Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

L’administration militaire allemande de Bruxelles juge l’administration française du Nord-Pas-de-Calais et de la Belgique

Texte intégral

juin 1940 - juin 1941

1L’administration française telle que la Militarvenvaltung l’a trouvée dans le Nord de la France parut, dans l’ensemble, nettement meilleure que l’administration belge. Le parlementarisme et le rôle des partis ont certes eu, ici, aussi, des effets désavantageux mais bien moins considérables qu’en Belgique.

2Dans les provinces du Nord de la France la MV, a eu bien moins besoin, qu’en Belgique de se mêler, en profondeur de l’administration. Si la situation de départ était essentiellement la même, le nouveau gouvernement français fit preuve très tôt d’initiatives. Il témoigna d’un intérêt particulier pour le Nord de la France. Cela se traduisit aussi bien par les visites répétées de hauts fonctionnaires... que par la nomination dans le Nord de fonctionnaires de valeur... si bien que pour l’essentiel, la MV, put se contenter ici, de superviser la marche courante des affaires. Aussi, l’administration du Nord de la France peut-elle aujourd’hui, apparaître comme un instrument utile de la MV.

  • 1 En 1941, l’OFK tente d’obtenir du Gouvernement de Vichy que celui-ci délègue au préfet régional un (...)

3Une particularité spécifique de l’administration française est le centralisme, ce qui jusqu’à l’échelon de la commune, signifie une grande dépendance à l’égard de Paris. La conséquence est l’établissement de relations fortement formalistes qui contrarient l’initiative créatrice1.

4Alors que les préfets dans les départements sont à la tête d’une sorte de corps administratif doté d’un fort budget, les sous-préfets sont simplement, dans les arrondissements, les chefs d’une circonscription administrative... Leur dotation insuffisante en personnel et en matériel limite considérablement leur importance. La faible puissance de leurs services est représentée de façon très gênante. Autant que cela était possible, dans le cadre local, on s’est efforcé d’améliorer leurs performances mais comme une réforme fondamentale ne pouvait être opérée que dans le cadre de l’ensemble du pays, la MV ne s’y est pas engagée. Sous son impulsion, le préfet du Nord a simplement présenté à Vichy, comme émanant de lui, une proposition d’aménagement des structures d’arrondissement.

appréciations à la fin de la guerre

5Des critiques furent fréquemment soulevées dans le Reich contre l’attitude apparemment clémente de l’administration militaire à l’égard des organismes belges. Ce fut le cas, notamment, dans l’entourage du Reichs Fürhrer SS. L’Administration militaire n’a cependant changé d’attitude. Il ne fut pas admis dans ces milieux que, même à l’époque des victoires éclatantes, il était judicieux de mener une politique modérée ni que des mesures rigoureuses, qui n’étaient pas indispensables, risquaient de rendre plus difficiles, sinon impossibles, les rapports ultérieurs. Si dans les premiers temps, lorsque l’Administration militaire disposait de pouvoirs illimités, elle ne s’était pas installée avec habileté, il en serait sans doute résulté, plus tard, quand elle se trouva confrontée avec des difficultés, des crises aiguës. Au cours des premières années d’occupation, le comportement modéré de l’Administration militaire permit d’établir avec la Belgique une base de travail qui ne fut reniée par aucune des deux parties quand la situation fut devenue plus difficile. Si, consciente de la nécessité d’une politique amicale à l’égard des Belges, l’Administration militaire n’avait pas établi, au départ, des rapports de confiance réciproques et de courtoisie, ceux-ci seraient vraisemblablement devenus catastrophiques dans les années de crises ultérieures.

6Il ne faudrait cependant pas minimiser les difficultés rencontrées par l’Administration militaire, principalement pendant les dernières années. Il s’est produit des situations dans lesquelles l’Administration militaire n’a pu abdiquer, par exemple, dans la crise de la Justice et dans le renvoi de certains Secrétaires Généraux. Il y eut aussi des cas où l’Administration militaire ne put arriver à ses fins...

7Une question qui fut souvent débattue tout au long de la période d’occupation, est celle de la collaboration de l’Administration militaire avec les forces des régions occupées entrant en ligne de compte dans le sens d’un ordre nouveau européen sous direction allemande. En France particulièrement, la notion de collaboration a été forgée à cet effet. Il faut d’ailleurs constater qu’elle a joué un rôle plus important en France qu’en Belgique...

8La situation était d’autant plus difficile pour l’Administration militaire qu’elle n’avait pas de véritable gouvernement en face d’elle, en Belgique. Le Roi était prisonnier de guerre et avait cessé toute activité. Le Parlement était dissous. Les Ministres se trouvaient en Angleterre. Seuls étaient restés les Secrétaires Généraux des ministères. Ils étaient, cependant, soumis à l’obligation de se conformer, dans les limites de leurs attributions, aux lois existantes. Cela donna lieu de la part des Secrétaires Généraux à beaucoup de réticences qui se répercutèrent sur la vie officielle et économique...

9Tout au long de ces années d’activités, l’Administration militaire a dû constamment lutter, dans l’intérêt du Reich, contre toute tentative de scission dans l’administration. Face à l’unanimité de l’attitude belge, résolument hostile aux forces d’occupation, toute division de l’administration allemande aurait eu les conséquences les plus fâcheuses...

10À cet égard, la situation était plus favorable dans le Nord de la France. Il était évident que le Gouvernement français considérait que le principe de l’unité et de l’indivisibilité de la France était mis en péril, que les deux départements du Nord ne se trouvaient pas sous l’autorité du Commandant militaire pour la France mais sous celle du Commandant militaire pour la Belgique et le Nord de la France. Cette situation a donné lieu à de très nombreuses combinaisons du côté allemand, belge et français. La France craignait de perdre, en cas de victoire allemande ces deux provinces indispensables à l’économie de l’ensemble du pays...

11Les milieux belges et spécialement les milieux flamands, sous la poussée des problèmes posés par les Flamands de la France du Nord, s’efforcaient de prendre pied dans le Nord de la France de façon à préparer le rattachement de cette région à la Belgique.

12Du côté allemand, des doutes furent également émis sur le bien fondé de cette division de l’administration. L’Administration militaire, et sous son impulsion l’Oberfelfkommandatur de Lille, sont toujours parvenus à éviter toute discussion approfondie de ce problème.

13Autre conséquence de la division administrative : la législation du gouvernement central français ne pouvait être, sans plus, appliquée dans les parties de la France relevant de Bruxelles. Il fallait qu’elle soit compatible avec la mission administrative du Commandant pour la Belgique et le Nord de la France...

  • 2 Ces extraits du rapport final de la MV de Bruxelles, rédigés fin 1944, ont été traduits et publiés (...)

14Il faut néanmoins, admettre, qu’après une période d’hésitation et de résistance, le Gouvernement français a fait preuve de compréhension dans cette situation difficile, de sorte que, sur l’ensemble du temps d’occupation, après que ces difficultés ont été surmontées, aucun problème grave n’a résulté de la division de l’Administration ni pour la France ni pour les départements du Nord2.

Notes

1 En 1941, l’OFK tente d’obtenir du Gouvernement de Vichy que celui-ci délègue au préfet régional un pouvoir de légiférer autrement que par arrêté. Devant le refus du Gouvernement elle n’insiste pas.

2 Ces extraits du rapport final de la MV de Bruxelles, rédigés fin 1944, ont été traduits et publiés par Jean Charles et Philippe Dasnoy dans leur ouvrage Les dossiers secrets de la police allemande en Belgique, 2 tomes, Bruxelles, 1972 et 1978.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540