du commissaire au sous-préfet de Valenciennes, 15 mai 1941.

88 Arch. dép. Nord, 1 W 1213, Organisation des femmes communistes, lettre de l’OFK 670 au préfet du Nord, datée du 22 avril 1942.

89 Arch. dép. Nord, 1 W 1371, rapport du préfet au secrétaire d’État à l’Intérieur, 11 septembre 1942.

90 Arch. dép. Nord, 1 W 672 ; rapport de police du 21 juillet 1941 et courriers divers.

91 Arch. dép. Nord, 1 W 1955, rapport du 24 novembre 1942.

92 Arch. dép. Nord, 1 W 1015, lettre du commissaire de police spéciale de Lille au préfet du Nord datée du 8 octobre 1941.

93 Arch. dép. Nord, 1 W 246, rapport au sous-préfet de Douai, le 14 juillet 1941.

94 Arch. dép. Nord, 1 W 246, rapport du sous-préfet de Douai au préfet du Nord ; 14 juillet 1941.

95 Arch. dép. Nord, 1 W 179 : interdiction des manifestations le 10 mai 1942 : fêtes de Jeanne d’Arc. Voir aussi 1 W 181, troubles et agitation pour le 14 juillet ; 1 W 183 : troubles et agitation pour le 11 novembre ; 1 W 184 : journée du 20 septembre 1942, 150e anniversaire de la bataille de Valmy.

96 Arch. dép. Nord, 1 W 2351 ; rapport de police du 13 décembre 1943.

97 Arch. dép. Nord, 1 W 2368, lettre du préfet Caries à l’OFK 670 de Lille, 1er septembre 1942

98 Arch. dép. Nord, 1 W 185, rapport du capitaine de gendarmerie du 22 mars 1942.

99 É. Dejonghe et Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande (1940-1944), Lille, La Voix du Nord, 2000, « Les premières résistances », p. 177-187 ; « La renaissance du Parti communiste », p. 188-191 » ; « L’essor de la résistance communiste », p. 296-306 ; La résistance non communiste », p. 307-328.

100 Arch. dép. Nord, 1 W 2566, chef du service régional de la police de sûreté à l’intendant de police de Lille, 30 décembre 1942, rapport mensuel d’activité en matière de police pour Nord et Pas-de-Calais.

101 J. Galtier-Boissière, Journal (1940-1950), Paris, Quai Voltaire, 1993, 1079 p, « Mon Journal pendant l’occupation », p. 316.

102 D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Presse de la Sorbonne, 1997, 869 p.

103 Arch. dép. Nord, 1 W 178, Comptes rendus de la journée du 1er dactylographié. mai 1942, tract dactylographié.

Table des illustrations

Légende Tracts distribués à Valenciennes « Manifestation des Ménagères » (ADN, Lille)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

Auteur

IUFM Nord-Pas-de-Calais - UMR CNRS IRHiS — Université de Lille 3

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540