Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

L’engagement des femmes dans la ligne d'évasion Comète (1941-1944) : entre mythe et réalité ?

Adeline Remy

Texte intégral

  • 1 E. Verhoeyen, Documents relatifi au service de renseignements Martiny-Daumerie (1940-1941), CEGES. (...)

1Entre 1940 et 1944, plusieurs lignes d’évasion belges se structurent avec comme objectif commun de sauver et d’aider autrui. Citons, en exemples, la ligne Bruxelles-Tourcoing-Roubaix, la ligne Jam, Pat’ O Leary, la ligne Dragon, le groupe Jean, Sabot, Nanson, la section Eva du réseau Zéro ou encore l’opération Martiny-Daumerie1.

2Chacune de ces lignes se spécialise en fonction du type de personnes à sauver : des soldats, des civils, des prisonniers de guerre, des Belges, des Français, des Britanniques, ou encore des juifs.

3L’objectif de ces lignes d’évasion est de trouver le trajet le plus sûr et le plus rapide pour transférer leurs « colis » en Angleterre ou en terrains alliés.

4L’évasion d’un individu débute ordinairement par l’hébergement chez l’habitant. Ce qui implique de nourrir, de vêtir, et de cacher une personne à une époque où la population souffre du rationnement.

  • 2 E. Verhoeyen, La Belgique occupée de l’an 40 à la libération, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1994, p (...)

5En Belgique, en 1940, aucune organisation d’évasion n’est concrètement en état de fonctionner. Les premières lignes d’évasion sont des actes spontanés, entrepris par un nombre très restreint de patriotes2.

  • 3 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et 16 octobre 1940, Dans : Livre d’Or de la résistance belge (...)

6Dès lors, héberger un soldat britannique – comme c’est surtout le cas en 1940 – est un danger pour la population, passible de condamnation à mort. En effet, Hermann Göring, chef suprême de la Luftwaffe, est conscient de la valeur d’un aviateur, en temps de guerre, en raison de la durée et de la qualité de sa formation. Les règles sont formelles : « Sera puni de mort celui qui donnera asile, logement ou vivres à un soldat de l’armée anglaise... »3. L’Allemagne met donc tout en œuvre pour démanteler la moindre ligne d’évasion, ce qu'elle fera à plusieurs reprises grâce aux méthodes efficaces d’infiltrations, menées notamment, par l’Abwehr – service de renseignements de l’État-major allemand – et par la Geheime Feld Polizei (GFP).

Comète : histoire d’une ligne d’évasion 4

  • 4 Pour l’histoire de Comète, voir les ouvrages suivants : E. Verhoeyen, « La ligne d’évasion Comète (...)

7Une organisation se démarque des autres : la ligne d’évasion Comète est créée en août 1941 par une jeune femme de 25 ans du nom d’Andrée De Jongh.

8L’origine de Comète remonte au début 1941 dans la commune bruxelloise de Schaerbeek. À cette époque, deux jeunes gens, Andrée De Jongh et Arnold Deppé, essaient de trouver une solution pour sauver des soldats britanniques n’ayant pas pu réembarquer à Dunkerque et cachés depuis lors chez l’habitant.

9L’idéal est de découvrir un chemin rapide et sécurisé conduisant à Londres.

  • 5 P. Francart, La Côte belge 1940/44. Le mur de l’Atlantique, Bruxelles, ASBL : Groupe d’Étude pour (...)
  • 6 S. P. Halbrook, La Suisse encerclée : la neutralité armée suisse durant la Deuxième Guerre mondial (...)

10Trois possibilités s’offrent à eux : le littoral belge, théoriquement plus proche de l’Angleterre, mais soumis à une surveillance importante5. La frontière suisse, également fort contrôlée, en raison de la neutralité du pays6. Enfin, il reste la traversée des Basses-Pyrénées pour arriver en Espagne, atteindre Gibraltar, – territoire britannique –, et de là, rejoindre l’Angleterre.

11Cette dernière option semblait être la plus appropriée à leur dessein.

12Après avoir établi différents points de chute de Bruxelles à Bayonne, et après avoir constitué une première équipe d’agents, les convois sont organisés vers la mi-juin 1941.

13Mais au cours du mois d’août 1941, Arnold Deppé est arrêté. Andrée De Jongh décide alors d’entamer une traversée nocturne des Pyrénées avec ses « colis » restants, afin de poursuivre leur projet commun. En Espagne, elle se rend à Bilbao au consulat britannique où elle négocie des accords officieux avec les Anglais quant à l’existence de son organisation clandestine.

  • 7 A partir de janvier 1942, les Britanniques acceptent de prendre en charge un agent belge pour troi (...)

14Il y est décidé que le gouvernement britannique se charge de la logistique de la ligne (ravitaillement, transport, rémunération des guides basques), uniquement pour les pilotes alliés. Les civils belges et les agents brûlés sont aux frais du réseau7.

15En échange de quoi, Andrée De Jongh exige une indépendance totale de son réseau. Elle refuse catégoriquement de rendre des comptes à la fois au gouvernement britannique et au gouvernement belge. De cette rencontre officieuse naît la ligne Comète, connue d’abord sous le nom de « Dédée Line ».

16 Comète est une des seules lignes d’évasion qui dispose d’une infrastructure complète. Elle est divisée en trois zones géographiques : Bruxelles, Paris, Bayonne. Chaque centre est géré par un responsable, entouré d’une équipe d’agents, qui dispose d’une personne dans plusieurs autres villes. Ces personnes disposent elles-mêmes d’agents dans des bourgades affiliées. La structure de Comète est conçue comme une immense toile d’araignée au sein de laquelle chaque fil a un rôle déterminé et limité.

17Le secteur de « Bruxelles », aidé de ses filiales en province, est chargé du dépistage et du rabattage des pilotes, ainsi que des préparatifs à la première étape du voyage, c’est-à-dire : la vérification de l’identité des pilotes pour se préserver d’une éventuelle infiltration allemande ; la confection de nouveaux papiers d’identité ; la recherche de vêtements civils ; et enfin, la recherche d’un médecin acceptant de soigner bénévolement et clandestinement les blessés.

18Le secteur de « Paris » sert d’étape de transition et de préparation à la traversée finale. Il s’agit, en fait, de cacher les nouveaux « colis » – appelés aussi les « enfants » – le temps nécessaire à l’équipe précédente d’atteindre l’Espagne et d’être prise en charge par le consulat britannique. Cette transition permet aux agents de Paris de procurer aux pilotes leurs nouvelles pièces d’identités et des vêtements adaptés au Pays Basque.

  • 8 Le trajet initial de Comète est : prendre le train Bruxelles-Mons, ensuite correspondance vers Lil (...)

19Le secteur de « Bayonne » constitue la dernière étape de l’évasion avec un ultime contrôle de l’identité des pilotes et la traversée nocturne des Pyrénées jusqu’à Bilbao8.

20Comme toutes les lignes d’évasion, le réseau Comète utilise les villes pour le rassemblement de ses « colis ». C’est également au sein des villes que les responsables essaient de recruter le plus d’agents. Les milieux de l’hôtellerie et de la restauration sont utiles pour l’hébergement et le ravitaillement. Les transports facilitent les convois. L’administration communale aide à la confection des faux papiers d’identités et des laissez-passer. Les cafés sont sources de renseignements. En conclusion, la ville offre un éventail de possibilités indispensables à l’organisation d’un réseau d’évasion.

  • 9 F. Marcot, Dans quelle mesure les villes exercent-elles un pouvoir de commandement et d’orientatio (...)

21Mais la ville n’est pas l’unique « creuset de la résistance », car qui dit : « ligne d’évasion » dit : « traversée des frontières ». Les régions frontalières ont un rôle aussi important que les centres urbains dans le fonctionnement d’un réseau. Sans l’établissement d’une ou plusieurs équipe(s) frontalière(s), une évasion n’est pas réalisable9.

22Pour arriver à Londres, le réseau Comète doit traverser la frontière franco-belge, puis la frontière franco-hispanique, et enfin, le trajet de Bilbao à Gibraltar d’où les aviateurs sont réexpédiés en Grande-Bretagne.

  • 10 Cette étape est délicate puisqu’elle constitue la traversée de la zone interdite, dit « la ligne r (...)

23La dernière étape du voyage est assurée par les Britanniques. Comète se charge de deux zones de passages (trois avec la traversée de la Somme10 jusqu’en 1942).

  • 11 Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », 5 classeurs, AA 1333/296/1-5. Ces classeurs r (...)

24Le travail accompli par Comète exige un grand nombre de collaborateurs pour assurer la réception, le logement et le convoi des « colis ». La logistique, l’administration et le financement de Comète requièrent la participation de plus ou moins 2000 personnes de nationalité belge, française et espagnole, réparties entre les trois secteurs et leurs multiples ramifications11.

  • 12 Les « agents-doubles » qui firent le plus de dégâts dans Comète sont : Eugène Sterckmans - « Coco  (...)

25Chaque fonction – du chef de secteur à la boîte-aux-lettres – a un champ d’action déterminé et des contacts précis avec des agents limités, afin d’assurer à la fois une efficacité et une sécurité. Malgré ces précautions et l’application de la règle de cloisonnement, des agents-double s’infiltrèrent à plusieurs reprises et firent environ 800 arrestations – autrement dit 40 % de la totalité des agents reconnus –, soldées par 155 décès12.

26Nonobstant ses pertes, Comète reste, sans conteste, la ligne d’évasion la plus connue.

  • 13 C. Jouan, Comète : Histoire d’une ligne d'évasion, Furnes, Éditions du Beffroi, 1948, p. VIII & p. (...)
  • 14 Ce sont les groupes « Val », « Bourgogne » et « Pat O’Leary » qui ont accepté d’évacuer les colis (...)

27Sa renommée est internationale. Elle est devenue un symbole pour tous ceux qui ont aidé à une évasion. Sa notoriété s’explique, entre autre, par le nombre élevé d’aviateurs sauvés entre 1941 et 1944. Comète aurait à son actif le sauvetage d’environ 700 à 800 hommes13. De cette donnée, il faut distinguer : le nombre d’hommes rapatriés en Angleterre (288 pilotes). Les pilotes cachés à Bruxelles au moment de la libération (environ 70). Les pilotes placés (environ 270) dans les camps de la mission Marathon, prolongement du réseau Comète mais souvent étudié séparément pour marquer la différence entre l’évasion complète et la concentration d’hommes dans des camps. Et ceux (entre 50 et 70) qui ont été transférés à des lignes consœurs14 à une époque où Comète était surchargée.

28Ces pilotes sont principalement de nationalité britannique, mais aussi américaine, australienne, canadienne, irlandaise, et parfois polonaise. La diversité des nationalités lui procure cette dimension internationale.

  • 15 E. Verhoeyen, La route de Londres, p. 85-101. ; C. Jouan, Comète. Histoire d'une ligne d’évasion, (...)

29Enfin, le réseau Comète est aussi réputé pour le rôle actif que les femmes ont joué au sein de l’organisation. Sur les 155 agents fusillés ou décédés en Allemagne, nous comptons 55 femmes. Ce qui signifie que 35 % de l’effectif décédé des suites d’une activité résistante sont de la gent féminine15.

30Comme le souligne Étienne Verhoeyen – historien belge spécialiste du sujet –, les réseaux d’évasion sont susceptibles d’attirer plus de femmes, car les tâches qui leur sont confiées, reflètent la place traditionnelle de la femme dans la société de l’époque : l’assistance, l’hébergement, l’intendance et la liaison. Toutefois, Comète a permis à des femmes d’exercer des fonctions et des influences plus importantes, telles que guides internationaux, chefs de secteur et chefs de réseaux. En tant que fondatrice et chef de réseau, Andrée De Jongh est le plus bel exemple, mais elle n’est pas la seule.

  • 16 E. Verhoeyen, La route de Londres, p. 100-101.

31Cette présence féminine est en totale contradiction avec la méfiance qui existe, à l’égard des femmes, dans les milieux de la clandestinité. Pour les services secrets alliés, les femmes sont sources de bavardages et de trahison16.

Quel type d’engagement des femmes dans le réseau Comète ?

32L’objectif de notre recherche n’était pas d’analyser l’engagement général des femmes belges dans la résistance en 1940-1945, mais bien dans un réseau en particulier : la ligne d’évasion Comète. Il serait totalement biaisé de vouloir donner une image générale de la résistante belge, car même s’il existe de nombreuses similitudes entre les analyses de différents mouvements et réseaux, chaque forme de résistance a son histoire, sa « mentalité » et son type d’engagement.

33Concrètement, nous voulions vérifier si le rôle des femmes dans le réseau Comète était réellement exceptionnel, comme l’ont laissé souvent sous-entendre les récits sur le sujet, ou si cette perception était infondée ? Dans le second cas, quels facteurs sont à l’origine du mythe de Comète en tant qu’expression de la résistance féminine ?

  • 17 Nous n’avons rencontré que douze témoins. Ce fragile échantillon s’explique surtout par le très fa (...)

34Tout en restant consciente que notre échantillon de témoignages est très maigre par rapport aux 2 000 agents reconnus dans Comète, et qu’il reste évidemment beaucoup d’archives sur le sujet à analyser, nous avons pu, malgré tout, dresser les premiers traits, une première esquisse du portrait de la résistante de Comète, et essayer de comprendre son engagement17.

Résistance intentionnelle, résistance d’influence ?

  • 18 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? Une approche du cas belge, dans : Mémoire (...)

35« Décision personnelle, faction résistante n’est le produit d’aucun déterminisme, d’aucun préconditionnement »18. Rien ne prédestine une personne à devenir résistante. L’engagement dans la résistance n’est pas le résultat d’une seule et unique raison mais la combinaison de différents facteurs idéologiques, personnels, familiaux, et géographiques.

  • 19 E. Debruyne & L. Van Ypersele, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, p. 189-190. ; J. G (...)

36L’engagement dans la résistance – que les témoins rencontrés considèrent plutôt comme une participation et non un engagement – est un engagement personnel, mais aussi le résultat de valeurs inculquées par la famille que sont le patriotisme, la solidarité, la liberté19.

  • 20 Maerten (Fabrice), La Résistance, facteur d'émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut, dans Cahi (...)

37Il s’agit donc d’un choix personnel, individuel mais qui émane d’une ambiance familiale20.

  • 21 Archives de la Sûreté de l’État, « La ligne d’évasion Comète ».

38La décision de résister à l’ennemi résulte d’un état d’esprit directement lié à la famille et à l’éducation reçue au sein de celle-ci. Précisons que les personnes rencontrées sont encore très jeunes au début de la guerre. La plus jeune est née en 1925 et la plus âgée en 1913. La tranche d’âge se situe donc entre 15 et 27 ans. De même, les listes établies à la fin de la guerre nous ont fait constater que de nombreux agents sont nés vers 1915. Cela fait de Comète un réseau relativement jeune. De ce constat, nous pouvons supposer que les agents étaient encore en contacts réguliers avec leurs parents, quand ils ne vivaient plus avec eux21.

39Interpréter le combat féminin comme une influence directe de l’homme – dans ce cas-ci, du père – est discriminatoire et véhicule des clichés machistes. Cela réduit l’action dans la résistance à un comportement de « suiveuse » et non de résistante à l’occupant.

40Dans notre cas, il n’est pas question d’utiliser les termes excessifs de « suiveuses » et/ou de « meneuses ». Employons plutôt l’expression de « concertation collective ». Il n’y a pas une influence directe de l’homme sur la femme mais il y a un soutien.

  • 22 Entretien avec Henriette Hanotte, p. 43-44.

41Nous reprenons ici les paroles d’une ancienne résistante de Comète – Henriette Hanotte – qui décrit l’attitude de son père au moment où elle décide de s’engager dans le réseau : « Si tu veux, tu peux le faire, tu en as la possibilité, la volonté, le caractère. Tu as tout pour le faire et si tu veux, tu peux le faire, nous t’aiderons !22 ».

  • 23 Entretien avec Andrée De Jongh.

42Le processus d’influence peut être également inversé, comme c’est le cas avec Andrée De Jongh, puisque l’engagement et l’initiative de la cadette ont poussé l’entièreté de la famille à intégrer l’équipe de Comète23.

  • 24 Entretien avec Aline Dumon, p. 168, 170-171.

43Un troisième exemple est celui d’Aline Dumon, plus couramment appelée « Michou », qui a reçu de son père – peu avant l’arrestation de ce dernier – toutes les informations nécessaires pour poursuivre le travail dans Comète. Il y a eu une transmission d’activités clandestines du père à sa fille24.

  • 25 F. Maerten, L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la résistance en Belgique durant le Secon (...)

44Les femmes engagées dans le réseau Comète sont mues par une soif de liberté, une germanophobie exacerbée ou modérée – qui varie selon le vécu de leurs proches durant la Première Guerre mondiale, mais qui reste néanmoins tout à fait tempérée25 –, par un patriotisme ardent – ravivé par la presse clandestine qui remémore le courage des martyrs de 14-18, tels que Gabrielle Petit, Édith Cavell ou Philippe Baucq –, et surtout un refus de la violence. Ne pas utiliser d’armes et ne pas tuer sont les conditions de leur insertion dans Comète. En s’engageant dans la résistance, leur souhait était de sauver des vies et non d’en prendre. Comète se définit d’ailleurs comme un réseau « pacifique ». Une définition aux antipodes de la réalité quand on sait que les pilotes rapatriés en Angleterre retournaient directement au combat.

45L’aspect humain, le désintéressement financier, la solidarité entre les diverses nationalités ont été également les leitmotive de beaucoup d’agents.

Quelles fonctions pour les résistantes de Comète ?

  • 26 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et 16 octobre 1940, dans Livre d’Or de la résistance belge, (...)
  • 27 Archives publiques, Service des victimes de la guerre, « Dossiers statut & Dossiers de Statut de R (...)

46Avant de présenter la répartition des fonctions et des genres dans Comète, il est important de rappeler que quelle que soit la place du résistant dans le réseau, la peine encourue est la même pour tout le monde. Les arrêtés allemands sont clairs, toute personne qui aidera, au sens le plus large, un soldat allié sera punie de mort26. En tenant compte que la peine de mort est souvent remplacée par la déportation du résistant sous le statut de Nacht und Nebel, et que le taux d’exécution des femmes est relativement faible par rapport à celui des hommes27, le chiffre avancée pour Comète en début d’article reste significatif du risque similaire encouru par les différentes fonctions : 800 arrestations, soldées par 155 décès des suites de la déportation ou d’une exécution. Précisément, sept de nos douze témoins ont été arrêtés suite à leurs activités dans la ligne Comète. Ce qui équivaut plus ou moins à 60 %.

  • 28 Archives de la Sûreté de l’État, « Dossiers dirigeants » et « Rapports d'activités des agents », C (...)

47Les fonctions de chef de réseau, chef de secteur, responsable d’un centre d’hébergement, guide international, et enfin, celui qui consiste à contrôler l’identité des aviateurs de la Royal Air Force sont exercées en règle générale par des hommes. Dans le cas inverse, ce sont de très jeunes femmes, de la tranche d’âge des 18-25 ans, qui se chargent de ces fonctions. Étudiantes, elles sont libres d’engagement professionnel et familial, ce qui facilite les déplacements28.

48De plus, il est évident que leur jeunesse accroît le goût pour le risque.

  • 29 Entretien avec Odile de Vasselot, p. 129.

49Citons l’exemple d’Odile de Vasselot de Régné, une Française qui exerçait la fonction de guide internationale en 1944. Lors de nos entretiens, elle nous avoua que depuis le début de la guerre, elle « rêvait d’être une espionne29 ».

50La plupart d’entre elles sont encore aux études mais elles choisissent de retarder ou d’arrêter momentanément leur scolarité, afin de se consacrer entièrement à la résistance. Toutefois, il arrive que l’une ou l’autre réussisse à combiner les deux.

  • 30 Archives de la Sûreté de l’État, « Dossiers dirigeants » et « Rapports d’activités des agents », C (...)
  • 31 H. Chaubin, « Condition des femmes et formes de résistance dans le Midi languedocien », dans La ré (...)

51L’hébergement est davantage géré par la mère de famille en connivence avec l’époux. Les hébergeuses se situent donc entre 40 et 50 ans30. Cette fonction exige une assurance dans la gestion du quotidien, du ravitaillement, et du réconfort. La difficulté de la tâche est de passer inaperçu aux yeux du voisinage en conservant les habitudes ménagères. Toute la finesse du jeu des apparences réside dans l’acte de tromper l’autre, en entretenant l’image de la femme au foyer. Ces hébergeuses ont utilisé, à bon escient, l’a priori affirmant que la guerre n’est pas une affaire de femmes : « pas d’armes, pas d’uniformes, [...], pas assez de muscles pour se rendre utile31 ».

52Le fait que la créatrice soit une femme a sûrement favorisé le recrutement de ces dernières dans le réseau. Andrée De Jongh ne se définit pas comme une féministe, mais elle estime que les femmes sont plus courageuses que leurs collègues masculins, car elles gardent la tête froide face au danger, et ont plus de bagou et de réparties. Des qualités qui les rendent plus aptes à assumer des fonctions dangereuses.

  • 32 A. Aglan, « Décision individuelle et discipline collective : la résistance des réseaux », dans La (...)

53Si la déclaration est excessive, elle n’est pas moins révélatrice du tempérament d’Andrée De Jongh. Femme autoritaire à la limite du despote, elle exerce sur ses agents – pendant et après la guerre – une influence considérable. Le charisme de cette dernière confirme la théorie d’Alya Aglan selon laquelle le tempérament du chef de réseau est fondamental pour garantir le fonctionnement de l’organisation32.

54Mais cette tutelle n’est pas toujours approuvée et respectée par tout le monde. La prédisposition féminine aux missions à risque, ardemment défendue par Andrée De Jongh, n’empêche pas certains chefs de secteurs d’engager plus d’hommes que de femmes pour les fonctions à hautes responsabilités et les convois internationaux.

55L’importance des femmes dans Comète varie incontestablement selon les périodes et les chefs. Les agents marqués par Andrée De Jongh vont continuer à répandre et à suivre ses idées, tandis que d’autres souhaitent gérer leur secteur selon leurs propres opinions.

  • 33 Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs.

56Par exemple, nous avons constaté que par deux fois, le secteur de Bruxelles – sous la direction du baron Jean Greindl (de mai 1942 à février 1943) et d’Yvon Michiels (juin 1943 à janvier 1944) – était composé d’une équipe très masculine pour toutes les tâches dites « importantes ». Les femmes se chargent surtout de l’hébergement, de la liaison et du courrier33.

L’impact de la résistance pendant et après la guerre ?

57Engagement en marge de la société, la résistance a un certain impact sur la vie et la personnalité du résistant. Elle bouleverse complètement la vie pendant la guerre et elle influe indirectement sur les choix d’après-guerre.

58Éduquées à une époque où elles sont loin d’avoir acquis l’émancipation actuelle, ces jeunes femmes, limitées par la sévérité paternelle, vont puiser dans la résistance une source de liberté. Y compris les femmes qui accéderont au sommet de la hiérarchie de Comète, toutes devaient respecter la mentalité d’avant-guerre.

59Excepté Andrée De Jongh – qui est l’exemple totalement atypique – entièrement libre dans ses choix et ses déplacements depuis l’âge de 14 ans, il était rare d’accorder aux très jeunes femmes une indépendance égale à celles des hommes. Nombreuses sont les témoins qui ne pouvaient sortir sans être accompagnées d’un parent vers l’âge de 18 ans.

60Grâce à la résistance, elles ont eu la possibilité d’assumer des responsabilités et de montrer leur efficacité. Car, en effet, l’efficacité des résistantes de Comète n’est contestée par personne. Rendues exceptionnelles par les circonstances, elles ont fait preuve de sang-froid, d’ingéniosité, de répartie et d’autorité pour s’imposer face à la supériorité masculine de l’époque, et réussir les missions dont elles étaient chargées.

  • 34 Constats établis à partir des témoignages recueillis : Syllabus Annexe « Témoignages » du mémoire (...)

61Cette soudaine liberté et les dangers qu'elle comporte ne semblent pas les effrayer. Au contraire, elles vivent l’expérience résistante comme un des moments les plus intenses de leur vie. Malgré le danger, la résistance a le goût d’une « palpitante aventure ». Un constat valable pour les femmes et les hommes34.

  • 35 Entretien avec Elsie Maréchal, p. 19.

« Pour moi, c’était l’aventure, c’était fantastique [...]35 » - Elsie Maréchal (Agent direct chargé du contrôle de l’identité des aviateurs)

  • 36 Entretien avec Jean-François Nothomb, p. 188 et 193.

« [...] J’étais comblée dans ce que je désirais ! [...] J’ai passé une guerre magnifique ! C’est triste à dire, mais magnifique !36 » - Jean François Nothomb (guide international, puis 3e chef du réseau)

62Outre la liberté, la mixité est une nouvelle expérience pour celles et ceux qui ne l’ont pas connue à l’école. Une nouveauté qui est partagée par les hommes habitués à une répartition plus sexuée de la société.

  • 37 Entretien avec Élisabeth Liégeois, p. 100.

63Les relations entre résistantes et résistants de Comète semblent avoir été relativement bonnes : « tous frères et sœurs » précise une ancienne hébergeuse, Élisabeth Liégeois37.

64Il est certain que la résistance a offert à ces femmes (et à ces hommes) l’opportunité de vivre les relations humaines, mais surtout les relations amoureuses et sexuelles, avec une liberté qui semblait difficilement acceptable avant-guerre.

65Les témoins ont le sentiment d’avoir connu dans Comète une égalité prématurée entre les hommes et les femmes. Une égalité d’action, de reconnaissance, de respect que certaines femmes ne retrouveront plus à la Libération, d’où l’emploi du terme « prématurée ».

66Si certaines prétendent que la résistance n’a eu aucun impact sur leur personne et leur vie après la guerre, d’autres en sont convaincues.

  • 38 F. Maerten, « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers (...)

67Le choix d’un compagnon a été déterminé par la résistance pour plusieurs d’entre elles. Les études ont montré que les résistants ont souvent tendance à s’unir avec leurs anciens complices ou des personnes ayant vécu un parcours identique. Les résistantes et les résistants partagent une expérience commune difficilement transmissible, et ils cherchent naturellement à vivre ensemble sur la base de ce vécu résistant38.

68La volonté de rester indépendante et autonome au niveau professionnel est une autre conséquence de leur passé. Les professions choisies après la guerre, telles qu’infirmière, institutrice, kinésithérapeute, responsable d’une léproserie, et les destinations lointaines où elles s’exercent (Afrique et Amérique du sud), reflètent, à la fois, l’altruisme propre à Comète, un désir de s’engager dans la société, mais aussi un besoin de rompre avec leur histoire. Car, si toutes réitéreraient leur engagement dans la résistance, elles n’en restent pas moins marquées par l’amertume.

69Enfin, la conversion religieuse de quelques témoins des deux sexes est une conséquence particulièrement intéressante. La résistance aurait influé sur les croyances de plusieurs d’entre eux. Certains se convertissent au catholicisme – parfois jusqu’à rentrer dans les ordres – quand d’autres s’en éloignent avec la fin de la guerre.

La question des reconnaissances officielles d’après-guerre

70En ce qui concerne les statuts et les reconnaissances, le 20 janvier 1944 est publié à Londres un Arrêté-Loi créant le statut des Agents de Renseignements et d’Action (ARA). Il est complété par un second Arrêté-loi promulgué le 16 février 1946.

  • 39 Entre 18.561 et 18.716 personnes ont été reconnues comme ARA dans E. Verhoeyen, La Belgique occupé (...)

71Les Services de Renseignements et d’Action (SRA) englobent des organisations non répertoriées dans la résistance armée, mais dont l’objectif est de favoriser la victoire militaire des Alliés. Le réseau Comète fait partie intégrante des SRA, puisque le statut s’applique aux services de renseignements, aux groupes d’action et de sabotage, ainsi qu’aux lignes d’évasion, avec comme critère fondamental d’admission d’avoir un lien organique avec les services secrets britanniques et/ou la Sûreté de l’État belge39.

72Sans la prise en charge par la Sûreté de l’État belge du statut ARA, de nombreuses résistantes ne seraient pas reconnues.

  • 40 C. Andrieu, Les résistantes : Perspectives de Recherche, p. 259-264 ; D. Veillon, « Les femmes ano (...)

73Elles manifestent, en effet, peu d’intérêt à être connues pour leur action dans la résistance. Les femmes mariées, engagées aux côtés de leurs époux, considéraient souvent que la seule reconnaissance de l’homme valait pour l’ensemble du foyer. Les jeunes femmes encore aux études à la fin de la guerre ne souhaitaient pas spécialement être connues, mais elles aspiraient à reprendre une vie « normale ». D’autres encore préféraient rester dans l’anonymat au cas où la guerre froide se serait transformée en 3e guerre mondiale, envisageant alors de s’engager une nouvelle fois dans une éventuelle résistance40.

  • 41 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 333-336 ; M.-P. d’Udekem, Pour le Roi et la Patrie, p. 104 ;(...)

74Le statut ARA ayant adopté une structure militaire, ces femmes bénéficient, peut-être contre leur gré, d’une reconnaissance officielle, d’un statut particulier et d’un grade militaire, allant de l’auxiliaire de 2e classe (l’équivalent du simple soldat) à l’agent de 1re catégorie (correspondant aux grades de major ou de lieutenant-colonel). Une répartition des grades qui semble d’ailleurs tout à fait objective, puisque l’obtention du statut se calcule, pour tout le monde, en fonction de la durée d’activité et de l’efficacité de l’agent, comme le serait un service au front41.

Conclusion

75 Comète est effectivement caractérisée par une présence féminine non-négligeable. Proportionnellement, il n’y a pas une grande différence entre le nombre d’hommes et de femmes reconnus comme agents actifs. Cela confirme l’hypothèse que le réseau tend vers l’égalité des sexes. La proportion de femmes décédées pour faits de résistance dans Comète est significative : 55 sur 155 (35 %).

76Les reconnaissances « Agents de Renseignements et d’Action », attribuées après la guerre, confirment cette présence féminine, puisque les femmes sont équitablement représentées dans les listes établies, en 1948, à la liquidation du réseau Comète.

77Les archives de la Sûreté de l’État permettent de situer les femmes majoritairement dans l’hébergement, la liaison, le courrier et les boîtes-aux-lettres. Une répartition qui confirme les théories établies, depuis la décennie septante, sur la place de la femme dans la résistance, que ce soit en 1914-1918 ou en 1940-1945.

78Sans vouloir dénigrer ou minimiser le rôle des hébergeuses, des agents de liaison et des courrières – car une évasion serait irréalisable sans leur participation - ce qui a donné à Comète l’image du réseau féminin par excellence, ce sont les quelques jeunes femmes qui ont réussi à accéder aux hautes sphères de la hiérarchie.

79Les responsabilités qui leur ont été confiées attestent de la considération que les hommes avaient à leur égard, et des qualités exceptionnelles dont elles ont fait preuve.

80De plus, le charisme d’Andrée De Jongh, en tant que créatrice et chef de réseau, a accentué le mythe de Comète. Son exploit est tellement admiré et son caractère est tellement dominant qu’ils en occultent la réalité du réseau. Andrée De Jongh serait l’une des plus jeunes chefs de réseau dans la résistance belge. Son aura est tel que les femmes sont sorties mystifiées de l’histoire de Comète.

81Enfin, la double exception qui a marqué le secteur de Bayonne, d’avoir été géré par une femme de poigne, Elvire de Greef, et ce, durant toute la durée de la guerre, renforcent cette image.

  • 42 D. Veillon, « Les femmes anonymes dans la résistance », dans Les femmes dans la résistance en Fran (...)

82Pour terminer, si ces femmes n’ont pas l’impression que la résistance a eue un impact prédominant dans leur vie d’après-guerre, que ce soit au niveau professionnel ou relationnel, elles n’en restent pas moins des femmes en marge de la société de part leur passé résistant42.

83L’activité dans le réseau Comète a modifié leur caractère et leur a procuré une nouvelle vision de la vie.

84La disparition des proches, la souffrance de la déportation ne font qu’accentuer la différence avec le reste de la population. Beaucoup ne parleront pas de leur expérience pendant de longues années par peur d’être incomprises. Résistantes et résistants commencent depuis peu à manifester le désir de raconter leur passé à la jeunesse actuelle.

85Notre recherche nous a montré que la résistance n’est pas seulement une « magnifique aventure », mais c’est aussi la perte de la jeunesse pour ces femmes à peine âgées de 18 ans au début de la guerre. C’est également le regret d’avoir entraîné les proches dans leur engagement, parfois suivi du décès de plusieurs d’entre eux. Il serait erroné de prétendre que toutes et tous ne seraient pas prêts à recommencer. La vérité serait de dire qu’ils sont tous partagés entre le sentiment d’avoir vécu une « palpitante aventure », de s’être battu pour des idéaux et pour la liberté de leur pays, mais ils sont aussi marqués par beaucoup de tristesse et par un besoin de rompre avec leur vécu dans le réseau Comète.

86On associe souvent à l’histoire de la résistance l’image d’une époque d’héroïsme, de courage, et de sacrifice pour la Patrie, mais c’est aussi un lourd passé à porter, et certainement d’autant plus lourd pour ces femmes qui ont vécu, par la même occasion, une émancipation prématurée.

Henriette Hanotte (à gauche) et Raymonde Hoël, toutes deux du réseau d’évasion Comète, en compagnie d'un aviateur américain à la frontière franco-belge de Bachy-Rumes, hiver 1943
(Photo CEGES, Bruxelles)

Notes

1 E. Verhoeyen, Documents relatifi au service de renseignements Martiny-Daumerie (1940-1941), CEGES. ; A. Dubru, « Constant Martiny (1888-1942), Fondateur du réseau de renseignement Martiny-Daumerie », Arlon, Bulletin de l’institut archéologique du Luxembourg, 1982, 19 p. ; V. Brome, L’histoire de Pat O’Leary, s.l, s.e, s.d, 245 p. ; Archives du Ceges, « La liquidation du service de renseignements Portemine et sa filiale EVA », Ceges, AA 1089. ; Fonds de la Sûreté de l’État, Evasion : « Comète – section EVA », un classeur, Ceges, AA 1333/296/10.

2 E. Verhoeyen, La Belgique occupée de l’an 40 à la libération, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1994, p. 365-366. ; E. Verhoeyen, « La route de Londres », dans « Jours gris » - Jours de guerre, sous la direction de F. Balace, Bruxelles, Crédit Communal, 1993, p. 93-94. ; J. Gérard-Libois et J. Gotovitch, L’an 40, la Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971, p. 342-386.

3 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et 16 octobre 1940, Dans : Livre d’Or de la résistance belge, Bruxelles, Éditions Leclercq, [1948], p. 206-207.

4 Pour l’histoire de Comète, voir les ouvrages suivants : E. Verhoeyen, « La ligne d’évasion Comète (août 1941-février 1943) », dans « Jours mêlés » - Jours de guerres, sous la direction de F. Balace, p. 161-179 ; A. Bartholeyns, La ligne d’évasion Comète, depuis sa création jusqu’au 15 janvier 1943, 116 p. ; P. Nyssens, La ligne d’évasion Comète : 1943, 122 p. ; G. Defesche, La ligne d’évasion Comète-Marathon 1944, 93 p. Trois mémoires de l’École Royale militaire, 1968-1969 ; C. Jouan, Comète. Histoire d’une ligne d’évasion, Furnes, Éditions du Beffroi, 1948, 195 p. ; Colonel Remy, La ligne de démarcation : Réseau Comète, Paris, Librairie Académique Perrin, 1966, 3 vols. ; O. De Vasselot de Règne, Tombés du ciel : histoire d’une ligne d’évasion, s.l, s.e, s.d, t. 1.

5 P. Francart, La Côte belge 1940/44. Le mur de l’Atlantique, Bruxelles, ASBL : Groupe d’Étude pour l’Histoire des fortifications militaires en Belgique, 1988, 2 vols.

6 S. P. Halbrook, La Suisse encerclée : la neutralité armée suisse durant la Deuxième Guerre mondiale, Genève, Éditions Slatkine, 2000, 323 p.

7 A partir de janvier 1942, les Britanniques acceptent de prendre en charge un agent belge pour trois aviateurs de la R.A.F Dans : E. Verhoeyen, La ligne d’évasion Comète, p. 169-170. ; Archives de la Sûreté de l’État, « La ligne d’évasion Comète » : « Historique d’août 1941 à juin 1943 » & « Historique de juin 1943 à la libération », 2 classeurs, AA 1333/293 & 295.

8 Le trajet initial de Comète est : prendre le train Bruxelles-Mons, ensuite correspondance vers Lille. Prendre le train jusqu’à Corbie. La nuit tombée, gagner à pied l’hébergement prévu (passage de la zone interdite à la zone occupée). Étape à Paris (d’une nuit à quelques jours selon les périodes), avant de reprendre le train pour Bayonne au petit matin. Arrivée à Anglet-lez-Bayonne. Le soir, prise en charge par les guides basques pour la traversée des Pyrénées. Les trajets utilisés par Comète vont changer huit fois.

9 F. Marcot, Dans quelle mesure les villes exercent-elles un pouvoir de commandement et d’orientation sur la résistance dans son ensemble ? dans La résistance et les Français : villes, centres et logiques de décision. Actes du colloque international de Cachan, 16-18 nov. 1995, sous la direction de L. Douzou, R. Franck et D. Pechanski, Paris, IHTP, 1995, p. 218 ; D. Veillon, La ville comme creuset de la résistance, dans idem, p. 140-142.

10 Cette étape est délicate puisqu’elle constitue la traversée de la zone interdite, dit « la ligne rouge », qui débouche dans la zone occupée française.

11 Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », 5 classeurs, AA 1333/296/1-5. Ces classeurs reprennent les listes des agents reconnus. Ils sont répartis par secteurs (Bruxelles, Paris, Bayonne) ou ramifications (Liège, Namur, Gand, Hasselt, Limbourg, Rouen, Lille, Bapaume, Amiens, Beauvais).

12 Les « agents-doubles » qui firent le plus de dégâts dans Comète sont : Eugène Sterckmans - « Coco »-, Jacques Desoubrie, alias « Jean Masson » & « Pierre Boulain », et le duo De Zitter-Giralt. Voir : Colonel Remy, La ligne de démarcation, vol. 1, p. 153-158. ; A. Bartholeyns, S-l, La ligne d’évasion Comète, p. 24-25 & 54-56 ; E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 372 ; J. C. Jimenez de Aberasturi, En passant par la Bidassoa, p. 58. ; Archives de la Sûreté de l’État, « Comète : Historique : période août 1941 à juin 1943 », p. 40-41.

13 C. Jouan, Comète : Histoire d’une ligne d'évasion, Furnes, Éditions du Beffroi, 1948, p. VIII & p. 188-193 ; Archives de la Sûreté de l’État, « livre de comptes et de passages tenu par Comète au relais de Bayonne », Ceges, AA 1333/294, 1 classeur. ; A. Bartholeyns, S-l, La ligne d’évasion Comète, p. 108-113.

14 Ce sont les groupes « Val », « Bourgogne » et « Pat O’Leary » qui ont accepté d’évacuer les colis en surcharge, dans P. Nyssens S-l, Ligne d’évasion « Comète »- Année 1943, p. 4 ; Odile de Vasselot, Tombés du ciel, t. 1, p. 95-96 ; Archives de la Sûreté de l’État, « Comète : Historique : période août 1941 à juin 1943 », 293, p. 42-43.

15 E. Verhoeyen, La route de Londres, p. 85-101. ; C. Jouan, Comète. Histoire d'une ligne d’évasion, 195 p.

16 E. Verhoeyen, La route de Londres, p. 100-101.

17 Nous n’avons rencontré que douze témoins. Ce fragile échantillon s’explique surtout par le très faible nombre d’anciens agents Comète toujours en vie et encore capables de s’exprimer. Sur 14 demandes, 12 ont accepté. Les douze témoins sont : la comtesse Andrée De Jongh, Andrée Dumon, Aline Dumon, Elsie Marechal, Amanda Stassart, Henriette Hanotte, Élisabeth Liégeois, Odile de Vasselot de Regné, Jenny Smets, Janine De Greef, Jean-François Nothomb, Raymond Itterbeek.

18 J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? Une approche du cas belge, dans : Mémoire et Histoire : La résistance, sous la direction de J.-M. Guillon & P. Laborie, Toulouse, Éditions Privat, 1995, p. 71-80.

19 E. Debruyne & L. Van Ypersele, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre, p. 189-190. ; J. Gérard-Libois & J. Gotovitch, L’an 40, la Belgique occupée, p. 367-386.

20 Maerten (Fabrice), La Résistance, facteur d'émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut, dans Cahiers d’Histoire du Temps Présent, Bruxelles, Ceges-Soma, 1998, no 4, p. 197-198 ; J. Gotovitch, Prédétermination et premiers résistants ? Une approche du cas belge, dans Mémoire et Histoire : La Résistance, sous la direction de J.-M. Guillon & P. Laborie, Toulouse, Éditions Privat, 1995, p. 71-80.

21 Archives de la Sûreté de l’État, « La ligne d’évasion Comète ».

22 Entretien avec Henriette Hanotte, p. 43-44.

23 Entretien avec Andrée De Jongh.

24 Entretien avec Aline Dumon, p. 168, 170-171.

25 F. Maerten, L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la résistance en Belgique durant le Second Conflit mondial, dans : Imaginaire de guerre. L’histoire entre mythe et réalité, p. 303-336 ; J. Horne, « L’invasion de 1914 dans la mémoire (France, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne) », dans Traces de 14-18, p. 115-126.

26 Voir les arrêtés allemands du 13 juin et 16 octobre 1940, dans Livre d’Or de la résistance belge, Bruxelles, Éditions Leclercq, [1948], p. 206-207.

27 Archives publiques, Service des victimes de la guerre, « Dossiers statut & Dossiers de Statut de Reconnaissance : Prisonnier politique » : Andrée De Jongh, Andrée Antoine-Dumon, Elsie Maréchal, Élisabeth Constance Liégeois, Amanda Stassart, Nelly Deceuninck, Raymond Itterbeek, Jean-François Nothomb.

28 Archives de la Sûreté de l’État, « Dossiers dirigeants » et « Rapports d'activités des agents », Ceges, AA 1333/293,295 ; Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs. ; Dossiers personnel ARA des agents rencontrés ; Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs.

29 Entretien avec Odile de Vasselot, p. 129.

30 Archives de la Sûreté de l’État, « Dossiers dirigeants » et « Rapports d’activités des agents », Ceges, AA 1333/293,295 ; Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs ; Dossier personnel ARA des agents rencontrés ; Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs.

31 H. Chaubin, « Condition des femmes et formes de résistance dans le Midi languedocien », dans La résistance et les Européens du Sud, sous la direction de J.-M. Guillon et R. Mencherini, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 49-59.

32 A. Aglan, « Décision individuelle et discipline collective : la résistance des réseaux », dans La résistance et les Français : villes, centres et logiques de décision, Actes du colloque international de Cachan, 16-18 nov. 1995, sous la direction de L. Douzou, R. Franck et D. Peschanski, Paris, IHTP, 1995, p. 345-350.

33 Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs.

34 Constats établis à partir des témoignages recueillis : Syllabus Annexe « Témoignages » du mémoire de fin d’études, ULB, 2004-2005.

35 Entretien avec Elsie Maréchal, p. 19.

36 Entretien avec Jean-François Nothomb, p. 188 et 193.

37 Entretien avec Élisabeth Liégeois, p. 100.

38 F. Maerten, « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », dans Cahiers d‘Histoire du Temps Présent, no 4, 1998, p. 205.

39 Entre 18.561 et 18.716 personnes ont été reconnues comme ARA dans E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 333. ; M.-P. d’Udekem, Pour le Roi et la Patrie. La noblesse belge dans la résistance, Bruxelles, Editions Racine, 2002, p. 104 ; Archives personnelles de Louise de Landsheere, « Lois concernant le statut des Agents de Renseignements et d'Action (ARA), 1944-1946 », Ceges, AA 667/7.1.

40 C. Andrieu, Les résistantes : Perspectives de Recherche, p. 259-264 ; D. Veillon, « Les femmes anonymes dans la résistance », dans Les femmes dans la résistance en France. Actes du colloque international de Berlin, p. 89-105. ; Entretiens avec Elsie Maréchal, Henriette Hanotte, Aline Dumon, Odile de Vasselot de Régné.

41 E. Verhoeyen, La Belgique occupée, p. 333-336 ; M.-P. d’Udekem, Pour le Roi et la Patrie, p. 104 ; Dossiers personnels ARA des agents rencontrés ; Archives de la Sûreté de l’État, « Agents terrain », AA 1333/296, 5 classeurs.

42 D. Veillon, « Les femmes anonymes dans la résistance », dans Les femmes dans la résistance en France, Actes du colloque international de Berlin. 8-10 octobre 2001, sous la direction de M. Gilzmer, C. Levisse-Touzé et S. Martens, Paris, Tallandrier, 2003, p. 89-105.

Table des illustrations

Légende Henriette Hanotte (à gauche) et Raymonde Hoël, toutes deux du réseau d’évasion Comète, en compagnie d'un aviateur américain à la frontière franco-belge de Bachy-Rumes, hiver 1943 (Photo CEGES, Bruxelles)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540