Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Les femmes dans les services de renseignements belges

Emmanuel Debruyne

Texte intégral

  • 1 Cette communication s’appuie sur notre thèse de doctorat, La Maison de Verre. Agents et réseaux de (...)

1Pendant les quatre années d’Occupation, près de 20 000 personnes, hommes et femmes, ont participé en Belgique à des activités de renseignement au profit des Alliés et du gouvernement en exil1. Mais y a-t-il une seule forme d’engagement, vécue indistinctement par des femmes comme par des hommes ? Ou l’engagement dans le renseignement résistant se décline-t-il différemment au masculin et au féminin ? Pourrait-on même aller jusqu’à envisager une véritable division sexuelle du travail ?

Entre famille et réseau

  • 2 Les données quantitatives proviennent d’une banque de données réalisée dans le cadre de notre thès (...)

2Si l’on se penche sur l’ensemble de la population des agents de renseignements belges, la disproportion saute aux yeux : 83,6 % des agents sont de sexe masculin, contre 16,4 % de sexe féminin2. En somme, on dénombre cinq hommes pour chaque femme.

3Une certaine prudence s’impose cependant lorsque l’on considère ces chiffres. Beaucoup de chercheurs, et nous en sommes, s’accordent à dire que cette participation a vraisemblablement dépassé les proportions qui se dégagent de l’analyse statistique des dossiers de reconnaissance. Nous n’irons pas jusqu’à prétendre que derrière chaque homme actif dans la résistance se cache une femme qui lui permet de se livrer à cette activité. On peut pourtant supposer qu’une partie de l’activité féminine, faite d’aide ponctuelle et de petits services à des proches engagés dans l'action clandestine, et particulièrement aux époux, reste totalement absente de ces chiffres.

4Cette implication des femmes est certainement plus importante encore si l’on tient compte du rôle des parents, voisins, amis, collègues des résistants, qui par leurs services rendus dans la vie quotidienne, facilitent, voire permettent, l’activité résistante, notamment en déchargeant ceux qui s’y livrent d’une partie de leurs charges familiales, domestiques, voire professionnelles. Mais cet environnement favorable, qui est un atout primordial de la résistance, n’est pas lui-même à proprement parler de la résistance, au sens organisé du terme.

5Un clivage apparaît entre hommes et femmes lorsque l’on se penche sur le profil familial des personnes engagées. On constate tout d’abord que du point de vue de l’état civil, résistants et résistantes ne sont pas logés à la même enseigne. Alors que les trois-quarts des hommes (73 %) sont mariés, seule une femme sur deux (49 %) est dans la même situation. Cette différence s’accentue lorsque l’on prend en compte le nombre d’enfants à charge des agents non-célibataires. Alors que ceux-ci ont en moyenne 1,44 enfants lorsqu’ils sont de sexe masculin, ce chiffre tombe à 1,01 pour le sexe féminin. Pour exprimer le même phénomène sous un autre angle, 26,9 % des hommes non célibataires n’ont pas d’enfants, contre 42,5 % des femmes. Ces chiffres laissent clairement apparaître que le fait d’être marié et d’avoir chargé de famille constitue un véritable handicap pour l’engagement des femmes, bien plus en tout cas que pour les hommes, dont le profil diffère peu de la moyenne nationale. Les charges familiales ont donc une influence défavorable nettement plus marquée sur l’engagement des mères de familles, tenues traditionnellement de s’occuper des enfants, que sur les pères.

6On notera d’ailleurs que parmi les femmes non mariées, nombreuses sont celles qui présentent un profil assez ‘affranchi’. Les veuves (9,3 %) et les femmes divorcées ou séparées (4,7 %) sont proportionnellement 2,5 et 5 fois plus nombreuses au sein des réseaux que dans la société belge. Alors que ces situations semblent avoir un impact limité sur l’engagement masculin, elles stimulent manifestement celui des femmes.

  • 3 Les données concernant spécifiquement le service Tégal proviennent de l’ensemble des dossiers cons (...)

7Si les charges familiales sont un obstacle, les liens du sang ou du mariage constituent au contraire un important vecteur de recrutement pour les femmes. Ainsi, dans le cas du service Tégal, 42 % des femmes partagent leurs activités clandestines avec un de leurs proches, soit une fréquence trois fois supérieures à celle de leurs homologues masculins3. Une femme agent sur cinq (19 %) est l’épouse d’un agent du réseau, soit un peu plus d’une femme mariée sur deux (52,1 %), alors qu’une situation semblable n’existe que pour 6,4 % des hommes mariés. L’engagement de l’épouse est donc assez rarement indépendant de celui de son mari, sauf dans le cas, fréquent, de la séparation forcée des conjoints, souvent suite à l’internement du mari dans les camps de prisonniers de guerre. Notons encore que la présence d’un parent, d’un frère ou d’une sœur joue également un rôle sensiblement plus important pour les agents féminins que pour leurs homologues masculins.

8Un certain nombre d’autres traits caractérisent ces femmes engagées dans le renseignement. Le fait que seul la moitié d’entre elles (50,5 %) soit sans emploi est remarquable, à une époque où l’exercice d’une profession rétribuée ne concerne qu’un bon tiers de la population féminine (37,5 %). Les femmes actives, dans le renseignement comme dans la vie professionnelle, sont pour la plupart employées, enseignantes, infirmières ou commerçantes. Cette relative propension du renseignement à concerner des femmes actives n’est en soi pas étonnante, lorsque l’on sait l’importance des liens tissés dans le monde du travail pour le recrutement, et l’avantage que procurent certaines situations professionnelles en termes de récolte du renseignement. L’accès aux documents dont disposent certaines secrétaires en est un exemple évident.

9De même, le niveau de formation des agentes est lui aussi remarquablement élevé, en fait à peine moins que celui de leurs camarades masculins, alors que le cursus scolaire féminin est à l’époque moins poussé que celui des hommes. Le fait de disposer d’un diplôme s’avère dès lors plus déterminant encore pour l’engagement des femmes que pour celui des hommes. Il favorise en outre les implications précoces et les fonctions dirigeantes.

10D’une manière générale, l’engagement des femmes paraît « coller » à la situation de leur famille. Mariées, leur engagement est clairement tributaire de celui de leur mari. Même si elle n’est pas totale, la dépendance de l’épouse est grande, alors que l’inverse est très loin d’être vrai. En forçant à peine le trait, on pourrait distinguer deux grandes catégories de femmes engagées dans le renseignement, selon que leur engagement est de nature « domestique » ou « autonome ». Les premières sont pour la plupart mariées et ne participent à la résistance qu’à la suite de leur époux, et dans la mesure où leurs charges familiales le leur permettent. Leur activité clandestine naît et se développe essentiellement dans le cadre de leur foyer (ce qui ne veut absolument pas dire que leurs activités résistantes y soient physiquement confinées, l’activité d’agent de liaison, courante, étant la meilleure illustration du contraire). Certaines parmi les plus jeunes sont encore célibataires, mais sont entraînées dans l’affaire par l’activité d’un des membres de la cellule familiale. Les secondes sont beaucoup plus affranchies. Célibataires, veuves ou divorcées, ou encore mariées mais séparées de leur mari du fait des péripéties de la guerre, elles sont davantage maîtresses de leur propre destin. Leur engagement se distingue de la vie de leur foyer, et ressemble de ce fait même à celui de beaucoup d’hommes. Alors que l’engagement des premières est surtout le résultat d’une logique domestique, le second paraît s’inscrire, de manière consciente ou non, dans une démarche à la fois plus autonome et plus civique.

Place dans les réseaux et regards masculins

11Le rôle de nombreuses agentes ne se différencie pas fondamentalement de celui de leurs homologues masculins dans ce qui constitue l’activité majeure des réseaux, à savoir la collecte du renseignement. Il serait possible de s’étendre assez longuement sur les avantages que peuvent tirer les femmes en cette matière, notamment pour faciliter l’extorsion d’informations à une armée ennemie par définition masculine. Sous une multitude de formes, il s’agit toujours de tirer parti de l’attirance d’un sexe pour l’autre. Souvent bénignes, ces méthodes n’en jouent pas moins sur une ambiguïté qui peut s’avérer dangereuse lorsque, sans doute rarement, elles sont poussées plus avant. Il est toutefois pratiquement impossible de mesurer la part de la séduction et de la sexualité dans la collecte des renseignements. Elle n’est en effet presque pas évoquée par les intéressées dans les documents officiels. Les quelques souvenirs rédigés par des femmes survolent parfois la question, mais sans jamais aller au-delà du constat qu’elles ont pu influencer des représentants de l’armée allemande, sans pour autant les provoquer véritablement. Il est difficile de savoir dans quelle mesure leur témoignage n’est pas parfois édulcoré, par pudeur ou par souci de leur honneur. Quant aux témoignages de tiers masculins, ils sont évidemment sujets à caution, du fait de l’ambiguïté des comportements évoqués et des fantasmes qu’ils charrient. Mais d’une manière générale l’utilisation de la séduction reste très minoritaire par rapport à la grande masse de collecte « asexuée » de renseignements, telle que la simple observation visuelle ou la divulgation d’informations issues d’une entreprise ou d’une administration.

  • 4 Au sujet de Benoît, voir notamment E. Verhoeven, « La route de Londres », in Jours de Guerre, Brux (...)

12En ce qui concerne les tâches de direction, force est de constater que les femmes sont relativement rares. À peine 3,8 % d’entre elles ont accès à un poste de direction, alors que 10 % des hommes sont dans ce cas. Un seul réseau belge est dirigé par une femme, mais il s’agit d’un cas très particulier : après le départ de son chef, Hervé Doyen, le réseau de liaison Benoît, établi dans le sud de la France4, est co-dirigé par son épouse, Odile Klein, de nationalité française, et par un des collaborateurs de Doyen. On trouve cependant, de manière beaucoup moins exceptionnelle, des femmes à divers échelons de la hiérarchie. Beaucoup d’entre elles disposent d’un atout du fait de leur formation poussée : en effet, les trois quarts d’entre elles sont titulaires au minimum d’un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur, contre un tiers des agentes. En revanche, elles ne sont qu’un peu plus nombreuses que les autres à être professionnellement actives. Mais une nuance s’impose : plus de la moitié des chefs de secteur ou de section a un emploi, souvent socialement un peu plus élevé que la moyenne, tandis que la plupart de celles qui ont une fonction d’adjointes au chef de secteur ou au chef de service sont au contraire sans emploi. De même, si l’état civil des premières penche légèrement en faveur des femmes seules, les femmes mariées sont la norme dans le second cas. L’explication de cette différence de profil tient au fait que les fonctions d’adjoint sont régulièrement occupées par les épouses de ceux qu’elles secondent : le temps libre et la formation dont elles disposent s’associent pour leur permettre d’abattre une part importante du travail qu’impose la direction d’une structure de grande taille.

13La fonction d’agent de liaison est en revanche très courante parmi les femmes, puisqu’elle concerne un tiers d’entre elles (33 %), alors que seuls 7,6 % des hommes sont investis de cette fonction. Elle exige, par définition, une grande mobilité. Autrement dit, les personnes qui l’exercent doivent pouvoir s’absenter facilement de leur foyer, et ce pour des durées plus ou moins longues. Il n’est dès lors pas surprenant de constater que les agentes de liaison sont un peu plus souvent célibataires que la moyenne (45,6 %), mais surtout que celles qui ne le sont pas, ont peu d’enfants à charge. Il en va de même avec leur situation professionnelle, puisque seul quatre dixièmes d’entre elles (40,2 %) ont un emploi rémunéré. Nous avons observé, dans le cas du service Tégal, qu’il s’agit aussi de femmes un peu plus jeunes que la moyenne, et qui ont plus souvent encore que les autres, des attaches familiales au sein même du réseau.

14Notons encore que l’on retrouve proportionnellement davantage de femmes que d’hommes assurant le secrétariat d’un organe de direction du réseau ou impliquées dans l’hébergement d’agents passés dans la clandestinité ou dans des missions de boîte aux lettres. Ici encore, on retrouve les femmes affectées à des tâches perçues comme leur convenant mieux, en vertu d’une reproduction clandestine de la division sexuelle du travail en temps de paix. Celle-ci n’est d’ailleurs pas sans ambiguïté puisque, par un curieux retournement, les femmes qui prennent le rôle de courrier, facilité par leur profil familial et professionnel, sont sans doute les agents appelés à sortir le plus de leur propre foyer.

15Suivant leurs conceptions de la place de la femme dans la société et des caractéristiques propres à la gent féminine, les responsables des services qui, dans leur très grande majorité sont des hommes, envisageront de différentes manières le rôle des femmes dans les réseaux. Entre le refus empreint de misogynie et une vision égalitariste ne s’embarrassant a priori pas de distinction, on retrouve aussi des conceptions fondées sur le particularisme sexuel ou sur une vision hiérarchisée de la société. Que ces conceptions soient acceptées ou non par les intéressées, elles exerceront une influence sur leur place dans les réseaux et sur les rapports entre les sexes au sein de la clandestinité.

  • 5 Sur ce réseau, voir J. Dujardin, « Le service de renseignements Boucle (1942-1944) », in Cahiers d (...)
  • 6 Rapport d’Albert Krott, Londres, 19 décembre 1941, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’É (...)
  • 7 Instructions générales pour les chefs de secteurs, n.d., in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté (...)

16Pour certains agents, la place des femmes ne fait aucun doute : elle est à l’extérieur des réseaux. La misogynie l’emporte sur tout autre critère : des représentations défavorables aux femmes, surtout en matière de fiabilité, tendent à considérer comme une nuisance, voire comme un danger, leur implication dans les activités clandestines. Ainsi, Albert Krott, futur chef du réseau Boucle5, dresse un rapport en 1941, dans lequel il met en exergue les lacunes du service Benoît, déplorant notamment « [...] qu’un tas de femmes et par surcroît des étrangères étaient en possession de tous les rouages de l’organisme »6. La soi-disant incapacité des femmes à tenir leur langue est également présente. Dans ses Instructions Générales, l’éphémère service RIOB recommande en 1941 : « Méfiez-vous des femmes. Méfiez-vous des bavards. Méfiez-vous des vantards et des orgueilleux »7. L’amalgame est on ne peut plus explicite. Leur rôle social traditionnel, qui tend à les confiner au foyer, peut, dans les représentations tant masculines que féminines, tout autant les écarter de la résistance. Le décalage entre la proportion d’hommes mariés et celle de femmes mariées, évoqué plus haut, en est un indice flagrant : la charge de famille n’est charge que pour la femme.

  • 8 Sur l’anthropologie, et notamment les représentations, de l’espion et de l’espionnage, on se référ (...)

17Ces a priori peuvent encore se trouver renforcés par ceux liés spécifiquement à l’espionnage8. Être de passion, la femme est incapable de la discipline intellectuelle et émotionnelle nécessaires au métier. Ou au contraire, actrice froide et sans pitié, naturellement disposée pour l’intrigue, elle est capable d’arracher n’importe quel secret au moyen de ses charmes. La littérature de l’entre-deux-guerres réactualise ces phantasmes communs, empreints de machisme, voire de sadomasochisme, dans le contexte marquant de la Grande Guerre. Bien des esprits masculins sont hantés par le spectre de Mata-Hari ou, plus redoutable, de Fraulein Doktor. On retrouve là l’image de femmes fatales, assumant librement leur sexualité, ce qui les rend d’autant plus dangereuses qu’elles ne sont dès lors pas soumises à un ordre social dominé par l’homme. Il faut cependant noter que ces représentations sont contrebalancées dans le cas belge par le souvenir, nettement plus valorisé, d’une Gabrielle Petit ou d’une Édith Cavell.

  • 9 Nous nous inspirons ici de l’analyse sociologique très stimulante des systèmes de valeurs développ (...)
  • 10 Au sujet de ces réseaux et de leur chef, on consultera H. Bernard, Un géant de la résistance. Walt (...)

18L’ancrage traditionnel de la féminité dans la logique domestique peut avoir des conséquences autres que l’écartement de la femme de la vie clandestine. Dans un système de valeurs « domestique », fondé sur la hiérarchisation de la société et de ses composantes, chaque personne occupe un rang et une fonction bien définis9. La famille est un élément essentiel de ce système. La femme, soumise presque organiquement à son mari, bénéficie en contrepartie de sa confiance. Or, obéissance et confiance sont précisément deux éléments capitaux pour la bonne marche d’un réseau. Plutôt que d’être « confinée à ses casseroles », la femme, épouse ou fille, sera au contraire considérée comme la plus précieuse et la plus fiable des auxiliaires. Une telle conception imprègne notamment le très catholique Walthère Dewé, chef du réseau de la Dame blanche au cours de la Première Guerre, et de Clarence au cours du conflit suivant10. En témoigne ce discours de sa plume, lu le 30 janvier 1933, à l’occasion des funérailles de Mme Amiable, agent de la Dame blanche :

« L’espionnage en pays occupé présentait ce caractère unique, dans l’art de la guerre, d’appeler le concours non seulement de ceux qui s’y livraient, mais encore le courage de leur entourage immédiat.

Pas d’action possible pour un homme sans l’adhésion de sa femme, et même sans son appui : pas d’action forte sans son intervention concrète.

L’espionnage n’était pas la guerre des femmes ; c’était la guerre des familles ; comme dans la famille, l’homme y avait sa place, et cette place était la première ; mais la femme ne pouvait en être exclue, suivant les préceptes simplistes des esprits misogynes, sans dommage pour le service.

  • 11 Cité dans L. Levaux, « Walthère Dewé. Héros national et chrétien », in La Dame Blanche, no 7, sept (...)

[...] À côté de son époux qui dirigeait de main de maître, face à la police allemande et la roulant au besoin, un peloton d’observation d’une petite centaine d’hommes, Mme Amiable représentait bien plus que la collaboratrice dévouée, elle était comme le symbole vivant de la fidélité intégrale à la cause de l’armée »11.

19La femme a donc sa place dans le renseignement du fait même qu'elle sert la famille, et que la famille, à l’instar de l’armée, sert la Nation, au besoin en s’impliquant dans l’espionnage. Son rôle est bien moins un choix que la conséquence presque naturelle de sa place dans la société.

  • 12 Capitaine Freddy, Ils ont craché sur nos tombes, Arlon, 1948, p. 70.
  • 13 Ibidem, p. 76.

20L’implication des femmes peut également s’imaginer en dehors de toute référence familiale, sans pour autant se dégager d’une série de représentations quant aux spécificités féminines. Il s’agit ici d’un point de vue qui se veut essentiellement pragmatique. Partant de l’opinion que les femmes disposent de qualités autres que celles des hommes, les tenants de ce type d’idées se proposent tout simplement de les mettre à profit pour le renseignement, tout en prenant garde à ce que les défauts inhérents à leur sexe ne puissent pas constituer un danger. Ils rejoignent peut-être en cela la méfiance, voire les phantasmes et les peurs non avouées, des opposants à la participation des femmes, mais ils les transcendent largement en considérant avant tout l’apport positif qu’elles peuvent fournir. C’est le cas au sein du service Athos, dont un des responsables, André Moyen, écrira après la guerre que la femme est un « être essentiellement instinctif [...] ou bien elle se laisse manipuler facilement malgré de réelles facultés ou bien elle fait preuve d’une énergie qu’aucun homme n’atteint »12. Malgré cette appréhension, il estime qu’une femme qui veut « véritablement servir » peut être une « auxiliaire d’élite ». Fréquentant au besoin des soldats allemands, sans pour autant ‘faire commerce de leurs charmes’, certaines de ses agentes ont eu à souffrir dans leur réputation de leurs activités. Mais il souligne aussitôt : « Une seule chose ramène le sourire en elles, c’est le souvenir ineffaçable des heures sans pareilles passées à servir, des heures où elles étaient réellement des soldats gagnant des victoires et jouissant de ces victoires, des heures où leurs chefs, des hommes, s’inclinaient bien bas devant l’héroïsme de ces petites auxiliaires »13. Notons aussi qu’à la différence des tenants de la conception « domestique », l’engagement de la femme, malgré son rôle d’auxiliaire, n’est pas celui d’un être accomplissant son devoir en tant qu’épouse ou fille, mais bien celui d’un individu à part entière, motivé par un engagement personnel.

21Enfin, sans doute plus rares sont ceux pour qui l’implication résistante n’a pas de caractère sexué. Malheureusement pour l’historien, une telle conception est rarement explicite, du fait même qu'elle n’éprouve pas le besoin d’émettre de mise en garde, de consigne ou de justification particulière. Certaines figures issues du conflit précédent ont-elles contribué à forger une représentation de l’engagement féminin ? Quelques héroïnes, assez idéalisées, au premier rang desquelles on retrouve Gabrielle Petit, incarnent la figure hautement symbolique du martyr. Les autres, les survivantes, plus nombreuses et plus discrètes, témoignent d’un héroïsme plus réaliste et moins glorieux, mais offrant aussi plus d’espace aux représentations d’une réelle autonomie féminine. Mais la pratique même de la guerre clandestine au cours de la seconde occupation y contribue aussi. Progressivement, suite aux preuves faites par les premières femmes résistantes et aux nécessités de l’Occupation, les réticences s’effacent en partie, ce qui conduit à un recrutement croissant de femmes dans les réseaux, lequel sera finalement, et proportionnellement, moitié plus importante en 1944 (19,5 % des agents recrutés) qu’en 1940 (13,4 %). Ainsi, Albert Krott, dont on se souvient des commentaires misogynes de 1941, mettra en place en 1942 un nouveau réseau, Boucle, qui s’avérera en fin de compte plus féminisé que la moyenne (avec un agent féminin sur cinq contre un agent sur six).

22La diversité de ces conceptions, en partie liée à celle des milieux visés par le recrutement, contribue à nuancer le tableau général de l’engagement féminin dans les réseaux de renseignements. Ainsi, la présence des femmes est-elle plus importante dans certains réseaux, comme Portemine, Rivert et Martiny-Daumerie (où elles représentent près du quart des effectifs), ou encore Tégal et Clarence, dans lesquelles elles occupent plus souvent qu’ailleurs une place parmi les cadres.

23On constate aussi d’importantes variations géographiques et culturelles. Ainsi, l’engagement féminin est beaucoup plus fort à Bruxelles (23,4 %) qu’ailleurs. Il est également plus prononcé parmi les francophones (17,5 %) que parmi les néerlandophones (10 %), chez qui les femmes sont encore moins nombreuses à occuper des postes à responsabilité.

Un phénomène dans le XXe Siècle

  • 14 Sur le renseignement pendant la Première Guerre mondiale et les représentations qu’ils suscitera d (...)
  • 15 Ce constat est valable, par exemple, pour le Hainaut. Voir F. Maerten, « La Résistance, facteur d’ (...)

24Un autre phénomène mérite d’être souligné. L’implication de citoyens dans les réseaux de renseignements dirigés contre l’Occupant n’est pas un phénomène entièrement nouveau. En effet, au cours de la Première Guerre mondiale, environ 7 000 personnes ont participé à de telles activités en Belgique et dans le nord de la France14. L’élargissement considérable de la lutte clandestine lors du second conflit mondial, tant en matière de renseignement qu’avec le développement d’autres types de résistance, va entraîner une augmentation du nombre de femmes engagées dans la lutte. Cependant, en chiffres relatifs, la part de la femme au sein des groupes impliqués tend, quant à elle, à diminuer. Alors qu’en 14-18, 25 % des agents sont de sexe féminin, cette proportion tombe à 16,4 % en 40-44. Et encore, le renseignement fait figure d’une des formes de résistance les plus féminisées15.

  • 16 Voir à ce sujet F. Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Paris 2000.

25La relative amélioration du statut social de la femme, la mise en valeur de certaines figures féminines, comme Gabrielle Petit, Édith Cavell ou Louise de Bettignies, et, d’une manière plus générale, le mouvement de fond de l’émancipation féminine en Europe nous auraient plutôt incité à espérer une évolution inverse, vers une plus grande implication. La réponse à cet étonnant reflux apparent réside peut-être davantage dans la crise du modèle masculin qu’entraîne la défaite de 40 que dans l’évolution de la société sur le long terme. Ne peut-on en effet pas y voir, plutôt qu’une sous-représentation féminine par rapport à 14-18, une sur-représentation masculine ? En 14-18, les hommes sauvent leur honneur et gardent la possibilité de défendre la patrie sur le front. À l’inverse, l’engagement clandestin des femmes est à ce moment en Belgique une des seules occasions pour elles d’en faire autant. En 40-44, le sexe masculin est par contre d’autant plus ‘pressé’ par l’appel de la résistance qu’il a failli à son rôle traditionnel de protection, et que la clandestinité est pour lui l’unique occasion de rétablir son image blessée. La place que les femmes y occupent s’en trouve dès lors réduite. Cette hypothèse serait, bien entendu, à vérifier dans le cadre d’une étude plus large sur la différenciation sexuelle des perceptions de la guerre. Soulignons toutefois qu’on retrouve une autre forme d’expression de cette volonté de réhabiliter l’identité masculine au travers du phénomène des femmes tondues à la Libération16.

26Par contre, l’expérience de la résistance, et notamment du renseignement va, à l’échelle des personnes concernées et de leur entourage, engendrer des modifications en terme de rapports entre les sexes, pendant la guerre mais aussi à sa suite. De l’implication commune dans la résistance vont naître ou se renforcer des couples, tandis que l’asymétrie des engagements va parfois au contraire les rompre. Ou encore, l’absence ou la perte d’un des deux conjoints va obliger l’autre à faire preuve d’une autonomie accrue. En somme, la guerre redistribue les cartes.

27On constate aussi après la guerre que les reconnaissances attribuées aux femmes sont en moyenne un peu plus faibles que celles attribuées aux hommes. Toutefois, il ne s’agit manifestement pas d’un phénomène de discrimination, mais de la conséquence directe de leur moindre présence aux postes à responsabilités et d’une répression plus faible. « A fonction égale, reconnaissance égale », pourrait-on dire. Symboliquement, cette reconnaissance sera d’autant plus importante pour les femmes que les statuts qui sont attribués sont assortis d’un grade militaire, ce qui représente une première, en Belgique du moins.

28Au final, l’engagement féminin dans les réseaux de renseignements n’a obéi à aucun déterminisme, à aucune véritable division sexuelle du travail. Mais il a assez largement été influencé par une tendance encore très présente à faire de la femme l’auxiliaire de l’homme, et que l’on retrouvera dans la relégation de nombreuses femmes à leurs foyers (permettant du même coup la résistance masculine), dans le caractère plus domestique que civique de leur engagement, ou dans leur emploi à des fonctions auxiliaires. Cependant, un certain nombre de femmes, peu nombreuses, mais présentant un profil très émancipé, renverseront cette tendance lourde en jouant un rôle comparable à celui de leurs homologues masculins, notamment au travers d’une démarche d’engagement plus autonome.

29L’implication des femmes, bien que limitée, n’en sera pas moins l’occasion de nombreuses expériences nouvelles pour ces femmes, lesquelles s’inscriront, à leur échelle, dans l’évolution des rapports entre les sexes.

Notes

1 Cette communication s’appuie sur notre thèse de doctorat, La Maison de Verre. Agents et réseaux de renseignements en Belgique occupée. 1940-1944, dirigée par le professeur Laurence van Ypersele et défendue à l’Université catholique de Louvain le 23 janvier 2006.

2 Les données quantitatives proviennent d’une banque de données réalisée dans le cadre de notre thèse de doctorat. Celle-ci a été constituée à partir de dossiers personnels établis en vue de l’attribution après la guerre du statut d’Agent de Renseignements et d’Action (ARA). Ces dossiers sont conservés au CEGES sous la cote AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État. Notre échantillon, qui reprend uniquement les personnes impliquées dans le renseignement, à raison d’un dossier sur cinq, porte sur 4 332 agents, dont 3 835 citoyens belges.

3 Les données concernant spécifiquement le service Tégal proviennent de l’ensemble des dossiers constitués par ce service préalablement à l’attribution du statut d’ARA à ses agents. Ceux-ci sont conservés au CEGES sous la cote AA 1105, Archives Tégal. Au sujet de ce réseau, on pourra se référer à E. Debruyne, C’était Tégal. Un service de renseignements en Belgique occupée, Bruxelles, 2003.

4 Au sujet de Benoît, voir notamment E. Verhoeven, « La route de Londres », in Jours de Guerre, Bruxelles, 1993, no 9, p. 85-102.

5 Sur ce réseau, voir J. Dujardin, « Le service de renseignements Boucle (1942-1944) », in Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 1992, no 15, p. 205-232.

6 Rapport d’Albert Krott, Londres, 19 décembre 1941, in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, dossier Jean Danckers.

7 Instructions générales pour les chefs de secteurs, n.d., in CEGES, AA 1333, Archives de la Sûreté de l’État, n° 219.

8 Sur l’anthropologie, et notamment les représentations, de l’espion et de l’espionnage, on se référera à A. Dewerpe, Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain, Saint-Amand, 1994.

9 Nous nous inspirons ici de l’analyse sociologique très stimulante des systèmes de valeurs développées dans L. Boltanski & L. Thévenot, De la Justification. Les économies de la grandeur, s.l., 2000.

10 Au sujet de ces réseaux et de leur chef, on consultera H. Bernard, Un géant de la résistance. Walthère Dewé, Bruxelles, 1971.

11 Cité dans L. Levaux, « Walthère Dewé. Héros national et chrétien », in La Dame Blanche, no 7, septembre 1947, p. 3.

12 Capitaine Freddy, Ils ont craché sur nos tombes, Arlon, 1948, p. 70.

13 Ibidem, p. 76.

14 Sur le renseignement pendant la Première Guerre mondiale et les représentations qu’ils suscitera durant l’entre-deux-guerres, voir L. Van Ypersele & E. Debruyne, De la guerre de l’ombre aux ombres de la guerre. L’espionnage en Belgique durant la guerre 1914-1918. Histoire et mémoire, Bruxelles, 2004.

15 Ce constat est valable, par exemple, pour le Hainaut. Voir F. Maerten, « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », in Cahiers d’Histoire du Temps Présent, no 4, 1998, p. 173-206

16 Voir à ce sujet F. Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Paris 2000.

Auteur

Chercheur sur projet CEGES Bruxelles

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540