Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

Jules Loyn

Postier à Lille

Texte intégral

1 Affecté au 190 e RALT comme observateur SOM à la déclaration de la guerre, mon régiment fut en partie décimé sur la Meuse. Il fut dissous les 13 et 14 mai 1940. Je fus versé au 196 e RALT et fait prisonnier à St Péran. Je fus libéré du camp de Morancez, près de Chartres, en tant que postier en septembre 1940.

2 Je contactais au mois d’Octobre de la même année des amis n’ayant pas perdu confiance en notre Patrie. Je fus mis en liaison avec un instituteur, Willy Dubois de Lille, mort depuis dans un camp de concentration en Allemagne. Nous organisâmes un service de diffusion de tracts et une campagne de démoralisation sur les troupes allemandes. Par suite du passage dans l’illégalité de mon chef Willy Dubois, nous quittâmes Marcq en Baroeul et nous vînmes demeurer au 285, rue Verhaeren à Lille, ceci au mois de septembre 1941.

3 J’avais repris mon service à la fin du mois d’octobre 1940 à la Direction Départementale.

4 A l’automne 1941, par l’intermédiaire de Mme Denys, ma belle-mère, je pris contact avec les francs-tireurs : René Denys, mon beau-frère, chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume, Palowski et Ferrari morts au combat en février 1942, Roger Miellet, mort au combat, et nous avons travaillé de concert. Dès cet instant, ma maison fut ouverte aux patriotes et devint un des refuges des « illégaux ». Nous hébergeâmes entre autres patriotes René Denys, Palowski de Maubeuge, Willy Dubois, Claude Tison, Émilienne Galicier (alias Irène), Mle Poireau de Paris (alias Marcelle), Lucienne de la Rochelle, Ginette « dactylo des FTP » pour la région lilloise, « Jeanne, la petite infirmière » d’origine espagnole chargée d’organiser le service sanitaire femme pour les FTP etc. et en dernier lieu, jusqu’à notre arrestation à tous deux Carloman Hache (alias Raymond) instituteur de cours complémentaire de Caudry, responsable du secteur LilleRoubaix-Tourcoing puis chef FTP pour le département du Nord.

5 Je me mis en contact avec les facteurs Lafraise Charles, Sallen Joseph, Delcourt Gustave, Nieullandt, décédé accidentellement en fonction en 1955, qui furent des chefs de groupe. Ils constituèrent des groupes de trois avec les facteurs suivants : Rosar Gustave, Leroy Gilbert, Deoreux Paul, Roussel, Dubus Joachim, Jules Courcier, Philippe Arthur, homme de service. Leprevot André, inspecteur à Lille-Central, était chargé du service de liaison entre ces groupes ; recherché par la Gestapo, il prit la fuite le 1 er octobre 1942, et se réfugia en Belgique où il continua la lutte clandestine. Plus tard, Richard, prisonnier de guerre libéré, rejoignit leurs rangs. Avec l’aide de ces facteurs, d’autres semblables purent être formés dans différents quartiers de la ville. Cette chaîne importante ainsi crée, permettait de suivre l’état d’esprit de la population et le moral des troupes d’occupation, une diffusion très large de mots d’ordre de résistance à l’ennemi, des sabotages à effectuer et de recueillir les renseignements nécessaires sur tous les dépôts d’Allemands.

6 D’autre part, et à plusieurs reprises, des lettres anonymes de dénonciation à la Gestapo, me furent remises par les facteurs Dhaussy Henri, décédé, et Debenne Jules. Nous les avons détruites et, dans la mesure du possible, nous avons essayé de toucher ceux qui y étaient visés.

7 Le groupe Lafraise, vers juillet-août 1942, me mit en liaison avec mon excellent camarade Duhem, actuellement conducteur de travaux à Lille. Avec lui, nous organisâmes dans le service technique une équipe de sabotage des lignes allemandes et une diffusion de tracts et brochures. Duhem, avec la complicité du dessinateur attaché au bureau de Monsieur l’Ingénieur en Chef me remit divers plans de lignes et, entre autres, les plans complets des lignes souterraines à grande distance à partir de Lille, lignes très exploitées par les autorités occupantes. Vers la fin 1942, je reçus l’ordre de constituer un groupement de FN et de collecter des fonds pour venir en aide aux « illégaux » en lutte contre la Gestapo. J’organisais à la Direction Départementale un vaste mouvement. J’y découvris « Colette » maintenant Mme Brusselle Françoise, détachée au service des recherches à Paris, qui fut mise en liaison avec ma femme à ce moment-là, « Liliane » responsable du mouvement Femme de la Résistance de la ville de Lille.

8 Chaque mois, dans les différents sendees de la Direction, nous collections des sommes de 1500 à 2000 francs. Colette me donna, avec la complicité de Mme Vanhemens et de Mme Malbranck, des services « abonnements téléphoniques et comptabilité téléphonique » de précieux renseignements sur les lignes téléphoniques utilisées par tous les sendees allemands.

9 Par la suite, le Front National des PTT élargit son champ d’action. Mme Berthier-Wilson, bien qu’enceinte, se chargea d’assumer la tâche de dactylographie. Elle nous tapa stencils, tracts etc. que Georges Soetens, Arthur Louchart et Léon Gaby, tous trois imprimeurs à la Direction, imprimèrent et ronéotypèrent. Plus de 200 fausses cartes furent ainsi fournies par l’imprimeur Soetens aux réfractaires et maquisards.

10 Un autre danger menaçait les PTT : le recrutement SOT. Avec l’aide de M. Beguery, alors rédacteur du personnel auxiliaire, actuellement à Limoges, Direction Régionale, je fis le relevé des jeunes susceptibles d’être appelés et nous envoyâmes, ma femme et moi, à chacun d’eux, un tract posté par les facteurs résistants les engageant à rejoindre les maquisards. Bon nombre répondirent à notre appel tels Vandelanotte, tué au combat de la Libération, Delsaut, actuellement à Wattrelos, Bréaut Louis, Billau Émile, actuellement manutentionnaire à Lille et Martin, pour n’en citer que quelques-uns. À chacun d’eux, il était remis une fausse carte d’identité, une carte d’alimentation, une carte de pain, arrachées dans les mairies, au péril de nos braves FTP.

11 D’autres groupements, allaient se former parmi les facteurs. C’est Vandespiegel, décédé voici environ deux ans, qui en avait assuré la responsabilité. Je le mis donc en liaison avec Colette citée plus haut.

12 Mme Denebourg m’avait donné la liaison avec M. Damermant Receveur à Marquette, mort en déportation, pour m’occuper de parachutistes anglais. Je n’ai pas pu réaliser ce projet, car je fus arrêté la veille de l’entrevue.

13 Je fus chargé du recrutement difficile et dangereux des saboteurs.

14 En collaboration avec ma femme (alias Liliane), responsable du mouvement féminin de la Résistance de la Ville de Lille, nous organisâmes le Front National à l’Inspection Académique et à la Préfecture où M. Speybrock, mutilé 14-18, Légion d’Honneur, et dont le fils Roger, fut fusillé, au début 1944, au Fort de Bondues pour espionnage devint notre précieux agent de liaison.

15 C’est à la suite d’une adhésion d’un traître français Picquot Robert habitant à Lille, que je fus arrêté le 31 juillet 1943 et condamné, après avoir subi les vexations et tortures des policiers allemands, à dix ans de travaux forcés le 3 mai 1944. Je fus déporté en Allemagne le 20 juin 1944 à Diez-Lhan (forteresse de discipline). Je fus au secret jusqu’à ma libération par nos alliés, les Américains le 27 mars 1945 et rapatrié, malade, le 13 mai 1945.

16 Je repris mon service en septembre 1945.

17Ce rapport d’activité, qui appartient à des archives familiales date de l’automne 1952. Il a été exploité par Laetitia Vermeulen, dans un mémoire de maîtrise d’histoire consacré au sujet : Les Postiers du Nord-Pas-de-Calais et la Résistance 1940-1944 soutenu en juin 2004. Ce rapport relate les activités résistantes au sein des PTT. Un rapport concernant plus particulièrement Jules Loyn, organisateur de la section de Lille du FN, daté d’avril 1945, a aussi été rédigé.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540