Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Les résistantes du Nord : un engagement précoce, des parcours diversifiés

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

  • 1 S. Ravanel, L’esprit de résistance, Paris, Seuil, 1995, p. 21.

« Avant la guerre, rien ne me prédisposait à vivre en marge de la loi. Sauf, peut-être, l’exemple de ma mère »1
Serge Ravanel

  • 2 Émilienne Moreau-Evrard est l’une des six femmes distinguées par l’attribution de la Croix de la L (...)

1Traquée par la Gestapo, résistante de la première heure dans le Pasde-Calais, puis à Lyon, Émilienne Moreau2 quitte la France à l’été 44 et s’envole pour Londres. À peine arrivée, elle donne une conférence qui rend hommage à la précocité de l’engagement des femmes du Nord :

  • 3 Discours prononcé à la conférence de presse donnée par Émilienne Moreau, à Londres, le 15 août 194 (...)

« Messieurs, ce sont pour la plupart des femmes qui font les liaisons des groupes de résistance, ce sont des femmes qui portent et distribuent souvent les journaux et les tracts. Ce sont encore des femmes qui, lors de la tentative d’invasion de l’Angleterre, allaient dans les ports, sur les plages, dans les bois, et revenaient fourbues, lasses, épuisées, rapportant aux organisations les renseignements nécessaires sur la concentration des troupes et des péniches destinées à l’invasion de votre pays »3

2Témoignage à destination des hommes sur la résistance des femmes, le discours établit un parallèle entre deux résistances posées comme essentielles : la résistance intérieure, qui seconde l’effort de guerre ; la résistance des femmes, qui autorise la Résistance. Le rôle des femmes en Résistance serait ainsi de soutenir la résistance armée des hommes.

  • 4 E. Terrenoire, Les femmes dans la Résistance, Combattantes sans uniforme, Bloud et Gay, 1946
  • 5 Par décret du 23/01/1946, il est mis fin à l’attribution de la Croix de la Libération. Seules six (...)

3Deux ans plus tard, le pays enfin libéré et en pleine reconstruction, une autre résistante, Elizabeth Terrenoire, dresse un tableau qui insiste sur la diversité des résistances au féminin. Elle distingue ainsi plusieurs types de résistance : la résistance civile et politique, la résistance militaire, la résistance sociale et charitable4. Faisant sien le constat d’un engagement précoce des femmes, elle combat vigoureusement l’idée - née pour une part de la minoration drastique du rôle des femmes par la reconnaissance officielle5 – d’un moindre engagement féminin.

  • 6 F. Thébaud, « Résistances et Libérations », dans Résistances et Libérations France 1939-1945, Clio (...)
  • 7 L. Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Paris, Seuil, avril 2005
  • 8 La problématique du « genre » en résistance est posée par Paula Schwartz, « Résistance et différen (...)

4Pourtant, parce que les résistantes ont été les grandes oubliées de la reconnaissance officielle, de la mémoire collective, mais aussi pendant longtemps, de l’historiographie6, on peut dire que le rôle des femmes a été connu, puis oublié. Il sort désormais de l’ombre grâce au profond renouvellement de l’historiographie de la Résistance, initié dans les années 19807, et en particulier à la réalisation d’études prenant les femmes comme objet de recherche, et la différence des sexes comme vecteur d’analyse de la Résistance8.

5Cependant les parcours féminins en Résistance demeurent peu connus.

6L’engagement résistant des femmes s’inscrit-il dans une continuité – et laquelle ?–, ou représente-t-il une rupture ? Quel trajet a mené les femmes en résistance, et quel chemin ont-elles fait ? Quels traits spécifiques caractérisent leurs parcours ? Enfin, quel devenir a été celui de leur itinéraire résistant ?

7Ces questions, simples en apparence, sont d’une étude délicate, et périlleuse.

  • 9 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998,

8Délicate parce que les sources dont nous disposons sont, comme c’est toujours le cas pour les sources administratives, des sources qui intègrent l’inégalité sexuelle9, comme les représentations dominantes de l’époque à laquelle elles ont été constituées. Ainsi, les dossiers de demande de Carte de Combattant volontaire de la Résistance (CVR) – source majeure utilisée ici – accordent une large place à l’évocation de la situation militaire quand elles ignorent presque complètement la situation familiale.

9Périlleuse parce que l’étude est menacée par le danger d’une lecture anachronique.

  • 10 C. Bard, Les filles de Marianne, Histoire des féminismes, 1914-1940, Fayard, 1995, p. 365. Sur l’a (...)

10On ne peut analyser le parcours résistant des femmes, comme la représentation quelles ont de ce parcours, si l’on oublie que les femmes sont non seulement hors de la cité politique avant 1944, mais qu’en outre, - malgré la loi de 1938 -, elles ne jouissent pas réellement de la pleine capacité civile, l’époux étant toujours considéré légalement comme « chef de famille »10. Le caractère individuel et librement consenti de l’engagement résistant des femmes, comme celui de leur itinéraire résistant, ne va donc absolument pas de soi.

  • 11 C. Andrieu, « Les résistantes, perspectives de recherche », dans A. Prost (dir), La Résistance, un (...)
  • 12 La CVR est toujours décernée à l’heure actuelle. Le choix d’un corpus établi à l’aide des première (...)
  • 13 Les données disponibles pour ce travail de repérage sont conservées, comme les dossiers de demande (...)

11C’est pourquoi il me semble essentiel de tenter une lecture des parcours résistants féminins à l’aune de leur autonomie11. Il convient d’interroger l’autonomie de l’engagement comme celle de l’itinéraire résistant. Pour tenter d’approcher cette variable, le parcours de la résistante n’a pas été étudié de façon isolée, mais en parallèle avec celui des hommes qui forment son environnement masculin : époux, compagnon, père, frère... Le corpus de résistantes faisant l’objet de cette recherche comprend 250 femmes figurant parmi les premières attributaires de la CVR (dates extrêmes d’attribution : juin 1952-mars 1956)12. Pour chacune d’elles, un travail préliminaire effectué sur l’ensemble des données CVR13 a permis le repérage de l’environnement masculin. Ainsi organisée, la recherche permet d’étudier de façon dissociée et comparée les parcours des femmes « libres » de leur choix (célibataires, veuves, divorcées) et ceux de celles dont l’engagement participe – ou non – d’un engagement familial. Dans ce deuxième cas, nous avons cherché à prendre la mesure de l’autonomie de l’engagement de la femme dans le couple.

12Le propos de cette communication s’organise autour de trois axes majeurs. En premier lieu, un portrait de groupe des résistantes du Nord, qui autorise la mise en évidence des spécificités de la résistance au féminin dans le Nord. Les caractéristiques globales, de même que certains facteurs de diversification des parcours résistants féminins seront présentés ensuite. Enfin, un troisième temps sera centré sur une analyse de l’autonomie de l’engagement résistant au féminin.

Portrait de groupe : le profil de la résistante du Nord

  • 14 Chiffres cités par C. Andrieu, op. cit, p. 74-75
  • 15 M. Luirard, « Réflexions sur l’engagement dans la Résistance en zone Sud. Le cas de la Loire », da (...)
  • 16 M. Gobert, Entrés en Résistance. Isère. Des hommes et des femmes dans la Résistance, Presses Unive (...)

13D’abord un constat : Avec près de 950 femmes ayant obtenu la fameuse carte verte, soit 12 % du total, les femmes pèsent relativement lourd dans la Résistance du Nord. Le chiffre de 12 % fait partie de la fourchette haute des chiffres donnés pour d’autres départements. Il est proche de celui que l’on trouve dans la Manche, l'Ile et Vilaine ou le Calvados, et nettement supérieur aux taux observés dans des départements du Sud14 (8 % dans l’Aveyron, 6,8 % dans la Loire15 et même 5 % dans l’Isère16).

14Dans une région marquée par l’absence de maquis, par la précocité comme par la forte diversité des engagements, le rôle des femmes a été plus visible et d’emblée mieux considéré. D’ailleurs, le poids relatif des femmes dans la résistance, calculé pour les deux premières années d’attribution, est encore supérieur : il avoisine 17 %, ce qui témoigne d’une meilleure appréciation du rôle des femmes par les contemporains de la période résistante.

  • 17 La commission départementale qui statue sur le dossier de demande établit une période d’activité r (...)

15Loin des images d’Epinal, la femme résistante du Nord est une femme d’âge mûr : la moyenne d’âge, établie à l’entrée en résistance reconnue17, s’établit à 39 ans. Il faut noter que l’âge n’est pas une variable permettant de différencier nettement hommes et femmes. Chez les hommes, comme chez les femmes, la moitié des résistants a entre 30 et 50 ans.

  • 18 Annuaire Statistique régional, INSEE 1951, Arch. dép. Nord, BA 8930

16Une analyse plus fine des pyramides des âges de la population résistante, comparées avec la pyramide des âges de 193618, permet cependant de mettre en évidence deux spécificités de la population féminine résistante du Nord.

  • 19 C. Boussemart, L’échappée belle. 1936, les Ch’tis à l’assaut des loisirs, Editions Publi-Nord, 198 (...)

17En premier lieu, on observe une surreprésentation beaucoup plus nette chez les femmes que chez les hommes de la classe des 20-29 ans. Ces jeunes femmes sont celles qui ont connu le vent de liberté des années trente, « l’échappée belle » pour reprendre l’expression de C. Boussemart19, les auberges de jeunesse et plus généralement le développement des mouvements de jeunesse, quelle qu’en soit l’obédience. Cette première émancipation – et ce premier partage d’activités avec les éléments masculins -, jointe à une éventuelle première expérience militante initiée dans les années trente, peut être mise en relation avec l’engagement résistant des jeunes femmes. Comme en témoigne Jeannette Thorez-Vermeersch lorsqu’elle évoque son adhésion aux Jeunesses Communistes, l’engagement militant d’une jeune fille représente un saut qualitatif dans l’inconnu, et une rupture avec les rôles attendus :

  • 20 J. Thorez-Vermeersch, La vie en rouge, Mémoires, Paris, Belfond, 1998, p. 33.

« Les disputes se succédèrent avec mes aînés toujours persuadés que je déshonorais notre famille avec mes « réunions à quarante garçons ». Finalement, je réclamais ma liberté à maman. Je ne supportais plus que mes frères se croient autorisés à me battre ou à m’empêcher de militer à cause de leurs idées étriquées sur ce que devait faire ou ne pas faire une fille »20.

  • 21 Expression utilisée dans la presse de l’après-guerre dans le Nord. La presse fustige aussi à l’occ (...)
  • 22 Le récit, romancé, de la vie de Louise de Bettignies, a été publié en 1924. A. Redier, La guerre d (...)

18À l’opposé, on note un rôle important des femmes de plus de 50 ans dans la Résistance – même si la catégorie des 50-59 ans a un poids relatif bien moindre dans la pyramide des âges résistante que dans la pyramide générale –, quand les hommes du même âge sont sous représentés, eu égard à leur poids dans la population totale. Cette génération est celle qui a connu le premier conflit mondial en adulte, mais de façon inégale selon les sexes. Les jeunes femmes étaient alors sur le second front, ce qui, dans le Nord occupé a signifié la confrontation directe avec l’Occupant, et son corollaire, le travail des femmes à son service... D’ailleurs, dans l’immédiat après-guerre, l’imaginaire collectif opposera l’image positive du jeune résistant récalcitrant (le « brassard rouge », refusant le travail pour l’ennemi, et enrôlé de force dans un bataillon disciplinaire) à celle des femmes « embôchées »21 par l’ennemi. Mais dans les années qui suivent la guerre, la mémoire collective va entretenir le souvenir d’une résistance au féminin, dont l’héroïne, Louise de Bettignies, a une aura qui dépasse largement les frontières régionales. Jeanne Bohec, par exemple, raconte que le récit des « aventures » de Louise de Bettignies et Léonie Vanhoutte a bercé son adolescence.22

  • 23 ODAC, Dossier CVR 50

19Il n’est donc pas surprenant de trouver, parmi les résistantes de 40, des femmes résistantes de la première occupation. Citons l’exemple de cette restauratrice, âgée de plus de 60 ans, médaillée de la Reconnaissance Française 14/18 pour avoir « au péril de sa vie, hébergé et ravitaillé des soldats français et alliés », et qui s’engage à nouveau en 1940. Son engagement prend alors à nouveau la voie de l’aide apportée aux soldats (anglais, américains) comme aux soldats de l’ombre23.

  • 24 J. Sainclivier, « Les débuts de la Résistance en zone occupée : essai de typologie », dans J.-M. G (...)

20Le caractère précoce de l’engagement des femmes est largement imputable au souvenir de la première occupation. Selon les dates reconnues par l’administration, près de 25 % des femmes résistantes se sont engagées en 1940 ou 1941. Les dates d’engagement mentionnées par les résistantes elles-mêmes sont nettement antérieures, et leur prise en compte donne un engagement résistant effectué 1940-1941 pour 58 % d’entre elles. La distorsion entre les deux données s’explique aisément, les femmes faisant état d’une première résistance qui est rarement –sauf si elle est sanctionnée par la répression– reconnue par l’administration. Essentiellement « individuelle et spontanée », c’est une résistance dominée par le soutien apporté aux soldats anglais restés sur le territoire : hébergement, assistance, fourniture de vêtements, de papiers, passage. Elle est la matrice des activités résistantes dans lesquelles les femmes seront ultérieurement employées, et en ce sens peut être qualifiée de « préorganisationnelle »24 : permettre l’activité clandestine en abritant les hommes, les matériels, les chefs des organisations, les armes, les postes émetteurs...et donc, faire entrer la Résistance dans le foyer.

  • 25 Le dossier de demande de la CVR ne demande pas expressément de renseignement relativement aux enfa (...)

21Les études portant sur d’autres régions ont mis en évidence le fait que la situation maritale, comme la charge d’enfants, n’avaient en aucun cas été des freins à l’entrée en résistance. Cela se vérifie dans le Nord, où les femmes mariées représentent plus des 2/3 des résistantes. Autant que l’on puisse en juger25, ces femmes ont souvent fondé une famille. En outre, le poids des « ménagères », c’est-à-dire des femmes n’occupant aucune profession dans la terminologie de l’époque, est important, puisqu’il représente près de 50 % des femmes résistantes. La femme résistante serait donc une femme mariée et dépendante...

22Les choses sont plus complexes cependant : en premier lieu parce que les femmes mariées sont, de fait, pour plus d’un tiers d’entre elles, privées de mari prisonnier ou tué, ou seules en résistance. Nous avons donc affaire pour une part à des femmes mariées, chefs de famille de fait, ayant effectué un choix résistant en toute indépendance.

  • 26 Le Nord se signale dans l’entre-deux guerres par un sous-emploi féminin conséquent. En 1936, le ta (...)

23Par ailleurs, si les femmes mariées sont le plus souvent ménagères, les femmes actives comptent pour moitié dans la population résistante féminine (50,6 %). Ce taux d’activité, proche de la valeur observée pour la France entière, est très largement supérieur aux taux d’activité féminins observés dans le Nord dans l’entre-deux guerres26. La population résistante féminine se caractérise donc aussi par la surreprésentation des femmes actives, donc de celles qui ont gagné une indépendance matérielle et sociale.

24La Résistance au féminin semble donc partie liée tant à la solidarité de l’engagement de couple, qu’à l’autonomie de l’engagement singulier.

Les parcours résistants féminins : derrière l’uniformité, la diversité

  • 27 J.-P. Azema, De Münich a la Libération, 1938-1944, Paris, Seuil, 1979, p. 169.

« La mémoire collective retient généralement du résistant une image confuse où s’entremêlent l’agent secret, le justicier ou le hors-la-loi qui tiennent de l’acteur de western, du chevalier sans peur et sans reproche faisant sauter mitraillette au poing, un nombre incalculable d’usines et de trains. Certes, il y eut bien des épisodes étonnants, voire rocambolesques, mais ils étaient l’exception »27.

25Formulée à propos des hommes résistants, la mise en garde vaut paradoxalement pour les femmes. Elle renvoie à la nécessité de se méfier d’une appréciation du rôle résistant des femmes à l’aune d’une hypothétique - et le plus souvent légendaire - geste épique masculine.

  • 28 C. Andrieu, op. cit., p. 76
  • 29 D. Kielemoes, Les femmes et la vie politique dans le Nord 1919-1939, mémoire de maîtrise, Universi (...)
  • 30 C. Lacour-Astol, Femmes et lutte sociale : de l'après-guerre au Front populaire (1919-1936), mémoi (...)

26Les chemins qui mènent à la Résistance sont rarement, dans le cas des femmes, tracés par un engagement militant antérieur. À l’échelle nationale, l’engagement politique des femmes avant-guerre est quasi inexistant : 3 % de femmes à la SFIO, 0,1 % au Parti radical.28 Aussi l’entrée en résistance des femmes représente-t-elle un saut qualitatif dans l’inconnu de la plus grande importance... Le Nord se singularise cependant par un engagement militant, certes très minoritaire, mais plus significatif des femmes. Elles représentent 1 % des effectifs communistes29 et occupent au sein du parti des postes de décision quelles n’ont pas ailleurs, elles représentent quelque 5 % des effectifs militants de la SFIO30. Les combats des années trente – combats ouvriers, et en particulier les grandes grèves de 1931, mais aussi combats politiques- auxquels les femmes se sont associées représentent une première expérience du refus et de l’engagement. Cette culture politique, associée à l’héritage de la première occupation, explique que pour la plupart des résistantes, le refus de l’occupant soit allé « de soi ».

  • 31 ODAC, Dossier CVR 320. Voir aussi P. Manie, Récit de vie. Martha Desrumeaux. Femme, ouvrière, synd (...)
  • 32 Fille de Gustave Devernay, l’un des fondateurs du Parti Ouvrier Français à Lille. Engagée dans la (...)
  • 33 Arch. dép. Nord, Μ 154/195B. dossier Suzanne Cagé. Et le Dictionnaire biographique du mouvement ou (...)
  • 34 Interview Yvonne Abbas, octobre 2001.

27Les militantes communistes d’avant-guerre jouent un rôle moteur dans la première résistance, et elles sont à l’origine des premières tentatives d’organisation des femmes. C’est particulièrement le cas de l’une d’elles, qui a acquis une stature nationale avant 1939, seule femme membre du Comité central du Parti Communiste dès 1929 : Marthe Desrumaux. Chargée de l’organisation des FTPF dans le Nord, elle est très rapidement impliquée dans des attaques armées. Objet de surveillance dès les débuts de l’occupation, elle est arrêtée en août 1941, internée et déportée.31 D’autres militantes peuvent être citées : aguerries comme Madeleine Devernay32, Suzanne Cagé33, ou des plus jeunes, qui ont rejoint les rangs de l'Union des Jeunes Filles de France dans l’immédiat avant-guerre, telle Yvonne Abbas34...

28Pour elles, comme pour celles, très majoritaires, dont l’engagement résistant est une première, l’engagement se caractérise par son évidence comme par sa spontanéité. Cette résistance placée sous le sceau de l’immédiateté va trouver son prolongement dans l’adhésion à une résistance organisée.

29En effet, le parcours le plus fréquent des femmes résistantes répond à un schéma simple : un engagement individuel qui se fond dans une résistance structurée. Les femmes, ayant acquis une certaine expérience résistante, intègrent un réseau de solidarités initialement informel, en étant recrutées, par le chef local, par des « sœurs » en résistance, ou par leur époux. L’une des caractéristiques des trajectoires de femmes tient ainsi au fait qu’elles ont été sollicitées. Si le terme de fonctionnalité résistante vaut pour les femmes, il désigne tout autant la résistance fonctionnelle des dactylos ou autres employées, des tenancières de débit – toutes « bien placées » du point de vue des besoins résistants -, que le savoir-faire démontré par la première résistance des femmes.

30La forme organisée de la Résistance que les femmes du Nord ont majoritairement rejointe est celle du réseau. Dans le cadre du corpus qui a été défini, centré sur les premières années de délivrance de la CVR, l’obtention de la carte au titre de l’appartenance aux FFC (Forces Françaises Combattantes) représente 47 % des cas. De plus, si l’on recherche l’organisation à laquelle appartenaient les femmes attributaires de la CVR en tant que DIR (Déporté Interné Résistant), on obtient une part de FFC de 67 %. Ce choix écrasant du réseau s’est, dans le Nord, pour l’essentiel, porté sur le réseau « Sylvestre Farmer ».

31Le passage dans la résistance organisée, y compris militaire, ne modifie pas les rôles joués dès l’abord par les femmes en résistance ; il les diversifie. Le renseignement devient une activité dominante : dans les activités citées par les femmes, c’est celle qui occupe le second rang après l’hébergement. Soulignons qu’à l’égal des résistants de la première heure, l’activité résistante des femmes se caractérise dès lors par le cumul des rôles, lequel porte considérablement atteinte à la moindre visibilité de l’engagement féminin, et donc à sa relative sécurité.

32C’est sans doute l’une des raisons qui explique la formidable répression qui décapite les rangs féminins.

33Parcours dans l’ensemble sans « épisode rocambolesque ». Sans changement de région (les résistantes contraintes de quitter le Nord pour des raisons de sécurité représentent moins de 3 % de l’effectif), marqué par de faibles passages dans l’illégalité, le parcours féminin paraît linéaire.

  • 35 ODAC, Dossier CVR 1228.

34Dans certains cas, il s’inscrit dans une longue durée exceptionnelle. Par exemple, Léa B. gérante de halte-SNCF a pu durant toute la période de l’occupation, héberger et renseigner pour le compte du réseau Alibi, du 1 juillet 1940 au 30 septembre 44, soit une période d’activité reconnue de 1552 jours !35

  • 36 Le calcul est établi à partir des 150 cas de femmes pour lesquelles la commission de validation co (...)

35C’est évidemment l’exception qui confirme la règle du parcours résistant de moindre durée puisque l’activité résistante s’établit en effet à 560 jours36, ce qui est déjà remarquable à l’aune des critères administratifs. En effet, la durée minimale de service exigé pour pouvoir prétendre à la CVR est de 90 jours, avant le 6 juin 44.

  • 37 ODAC, dossiers CVR 260, 1178, 1183, 1196, 2481, 3029.

36Cette longévité de l’activité résistante féminine ne doit cependant pas masquer le poids de la répression qui frappe les rangs féminins. L’arrestation concerne en effet 46,8 % du corpus. Elle ne représente pas nécessairement un coup d’arrêt porté à l’activité résistante, soit parce qu'elle se solde par une libération faute de preuves, soit, plus fréquemment, parce que l’internement de durée variable qui lui succède, s’inscrit comme une parenthèse dans l’activité résistante. Néanmoins, l’arrestation peut aussi marquer le terme de l’activité résistante. Dans certains cas, l’arrestation, particulièrement précoce, est suivie d’un internement, au terme duquel on ne trouve plus mention d’activité résistante. La remarque vaut par exemple pour six femmes du groupe local de résistance « de la forêt » créé par Jules Lamy, région d’Orchies. Arrêtées dès novembre 1940 pour quatre d’entre elles, et qui, à l’issue de leur internement (d’une durée variant de 140 à 730 jours), elles semblent avoir cessé toute activité à l’issue de leur internement dont la durée varie entre 140 et 730 jours37. Dans plus d’un cas sur deux, l’arrestation et l’internement sont suivis de la déportation (24,8 % des résistantes ont été déportées).

  • 38 ODAC, dossier CVR 49
  • 39 ODAC, Dossier CVR 3.

37Le rythme des arrestations épouse celui de l’activité répressive dans le Nord. L’année 1943 est marquée, comme pour les hommes, par un pic (plus d’un tiers des arrestations). Il faut cependant souligner la précocité des arrestations, corrélative à la précocité des engagements. De façon exceptionnelle, certaines résistantes se signalent par un temps de répression endurée d’une durée remarquable. Arrêtée le 22 septembre 1940 pour hébergement de soldats anglais, Louise E, de Lille passe un peu plus d’un mois en prison puis est déportée le 15 novembre 1940. Elle est rapatriée le 20 mai 45.38 La pénibilité de la déportation transparaît dans la mention des maladies ou infirmités qui lui sont liées. Mais la pudeur prévaut dans le témoignage, et la plupart des dossiers masquent la violence subie derrière des appellations administratives, comme l’invalidité ; rares sont celles qui, à l’instar de « Wanda » – âgée de 54 ans au moment de son arrestation–, évoquent de façon précise les coups qui ont accompagné les interrogatoires : « main, épaule gauche, luxation des côtes, dents brisées »39.

  • 40 Arch. dép. Nord, Cabinet du Préfet, 1 W 1848-1880, Arrestations par les allemands. Fiches et dossi (...)

38Face à la répression, les femmes sont en situation de risque plus important encore que les hommes. Elles prennent en effet le risque d’une arrestation liée à leur propre action résistante, mais s’y adjoint celui de l’action résistante – qu'elle y soit associée ou non – de leur mari. Les cas sont fréquents en effet où, faute de pouvoir arrêter celui-ci, les autorités allemandes arrêtent celle-là « en lieu et place » du premier40. Aussi, les résistantes ne sont-elles pas égales face à la répression. Celles qui sont entrées « seules » en résistance – célibataires, veuves, divorcées-se signalent par la plus faible répression dont elles ont fait l’objet : elles sont arrêtées à concurrence de 34 % (contre 46,8 % pour l’ensemble des femmes), et déportées pour 21,5 % (contre 24,8 % pour l’effectif total).

39Pourtant, ce sont elles qui offrent des parcours résistants que l’on aurait estimés à priori plus « risqués ».

40En effet, c’est parmi elles que l’on trouve les parcours les plus diversifiés par le choix des organisations de résistance. Nombre d’entre elles s’engagent dans plusieurs organisations successivement ou en parallèle. Ainsi, Louise B, de Roubaix, s’engage-t-elle dans un premier temps dans le réseau Kleber (groupe Thibaut) dès août 1940. En 1943, elle « passe » au réseau Mithridate dans lequel elle reste jusqu’à la fin du conflit. Ce changement marque une évolution dans son parcours résistant puisqu’il s’accompagne d’une modification de statut. Dans le 2e réseau approché, elle devient chargée de mission 1e classe ce qui correspond au grade de capitaine. L’itinéraire résistant s’est accompagné d’une évolution qui vaut promotion.

41Parmi elles aussi, et les deux remarques se confortent, qu’on trouve celles pour lesquelles la résistance va autoriser un tournant radical. Certaines embrassent la carrière militaire à l’issue du conflit : l’une d’elles, célibataire et dactylo pendant le conflit, s’engage dans les FTPF et signe un engagement volontaire le 1er septembre 1944, comme soldat de 2e classe. Une autre, jeune étudiante en lettres, devenue secrétaire à l’occasion du conflit, travaille à la Libération pour l’Etat Major de la 2e région aérienne, choisit de s’engager dans l’armée de l’Air, et, sous-officier de carrière, s’envole pour Washington et l’ambassade de France.

42Enfin, c’est dans ce groupe que les activités résistantes propres aux parcours masculins sont relatées : participation à des sabotages, à des « coups de main », ou participation armée aux combats de la libération. Cette résistance qui, par bien des aspects, se rapproche davantage de la représentation traditionnelle de la résistance masculine, est le fait de femmes qui ont le sentiment de jouer un rôle nouveau, lequel se situe dans le prolongement d’une indépendance acquise avant-guerre – c’est dans ce groupe que le taux d’activité féminine est le plus élevé (il atteint 72 %) –, ou affirmée à l’occasion du conflit. Pour autant, il faudrait affiner la recherche car l’absence d’engagement conjugal ne signifie pas que ces femmes s’engagent sans « référent » familial. À titre d’exemple, parmi elles, figurent 18 jeunes filles qu’il est possible de rattacher à un père, ou aux deux parents, résistants.

43Cette dernière remarque invite à prolonger la réflexion sur la situation du couple en résistance.

La résistance des femmes mariées : entre choix et consentement

44Comme nous l’avons précisé en introduction, il importe de chercher à analyser les parcours féminins « au sein » de la structure familiale. Cette démarche met immédiatement en évidence un des traits de la guerre : la dissociation des trajectoires au sein du couple. En effet, si les femmes mariées dominent très largement le groupe résistant, elles apartiennent, en fait, à deux groupes d’importance inégale. Le premier est celui des femmes dont l’époux partage l’engagement résistant (la formulation prend volontairement le contre-pied de la formule d’usage...). Ce sont les « résistantes dans le couple ». Le second groupe est formé de femmes mariées dont l’époux s’avère non concerné par la reconnaissance, ce sont les « résistantes hors du couple ». Il s’agit vraisemblablement de femmes de prisonniers de guerre, mais aussi de femmes dont l’époux ne s’est pas engagé. S’il est impossible en l’état actuel des recherches de déterminer exactement les raisons de cette « absence », l’existence de ce groupe –d’une importance numérique certes inférieure au premier mentionné mais non négligeable –, oblige à prendre acte d’une autonomie de fait des femmes.

45Le cas des « résistantes hors du couple », libres de fait, est difficile à appréhender. Rien ne vient distinguer leur engagement résistant de celui que nous avons dépeint pour l’ensemble des femmes. L’entrée en résistance ne s’inscrit pas, dans leur cas, dans une logique d’autonomie précédemment acquise : les femmes actives y sont autant représentées que chez les « résistantes dans le couple », les « ménagères » à peine moins. Leur engagement s’effectue majoritairement dans les réseaux, mais de façon nettement moins significative que pour l’ensemble du corpus. Aussi peut-on déceler une plus forte présence dans les organisations de résistance qui seront reconnues au sein de la Résistance Intérieure : Voix du Nord surtout, les FFI, et en particulier les FTPF. Cela inciterait à supposer un recrutement de proximité, fondé sur le voisinage ou les connaissances. En outre, le fait que l’hébergement ait constitué une activité exclusive pour une part non négligeable d’entre elles (17 % contre 7 % pour l’ensemble des résistantes) conforte l’hypothèse d’une activité résistante liée à la disponibilité qu’elle tienne à la solitude de fait, ou à la moindre exposition du foyer non impliqué en Résistance.

  • 41 Voir O. Wieviorka, « Pour une lecture critique de l’engagement résistant : l’exemple de Défense de (...)

46Dans la plupart des cas, les parcours résistants de ces femmes se fondent dans le modèle, celui de l’appartenance, majoritairement, à une seule organisation (pour plus de la moitié d’entre elles). Par ailleurs, c’est au sein de ce groupe que l’enracinement est le plus significatif41, et que l’âge moyen à l’entrée en résistance est le plus élevé. Tous ces éléments sous-tendent l’hypothèse d’une entrée en résistance liée à l’existence de relations fondées sur l’adversité qui rapproche les femmes ou sur des solidarités forgées dans l’enracinement local.

47Un point commun unit de façon manifeste ces femmes qui ont effectué le « saut dans l’inconnu » que représente l’engagement résistant : la répression dont elles ont été l’objet. Pour elles, le poids des arrestations atteint 63 %, et celui de la déportation 35 %. L’écart constaté avec le sort des femmes « libres » évoquées précédemment laisse à entendre que celles-ci ont mis à profit leur indépendance pour déjouer la répression. Mis en perspective avec la situation des « résistantes dans le couple », le différentiel de répression qui frappe les femmes « francs-tireurs » de l’engagement conjugal interpelle sur le rôle protecteur éventuel de l’homme dans le couple.

  • 42 Pour plagier la formule de Michelle Perrot « L’histoire comprend une force considérable de dénégat (...)

48La référence à l’engagement résistant du conjoint est fréquente dans les rapports d’activité rédigés par les « résistantes dans le couple ». En revanche, on est frappé par le silence qui prévaut dans la parole masculine. Peu ou pas de référence à l’action de la conjointe, et ce silence peut valoir dénégation42.

49Une remarque cependant : le rapport d’activité renseigné par le postulant à l’attribution de la CVR est un exercice difficile. Il faut parler de soi, de son action. De nombreux signes trahissent les réticences des femmes à se plier à cet exercice de style : l’incapacité à dire « je », l’utilisation de la troisième personne, l’élimination totale du sujet par la forme passive, le caractère lapidaire du compte rendu... De plus, s’il est d’usage qu’une femme évoque l’action de son mari, la réciproque ne l’est pas et heurte même les attendus sociaux. Le silence de la plupart des dossiers masculins relativement au sort des épouses s’explique certainement aussi par une gêne à faire état de faits qui relèvent de la sphère privée.

  • 43 Réseau franco-anglaise du Capitaine Michel, ou réseau Sylvestre-Farmer.
  • 44 ODAC, dossiers CVR 484 et 485.

50Pour témoignage de cette difficulté, je citerai l’exemple d’Augustin C, instigateur d’un petit groupe de résistants, qui est contacté par le commandant Malfait, et accepte le ralliement de sa formation à l’OFACM43. Le cinquième membre du groupe qu’il commande n’est autre que sa femme, mais il y fait référence en usant de son nom de jeune fille. Au terme de son long rapport pourtant, il accole aux côtés du nom la mention « mon épouse », précisant qu'elle était « porteuse des charges d’explosif » lors du sabotage dont il vient de faire état.44 La mention est quasi fortuite, mais a la charge d’une confidence.

51Le poids numérique des « résistantes dans le couple » oblige à forcer le silence et l’opacité qui masquent leur action.

  • 45 ODAC, dossiers CVR 415, 416, 417

52Cette résistance du foyer peut impliquer la nébuleuse familiale dans sa totalité. Dans la plupart des cas est reproduite en résistance la répartition des rôles en vigueur dans la famille. Pourtant, la résistance est aussi l’occasion d’une possible redéfinition des rapports hiérarchiques internes à la famille, comme l’atteste l’exemple de ce père – engagé en résistance avec son épouse et ses trois fils – qui s’affirme « sous les ordres de son fils » (le fils aîné), chef d’un groupe FTPF dans lequel il semble avoir impliqué le clan familial conçu au sens large (sa famille, mais aussi celle de sa tante)45

53La Résistance peut donc être l’occasion d’une redistribution des rôles. Dans la plupart des cas cependant, il n’en est rien, et c’est le père, seul chef de famille, qui est posé en initiateur de l’engagement familial.

54Plusieurs traits caractérisent l’engagement en résistance du couple. En premier lieu, le fait que les deux membres du couple, au rebours de toutes les règles de prudence, sont dans plus de la moitié des cas engagés dans la même organisation. La date d’engagement reconnue est souvent la même, parfois légèrement antérieure au profit du mari, ce qui conforte l’idée d’un engagement – dans la résistance organisée – impulsé par celui-ci, la femme rejoignant l’organisation élue par son conjoint.

  • 46 Arch. dép. Nord, Cabinet du Préfet, décorations, 170 W 71058-71067

55Son activité est alors posée comme une activité qui va dans le sens du soutien apporté à celle de son mari, cette remarque valant d’autant plus que celui-ci occupe une fonction de décision au sein des organisations résistantes. C’est certes affaire de regard porté sur le rôle des femmes à une époque donnée. Dans ce sens, les textes de propositions pour l’attribution de décoration aux femmes (en particulier de la Médaille de la Résistance46) sont éloquents. La formule récurrente déclinée à l’envi est en effet :

« A efficacement aidé son mari dans sa tâche... A apporté un soutien efficace à son mari dans son action... A apporté une aide précieuse... »

56Il faut cependant se garder de tout anachronisme et souligner à quel point ce rôle est intériorisé par les femmes elles-mêmes. Nombre d’entre elles, dont les maris occupent des fonctions de décision au sein des organisations résistantes, se posent en « secrétaires », en « adjointe » ou encore en « seconde » de leur mari. Leur action est certes subordonnée à celle de leur époux, mais, loin de représenter une soumission stérile, cette subordination est vécue comme une association.

57Ainsi, dans le rapport qu'elle fournit de son activité résistante, Marguerite G. de Tourcoing, veuve d’un lieutenant tombé lors des combats de la Libération, témoigne, par la répétition, de sa solidarité dans faction :

  • 47 ODAC, dossier CVR 2000

« Recherche d’armes avec mon mari [...] renseignements divers remis à mon mari [...] aide à mon mari pour diffusion à Londres de renseignements militaires [...] Ai aidé mon mari pour son travail de sabotage [...] ».47

  • 48 ODAC, dossiers CVR 54 et 67
  • 49 ODAC, dossiers CVR 502 et 503
  • 50 Groupe fondé à Roubaix dès l’été 40 par le Docteur Guislain. Voir E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nor (...)
  • 51 ODAC, dossiers CVR 53, 1518

58Le respect de la distribution sexuée des rôles doit donc être nuancé, tant dans les représentations, que dans les actions menées. La résistance du couple semble avoir été vécue dans de nombreux cas comme un choix du couple, solidairement, et en conscience. Cette communauté résistante que fonde alors le couple se lit dans certains pseudonymes : le chef régional de Bordeaux-Loupiac et son épouse sont « Monsieur Antoine » et « Madame Antoine »48 ; un couple de vieux lillois, fraîchement mariés, a opté pour « Voltaire I », « Voltaire II »49... La similitude totale des attestations fournies pour les deux membres du couple par les organisations résistantes traduit aussi cet engagement partagé. Dans ce cas, l’activité résistante peut être absolument identique (la situation est repérée dans 22 cas), et l’égalité des rôles, totale. Le cas d’un couple d’Hellemmes illustre pleinement cette situation : même organisation (Action4050), même date d’engagement, mêmes activités exercées (hébergement, fourniture de faux papiers, et distribution de tracts et journaux), même répression (à ceci près qu'elle est arrêtée une quinzaine de jours avant lui). Dans ce cas, le partage de l’engagement et des rôles résistants va jusqu’au brouillage de l’identité sexuée, symbolisé par le choix de pseudos « mixtes » : il est « Camille », elle est « Gaby »51.

  • 52 ODAC, dossier CVR 499
  • 53 ODAC, dossiers CVR 932, 933.

59La distribution des rôles dans le couple peut aussi se fonder sur la complémentarité, fonction des compétences que chacun peut mettre à disposition de la Résistance. Dans un couple, lui, employé à la SNCF va à la recherche du renseignement ; c’est sa femme, commerçante, qui transmet52. Dans un autre, elle prend en charge le secrétariat, quand, lui, aide comptable, s’emploie au codage53.

60Mais la distribution des rôles traduit aussi le déséquilibre des rapports sociaux de sexe. Dans certains cas, la relation au sein du couple en résistance est strictement hiérarchisée : il est chef de groupe, ou agent de renseignement ; elle est ménagère, et est sollicitée pour abriter la résistance, faire le lien entre les groupes, entreposer des armes... en somme pour autoriser la résistance à faire intrusion dans le foyer. C’est dans ce cadre-là que certaines formulations utilisées par les résistantes trahissent le sentiment d’une résistance imposée. Ainsi, de celle-ci :

  • 54 ODAC, dossier 892

« Mon mari, X, recruté par le commandant Malfait en mars 1943 pour le réseau Action Sylvestre de l’OFACM, j’ai eu un dépôt d’armes et d’explosifs chez moi, et plusieurs théories et démonstrations d’armes eurent lieu à mon domicile. Le 12 janvier 44, je fus arrêtée par la Gestapo ainsi que mon mari et ma fille... »54

61Pas une mention n’est faite dans cette présentation d’une action délibérée et individuelle... Pourtant, celle qui expose brièvement son itinéraire a elle-même été agent du réseau rallié par son mari. L’omission relative à son propre engagement, et le lien de causalité exprimé entre action de l’époux et répression donne le sentiment que si la résistance a été consentie, elle n’a pas forcément été partagée, et même éventuellement subie.

  • 55 ODAC, dossier 82

62L’exposé présenté par une autre résistante, articulé de manière identique autour de l’action de l’époux (constitution d’un dépôt d’armes) — seulement constatée par sa femme : « je n’ignorais rien de ce que faisaient mon mari et mes enfants », exclue de la décision - et de sa résultante répressive (arrestation du couple, épouse internée et déportée, époux fusillé) apporte un éclairage sur ces exceptionnelles fausses notes dans le discours résistant. Ici, c’est clairement le sacrifice imposé qui est dénoncé, et c’est à l’aune de la perte du mari qu’est jugée la prise de décision unilatérale.55

63Même s’il convient d’intégrer l’autocensure qui innerve le discours de celui qui prétend à la reconnaissance officielle, l’extrême rareté de ces discours discordants (les deux cas cités ci-dessus) doit être soulignée.

64Pour finir ce rapide tour d’horizon des divers rapports au sein du couple résistant, il importe d’exposer le cas singulier des couples dans lesquels la femme va être reconnue comme l’instigatrice, voire comme la seule résistante.

  • 56 ODAC, dossiers CVR 741, 742

65Un gardien de la paix de Wattrelos, appelé à jouer de toute la palette des rôles résistants (depuis le passage, en passant par le dépôt d’armes, le recrutement, le sabotage et la participation aux combats de la Libération) débute de manière singulière son descriptif d’activité en indiquant : « recruté par ma femme et par le Capitaine Michel »56. La mention, surtout si l’on considère l’ordre dans lequel elle est formulée, vaut hommage, d’autant que l’engagement en résistance de sa conjointe ne précède le sien que de deux semaines. C’est le seul cas repéré dans lequel le résistant place son engagement dans le sillage de celui de sa femme.

66Nous avons par ailleurs mis en évidence quatre cas dans lesquels l’activité résistante de la femme a été reconnue, quand celle de l’époux était jugée insuffisante, par des commissions pourtant peu suspectes de soutien inconditionnel aux dossiers féminins. Dans deux de ces cas, le différentiel de répression (internement dans le cas de la femme, activité résistante masculine non réprimée) suffit à justifier la disparité de traitement, qui tient donc à une différence de statut. L’essentiel est ailleurs : deux de ces cas comportent une appréciation sur la relation entre époux en résistance. L’une indique avoir toujours agi « sous les ordres de son mari », quand l’autre stipule : « responsable au même titre que mon mari » ! L’activité résistante de l’un comme de l’autre n’ayant pas été reconnue, - et sans entrer dans de vaines considérations sur les critères d’appréciation des commissions de validation - ces deux remarques invitent pour le moins à la circonspection...

67Ces quelques cas de divergence de traitement homme/femme - qui représentent approximativement 2 % des dossiers de résistantes, dans le sens d’un déséquilibre femme reconnue/homme refusé - illustrent encore à quel point la question de la redéfinition des rapports de couple en Résistance est complexe.

  • 57 E. Terrenoire, op. cit., p. 8.

« À l’origine, la Résistance fut spontanée, instinctive, individuelle ! Dans cette réaction immédiate, les femmes furent sans doute plus nombreuses que les hommes »57

68L’exemple de la résistance féminine dans le Nord permet de conforter, en le nuançant, ce postulat formulé, dans l’immédiat après-guerre, comme une exigence de reconnaissance et donc placé sous le sceau de l’exagération. Pour autant, la précocité de l’engagement résistant tient ici largement du contexte régional, et ne peut être tenue pour un trait exclusivement féminin.

  • 58 C. Andrieu, op. cit.,.p. 85
  • 59 L. Douzou, « La Résistance, une affaire d’hommes ? » dans F. Rouquet, D. Voldman, (dir.) dans Iden (...)

69En revanche, l’analyse des parcours résistants féminins met en évidence leur diversité que la seule étude des rôles féminins aurait tendance à minorer. Si les femmes sont majoritairement impliquées dans la logistique de la Résistance, leurs itinéraires divergent tant par le choix des organisations, que par leur éventuelle évolution dans la hiérarchie résistante. En outre, l’attention portée à l’autre Résistance, celle du foyer58, montre que la frontière entre « résistance au cœur du foyer », « résistance au seuil de la porte » et « saut dans l’inconnu »59, pour reprendre les expressions utilisées par L. Douzou, a un tracé difficilement repérable. Dans le Nord, la résistance féminine reconnue, quand elle est militaire, se concrétise aussi le plus souvent par une résistance au sein du foyer. Par ailleurs, si l’engagement résistant des femmes « seules » a pris les voies du saut manifeste dans l’inconnu – au sens où les résistantes y ont mené « une vie d’homme »-, la portée du saut doit être nuancée par le fait que leur engagement s’inscrit dans la continuité d’une indépendance largement formatrice pour l’expérience résistante. Le parcours des femmes « hors du couple », alors qu’il est dans la continuité des rôles traditionnels et prend souvent la voie d’une résistance au foyer, s’avère, au final, celui qui a représenté la rupture la plus manifeste : véritable affranchissement, il s’accompagne de la sanction d’une répression redoutable. Enfin, l’itinéraire en résistance des femmes « dans le couple », s’il corrobore l’hypothèse de la reconduction, dans la Résistance, des rapports sociaux de sexe, invite à considérer ceux-ci avec nuance. Plus que de rapports de domination, la communauté résistante que constitue le couple, donne à voir des rapports fondés sur l’association, éventuelle étape vers l’affirmation d’une autonomie dans le couple.

Annexes

Annexe : Données relatives aux femmes résistantes du Nord

Les pourcentages s’entendent toujours au prorata du groupe concerné, et lorsqu’il existe, en soustrayant le groupe « indéterminé ».
(1) : Femme reliée avec son époux ou futur époux
(2) : femme reliée avec son époux et ses enfants
(3) : femme reliée avec ses enfants
(4) : femme reliée avec l’un ou l’autre de ses ascendants, ou les deux
(5) : femme reliée avec son frère ou sa sœur
(6) : femme reliée avec un membre de la famille élargie.

Notes

1 S. Ravanel, L’esprit de résistance, Paris, Seuil, 1995, p. 21.

2 Émilienne Moreau-Evrard est l’une des six femmes distinguées par l’attribution de la Croix de la Libération.

3 Discours prononcé à la conférence de presse donnée par Émilienne Moreau, à Londres, le 15 août 1944, reproduit dans E. Moreau, La guerre buissonnière, une famille française dans la Résistance, Solar Editeur 1970, p. 267-268.

4 E. Terrenoire, Les femmes dans la Résistance, Combattantes sans uniforme, Bloud et Gay, 1946

5 Par décret du 23/01/1946, il est mis fin à l’attribution de la Croix de la Libération. Seules six femmes figurent parmi les 1061 Compagnons. L’ordre de la Libération étant destiné à récompenser les Français Libres, le faible nombre de femmes distinguées s’explique aisément. Pour autant, il accrédite l’idée d’une résistance féminine exceptionnelle.

6 F. Thébaud, « Résistances et Libérations », dans Résistances et Libérations France 1939-1945, Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 1, 1995, p. 14.

7 L. Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Paris, Seuil, avril 2005

8 La problématique du « genre » en résistance est posée par Paula Schwartz, « Résistance et différences des sexes : bilan et perspectives », dans Résistances et Libérations France 1939-1945, op. cit, p. 67-88.

9 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Flammarion, 1998,

10 C. Bard, Les filles de Marianne, Histoire des féminismes, 1914-1940, Fayard, 1995, p. 365. Sur l’analyse de cette situation juridique de la femme mariée, voir les revendications exprimées par Raymonde Machard, Les Françaises, ce quelles valent, ce quelles veulent, Flammarion, 1945,

11 C. Andrieu, « Les résistantes, perspectives de recherche », dans A. Prost (dir), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Editions de l’Atelier/Editions Ouvrières, 1997, p. 69-96.

12 La CVR est toujours décernée à l’heure actuelle. Le choix d’un corpus établi à l’aide des premières attributions permet de conférer une certaine homogénéité au groupe étudié. En outre, cela évite d’avoir à prendre en compte les variations liées à l’évolution des conditions d’attribution.

13 Les données disponibles pour ce travail de repérage sont conservées, comme les dossiers de demande de CVR, à l’Office Départemental des Anciens Combattants (ODAC) du Nord. Il s’agit du registre des attributions – qui reprend les quelque 8000 CVR attribuées dans le département-, des fiches de transmission à l’ONAC, et des fiches de dépôt des dossiers – établies pour les quelque 20 000 demandes formulées.

14 Chiffres cités par C. Andrieu, op. cit, p. 74-75

15 M. Luirard, « Réflexions sur l’engagement dans la Résistance en zone Sud. Le cas de la Loire », dans L’engagement dans la Résistance (France du Nord-Belgique), Actes du colloque du 20 octobre 2001, Crhen-o-Ceges-Lille 3, no 33, 2003, p. 157

16 M. Gobert, Entrés en Résistance. Isère. Des hommes et des femmes dans la Résistance, Presses Universitaires de Grenoble, 2000, p. 179.

17 La commission départementale qui statue sur le dossier de demande établit une période d’activité résistante. C’est la date de début de période qui a été retenue ici. Elle diffère parfois de la date d’engagement donnée par la résistante, mais sur l’ensemble des dossiers, cette divergence est infime.

18 Annuaire Statistique régional, INSEE 1951, Arch. dép. Nord, BA 8930

19 C. Boussemart, L’échappée belle. 1936, les Ch’tis à l’assaut des loisirs, Editions Publi-Nord, 1986.

20 J. Thorez-Vermeersch, La vie en rouge, Mémoires, Paris, Belfond, 1998, p. 33.

21 Expression utilisée dans la presse de l’après-guerre dans le Nord. La presse fustige aussi à l’occasion celles qui ont « chuté » avec l’ennemi, qualifiées de « femmes à boches ».

22 Le récit, romancé, de la vie de Louise de Bettignies, a été publié en 1924. A. Redier, La guerre des femmes, Paris, Editions de la Vraie France, 1924. Une parente de Louise de Bettignies publie par ailleurs en 1937 une biographie : H. d’Argoeuvres, Louise de Bettignies, Paris, Plon, 1937

23 ODAC, Dossier CVR 50

24 J. Sainclivier, « Les débuts de la Résistance en zone occupée : essai de typologie », dans J.-M. Guillon, P. Laborie (dir.), Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995, p. 161-170.

25 Le dossier de demande de la CVR ne demande pas expressément de renseignement relativement aux enfants. Aussi, le nombre d’enfants est-il mentionné de façon ponctuelle, et il est malaisé d’utiliser l’information puisqu’elle vaut pour la date à laquelle le dossier a été constitué.

26 Le Nord se signale dans l’entre-deux guerres par un sous-emploi féminin conséquent. En 1936, le taux d’activité des femmes y est nettement inférieur à la moyenne nationale (26,9 % contre 34,2 % pour l’ensemble de la France).

27 J.-P. Azema, De Münich a la Libération, 1938-1944, Paris, Seuil, 1979, p. 169.

28 C. Andrieu, op. cit., p. 76

29 D. Kielemoes, Les femmes et la vie politique dans le Nord 1919-1939, mémoire de maîtrise, Université de Lille 3, 1975.

30 C. Lacour-Astol, Femmes et lutte sociale : de l'après-guerre au Front populaire (1919-1936), mémoire de DEA, IEP Paris, 2000, p. 42

31 ODAC, Dossier CVR 320. Voir aussi P. Manie, Récit de vie. Martha Desrumeaux. Femme, ouvrière, syndicaliste, communiste du Nord, Université de Lille 3, mémoire de maîtrise, 1979.

32 Fille de Gustave Devernay, l’un des fondateurs du Parti Ouvrier Français à Lille. Engagée dans la résistance et jouant un rôle essentiel au sein de l’Union des Femmes Françaises, elle a décliné toute proposition de distinction honorifique. Arch. dép. Nord, 170 W 71064, Dossier de proposition pour la Médaille de la Résistance.

33 Arch. dép. Nord, Μ 154/195B. dossier Suzanne Cagé. Et le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

34 Interview Yvonne Abbas, octobre 2001.

35 ODAC, Dossier CVR 1228.

36 Le calcul est établi à partir des 150 cas de femmes pour lesquelles la commission de validation considère la seule activité résistante – et non l’internement éventuel ou la déportation-comme déterminant de la période d’activité reconnue.

37 ODAC, dossiers CVR 260, 1178, 1183, 1196, 2481, 3029.

38 ODAC, dossier CVR 49

39 ODAC, Dossier CVR 3.

40 Arch. dép. Nord, Cabinet du Préfet, 1 W 1848-1880, Arrestations par les allemands. Fiches et dossiers des personnes arrêtées.

41 Voir O. Wieviorka, « Pour une lecture critique de l’engagement résistant : l’exemple de Défense de la France », dans Mémoire et Histoire : la Résistance, op. cit., p. 91-98

42 Pour plagier la formule de Michelle Perrot « L’histoire comprend une force considérable de dénégation. Car dans un certain sens, ce qui n’est pas objet de récit n’existe pas ». M. Perrot, « Archive, mémoire, histoire » dans Travail de mémoire 1914-1998, Paris, Autrement, 1999, p. 238-239.

43 Réseau franco-anglaise du Capitaine Michel, ou réseau Sylvestre-Farmer.

44 ODAC, dossiers CVR 484 et 485.

45 ODAC, dossiers CVR 415, 416, 417

46 Arch. dép. Nord, Cabinet du Préfet, décorations, 170 W 71058-71067

47 ODAC, dossier CVR 2000

48 ODAC, dossiers CVR 54 et 67

49 ODAC, dossiers CVR 502 et 503

50 Groupe fondé à Roubaix dès l’été 40 par le Docteur Guislain. Voir E. Dejonghe, Y. Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944, Lille, La Voix du Nord, 2000.

51 ODAC, dossiers CVR 53, 1518

52 ODAC, dossier CVR 499

53 ODAC, dossiers CVR 932, 933.

54 ODAC, dossier 892

55 ODAC, dossier 82

56 ODAC, dossiers CVR 741, 742

57 E. Terrenoire, op. cit., p. 8.

58 C. Andrieu, op. cit.,.p. 85

59 L. Douzou, « La Résistance, une affaire d’hommes ? » dans F. Rouquet, D. Voldman, (dir.) dans Identités féminines et violences politiques (1936-1946)), Cahiers de l’IΗΤΡ, no 31, octobre 1995, p. 24.

Table des illustrations

Légende Les pourcentages s’entendent toujours au prorata du groupe concerné, et lorsqu’il existe, en soustrayant le groupe « indéterminé ».(1) : Femme reliée avec son époux ou futur époux(2) : femme reliée avec son époux et ses enfants(3) : femme reliée avec ses enfants(4) : femme reliée avec l’un ou l’autre de ses ascendants, ou les deux(5) : femme reliée avec son frère ou sa sœur(6) : femme reliée avec un membre de la famille élargie.
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

Auteur

Doctorante, IEP, Paris

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540