Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

Jacqueline Say

Texte intégral

à propos de pierre say, son père, secrétaire de mairie à bondues

1 Pour vous présenter mon père, je vais faire un retour en arrière. C’est un devoir de mémoire que je veux lui rendre. J’espère être à la hauteur. Je ne suis pas Philippe De Gaulle et mon père n’était pas Général, seulement Secrétaire Général à la Mairie de Bondues.

2 A son arrivée à Bondues, il fut considéré comme un « étranger » : il venait d’Uzès, dans le Gard, d’une famille protestante originaire des Cévennes.

3 Il dut quitter sa région natale très tôt. Il a été appelé en 1915, à 18 ans, et envoyé sur le Front. Il connut les tranchées, Verdun et surtout, en juin 1916, le fort de Vaux, qui l’a beaucoup marqué.

4 Il m’a souvent raconté sa vie à cette époque, les Allemands se trouvaient sur le fort et envoyaient à l’intérieur, par les cheminées, des paniers remplis de grenades, qu’ils faisaient exploser, et des gaz asphyxiants. Il y avait beaucoup de blessés dans le fort et c’est aussi le manque d’eau qui obligea le commandant Raynal à se rendre. Il envoya le dernier pigeon porter le message de reddition aux autorités françaises. Il conseilla aux plus jeunes valides de sortir pendant la nuit et de rejoindre une autre compagnie.

5 Mon père fut blessé 2 fois, la dernière en avril 1918 et il fut envoyé en convalescence dans le Nord. Il y rencontra celle qui allait devenir sa femme.

6 La guerre terminée, il débuta au PLM (Paris-Lyon-Marseille), la SNCF n’existait pas encore. Puis il vint s’installer dans le Nord, il travailla dans une Compagnie d’Assurances à Lille ; il entra ensuite à la Caisse d’Assurances Maladie qui débutait et la quitta pour venir à la Mairie de Bondues à la fin de 1933 (le précédent secrétaire, Janvier Deswarte étant décédé en septembre).

7 Puis ce fut de nouveau la guerre, et le 10 mai 1940 (tous les ans je revis cette journée), les Allemands envahirent la Belgique, ce fut l’exode, la 5 e colonne (on voyait des Allemands en civil partout) et l’occupation...

8 Les hommes de moins de 55 ans avaient l’ordre de partir, de quitter la région. Mon père s’en alla à bicyclette, accompagné d’un ami de Bondues. Ils allèrent jusqu’à Boulogne-sur-Mer. C’était la confusion totale partout !

9 Il reprit son travail ; entre-temps le maire avait transféré les bureaux de la mairie dans la salle de son café situé assez loin du centre.

10 Les Allemands s’installèrent dans la commune, occupant le champ d’aviation, le fort et quelques maisons particulières. Dès le début, mon père connut quelques ennuis avec ses filles...

11 En juin 1940, l’aînée qui était institutrice fut révoquée par la Kommandantur de Wambrechies pour son « attitude envers les autorités allemandes » : elle avait refusé de saluer un officier allemand.

12 Une autre fois, il dut se rendre au Tribunal avec ses filles mineures qui étaient passées, à bicyclette, au travers d’une colonne blindée allemande sur le Grand boulevard de Lille à Tourcoing. La Gestapo surveillait le convoi de l’autre côté : c’était se jeter dans la gueule du loup ! Arrestation, confiscation des papiers. Ce jour-là, elles avaient sur elles des photos du Général de Gaulle, qui étaient vendues au profit des victimes... « de la milice et de la Gestapo ». Heureusement, elles ne furent pas fouillées.

13 L’aînée, ayant perdu son emploi, remplaça un facteur ; il fallait se débrouiller sans les hommes prisonniers en Allemagne.

14 J’étais entrée à la Mairie en 1941 et je m’occupais du Service du Ravitaillement. Au début, il était installé dans la grande Salle du Conseil. Les gendarmes de Tourcoing venaient, à cheval, assister à la distribution ; puis les choses devinrent plus sérieuses, il fallait aller à la gendarmerie pour préparer les tickets par famille... la peur sans doute d’une « descente » des réfractaires. Les Allemands recrutaient les jeunes gens des classes 1920, 21 et 22 pour aller travailler en Allemagne, le STO. J’en connais qui allèrent travailler dans les mines pour y échapper.

15 Les Allemands avaient installé des câbles téléphoniques. A plusieurs reprises, des fils furent coupés et le Maire, Charles Muliez, fut emprisonné à Doullens, je crois. Un Président de Délégation spéciale fut nommé, il démissionna en 1943. Achille Lefebvre fut alors nommé par la Préfecture.

16 A la Libération, un véritable imbroglio s’installa quelque temps à la Mairie car Muliez était revenu et prétendait récupérer le fauteuil du maire. Situation inconfortable pour le Secrétaire !

17 Mon père avait depuis juin 1943 des activités extra-municipales qui l’occupaient beaucoup. Il était entré en qualité d’Agent P. 1 dans le réseau Brutus - section clandestine de renseignements-, chargé plus spécialement du secteur de Tourcoing-Ouest à Armentières. Il était en contact avec Octave Magniez, Principal clerc de notaire, de Marcq-en-Baroeul, centralisateur des renseignements sur les opérations militaires, sous les ordres lui-même du lieutenant Pierre-François Bernard, chef du réseau Brutus pour le Nord-Pas de Calais, au service du Général de Gaulle.

18 Mon père partait souvent avec un collègue, Gustave Jéhu, qui l’aidait dans ses activités, vers le terrain d’aviation et d’autres lieux. Il ne nous disait pas où il allait, ni ce qu’il faisait, c’était plus prudent.

19 Puis vint le moment tant attendu, les Allemands commençaient à évacuer... juste retour des choses ! Avant leur départ, le 1 er septembre 1944, ils firent sauter le dépôt de munitions du fort. Dès qu’il le put, mon père s’y rendit, avec Marcel Desquiens. Ils se doutaient de ce qui s’y était passé : ce fut la triste découverte des fusillés enterrés là. Les premiers avaient un cercueil, les autres étaient à même la terre. Je m’y suis rendue avec mon père, c’était atroce. C’est un juste devoir de conserver leur mémoire là où ils furent fusillés.

20 Quatre longues années d’occupation se terminaient malgré tout dans la joie... La foule était réunie sur la place de la Mairie. Un Anglais qui se trouvait là fut amené sur le balcon de la Mairie. Ma soeur servait d’interprète. C’était la liesse ! Cette journée faisait un peu oublier le 10 mai 1940 !

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irhis/docannexe/image/2161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540