Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Conclusions

Etienne Dejonghe

Texte intégral

1L’éventail des exposés et des communications est très large. Par ailleurs, il est toujours difficile de réunir l’ensemble des interventions autour de quelques points forts. Toutefois, les débats me confortent dans l’opinion que la seconde guerre mondiale ne peut être envisagée que dans le cadre d’une « histoire régionale ». Cela ne veut pas dire qu’il faut décliner les particularismes par rapport à un modèle central mais qu’en écrivant l’histoire des hommes on analyse les réactions des sociétés confrontées à des contraintes, en l’occurrence, à des types d’occupation. Que ce soit la société belge, celle d’Alsace-Lorraine, ou celle de la Zone rattachée, toutes ont réagi par rapport aux formes et aux méthodes de ces occupations. Dès lors, l’importance de l’occupation de 1914-1918, une structure de commandement militaire, une anglophilie très présente, sont des caractéristiques fortes de la France du Nord et de la Belgique en 1940-1944.

2De cette confrontation cinq éléments - qui pourraient être retravaillés - sont à mettre en valeur. Trois sont classiques ; deux sont apparus au fil des interventions et des débats.

3Premier élément classique : le phénomène Vichy en France et son absence en Belgique. Ce contraste détermine des réactions différentes de la part des hauts fonctionnaires et plus généralement des administrations. En Belgique, le « système Galopin », la politique du compromis, du moindre mal, expriment un vide institutionnel que l’occupant essaie de remplir par des mesures législatives discutables en droit international. En France, l’administration dépend d’un « pouvoir légitime » qui a entrepris, lui-même, des réformes que l’occupant doit mettre en oeuvre en Belgique. Dès lors, l’administration du Nord-Pas-de-Calais entend préserver l’unité du territoire et la souveraineté législative, administrative, judiciaire, de l’État qui sont mises en cause par les autorités d’occupation. Ainsi, Niehoff s’octroie en tant que maître de justice, le droit de grâce pour les peines inférieures à cinq ans de prison et expulse les magistrats français des commissions d’extradition. L’autorité allemande peut, par cette pratique, faire entrer des agents subversifs sur le territoire français.

4Le plus grave, ce sont les atteintes aux pouvoirs législatifs et économiques. Les warestellen et les offices centraux sont de droit allemand ; les fonctionnaires qui y exercent leurs fonctions sont justiciables des tribunaux allemands. Ces structures créent des liens juridiques entre les industries de la zone occupée sans fondement juridique établi. De plus, les fonctionnaires des warenstellen n’ont pas le droit d’avoir des relations avec les commissions de répartition de Vichy.

5Ce sont aussi les atteintes à l’unité administrative. Le gouvernement de Bordeaux, puis de Vichy, reste longtemps sans nouvelles des services publics dans la zone rattachée. La première tâche à laquelle s’attelle le ministre de l’intérieur, Adrien Marquet, consiste à rétablir les liaisons avec les administrations. Le Préfet Carles n’a plus de relations avec le gouvernement dès le 21 mai 1940 et ne peut rejoindre Paris qu’en septembre pour y rencontrer le délégué général. Dès cette époque, en Zone rattachée comme en Belgique, s’est creusé un vide administratif qui permet à l’occupant d’imposer, sous la signature du préfet Caries, des normes particulières pour définir les relations avec la Délégation générale et s’ingérer dans les nominations de fonctionnaires. Dès septembre 1940, le Nord-Pas-de-Calais est sous ce statut. L’occupant impose un contrôle unilatéral. Vichy proteste mais finit par se soumettre. Ce contrôle se durcit encore en 1943.

6Deuxième élément de comparaison : les municipalités. Ce qui est assez frappant en Belgique, c’est la pénétration réussie des Allemands chez les nationalistes flamands. Ce phénomène est inconnu en France où les relations des maires avec les Allemands et avec Vichy sont d’une autre nature. Ce qui est intéressant aussi c’est, en Belgique, le comportement des secrétaires généraux de mairie devant l’occupant. La défense de la population y est toujours assurée. En France, il ne semble pas que les choix y aient été aussi marqués. On en trouverait, sans doute, quelques exemples notamment à Roubaix.

7Troisième élément de comparaison : les répressions. Il convient de mener une double comparaison entre le Nord-Pas-de-Calais et la France occupée, et entre la Zone rattachée et la Belgique. Si la police française a participé aux répressions, il semblerait que la police belge n’a pas eu de comportements tout à fait identiques. Cependant, selon José Gotovitch, il serait utile de distinguer entre Anvers et Bruxelles. De même, il serait bon de différencier la police et la gendarmerie. Le travail d’investigation doit être poursuivi.

8Quatrième élément : les prêtres. Ils ne se situent pas au coeur du débat. Mais des mythes, des représentations du rôle du clergé apparaissent. Ainsi les catholiques français ont-ils donné une image mythique du cardinal Van Roey résistant pour se distinguer de l’épiscopat français. Mais il est évident que des travaux sont à mener et à développer pour affiner l’appréhension des phénomènes et des comportements et pour établir les données véritables.

9Le cinquième et dernier élément de comparaison concerne les syndicats. Les situations ne sont pas comparables entre la Belgique et la France du Nord. La menace de l’occupant contre les syndicats belges est permanente. Les débats et les tensions entre les communistes et les socialistes sont nombreux et mériteraient d’être précisés.

10La résistance ? Les résistances des services publics ? Sans nul doute le phénomène résistant demeure minoritaire. Mais il ne faut pas négliger la diversité et le poids des contraintes et des pressions qu’imposent les autorités allemandes.

11Les archives allemandes révèlent que le regard des occupants sur les fonctionnaires français a évolué en trois temps principaux.

12En 1940, les Allemands expriment fureur et mépris à l’égard des Français. La fuite des notables et des fonctionnaires les indigne. Ils n’hésitent pas à parler de la veulerie des fonctionnaires français confrontés à l’occupation.

13Mais, dans un deuxième temps, ils expriment des appréciations élogieuses car ils ont besoin des fonctionnaires français pour mener une politique de compromis, pour maintenir l’ordre et pour exploiter l’économie. Les autorités allemandes n’hésitent pas, alors à souligner que « l’administration française est bien meilleure que l’administration belge » et affirment-ils « elle est moins pourrie ».

14Dans un troisième temps, l’autorité allemande d’occupation réclame, auprès de Vichy, de nouveaux administrateurs, subalternes ou de haut rang, propose même de payer les maires pour poursuivre l’administration.

15Comment ont réagi les fonctionnaires français ?

16Dès le début, si l’on en croit les rapports de la Délégation générale et du Gouvernement français, les fonctionnaires ont connu une véritable faillite au point que l’amiral Darlan – le 7 juin 1941 – a envoyé aux préfets une circulaire leur enjoignant de rappeler à leurs subordonnés la nécessité de refuser, dans toute la mesure du possible, toute démarche allemande qui serait contraire aux conventions d’armistice. La « dépression » a touché le Nord-Pas-de-Calais puisque le préfet Carles a fait diffuser ce texte avec « une vigilance extrême ».

17Les pressions allemandes ont été fortes. Mais les interventions de la hiérarchie l’ont été aussi. Certains inspecteurs des services n’ont pas hésité à rappeler, à ceux qui résistaient trop aux Allemands, leur devoir de loyalisme à l’égard de l’État. Il faut aussi souligner que les fonctionnaires subalternes ont été plus exposés aux pressions allemandes que les fonctionnaires d’autorité et d’encadrement. Leurs possibilités de refuser et de désobéir étaient moindres que celles des grands corps.

18Cette résistance est le fait d’hommes et de femmes qui exercent leur métier dans le service public et qui prennent un engagement résistant dans un réseau ou un mouvement extérieurs. C’est une résistance individuelle et non de service qui utilise une structure pour développer une action résistante. C’est le grand apport de ce colloque qui propose des réponses attendues sur cet aspect essentiel.

19La résistance met à mal une éthique, une tradition, car elle fait « mal utiliser » voire « saboter » l’outil de travail et contourner un règlement que le service est chargé d’appliquer. Dans les PTT, Christian Devos a souligné que détourner du courrier était la pire des fautes. Mais lorsqu’une lettre de dénonciation était repérée, elle était néanmoins détournée. En revanche, elle n’était pas détruite. De même les enseignants mettent en valeur la fronde, la critique, l’oubli de certaines prescriptions.

20Résistance ou non, Je n’hésite pas à l’affirmer : il s’agit de résistance d’autant plus que ces comportements et conduites participent d’une ambiance générale.

21La résistance est, certes, minoritaire chez les cheminots. Mais sont nombreux ceux qui, lorsqu’ils s’écartent discrètement du lieu de travail, dessinent des V ou des croix de Lorraine. Ce qui ne les empêche pas de dialoguer avec des cheminots allemands qui, pour la très grande majorité d’entre eux, sont d’anciens sociaux-démocrates ou catholiques qui ont voté pour le parti national-socialiste et Hitler parce qu’ils leur promettaient ou leur procuraient du travail.

22La résistance des femmes n’a pas été oubliée. Dans le Nord-Pas-deCalais, une bonne typologie se dessine. Mais il ne faudrait pas tomber dans un féminisme naïf. Les motivations et les modalités d’engagements des femmes sont plus diverses qu’on ne l’a souvent dit. Il conviendrait de mener une analyse sociologique, culturelle, de déterminer l’âge, l’état civil, la position sociale, les modes d’engagement. Il faudrait aussi mener ces travaux sur les choix des femmes wallonnes et flamandes. C’est cet espoir que je formule pour conclure ce colloque.

Auteur

Université de Lille 3 - CRHEN-O

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540