Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et Résistance en Belgique et en zone interdite

 | 
Robert Vandenbussche

Introduction

Robert Vandenbussche

Texte intégral

1Ce colloque consacré aux Femmes et à la Résistance en Belgique et en France du Nord, s’inscrit dans le programme mis en œuvre depuis plusieurs années, celui d’une recherche comparative en histoire sociale de la Résistance dans un ensemble territorial bien délimité par l’organisation de l’occupation militaire allemande. Il s’agit aussi de développer une démarche d’investigation par « en en bas » en associant historiens et témoins. Enfin, l’Association qui anime le Musée de Bondues et qui est partenaire de toutes ces rencontres scientifiques, souhaitait qu’une journée d’études pût être consacrée à cette problématique.

2Serait-ce à dire que les femmes sont les oubliées de la Seconde guerre mondiale et de la Résistance comme sembleraient le faire entendre certains ouvrages comme celui d’Evelyne Morin-Rotureau, des historiennes comme Rita Thalmann ou Rolande Trempé, des associations de résistantes ?

3En effet, la commémoration de la Résistance n’offre pas une grande place aux femmes. Ainsi, en France, sur les 1 036 Compagnons de la Libération, sans compter les villes et les unités militaires, Charles de Gaulle n’a nommé que six femmes. L’une d’entre elles – Émilienne Moreau-Evrard – est originaire du Pas-de-Calais. En outre, les femmes ne représentent que dix pour cent des titulaires de la Médaille de la Résistance. La Belgique offre des résultats très voisins.

4Ce rapide inventaire statistique exprimerait-il le fait que, pour reprendre une formule de Laurent Douzou, la Résistance aurait été « une affaire d’hommes » ?

5La réponse est complexe et mérite des nuances. L’attribution d’une reconnaissance publique suppose une demande ; on peut hésiter ou négliger de la faire, ce qui a été le choix de nombreux résistants qui n’ont pas voulu multiplier les formalités pour obtenir un brevet ou un diplôme. Par ailleurs, les États, en général, décident d’attribuer la distinction en validant, comme « services exceptionnels », les actions de nature militaire. La Résistance n’échappe pas à la règle qui confère à ceux qui portent les armes une place tout à fait caractéristique. Or, si les guerres modernes impliquent les femmes non seulement comme victimes des conflits mais aussi comme actrices – infirmières, ambulancières, auxiliaires d’armement, productrices -elles n’appellent pas les femmes – sauf cas exceptionnels – à utiliser les armes. Le combat guerrier demeure une obligation des hommes. Si la Première Guerre mondiale a infléchi ce rôle, elle n’a pas incité les femmes à prendre les armes. Les combattantes de l’ombre, entre 1939 et 1945, ont pratiqué une « autre guerre ».

6En outre, le statut juridique, politique, social des femmes explique aussi la différenciation qui est faite, en la matière, entre les deux sexes car il se nourrit des valeurs que porte chaque société. À cet égard, ni en France ni en Belgique, les femmes ne bénéficient, en 1939, de la citoyenneté au sens plein du terme. Depuis 1918, le Royaume de Belgique a ouvert des brèches dans l’exclusivité politique des hommes ; mais elles demeurent timides. Le « suffrage des morts » ou le « suffrage communal » consacrent quelques droits politiques et confirment les femmes dans leur rôle classique d’épouses et de mères. En France, « l’éternel féminin » est à peine ébréché. L’inégalité juridique des femmes mariées a été réduite, en partie, mais les femmes ne partagent pas tous les droits conférés aux hommes. Elles demeurent exclues de la citoyenneté. La politique menée par Vichy, tout en flattant les femmes, n’engage aucune réforme et les pousse à construire un ordre politique familial. Elles peuvent, néanmoins, accéder à la fonction municipale par nomination et agir comme « dame d’œuvres » apolitique dans les municipalités urbaines. Enfin, a contrario, le régime cherche à les écarter de la vie professionnelle à laquelle elles accédaient en nombre, notamment dans les classes moyennes, pour réserver le travail aux hommes et pour encourager la natalité.

7Dès lors, la question est posée de l’intégration des femmes à la vie nationale puisque le droit les écarte des procédures classiques d’accès à la nation. La participation féminine à la résistance en ressort-elle hypothéquée ?

8Les femmes sont loin d’être absentes de la Résistance. Comme en 1914-1918, avec Louise de Bettignies, Édith Cawell, elles offrent des figures de grande noblesse. Il suffirait de rappeler, pour la Belgique, Suzanne Spaak, Andrée de Jongh, Elvire de Greef, pour la France, Bertie Albrecht, Lucie Aubrac, Danièle Casanova, Suzanne Buisson ou Marie-Madeleine Fourcade, sans oublier toutes les anonymes qui participent à de multiples formes d’activités résistantes. En effet, dans le réseau Comète qui passe pour être une structure de femmes, un tiers des membres, morts pour faits de résistance, est composé de femmes. On évalue à dix pour cent le nombre des femmes fonctionnaires français résistants.

9L’histoire – sinon la mémoire – a longtemps négligé le rôle des femmes en Résistance ou leur a réservé des fonctions périphériques. Pourtant, très tôt, des actrices ont livré leur témoignage. Dès la Libération, Agnès Humbert, Élisabeth Terrenoire, Marie Claude Vaillant Couturier, publient leurs souvenirs. Mais dans la conjoncture de la Libération et de la Reconstruction, elles ne rencontrent pas un grand écho. Il faut attendre deux ou trois décennies pour réveiller l’intérêt. C’est donc à la fin des années 1960 et dans les années 1970, que Marie-Madeleine Fourcade, Germaine Tillion, Émilienne Moreau-Evrard, peuvent rappeler leur expérience des années sombres et de « leur guerre buissonnière » avant que Jeanne Bohec, « la pétroleuse à bicyclette », Lucie Aubrac, Tereska Torrès ou Geneviève Anthonioz-de Gaulle, ne donnent leur propre témoignage sur des activités plus « viriles ». Toutes ces publications ont un point commun. Elles éclairent « une résistance au quotidien » caractéristique « d’un héroïsme de tous les jours » qui tranche, souvent, avec les actions d’éclat auxquelles le combat guerrier semble prédisposer.

10Ce ne sont donc pas les sources qui ont contribué à négliger la place des femmes. C’est plutôt le regard que la société porte sur la guerre qui a réduit l’audience des ouvrages consacrés à l’action clandestine des femmes. La publication d’ouvrages comme « La résistance sans héroïsme » de Charles d’Aragon, « L’aventure incertaine » de Claude Bourdet, en réévaluant la part du militaire au profit des risques vécus chaque jour dans la clandestinité, incite l’historien à revisiter le passé. L’accès plus facile aux archives publiques ou privées y contribue aussi largement. Enfin les historiens deviennent plus sensibles à des perspectives sociales voire anthropologiques de l’action clandestine.

11Dans la mesure où l’histoire s’efforce d’interroger le passé à la lumière du présent, le féminisme actif des années 1970 et 1980 n’est pas étranger, non plus, à cette reconnaissance. En effet, la réévaluation de la place des femmes dans la Résistance s’engage au moment où les femmes conquièrent une plus grande égalité civile. « Le genre » devient objet et sujet d’histoire ; commencent à paraître des œuvres dont les femmes ne sont plus absentes. Ainsi, l’action militante de l’Union des Femmes Françaises, pour prendre cet exemple, permet de monter, en 1975, un grand colloque dont les actes sont publiés en 1977 sous le titre « Les femmes dans la Résistance ». La part du témoignage y demeure forte mais la confrontation des actrices et des historiens permet d’éclairer et d’affiner la connaissance des mécanismes du choix. Désormais, il est sans doute excessif de considérer que les femmes sont toujours les « oubliées de la Seconde guerre mondiale » du moins dans le champ historique. À cet égard, le colloque international qui s’est tenu à Berlin en 2001, comme les travaux de Dominique Veillon, de Claire Andrieu, en France, de Fabrice Maerten, en Belgique, ont ouvert des champs très importants et apporté des éléments d’information incontestables.

12Le colloque de Bondues « Les femmes et la Résistance » ne se situe donc pas sur un terrain tout à fait vierge. Mais comme lors des précédentes rencontres, il entend vérifier des hypothèses émises par d’autres recherches en inscrivant l’enquête dans le domaine territorial du commandement militaire allemand de Bruxelles et en comparant Belgique et zone interdite. Car si les cultures politiques de la France du Nord et de la Belgique partagent des points de vue voisins sinon communs, les situations, en temps d’occupation, ne sont pas interchangeables. Enfin, le regard est porté non seulement sur la participation des femmes à la Résistance aux côtés des hommes mais aussi sur la Résistance comme moment ou comme étape d’une intégration plus forte à la vie civique.

13Une telle enquête acquiert sa légitimité si elle se place dans la perspective d’une recherche sur les spécificités d’une Résistance qui serait féminine en comparaison avec une Résistance qui serait masculine. Est-ce le cas ?

14En effet, si les sociétés française et belge marginalisent les femmes, leur mobilisation dans une action clandestine à hauts risques pose plusieurs problèmes. Ainsi, du côté français, l’appel de Maurice Schumann aux femmes, en 1941, s’adresse à des personnes « influentes dans la société », que le porte-parole de la France libre entend rendre « actives ». Cette posture tactique veut séduire les femmes mais répond aussi à des préjugés assez répandus puisqu’un résistant comme Jean Texcier les a formulés dans ses « Conseils à l’occupé » au cours de l’été 1940. Dès lors, la compréhension et l’évaluation des motivations du choix, qui ne va pas nécessairement de soi, sont une étape essentielle puisque les femmes n’ont jamais été associées à la prise de décision politique. Les thèmes patriotiques ont-ils la même intensité chez les femmes et chez les hommes ? L’absence des jeunes hommes, prisonniers de guerre, influence-t-elle la décision féminine qui suppléerait ainsi à une défaillance des combattants naturels ? L’âge, l’activité professionnelle, le statut personnel ou matrimonial, la culture sociale et politique antérieure, faciliteraient-ils la participation ? Par ailleurs, l’engagement féminin correspondrait-il à une « guerre des femmes » pour reprendre la formule d’un écrivain des années 1920 comme Antoine Rédier et s’inspirerait-elle – des valeurs domestiques comme bien des témoignages d’hommes le laisseraient entendre ou s’agirait-il, au contraire, de l’adaptation des femmes à une guerre d’hommes ?

15Toutes ces questions doivent recevoir un éclairage à partir du territoire d’investigation choisi. À cet égard, on doit s’interroger aussi sur les cultures politiques en Belgique et en zone interdite. La mémoire de la Première Guerre mondiale a-t-elle influencé le choix des actrices comme elle a marqué les hommes ? Mais ce n’est sans doute pas la même que celle des hommes et n’a pas pu forger des sensibilités identiques. En effet, les femmes ont vécu, pour les plus âgées, une expérience de l’occupation qui incite, sans doute, à promouvoir des comportements proches de ceux que la Grande guerre a modelés. Si la diffusion des images laissées par les héroïnes de la première Guerre mondiale, pousse à assurer la protection des soldats français ou alliés et donc à créer des réseaux de renseignement, les souvenirs de 1914-1918 sont aussi ceux d’une période noire qui met en jeu la survie des familles. Pour les plus jeunes, à ces mémoires transmises de la guerre, s’ajoute un jeune militantisme qui s’incarne dans les mouvements de jeunesse, chrétiens ou laïques, et implique une certaine autonomie. Ces cultures politiques, même si elles ne diffusent pas toujours la pratique de la mixité, n’excluent pas, notamment dans les partis politiques ou les syndicats, la collaboration avec les hommes.

16Enfin, au-delà de l’activité résistante féminine, c’est aussi l’ampleur et la portée du mouvement que l’on s’efforce d’apprécier et d’évaluer. Phénomène minoritaire, à l’instar de celui qui engage les hommes, la mobilisation touche inégalement les femmes mais aboutit à une intégration plus effective dans la cité. En effet, la Libération ou l’immédiat après guerre leur permet d’accéder à la pleine citoyenneté politique. Elles sont désormais électrices et éligibles. Est-ce la récompense de leur attitude patriotique ? S’agit-il de reconnaître officiellement qu’elles sont influentes dans la société ? La réponse à ces questions implique d’interroger les discours et les pratiques des résistants. En effet, si Charles de Gaulle, les partis, socialiste, communiste et démocrate chrétien évoquent le suffrage féminin, le CNR garde le silence. En Belgique, les femmes obtiennent tardivement ce droit et doivent rappeler qu’elles ont subi le « droit de mourir » avant de gagner le droit de voter. Est-ce à dire que les Résistants perpétuent une sensibilité traditionnelle et que pour eux la répartition sexuée classique des rôles doit fonctionner normalement. ?

17C’est à toutes ces questions que les communications essaient d’apporter des éléments de réponse. Je tiens à remercier vivement et très cordialement leurs auteurs.

18Je tiens aussi à remercier chaleureusement Paul Astié, maire de Bondues, Pierre Zimmermann, maire adjoint, toute l’équipe d’animation du Musée, l’association Souvenir de la Résistance et des Fusillés de Bondues pour tous les efforts qu’ils mènent en faveur de ces rencontres scientifiques bisannuelles.

Auteur

Université de Lille 3 IRHiS

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540