Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Des femmes et le sauvetage des juifs dans le Nord-Pas-de-Calais

Catherine Masson

Texte intégral

  • 1 Dictionnaire des Justes de France, édition établie par L. Lazare, I. Gutman [dir], Préface de Jacq (...)
  • 2 Conservé aux ADL, traduit de l’anglais par R. Desreumaux.
  • 3 Ce travail ayant été réalisé essentiellement à partir des notices du Dictionnaire des Justes prése (...)

1Si les femmes ne sont pas absentes lorsque l’on évoque la résistance et les résistants, on constate que les hommes sont plus nombreux et au moins plus souvent cités et davantage connus et reconnus. Pourtant, en ce qui concerne le sauvetage des juifs, le Dictionnaire des Justes de France1 qui comporte 60 noms pour le Nord-Pas-de-Calais, cite 35 femmes pour 25 hommes. Certes sur 60 entrées, seules 11 femmes sont citées en tête (8 fois seules, 2 fois devant leur époux, une jeune fille de 16 ans devant ses parents). Leur action n’en a pas moins été remarquable, ce que laissent apparaître les extraits de témoignages publiés dans ce dictionnaire, ainsi que le témoignage complet2 qu’a donné Irène Kahn, en 1975, en faveur du chanoine Vancourt, professeur à la Catho, de sa nièce Raymonde Lombart et des autres personnes qui ont participé à son sauvetage. C’est à partir de cet ensemble de témoignages que je me propose d’esquisser un tableau du rôle joué par des femmes dans le sauvetage des juifs de la région. Après quelques repères sur la notion de « Juste parmi les Nations », je présenterai quelques cas de sauvetage dans lequel l’action de plusieurs femmes m’est apparue significative, puis je tenterai une approche globale de ces sauvetages et de la part importante qu’y ont prise des femmes, au péril de leur vie3.

« Juste parmi les Nations »

La démarche de Yad Vashem

  • 4 Avner Shaler, président de la direction de Yad Vashem, op. cit. p. 11, avant-propos.

2Le peuple juif a souhaité écrire et conserver l’histoire de ceux qui « ont risqué leur vie, au nom de simples principes humanitaires, peut-on lire dans l’avant-propos du Dictionnaire des Justes4 [...]. Le Juste symbolise l’humain, l’essence même de l’idée du libre arbitre de l’homme, optant pour le bien, face au mal ou à la passivité. Issues de tous les peuples d’Europe, ces personnes sont dignes de servir d’exemples et de modèles d’identification. Confronté à la violence, aux massacres, à la collaboration, à la passivité et à l’indifférence, l’homme avait une autre option. Cela les nouvelles générations doivent le savoir, et prendre conscience du fait que si peu d’êtres humains ont su alors prendre cette bonne option. »

  • 5 Introduction générale, op. cit. p. 18.
  • 6 Des arbres ont été plantés par les Justes ou leurs représentants dans l’allée des Justes sur le si (...)

3C’est dans cette perspective que le Parlement israélien a adopté en 1953 une loi concernant la mémoire de la Shoah et de la résistance, et décidé d’édifier sur la Colline du Souvenir à Jérusalem le Mémorial Yad Vashem, institution juive officielle, dont l’une des missions est de perpétuer le souvenir de ceux qu’on appelle « Justes ». Ce concept de « Juste parmi les Nations » vient la littérature talmudique, désignant au long des générations toute personne non juive ayant manifesté une relation « positive et amicale envers les juifs »5. Ce titre « est décerné sur la foi de témoignages de personnes sauvées ou de témoins oculaires et de documents fiables ». Une mission a été constituée à cet effet au début des années 1960. Chaque dossier est soumis à une procédure complexe au terme de laquelle une décision est prise. Le nouveau porteur du titre est alors convié à une cérémonie où lui sont remis médaille et diplôme, soit à Jérusalem, soit dans son pays, par les soins de la mission diplomatique d’Israël6. Le dictionnaire établi à partir de la liste des Justes de France constitue pour notre sujet un corpus intéressant à partir duquel nous pourrons tenter de tirer quelques conclusions générales, même s’il faut en noter les limites.

Une liste non exhaustive

  • 7 Dictionnaire, of. cit., p. 29
  • 8 Plus de 20 000, aujourd’hui.
  • 9 Sans doute y en a-t-il encore ensuite mais la liste publiée par le Dictionnaire des Justes, qui va (...)
  • 10 D. Delmaire, Y.-M. Hilaire, « Chrétiens et juifs dans le Nord-Pas-de-Calais », dans Revue du Nord,(...)
  • 11 Ibidem.

4Il est évidemment impossible de connaître tous les juifs qui ont ainsi pu être sauvés grâce à l’aide de non juifs. Ils sont dispersés à travers le monde. Les premiers titres ayant été attribués en 1962, soit près de 20 ans après les faits, à partir de témoignages directs des personnes sauvées, ne concernent pas les personnes décédées avant cette date (sauveurs et sauvés). Ce n’est que récemment que le titre de Juste peut être décerné à titre posthume. Surtout il faut noter que certains juifs ont été, après l’acte de sauvetage, capturés et mis à mort. Il ne reste personne pour témoigner. Parmi les sauveurs certains ont partagé le sort tragique de ceux qu’ils avaient tenté de sauver. Les juifs sauvés grâce à des filières de passage clandestin en Suisse n’eurent qu’une rencontre très éphémère avec leur sauveur, contraint d’ailleurs, du fait des risques, à garder l’anonymat. Les enfants très jeunes accueillis dans des familles ou institutions et dont aucun membre de la famille n’a survécu ont oublié les noms des personnes qui les ont sauvés. D’autres n’ont survécu qu’au prix d’une amnésie, effaçant tous les souvenirs de ces années noires. Resteront aussi anonymes les dirigeants d’organisations ou fonctionnaires qui ont fabriqué des faux papiers, dont les bénéficiaires ignoraient la source. Les notices du dictionnaire elles-mêmes citent d’autres noms, en dehors des Justes ou évoquent anonymement des familles qui ont accueilli des juifs pour des périodes plus ou moins longues. Certains aussi ont préféré rester anonymes : « surtout ne faites pas de moi ni de ma femme des héros. Ce que nous avons fait nous ne pouvions pas ne pas le faire ! C’est tout »7. 17000 personnes ont été reconnues jusqu’à la fin de l’année 1999 et la liste continue à s’allonger depuis8. Quelque 2 500 sauveurs sont reconnus aujourd’hui en France. Pour le Nord-Pas-de-Calais, 60 titres ont été décernés entre 1962 et 20009. Ceci concerne le sauvetage d’une centaine de personnes majoritairement dans le département du Nord. Ces chiffres sont à mettre au regard de la population juive de la région, qui donne entre 1900 et 2000 personnes10 dans le département du Nord, principalement à Lille, sans doute davantage (environ 2 500) dans le Pas-de-Calais, essentiellement des émigrés récents venus d’Europe centrale et orientale, la plus grande communauté se trouvant à Lens. 1 647 juifs du Pas-de-Calais trouvèrent la mort, 336 dans le Nord sur les 461 déportés11.

  • 12 Mme Signoret était l’épouse de l’Inspecteur d’Académie.
  • 13 Mme Legry, infirmière, était l’épouse d’un peintre restaurateur au Musée de Lille, membre du MLN ( (...)
  • 14 Mais pas à Lens où la communauté juive, nombreuse était mal assimilée et ne pouvait compter que su (...)
  • 15 Selon le témoignage d’Edgar Leser, dont le père Léon Leser avec d’autres survivants de la communau (...)

5La reconnaissance s’adressant à des personnes et non à des organisations nous n’avons pas trouvé trace dans le Dictionnaire des groupes qui se sont constitués à l’instar du Comité de secours mis sur pied à Lille par Mmes Signoret12 et Legry13 au lendemain de la rafle du 11 septembre 1942 et soutenu par l’épouse du préfet Caries, elle-même d’origine juive, ni d’autres groupes d’entraide fonctionnant à Douai ou Valenciennes14. Il faudrait également évoquer l’action de services de la mairie de Lille ou de Roubaix qui dans de multiples actions ont permis de résoudre nombre de problèmes de ravitaillement, par exemple, et enfin les activités de juifs et de juives eux-mêmes dans les sauvetages (accueil, identification, etc.)15.

  • 16 Témoignage de M. Paul Gosset, cité par D. Delmaire, ibidem, p. 454.
  • 17 Il s’agissait de centres de redressement. La discipline était assez rigoureuse selon le témoignage (...)
  • 18 F. Delpech évoque la réticence des familles bourgeoises de ce pensionnat mais aussi l’accueil des (...)
  • 19 Cf. « Ils ont sauvé 22 enfants juifs à Templeuve (Belgique), par Sœur Odette-Marie Blavoet, Bullet (...)

6Pour les mêmes raisons il n’y a pas de congrégations religieuses, même si l’on sait que beaucoup de jeunes et d’enfants ont été accueillis dans des maisons religieuses en France et dans la région, mais celles-ci ne sont citées dans le dictionnaire qu’à travers la personne de l’abbé Stahl. D’autres témoignages évoquent une maison religieuse à Sebourg16, le patronage du Buisson, celui de Bouvines17, l’orphelinat de Loos, les sœurs de Sion à Saint-Omer18... ou encore des maisons religieuses en Belgique : le titre de Juste parmi les Nations a été décerné, en 1998 à sœur Marie-Gérard Coussemaeker, à titre posthume, en compagnie de l’abbé Jules Caesteker, pour avoir hébergé 22 enfants juifs pendant 30 mois au Pensionnat de la Providence (pensionnat français, tenu par des sœurs de la Providence de Rouen) à Templeuve, près de Tournai (Belgique)19. Mais aucune religieuse n’est citée personnellement pour le Nord-Pas-de-Calais : on peut penser au fait que la religieuse se fonde dans sa communauté, avec laquelle elle se confond dans le souvenir des personnes sauvées elles-mêmes, et enfin selon les témoignages de celles-ci, au fait quelles ne les connaissaient que sous leur nom de religion, ce qui rend évidemment plus difficile de les identifier, d’autant plus que ces personnes étaient alors très jeunes.

Quelques exemples de sauvetage et le rôle des femmes.

7L’accueil dans une famille est le cas de figure le plus fréquent dans les situations évoquées par le Dictionnaire des Justes, ce qui explique peut-être le rôle important joué par des femmes. Mais, on ne peut l’y réduire. J’ai choisi 4 cas de figures, qui n’épuisent pas la diversité des situations, mais qui m’ont paru significatifs et à travers lesquels il apparaît que, quels que soient les initiatives et le courage individuels des hommes comme des femmes, les sauvetages furent rarement, surtout dans la durée, des actes isolés.

Irène Kahn et Raymonde Lombart, en lien avec des catholiques résistants

8Raymonde Lombart était la nièce du chanoine Raymond Vancourt, docteur es lettres, alors professeur à la Faculté libre de Lettres. Avec lui, mais aussi avec Marie-Louise Siauve, Mlle Leroye, Alphonse et Jeanne Pattyn, elle a été déclarée « Juste » en 1975. Son nom figure dans le Dictionnaire des justes, sous celui du chanoine Vancourt avec celui des autres personnes citées ci-dessus.

  • 20 Au printemps 1942 elle apprend qu’un autre oncle et une tante, qui n’avaient pas quitté l’Allemagn (...)

9L’histoire a jusqu’ici davantage mis en avant l’action de résistance de l’oncle que celle de la nièce. Pourtant son rôle est particulièrement mis en valeur dans le témoignage donné par Mme Irène Diament-Kahn en 1975. Elle a non seulement sauvé en les cachant pendant plusieurs années plusieurs juifs mais a aussi pris énormément de risques, aux côtés de son oncle engagé dans une résistance active dans le cadre, en particulier, du réseau W.O. (War office) du capitaine Michel. Irène Kahn était une jeune allemande qui avait fui son pays dès 1934, après des mesures discriminatoires à l’endroit de sa famille. Elle avait alors 13 ans et fut accueillie par sa tante Irma Ehrlich qui habitait Lille avec son mari, Charles Ehrlich, et leurs 2 enfants, Claude et Éliane. Irène continua à voir ses parents pendant les vacances d’été et dit ne pas comprendre pourquoi ils restaient en Allemagne. Elle nous apprend dans son témoignage que son père fut ensuite emmené à Dachau le 9 novembre 1938 (Nuit de cristal), et que sa famille libérée s’en alla finalement au Luxembourg en 1939 quelques semaines avant le début de la guerre, puis aux USA un peu plus tard. Lorsque la guerre commença elle fut évidemment considérée comme suspecte du fait de sa nationalité allemande, mais elle put retourner au lycée et passer le bachot. « Persécutée par les Allemands, j’étais techniquement « ennemie » en France, écrit-elle, sauf que j’avais désormais de nombreux amis, y compris dans l’équipe enseignante du Lycée. » Lors de l’invasion et au début de l’occupation, elle se retrouva face aux Allemands. À la demande des Français, elle rendit des services de traduction. Mais ses études furent interrompues. Elle trouva un emploi de secrétariat chez Peugeot où elle traduisait commandes et factures. Elle portait l’étoile jaune20.

  • 21 Qu’on emmène son fils Claude, 14 ans.

10Au début de l’été 1942, elle s’arrangea avec la famille catholique des enfants qu'elle aidait dans leurs devoirs et partit avec eux en vacances en qualité de gouvernante, du côté de la Loire. « Personne là ne savait que j’étais juive ou ne s’en souciait ; traditionnellement les Français ne font pas attention à cet aspect d’une personne, simplement ça ne fait rien, ça ne se demande jamais », note-t-elle. Elle cherchait un moyen de passer en France libre pour gagner les Pyrénées et l’Espagne, quand, le 11 septembre 1942, lors de la grande rafle des juifs étrangers vivant à Lille, des policiers se présentèrent chez les Ehrlich pour l’arrêter. Mme Ehrlich, sous la menace21, avait dit où elle était. Une voisine, Jeanne Pattyn, fit le déplacement pour avertir la jeune femme, tandis que son mari Alphonse Pattyn, organisait son retour à Lille. Il fit appel au chanoine Vancourt qui, bien que ne connaissant pas Irène, accepta de l’héberger. Marie-Louise Siauve, qui avait été son professeur l’accueillit en gare de Lille, tard dans la soirée et l’accompagna chez Raymond Vancourt. Irène se souvient peu des premiers temps, sauf qu'elle tomba malade (dépression), et que pour lui changer les idées, le chanoine la pria de l’aider à traduire quelques pages d’un ouvrage en allemand dont il s’occupait. Elle prit avec Raymonde sa part des tâches ménagères et se sentit bientôt à l’aise. Celle-ci avait le même âge qu'elle et était étudiante. Dans un premier temps on avait envisagé d’envoyer Irène dans un monastère ou une autre cachette puis, écrit-elle, « soudain on m’a demandé si je voulais rester là, prendre toutes les responsabilités du ménage et aider à la traduction ; personne ne m’avait vue entrer, je ne devais pas sortir ; aux gens qui viendraient en visite on me présenterait comme une amie de Raymonde dont les parents étaient dans le sud de la France et qui était bloquée ici. » Laissons ici parler son témoignage, qui évoque l’abbé, Raymonde, mais aussi d’autres femmes, voisines ou sœurs de l’hôpital :

« Un nouveau répit dans ma vie. J’ai rempli au mieux chaque minute que j’ai passée en compagnie de ces gens extraordinaires. M. l’abbé me donna sa meilleure chambre, nous partagions toute la maison, tout m’était ouvert et accessible, comme si j’étais déjà un membre de la famille. C’était une maison à trois étages, quantité de meubles en bois à polir, des parquets à garder nets, de la cuisine et de la lessive à faire. Grâce à des amis, M. l’abbé a obtenu de faux papiers d’identité (les miens furent enterrés dans un sac de farine), un nom, une date de naissance différents, je ne peux me souvenir d’aucun. C’était même difficile de mémoriser cette nouvelle identité. Des tickets de ravitaillement supplémentaires furent obtenus avec ces faux papiers grâce à Mlle Leroy, une amie âgée du voisinage. Les sœurs de l’hôpital fournissaient de la nourriture supplémentaire et la famille et les amis de M. l’abbé habitant la campagne aidaient généreusement à fournir une bonne table. Des invités de la Sorbonne venaient faire des conférences à Lille et logeaient à la maison régulièrement, quelquefois mon histoire avait à être modifiée pour s’adapter à la situation, et vint un temps où je ne savais plus comment j’avais expliqué mon identité la fois précédente. Quand je demandais à Raymonde « Qui suis-je ? », elle pensait un instant que j’avais perdu l’esprit et alors nous éclations de rire toutes les deux. Oui, nous avons ri, et chanté, et plaisanté. Elle partageait ses intérêts d’étude avec moi, ses craintes et ses doutes. Souvent l’une de nous lisait à haute voix tandis que l’autre cousait, tricotait ou mettait de l’ordre dans la cuisine. Ils ont eu beaucoup de peine à me faire tricoter et je me souviens d’un dessin de gant (glove-patrern) par cœur. J’ai fait des chandails et des pull-overs comme cadeaux aux amis et à la famille de ma nouvelle maison. Après avoir tenté quelquefois de prendre un peu d’air frais la nuit, j’ai eu trop peur d’être prise ; un essai de promenade à vélo à deux dans la campagne dut être arrêté aussi. Je n’ouvrais jamais la porte à quiconque sonnait, je ne suis jamais allée à une fenêtre dont les rideaux étaient grands ouverts. Les saisons allaient et venaient et je pouvais les dire par les feuilles sur les arbres poussant, tournant au vert puis au brun et tombant sous l’effet du vent froid. Je suis devenue experte pour allumer le foyer avec une allumette, des feuilles de papier et quelques bouts de bois dans les matins d’hiver, et à transformer les produits alimentaires fournis en des plats savoureux. La nuit, j’étais souvent étendue sur mon lit, écoutant le son des bottes venant de plus en plus près, s’arrêtant – et mon coeur s’arrêtait puis elles remuaient sur le trottoir à nouveau et le souffle revenait dans ma poitrine, tandis que je gisais dans une sueur froide. Souvent aussi j’avais des cauchemars – peut-être que les deux se mélangeaient. Cependant parfois la sonnette tintait. M. l’abbé allait à la porte : c’était parfois un soldat allemand et poliment il indiquait une direction hors de la maison, altier, déterminé, sûr de lui et vraisemblablement priant de toutes les fibres de son être [...] mais il ne m’en a jamais rien dit ».

  • 22 « Mon oncle souffrait de dépression et M. l’abbé le tint occupé à faire de la reliure pour ses liv (...)
  • 23 « Cauchemar de bruit de peur et de confusion, se souvient Irène. Au bout d’un certain temps, nous (...)

11Mlle Siauve son professeur faisait le lien avec la famille Ehrlich, sans dire où était Irène. Mais en 1943, lorsque même les juifs ayant la nationalité française commencèrent à être arrêtés et déportés, le chanoine les avertissant du danger imminent, leur conseilla de déménager sans être remarqués par les voisins, sans bagages et il leur donna asile. Il fallut trouver des lits, des vêtements, de la nourriture supplémentaire, apporter des soins22, occuper les enfants âgés de 15 et 11 ans, les garder calmes alors qu’ils ne pouvaient sortir de la maison. Le chanoine expliqua à ses protégés comment, en cas d’urgence, fuir par les caves vers un monastère voisin. En outre, à partir de 1943, les bombardements alliés, les obligèrent à se réfugier dans l’abri anti-aérien de l’Hôpital Saint-Camille23 auquel toutes les caves du quartier avaient été reliées par la création d’ouvertures à travers les murs des caves.

  • 24 « Rien n’avait de sens pour moi et nous n’osions pas poser de questions, écrit Irène. L’enseigneme (...)
  • 25 Celui-ci en témoigne : Arrivé dans le Nord à la rentrée 1942, professeur agrégé de philosophie au (...)
  • 26 Revue du Nord, op. cit. p. 559 Débats. Témoignage du Dr Huyghe chef de section au W.O. Jéciste il (...)
  • 27 Elle ne le savait pas alors et ne l’a appris qu’en rencontrant Raymonde lors de la remise de la mé (...)

12Pendant quelques semaines, deux jeunes filles juives furent également hébergées dans la maison, avant d’être accueillies dans un couvent, d’où elles furent malheureusement déportées. « Quelquefois nous écoutions la BBC quand ça n’était pas trop brouillé », se souvient-elle aussi. Raymond Vancourt continuait à exercer ses fonctions à la Faculté catholique et à accueillir des étudiants pour travailler. Mais surtout, la maison de la rue de La Bassée servait de lieu de rendez-vous aux membres d’un réseau de Résistance, qui pour la plupart étaient ses étudiants24. Jean Lecanuet vint y chercher refuge après un acte de sabotage25. D’autres témoignages26 confirment cet engagement du chanoine Vancourt qui en particulier aiguillait de jeunes catholiques vers le réseau W.O. Il est difficile d’évaluer la part active de sa nièce. Irène Diament-Kahn signale qu’elle allait accueillir à la gare des enfants dont les parents avaient été arrêtés pour les conduire dans diverses cachettes27.

Famille Treister : un « réseau protestant »

  • 28 Lucie qui avait alors 26 ans, Alice, 24 et Maria, 19. Thérèse restait au foyer pour s’occuper de s (...)

13Anna et Julien Treister, juifs originaires de Pologne, habitaient Lille où ils s’étaient établis dans les années 1920. C’est là qu’ils s’étaient rencontrés. Lorsque la guerre éclata, Julien s’était engagé dans la légion étrangère, laissant sa femme enceinte et deux enfants, Guy, né en 1933 et Richard né en 1937. Anna accoucha d’une fille, Josette, en janvier 1940. Lors d’un bombardement le 26 mai 1940 leur maison fut touchée et les 2 garçons blessés. Guy dut être amputé du bras gauche. Julien Treister était alors prisonnier en Allemagne. Anna et ses enfants étaient enregistrés au commissariat en tant que juifs étrangers et figuraient sur la liste des gens à déporter. Par miracle, le 11 septembre 1942, ils n’étaient pas chez eux. Anna et la petite Josette (2 ans ½) étaient à la crèche (protestante) où Anna était employée ; les deux garçons à l’école non loin de là. Une voisine courut prévenir Anna de ne pas rentrer chez elle avec les enfants et lui conseilla de s’adresser au pasteur Nick. Ils furent d’abord cachés par une collègue d’Anna, Germaine Vanhove. Puis à l’aide de voisins et de personnes qu'elle connaissait, pour la plupart membres de la paroisse protestante, Anna Treister trouva des cachettes pour toute sa famille. Josette fut hébergée par Victor et Marie Aymard, couple sans enfants d’une quarantaine d’années qui avaient un salon de coiffure. Guy fut placé au Cateau-Cambrésis dans une famille protestante François et Thérèse Lamotte, couple d’une cinquantaine d’années qui le présentèrent comme le cousin d’une de leurs trois filles adoptives.28 Celles-ci travaillaient en usine. Les jeunes filles firent pour le mieux pour lui faciliter l’existence pendant les 18 mois de son séjour au Cateau-Cambrésis d’octobre 1942 à avril 1944. Du fait de son handicap, l’enfant avait besoin d’aide pour les activités les plus simples. Elles l’aidaient à se laver, s’habiller, l’emmenaient au cinéma, en promenade. Il fréquentait l’école du quartier et la troupe locale de scouts. Le samedi, Guy allait parfois voir sa mère dans le village voisin d’Inchy, malgré les risques (il est difficile de garder un secret dans un si petit village). Il avait adopté le même nom d’emprunt Ducorq. Le dimanche Guy Ducorcq assistait à l’office protestant avec la famille Lamotte. Son jeune frère Richard, vécut lui aussi 3 mois chez les Lamotte, après avoir été accueilli à l’automne 1942 par Robert et Mireille Dumoulin et leur fils Pierre, protestants, habitant un faubourg de Lille et qui avaient répondu à l’appel du pasteur Nick. Anna avait quant à elle trouvé refuge à Inchy, chez un couple d’agriculteurs catholiques, Jean et Marguerite Crombez, amis et voisins du docteur Pierre-Elie Nick, médecin du village et de sa femme Odile. Ils avaient 4 enfants et Marguerite enseignait le catéchisme aux enfants du village. Anna Treister fut engagée pour l’aider dans ses tâches ménagères. Les fermiers la traitèrent comme leur propre fille et lui fournirent des faux papiers et des cartes d’alimentation. Pour détourner les soupçons la jeune femme allait à la messe le dimanche. Lorsque son mari après avoir été fait prisonnier, puis, libéré, put rejoindre sa femme et ses enfants, ils retrouvèrent leur fille Josette chez les Aymard, qui les accueillirent sans contrepartie financière, jusqu’à la fin de la guerre. Toute la famille avait survécu.

14Ce cas nous permet de mettre évidence, au-delà des formes de l’accueil dans des familles, tant à la ville qu’à la compagne, les solidarités existant à travers le département du Nord, solidarités ecclésiales, paroissiales, mais aussi non sans risques, solidarités de voisinage. On retrouve ces éléments dans d’autres cas sur lesquels nous reviendrons. Arrêtons-nous auparavant sur un exemple qui montre que le courage n’attend pas le nombre des années.

Maurice Baran ou le courage d’une jeune fille de 16 ans

15La famille Baran était une famille juive vivant à Lille, dans laquelle Georgette Franchois était employée de maison en 1942. Elle avait 16 ans. Durant l’été 42, le père de famille a été arrêté et déporté après avoir tenté de passer la ligne de démarcation. Le 11 septembre 1942, la police arrêtait sa femme et leurs deux fils, Maurice, 10 ans et Michel, 4 mois, en leur domicile. Ils furent conduits en gare de Fives où la police regroupait les centaines de juifs rafflés le même jour, en vue de leur déportation via la Belgique. Georgette Franchois leur apporta quelques vêtements. Sur place, elle décida de son propre chef de tenter de ramener le jeune Maurice à la maison. Avec un aplomb extraordinaire, elle passa devant les divers gardes français et allemands qui encerclaient la gare en tenant l’enfant par la main. Le soir même elle rejoignait, toujours avec Maurice, Loon-Plage où habitaient ses parents. Ceux-ci, Madeleine et Marcel Franchois, l’accueillirent de bon cœur dans leur modeste foyer. Quelques mois plus tard, Marcel Franchois trouvait la mort en sautant sur une mine. Cette tragédie privait Georgette et sa mère de ressources, mais elles firent de leur mieux pour protéger Maurice et lui assurer sa subsistance. Le couple Baran périt dans les camps de la mort. Maurice orphelin resta chez Franchois. Ce n’est qu’en 1946, après des recherches obstinées et patientes qu’Eva Durrleman qui avait sauvé son petit frère Michel, le retrouva. Elle prit contact avec une famille juive qui adopta les deux enfants.

Un réseau de résistance et des établissements

  • 29 Sacrificateur en titre de la communauté de Lille, préposé à l’abattage des animaux selon les rites (...)
  • 30 Contradiction avec le témoignage suivant qui concerne A.-M. Capitain. Dans le dictionnaire une pho (...)

16Michel Baran dut son salut à l’intervention d’Eva Durrleman, directrice de l’hôpital Ambroise Paré à Lille, et de son assistante Thérèse Matter. Le jour de la rafle, un officier de police français qui appartenait de la résistance, informa Eva Durrleman que des juifs avaient été arrêtés et conduits de force à la gare. En tenue d’infirmières, la directrice et son assistante se dirigèrent vers Fives-Lille, déterminées à faire quelque chose. Les soldats allemands entendant Thérèse Mattter parler leur langue, crurent qu’il s’agissait de deux infirmières allemandes et les laissèrent entrer. Pendant toute la matinée, Eva Durrleman et Thérèse Matter firent l’aller et retour entre la gare et le domicile des détenus afin de leur apporter quelques vêtements et objets de première nécessité. Chassées par les Allemands, elles envoyèrent France Neubert qui elle aussi parlait allemand. Aidées par les autres prisonniers, elles parvinrent, non sans mal, à persuader Mme Baran, quelles connaissaient – c’est dans leur hôpital qu'elle avait accouché – de leur confier le bébé. France Neubert le fit sortir de la gare, caché dans son sac à dos et l’emporta à l’hôpital. Eva Durrleman le prit en charge jusqu’en 1946. Bien que protestante elle éleva l’enfant comme un juif et trouva une famille juive pour adopter Michel et son frère. La famille Lipszyc, par exemple, avait émigré de Pologne en 1927 et s’était installé à Lille29. Lipszyc fut averti par des amis pendant l’été 1942 qu’une rafle était imminente. Mais il avait 7 enfants et ne pouvait cacher toute sa famille, aussi décida-t-il de rester. Le rabbin avait cependant eu le temps de prévenir plusieurs membres de la communauté qui eurent la vie sauve. Mais le 11 septembre 1942, il fut arrêté et déporté avec sa femme et 2 de leurs enfants, Sarah et Israël. Ils moururent à Auschwitz. Deux des filles, Perla (né en 1923) et Hélène (née en 1925) et le fils Abraham (né en 1927), échappèrent à l’arrestation grâce au pasteur Nick qui leur trouva des familles d’accueil. Abraham fut d’abord hébergé par Léonce et Edmée Baron, couple de Lille (médecin) puis, à partir de janvier et pendant un an, par Odile et Pierre Nick. Il y poursuivit ses études secondaires au lycée et profita des leçons particulières que les filles de Pierre et Odile recevaient à la maison. Ses sœurs furent accueillies à l’hôpital par Eva Durrleman qui les fit passer pour des élèves infirmières et leur demanda pour leur propre sécurité de ne pas dire qui elles étaient et de ne pas pratiquer ouvertement leur religion, notamment le sabbat et les lois alimentaires. Leur secret fut pourtant découvert et la mère d’une élève-infirmière vint se plaindre que la directrice et son assistante mettaient en danger tout l’hôpital pour deux jeunes juives. Les deux jeunes filles finirent par arriver au préventorium de Trélon, (établissement catholique spécialisé dans le traitement des enfants tuberculeux) dirigé par Jeanne Rousselle (Croix de guerre et Légion d’honneur en 1914). Elles y vécurent jusqu’à la libération. À l’automne 1943, l’établissement avait accepté d’autres jeunes juifs, dont Abraham, que les Nick, inquiets pour sa sécurité y avaient envoyé. Jeanne Rousselle et son assistante, Mlle Véron étaient les seules30 à savoir que ces nouveaux venus étaient juifs (un des médecins de l’endroit était connu pour ses sentiments pronazis). Elles étaient soucieuses de respecter leurs coutumes religieuses et notamment leurs pratiques alimentaires. Elles s’arrangeaient pour que les jeunes filles qui faisaient office d’élèves infirmières ne travaillassent pas, le samedi, puissent disposer de leurs propres ustensiles de cuisine et préparer elles-mêmes leur nourriture. Malgré le danger, Jeanne Rousselle laissa Abraham se rendre à Lille chercher du pain azyme pour la Pâque juive. Elle ne chercha pas à convertir les enfants Lipszyc ; au contraire, elles les félicitaient de continuer à observer les prescriptions de leur religion malgré les difficultés. Lorsque Hélène et Perla quittèrent Trélon, elle les remercia de l’avoir aidée à son tour à être une meilleure chrétienne.

17On peut aussi noter (autre témoignage) le rôle d’Anne-Marie Capitain, employé dans la maison d’enfants de Trélon. Enseignante, elle était responsable du programme d’études et des activités éducatives de ces 300 enfants. Jeanne Rousselle en septembre 1942 lui confia les jeunes juifs de son établissement. Tout le monde l’appelait la « cheftaine » parce qu'elle faisait appel aux méthodes du scoutisme dans son travail d’éducatrice. J. Rousselle ne sachant que faire d’Abraham Lipszyc, trop âgé pour être admis dans une classe, lorsqu’il arriva à l’automne 1943 (17 ans), le lui confia. Cette dernière fit de lui un « conseiller » pour le scoutisme, ce qui permit de le cacher jusqu’à la libération.

Portrait de « Justes » au féminin

18Est-il possible à travers ces actes où se mêlent le courage individuel et des organisations collectives de dresser un portrait type ? Non sans doute d’autant que les âges, les catégories socioprofessionnelles, les appartenances religieuses, les motivations, les circonstances diffèrent d’un cas à l’autre, mais l’on peut toutefois établir quelques repères à partir des exemples de la région.

Pas de profil type

19Dans l’introduction du Dictionnaire des Justes, cette question est posée qui vaut pour notre sujet à partir des recherches de chercheurs spécialisés dans les sciences du comportement et qui ont tenté d’analyser la vocation du sauveur. Mais, remarque l’auteur, cette démarche supposerait que l’action des justes découle de conditions préalables, obéissant à certaines règles, supposerait aussi qu’il pourrait y avoir une « formation de justes » ! De fait il s’agit le plus souvent de familles, mais les situations sont diverses. Sur les 60 noms, 35 femmes et 25 hommes. On note 17 couples, 1 veuve, 7 jeunes filles nommées avec leurs parents (l’une d’elle en tête), 3 femmes nommées avec le chanoine Vancourt, et 8 nommées isolément ou ensemble. En ce qui concerne les hommes, outre les 17 couples, 2 fils avec leurs parents, un maire, 2 pasteurs protestants, 3 prêtres catholiques, un religieux dominicain. 13 couples sur 17 sont des couples avec enfants (jusque 6 enfants), le plus souvent 1, 2 ou 3. Les enfants participent à l’accueil, en donnant leur chambre par exemple, et surtout en acceptant les enfants réfugiés chez eux comme nouveaux compagnons, présentés souvent comme des cousins. Des amitiés durables ont été nouées et c’est souvent grâce à cela que des témoignages ont pu être recueillis auprès de ces enfants juifs qui ont survécu à la Shoah, mais on peut aussi penser que la cohabitation ne fut pas toujours facile. Dans tous les témoignages retenus, lorsque les parents sont morts en déportation, les familles, les femmes, qui avaient recueilli des enfants juifs, ont recherché et trouvé des membres de leur famille qui les ont accueillis à leur tour.

  • 31 Autre cas de figure que nous n’avons pas évoqué. Elle accueillit Huguette Fuks dans l’internat du (...)

20Du point de vue socioprofessionnel, les informations manquent parfois. Néanmoins, on peut repérer 2 couples de commerçants (épicerie et tissus), un couple d’agriculteurs, 1 coiffeur, 2 médecins, un industriel, 2 cheminots, un inspecteur des Eaux et forêts, un ouvrier mécanicien, un gendarme. Il semble que le plus souvent les épouses étaient au foyer. Les autres femmes citées étaient censeur de lycée (Simone Caudmont31), enseignante, directrice d’hôpital et son assistante, directrice de Maison d’enfants et éducatrices, infirmière, employée de maison, ouvrières en usine. En fait, il semble impossible de trouver un dénominateur commun, si ce n’est le refus de la terreur imposée par l’occupant nazi. Ces femmes savaient quelles prenaient des risques pouvant aller jusqu’à la mort.

  • 32 Action personnelle, il n’y a pas de réseau paroissial, mais des relations individuelles.

21En ce qui concerne les hommes il importe de noter que les membres du clergé étaient mieux représentés que les autres catégories (ainsi que les fonctionnaires des collectivités locales et de la police). Puisqu’il s’agit des femmes, je n’insisterai pas sur le rôle du clergé lui-même, sauf pour souligner le rôle de la paroisse, surtout protestante au sein de laquelle les pasteurs sollicitaient les paroissiens(nes) et vice-versa. La référence à une appartenance religieuse est fréquente (près de la moitié des cas) dans les témoignages à peu près à égalité, protestants et catholiques, ce qui relativement donne du poids à la communauté protestante. Il faut dire que le pasteur Nick n’a pas ménagé ses efforts, accueillant lui-même, ou la famille de son fils, cherchant des cachettes parmi les familles protestantes ou autres qu’il connaissait. De même du côté catholique il faut citer l’action de l’abbé Stahl et de l’abbé Oscar Rousseau32. Par contre, nous l’avons vu, aucune religieuse de la région n’est reconnue comme Juste, même si des religieuses sont souvent citées anonymement (sauf soeur Bertille) dans le témoignage d’Irène Kahn, par exemple.

Spontanéité et nécessité d’une organisation (liens familiaux, établissements, résistance)

22Yad Vashem a privilégié la mise à l’honneur des personnes. Ceci correspond à une certaine réalité, car même si elles n’agissaient pas seules, il n’y avait pas de réseau, ni dans la région de ce que les auteurs du dictionnaire appellent des enclaves, c’est-à-dire de groupes véritablement organisés. Les auteurs soulignent en outre que ces personnes, souvent de véritables résistantes, n’étaient pas reconnues par les instances officielles de celle-ci à l’exception de celles qui ont également été actives dans la Résistance reconnue comme telle.

23À la base d’un sauvetage il y a souvent au départ un concours de circonstances, lié au voisinage : voisinage d’une famille juive ou voisinage d’une famille qui cache des juifs. Ainsi Jean et Georgette Pichoff et leur fille Simone, étaient voisins d’une école, vide le 11 septembre 1942, et dans laquelle s’étaient réfugiés des juifs polonais les Kozlowski et leurs 2 enfants, seuls juifs habitant dans cette rue de Mons-en-Baroeul et qui ne connaissaient guère leurs voisins. Soulignons qu’ils avaient eu le temps de fuir parce qu’un gendarme était venu leur dire : « Vous êtes consignés à la maison ». La maman de Claude Kahn l’avait confié pour quelques heures à Émilienne Goutaret qui tenait une épicerie à Roubaix avec son mari. La maman fut arrêtée par des miliciens en rentrant chez elle. Le couple sans enfant, recueillit celui-ci, avant de l’envoyer pour sa sécurité à Lyon dans leur famille et de rechercher et retrouver des membres de sa famille après la guerre. Dans ces cas, tels qu’exposés dans les témoignages, le sauvetage fut fortuit, unique et on ne repère pas de liens avec d’autres. Il y a également le cas atypique de Madeleine Dietz, mère de 6 enfants, épouse de pasteur à Valenciennes, qui répondit à l’appel au secours d’une de ses amies et se rendit dans la région de Cognac pour l’aider, elle et ses 5 enfants.

  • 33 Op. cit. p. 454

24Des opérations de sauvetage eurent lieu pendant toute la guerre, mais on repère deux moments principaux. Au début de la guerre en 1940, lorsque l’inquiétude se développa en particulier concernant les juifs étrangers, quelques familles cherchèrent à se cacher en attendant de fuir. Mais le moment fort fut le 11 septembre 1942, après la grande rafle des juifs à Lille et dans la région. Des récits soulignent le courage de cheminots aidant des juifs à fuir en gare de Fives et de quelques femmes, infirmières. Une vingtaine d’enfants auraient été sauvés par des cheminots de Fives et Hellemmes et confiés à des familles, grâce en particulier au pasteur Nick. D. Delmaire33 souligne à cette occasion le rôle joué par Mme Legry, l’épouse de l’Inspecteur d’Académie et Mme Caries, épouse du préfet, qui participèrent à un Comité de secours organisé autour de la Préfecture. Les années 1942-1944 restèrent marquées par l’intensification de la recherche par les Allemands et la nécessité parfois de trouver de nouvelles cachettes.

25L’hébergement dans les familles durait plus ou moins longtemps. Parfois comme pour Irène Kahn, il s’agit de l’hébergement durable d’un ou plusieurs enfants juifs ou même d’une famille entière. Mais quand la cachette devenait dangereuse et il fallait partir. Ainsi Germaine et Léon Coghe, policier de Roubaix, s’occupèrent pendant 4 ans, de la famille Winischki avec 3 enfants, leur donnant des faux papiers et leur trouvant 13 cachettes différentes, avec plusieurs passages de frontières entre la France et la Belgique avant 1942, puis essayant également de les faire passer en Suisse, avec succès pour le père et son fils, mais pas pour la mère et ses filles, il les cacha à nouveau dans une famille. Sans doute n’agit-il pas seul. En effet, on peut voir fonctionner, dans beaucoup d’exemples de personnes cachées dans les familles, des sortes de « réseaux », de solidarités : ainsi les Crombez, agriculteurs catholiques du Cambrésis, les Lamotte, les Dumoulin, les Aymard, autour du pasteur Nick et la famille de son fils, médecin à Inchy dans le Cambrésis. La famille Treister a bénéficié de cette solidarité qui s’est établie au sein de la communauté protestante, en liens également avec des familles catholiques. La maison du pasteur fut, quant à elle, un lieu d’hébergement temporaire pour de nombreux fugitifs, envoyés ensuite dans des établissements (enfants et adolescents).

  • 34 « Selon le témoignage du professeur Minne, cette maison hébergeait avant de les « placer » des enf (...)

26Parfois on convoyait des adultes pour leur faire passer la ligne de démarcation, pour aller en zone libre au début ou encore passer les frontières suisse ou espagnole. Ceci supposait le plus souvent des liens avec la résistance et, de fait, dans les familles qui hébergeaient des juifs, souvent l’un ou l’autre membre était en lien ou appartenait lui-même à la résistance. Parfois c’est l’engagement dans la résistance qui fut premier et qui amena à sauver des juifs, parfois, le fait de cacher des juifs suscita des liens qui par la suite se pérennisèrent. Si ce sont le plus souvent les hommes qui sont cités comme appartenant à des réseaux, ils entraînaient avec eux leurs épouses et enfants, dans les risques encourus. L’action de certaines fut par ailleurs importante. Plusieurs femmes résistantes sont citées dans les notices sans quelles aient été reconnues comme « Justes » : Gabrielle Lavoine, assistante sociale, par qui Pauline et Émile Marquillies, lui-même résistant, employé des chemins de fer recueillirent la famille Grosskopf. Une cellule locale résistante, un réseau protestant, sont évoqués sans précisions On sait que Raymond Vancourt était en relations avec W.O. Ce réseau W.O. Sylvestre Farmer avait l’un de ses principaux lieux de rencontre à la Maison de santé Ambroise Paré, tenue par 2 femmes protestantes Eva Durrleman et Thérèse Matter34.

27Le réseau Voix du Nord est évoqué deux fois à propos d’Alice Legras, commerçante, veuve, qui accueillit Ketty Kurzbart chez elle et l’hébergea toute la guerre sous le prénom d’Annick. Son adresse avait été découverte par les cheminots du convoi de Fives dans la poche de l’enfant. Le père de celle-ci, déporté, était un des fournisseurs d’Alice Legras. De même pour Adélaïde et Marcel Thumerel : celui-ci aussi était cheminot, en lien avec le réseau Voix du Nord, et il cacha toute une famille (Ingewer) qui avait réussi à s’échapper en gare de Fives, avant de lui trouver une autre cachette.

Conditions et risques de l’accueil

28On a pu être tenté de minimiser le rôle des femmes dans la mesure où il semble parfois limité à l’hébergement. Il n’y a pas d’actions éclatantes à raconter. On a vu déjà qu’il allait souvent bien au-delà. Mais même cet aspect constituait un véritable engagement. Dans beaucoup de cas, l’accueil était sans contrepartie financière, ou celle-ci était réduite au minimum si les personnes accueillies pouvaient payer un loyer. On sait que presque tous les Français souffraient alors de cruelles restrictions alimentaires et l’on imagine les difficultés lorsqu’il s’agissait d’héberger une famille entière, qui plus est en ville. Il fallait le plus souvent pour cela, et pour avoir des tickets de rationnement, des faux papiers d’identité. La recherche de nourriture et de vêtement n’était pas sans danger. Les enfants n’étaient pas en reste et les Justes ont reconnu la générosité de quelques jeunes filles qui ont donné leur chambre comme Paulette Ruben-Caine qui tous les jours allait coucher chez sa grand-mère laissant sa chambre à Jenny Davidowicz, cachée chez elle avec ses parents.

  • 35 Cf. le témoignage d’Irène Kahn.

29Il arrivait à ces personnes hébergées d’être malades, ce qui nécessitait parfois l’intervention d’un médecin. Il fallait faire confiance. Il fallait aussi beaucoup de patience pour supporter leurs angoisses, leur déprime parfois, pour distraire et occuper des enfants et adultes enfermés à longueur de semaines, pour les protéger lorsque s’ajouta l’angoisse des bombardements alliés et surtout pour faire face à la crainte quotidienne d’une perquisition, d’une dénonciation35. Plusieurs témoignages soulignent le courage et la présence d’esprit, l’aplomb de ces femmes lorsque des Allemands frappèrent à leur porte. Ainsi Louise Delestrez, dont le mari, employé municipal, disposait d’un logement de fonction au dernier étage de la mairie à Béthune, face au quartier général de la police allemande et qui abrita plusieurs mois deux enfants, Fanny et Simon Davidowicz. Elle dissimula les enfants sous une grande nappe, tandis que les Allemands, assis, à la table, acceptaient une tasse de café. C’est encore Marie Laigle qui cachait une jeune juive polonaise Fessa Muszkatblit : tandis que les Allemands fouillait la maison de fond en comble et que Fessa était cachée, terrorisée dans la chambre de son fils, elle leur dit : « Entrez donc, c’est la chambre de mon petit garçon ». Ils passèrent leur chemin.

  • 36 Accueilli par Léonce et Edmée Baron.

30Certains réfugiés restaient terrés dans la maison qui les abritait, d’autres sortaient présentés comme un parent ou un enfant de la famille. Les personnes hébergées en ville ne sortaient pas ou très peu. À la campagne la situation était un peu différente. Des enfants pouvaient aussi suivre une scolarité normale sous une fausse identité, s’intégrer à une troupe scoute, comme Guy Treister sous le nom de Guy Ducorcq ou Jacques Topaz devenu Jacques Bienvenu36. Les femmes contribuaient particulièrement à ces formes d’intégration. Ces personnes rendaient des services et s’intégraient dans la famille. On les emmenait aussi parfois à la messe (Anna Treister avec la famille Crombez) ou à l’office protestant (Guy Treister avec les Lamotte).

  • 37 Revue du Nord, op. cit. p. 454-456.
  • 38 Œuvre des enfants moralement abandonnés.
  • 39 Ibidem. Elle est la cousine d’Irène Kahn et fut accueillie avec ses parents et son frère chez l’ab (...)
  • 40 Ces familles dont l’action a été reconnue ne sont pas citées parmi les Justes. Cf. Revue du Nord, (...)

31Le témoignage de David Bugajski37 pose ce problème de la pratique religieuse. Au-delà des raisons réelles de sécurité il évoque la question douloureuse de conversions forcées. Lui-même fur, par des contacts difficiles à reconstituer, placé trois ou quatre jours chez le pasteur Nick, chez qui transitaient de nombreux enfants, envoyé chez l’abbé Stahl, qui recueillait au patronage du Buisson quelques enfants juifs, Maurice Blank, Henri Bochner, Max Grosskopf... « Chez les chrétiens qui protègent les juifs deux comportements différents apparaissent, dit-il ; les uns cherchent à les convertir, les autres respectent leur religion et leur personnalité culturelle. » Il dit avoir fait un séjour assez pénible au patronage du Buisson qui aurait été en fait un centre de redressement38, puis au Centre de Bouvines où des aumôniers tentèrent de l’endoctriner dans la foi chrétienne. Par contre Éliane Ouaknin-Erhlich souligne dans son témoignage39 que l’abbé Vancourt encourageait les jeunes juifs qu’il avait recueillis à pratiquer leur religion comme ils en avaient l’habitude. On retrouve le même comportement chez Delcroix ou chez Duez40, ou encore au préventorium de Trélon évoqué ci-dessus.

32Le danger était quotidien. Les cas retenus sont liés à des témoignages de rescapés. S’ils évoquent à maintes reprises, les risques de dénonciations, le courage, la maîtrise et la présence d’esprit des mères de familles en particulier lorsque des Allemands se présentaient chez eux et même fouillaient la maison, les arrestations aussi de personnes soupçonnées de résistance, ils ne nous disent pas ou peu les échecs. Quelques passages de frontières ratés, un abri qu’il fallait quitter rapidement... mais dans la plupart des cas qui nous sont rapportés les réfugiés et leurs sauveteurs s’en sortirent. On sait bien sûr que ce ne fut pas toujours le cas. Pour certains des réfugiés d’ailleurs leurs parents, ou un frère ou une sœur avaient été arrêtés avant eux ou le sera plus tard là où ils avaient espéré trouver refuge.

33Le témoignage d’Irène Kahn, au-delà de son propre sauvetage et de celui d’autres juifs, confirme l’engagement de Raymonde Lombart non seulement dans l’hébergement de juifs mais aussi dans les actions de résistance avec son oncle. Son engagement comme celui de nombreuses autres femmes ne fut pas seulement passif du fait de la solidarité dans le danger encouru mais aussi actif. Il s’agit de véritables actes de résistance et sans doute était-il important pour retrouver cette part de vérité, d’isoler l’action des femmes. En ce qui concerne le sauvetage des juifs il ne s’agit pas du tout d’un rôle de second plan, au contraire. Les seuls chiffres évoqués en commençant signifient leur engagement, leurs initiatives, la complémentarité sans doute de leur action avec leur mari, leur frère, leur fils ou autre mais aussi l’action solitaire parfois de certaines femmes (veuves en particulier). Il faut y ajouter les femmes, religieuses, infirmières, éducatrices ou enseignantes qui accueillirent de nombreux enfants et jeunes dans leurs établissements : une quarantaine de femmes, dont le nom est retenu par l’histoire qui ne doivent pas nous faire oublier toutes celles dont on ne pourra jamais retrouver le nom et auxquels on pourrait appliquer ces paroles de Lucien Lazare dans l’introduction du dictionnaire concernant les Justes de France :

« En France occupée, on n’admirait guère les sauveurs de Juifs. Il arrivait qu’on juge leur conduite aberrante et coupable, sinon irresponsable. Mais pour une compréhension satisfaisante de ce que fut l’attitude des Français, il importe de nuancer ces données. Sans doute le nombre de sauveurs de Juifs n’a-t-il été qu’une fraction minuscule de la population. Sans doute certains Français les ont-ils sévèrement critiqués. Mais d’autres les ont approuvés, voire admirés, tout en restant passifs. Cette passivité a très souvent joué en faveur de l’action des sauveurs. Rappelons que l’attitude de l’ensemble de la population française envers les Juifs a été fortement marquée par les avatars de la situation militaire et politique, ainsi que par la cruauté de la répression antijuive. À ce point de vue l’obligation faite aux Juifs d’arborer une étoile jaune, ainsi que les rafles et les déportations, ont incité d’assez nombreux Français à venir en aide aux Juifs et à prendre part aux opérations de sauvetage. Ce fut le cas dans plusieurs villages et quartiers, dont toute une population savait chez qui étaient cachés des Juifs, et a protégé le « secret ».

Notes

1 Dictionnaire des Justes de France, édition établie par L. Lazare, I. Gutman [dir], Préface de Jacques Chirac, Yad Vashem, Jérusalem, Fayard, Paris, 2003.

2 Conservé aux ADL, traduit de l’anglais par R. Desreumaux.

3 Ce travail ayant été réalisé essentiellement à partir des notices du Dictionnaire des Justes présente les limites de celui-ci qui sont, en premier lieu, les limites du témoignage dans un travail d’histoire. Il n’a aucune prétention à l’exhaustivité d’une part, mais surtout il est d’abord fondé sur des souvenirs et du ressenti, d’enfants ou de jeunes qui alors ignoraient ou ne comprenaient pas ce qui se passait. Il y a quelques contradictions que j’ai pu relever entre les témoignages et surtout beaucoup d’imprécisions. Au-delà du sauvetage lui-même et de l’accueil dans les familles ou établissements, il est plus difficile de se faire une idée de la vie de ces femmes, des liens quelles avaient et des actions quelles pouvaient mener. Il faudrait approfondir davantage, confronter les témoignages et les autres travaux sur ce sujet, élargir si possible le panel. Mais ce qui m’a semblé important, c’est le fait même de ces sauvetages et du rôle qu’y ont joué de nombreuses femmes de la région. Cette approche surtout narrative est une première pierre. L’analyse reste à faire.

4 Avner Shaler, président de la direction de Yad Vashem, op. cit. p. 11, avant-propos.

5 Introduction générale, op. cit. p. 18.

6 Des arbres ont été plantés par les Justes ou leurs représentants dans l’allée des Justes sur le site du Mémorial de Yad Vashem. Aujourd’hui et depuis un peu plus de 10 ans, faute de place, les noms sont gravés sur le Mur d’honneur édifié à cette fin.

7 Dictionnaire, of. cit., p. 29

8 Plus de 20 000, aujourd’hui.

9 Sans doute y en a-t-il encore ensuite mais la liste publiée par le Dictionnaire des Justes, qui va jusque sept. 2002, ne donne plus aucun détail quant aux actions menées, ni à la région d’origine.

10 D. Delmaire, Y.-M. Hilaire, « Chrétiens et juifs dans le Nord-Pas-de-Calais », dans Revue du Nord, t. DC, no 237-238, avril-juin, juillet-septembre 1978. Chiffres du recensement officiel de 1942.

11 Ibidem.

12 Mme Signoret était l’épouse de l’Inspecteur d’Académie.

13 Mme Legry, infirmière, était l’épouse d’un peintre restaurateur au Musée de Lille, membre du MLN (Mouvement de Libération Nationale).

14 Mais pas à Lens où la communauté juive, nombreuse était mal assimilée et ne pouvait compter que sur elle-même. Cf. É. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais sous la hotte allemande, éd. La Voix du Nord, 1999, p. 256. Ces groupes ne furent pas non plus reconnus par la résistance officielle.

15 Selon le témoignage d’Edgar Leser, dont le père Léon Leser avec d’autres survivants de la communauté a fondé un groupe d’entraide, bénéficiant de complicités dans la police et les services municipaux. Ces groupes n’ont fait l’objet d’aucune reconnaissance officielle. E. Leser a entre autre été hébergé chez M. Raoul Camus, chef du service de l’octroi, marié à une juive.

16 Témoignage de M. Paul Gosset, cité par D. Delmaire, ibidem, p. 454.

17 Il s’agissait de centres de redressement. La discipline était assez rigoureuse selon le témoignage de David Bugajski, qui évoque aussi à ce sujet le prosélytisme de certaines religieuses, Revue du Nord, op. cit., p. 454-456.

18 F. Delpech évoque la réticence des familles bourgeoises de ce pensionnat mais aussi l’accueil des femmes de service et des syndicalistes qui ont accueilli des enfants, dans Revue du Nord, op. cit., p. 458

19 Cf. « Ils ont sauvé 22 enfants juifs à Templeuve (Belgique), par Sœur Odette-Marie Blavoet, Bulletin de l’Association des Archivistes de l’Eglise de France, no 62, 2e semestre 2004, p. 11. Ce numéro est entièrement consacré à « Accueil et sauvetage d’enfants juifs dans des institutions de l’Eglise catholique en France durant la Seconde Guerre mondiale ». 44 p.

20 Au printemps 1942 elle apprend qu’un autre oncle et une tante, qui n’avaient pas quitté l’Allemagne, avaient été déportés en Pologne. La crainte d’être elle-même arrêtée augmenta alors. Quelques jours plus tard les juifs reçurent l’ordre de porter l’étoile jaune. « Je ne me souviens pas, écrit-elle, de la façon dont elles furent distribuées, mais je me souviens de l’avoir cousue sur mon manteau et d’avoir regardé les visages des gens qui marchaient près de moi, me souriant et m’encourageant. J’étais même fière [...] pour très peu de temps seulement. Je pris conscience, quand de quelque façon on reçut des bruits selon lesquels Bruxelles préparait des ordres pour arrêter tous les « Juifs étrangers » en Belgique, Hollande et France, de ce que cela signifiait moi. Les listes étaient fournies par les divers services de Police où tous les étrangers étaient dûment enregistrés. »

21 Qu’on emmène son fils Claude, 14 ans.

22 « Mon oncle souffrait de dépression et M. l’abbé le tint occupé à faire de la reliure pour ses livres mal en point. J’ai eu une éruption de boutons et des maux d’estomac ; ma tante s’est accidentellement blessée à l’œil et a dû être hospitalisée à l’hôpital ; elle fut soignée jusqu’à sa guérison par Sœur Bertille, un cœur d’or, les lèvres scellées pour garder la vérité secrète. J’ai eu un doigt infecté qui dut être ouvert par un docteur qui vint à la maison. À tous ces gens nous devions faire confiance. »

23 « Cauchemar de bruit de peur et de confusion, se souvient Irène. Au bout d’un certain temps, nous nous contentions de nous asseoir dans un coin et de trembler. Peur d’être tuée, peur d’être découverte, peur de continuer à vivre sans espoir [...] et M. l’abbé émergeait de toutes ces crises comme une tour de force et de confiance en l’avenir. »

24 « Rien n’avait de sens pour moi et nous n’osions pas poser de questions, écrit Irène. L’enseignement et le programme de M. l’abbé étaient interrompus par des « étudiants » cherchant conseil. Il était à la maison alors qu’il aurait dû être à l’Université. Les rues étaient désertes un beau matin de 1944 et un tank allemand était là, prêt à détruire n’importe quoi ; on entendit des tirs de mitrailleuse ; le tank ne répondit pas : pas de munition. Des gens arrivaient au 12 rue de La Bassée, la porte était grande ouverte ; j’étais dans le couloir regardant cette vision extraordinaire : M. l’abbé donnant des informations, des ordres, des instructions, établissant des groupes pour les diriger vers des tâches spécifiques. Jean Lecanuet était parmi eux comme beaucoup d’autres « étudiants » que j’avais vus auparavant. »

25 Celui-ci en témoigne : Arrivé dans le Nord à la rentrée 1942, professeur agrégé de philosophie au lycée de Douai, il n’avait aucun contact dans une région où il ne connaissait personne. Il éveilla simplement l’attention par une réflexion lors du discours de remise des prix qui lui valut une mise en garde du Recteur. L’année suivante, il était nommé au Lycée Faidherbe de Lille (comme professeur de khagne) « C’est alors que se produisirent pour moi deux rencontres décisives qui me donnèrent des contacts que je recherchais avec les milieux résistants d’inspiration démocrate et chrétienne : l’abbé Vancourt [...] et M. Doucy, professeur de philosophie au Lycée Faidherbe. En quelques mois j’entrai dans le cercle des relations de M. l’abbé Vancourt qui abritait à son domicile une famille juive lilloise et une jeune fille d’origine allemande qui avait cherché refuge en France. C’est par Monsieur l’abbé Vancourt que j’entrai dans un groupe de résistance qui se livrait à des actions militaires contre les installations allemandes. L’une de ces actions dirigées contre les installations d’aiguillage au lieu-dit « Canon d’or » — je parle de mémoire et puis me tromper sur le vocable – provoqua mon arrestation, mon interrogatoire. L’issue me fut favorable puisque je pus, dans la nuit de mon arrestation, m’évader grâce à des complicités. Je rejoignis le domicile de l’abbé Vancourt, tandis que les services de la Gestapo perquisitionnaient, sans résultat, à mon domicile. Toujours grâce à l’abbé Vancourt, je pus sortir de Lille et trouver refuge chez un camarade de la résistance à Merville. J’y demeurai, reprenant des activités de résistance jusqu’à la libération de cette petite ville [...] ».

26 Revue du Nord, op. cit. p. 559 Débats. Témoignage du Dr Huyghe chef de section au W.O. Jéciste il est aidé par le chanoine Vancourt à recruter pour les groupes I.D.(rattachés au W.O.) dont il est le fondateur.

27 Elle ne le savait pas alors et ne l’a appris qu’en rencontrant Raymonde lors de la remise de la médaille des Justes, en 1975.

28 Lucie qui avait alors 26 ans, Alice, 24 et Maria, 19. Thérèse restait au foyer pour s’occuper de sa famille et de son père, âgé, qui habitait chez eux. François était inspecteur des eaux et forêts.

29 Sacrificateur en titre de la communauté de Lille, préposé à l’abattage des animaux selon les rites de la religion juive.

30 Contradiction avec le témoignage suivant qui concerne A.-M. Capitain. Dans le dictionnaire une photo représente A.-M. Capitain et Jeanne Rousselle côte à côte. Il n’est question de Mlle Véron, nulle part ailleurs.

31 Autre cas de figure que nous n’avons pas évoqué. Elle accueillit Huguette Fuks dans l’internat du Lycée, à la demande du pasteur Pasche, à l’insu de la directrice. Elle servit de boite aux lettres à Huguette et sa mère. Elle sauva également Renée Grudki et d’autres jeunes filles. Elle avait la réputation d’être particulièrement sévère et exigeante.

32 Action personnelle, il n’y a pas de réseau paroissial, mais des relations individuelles.

33 Op. cit. p. 454

34 « Selon le témoignage du professeur Minne, cette maison hébergeait avant de les « placer » des enfants juifs, hospitalisés grâce aux certificats de médecins complices, mais aussi des aviateurs alliés, des réfractaires STO, des suspects recherchés par la Gestapo. Elle transmettait sous le couvert de pseudo appels d’urgence des messages indispensables aux résistants. La ferme des Marguerites, propriété d’Albert Prouvost (nom de guerre Jean Bernard), servait également de cache aux aviateurs, résistants et juifs en liaison avec Ambroise Paré. L’industriel y apportait régulièrement documents et fonds dont les deux directrices assuraient la diffusion ou la répartition entre les membres des réseaux qui venaient le chercher dans un établissement où ils avaient pour alibi la visite des malades. La négociation qui tenta vainement d’éviter la déportation des derniers détenus de la prison de Loos fut décidée à la Maison Ambroise Paré le 31 août 1944. » Y.-M. Hilaire, op. cit. p. 447.

35 Cf. le témoignage d’Irène Kahn.

36 Accueilli par Léonce et Edmée Baron.

37 Revue du Nord, op. cit. p. 454-456.

38 Œuvre des enfants moralement abandonnés.

39 Ibidem. Elle est la cousine d’Irène Kahn et fut accueillie avec ses parents et son frère chez l’abbé Vancourt. Elle a épousé le rabbin Isaac Ouaknin.

40 Ces familles dont l’action a été reconnue ne sont pas citées parmi les Justes. Cf. Revue du Nord, op. cit. p. 454-456.

Auteur

Facultés catholiques de Lille

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540