Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Visages et itinéraires de Résistantes d’inspiration chrétienne dans le Nord-Pas-de-Calais : de Marthe à Marie

Bruno Béthouart

Texte intégral

  • 1 Luc 10 38-42

1Construite à partir d’un échantillon de 36 portraits de femmes, 21 du Nord et 15 du Pas-de-Calais, qui ont été impliquées de différentes manières dans la résistance à l’occupant, cette étude se propose de lire leur attitude à travers une grille d’analyse dédoublée qu’il convient, dès le départ, de relativiser : il s’agit de déterminer des tendances dominantes et non d’installer des césures radicales entre les attitudes des unes et des autres. D’un côté, en référence aux versets de l’Évangile1 auquel elles sont très attachées, des « Marthe » s’activent auprès de ceux qui sont dans la détresse, s’engagent dans une résistance active, de l’autre des « Marie » qui, certes, s’affichent dans leur opposition, mais s’investissent davantage dans la réflexion, produisent ou diffusent de l’information : deux types d’activité correspondant à deux sensibilités, deux démarches qui ne sont pas antinomiques et qui peuvent, dans certaines trajectoires individuelles, se mener de front, se compléter, se substituer l’une à l’autre selon les circonstances.

2Cette hypothèse de recherche ne cherche pas à induire des comportements d’une nature différente de ceux qui ont été soulignés pour la résistance masculine. Elle vise à mesurer, dans le rapport entre ces deux postures dominantes, le degré d’implication des femmes dans le quotidien, dans les moments de tragédie liés à la situation d’occupation ou de libération et la part d’investissement plus politique. L’analyse des attitudes des unes et des autres va permettre de mesurer l’originalité de ce profil de femmes nettement minoritaires tout comme le sont les hommes engagés dans la Résistance mais dont la démarche semble relever d’une logique qui parfois peut aboutir à des constats surprenants.

Deux approches d’une résistance au féminin

Des « Marthe » au cœur de l’action

  • 2 A. Caudron, Lille Flandres. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, B (...)
  • 3 Témoignage d’Élisabeth Delaforge, 7 09 1997.
  • 4 Archives diocésaines d’Arras. Voix du Nord, 10-10-1974.
  • 5 B. Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, coll. Histoire, 1996. p. (...)

3Des militantes d’action catholique se retrouvent dans les services d’entraide. Les jocistes sont souvent en première ligne : Isabelle Verhaeghe, responsable LOCF puis MPF2, prend en charge l’organisation d’une collecte en faveur des requis du STO qui lui vaut ainsi qu’à son mari la visite de la police allemande. À la Libération, désignée par le mouvement Voix du Nord, elle siège au conseil municipal de Lille. Fernande Arfaut, permanente jociste avant-guerre, participe à des collectes pour les prisonniers et les réfugiés et s’investit dans la résistance passive tout en poursuivant son engagement à la JOC. Jeanne Demolin3 préside la fédération JOCF de la région de Lens-Liévin-Bully-Grenay de 1939 à 1945. Les réunions sont organisées à la Centrale syndicale CFTC où elle rencontre régulièrement les responsables syndicaux comme Louis Delaby, Felix Pierrain et Joseph Sauty. Clémence Boulogne4, devient dirigeante fédérale de la JOC puis présidente fédérale jusqu’en 1941 avant de laisser la place aux plus jeunes. Elle s’engage également à la CFTC, fréquente régulièrement l’union locale, connaît le secrétaire départemental, Jules Catoire, résistant notoire5.

  • 6 Interview de Germaine Lorge, 9-03-1998.
  • 7 Archives de Germaine Lorge. Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.
  • 8 Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.
  • 9 I. Galland, Jacques Vendroux, de Gaulle et Calais, Université du Littoral Côte d’Opale, 1995, maît (...)

4D’autres ne sont pas issues des jeunesses catholiques et pratiquent l’entraide. Germaine Lorge, enseignante spécialisée dans l’allemand à Boulogne, accepte de remplir les fonctions de traductrice à la SNCF de Boulogne puis de Saint-Omer durant deux années à la condition de ne pas être en contact avec l’occupant6. Suzanne Capet, originaire de Saint-Martin Boulogne, infirmière Croix-Rouge se montre d’un courage à toute épreuve lors des bombardements du Portel et lors des combats de la Libération. Elle prend en charge l’évacuation des vieillards et des enfants vers Luxeuil, Pau, le département de la Nièvre en février 1944. Ayant reçu la Croix de guerre en 1947, elle reçoit également la Légion d’honneur, ainsi que la médaille Florence Nightingale en 1984, distinction rarissime accordée aux infirmières qui ont fait preuve d’héroïsme en temps de guerre. Elle a rédigé un journal manuscrit durant le second conflit mondial7. Suzanne Laude, également enseignante au collège de garçons de Béthune, demande à ses élèves à qui elle ne cache pas son patriotisme de faire preuve de sang-froid et de courage. Elle anime également l’œuvre d’entraide aux armées combattantes et notamment au premier escadron du 3e Régiment de Spahis marocains, filleul du collège8. Serait-il possible d’installer dans une sorte de résistance particulière la calaisienne Yvonne Vendroux. Durant la guerre, de Londres, elle réussit, par l’entremise de la reine d’Angleterre, à prendre contact et aider son frère en captivité9.

  • 10 A. Caudron, op. cit., p. 445.
  • 11 Ibidem, p. 129.
  • 12 Ibidem p. 411.
  • 13 Ibidem, p. 413-414.

5L’action des veuves ou femmes de prisonniers représente une autre forme de soutien concret. Germaine Thomassin fonde l’association des veuves de guerre10 dont elle est secrétaire générale en 1933 et présidente en 1935 : durant la guerre, elle accueille les veuves de guerre. Françoise Charlet est chargée de l’aide aux prisonniers sans famille par le comité local d’Haubourdin11. Dès l’année 1940, son mari se retrouve en captivité. Elle décide de seconder son frère qui refuse de partir au STO et qui entre en résistance dans le groupe animé par l’abbé Prévost, son vicaire, des étudiants catholiques rattaché à l’OFACM, l’Organisation franco-anglaise du capitaine Michel. À la suite de la mort de son frère dans un combat contre l’occupant le 29 août 1944, elle reçoit la visite de la Gestapo qui perquisitionne en vain son habitation. Marie Antoinette Reumaux, jaciste, anime de 1940 à 1941 un groupe de femmes de prisonnier12. Marie Robinet, sans nouvelle en 1940 de son mari mobilisé, décide de s’engager dans une œuvre et devient responsable diocésain du service familial de la Ligue féminine d’action catholique française puis de l’ACGF à partir de 1941. Elle met en place des réunions en vue d’un réconfort mutuel13.

  • 14 P. Oddone, Un drame de la résistance dunkerquois, Wimille, Punch Éditions, 2003, 72 p. A. Caudron,(...)

6Il existe aussi des cas de femmes qui choisissent de participer à l’action directe. Andrée Pick, née Herbeaux, est l’une des figures les plus connues14. Infirmière auxiliaire, secouriste de la Croix-Rouge à Dunkerque, elle diffuse l’Appel du 18 juin 1940 avec sa mère. En 1941, elles entrent dans le réseau « Alliance » dont le groupe dunkerquois est dirigé par Louis Herbeaux, ancien combattant de la Grande Guerre, capitaine de réserve. La jeune fille collecte les renseignements sur la « zone rouge », dessine les plans, assure leur acheminement vers Paris. Son départ pour l’Angleterre est envisagé pour une mission mais elle est arrêtée au retour de la capitale en compagnie de son père en 1942. Après un séjour à la prison de Loos, elle fait partie, le 19 mars 1943, des sept résistants condamnés par le tribunal militaire de Lille. Sa peine est commuée en déportation en Allemagne où sa mère est également emmenée. Louis Herbeaux est fusillé le 30 mars 1943 au Fort de Bondues avec ses amis Jules Lanery, René Bonpain et quatre autres condamnés : « nous avons organisé des messes dans les camps, notre foi nous a beaucoup aidées » dira Andrée Herbeaux, membre de la JIC.

  • 15 A. Caudron, op. cit., p. 214. Voix du Nord, 7-03-1981.

7Avec Arthur Duriez, employé à la Manufacture des tabacs de Lille et militant du Parti démocrate populaire durant l’entre-deux-guerres, Marie, son épouse, est impliquée, dès juin 1940, à Lezennes, dans une filière clandestine d’évacuation de prisonniers français et de soldats alliés vers la zone libre. Membre du réseau Pat O’Leary, ils fournissent des renseignements d’ordre militaire aux services secrets britanniques. Ils sont également actifs dans le mouvement de résistance Voix du Nord en hébergeant à leur domicile l’un des deux fondateurs, l’ancien maire de Bailleul, membre de la Jeune République de Marc Sangnier, Natalis Dumez. Ils recueillent des armes et la machine à ronéotyper qui imprime les numéros 31 à 38 du journal clandestin. En contact avec les responsables syndicalistes du secteur minier, ils leur transmettent les exemplaires du journal clandestin en vue d’une diffusion individuelle. Les activités de propagandiste et de résistant d’Arthur Duriez auprès de ses camarades de travail poussent ses employeurs à lui retirer son emploi dès 1941. Alors que le couple poursuit ses activités notamment de diffusion du journal clandestin, le 7 septembre 1942, ils apprennent, de retour des mines, que leur domicile est occupé par la police. Ils décident alors de s’enfuir et de rejoindre le réseau Pat O’Leary à Marseille. Durant leur séjour méridional, ils participent à un nouveau réseau d’évasion et facilitent ainsi le convoyage d’une cinquantaine de militaires : ils sont condamnés à mort par contumace. Marie est nommée sous-lieutenant des FFC, reçoit le grade de chevalier de la Légion d’honneur, ainsi que la croix de guerre et la médaille de la Résistance15.

  • 16 Archives de Jules Catoire. R. Bargeton, Le Comité départemental de Libération du Pas-de-Calais (19 (...)
  • 17 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais (1944-1967), Dunkerque, Éditions des Beffrois, 198 (...)

8Thérèse Martin, née Lavigne, aide efficacement son mari, Joseph Martin d’Auray, militant PDP dans la résistance comme agent de liaison chargée du transport d’armes ou de munitions dans le bassin minier. Le 26 juillet 1944, elle participe à l’attaque et à la destruction de l’écluse de Don-Sainghin. Elle fait partie du comité régional d’initiative du Rassemblement des Résistants d’inspiration Chrétienne créé en juin 1944. Lors des combats de la libération, elle prend en charge à partir du 1er septembre, le service cuisine des FFI chargé de servir près de 700 rations par jour16. Jeannette Delaforge, fille de mineurs, JOCF, s’engage dans les FFI, sous l’influence de Louis Delaby, responsable de la CFTC mineurs17.

9Une autre activité résistante, de nature caritative, est développée par Eva Durrleman. Fille d’un évangéliste de la mission Mac All, elle incarne cette profusion d’activité d’entraide et de résistance. Les Allemands occupent une grande partie de l’internat et de la clinique de la Maison Ambroise Paré dont elle est responsable à La Madeleine près de Lille. Avec sa collègue, Thérèse Matter, elle continue de maintenir les soins hospitaliers mais profite de cette couverture professionnelle pour cacher et faire transiter des pilotes anglais, américains grâce à des certificats médicaux signés en toute connaissance de cause par des médecins complices. Elle accueille, cache et distrait de la surveillance de l’occupant des enfants juifs, des réfractaires ainsi que d’autres proches ou inconnus suspectés par la police française ou nazie. Elle fait de son centre de soins un poste directionnel du réseau du War Office encore appelé réseau Sylvestre. Les membres viennent prendre connaissance, fournir ou recevoir des consignes d’action, des renseignements militaires ou civils. Cette activité lui vaut, ainsi qu’à sa collègue, d’être citée à l’ordre du corps d’armée le 29 mai 1945.

  • 18 Ibidem, p. 386.
  • 19 Elle fait le récit de sa mission dans une brochure Témoignages-Une expérience d’Action catholique (...)
  • 20 Témoignage et archives de Germaine Lorge.
  • 21 A. Caudron, op. cit., p. 97.

10D’autres femmes, de confession catholique, s’impliquent dans la prise en charge des victimes de l’occupant. Jacqueline Philbée, dijonnaise formée à l’École de service social dépendant des Facultés catholiques de Lille, se consacre aux internés civils et militaires des camps où elle est retenue captive quelque temps18. Léontine Piérart, militante de la JOCF, employée dans une caisse d’assurances sociales, est chargée de diriger un centre de jeunes chômeuses à Juvisy-sur-Orge. Elle refuse de commenter les propos du chef de l’État français contre les Juifs : elle est renvoyée pour manque de loyalisme. Entrée en 1942 à l’Aumônerie des prisonniers, elle part pour Berlin comme « volontaire » avec l’accord du père Guichard, aumônier national de la JOCF. Avec l’abbé Manche, de Besançon, et deux autres jocistes, elle forme une équipe chargée de soutenir le moral des femmes françaises vivant dans des camps19. Madeleine Moisson, infirmière, fait partie de la défense passive, participe aux secours lors des bombardements à Boulogne et au Portel notamment ceux de 1943 puis lors de l’évacuation en 1944 et reçoit en 1947 la Croix de guerre 1939-194520. Joséphine Carreras, sœur Marie-Joseph en religion, en tant que Fille de la charité, offre une aide aussi bien matérielle que spirituelle aux personnes incarcérées à la maison d’arrêt de Loos21.

Des « Marie » plus en retrait

  • 22 Archives diocésaines d’Arras.
  • 23 L.-N. Berthe, JOC, je te dois tout, Paris, 1980, p. 86-93.
  • 24 A. Caudron, op. cit., p. 410.

11Plus portées à encadrer des mouvements, susciter des réflexions, ces femmes participent à leur manière à la résistance à l’occupant. Il y a d’abord les « professionnelles au verbe haut ». Célestine Leroy en offre une belle illustration. Professeur à l’École Normale de Filles d’Arras, celle qui est surnommée « Clio » par ses élèves institutrices, n’hésite pas dans ses cours durant l’occupation allemande à souhaiter la victoire de la France libre22. D’autres femmes s’investissent dans la préparation d’une relève militante au sein de leur mouvement d’action catholique. Thérèse Cornille, fille d’un syndicaliste chrétien proche du roubaisien Louis Blain, décide en mai 1940 d’entrer à la JOCF. Grâce à une solide formation appuyée sur l’étude des encycliques, elle devient d’abord dirigeante fédérale de Roubaix puis permanente nationale en 1942. Au cours de ses nombreux déplacements, elle est questionnée à plusieurs reprises par la police allemande qui ne peut l’arrêter, faute de preuves23. Geneviève Delmasure, fille d’Adolphe, président diocésain de l’ACJF, déjà responsable régionale de la JICF, entre au secrétariat national pendant la guerre. Elle franchit clandestinement la ligne de démarcation pour assurer la liaison des responsables du mouvement. Dans le cadre de la structure de formation ecclésiale, elle fait réfléchir les adhérentes du mouvement sur les atteintes portées à l’indépendance du spirituel24.

  • 25 Témoignage de Marie-Thérèse Coppin, 25-02-2002. Archives de Charles Agez.
  • 26 Nord Social, no 607, juin-juillet 1946.
  • 27 Nord Social, no 727, juin 1958.
  • 28 Archives diocésaines d’Arras.
  • 29 A. Caudron, op. cit., p. 185-186.

12Le syndicalisme chrétien est également un vecteur de réflexion autant que d’entraide pour certaines responsables. Il en est ainsi pour Marie-Thérèse Falala qui s’investit dans la section jociste boulonnaise à partir de 1941 et se trouve par son futur mari, Louis Coppin, responsable CFTC des marins, en lien avec le syndicalisme chrétien : elle participe également à des opérations d’entraide25. Parmi les personnalités du syndicalisme chrétien figure Charlemagne Broutin, secrétaire de l’Union régionale CFTC, dont la sœur Angélique, lors de la tourmente de 1940, sauvegarde les patrimoines syndicaux et assure les permanences. Usée à la tâche, elle décède quelques mois après la Libération26. Maria Engster, dirigeante de la JOCF et militante de la CFTC de Lille diffuse Témoignage chrétien : elle met, le jour de la Libération, une salle de son école à la disposition du CDL27. Marie-Louise Vandewalle, dont le père est président d’associations de familles, responsable CFTC, président de la LOC, diffuse avec lui Témoignage chrétien durant la guerre28. Plus mystique, Pauline Desnouiez, née Gouëlin, préside l’apostolat de la Prière à partir de 1943. Cette organisation compte à l’entrée en guerre plus de 50 000 membres. Durant ses nombreux déplacements, elle est surveillée par la police française et allemande29.

  • 30 A. Caudron, op. cit., p. 475.
  • 31 Archives de l’Assemblée nationale. Fiche biographique. Interview de Germaine Touquet, 12-10-2000.
  • 32 Le MRP vous parle, no 81, 1999.

13L’engagement dans une résistance politique se retrouve dans le parcours de certaines militantes. Suzanne Vieillefon, assistante sociale, membre des syndicats chrétiens, est également secrétaire de la Fédération des femmes démocrates du Nord, membre de la commission exécutive fédérale du PDP en 1934. Elle multiplie les interventions dans les réunions entre 1935-1937, réclamant l’entrée des femmes dans les conseils municipaux, le droit de vote et leur participation aux affaires publiques30. Solange Lamblin, née à Marcq-en-Baroeul, possède un caractère bien trempé. Reçue à l’agrégation d’anglais après des études secondaires à Tourcoing et supérieures à la faculté des lettres de Lille, elle vient enseigner dans la capitale et vit au quartier latin31. Ayant rejoint les rangs de la section féminine du Parti démocrate populaire durant les années trente, elle y retrouve Germaine Chapuis et Germaine Peyroles, fréquente les responsables tels que Louis Bour, Max André, Georges Hourdin et Georges Bidault, collègue agrégé également dans l’enseignement public. En 1943, quand celui-ci monte de Lyon à Paris, le domicile de Solange Lamblin, place Paul Painlevé, à deux pas de la Sorbonne, devient l’une des caches préférées du nouveau chef de l’organe principal de la résistance intérieure. Le courage dont elle fait alors preuve ainsi que la fermeté de ses convictions démocrates chrétiennes justifie pleinement son élection comme membre de la commission exécutive du MRP en novembre 1944 lors du congrès de fondation32. Geneviève Aubrun, boulonnaise, médecin, s’investit dans la résistante active au sein de son hôpital, participe à la préparation du futur MRP dans la clandestinité.

  • 33 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit. p. 136-137. A. Caudron, op. cit., p. 457
  • 34 A. Caudron, op. cit., p. 475.
  • 35 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

14Marie Van der Elst assure des responsabilités dans la JOC puis la JOCF qui devient le MPF en 1941. Son verbe haut en fait l’une des fortes personnalités du jeune mouvement dans le Nord33. Suzanne Vieillefon, comme son père, pionnier du syndicalisme chrétien dans le Nord, milite à la CFTC. En 1944, membre de la commission exécutive fédérale du MRP, elle est choisie pour représenter le parti républicain populaire dans plusieurs compétitions électorales34. Valentine Amoureux est également membre de la CFTC : elle assure les fonctions de secrétaire de l’UD du Pas-de-Calais depuis 1936. Elle n’hésite pas à rester fidèle à son poste durant le printemps 1940 et accueille les responsables CFTC à leur retour durant l’été dramatique. Reconnue comme membre du réseau Témoignage chrétien, elle « a en toutes circonstances assuré liaison, réception et distribution de tracts et journaux » selon Jules Catoire, chargé d’authentifier la résistance des membres à la Libération35.

Esquisse de profil et caractérisation

15Sur les 36 trajectoires de femmes dont près de la moitié sont d’origine ouvrière, et pour un un tiers célibataires, il est possible de trouver des dominantes qui s’imposent au regard de leur passé ou de leurs engagements.

L’Église point de référence

  • 36 Témoignage de Marie-Thérèse Coppin, 25-02-2002.

16Sur l’ensemble des profils, exceptée une personne de famille non pratiquante et deux de confession luthérienne, les autres femmes sont issues d’un milieu catholique pratiquant. Le milieu familial est souvent déterminant dans la réalité de leur attachement à l’Église. Elles naissent dans des familles nombreuses conformes à la tradition catholique : Maria Engster est la fille d’un chauffeur qui a eu six enfants. Thérèse Cornille et Isabelle Verhaeghe ont également chacune cinq frères et sœurs. Les parents sont souvent assidus dans leur pratique. Marie-Thérèse Falala rappelle que son père, Achille Falala, représentant de commerce à domicile et sa mère, Eva Blondel, femme au foyer, sont tous deux catholiques pratiquants. Durant ses études primaires à l’école Notre-Dame, elle fait partie des Enfants de Marie puis s’investit dans la section jociste de 1941 à 195136.

  • 37 A. Caudron, op. cit., p. 224.

17Un tiers des femmes concernées, de condition très modeste, bénéficie de la formation proposée par le mouvement catholique ouvrier. Suzanne Noddings, elle même mère de cinq enfants, est issue d’une famille ouvrière. Elle travaille à l’âge de douze ans, après son certificat d’études, puis fait des études de sténodactylo et de comptabilité. Membre de la JOCF, présidente de section, « fédérale » en 1934, elle est secrétaire permanente de la Fédération de Lille de 1936 à 1938 puis dirigeante nationale, attachée au secrétariat général de Courbevoie. Maria Engster37, née à Lille en 1894, est la fille d’un chauffeur. Elle est victime durant Grande Guerre d’une blessure qui la laisse mutilée à 75 %. Secrétaire de direction à la compagnie de Fives-Lille, elle assure la permanence des syndicats féminins chrétiens qui se créent et en devient la secrétaire. Elle fréquente assidûment les secrétariats sociaux animés par les abbés Six et Tiberghien. En 1922, elle se consacre à plein temps à son activité syndicale et assure des cours du soir proposés par le syndicat. Lors de la création de la JOCF, elle est la première présidente de la fédération lilloise de 1928 à 1930. En octobre 1935, elle participe à la création de l’école professionnelle « La Ruche » qu'elle dirige jusqu’à son décès. Chargé de cours à l’École normale ouvrière, elle est la première femme élue au conseil des prud’hommes de Lille. Léontine Piérart, également lilloise, occupe un poste d’employée de bureau. Elle milite à la JOCF à Lambersart à partir de 1929 et devient, dès 1933, présidente de la Fédération de Lille. Elle collabore au journal du mouvement.

  • 38 Archives CFDT, rue des Stations, Lille.

18Clémence Boulogne, dès l’âge de treize ans, en décembre 1926, est embauchée dans une minoterie arrageoise comme employée puis entre comme caissière aux Nouvelles Galeries d’Arras en 1931. Elle devient secrétaire à la Famille artésienne, caisse primaire d’assurance-maladie d’Arras, sous la direction de Jean Amoureux, jusqu’en octobre 1945. Après les cours du soir de sténodactylographie qu’elle suit, elle assure les cours professionnels à l’école privée des Louez-Dieu d’Arras. En 1931, elle accepte la proposition de l’abbé Joseph Hébert, aumônier diocésain de la JOC/JOCF, de préparer une structure jociste d’abord pour les quartiers de la ville d’Arras. Des embryons de section se mettent en place non seulement dans la cité mais également à Lens, Béthune, Auchel, Wingles, Vendin, Lillers, Frévent, Bapaume. Des permanentes nationales ou régionales comme Thérèse Béhague mariée ensuite à Robert Prigent viennent épauler la petite équipe animée par l’abbé Joseph Hébert. Des journées d’études sont proposées à partir d’enquêtes réalisées sur la santé, le chômage, les loisirs, des retraites, des récollections, des sessions permettent d’étudier les problèmes mais aussi les encycliques pontificales comme Rerum novarum, Quadragesimo Anno. Au bout de 18 mois, l’affiliation officielle du Mouvement a lieu en 1933. Clémence Boulogne accepte alors de devenir secrétaire de la section d’Arras. Fernande Arfaut est issue d’une famille humble et non pratiquante dont le père était ouvrier agricole puis journalier et la mère cabaretière. Elle passe le CEP et reçoit quelques rudiments de comptabilité. À partir de 1937, elle est, durant 23 années, employée au service comptable de la maison Boulanger, spécialisée en confection. Dès 1937, entrée à la JOC, véritable école de formation, elle assiste la même année au Congrès de Paris, devient ensuite membre du Comité fédéral jociste avant de prendre des responsabilités au sein de la CFTC38.

  • 39 Nord Social no 607, juin-juillet 1946.

19L’affiliation et l’engagement dans la CFTC se constatent pour un tiers des personnes concernées. Certaines, au nombre de huit, sont, en totalité ou partiellement, durant leur vie professionnelle, rémunérées au titre de permanentes par le syndicat chrétien. Angélique Broutin est présente, aux côtés de son frère, Charlemagne, dès la fondation en 1909 des syndicats féminins. Rapidement, elle devient vite trésorière du syndicat de l’habillement puis des organisations féminines qui avaient en ce temps-là leur siège, rue de la Barre. Lors de la fondation de l’Union locale en 1921, elle est responsable administrative. En rapport avec les collecteurs et les camarades de l’extérieur. Joviale, elle anime le siège alors rue Saint-Sauveur où sont fondés successivement « La Famille lilloise » absorbée par la caisse « La Famille », le Nord social, « La Famille coopérative ». En 1932, elle s’installe rue Saint Génois et cumule les fonctions de trésorière et de secrétaire administrative39.

  • 40 A. Caudron, op. cit., p. 411.

20Certaines bénéficient des formations proposées par d’autres mouvements d’action catholique. Geneviève Delmasure fait partie du premier bureau de la JICF en 1936 puis le préside de 1937 à 1940. Catherine Moisson suit sa famille dans les villes de garnison et arrive à Boulogne en 1936 où elle fait aussitôt partie de la section de la JEC. Marie-Antoinette Reumaux, née à Bourbourg-Campagne en 1892, participe à la création de la JACF en 1933. Dirigeante de la première fédération de Bergues et d’Hazebrouck, membre du bureau diocésain en 1934, présidente de la fédération de Bergues qui rassemble plusieurs centaines de membres, elle est déléguée au premier congrès national de Lourdes en mai 193840.

21Une religieuse, Joséphine Carreras, sœur Marie-Joseph possède déjà en 1939 une solide formation professionnelle : née à Saint-Palais en Pyrénées-Atlantiques en 1883, d’origine espagnole, elle entre chez les Filles de la Charité en 1906 et arrive vers 1930 à Lille. L’orphelinat de la rue de la Barre devient, sous sa responsabilité, une école professionnelle réputée. Elle fonde en 1937 l’Institut technique de Loos qui a pour but de préparer les jeunes filles à leur tâche de mère au foyer et de leur fournir une compétence professionnelle. Des monitrices de centres d’apprentissage féminins et de centre ménagers en sont issues.

  • 41 Interview de Germaine Lorge, 9-03-1998.

22Cette forte implantation dans le terreau ecclésial peut, chez certaines, se combiner avec un engagement laïque. Germaine Lorge, après avoir fréquenté l’école primaire libre Sainte-Marie à Saint-Martin Boulogne, poursuit sa scolarité au collège Angellier de Boulogne-sur-Mer où elle obtient le baccalauréat série philosophie en 1934. Impliquée dans la JEC dont le chanoine Lefebvre est alors l’aumônier, elle devient secrétaire du groupe de son établissement public. En 1937, elle sort diplômée de l’École supérieure de journalisme de Lille et titulaire de la licence d’histoire. Elle fait un stage au Télégramme du Pas-de-Calais et de la Somme en 1936 à Boulogne-sur-Mer en tant que secrétaire de rédaction et devient journaliste traductrice en allemand et en flamand à la Centrale catholique de la Presse à Bruxelles de 1937 à 1939. Elle entre alors pour une année à l’Agence du Nouvelliste de Lyon à Paris avant de regagner sa ville natale41. Jacqueline Philbée, formée à l’École de service social dans le giron des Facultés catholiques de Lille, obtient le diplôme d’Etat d’assistante sociale en 1936 et fait carrière dans l’administration du ministère du Travail. Suzanne Laude, élève au collège des jeunes filles de Béthune, devient professeur de philosophie à partir d’octobre 1928. Dans son enseignement, elle s’efforce d’orienter ses élèves souvent impressionnées par cette enseignante ferme dans ses convictions.

La référence patriotique

  • 42 Interview de Germaine Lorge, op. cit.

23Le souvenir et la référence familiale à la Première Guerre mondiale pèsent sur certaines attitudes de résistance. Germaine Lorge naît dans une famille chrétienne dont le père est un grand blessé de guerre au Chemin des Dames en avril 1917. Son grand-père, Eugène Lorge, principal clerc de notaire et catholique convaincu, s’est livré à de multiples activités paroissiales et sociales telles que la gestion des comptes des biens d’Église et la prise en charge d’une caisse rurale. Durant la Grande Guerre, le père de Clémence Boulogne part rejoindre le 33e régiment d’infanterie au mois d’août 1914. En octobre, les troupes allemandes occupent les villages de Bullecourt et Riencourt et opèrent des « fractures » familiales. Fait prisonnier le 8 mars 1916 à Verdun, son père ne rentre qu’en 1919. Les familles sont expulsées en 1917 avant l’offensive allemande. La famille Boulogne, après un détour par la Suisse et la région parisienne, aboutit dans le Loir-et-Cher avant de revenir définitivement après la guerre à Arras en 192342.

  • 43 Témoignage de Mlle Robilliard, 4-03-1998.
  • 44 A. Caudron, op. cit., p. 445.

24Madeleine Moisson, l’infirmière, est la petite fille d’un militaire du génie, héros de Solférino, fille d’un général de division, ancien élève de Saint-Cyr, deux fois blessé et onze fois cité au feu durant la Grande Guerre, décédé en 1929 et sœur d’un capitaine engagé volontaire à 17 ans, mort en 1932 des suites de ses blessures durant la guerre de Syrie. Suzanne Laude est la sœur de François, agrégé de l’université qui meurt pour la France le 2 février 191843. Germaine Thomassin44 épouse un officier du 33e RI qui meurt dès le début de la Grande Guerre. Mère de deux enfants, installée à Lille, elle devient secrétaire du comité régional de l’Association d’aide aux veuves des militaires de la Grande Guerre en 1924.

L’accès au militantisme ?

  • 45 Archives diocésaines d’Arras.
  • 46 Elle a publié De l’Action catholique au mouvement ouvrier et monde ouvrier 1937-1957 dans les Cahi (...)

25Pour la majorité de ces femmes résistantes, l’Église continue d’être leur principal horizon à la sortie du conflit. Elles s’investissent majoritairement à titre bénévole dans des structures ecclésiales paroissiales ou caritatives ou d’action catholique. Clémence Boulogne, au début de 1944, entre au service de la direction diocésaine de l’enseignement libre du premier degré avec le chanoine Chopin. Cette célibataire, très attachée au culte marial, assure la permanence du pèlerinage du diocèse d’Arras à Lourdes chaque année en juin puis devient auxiliaire au sanctuaire marial45. Isabelle Verhaeghe préside le conseil d’administration de la première école de travailleuses familiales en 1945 et assume successivement des responsabilités dans les AFO, l’ACO, le MPF dont elle devient la secrétaire générale en 1949. En 1955, elle prend en charge, dans le cadre de la Confédération syndicale des familles, la rédaction du journal Réalités familiales populaires. Elle s’investit également dans la politique en devenant membre de l’Union de la gauche socialiste en 1958, puis entre au Parti socialiste. Mère de cinq enfants, elle s’investit comme catéchiste bénévole pendant plusieurs années46.

26Germaine Lorge, de 1942 à 1947, revient au collège Angellier comme professeur de lettres avant d’accepter de devenir permanente du secrétariat social de Boulogne. Elle reprend ensuite de 1952 à 1978 une carrière professionnelle comme secrétaire à la commission de première instance de la Sécurité sociale. Membre du MRP de 1946 à 1953, elle est élue déléguée cantonale le 24 novembre 1946 et figure en bonne place sur la liste municipale des républicains populaires en 1947 et 1953 sans être élue. Responsable de la bibliothèque paroissiale de Saint-Martin de 1942 à 1971, elle prend également en charge le comité de presse.

  • 47 Archives diocésaines d’Arras.

27L’Église demeure un lieu de conviction pour des femmes engagées dans la fonction publique. Celles-ci ont souvent fait des études supérieures dans l’école publique ou catholique et pour les trois-quarts d’entre elles, elles sont célibataires. Marie Robinet fait exception. Présidente des anciennes de Blanche de Castille, elle est veuve depuis 1963, et s’occupe de « Bibliothèque pour tous », et d’un cercle biblique. Célestine Leroy est l’aînée des quatre filles d’un couple d’agriculteurs. Elle passe son CEP à onze ans puis de 1897 à 1899 devient pensionnaire de l’École supérieure de Roubaix, de 1900 à 1902 élève à l’École normale de Douai. En 1903, elle est nommée institutrice à La Bassée puis devenue professeur en 1905, elle part pour Draguignan puis Caen où elle reste jusqu’en 1911. Revenue à l’École normale d’institutrices d’Arras comme professeur, elle y demeure jusqu’à sa retraite en 1944. Brillante dans ses exposés, elle est proposée pour le professorat à Sèvres sans que cette catholique convaincue ne puisse obtenir le poste. Attachée aux traditions locales, au contact d’Émile Nourry, alias Pierre Saintyves, auteur d’un ouvrage Les Saints successeurs des dieux dès 1907, elle participe à la fondation du Comité artésien du Folklore en 1933 puis en devient la secrétaire puis la présidente en 1955. Membre de la Commission départementale des Monuments Historiques, elle publie des recherches sur le culte des saints ou les pierres à légende du folklore des eaux47.

  • 48 A. Caudron, op. cit., p. 214-215.
  • 49 Ibidem, p. 352.

28Les femmes issues de confessions non catholiques restent fidèles à leur engagement. La plus représentative est Eva Durrleman, née à Rochefort-sur-Mer, dans un milieu protestant évangéliste48. Après des études d’infirmière dans une maison de santé protestante bordelaise, elle s’engage dans l’Union des Femmes de France durant la Grande Guerre. Avec Thérèse Matter, elle décide, après avoir recueilli des fonds aux USA, de créer une Maison de santé à Lille grâce au soutien notamment du pasteur Nick, de Fives. Le 9 février 1929, le centre médical Ambroise-Paré est reconnu d’utilité publique et une extension est rendue possible grâce à l’achat de terrains proches. Pourvue d’un conseil d’administration à majorité protestante, la Maison développe un esprit œcuménique et offre à son personnel des conditions de travail favorables. Thérèse Matter49, sa compagne professionnelle, est née à Rouen dans une famille luthérienne d’Alsace, venue s’établir après la guerre de 1870 à Paris. Convertie lors d’une mission de l’Armée du Salut, elle devient infirmière et participe à la fondation et à la gestion de la Maison Ambroise Paré.

  • 50 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 136-137.

29Plus d’un tiers de ces femmes s’investissent dans un parti politique en tant que militantes voire candidates. Le MPR est largement dominant dans leur choix avec onze engagements alors que le parti socialiste ou le RPF ne sont choisis qu’exceptionnellement. Le statut privé de la militante MRP varie du célibat à la femme mariée et n’implique un lien privilégié avec la CFTC que dans quelques cas. Outre Germaine Lorge et Suzanne Capet qui choisissent cet engagement, Marie Van der Elst devient une figure importante du MRP de la région du Nord auquel elle adhère dès la Libération50. Conseillère municipale à Lambersart, commune proche de Lille, elle anime l’équipe ouvrière fédérale du Nord dont elle est le porte-parole, y compris à l’échelon national, jusqu’à sa mise en sommeil. Réputée pour son franc-parler et ses interventions vigoureuses à la commission exécutive, elle dénonce les compromissions, les infidélités à la ligne tactique originelle. « Nous sommes au MRP non pas la caution ouvrière mais les témoins de la classe ouvrière ». Jusqu’à la fin de sa vie, elle continue de recevoir et de correspondre avec ses amis et incarne la tendance ouvrière des républicains populaires.

  • 51 A. Caudron, op. cit., p. 129.
  • 52 R. Honvaux, Droite et centre dans le Pas-de-Calais, Université du Littoral-Côte d’Opale, 1999, maî (...)

30Jeanne Demolin, en 1945, participe aux élections municipales sur la liste MRP avec son beau-frère Aimable Delaforge et se fait élire au conseil comme membre de l’opposition au maire communiste durant deux mandats. De même, Catherine Moisson, est élue conseillère municipale en 1947 et réélue jusqu’en 1959. Seule femme de l’assemblée municipale, elle est chargée du logement en pleine période de reconstruction de la ville. Françoise Crespel, dès la Libération, lance la section du MRP dans sa commune, siège à la commission exécutive fédérale et figure sur la liste de la 2e circonscription du Nord aux élections pour l’Assemblée constituante en 1945. Au congrès fédéral de 1947, elle est nommée présidente de l’équipe « Dames »51. Geneviève Jaillette, née Aubrun, occupe la tête de liste MRP aux municipales de 1945 à Boulogne. Elle réussit à obtenir 45,6 % des voix au second tour face à Henri Henneguelle52. Valentine Amoureux reste attachée à son service comme député MRP à partir de 1945 jusqu’au début des années cinquante.

31Le plus bel exemple demeure néanmoins celui de Solange Lamblin. Élue conseillère municipale de Paris en 1945, elle devient députée MRP dans la première circonscription de la Seine lors des élections du 21 octobre 1945. Membre de la Commission de l’Éducation nationale, le 30 décembre 1945, elle intervient dans le cadre du rapport de la commission Langevin : « alors que les ouvriers des usines, de façon juste et nécessaire, se trouvent intégrés à la direction par la participation aux comités d’entreprise, voici qu’une réforme aussi grave et aussi importante que celle de l’enseignement se trouve engagée sans que l’Université ne soit consultée ». Battue en juin 1946, elle est réélue en novembre avec Francisque Gay et Jean Cayeux. À plusieurs reprises, elle fait nettement état de son « attachement à l’école publique » notamment en rappelant lors d’une séance du 22 juillet 1947 qu'elle avait à la Commission des finances « demandé spontanément que les crédits destinés à la construction des écoles publiques fussent quintuplés ». Cette femme intelligente, indépendante, sait défendre avec conviction ses positions et vote tous les textes soutenus par le groupe parlementaire. Cependant, elle préfère ne plus solliciter le renouvellement de son mandat en juin 1951 et réintègre l’Université où elle se sent « plus à sa place ».

Des femmes originales ?

32Certaines instaurent un concept familial assez novateur à la Libération. En effet, les deux tiers des femmes sont mariées mais moins de la moitié sont des « mères au foyer ». Elles ont une activité professionnelle au moins partielle pour une partie d’entre elles notamment en tant que permanentes dans un mouvement d’Église ou à la CFTC. L’institution ecclésiale, le syndicalisme chrétien sont donc des moyens privilégiés d’une « émancipation par le travail » pour quelques-unes d’entre elles. C’est le cas pour Isabelle Verhaeghe, Fernande Arfaut, Angélique Broutin, Maria Engster, Pauline Desnouiez, Suzanne Viellefon, Valentine Amoureux, Clémence Boulogne. Les services sociaux intéressent également d’autres dames. Jeanne Demolin, en 1945, qui abandonne son emploi pour se consacrer à son foyer En 1965, elle crée une association de travailleuses familiales dont elle assure bénévolement le fonctionnement.

  • 53 A. Caudron, op. cit., p. 125.

33Le choix de la déconfessionnalisation pour certaines revêt plusieurs formes. Il peut avoir un caractère humanitaire au sein d’organismes d’origine catholique comme le MPF, ou dans des organisations publiques comme l’UFF, l’UDAF ou des associations privées non confessionnelles. Thérèse Cornille décide de se consacrer aux jeunes travailleuses isolées et en danger. Soutenue par le cardinal Liénart, elle crée en 1946 un foyer d’hébergement à Roubaix puis cinq autres « Clair logis » dans le Nord. D’autres foyers sont lancés en France et même en Afrique noire et au Cambodge53.

34Une minorité de ces femmes adhère à la CFDT en 1964. Marie Thérèse Coppin, à la Libération, fait le choix d’entrer comme ouvrière à la Boîte métallique de Boulogne-sur-Mer et y demeure jusqu’en 1947. Appelée alors à devenir permanente jociste durant quatre années, elle se marie avec Louis Coppin et adhère avec lui à l’ACO puis l’accompagne dans les différents lieux d’exercice de responsabilités syndicales. Membre de la CFDT, elle devient secrétaire de l’Union locale interprofessionnelle des retraités d’Eaubonne, puis à Boulogne-sur-Mer depuis son retour en 1991 tout en participant au conseil régional CFDT et en intervenant à plusieurs reprises au congrès régional annuel. Membre du PS de 1978 à 1994, elle est engagée dans le collectif « Ethique sur l’étiquette » à partir de 1994. Ludivine Piérard a partagé volontairement le sort des prisonniers dans un camp de femmes durant la guerre dans le but de créer « dans les camps, les usines, les hôpitaux, les loisirs, un esprit français et chrétien ». Permanente syndicale à la CFTC jusqu’en 1947, elle épouse André Michelin, qu'elle a connu en Allemagne et retourne dans son milieu de travail jusqu’à sa retraite. Établie à Courbevoie, elle milite à l’Union confédérale des retraités CFDT en 1968.

  • 54 Archives de la CFDT, Lille.

35Fernande Arfaut, milite dans l’ACO à partir de 1949. Membre de la Commission administrative de l’UD CFTC, elle devient permanente syndicale de l’UL CFTC puis CFDT de Cambrai de novembre 1958 à janvier 1968 et signe à ce titre plusieurs accords dans divers secteurs d’activités comme le textile, la métallurgie, la chimie, les transports, le commerce. Impliquée dans les travaux du syndicat régional, elle assure la formation des militants54. De 1968 à 1984, Fernande Arfaut devient déléguée permanente du Secours catholique de l’arrondissement de Cambrai. Membre du conseil d’administration de l’hôpital de Cambrai à partir de 1971, de celui de la Sécurité sociale, puis du comité local d’insertion des titulaires du RMI. Fernande Arfaut assure également le secrétariat du PACT chargé de l’amélioration du logement et participe à la création de la maison de repos de Biastre au service des jeunes ouvrières. En 1986, elle fonde et préside l’Association cambrésienne d’orientation et de réinsertion sociale (ACORS). Cet organisme groupe notamment un foyer d’hébergement de nuit des SDF, un service de réinsertion professionnelle des femmes, un foyer de jeunes mères en difficulté, un autre de réinsertion des jeunes travailleurs.

  • 55 Nord social, no 727, juin 1958.
  • 56 A. Caudron, op. cit., p. 186.

36La guerre ne change en rien les pouvoirs personnels de certaines femmes. Joséphine Carreras reste supérieure de la communauté religieuse de l’école jusqu’à son décès et siège dans les instances dirigeantes de l’enseignement technique libre à Paris. Maria Engster55 devient secrétaire à l’UL CFTC de Lille dès la fin de la guerre. En 1948, elle quitte ce poste pour se consacrer totalement à l’école professionnelle « La Ruche ». Jacqueline Philbée devient en 1953 directrice de l’école de service social où elle a été formée : elle élargit le recrutement, ouvre une école préparatoire, crée une formation permanente et s’insère dans un réseau international56. Jeanne Demolin poursuit son engagement religieux sous de multiples aspects. Membre du comité diocésain d’ACGF dans les années soixante-dix, cette mère de 6 enfants compte trois filles qui enseignent dans des établissements catholiques et une autre catéchiste.

  • 57 Archives diocésaines d’Arras.

37D’autres accentuent certaines pistes ouvertes avant guerre. Célestine Leroy, dès 1947, est la première femme depuis le XVIIIe s à être élue titulaire de l’Académie d’Arras puis nommée secrétaire en 1949 et le reste jusqu’à la veille de sa mort. Fidèle de la paroisse Saint-Jean Baptiste d’Arras, elle participe au cercle Élisabeth Leseur, maître spirituel ayant prôné une « religion éclairée et agissante ». Soucieuse d’un véritable dialogue notamment avec les protestants, elle voue une admiration au pape Jean XXIII et salue son encyclique Pacem in terris dont elle partage l’esprit d’ouverture. Dès 1930, elle est entrée en contact avec un franc-maçon originaire d’Arras, Albert Lantoine auteur d’une Histoire de la Franc-maçonnerie française. Elle publie en 1950, un an après sa mort, dans les Mémoire de l’Académie d’Arras un article intitulé « Un grand historien de la Franc-maçonnerie, Albert Lantoine d’Arras ». Animée de l’esprit salésien, elle cherche constamment à rapprocher les personnes avec, à l’image de son maître Georges Lefebvre, « l’art de toujours mettre en relief le bon côté chez tous »57.

38La guerre peut marquer une rupture. Ainsi, Suzanne Laude, qui ancienne professeur, entre au prieuré de Notre-Dame de toutes grâces à Mortefontaine dans l’Oise. Elle est appelée à Nancy en 1965 à l’Institut Saint-Dominique où elle donne des cours de théologie puis revient auprès des sœurs dominicaines. Elle meurt après 32 ans de profession religieuse.

Conclusion

39Les 36 portraits de femmes catholiques engagées dans la Résistance active ou passive ne peuvent faire oublier leur caractère minoritaire. Cependant, puisque souvent les minorités jouent un rôle décisif, l’étude des activités de ces « Marthe » très agissantes, ou « Marie », très portées sur l’affirmation des raisons de l’opposition, la conviction spirituelle, peut donc se révéler pertinente sans refléter l’opinion commune : il s’agit de repérer des dominantes dans les comportements. Rares sont celles qui s’installent dans une attitude de résistance armée. Les « Marthe » s’activent dans le soutien aux combattants, dans les réseaux d’évasion, dans la prise en charge du soutien moral des prisonniers de guerre. Les « Marie » n’hésitent pas à affirmer les raisons de leur opposition à l’occupation dans le cadre de leur profession ou dans le milieu syndical ou ecclésial. Certaines préparent l’avènement d’une nouvelle structure politique plus conforme à leurs convictions.

40L’étude de ces trajectoires de femmes en résistance permet d’évaluer la variété des pratiques et la symbiose fréquente du spirituel et du temporel. Ces portraits font la démonstration de l’efficacité du modèle « action catholique » tant dans la période de formation que dans celui de l’après-guerre. Assez novatrices dans l’implication professionnelle, ces femmes continuent de s’insérer sans état d’âme dans la mouvance catholique. Cette étude permet aussi de vérifier l’importance assez inattendue des femmes dans l’engagement catholique à la Libération : le MRP est l’un des partis, avec les communistes à proposer une place dans l’ensemble du paysage politique de l’époque. Dans la logique du vote des femmes à la Libération, ces résistantes, issues de l’action catholique pour la plupart, considèrent que le MRP est le prolongement naturel de leur engagement. Mais la désillusion en matière politique arrive plus vite que le doute sur la pertinence de leur attachement à l’Église catholique.

Notes

1 Luc 10 38-42

2 A. Caudron, Lille Flandres. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, Crhen-o, t. 4, 1990, p. 469.

3 Témoignage d’Élisabeth Delaforge, 7 09 1997.

4 Archives diocésaines d’Arras. Voix du Nord, 10-10-1974.

5 B. Béthouart, Jules Catoire (1899-1988), Arras, Artois Presse Université, coll. Histoire, 1996. p. 117-169.

6 Interview de Germaine Lorge, 9-03-1998.

7 Archives de Germaine Lorge. Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.

8 Archives diocésaines d’Arras. Témoignage du chanoine Berthe.

9 I. Galland, Jacques Vendroux, de Gaulle et Calais, Université du Littoral Côte d’Opale, 1995, maîtrise, (sous la dir. de B. Béthouart).

10 A. Caudron, op. cit., p. 445.

11 Ibidem, p. 129.

12 Ibidem p. 411.

13 Ibidem, p. 413-414.

14 P. Oddone, Un drame de la résistance dunkerquois, Wimille, Punch Éditions, 2003, 72 p. A. Caudron, op. cit., p. 387.

15 A. Caudron, op. cit., p. 214. Voix du Nord, 7-03-1981.

16 Archives de Jules Catoire. R. Bargeton, Le Comité départemental de Libération du Pas-de-Calais (1943-1946), Arras, Mémoires de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, t. XXXIII, 1997, p. 145.

17 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais (1944-1967), Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, p. 17-19.

18 Ibidem, p. 386.

19 Elle fait le récit de sa mission dans une brochure Témoignages-Une expérience d’Action catholique féminine française en Allemagne en 1943-1944-1945, Paris, 1945.

20 Témoignage et archives de Germaine Lorge.

21 A. Caudron, op. cit., p. 97.

22 Archives diocésaines d’Arras.

23 L.-N. Berthe, JOC, je te dois tout, Paris, 1980, p. 86-93.

24 A. Caudron, op. cit., p. 410.

25 Témoignage de Marie-Thérèse Coppin, 25-02-2002. Archives de Charles Agez.

26 Nord Social, no 607, juin-juillet 1946.

27 Nord Social, no 727, juin 1958.

28 Archives diocésaines d’Arras.

29 A. Caudron, op. cit., p. 185-186.

30 A. Caudron, op. cit., p. 475.

31 Archives de l’Assemblée nationale. Fiche biographique. Interview de Germaine Touquet, 12-10-2000.

32 Le MRP vous parle, no 81, 1999.

33 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit. p. 136-137. A. Caudron, op. cit., p. 457.

34 A. Caudron, op. cit., p. 475.

35 Archives de Jules Catoire, Saint-Nicolas-les-Arras.

36 Témoignage de Marie-Thérèse Coppin, 25-02-2002.

37 A. Caudron, op. cit., p. 224.

38 Archives CFDT, rue des Stations, Lille.

39 Nord Social no 607, juin-juillet 1946.

40 A. Caudron, op. cit., p. 411.

41 Interview de Germaine Lorge, 9-03-1998.

42 Interview de Germaine Lorge, op. cit.

43 Témoignage de Mlle Robilliard, 4-03-1998.

44 A. Caudron, op. cit., p. 445.

45 Archives diocésaines d’Arras.

46 Elle a publié De l’Action catholique au mouvement ouvrier et monde ouvrier 1937-1957 dans les Cahiers du GRMF en 1983 et 1986.

47 Archives diocésaines d’Arras.

48 A. Caudron, op. cit., p. 214-215.

49 Ibidem, p. 352.

50 B. Béthouart, Le MRP dans le Nord-Pas-de-Calais, op. cit., p. 136-137.

51 A. Caudron, op. cit., p. 129.

52 R. Honvaux, Droite et centre dans le Pas-de-Calais, Université du Littoral-Côte d’Opale, 1999, maîtrise.

53 A. Caudron, op. cit., p. 125.

54 Archives de la CFDT, Lille.

55 Nord social, no 727, juin 1958.

56 A. Caudron, op. cit., p. 186.

57 Archives diocésaines d’Arras.

Auteur

Université du Littoral

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540