Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Partisanes et militantes : femmes communistes dans la Résistance en Belgique

José Gotovitch

Texte intégral

  • 1 F. Maerten, « La Résistance, Facteur d’Émancipation des Femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers (...)

1La résistance, facteur d’émancipation pour les femmes ? de transformation des rapports hommes/femmes ? Vecteur d’ascension sociale ? Ces trois interrogations ont déjà été posées et bien des réponses ont été fournies. À travers l’exemple du Hainaut, Fabrice Maerten1 a synthétisé voire conceptualisé les questions en leur donnant des réponses dont l’angle régional peut être sans conteste étendu à l’ensemble de la Wallonie, voire au pays tout entier.

2Notre angle particulier d’appréhension du sujet concerne les militantes communistes, résistantes qui ont comme spécificité de relever d’un parti politique qui a inscrit l’égalité homme/femme au cœur de ses principes et en revendique la pratique, en temps de guerre comme en temps de paix. Qu’en est-il de la réalité dans ce combat clandestin qui obéit à des règles particulières, dans un environnement fait de violence et de risques mortels ? Les femmes sont-elles acceptées autrement que comme épouse et mère ? Y a-t-il en définitive une spécificité communiste ? Confirme-t-elle, accentue-t-elle ou dément-elle les conclusions relativement pessimistes que tire Fabrice Maerten de son enquête particulièrement précise.

3Faute d’enquête exhaustive et de statistiques, cette contribution doit être reçue comme une « promenade » biographique collective à travers documents et témoignages, nombreux certes, mais qui n’ont pas la prétention de constituer l’échantillonnage scientifique qu’à nos yeux l’étude de la résistance n’autorise jamais, les critères constitutifs des dossiers existant relevant de catégories relativement artificielles créées après guerre. Nous plaidons donc pour la valeur de l’intuition, de l’impressionnisme, d’une connaissance induite qu’une très longue fréquentation du chercheur avec « ses » personnages a transformée en connaissance intime, jamais à l’abri cependant de découvertes inopinées remettant en cause ses convictions. Que le lecteur trouve ici l’expression d’une méfiance jamais démentie envers une théorisation de la résistance, parfois fort savante mais jamais convaincante à nos yeux.

4Nous opérerons en deux temps. Nous examinons en premier lieu le message des communistes aux femmes, qui traduit leur vision de ce quelles sont, de ce quelles peuvent faire, qui indique la place qu’ils leur assignent dans l’action qu’ils préconisent. Nous verrons ensuite la place qu’elles occupent effectivement et les rôles qu’elles ont assumés au sein des appareils illégaux.

Un champ d’action spécifique

  • 2 J. Gotovitch, Du Rouge au Tricolore. Les Communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoir (...)
  • 3 L’Éclaireur no 1, octobre 1940.
  • 4 Le journal cesse de paraître en juillet 1943 suite aux arrestations massives qui décapitent le PCB

5Dans les premières semaines, l’absence massive des hommes et la fermeture prolongée des entreprises donnent aux femmes une place primordiale dans l’action sociale et revendicative qui constitue la première réaction communiste à l’occupation2. Un des tout premier journal clandestin communiste titre en octobre 1940 « Femmes, ménagères, travailleuses, exigez un ravitaillement suffisant »3. Une structure particulière, Femmes Communistes, est mise sur pied, du moins théoriquement, qui signe des tracts spécifiques s’adressant explicitement « Aux Femmes », « Aux Mamans ». À partir de mai 1941, paraît régulièrement leur journal clandestin La Voix des Femmes4. L’accent est mis sur la misère des enfants, sur l’amélioration des rations alimentaires, sur le retour des prisonniers. Le journal appelle à la formation de « Comités de ménagères » dont « les Femmes communistes doivent être l’âme ». Il préconise des démonstrations de rue, l’envoi de pétitions aux secrétaires généraux, mais encourage aussi les femmes « à se servir elles-mêmes ».

  • 5 À Verviers, cette Union est dirigée par des démocrates chrétiennes. (Note de Jacques Wynants à l’a (...)
  • 6 Clarté, no 2, mars 1941 ; Ooms-Delandsheere, La Belgique sous les nazis, Bruxelles, sd, t. I, p. 3 (...)
  • 7 IV A 1, Hungerdemonstrationen in Brüssel, Berlin, 3 juin 1941, CEGES, Papiers Canaris, 204.

6Et des actions se déroulent qui traduisent la présence effective de femmes communistes sur le terrain et l’audience relative de leurs appels. Ainsi des femmes de prisonniers de guerre manifestent devant le gouvernement provincial liégeois. Une « Union des mères et épouses de soldats en captivité » se constitue légalement dans la province au sein de laquelle oeuvrent des femmes d’horizons différents5. Les « Femmes communistes » en sont les inspiratrices directes et discrètes. Des rassemblements se produisent devant des maisons communales, à Anderlecht, à Bruxelles, à La Louvière, d’autres encore. A l’appel de « Comités de ménagères » des délégations obtiennent des promesses et parfois des distributions immédiates de vivres. Le 15 mai 1941, 400 femmes et enfants « hâves et chétifs » vont, avec des drapeaux noirs, clamer « Du pain. Des patates » devant les services de ravitaillement de la Province de Brabant. La police qui relate les faits, sans intervenir, décrit également le pillage d’une boulangerie, de dépôts de charbon, l’invasion d’un marché aux légumes6. Un point culminant est atteint le 29 mai quand 3 000 femmes parties du cœur populaire de Bruxelles parcourent tout le centre de la ville, leurs châles noirs déployés comme drapeaux. La police allemande ne s’y trompe pas qui identifie clairement les organisatrices et procède à des arrestations de femmes communistes7. Si les pillages se poursuivent sporadiquement, les manifestations collectives cessent à partir de la mi 1942, car l’occupant n’hésite pas à réprimer durement toute atteinte à son ordre public. Mais la ligne revendicative est maintenue ainsi que ses thèmes « féminins » : en avril 1944, le PC recrée un journal à Bruxelles intitulé Femmes dans la Lutte.

7Ainsi la vision de la femme que porte et utilise le PCB est bien la perception traditionnelle de la mère, épouse et fille de. Mais il fait de cette triple condition un levier pour l’action. On y trouve également un accent spécifique et unique parmi les voix clandestines : dans un tract destiné aux receveuses des Tramways Bruxellois, les communistes appellent celles-ci à exiger « comme les ouvrières des ACEC, les mêmes salaires que les hommes » et accessoirement des règles d’hygiène plus rigoureuses.

8À la vision classique s’ajoute la confiance dans les capacités d’action directe, donc l’appel à la transgression de la loi et la revendication (occasionnelle) d’égalité de salaires.

  • 8 Un responsable estime en effet qu’il est « urgent » de mettre ces militantes à l’étude des Princip (...)

9Soulignons cependant que l’organisation qui devrait sous-tendre cette action ne paraît pas répondre aux attentes. À partir de 1942 les Femmes communistes sont intégrées aux sections du Parti. Il semble ne subsister de structure féminine effective que dans la capitale. Les responsables n’arrêtent pas de se plaindre du « manque de formation des femmes ». Mais cette plainte est le leitmotiv de tous les secteurs dans un parti dont la répression renouvelle sans cesse les cadres. Les femmes disponibles à l’activité clandestine sont, comme nous allons le voir, happées avec autant d’avidité que les hommes par les différents appareils, ne laissant bien souvent ni le temps ni les moyens d’opérer la lente maturation qui fait d’un sympathisant enthousiaste un militant expert en marxisme-léninisme8.

Quelle place pour les « Partisanes » ?

10Nous aborderons l’autre versant de l’étude en scrutant une organisation spécifique de la guerre considérée comme le bras armé du Parti communiste : les Partisans Armés (PA), équivalent des FTP français. Les objectifs ne diffèrent pas. Il s’agit tout à la fois d’insécuriser les « arrières » du front soviétique, tâche première qui décide de leur création après le 22 juin 1941, de terroriser les collaborateurs et de préparer enfin le soulèvement national libérateur. En Belgique, ce combat relève essentiellement de la lutte urbaine, principalement dans les régions industrielles, et ce compris la capitale. Le maquis des Partisans c’est la population dans laquelle ils doivent se fondre. La clandestinité totale devient rapidement leur statut commun. Dès lors pareille organisation nécessite pour assurer les actions, des armes, des logements, des faux papiers, des liaisons, de l’argent, un appareil administratif au service des acteurs de terrain, eux-mêmes soumis à une hiérarchie de type politico-militaire.

11S’en tenant aux cadres de l’organisation, la place faite aux femmes est aisément repérable sur base des organigrammes reconstitués, soulignons-le, à travers l’enquête historique et non les tableaux dressés après guerre.

  • 9 Les PA étaient structurés en Corps régionaux recouvrant, mais pas toujours, les fédérations du PC. (...)

12Le décompte des cadres des structures nationales et des directions régionales (les Corps)9 livre un ensemble cumulé de 133 personnes dont 31 femmes, soit près du quart. Dix-neuf sont des courrières. Sans préjuger de l’importance et de la dangerosité égale, si pas plus élevée, encourues par ces dernières, douze occupent donc des fonctions plus opératives, chargées de plus de responsabilités dans la hiérarchie.

13Les statistiques n’ayant aucun sens pour ces nombres restreints, nous livrons ci-après un portrait de groupe.

Les Courrières

14Sans liaison le cadre est inopérant. Les courrières occupent une place à la fois essentielle et fort exposée. Mais ce titre recouvre en réalité différentes fonctions selon le service ou le responsable auquel elles sont attachées.

15Porter les messages d’un responsable ou d’un service à l’autre signifie assurer de 1 à 5 rendez-vous par jour, qu’il s’agisse d’une balade à pied, en tram, en train, ou d’une expédition à vélo qui peut couvrir de 20 à 50 kilomètres. Le « message » peut être également une arme, amenée sur le lieu de l’action et emportée après elle. Ces missions nées de la guerre ont la justification d’assurer une meilleure protection de l’organisation, les femmes étant réputées moins visées par les polices de l’occupant. Mais ce constat initial s’évanouit rapidement avec la découverte, par ce dernier, de l’importance de la présence féminine parmi les « terroristes ».

16Certaines assurent la dactylographie de l’énorme courrier produit par la clandestinité (messages, rapports, directives) et/ou sa traduction, allant jusqu’à réaliser l’impression ronéotypée des journaux Le Partisan et De Partisaan.

17À ces tâches « professionnelles » qu’il faut bien assimiler aux métiers exercés effectivement par les femmes, vient s’ajouter parfois la nécessité d’assurer « le ménage » du bureau du service ou, plus crûment, du responsable. Voilà donc la militante clandestine renvoyée au rôle le plus traditionnel de la femme par le parti qui enseigne l’émancipation et l’égalité.

  • 10 Deux ont de 15 à 20 ans ; 6 de 20 à 25 ; 5 de 25 à 30 et 4 de 30 à 35.

18Le profil global témoigne de leur jeunesse : 13 sur 19 ont moins de 30 ans, la tranche 20-25 ans en comptant 610. Quant aux professions exercées : les plus jeunes sont étudiantes ; quelques ménagères sont mariées avec enfants, les enseignantes sont deux. Mais une profession se détache comme une occurrence régulière parmi les communistes, les infirmières sont quatre. Nous y reviendrons.

Les « Gradées »

19Les fonctions occupées s’étendent de l’emploi de secrétaires à celle d’intendante, c’est-à-dire la logistique, les deux s’apparentant à des emplois féminins classiques. Mais on rencontre également des fonctions opératives, « militaires ». Ainsi trois femmes ont exercé comme chef d’État-major et chef du service de renseignements. Deux ont été Commandants de corps dont l’une fera le coup de feu.

20Les gradées sont légèrement plus âgées, le poids principal tournant dans la tranche 25-30 ans, la majorité étant comprise entre 25 et 35 ans. Nous sommes donc en présence de jeunes adultes déjà bien engagées dans la vie. Mais à cette légère différences s’ajoute une surprise de taille : six de ces onze sont issues de milieux aisés. Cinq universitaires (dont une ingénieure Solvay, deux avocates) et deux diplômées du supérieur non universitaire, (7 sur 11) à qui l’on peut adjoindre encore une infirmière. Cette qualification professionnelle s’accompagne de la stabilité familiale : six sont mariées dont trois avec enfants.

21Nous nous trouvons donc en présence d’un recrutement qui n’a que peu de rapports avec la qualification « militaire » attendue, ainsi aucune sportive avérée... Nous pensons pouvoir affirmer être en présence d’une qualification plus politico-culturelle que « militaire », voire que sociale. Dans cet engagement peu en rapport avec la tradition du mouvement ouvrier belge, dans un mode de vie qui rompt totalement avec les canons de la féminité traditionnelle, y compris en milieu ouvrier, le capital politique est l’élément décisif qui permet de rompre avec les conventions. Un rapide examen du mode d’acquisition de ce capital chez nos gradées s’avère révélateur.

22Présidente de l’A.G. des Étudiantes en 1935, Antonina Grégoire (1914-1949) est membre des Étudiants marxistes. Elle entre à la Commission bancaire en 1938. Sans être la cause, mais plutôt la suite de cet engagement, elle a épousé l’avocat Jean Bastien, officier dans les Brigades en Espagne, et pour ces raisons devenu Commandant PA. C’est après son arrestation qu’Antonina devient chef du service renseignements. Nous soulignons bien que l’environnement familial a renforcé mais n’a pas déterminé l’engagement.

23Membre active du Comité mondial des Femmes, membre du Droit Humain, l’avocate Rosy Holender (1911-1998) adhère au PC en 1938 et collabore à l’appareil illégal du PC en 1939-1940. Elle passe de Justice Libre, secteur judiciaire du Front de l’Indépendance à l’Intendance nationale des P.A. Sa jeune sœur, Eva (1921-), aux Étudiants marxistes avant guerre sera courrière nationale avant de lui succéder à l’Intendance.

24Le chaudron de l’Université Libre de Bruxelles produit encore, par la conjonction de liens amicaux et idéologiques – l’un engendrant l’autre et vice et versa – noués au sein des Étudiants Socialiste Unifiés, l’avocate Régine Karlin-Orfinger que sa trajectoire mene du transport de la poudre explosive au courrier national, avant d’exercer comme Chef de corps PA dans le Namurois.

  • 11 Andrée Legros est secrétaire du Commandant national Henri Buch et non de son mari, Jean Terfve, av (...)

25La professeure, future inspectrice de l’enseignement secondaire Andrée Legros (1907-1975) est responsable de l’appareil logement en Hainaut, puis secrétaire du Commandant national. Liégeoise, elle a épousé Jean Terfve11 et le PC bien avant-guerre.

26Issue d’une famille aristocratique russe, Kira Solovieff est secrétaire de direction. Membre de la JC en 1936, elle est la compagne tardive du premier responsable PA de Bruxelles avec lequel elle accomplit les premiers sabotages dans la capitale en 1941. Elle assure ensuite l’intendance du corps puis en prend la direction à la mort de son compagnon.

27Juive bessarabienne, devenue belge par mariage blanc, militante en Belgique depuis 1928, Buntia Crupnic (Andrée Smesman, 1911-2002) a déjà fait de la prison en Roumanie. De la direction des JC, elle passe dans l’appareil illégal en 1940-1941. Après la grande rafle de juillet 1943, elle est chef d’État-major des PA.

28Jeune infirmière à l’Hôpital Saint Pierre à Bruxelles, Rosine Delaite (1911-) est « contaminée » par la filière communiste particulièrement active dans cet hôpital, animée par deux médecins qui ont été en Espagne. Elle devient intendante nationale des P.A.

29Née d’un père mineur et socialiste, seule gradée d’origine ouvrière, Léona Motquin (1909-), est enseignante, régente scientifique, et a rejoint le PC en 1941, venant des Jeunes Gardes Socialistes. Elle s’occupe de l’appareil logement et sera secrétaire du Commandant national.

30Ainsi toutes, à l’exception de Régine Karlin, sont des militantes du PC. Une seule (Crupnic) appartenait au cadre permanent. Mais aucune n’a suivi les cours de l’École Léniniste internationale de Moscou ! Il ne s’agit donc pas de « Kominterniennes ». Leur capital politique s’est constitué par le militantisme bien plus que par la formation théorique. Mais leur capital scolaire est très élevé. Leur statut social nous éclaire sur certains aspects de la composition du PC. Nous y reviendrons.

31Ces notes biographiques pourraient cependant laisser supposer la présence de « femmes de... ». L’examen des parcours le dément : il ne s’agit pas de « suivisme », plusieurs constituent dès le départ des couples agissants (Kira, Rosy, Andrée, Régine, Antonina...) nés précisément de leur engagement partagé.

Vie de couple ?

32Au-delà du politique, mais interférant sans conteste dans les parcours, la vie quotidienne des clandestins n’abolit pas, au contraire, les rapports homme/femme. Comme on l’a vu, il s’agit en général de femmes jeunes, plongées dans des conditions de vie exceptionnelles qu’un tête à tête prolongé place face à des hommes, jeunes le plus souvent. Des liaisons sont souvent ébauchées. Bannissons les clichés romantiques de la vie aventureuse du héros résistant. Il s’agit bien plus de l’isolement, de l’angoisse du danger permanent, sans négliger... la supériorité hiérarchique.

33Cette vie clandestine en effet crée, casse et recompose des couples, et cela en opposition formelle aux consignes : ne pas nouer de liens intimes dans le travail. Des « congés conjugaux » sont prévus pour les clandestins et les rencontres soigneusement balisées. Des sanctions frappent pour familiarité intempestive.

  • 12 Ainsi Fernande Volral décapitée à Wolfenbüttel à 23 ans, secrétaire-courrier du responsable Armeme (...)

34Il n’empêche que la réalité s’inscrit très loin de la règle disciplinaire. Peu de couples constitués ont résisté à la clandestinité. Il y a bien entendu les coupes sombres opérées par les arrestations aux suites funestes (4 parmi nos cadres). Il y a des passions soudaines nées et immédiatement brisées par la Gestapo12. À côté de liens profonds mais qui ne survivent pas au conflit (5 sur la trentaine de cas évoqués), quatre couples durables sont issus de la liaison entre un responsable et sa collaboratrice de guerre.

35Amours et passions, mais aussi jalousies : Marie H. dénoncera à tour de bras par dépit d’une liaison nouvelle de son ami, responsable PA. La crainte de pareil développement figure explicitement à la base des interdictions formulées.

36Que celles-ci soient peu appliquées, des exemples inverses viennent nous en convaincre. Cette vie de famille interdite est joyeusement pratiquée. Les deux sœurs Holender, juives de surcroît, passent le week-end en famille avec leurs parents cachés. Jean et Andrée Terfve, dans des activités différentes, vivent initialement leur clandestinité en commun. Le commandant en second Louis Van Brussel et sa future femme font de même ! Régine Karlin – Orfinger vit avec enfant et mari, jusqu’à l’arrestation de ce dernier.

37Elle assume :

« [...] C’était très simple. On partait à neuf heures du matin, on laissait le gosse à Madame Tenson [quartier populaire de Schaerbeek] [...] Toute la rue savait. Il allait chez le boucher qui lui donnait à manger [...] S’il quittait le point extrême de la rue, on le ramenait chez Mme Tenson. C’était le petit garçon qui habitait chez Mme Tenson [...] Voilà. D’abord cela nous amusait de vivre ensemble. Deuxièmement au point de vue du gosse, il était certain que tout de même il y avait l’un ou l’autre qui pouvait rentrer et voir le gosse tandis que si nous avions dû vivre séparés cela aurait été beaucoup plus compliqué [...].

  • 13 Interview de Régine Karlin Orfinger par l’auteur.

[Courrière, c’était] transporter des papiers et des armes et je prenais Henri avec moi, je promenais mon petit garçon [...] De temps en temps il a pleuré parce qu’il y avait un repêchage, qu’il faisait froid et nous ne pouvions entrer dans un café, c’était strictement interdit [...] »13.

38Son mari arrêté, ayant accouché d’un second fils, Régine Karlin poursuit son activité partisane, mais en plaçant désormais ses enfants, comme l’ont fait également cinq de ses camarades. L’ère des visites irrégulières et dangereuses s’ouvre pour elle. On a peu évoqué jusqu’ici le traumatisme de ces « enfants cachés » d’une autre nature.

Répression

39La répression omniprésente n’est pas un fantasme. Le prix payé par ces femmes est extrêmement lourd. Quatre des onze cadres, et treize des dix-huit courrières, soit dix-sept sur vingt-neuf sont arrêtées. Trois succombent. Nul besoin de commentaires. Ces jeunes femmes ont exercé l’une des fonctions les plus dangereuses de l’action clandestine.

40Ces arrestations posent, et ce n’est pas une question de genre, la question des aveux et des dénonciations. Trahison ou faiblesse ? Il s’agit ici de jugements moraux que l’histoire n’a pas à trancher. Situons seulement le jugement porté à l’époque par les protagonistes à travers un cas exemplaire qui implique doublement des femmes.

41Une infirmière, T.L. courrière du Commandant National, tombe dans la grande rafle de juillet 1943 qui décapite direction du PC et des PA. Tout comme pour d’autres dans le cas, Paul Nothomb, figure prestigieuse du Parti, ancien de l’escadrille Malraux en Espagne, dirigeant PA, la pousse à parler : elle connaît beaucoup d’adresses. Par une de ces incohérences propres à la police nazie, mais témoignage des services qu'elle rend ou qu’on en attend, T.L. est autorisée à sortir de la Gestapo. L’information atteint ce qui demeure debout de la direction des PA de Bruxelles : un homme et deux femmes. Le 12 juillet 1943, T.L. est abattue avenue Defré par le trio !

42La dureté et les drames de la résistance ignorent la barrière des genres. Un Commandant de corps est abattu par l’organisation en raison des imprudences qui lui sont imputées dans les efforts déployés pour tenter de faire libérer sa femme, courrière nationale, tombée en juillet 1943. La veuve, rescapée des camps, et son enfant, garderont toujours le silence sur cet épisode douloureux !

L’action

43Il ne nous paraît pas inutile d’aller au-delà des phrases et des mots pour examiner rapidement la réalité des actes que couvraient les intitulés des fonctions exercées par les femmes que nous avons ciblées. Cette action sublimée, héroïque, ne le fut que rarement et, curieusement, nul ne s’y étendit longuement par la suite, dans une après-guerre repue de clichés. Car la réalité n’y correspondait que rarement.

44Il faut cependant relever que la première attaque directe menée, en rue, en plein jour, contre un gradé allemand, le 8 décembre 1941 à Bruxelles, geste répété la semaine suivante, fut accomplie par une femme, Marina Chafroff, exécutée le 31 janvier 1942 à Cologne. Quoique gravitant dans le milieu communiste, elle accomplit ces gestes d’initiative personnelle et en isolée.

45En revanche, c’est comme partisane que Kira Solovieff assuma novembre 1941, en compagnie de Gaston Yernaux, ancien d’Espagne, le premier attentat incendiaire dans un cinéma allemand de Bruxelles.

46Caractéristique féminine à souligner, les partisanes pratiquent rarement la mémoire autoglorifiante.

47Ainsi le titre ronflant de Chef d’État-major est ramené à sa juste dimension :

  • 14 Interview d’Andrée Smesman (Buntia Crupnic) par l’auteur.

« Quand on m’a dit chef d’état-major, j’ai dit mais vous êtres tombés sur la tête [...] On m’a dit, ma fille, pendant la guerre on fait ce qu’il faut, on ne fait pas ce qu’on veut. La fonction consistait en fait à assurer les armements aux différents corps, comment les répartir, procurer les cartes de ravitaillement, établir des plans éventuellement en accord avec le commandant [...] »14.

48La secrétaire du Chef d’État-major :

  • 15 Interview de Léona Motquin par l’auteur.

« Mon boulot c’est de taper à la machine. Comme Willy Frère [chef d’état-major] tape mieux que moi, c’est moi qui dictais ce qu’il tapait [...] Je vais au bureau voir ce qu’il y a. Voir quelles sont les directives du commandant national et ce que je dois transmettre, des ordres de service, parce que l’état-major a des liaisons avec l’armement, l’intendance, la presse, les renseignements. Comme je suis secrétaire, je n’ai pas contact avec les chefs de service, mais avec leur secrétaire. Les chefs de service n’ont pas de papiers. Les papiers sont transmis par les secrétaires et les courriers. »15.

49Cette dernière remarque implique clairement le danger encouru par ces femmes porteuses d’armes ou de documents compromettants afin de protéger les chefs.

50Une intendante de Corps :

  • 16 Note de Kira Solovieff à l’auteur.

« Ce qui me revenait, c’était tout ce qui concernait l’intendance. Recevoir les timbres de ravitaillement suite à des actions des PA dans les communes. En organiser la distribution. Le contact avec les responsables des dépôts de vivres. Les contacts avec la police dans 5 communes pour recevoir les rapports ronéotypés hebdomadaires nous permettant de vérifier les « coups » faits par nous ou par de simples bandits. Parmi les coups faits par les PA il y avait la saisie des timbres de ravitaillement et les sabotages des centrales du quartier, cabines téléphoniques, câbles, etc. »16

51Chef de corps :

  • 17 Interview de Régine Karlin-Orfinger par l’auteur.

« C’est nous qui décidions des actions. Toutes les équipes que nous avions étaient des gens extrêmement dévoués mais qui n’avaient pas l’initiative. Piet [Picciotto, son adjoint] et moi décidions ce que nous croyions utile et qui se trouvait dans nos possibilités vu le nombre restreint d’armes que nous avions [...] Chacun de nous, à tour de rôle, a toujours participé à une action, au moins ne fût-ce que pour se prouver à soi-même qu’on n’avait pas mal au foie. Ce n’est pas le moment où l’on a le plus peur. On a toujours le plus peur pour les autres. C’est beaucoup plus terrible de rester et d’attendre qu’une équipe rentre que de participer à une action où il y a tout de même le plaisir du danger qui est quelque chose qui existe. tandis que rester à attendre, c’est a-bo-mi-na-ble [...] »17.

52Ainsi la peur est présente à tous les postes ; la tension est permanente. Mais dans la façon de se remémorer ces moments, la dédramatisation est nettement perceptible, et ce trait est à notre connaissance, spécifiquement féminin.

Petit bilan (provisoire)

53Ce voyage parmi les partisanes communistes nous donne un tableau contrasté.

54Côté face, on inscrira qu’ :

  • Il s’agit avant tout de militantes politiques dont les convictions ont été acquises avant-guerre
  • Elles allient jeunesse et maturité, liées à un capital scolaire élevé
  • Elles sont habitées par une haine personnalisée d’un occupant qui a fauché dans leur milieu proche : amis, amies, compagnon, mari...
  • Leur vie subit un bouleversement profond par l’obligation d’autonomie, la solitude relative, l’égalité dans le danger encouru, les hautes et capitales responsabilités exercées.

55Cet ensemble forge des militantes aguerries, au capital politique enrichi, aux convictions renforcées et qui s’avéreront définitives.

56Dans la colonne parallèle, on notera cependant :

  • Leur statut souvent de « subordonnée à », même dans les fonctions les plus élevées de la hiérarchie ;
  • La fréquence des relations de séduction initiées et brisées par la répression ou le changement d’affectation ;
  • Le caractère éphémère des positions acquises ;

57C’est qu’en effet l’examen des parcours ultérieurs ne livre que deux seuls cas où ces femmes accèdent à la direction d’une organisation de la nébuleuse communiste : Rosy Holender qui dirige Notre Solidarité et Eva Holender qui siége à la direction de la Jeunesse Populaire de Belgique. Seules quatre autres intégrent le cadre permanent d’une organisation. La plupart retournent à leur métier ou entament une carrière professionnelle. Choix volontaire ou non ? Nous y reviendrons.

58Un autre constat doit être rappelé : la classe ouvrière s’avère particulièrement absente du cadre de cette organisation « militaire » du parti communiste. C’est dans la petite et moyenne bourgeoisie que les PA vont chercher leur personnel féminin d’encadrement sans que cette sélection soit particulièrement fonctionnelle, pour reprendre les catégories de François Marcot.

Comparaison en forme de conclusion

59Un élément de comparaison nous est offert par l’examen rapide auquel nous avons soumis les cadres nationaux de l’appareil purement politique du parti communiste clandestin entre 1940 et 1944. Il s’agit de 240 militants dont 38 femmes, soit 15 % du total. Dix-huit de celles-ci sont âgées de 25 à 35 ans, ce qui déplace très légèrement l’âge moyen vers le haut. Toutes les fonctions y sont représentées dont la direction politique à l’échelon fédéral (secrétaire politique, soit numéro 1 fédéral). En revanche, aucune ne siège à l’exécutif national composé de quatre secrétaires.

60Les origines sociales sont cette fois plus diversifiées. Les militantes issues des Jeunesses communistes sont principalement d’origine ouvrière. Mais l’essentiel, la niche pourvoyeuse par excellence s’appelle Section belge du Comité Mondial des Femmes contre la guerre et le fascisme. Ceci implique donc un engagement remontant à l’avant-guerre, la présence, à nouveau, de nombreuses universitaires. La troisième catégorie est concomitante : dans la génération un cran plus jeune, les Étudiants socialistes unifiés de l’ULB.

61Ces origines induisent un capital social particulièrement significatif. Si l’on totalise avocates (5), médecins, professeurs (4) et autres professions libérales, nous trouvons 12 femmes concernées, total porté à 18 en y ajoutant les 6 étudiantes du supérieur. Enfin, 4 infirmières et 6 secrétaires complètent un effectif de 28 sur 38, se situant dans une frange sociale moyenne et supérieure. Ce milieu porte en lui des avantages certains pour la clandestinité, par le réseau de sociabilité qu’il peut mobiliser. Il porte en lui également les potentialités sur lesquelles se construit le Front de l’Indépendance. Mais notre interrogation sur la composition sociale du PC en est renforcée, du moins au niveau de ses cadres.

62À travers les cheminements de ces femmes, se marque clairement le rôle de l’Espagne dans leur entrée en militance. Leur présence reflète également l’importance de la pénétration des idées communistes, du marxisme et du rayonnement de l’URSS dans la bourgeoisie intellectuelle et laïque des années’30, rayonnement occulté dans les mémoires par la guerre froide et la diabolisation d’après 1945. Le niveau de responsabilité occupé par ce personnel féminin (secrétaires politiques de fédération, responsables des cadres) souligne à suffisance une spécificité du PC dans la clandestinité : le rôle et la place qu’y occupent les femmes tranchent nettement sur leur statut dans les autres structures résistantes.

63Mais ce véritable bond en avant ne sera pas pérennisé après guerre. Le Comité Central issu de la clandestinité compte, en 1944, 6 femmes à peine sur 67, soit 8,9 %. Celui élu par le 8e congrès en 1946, après le retour des déportées, porte leur nombre à 7 sur 64, soit 10,9 % ! Sans pouvoir être quantifié, le recul est certain ; il s’agit d’un retour à la normalité illustré par l’absence de tout élément féminin au Bureau Politique, véritable direction du parti.

64Ainsi la guerre qui les a largement mobilisées, pleinement utilisées, parfois sacrifiées dans des rôles particulièrement exposés, ne réserve pas aux femmes la consécration d’une place correspondante dans le parti d’après guerre. Phénomène révélateur : dans la mémoire collective communiste de la guerre, intensément cultivée par le Parti qui se revendiquait comme Parti de la Résistance, nulle Pasionaria des Barricades, nulle héroïne exaltée pour les actions assumées telles que décrites ici. Sans doute n’y eut-il pas de barricades en Belgique, vu la rapidité de la libération alliée. Mais il est significatif que la qualité revendiquée et affichée fut non pas celle de l’action, mais en ce domaine également celle de la souffrance, c’est-à-dire la Prisonnière politique. C’est d’ailleurs à ces organisations de Prisonniers Politiques que quelques-unes de nos militantes furent affectées par le PC, (Andrée Terfve-Legros, Rosy Holender...) comme si, la politique demeurant une affaire d’hommes, la souffrance et l’assistance demeuraient-elles, par excellence, une question féminine.

Notes

1 F. Maerten, « La Résistance, Facteur d’Émancipation des Femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers d’histoire du Temps Présent, 1998, no 4, p. 173-206.

2 J. Gotovitch, Du Rouge au Tricolore. Les Communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la Résistance en Belgique, Bruxelles, Éditions Labor, 1992.

3 L’Éclaireur no 1, octobre 1940.

4 Le journal cesse de paraître en juillet 1943 suite aux arrestations massives qui décapitent le PCB.

5 À Verviers, cette Union est dirigée par des démocrates chrétiennes. (Note de Jacques Wynants à l’auteur.)

6 Clarté, no 2, mars 1941 ; Ooms-Delandsheere, La Belgique sous les nazis, Bruxelles, sd, t. I, p. 335-337 ; Procès-verbal, 15 mai 1941, Archives de la Ville de Bruxelles, Police 793.87 113 IV.

7 IV A 1, Hungerdemonstrationen in Brüssel, Berlin, 3 juin 1941, CEGES, Papiers Canaris, 204.

8 Un responsable estime en effet qu’il est « urgent » de mettre ces militantes à l’étude des Principes du Léninisme !!

9 Les PA étaient structurés en Corps régionaux recouvrant, mais pas toujours, les fédérations du PC. En 1943, huit corps constituaient le Secteur Flandres. Partagée en deux Secteurs, la Wallonie comprenait dix corps auxquels s’ajoutait celui de Bruxelles. L’État-major et ses différents services (Armement, Intendance, Renseignements, Cadres, Presse) se situaient à Bruxelles, indépendamment de la direction du Corps de Bruxelles. J. Gotovitch, Archives des partisans armés. Louis Van Brussel. Bundesarchiv. Fondation Jacquemotte, Bruxelles, Centre de Recherches et d’Études Historiques de la Seconde Guerre Mondiale (Inventaires 4), 1974.

10 Deux ont de 15 à 20 ans ; 6 de 20 à 25 ; 5 de 25 à 30 et 4 de 30 à 35.

11 Andrée Legros est secrétaire du Commandant national Henri Buch et non de son mari, Jean Terfve, avocat communiste qui fut commandant national des PA avant ce dernier, puis dirigeant du FI.

12 Ainsi Fernande Volral décapitée à Wolfenbüttel à 23 ans, secrétaire-courrier du responsable Armement Bruno Weingast, ancien d’Espagne, fusillé... Ou Léa Lubka, morte en déportation, ancienne amie de R. S., partisan de la MOI, pleurée par Bert Van Hoorick, secrétaire du PC dont elle était devenue la courrière. (B. VanHoorick, In Tegenstroom, Herinneringen, 1919-1956 Gent, Masereelfonds, 1982.

13 Interview de Régine Karlin Orfinger par l’auteur.

14 Interview d’Andrée Smesman (Buntia Crupnic) par l’auteur.

15 Interview de Léona Motquin par l’auteur.

16 Note de Kira Solovieff à l’auteur.

17 Interview de Régine Karlin-Orfinger par l’auteur.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540