Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Le Musée de la Résistance de Bondues

Odile Louage

Texte intégral

1Le plus jeune avait 19 ans, le plus âgé 53 ans ; c’est dans une des cours du fort Lobau à Bondues que, du 17 mars 1943 au 1er mai 1944 tombèrent sous les balles d’un peloton d’exécution allemand 68 résistants. Condamnés par un tribunal militaire, ils venaient de toute la zone rattachée à la Kommandantur de Bruxelles. Ils appartenaient aux mouvements Voix du Nord, OCM, Front National, aux réseaux Alliance, WO... Trois demeurent anonymes, Legage, Ric, Hübsch...

2L’Association « Souvenir de la Résistance et des Fusillés du fort de Bondues » s’est donné pour mission de sauvegarder la mémoire de ces hommes qui ont su aller au bout de leur engagement. Rechercher qui ils étaient, quelles missions ils remplissaient, pour quelles valeurs ils combattaient, tel est notre objectif. Au-delà du souvenir des 68 Fusillés, il a paru nécessaire d’évoquer la spécificité de la Résistance dans la Région du Nord.

3Installé dans des salles restaurées du fort, à proximité de la Cour Sacrée, où se déroulent les cérémonies patriotiques, le musée propose un parcours simple et pédagogique sur les thèmes du Refus, du Courage, de l’Engagement et du Sacrifice

4À l’entrée du Musée, un Lieu de Mémoire rappelle le visage des 68 Fusillés du Fort de Bondues se détachant sur des silhouettes en fer brut. Il s’agit de donner une réalité physique, un âge, une identité sociale aux Fusillés. Des panneaux évoquent le fort Lobau, un des éléments de la « barrière de fer » construite par Seré de Rivières à la fin du XIXe siècle, occupé lors des deux guerres par l’armée allemande. Ils rappellent aussi la découverte des tombes en septembre 1944, dans les ruines d’un fort détruit par les Allemands au moment de leur départ.

première salle

5La première salle sur le thème du Refus permet d’évoquer les motivations des hommes et des femmes engagés dans l’aventure de la résistance, mais aussi d’insister sur les particularités de la région du Nord.

6Lourdement meurtrie par la première guerre mondiale, coupée par la ligne de front, en partie occupée, la région a vu se mettre en place des actions de résistance et se développer un fort sentiment germanophobe. Louise de Bettignies, Léon Trulin ont donné l’exemple. En 1940, le passé resurgit très vite ; les hommes et les femmes du Nord savent s’organiser et mettre en place immédiatement des réseaux pour s’opposer à la nouvelle occupation allemande.

7Région industrielle, le Nord est un bastion de la gauche ; de nombreuses municipalités sont gérées par des socialistes ou des communistes, et la tradition ouvrière de lutte syndicale est fortement ancrée dans les mentalités. La tradition républicaine d’une région où la classe ouvrière représente la moitié de la population, a rendu intolérables les principes qui fondent l’État Français dont les mesures discriminatoires et autoritaires ont été jugées indignes. L’antisémitisme également apparaît insupportable dans une région qui a connu tant de migrations étrangères.

8Le Régime de Vichy apparaît moins légitime qu’ailleurs car la présence militaire allemande est plus lourde, les réquisitions plus nombreuses, le pillage des ressources industrielles et agricoles plus systématiques. C’est la seule région française où les consignes de Londres sont massivement suivies.

9Les combats de la campagne de France, en mai et juin 1940, ont été très durs, les pertes nombreuses. La population évacuée en catastrophe revient dans ses foyers tout en partageant la crainte d’une occupation et d’une annexion qui réveillent le souvenir des exactions et des pillages subis lors de la guerre précédente. Les conditions de l’armistice font de la région une zone interdite, dépendant des autorités de Bruxelles.

10Plus tôt qu’ailleurs, les hommes et les femmes du Nord refusent l’occupation allemande, les conditions territoriales et économiques de l’armistice, le régime de Vichy. La résistance est immédiate, en quelque sorte viscérale, comme en témoigne le certificat d’appartenance à la Résistance de Mme Destombe de la ferme de la Folie à Bondues, qui date du 15 juin 1940.

deuxième salle

11La salle suivante sur le thème du Courage, essaie de présenter des exemples d’une résistance multiforme.

12Il s’agit dans un premier temps de venir en aide aux « traînards » de l’armée anglaise qui n’ont pu embarquer à Dunkerque, ou aux prisonniers français peu nombreux qui refusent de connaître les camps de captivité. Puis les réseaux d’évasion s’organisent et acheminent les équipages alliés abattus au-dessus de la région, lors de leur mission de bombardement vers l’Allemagne.

13Il s’agit aussi de renseigner les Alliés sur les dispositifs du corps de bataille allemands, sur les travaux de construction du mur de l’Atlantique, sur les sites de V1 et de V2. La région est stratégique pour les Allemands compte tenu de l’importance des productions industrielles des réseaux de communication, de la façade maritime et de sa proximité avec l’Angleterre.

14Une maquette du dépôt de chemin de fer de Tourcoing illustre les actions de sabotage. Dans la nuit du 20-21 décembre 1943, quatre résistants WO et un FTP s’entendent pour mettre hors d’état de fonctionner onze locomotives et des machines-outils. Les voies de communication sont particulièrement visées, les sabotages au sol font moins de victimes civiles que les bombardements alliés.

15La reconstitution d’un atelier d’imprimerie permet d’évoquer l’importance et les difficultés de la presse clandestine ; les premiers journaux sont rédigés dès septembre 1940. Tracts, journaux et faux papiers sont présentés dans une vitrine.

16D’autres panneaux et vitrines illustrent les autres types d’action des premiers actes isolés à l’organisation des réseaux d’évasion et de renseignements.

17Musée de la Résistance intérieure, le musée de Bondues évoque brièvement le combat de la Résistance extérieure (Forces Françaises Libres, puis Combattantes) grâce à une vitrine sous un portrait d’époque du général de Gaulle.

troisième salle

18Dans la salle sur l’Engagement, Il est apparu indispensable de reconstituer des itinéraires de Résistants. Le choix s’est porté sur la personnalité exemplaire d’Eugène d’Hallendre. Né en 1898, patriote, engagé dans la cité, ses motivations sont claires : il entre dans la Résistance par refus de l’armistice, il voit dans l’abandon du projet de débarquement des Allemands en Angleterre un encouragement à son action ; la politique de collaboration de Pétain le conforte dans son choix.

19Comme il est cheminot, il peut circuler facilement ; aidé par sa femme et son fils encore étudiant, il rédige des tracts, distribue des journaux clandestins, s’engage dans un réseau d’évasion de soldats anglais, fait du renseignement. Cette action multiforme l’amène à participer à la création dans la région du mouvement OCM. Dénoncé par un traître, il est arrêté en juillet 1943 et exécuté en décembre 1943.

20Six jeunes gens du sud du département, apparentés ou amis, animés par le même idéal patriotique et politique, ont payé de leur vie le même engagement dans le cadre du Front National.

21Un panneau rappelle d’une manière plus didactique l’organisation de la Résistance intérieure en Réseaux et Mouvements ; l’appartenance des 68 Fusillés est indiquée lorsqu’elle est connue.

22Enfin il importe de rappeler aussi des formes de résistance plus collectives : celle des mineurs, des métallurgistes, qui, pour des raisons à la fois sociales et patriotiques, ont osé en maijuin 1941, faire grève dans un pays occupé. La mémoire des communistes Michel Brulé et Emilienne Mopty, tous deux exécutés par les Allemands, donne l’occasion de rappeler leur rôle majeur dans l’organisation des luttes sur le terrain social et dans l’action armée.

quatrième salle

23Enfin l’espace Sacrifice évoque les circonstances qui président à l’arrestation du Résistant. Sont présentées les différentes organisations allemandes - de l’Abwehr à la Gestapo - mais aussi françaises qui traquent les Résistants. La répression se durcit à partir de juin 1942. Les conditions de détention, les tortures pour arracher des renseignements, sont évoqués par la reconstitution d’un cachot. Les tribunaux allemands ou français sont répertoriés ; les peines, de l’emprisonnement à la déportation et aux exécutions, sont également rappelées. Des tenues de déportés et le journal clandestin paru de septembre 1943 à février 1944 dans le camps de concentration d’Esterwegen, portent témoignage sur le vie dans un camp.

24Une frise chronologique, illustrée de photos ou de textes, rappelle les grandes dates de la guerre et de la Résistance et permet de situer les événements évoqués dans les différentes salles.

25Le parcours est illustré de documents originaux, et des mannequins évoquant des résistants en action donnent vie au passé. La scénographie réalisée par Christian Lepers, décorateur à Bondues, réussit à créer une ambiance d’émotion et de réflexion.

***

26Depuis sa création le Musée bénéficie de la nomination d’un responsable pédagogique nommé par le Rectorat. Des questionnaires sont proposés aux enseignants désireux de préparer leurs classes à la visite, un parcours pédagogique est proposé ; des guides bénévoles sont prévus à chaque visité de groupes, en attendant l’équipement en audiophones.

27Chaque année, une exposition temporaire sur le thème du concours de la Résistance et de la Déportation est réalisée. Elle met en valeur les acteurs locaux ou régionaux. Ces travaux peuvent être prêtés aux établissements scolaires, aux associations ou aux communes.

28Un travail de recueil de témoignages de résistants survivants a été entrepris ; il a pu dans un premier temps bénéficier du concours de la cellule communication du CFAT, caserne Kléber à Lille. C’est l’occasion d’enrichir les collections du Musée et de nourrir les expositions temporaires.

29 L’Espace Voix du Nord, situé à l’étage rassemble les collections du journal clandestin et des témoignages sur la vie du mouvement. Dans un proche avenir, la rénovation d’une nouvelle casemate permettra de mieux mettre valeur ces documents.

30Un réel souci de rigueur scientifique anime les responsables du Musée. Un partenariat avec l’Université Charles de Gaulle - Lille 3 permet à des étudiants en maîtrise ou en doctorat de consulter les collections qui s’enrichissent progressivement. L’organisation de colloques permet de réunir à Bondues des chercheurs français et belges et d’engager un dialogue avec des témoins, dans le cadre d’un partenariat auquel participe le CEGES de Bruxelles.

31Une volonté de travail en réseau vise à nous rapprocher des autres structures de la métropole ou de la région, de Belgique également, qui travaillent sur le thème de la guerre de 1939 - 1945.

***

32Mieux faire comprendre la réalité de la Résistance régionale si largement méconnue, faire connaître les acteurs locaux d’une épopée souvent tragique, c’est l’ambition qui nous anime. Car la Résistance du Nord eu ses spécificités : immédiate car elle bénéficiait de l’expérience de l’occupation précédente, dangereuse car le tiers des troupes allemandes stationnait dans la région qui était une zone économiquement et militairement vitale pour l’effort de guerre nazi, elle s’est largement développée dans un milieu urbain, et a pris des aspects multiformes, tout en faisant largement appel à des réseaux étrangers, qu’ils soient ancrés dans une main d’oeuvre locale issue de l’immigration ou bien parce que la proximité de la frontière belge avait permis de nouer des contacts multiples avec les Résistants belges.

33Mais ce qui importe avant tout, c’est que ce musée porte témoignage sur les soldats de « l’Armée des ombres », ceux qui ont su refuser l’inacceptable, qui avec courage se sont engagés dans la folle aventure de la Résistance et ont accepté le sacrifice suprême au nom de leur idéal, de la patrie et de la liberté. Ces résistants de l’ombre, ces « soutiers de la gloire », trop souvent oubliés, ont su chacun à sa manière, dans la résistance intérieure ou dans les FFL, vivre les valeurs citoyennes que le musée s’efforce d’illustrer.

34Adresse internet du musée : http://w4-webl42.nordnet.fr/​musee/​index.htm

Ils avaient moins de vingt ans quand la guerre a éclaté.
Par esprit patriotique, ou par hasard, ils se sont engagés dans la Résistance, payant parfois de leur vie ou de la déportation un engagement précoce.
À la ville ou à la campagne, qu’ils aient été gaullistes, catholiques ou communistes, les jeunes résistants furent l’honneur de la France.
Cette exposition a pour but de démontrer le rôle primordial des jeunes dans la Résistance par des actions diverses sous l’Occupation jusqu’aux combats de la Libération.
(Exposition au Musée de la Résistance de Bondues)

Table des illustrations

Légende Ils avaient moins de vingt ans quand la guerre a éclaté.Par esprit patriotique, ou par hasard, ils se sont engagés dans la Résistance, payant parfois de leur vie ou de la déportation un engagement précoce.À la ville ou à la campagne, qu’ils aient été gaullistes, catholiques ou communistes, les jeunes résistants furent l’honneur de la France.Cette exposition a pour but de démontrer le rôle primordial des jeunes dans la Résistance par des actions diverses sous l’Occupation jusqu’aux combats de la Libération.(Exposition au Musée de la Résistance de Bondues)
URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteur

Responsable de la Commission Musée de l’Association « Souvenir de la Résistance et des Fusillés du Fort de Fondues »

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540