Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les services publics et la Résistance en zone interdite et en Belgique (1940-1944)

 | 
Robert Vandenbussche

Témoignages et documents

Georges Delepaut

Ancien cheminot

Texte intégral

à propos de la résistance cheminote

1 Dans notre région, l’action, pour nous cheminots, a été également très importante, dans des formes similaires à celles qui ont été évoquées pour la zone annexée d’Alsace-Lorraine par Joël Forthoffer, c’est-à-dire :

  • aide au franchissement des lignes de démarcation,
  • déroutage de wagons en partance pour l’Allemagne,
  • provocation d’avaries sur le matériel roulant, etc.

2 Le film “La Bataille du Rail” qui n’a repris que des faits réels a bien illustré ces actions de résistance. Pour ma part, issu d’une famille dont la mère a déjà subi 4 années, dures, d’occupation de 1914 à 1918 et dont le père, mobilisé, grand mutilé de cette « Grande guerre », je n’ai jamais entendu le mot « Allemand » chez moi, j’ai été élevé dans la haine du « Boche ».

3 Après la « drôle de guerre », l’attaque du 10 mai 1940, « l’évacuation » à l’issue de laquelle, bloqués à Hesdin, j’ai, avec mon père et 3 autres jeunes hommes, regagné le domicile familial à Tourcoing.

4 Après l’armistice de juin 1940, le travail a repris et, rapidement, la présence de l’Occupant s’est âprement fait sentir. Les restrictions apparaissent et deviennent de plus en plus dures. Dès mai 1942, j’ai, étant à l’école SNCF des Ateliers d’Hellemmes, transporté et diffusé dans ces lieux tracts et journaux clandestins du Front National, celui de l’époque bien sûr !

5 Après ma nomination au Dépôt de locomotives de Tourcoing le 1 er septembre 1942, j’ai assez vite été contacté par des camarades déjà engagés dans le Front National. C’est alors l’aspect politico-syndical de cette organisation qui m’anime. Journaux, tracts clandestins à diffuser, et même, parfois, rédaction et tirage (à l’aide de pâte à polycopier) de “papiers” locaux sont l’essentiel de notre action.

6 Mais cela ne suffit pas à nos yeux et, en accord avec Paul Cousaert, engagé dans le réseau Sylvestre Farmer du Capitaine Michel, nous provoquons des avaries sur les locomotives : “boîtes chaudes”, montage “arrangé” de bielles, de commandes de distribution de vapeur, de façon à ce que ces avaries se produisent en ligne, les locos en tête de train, occasionnant des retards dans le trafic.

7 J’étais durant cette période entré dans la branche militaire du Front National, les FTPF. L’action syndicale n’était pas oubliée pour autant et, mi-août 1943, nous avons provoqué une grève parmi le personnel sédentaire, sous le prétexte suivant : 4 de nos camarades de travail étaient mutés dans un autre établissement pour le motif “Insuffisamment productifs”. Cela a duré plusieurs heures, un après-midi. Mener une grève était évidemment très dangereux.

8 Dans l’après-midi du 20 décembre 1943, Paul Cousaert m’a demandé si j’étais d’accord pour participer, avec des membres du WO, des cheminots de Tourcoing, à l’attaque du Dépôt, locomotives et machines-outils de l’Atelier.

9 A 21h00, Althur Malfait, Gabriel Royer, Jean Debuigne, Paul Cousaert et moi, nous nous retrouvons dans la lampisterie du dépôt et nous posons des charges sur 11 locomotives, 9 machines-outils et 2 grands vérins de levage des locos. Résultat : 11 locos hors service (1 re remise en état à la fin février 1944 et au 1 er mai, 4 étaient encore indisponibles). L’atelier fut inopérant pour l’entretien et les réparations jusqu’à la mi-avril. Pendant cette période, pour les réparations et révisions, les locos étaient regroupées et acheminées en convoi à Lille-Délivrance, leur indisponibilité passant ainsi d’une demi-journée ou d’une journée à parfois une semaine.

10 Le résultat de cette action a été de faire manquer à l’appel un certain nombre de locomotives, empêchant ainsi la remorque de trains, gêne importante pour le trafic ferroviaire. Malheureusement, l’arrestation, sur dénonciation, de Paul Cousaert m’a obligé, comme les autres participants, à entrer dans la clandestinité, continuant l’action jusqu’à la Libération, dans les rangs des FTFP dont j’étais devenu un permanent.

11 Sur l’action de la Police, il faut savoir que si un certain nombre des policiers a fidèlement obéi aux ordres du gouvernement de Vichy, d’autres furent membres de réseaux ou d’organisations de résistance. Ainsi le Colonel Herry, commandant le groupe Flandres des GMR, qui avec quelques officiers et sous-officiers de ses unités, avait constitué un groupe dans le réseau Sylvestre-Farmer.

12 Ou bien encore, ce brigadier de police de Roubaix qui me confectionnait des cartes d’identité.

© Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540